Allemagne (45) Armée de Terre (2)

Organisation des différentes unités

Division d’infanterie (Infanterie-Division)

-Après la mobilisation, l’armée de terre allemande dispose de soixante-treize divisions d’infanterie, trente-deux d’active et quarante et une issue de la mobilisation.

-Les trente-deux divisions d’active sont dans l’ensemble de bonnes unités bien entrainées et bien équipées. Il y à cependant des différences avec des unités motorisées et des unités qui ne le sont pas.

-En septembre 1948, douze divisions sont motorisées complètement en l’occurrence les 1.ID 4.ID 9.ID 10.ID 14.ID 15.ID 19.ID 16.ID 20.ID 22.ID 214.ID et 5. Leichte Division.

Les autres ne le sont que partiellement avec un groupe de reconnaissance motorisé, une compagnie antichar motorisée et un régiment d’artillerie lourde (canons de 150mm) motorisé. Quelques éléments du génie sont également motorisés.

Pour ce qui est des quarante-un divisions de mobilisation (25.ID à 68.ID), l’immense majorité des divisions sont partiellement motorisées mais les 30.ID, 32.ID, 34.ID et 40.ID sont totalement motorisées.

Sur le plan de l’organisation, il n’y à peu de différences, toutes les divisions d’infanterie sont organisées de la même façon, seules les Leichte Division étant différentes.

-Un état-major

-Un groupe de reconnaissance divisionnaire

-Un groupe logistique (ravitaillement et maintenance)

-Trois régiments d’infanterie à trois bataillons, chaque bataillon disposant de trois compagnies de fusiliers, une compagnie de mortiers et une compagnie antichar. Les Leichte Division ne disposent que de deux régiments.

-Un régiment d’artillerie à trois groupes de trois batteries (Abteilungen I,II et III) équipée chacune de quatre obusiers de 105mm soit un total de trente-six pièces.

A la mobilisation en septembre 1939, un quatrième groupe issu d’un régiment lourd intègre le régiment, ce groupe étant organisé en trois batteries de quatre obusiers de 150mm.

Suite à la démobilisation, les divisions maintenues en ligne garde leur régiment d’artillerie (Artillerie-Regiment) dans cette configuration de guerre, les régiments lourds étant reconstitués dans la Réserve Générale avec le groupe non intégré à un A-R et d’autres unités mises sur pied ultérieurement.

-Un bataillon de canons d’assaut équipés de Stug III.

-Un détachement de transmissions

-Un bataillon du génie (une compagnie pour les Leichte Division)

-Un groupe antichar (motorisé quelque soit le type de division)

-Un groupe d’observation d’artillerie

-Un détachement de santé

Division de montagne

-La Deutsche Heer dispose de trois divisions de montagne déployées dans le sud-Est de l’Allemagne et placés sous l’autorité du VIIème Corps dépendant de l’Armée du Sud-Est dont l’état-major est installé à Dresde. Deux de ces divisions vont participer à l’opération Weserübung. Ces divisions sont organisées de la façon suivante :

-Un état-major

-Un groupe de reconnaissance divisionnaire

-Un groupe logistique (ravitaillement et maintenance)

-Deux régiments d’infanterie à trois bataillons, chaque bataillon disposant de trois compagnies de fusiliers, une compagnie de mortiers et une compagnie antichar.

-Un régiment d’artillerie à trois groupes équipés de canons de montagne de 75mm de conception tchèque, le 7.5cm Gebirgkanone 15

-Un détachement de transmissions

-Une compagnie du génie
-Un groupe antichar

-Un groupe d’observation d’artillerie

-Un détachement de santé

Panzerdivision

-Les divisions de chars ou PanzerDivisionen sont mises en place au milieu des années trente à la même époque que les Divisions Légères Mécaniques (D.L.M) françaises.

-Les trois premières Panzer-Division sont mises sur pied en novembre 1935, la 1. PzD est créée à partir de la division légère, ex-3ème division de cavalerie, les 2. et 3. PzD étant créées ex-nihilo.

-La 4. PzD est créée le 10 novembre 1938 par transformation en division de la 7. Panzer Brigade et si la 5. PzD est créée ex-nihilo, les quatre Panzerdivision suivantes sont créées par transformation des Leichte Division (divisions légères) qui n’avaient pas donné satisfaction durant l’invasion de la Pologne. Les divisions légères créées ultérieurement étaient  des unités d’infanterie n’ayant aucun lien avec les divisions dont nous allons parler maintenant.

