Le Conflit (17) Norvège (17)

Après la conquête de la Norvège et du Danemark les allemands vont transformer ces deux paisibles démocraties scandinaves en véritables forteresses en fortifiant les côtes, en aménagéant bases navales et bases aériennes, construisant dépôts et casernes non sans mal car les alliés bombardent les chantiers sans compter l’action de la Résistance qui sabote les chantiers ou vole plans et outillage sans parler des ouvriers norvégiens qui mènent une grève du zèle.

Tout comme la France et la Grande-Bretagne, l’Allemagne va mettre sur pied un programme de guerre mais cette mise en place va être plus tardive puisque le Programm für einen siegreichen Seekrieg (Programme pour une guerre navale victorieuse) est officialisé le 8 février 1949.

Il prévoit la construction de deux porte-avions, de six croiseurs légers, de douze Zerstörer type 48, de huit torpilleurs type 46, de douze sous-marins type XII, de douze sous-marins type XVII, de douze M-Boote, de douze Neue Geleitbotte, de trente-deux vedettes lance-torpilles, de douze R-Boote, de douze navires amphibies (Marine Infanterie Schiff MIS) et de deux pétroliers.

On note l’absence de cuirassés pour la simple et bonne raison que plusieurs unités sont encore en construction mais ni le Moltke ni le Goeben ne seront achevés. Cela n’aurait de toute façon pas changé grand chose si vous voulez mon avis.

Ce programme de guerre va être partiellement réalisé surtout qu’au bout d’un moment les allemands vont privilégier navires légers et surtout sous-marins au détriment des grandes unités de combat.

Schéma du projet original de Kleinen Flugzeugträger. Les Lutzen et Bautzen en sont dérivés

En dépit des avantages, les deux porte-avions prévus ne seront pas achevés faute de temps et de moyens. Evolution du des Lutzen et Bautzen, les Gneisenau et Blücher sont mis sur cale en septembre 1949 et mars 1950 à Kiel mais leur construction ne bénéficie pas d’une grande priorité.

Si le premier est lancé en juin 1951 il ne sera jamais achevé et sera coulé à Kiel par l’aviation alliée, le second n’aura même pas l’honneur d’un lancement même technique, les éléments sur cale étant démantelés en octobre 1951 six mois après l’abandon de la construction.

Après avoir hésité les allemands décident de construire non pas des croiseurs lourds mais des croiseurs légers. Six unités du type Berlin modifié sont ainsi prévues mais seulement trois seront achevées et mises en service, deux unités étant mises sur cale mais jamais lancées et une dernière annulée avant d’être mise sur cale.

Ces croiseurs sont baptisés du nom de villes allemandes en l’occurence les KMS Köningsberg Strasburg Lübeck Stettin Stuttgart et Breslau.

Le KMS Köningsberg mit en service en décembre 1951 opère d’abord en Baltique jusqu’en mars 1953 avant de rallier la mer du Nord. Il est torpillé par le sous-marin français Mayotte le 14 juillet 1953, trois torpilles symboliquement baptisées LIBERTE EGALITE et FRATERNITE avec leurs têtes peintes en bleu blanc et rouge envoyant le croiseur par le fond.

Le KMS Strasburg mis sur cale en septembre 1950 à Brême est détruit sur cale par des bombardiers français le 14 juin 1952 à trois jours du lancement. La légende veut que des pilotes de l’unité venaient d’Alsace et on pris tous les risques pour détruire sur cale le navire portant le nom de la capitale alsacienne.

Le KMS Lübeck est mis en service le 17 mars 1952. Confiné en mer Baltique, il affronte la marine et l’aviation soviétique jusqu’à sa destruction par des bombardiers-torpilleurs soviétiques le 8 août 1953, deux torpilles l’envoyant par le fond.

Le KMS Stettin est mis en service le 8 octobre 1952, ralliant la mer du Nord pour renforcer les défenses de la Norvège alors que la pression alliée ne cesse de s’accentuer. Il mène plusieurs raids contre des convois alliés et contre des sorties des escadres alliées. Endommagé à plusieurs reprises il succombe sous les coups de l’aviation embarquée britannique à la veille de BOREALIS le 10 octobre 1953.

