21-Armée de terre (47)

Les régiments d’artillerie

Préambule : la situation de l’artillerie française en septembre 1939

«L’artillerie conquiert et l’infanterie occupe» tel était le crédo du général Pétain qui reprit en main l’armée française après la sanglante offensive du Chemin des Dames d’avril 1917 qui entraina une série de mutineries. Celui qui avait déclaré au mépris de la doxa antérieure au premier conflit mondial que «le feu tue» renforça donc la position de l’artillerie française.

Cette dernière était entrée en guerre en août 1914 mal préparée à un conflit moderne. Confiant dans les qualités du «75», elle avait négligée le dévellopement des pièces d’artillerie lourde ce qui l’obligea à faire feu de tout bois pour compenser une nette infériorité vis à vis de l’artillerie allemande généreusement dotée par les aciéries Krupp en désarmant les forts de Verdun, en vidant les forts littoraux de pièces anciennes et difficilement utilisable sur le front terrestre ou en récupérant des pièces de marine en attendant des pièces lourdes spécifiquement dévellopées pour elle.

Comme les autres armes de l’armée de terre, l’artillerie se rallie à la tactique défensive. Le matériel pléthorique, les crédits fameliques explique la persistance d’un matériel ancien comme le canon de 75mm modèle 1897 qui est présent en septembre 1939 dans sa version à affût pneumatique mais également avec des roues en bois pour les régiments d’artillerie hippomobile.

Les pièces d’artillerie les plus lourdes sont également anciennes, tout remontant au premier conflit mondial. Il faut attendre la fin des années trente pour que de nouveaux canons entrent en service notamment un obusier de 105mm réclamé depuis le début du siècle !

En septembre 1939, l’artillerie française affiche le visage suivant :

*Chaque division d’infanterie type Nord-Est dispose d’un régiment d’artillerie divisionnaire à trois groupes de 75mm modèle 1897 et deux groupes de 155mm modèle 1917 :

-Le 4ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire de Colmar est intégré à la 14ème DI

-Le 8ème  Régiment d’Artillerie Divisionnaire de Nancy est intégré à la 11ème DI qui devenant motorisée, le 8ème RAD devenant un régiment motorisé.

-Le 10ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire  de Rennes est intégré à la 19ème DI

-Le 12ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire d’Haguenau est intégré à la 43ème DI.

-Le 24ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire de Tarbes est intégré à la 36ème DI

-Le 28ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire de Chaumont est intégré à la 13ème DI

-Le 32ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire  de Paris est intégré à la 10ème DI

-Le 35ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire  d’Issoire est intégré à la 21ème DI

-Le 41ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire d’Angoulême est intégré à la 23ème DI

-Le 61ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire de Metz est intégré à la 42ème DI

A la mobilisation, ces régiments se dédoublent avec un RAD s’occupant des canons de 75mm et un RALD s’occupant des canons de 155mm

*Les Divisions d’Infanterie Motorisée (DIM) disposent eux aussi d’un régiment d’artillerie divisionnaire qui lui dispose de trois groupes de 75mm, d’un groupe de 105mm et d’un groupe de 155mm :

-Le 1er Régiment d’Artillerie Divisionnaire d’Auxonne est le RA de la 15ème DIM

-Le 11ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire du Vernon est le RA de la 5ème DIM

-Le 15ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire de Douai est le RA de la 1ère DIM

-Le 16ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire de Clermont-Ferrand est le RA de la 25ème DIM

-Le 25ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire de Châlons-sur-Marne de la 12ème DIM

-Le 30ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire d’Orléans est le RA de la 9ème DIM

-Le 42ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire de La Fère est le RA de la 3ème DIM

A la mobilisation, ces régiments se dédoublent avec un RAD s’occupant des canons de 75mm et un RALD s’occupant des canons de 105mm et de 155mm.

*Les Divisions d’Infanterie Alpine disposent d’un Régiment d’Artillerie de Montagne (RAM) pour deux d’entre elles et un Régiment d’Artillerie Divisionnaire pour la troisième.

-Le 93ème Régiment d’Artillerie de Montagne de Grenoble est le régiment d’artillerie de la 27ème Division d’Infanterie Alpine

-Le 94ème Régiment d’Artillerie de Montagne de Nice est le régiment d’artillerie de la 29ème DIAlp

-Le 56ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire de Montpelier est le régiment d’artillerie de la 31ème DIAlp.

Les deux régiments d’artillerie de montagne ne comprennent que deux groupes légers à deux batteries de canons de 75 mm de montagne Schneider modèle 1928 et un groupe lourd à deux batteries de canons de 155 mm modèle 1917.

Le 56ème régiment d’artillerie divisionnaire est organisé comme un RAD classique à cinq groupes mais l’un des trois groupes de 75mm est équipé de canons de 75mm de montagne.

Outre ces vingt régiments intégrés aux DI, DIM et DIAlp, on trouve des régiments d’artillerie antiaérienne et des régiments d’artillerie dit de réserve générale :

-La 31ème brigade de défense contre-avions de Paris regroupe trois régiments d’artillerie antiaériens, les 401ème, 404ème et 406ème régiments stationnés respectivement à Paris, Tours et Laon.

-La 32ème brigade de défense contre avions de Dijon regroupe trois régiments antiaériens, les 402ème, 403ème et 405ème régiments stationnés respectivement à Metz, Toul et Sathonay.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s