La 6. PzD est créée le 6 octobre 1939 par transformation de la 1. Leichte Division, la 7.PzD est mise sur pied le 18 octobre 1939 par transformation de la 2. Leichte Division, la 8.PzD est créée le 16 octobre 1939 par transformation de la 3. Leichte Division.

La 9. PzD est crée le 3 janvier 1940 par transformation de la 4. Leichte Division qui elle même était issue de la Schnelle Division (division rapide ou division d’urgence) de la Bundesheer, l’armée de terre autrichienne absorbée par la Deutsche Heer suite à l’Anschluss en octobre 1938.

-Paradoxalement, la 10. PzD est mise sur pied le 10 avril 1939 avec des éléments de deux divisions d’infanterie motorisées, les 20.ID et 29.ID.

-Comme pour les DLM françaises, la configuration des PzD à évolué avec le retour d’expérience et les inévitables tatonements liés à la nouveauté.

-Leur configuration originelle voyait ces divisions organisées en un état-major, une brigade blindée à deux régiments de chars, une brigade de reconnaissance, un régiment de fusiliers, un bataillon motocycliste à cinq compagnies, un groupe de reconnaissance motorisé, un détachement antichar, un groupe motorisé d’artillerie, des unités du génie et un détachement motorisé de transmissions.

-Initialement, il était prévu de passer de dix à vingt PanzerDivision mais au final, seulement deux nouvelles PzD sont mises sur pied. La 11.PzD est mise sur pied en janvier 1942 et la 12.PzD en juin 1945 après la fin de la guerre civile. Le projet de créer les 13. et 14.PzD n’aboutit pas avant le début du conflit.

-Les PanzerDivision nouvelle génération voient le jour à partir de septembre 1945. Outre le retour d’expérience, il faut ajouter un processus similaire côté français et l’arrivée de chars plus puissants (Panther et Tigre).

-Résultat, quand démarre le second conflit mondial, les PanzerDivision sont organisées de la façons suivante :

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement logistique autonome

-Un groupe de reconnaissance motorisé (une compagnie motocycliste, une compagnie d’auto-blindées, une compagnie lourde équipés de chars légers Lynx et une compagnie d’appui _canons antichars et antiaériens_)
-Une brigade de chars (état-major, deux régiments de chars équipés de Panzer V Panther, de Panzer III ou de Panzer IV, un bataillon d’artillerie d’assaut, un bataillon de grenadiers d’assaut, une compagnie antichar et une compagnie antiaérienne)

-Une brigade de grenadiers (état-major, deux régiments de grenadiers, une compagnie motocycliste, une compagnie antichar et une compagnie antiaérienne),

-Un régiment d’artillerie autopropulsé équipé de Wespe et de Hummel

-Un bataillon motorisé du génie

-Un détachement de transmissions.

-A noter qu’en temps de guerre, deux bataillons de chars lourds équipés de Panzer VI Tigre renforcent la division.

-Ces unités apparaissent plus puissantes que les DLM ou les DC françaises mais elles ne sont pas exemptes de «défauts» avec notamment une moindre grande intégration du couple chars/infanterie, la présence de deux bataillons de chars lourds uniquement en temps de guerre ce qui peut rendre leur utilisation moins efficiente qu’envisagée.

-La reconnaissance et l’éclairage divisionnaire dépend d’un groupe alors que les Divisions Légères Mécaniques et les Divisions Cuirassées utilisent un régiment complet.

-Elle est cependant supérieure au niveau de l’artillerie avec des obusiers autopropulsés de 150mm supérieurs au canons automoteurs de 105mm des DC et des canons tractés des DLM.

-De toute façon comme on le dit souvent, seule l’épreuve du feu permettra de vérifier si telle organisation est supérieure à telle autre.

Brigades du génie (Pioniere-Brigade)

-Les manœuvres d’avant guerre ont montré l’utilité du génie pour aménager le terrain et franchir les cours d’eau. La recherche de la vitesse et de la bataille décisive impose un tempo élevé aux opérations. Hors de question de ralentir parce qu’un cours d’eau ou un fossé antichar stoppe les chars.

D’où la création au printemps 1946 de quatre brigades du génie destinées au combat, au déminage et au franchissement des coupures humides.

Ils doivent également pouvoir remettre en fonctionnement des installations ferroviaires, utiliser les systèmes de communication ennemis voir remettre en route des centrales électriques.