Le KMS Stuttgart mis sur cale en août 1953 voit sa construction stoppée en janvier 1954 alors que les travaux avaient peu avancé. C’est mieux que le Breslau qui lui ne sera jamais mis sur cale.

En septembre 1948 huit Zerstörer étaient en construction et donc ne peuvent participer à la Campagne de Norvège (1948). Si certains sont en achèvement à flot (Z.53 Z.54 Z.55 Z.56) les autres sont encore sur cale (Z.57 Z.58 Z.59 Z.60).

Les quatre premiers sont mis en service respectivement en avril 1949, juillet 1949, septembre et octobre 1949.

Les quatre derniers encore sur cale vont être mis en service au printemps 1950 avec plusieurs semaines de retard.

Ces huit destroyers vont former deux nouvelles divisions, les 17. et 18. Z-Division, la première composée des Z.53/55/57 et 59 opérant en Baltique alors que la seconde composée des Z.54/56/58 et 60 opère en mer du Nord depuis la Norvège.

Comme leurs homologues alliés ils vont à la fois escorter de grandes unités remplaçant leurs confrères coulés mais aussi mener des missions d’escorte de convois et des raids contre des navires isolés d’un convoi en liaison avec les sous-marins, l’aviation et d’autres unités de surface.

Sur ces quatre destroyers déployés en Norvège aux côtés d’autres unités (voir ci-après) trois sont coulés, le Z.54 victime de destroyers britanniques le 14 janvier 1952 (deux torpilles, une vingtaine d’obus de 114 et de 120mm), le Z.56 qui saute sur une mine allemande le 8 décembre 1952 et enfin le Z.58 qui est victime de l’aviation embarquée française le 10 octobre 1953 lors de l’opération BOREALIS.

Le Z.60 lui va survivre au conflit. Saisi dans le port d’Oslo par les norvégiens il est cependant en très mauvais état. Après avoir étudié sa remise en service la marine royale norvégienne préfère l’envoyer à la ferraille.

Dans le cadre du programme de guerre, d’autres destroyers pardon d’autres Zerstörer sont commandés, des Zerstörer type 48 qui sont une évolution du type 42.

Douze unités baptisées Z.61 à Z.72 sont ainsi prévues et seront toutes achevées non sans mal en raison de difficultés d’approvisionnement, de querelles entre décideurs et accessoirement des bombardements aériens alliés sur les chantiers de construction. Voilà pourquoi le projet de construire seize nouveaux destroyers sera abandonné à l’automne 1952.

Le Z.61 et le Z.62 sont mis en service en mai 1950, les Z.63 et Z.64 en août 1950, les Z.65 et Z.66 en mars 1951, les Z.67 et Z.68 en août 1951, les Z.69 et Z.70 en mars 1952, les Z.71 et Z.72 en janvier 1953.

Ces douze Zerstörer forment trois nouvelles divisions, des divisions numérotées 19. Z-Division, 20. Z-Division et 21. Z-Division. Si la 21ème division (Z.61/Z.63/65/67) reste en mer Baltique, les autres type 48 sont envoyés en Norvège, la 19ème division étant composée des Z.62/Z.64/Z.66/Z.68 et la 20ème des Z.69/Z.70/Z.71/Z.72.

Sur les huit Zerstörer déployés en Norvège, six sont coulés et deux ayant survécu (Z.62 et Z.72). Les autres ont été victimes de l’aviation (Z.64, Z.66, Z.68, Z.70), de sous-marins (Z.69), des mines (Z.71).

Le Z.62 est capturé à Trondheim par les américains après BOREALIS. Il est évalué par l’US Navy avant d’être coulé comme cible à l’été 1955. Le Z.72 capturé à Bergen également par les américains était en très mauvais état (un marin américain dira que son maintien à flot tenait du miracle) et est remorqué en haute-mer et coulé comme cible en février 1954.

Aux côtés des destroyers on trouve également des torpilleurs. En septembre 1948 des torpilleurs type 46 sont en construction en attendant la commande de nouvelles unités dans le cadre du programme de guerre.

Huit torpilleurs sont à différents stades de construction quand le second conflit mondial éclate, Le T.45 et le T.46 sont en phase d’essais, les T.47 et T.48 sont en achèvement à flot, les T.49, T.50, les T.51 et T.52 sont encore sur cale.

