18-Bases et arsenaux (7)

H-Base navale de Mers-El-Kébir

Un besoin ancien enfin satisfait

En surnomant ce lieu «Portus divinus» (port divin), les romains ont été parmis les premiers à se rendre compte du caractère exceptionnel de ce port, bien protégé et bien abrité, probablement le meilleur d’Afrique du Nord avec Bizerte.

Cela n’échappa aux différents belligerants du bassin méditerranéen qui l’occupèrent tour à tour qu’il s’agisse des pirates barbaresques, des ottomans, des espagnols et des portugais jusqu’à la France en 1830.

Les premiers travaux importants eurent lieu à partir de 1868 mais l’investissement dans cette base était bien inférieur à celui engagé à Brest, Toulon ou même Bizerte.

Tout change avec l’arrivée de Mussolini au pouvoir et l’instabilité chronique de l’Espagne. En 1936, un plan d’équipement est voté pour créer une base complète à Mers-el-Kebir, base qui doit être capable d’accueillir et d’entretenir des cuirassés.
Le projet permet la création d’une véritable base opérationnelle même si au niveau de l’entretien, les unités de la 4ème Escadre devaient se rendre à Toulon ou à Bizerte notamment pour les grands carénages.

Les travaux ne commencent réellement qu’en 1939 mais sont accélérés à partir de 1941. Les importants budgets débloqués permettent à l’essentiel des travaux d’être terminés en 1946 même si depuis longtemps, les navires de la 4ème Escadre s’y abritaient.

Description générale du site

Le site était naturellement à l’abri des éléments mais le projet voté en 1936 voit la construction de deux jetées, une Jetée Nord et une Jetée Est d’une longueur cumulée de deux kilomètres, créant une vaste étendue d’eau bien protégée appelée Grande Rade.

De nouveaux quais sont construits au pied du fort de Mers-El-Kébir et entre le village de Mers-El-Kébir et celui de Saint André, des quais baptisés Quai du Viaduc Quai du Santon et Quai Saint André et qui abritaient les torpilleurs d’escadre, les contre-torpilleurs,les sous-marins, les pétroliers et les navires légers.

Trois môles baptisés Môle Nord Grand Môle et Môle triangulaire permettent la création d’une Darse Pétrolière et d’une Darse des Subsistances destinées comme son nom l’indique au ravitaillement des navires de la 4ème escadre. Les pétroliers et les cargos chargés de compléter les stocks et les réservoirs de mazout s’y amarrent pour débarquer leur chargement.

Les travaux intègrent un port de pêche à l’enceinte de la base ce qui inquiètent certains officiers qui souhaiteraient avoir une base totalement sous son contrôle. Quand éclate la guerre en septembre 1948, le port de pêche est placé sous contrôle militaire ce qui engendre un certain nombre de servitudes militaires pour les pêcheurs.

A l’est est aménagé un Port des Travaux destiné comme son nom l’indique à l’entretien des navires de la 4ème Escadre. Donnant sur une Grande Darse, on trouve un slipway de 120m inauguré en mars 1942. On trouve également un dock-flottant de 90m livré en septembre 1940, un ponton de 120m et un dock-flottant de 210m livré en février 1943. C’est là que stationnent les remorqueurs.

Entre la digue de la Grande Darse et la Jetée Est, on trouve un espace où mouillent les navires désarmés avant qu’ils ne retrouvent le cimetière naval du Bregaillon.

A terre, les fortifications sont modernisées et des installations de commandement sont construites sous-terre.

Fortifications

En septembre 1939, la défense du secteur Oran/Mers-El-Kébir/Arzew est assurée par les installations suivantes :

-A l’ouest de Mers-El-Kébir, on trouve la batterie du Cap Falcon avec deux canons de 95mm appuyés par des batteries antiaériennes à Aïh-el-Turk et Murjadjo (4 canons de 75mm chacun)

-Sur la pointe nord fermant la baie de Mers-El-Kébir on trouve deux canons de 75mm qui appuient la batterie du Santon équipée de 4 canons de 194mm.

-Dans la région d’Oran, nous trouvons la batterie antiaérienne du Marabout avec quatre canons de 75mm, la batterie Gambetta avec quatre canons de 120mm, la batterie de l’Espagnole avec ses deux canons de 75mm, la batterie du Cap Canastel équipée de trois canons de 240mm, la batterie du Cap de l’Aiguille armée de 2 canons de 95mm et enfin la batterie défendant le petit port d’Arzew avec 2 canons de 75mm.

L’importance de la position de Mers-El-Kébir explique les importants travaux menés entre 1944 et 1948 pour rendre cette position inexpugnable depuis la mer, la menace d’une attaque terrestre étant assez limitée pour ne pas dire iréaliste.

-Les batteries du cap Canastel et du Santon restent armées de canons de 194mm et de 240mm encore en bon état. Les positions sont améliorées avec une reprise des positions et une amélioration de la protection.