Chaque brigade est organisée de la même façon :

-Un état-major

-Un groupe logistique

-Un régiment de minage/déminage

-Un régiment de sapeurs

-Deux régiments de franchissement

Régiments d’artillerie lourde et d’artillerie spéciale

-Outre les régiments d’artillerie intégrées aux divisions, l’artillerie allemande disposent de régiments indépendants, des unités d’artillerie lourde pouvant effectuer une préparation d’artillerie comparable au premier conflit mondial ou d’obtenir la percée.

-Chaque corps d’armée (onze Armee-Korps et quatre Panzer-Korps) disposent d’un régiment d’artillerie lourde équipés de canons de 150mm de deux modèles soit le Krupp Schwere Feldhaubitze 18 ou encore le Rheinmettall Kanone 18.

Ces quinze régiments sont chargés d’appuyer les différentes divisions placées sous le commandement des corps, c’est l’équivalent de l’ALCA ou Artillerie Lourde de Corps d’Armée (ALCA) pour la France.
-Ces régiments d’artillerie sont organisés en un état-major, une batterie hors-rang pour le soutien logistique, une batterie d’observation et de réglages de tir et quatre groupes de deux batteries de six canons soit un total de trente-six pièces par régiment.

-Ces régiments sont issus des régiments lourds existants en septembre 1939 et qui avaient été scindés en deux, un groupe rejoignant un régiment léger endivisionné et l’autre groupe restant en réserve.

-Leurs effectifs ont été complétés par des batteries mises sur pied par les nouveaux régiments d’artillerie divisionnaire à quatre groupes.

A ces régiments s’ajoute l’équivalent français de la Réserve Générale, des régiments placés sous le contrôle direct de l’OKH qui peut les utiliser à discrétion soit pour renforcer un Corps d’Armée ou déclencher le feu de Wotan en concentrant le maximum de bouches à feu.

-En septembre 1948, il existe seize de ces régiments équipés de différents canons allant de 170 à 356mm soit une amplitude supérieure à la France même si la majorité des régiments sont équipés de canons de 170mm et de mortiers de 210mm (treize), deux recevant des canons de 240mm et un troisième équipé d’obusiers de 356mm.

-La Heer dispose également d’une artillerie lourde sur voie ferrée (ALVF). Si les canons de 150 et de 170mm mis en service en 1936 en réutilisant d’anciennes pièces navales avaient été ferraillés, des pièces plus lourdes les avaient remplacés.

-Deux régiments d’artillerie sur voie ferrée (Eisenbahn) sont opérationnels en septembre 1948. Ils sont équipés de canons de 280mm K5 et de canons de 400mm K6, une version terrestre des canons de 406mm des cuirassés de type Hidenburg. Des projets de mortiers lourds de 520mm et de canons de 800mm (!) ne se sont pas concrétisés avant le conflit.

-Des lance-roquettes sont également en service au sein de l’artillerie allemande. Appelés officiellement Nebelwerfer (faiseur de fumées), ils étaient officiellement censés créer des nuages fumigènes pour masquer le franchissement d’un cours d’eau ou l’avancée des troupes au sol mais en réalité, il s’agissait d’un lanceur de roquettes sol-sol à stabilisation par rotation.

Cette arme dans sa version 150 (Wurfgranate 41) et de 210mm (Wurfgranate 21) n’avait pas d’équivalent dans les armées alliées qui y furent confrontés en Norvège, une confrontation douloureuse.

Malheureusement pour les allemands et heureusement pour les alliés, deux exemplaires de Wurfgranate 21 avec des projectiles furent capturés à Tromso au cours d’une furieuse contre-attaque française.

Ces lanceurs furent aussitôt embarqués dans un hydravion direction la Grande-Bretagne où leur évaluation accéléra le développement d’un lance-roquettes franco-britannique appelé LRM (Lance-Roquettes Multiples) ou Multiple Rocket Launcher (MRL), un nom officiel remplacé par le mot famillier d’Orgue.

Parallèlement, des roquettes plus grosses furent mises au point en l’occurrence des Wurfkörper de 280 et 320mm installés dans des battis en bois montés sur des véhicules, les ancêtres de nos LRM actuels montés sur châssis chenillé ou sur camions.
Ces armes équipaient douze Wurfgranate Abteilung organisés en une batterie de commandement et de soutien, une batterie hors rang et trois batteries de douze lanceurs remorqués ou motorisés.

Transmissions

-Dépendant de l’Inspektion der Nachrichten, les unités de transmissions allemandes sont majoritairement intégrées aux unités de combat.

-Néanmoins, il existe plusieurs bataillons de transmissions indépendants (quatre en l’occurrence) chargés des transmissions stratégiques entre les troupes sur le front et l’arrière. Ce nombre doit doubler à la mobilisation.

Soutien

-La guerre moderne, la guerre industrielle impose une logistique très importante. Le temps où les armées pouvaient vivre sur le pays est terminé.

-Il faut du carburant pour les chars et les véhicules blindés, des munitions, des médicaments et des vivres, des pièces détachées pour les véhicules. Cette tache d’approvisionnement et de ravitaillement (Versorgung) est assurée par les troupes d’approvisionnement (Nachschubtruppen), «le train des équipages» (Kraftfahrparktruppen) et les Verwaltungstruppen (cuisiniers, boulangers….).

La maintenance est assurée par les Feldzeugtruppen (armuriers, mécaniciens, garagistes) alors que les soins sanitaires et vétérinaires dépendent respectivement des Sanitättruppen et des Veterinärtruppen.

Outre les unités divisionnaires, on trouve des unités de soutien de niveau brigade, des unités destinées à founir un soutien à des corps d’armée ou des armées.

Elles sont chargées des dépôts de l’arrière, de l’acheminement du ravitaillement jusqu’au niveau divisionnaire où le groupement logistique prend le relais.

Chaque corps d’armée dispose d’une brigade de soutien (Versorgung-Brigade) chargé aussi bien du ravitaillement que de la maintenance, du soutien sanitaire et vétérinaire. Ce système parfait sur le papier se heurtera rapidement à de graves difficultés car sous-dimensionné par rapport aux besoins.

Grands tacticiens mais piètres stratèges, les allemands pensent en guerres courtes ce qui les incitent à négliger voir mépriser la logistique bien moins noble que le combat.

Feldgendarmerie

Pour assurer la circulation et l’ordre dans les arrières, la Heer dispose d’une police militaire appelée Feldgendarmerie.

Cette force à pour origine la période napoléonienne. Suite à la campagne catastrophique de 1806, la Prusse entreprit de profondes réformes et créa une force calquée sur la gendarmerie française appelée Feldgendarmerie.

Cette force était composée d’anciens fantassins et d’anciens cavaliers _notamment pour l’encadrement_ ce qui permettait en partie de contourner les effectifs limités par Napoléon 1er (80000 hommes) puisque les Feldgendarmes étaient considérés comme du personnel militaire bien que payé en temps de paix par le ministère de l’Intérieur.

En temps de guerre, la moitié des effectifs étaient rattachés à l’armée pour les taches décrites plus haut.

La Feldgendarmerie disparu en 1918, la République de Weimar ne disposant d’aucune police militaire. Il faut attendre l’arrivée des nazis pour voir la renaissance de la Feldgendarmerie.

Outre le maintien de l’ordre et la sécurité, elle était chargée de la circulation et des enquêtes en liaison avec les autres forces de police de l’Etat nazi avec lesquelles les relations n’étaient pas toujours cordiales.

Chaque division disposait d’un détachement de Feldgendarme dépendant du commandant de la division et chaque corps d’armée d’un bataillon. Une réserve opérationnelle de quatre régiments existait également.

Publicités

Allemagne (35) Aéronavale (7)

Les avions d’entrainement et de soutien

Outre les avions de combat, le Kriegsmarine FliegerKorps dispose d’avions de soutien et d’entrainement.

Pour le soutien, il s’agit d’inusables Junkers Ju-52 utilisés notamment par les Traggergruppe alors pour l’entrainement, on trouve des Bücker Bu-181 et des Bücker Bu-183, le second étant la version navalisée du premier.

Junkers Ju-52

Junkers Ju-52/3m

Junkers Ju-52/3m

Le Junkers Ju-52 surnommé Iron Annie est issu d’un avion précédent de la firme, le Junkers W-33, le premier vol du premier prototype ayant lieu le 13 octobre 1930 suivi d’un deuxième prototype le 7 mars 1932.

Conçu comme un avion commercial, l’appareil fût rapidement dévellopé en une version militaire, brièvement utilisé comme bombardier puis surtout comme avion de transport militaire.

Si la Luftwafe l’à remplacé au milieu des années quarante par le nettement plus moderne Junkers Ju-90, la Kriegsmarine continue de l’utiliser en septembre 1948 au sein de ces groupes aériens embarqués et de plusieurs unités de soutien.