-Les batteries du Cap Falcon, Kébir,Gambetta,Espagnole et Cap de l’Aiguille armés d’un assortissement de canons de divers calibres reçoivent chacun deux canons de 152mm (des pièces neuves et d’autres récupérées sur les cuirassés Richelieu et Jean Bart) montés sur plate-forme rotative et sous masque.

-Les batteries antiaériennes équipées de canons de 75mm sont réarmés avec quatre canons de 90mm modèle 1939 en deux affûts doubles.

La défense antiaérienne de la base de Mers-El-Kébir est assurée par huit canons de 90mm modèle 1939 en quatre affûts doubles et seize canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en affûts doubles montés sur camions, permettant une défense mobile.

La défense terrestre est assurée par une compagnie de fusiliers marins, la 6ème Compagnie de Fusiliers Marins (6ème CFM) qui disposent de postes de contrôle semblables à des blockaus de campagne.

Navires basés à Mers-El-Kébir au 5 septembre 1948

Jetée Nord

Cette zone étant la plus profonde de la rade, c’est naturellement là que sont mouillés les «gros» de la 4ème Escadre en l’occurence les navires suivants :

-Cuirassé Bretagne

-Porte-avions Commandant Teste

-Croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg

-Cuirassé Jean Bart

-Cuirassé Bourgogne

-Croiseur léger Latouche-Treville

-Croiseur léger Condé

-Croiseur léger Gambetta
Quai du Viaduc

C’est l’antre des torpilleurs d’escadre de la 4ème Escadre en l’occurence douze navires en septembre 1948 :

-Torpilleurs d’escadre Le Hardi et L’Epée chargés de la protection du Dunkerque

-Torpilleurs d’escadre Le Lansquenet et Le Fleuret chargés de la protection du Strasbourg

-Torpilleurs d’escadre L’Eveillé et L’Alerte chargés de la protection du Bretagne

-Torpilleurs d’escadre Hussard et Spahi chargés de la protection du Commandant Teste

-Torpilleurs d’escadre L’Opiniâtre et L’Aventurier chargés de la protection du Jean Bart

-Torpilleurs d’escadre Lannes et Augereau chargés de la protection du cuirassé Bourgogne

Quai du Santon

Si le quai du Viaduc est l’antre des torpilleurs d’escadre, son voisin du Santon est le cadre où s’amarrent les contre-torpilleurs et les sous-marins de la 4ème Escadre.

-Contre-torpilleur Magon (4ème DCT)

-Conre-torpilleur Dunois (4ème DCT)

-Contre-torpilleur La Hire (4ème DCT)

-Contre-torpilleur Le Terrible (10ème DCT)

-Contre-torpilleur Le Triomphant (10ème DCT)

-Contre-torpilleur L’Indomptable (10ème DCT)

-Sous-marin Minerve (12ème DSM)

-Sous-marin Junon (12ème DSM)

-Sous-marin Cerès (12ème DSM)

-Sous-marin L’Hermione (14ème DSM)

-Sous-marin Clorinde (14ème DSM)

-Sous-marin L’Andromède (14ème DSM)

-Sous-marin L’Andromaque (18ème DSM)

-Sous-marin L’Amirde (18ème DSM)

-Sous-marin L’Artemis (18ème DSM)

-Sous-marin La Cornélie (18ème DSM)

-Sous-marin Emeraude (7ème DSM)

-Sous-marin Corail (7ème DSM)

-Sous-marin Escarboucle (7ème DSM)

-Sous-marin Agate (7ème DSM)

Quai Saint André

C’est à cet endroit que sont amarrés hors missions de déchargement les pétroliers et les cargos. Des navires légers de combat sont également amarrés à ce quai.

-Pétrolier-caboteur Aube

-Ravitailleur rapide Tarn

-Ravitailleur rapide La Baïse

-Pétrolier-ravitailleur d’escadre La Medjerda

-Ravitailleur d’hydravions Sans Reproche

-Aviso mouilleur de mines Les Eparges

-Aviso-dragueurs Commandant Bory, du Commandant Delage, du Commandant Duboc et du Commandant Rivière (2ème DEL)

-Chalutiers armés La Toulonnaise et La Sétoise

-Chasseurs de sous-marins CH-13 et CH-14

Port des Travaux

-Remorqueur de haute-mer L’Ours

-Remorqueur de 1000ch Cotentin

-Remorqueur de 600ch Esterel Palmier Tatihou

-Remorqueur de 750ch Amarante

-Gabares L’Ardente et La Performante

Publicités

2 réflexions sur “18-Bases et arsenaux (7)

  1. Michel Augier dit :

    Auriez-vous plus de détails sur les installations souterraines de MeK ? De leur importance stratégique et de leur état actuel ?
    Toutes orientations documentaires bienvenues.
    Merci

    • clausmaster dit :

      Bonjour

      Malheureusement non, les installations que je décris dans mon uchronie sont issues d’un plan trouvé dans un livre de Robert Dumas sur les cuirassés français. J’ignore la composition des souterrains et leur état actuel d’autant qu’il est probable qu’il y ait eu des différences entre le projet de 1936 et celui achevé après guerre. La base est toujours utilisée par la marine algérienne donc il est probable que les installations sont en bon état.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s