Chaque Traggergruppe dispose de deux Junkers Ju-52. Ces appareils ne peuvent apponter sur les porte-avions mais servent pour le transport de munitions, de pièces détachées et bien entendu de personnel entre l’Allemagne et les ports où les porte-avions font escale.

Chaque Kommando du Kriegsmarine FliegerKorps dispose d’un Marine Transport Staffel de douze appareils.

Ce sont donc au total trente deux Junkers Ju-52 qui sont en service en septembre 1948. Sans la guerre, ils auraient été remplacés dans quelques mois par des Junkers Ju-90.

Dans le cadre de l’opération Weserübung, les porte-avions Graf Zeppelin Lutzen et Bautzen sont engagés respectivement à Trondheim, à Bodo et à Bergen.

Les Junkers Ju-52 de ces groupes aériens restent en Allemagne. Ce n’est qu’après la conquête de solides têtes de pont et le contrôle des aérodromes que les trimoteurs vont rejoindre chargés de munitions et de pièces détachées les porte-avions qui n’hésitent pas à mouiller dans les fjords pour se ravitailler à l’abri d’une riposte alliée autre qu’aérienne.

Quand aux Ju-52 des MTS (MTS-Ost et MTS-West), ils vont mener des missions de transport pour la Kriegsmarine mais également pour la Heer.

Caractéristiques Techniques du Junkers Ju52

Type : avion trimoteur de transport

Masse : à vide 6510kg en charge 9200kg maximale au décollage 10990kg

Dimensions : longueur 18.90m envergure 29.25m hauteur 4.5m

Motorisation : trois moteurs radiaux BMW 132T de 715ch chacun

Performances : vitesse maximale 265 km/h vitesse de croisière 211 km/h distance franchissable 870km plafond opérationnel 5490m

Armement : 4 mitrailleuses de 7.92mm en poste ventral et poste dorsal et 650kg de bombes en soute. En transport, le poste ventral est supprimé

Bücker Bü181 et Bü183

Un Bücker Bu181 en vol

Un Bücker Bu181 en vol

-La formation initiale des pilotes du KFK dépendait de la Luftwafe avec le Bücker Bü181, seule la navalisation était du ressort de l’aéronavale allemande.

-Cette dernière conserve deux Marine Schule Staffel (MSS) composée chacune de huit Bücker Bü181 et quatre Bü183, la version navalisée du premier.

-Le Bücker Bü181 effectue son premier vol en février 1939, entrant en service courant 1940.

-En septembre 1942, les deux MSS sont créées et pour les armer, le Kriegsmarine Fliegerkorps passa commande de trente-deux Bücker Bü181 et de deux prototypes d’une version navalisée baptisée Bü183.

Les trente-deux Bü181 furent livrés entre janvier et mars 1943 suivit un mois plus tard par les deux prototypes d’une version navalisée qui effectuèrent leurs premiers appontages et leurs premiers catapultages en juin 1943 à bord du KMS Graf Zeppelin.

Suite aux essais réussis, douze appareils sont commandés et livrés en octobre 1943. Cela nous donne une flotte complète de quarante-quatre appareils mais seulement vingt-quatre étant utilisés simultanément, les autres étant stockés ou utilisés pour d’autres missions comme le remorquage de cibles ou la liaison.

En septembre 1946, seize nouveaux Bücker Bü183 sont commandés, ces appareils livrés en octobre 1946 sont intégrés directement aux différents groupes aériens servant à bord comme avion d’entrainement, de liaison voir d’attaque légère.

Soixante Bücker Bü181/183 sont donc en service en septembre 1948.

Caracteristiques Techniques du Bücker Bü181

Type : biplace d’entrainement, de liaison et de servitude

Poids : à vide 480kg maximal au décollage 750kg

Dimensions : longueur 7.85m envergure 10.06m hauteur 2.05m

Motorisation : un moteur radial Hirth HM 500A de 105ch

Performances : vitesse maximale 215 km/h vitesse de croisière 195 km/h distance franchissable 800km plafond opérationnel 5000m

Armement : deux mitrailleuses MG-17 de 7.92mm en gondole sous les ailes avec 250 coups pour l’entrainement au tir, gondoles remplaçables par des rateliers pour bombes d’exercices.

Caracteristiques Techniques du Bücker Bü183

Type : biplace d’entrainement, de liaison et de servitude

Poids : à vide 560kg maximal au décollage 830kg

Dimensions : longueur 7.85m envergure 10.06m hauteur 2.05m

Motorisation : un moteur radial Hirth HM 500B de 130ch

Performances : vitesse maximale 215 km/h vitesse de croisière 195 km/h distance franchissable 800km plafond opérationnel 5000m

Armement : deux mitrailleuses MG-17 de 7.92mm en gondole sous les ailes avec 250 coups pour l’entrainement au tir, gondoles remplaçables par des rateliers pour bombes d’exercices.

20-Ordre de bataille et Programme de guerre (3)

B-Programme de guerre du 15 janvier 1949

Avant propos

Le 5 septembre 1948, ce que le monde craignait depuis la fin de la guerre de Pologne se produit : la guerre déchire à nouveau le continent. Deux petits royaumes nordiques, la Norvège et le Danemark sont attaqués par l’Allemagne au mépris de la neutralité de Copenhague et d’Oslo.

De violents bombardements frappent Copenhague, Oslo, Bergen et d’autres villes suivis de raids aéroportés et de débarquements amphibies qui prennent les alliés aux dépourvus en dépit de signaux d’alerte convergents que Paris comme Londres n’ont pas su ou pas voulu voir.

Ce déclenchement de l’opération Weserübung entraine de violents affrontements sur mer, dans les airs, à terre et sous les océans entre l’Allemagne d’un côté et les alliés franco-anglo-polono-norvégiens qui se terminent par l’occupation de la Norvège par l’Allemagne.

Deux mois de violents combats qui ont provoqué des pertes qu’il faut combler. Il faut également envisager l’avenir, anticiper l’après conflit et le visage de la marine dans quinze ou vingt-ans.

D’où le vote d’un programme de guerre le 15 janvier 1949 par la Chambre des Députés destiné à combler les pertes présentes, à si possible anticiper les pertes et besoins futurs et ce qui est encore plus difficile, mettre sur pied les bases d’une marine puissante une fois ce conflit terminé car tout le monde pressent en cet automne 1948 que les allemands ne s’arrêteront pas là……….. .

De longues discussions

Dès le 12 octobre 1948, le commandant en chef de la marine nationale, l’amiral Ollive réclame le vote par le parlement d’un programme de guerre destiné à combler les premières pertes du conflit et ne pas se retrouver au pied du mur.

Les discussions sont paradoxalement assez longues. En dépit de la situation internationale tendue, les parlementaires rechignent à voter de nouveaux crédits pour les constructions navales. Un jeune député PSF, Michel Debré lance cette algarade célèbre «Messieurs auriez vous oublié que c’est la guerre et qu’il n’est pas  temps de mégoter sur les investissements ?».

La situation se débloque à la fin de l’année. Le projet est voté en première lecture le 14 décembre 1948 suivit d’un deuxième vote au Sénat le 19 décembre 1948. Après un amendement accroissant les commandes, le programme de guerre est définitivement voté le 27 décembre 1948 et sanctionné par le pouvoir exécutif le 15 janvier 1949 bien que dans la pratique, des premières commandes ont été passées.

Des navires, toujours plus de navires

Cuirassés et croiseurs de bataille

Le 17 septembre 1948, le porte-avions Painlevé lance un raid dévastateur sur Oslo en compagnie du porte-avions britannique Malta. L’aérodrome de la capitale norvégienne occupée par les allemands est particulièrement visé et la Luftwafe subit de lourdes pertes notamment en avions de transport.

Un raid de représailles est lancé dans l’après midi, coulant un destroyer britannique, le torpilleur d’escadre Le Téméraire  et endommageant le cuirassé Lorraine.

Le surlendemain, alors que le porte-avions français s’apprête à lancer un nouveau raid contre Trondheim au nord de la Norvège, d’inquiétantes gerbes éclatent alors que règne un brouillard à couper au couteau.

Cela signale l’arrivée du cuirassé Hindenburg et du croiseur lourd Tegetthoff bien décidés à chatier la Royale.

Le cuirassé Lorraine va alors se sacrifier en compagnie des torpilleurs d’escadre L’Intrepide et Arquebuse pour couvrir la retraite du Painlevé qui quand il sera en mesure de lancer ses avions contre les navires allemands, constatera qu’ils ont disparu tout comme le Lorraine et l’Arquebuse alors que l’Intrepide légèrement endommagé récupère les survivants au risque d’être torpillé ou victime de la Luftwafe.

La perte du Lorraine suivit quelques jours plus tard par les lourds dommages subis par le cuirassé Normandie pousse la marine à reconsidérer la construction des trois cuirassés type CR3 (Cuirassé Rapide de 3ème génération).

En septembre 1948, seuls les deux premiers baptisés Languedoc et Moselle avaient été mis sur cale respectivement à l’Arsenal de Brest et aux ACL de Saint-Nazaire mais les travaux avaient été menés sans empressement et même suspendus au moment de l’entrée en guerre de la France.

Ces travaux vont reprendre début octobre 1948, financés par le programme de guerre, les deux cuirassés de 47500 tonnes, 28 nœuds avec un armement principal composé de neuf canons de 406mm en trois tourelles triples étant mis en service en 1951 remplaçant numériquement le Lorraine et le Clemenceau coulé en Méditerranée.

-Le Languedoc est mis sur cale à l’Arsenal de Brest (forme n°11) le 14 mai 1948 lancé le 23 mars 1950 et mis en service au printemps 1951.

-Le Moselle est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Saint-Nazaire-Penhoët le 15 août 1948 lancé le 4 septembre 1950 et mis en service en octobre 1951

Le troisième CR3 qui aurait du être mis sur cale après le lancement du Languedoc (survenu en mars 1950) ne le sera jamais, la marine connaissant des problèmes d’effectifs et ne voulant pas construire des navires qu’elle ne pourrait mettre en œuvre sereinement.
Caractéristiques Techniques de la classe Languedoc

Déplacement : standard 47500 tonnes pleine charge 51000 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 272m largeur 37.50m tirant d’eau 11.50m

Propulsion :  4 turbines à engrenages Parson réparties en une salle des machines avant et une salle des machines arrières, alimentées par six chaudières Sural développant 170000ch et entrainant quatre hélices

Performances :  vitesse maximale : 29.5 noeuds distance franchissable : 8400 miles nautiques à 15 noeuds 2900 miles nautiques à 28 noeuds.

Protection : ceinture principale 390mm bulkhead avant 355mm bulkhead au dessus du pont blindé intermédiaire 235mm

pont blindé supérieur au dessus des soutes à munitions 190mm pont blindé supérieur au dessus des machines 170mm pont blindé intermédiaire 50/70mm (100mm au dessus des hélices et 150mm au dessus des lignes d’arbre)

Bloc passerelle : face avant et latérales 360mm arrière 280mm toit 170mm tube de communication 160mm

Tourelles triples de 406mm : face avant 430mm faces latérales 300mm toit 170 à 195mm face arrière 270mm (T.I) et 260mm (T.II) barbettes au dessus du PBS 405mm barbettes en dessous du PBS 80mm

Tourelles de l’artillerie secondaire : face avant 130mm côtés et toit 70mm face arrière 60mm barbette 100mm

Électronique : un radar de veille aérienne, un radar de veille surface, deux radars de conduite de tir pour l’artillerie principale, deux radars pour la conduite de l’artillerie secondaire
Armement : neuf canons de 406mm Mark IV répartis en trois tourelles triples (deux avant et une arrière), 24 canons de 130mm en douze tourelles doubles installées latéralement, 28 canons de 37mm groupés en quatre affûts quadruples ACAQ modèle 1941  et six  affûts doubles ACAD modèle 1935   et 12 canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en six affûts doubles
Aviation : une catapulte et un hangar sous la poupe avec deux à quatre hydravions Dewoitine HD-731

Equipage : 1780 officiers et marins

Porte-avions

Quand éclate le second conflit mondial, la marine nationale dispose de cinq porte-avions dont quatre sont déployés en Europe. Le porte-avions montre son  utilité durant la campagne norvégienne mais le programme de guerre ne prévoit dans sa première version aucune commande.

Tout juste prévoit-il que la marine nationale ne peut disposer de moins de trois porte-avions pour en avoir un toujours opérationnel, un en entretien courant ou entrainement de son groupe aérien et un troisième immobilisé pour un grand carénage ou une modernisation. Ce n’est qu’en mai 1952 que les trois porte-avions type PA23 ou classe Clemenceau (Clemenceau Foch Joffre) sont commandés, des navires qui seront mis en service après la fin du conflit.

Caractéristiques Techniques de la classe Clemenceau

Déplacement : standard 32500 tonnes pleine charge 41000 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 275m longueur du pont d’envol 270m largeur à la flottaison 30m largeur du pont d’envol 47m tirant d’eau à pleine charge 9.80m

Propulsion : 4 turbines à vapeur Rateau-Bretagne alimentées en vapeur par 8 chaudières Penhoët dévellopant 170000ch et entrainant quatre hélices

Performances : vitesse maximale en service courant 32 noeuds distance franchissable 16000 miles nautiques à 15 noeuds

Protection : ceinture de 130mm pont d’envol 75mm pont du hangar 50mm

Armement : huit canons de 130mm en quatre tourelles doubles, quarante-huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 ou ADAC/ADAQ et trente-six canons de 25mm en affûts simples et doubles
Installations aéronautiques : pont d’envol de 270m de long sur 47m de large équipé de deux catapultes hydrauliques axiales à l’avant

Hangar de 204m de long sur 24m de large et 5.40m de haut relié au pont d’envol par trois ascenseurs  (deux axiaux de 14.7 sur 13.5m et un latéral du 18.3 sur 10.4m) onze brins d’arrêts et une grue de 15 tonnes derrière l’ilôt

Groupe aérien : 90 appareils (chasseurs MB-159M, bombardiers en piqué Loire-Nieuport LN-420,Latécoère Laté 299-5, SNCAO CAO-610 en attendant des avions plus modernes)

Equipage : 2500 à 3000 hommes

La raison finit cependant par l’emporter et la version définitive du programme de guerre voit la commande de deux porte-avions légers, version agrandie des Alienor d’Aquitaine, des porte-avions baptisés Guillaume le Conquérant et Henri Plantagenêt.

Il faut dire que les «ponts plats» payent leur part de pertes avec la destruction du Joffre en Méditerranée et de l’Alienor d’Aquitaine en Indochine par les japonais.

Caractéristiques des porte-avions classe Guillaume Le Conquérant

Déplacement : standard 16000 tonnes pleine charge 19000 tonnes

Dimensions : longueur 215.30m largeur (flottaison) 24.50m tirant d’eau (en charge) 8.25m

Propulsion : turbines à engrenages Parson alimentées par quatre chaudières type Amirauté dévellopant une puissance totale de 43000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 25 noeuds distance franchissable 12000 miles nautiques à 14 noeuds

Armement : 32 canons de 37mm Schneider modèle 1941 en seize affûts doubles et 16 canons de 25mm Hotchkiss modèle 1940 en huit affûts doubles.

Installations aéronautiques et Groupe aérien :

-Une catapulte à l’avant

-Deux ascenseurs axiaux

-Hangar de 138mx15.84×5.33m

-Dix brins d’arrêt.
Groupe aérien : encore non arrêté à l’époque mais devrait tourner entre 30 et 40 appareils

Equipage : encore inconnu à l’époque

Croiseurs lourds

En septembre 1948, la marine nationale dispose de neufs croiseurs lourds plus un dixième _le Charles Martel_ en construction à Lorient. Tous sont déployés en Europe à l’exception du Tourville déployé en Indochine comme navire-amiral des FNEO.

Jugeant ce type de croiseur inadapté aux missions à venir, la marine nationale décide de ne commander aucun croiseur lourd ou croiseur de 1ère classe.

Croiseurs légers

Quand le second conflit mondial éclate, la marine nationale dispose de dix sept-croiseurs légers plus  trois autres en construction (un en achèvement à flot et deux sur cale) soit un potentiel de vingt-croiseurs légers.

Il ne faut cependant pas s’arrêter sur un bilan strictement comptable. La flotte est en effet hétérogène avec les vénérables Duguay Trouin et Primauguet, le croiseur-école Jeanne d’Arc juste capable de traquer les raiders allemands, les modernes La Galissonnière et De Grasse (six de chaque côté) et l’étonnant Waldeck-Rousseau, un croiseur léger antiaérien.

Les tranches 1946 et 1948 avaient financé la construction de trois croiseurs légers baptisés  Dupuy de Lôme Sully et Louvois destinés à remplacer le Lamotte-Picquet (désarmé prématurément en 1946), le Duguay-Trouin et Le Primauguet.

La campagne de Norvège à prélevé sa part de la «note du boucher» comme dise les anglo-saxons puisque le Gloire est coulé au large d’Oslo par une attaque combinée de la Luftwafe et des sous-marins qui ne laisse aucun chance au croiseur léger. Le Waldeck-Rousseau est sévèrement endommagé et nécessitera de longues réparations avant de redevenir opérationnel.

Prévoyant des pertes sévères dans cette catégorie de croiseurs, la marine parvint à arracher aux députés la commande de neuf croiseurs légers type Dupuy de Lôme même si les retours d’expérience de la guerre se chargeront de modifier éventuellement l’armement et les capacités de ces navires.