Les T.45 et T.46 mis en service à la mi-octobre retrouvent les T.43 et T.44 (type 43) et forment la 10. Torpedobooteflottille, flottille qui va être engagée en mer du Nord au cours de la Campagne de Norvège notamment pour escorter des convois et assurer le contrôle de la bande littoral contre les unités légères alliées.

Les T.47 et T.48 sont mis en service en février 1949, les T.49 et T.50 lancés en mars 1949 et mis en service en octobre 1949 forment la 11. Torpedobooteflottille déployée en mer Baltique.

Les T.51 et T.52 sont mis en service en janvier 1950 et vont permettre l’activation de la 12. Torpedobooteflottille qui va être renforcée par les deux premiers type 46 du programme de guerre, les T.53 et T.54 mis en service en octobre 1950. Cette flottille va rallier également la mer du Nord pour combattre dans les eaux norvégiennes.

Les six derniers type 46 (T.55 T.56 T.57 T.58 T.59 T.60) mis en service respectivement en janvier 1951, mars 1951, juin 1951, août 1951, septembre 1951 et janvier 1952 forment une 13. Torpedobooteflottille qui va opérer en mer Baltique contre la marine soviétique.

Sur les huit torpilleurs engagés en mer du Nord, six sont perdus sous les coups des sous-marins alliés (T.43 T.44), des mines (T.45 T.46) et lors d’affrontements de surface (T.51 T.54), le T.52 est capturé par les danois à Aalborg (démoli sans être remis en service) et le T.53 capturé par les français coule lors de son remorquage en direction de la France en janvier 1954 suite visiblement à un sabotage (une enquête ne permettra pas de trouver le responsable).

Naturellement des sous-marins supplémentaires vont être commandés pour renforcer les moyens de l’U-Bootwaffe.

Schéma simplifié des Rolland Morillot. Les type XII sont semblables.

Quand la guerre éclate en septembre 1948 un certain nombre de U-Boot sont en construction dans les chantiers navals allemands. Deux types ont été choisis : le type XII comparable à nos Rolland Morillot et le type XVII comparable à nos Aurore/Phenix.

Sur les douze sous-marins type XII (U-193 à U-204) commandés en septembre 1942, les six premiers (U-193 à U-198) sont sur le point d’entamer leurs essais à la mer ou d’entrer en service. Les six autres sont encore en construction (U-199 à U-204) plus précisément en achèvement à flot leur mise en service ne pouvant avoir lieu avant le printemps ou l’été 1949.

-Sur les douze sous-marins type XVII commandés en janvier 1946 (U-205 à U-216), les six premiers sont sur le point d’entrer en service, les six autres sont encore en construction (trois sur cale et trois en achèvement à flot).

Ces sous-marins vont permettre l’activation de nouvelles flottilles de sous-marins à raison de six U-Boot par flottille. Comme avant guerre les flottilles en mer Baltique portent des numéros pair et celles déployées en mer du Nord des numéros impairs.

C’est ainsi que les U-193/U-194/U-195/U-196/U-197/U-198 mis en service respectivement en janvier (U-193 et U-195), février (U-194 et U-198) et mars 1949 (U-196 et U-197) sont regroupés au sein de la 29. U-Flottille stationnée à Heligoland pour opérer d’abord en mer du Nord puis dans l’Atlantique après un long et périlleux contournement des îles britanniques.

Les six autres unités (U-199/U-200/U-201/U-202/U-203/U-204) mis en service en septembre (U-199 et U-204), octobre (U-200 et U-201) et décembre 1949 (U-202 et U-203) vont former la 31. U-Flottille stationnée à Wesermunde pour opérer elle aussi en mer du Nord et secondairement dans l’Atlantique voir à l’entrée de la Manche notamment durant la Campagne de France alors que le barrage de mines est loin d’être en place et a fortiori étanche.

En ce qui concerne les douze sous-marins type XVII (U-205 et U-216), les six premiers mis en service en mars (U-205/U-207/U-209) et mai 1949 (U-206/U-208/U-210) vont former la 16. U-Flottille qui comme son nom l’indique va être déployée en mer Baltique pour faire face à la marine soviétique.

Les six autres étaient encore en construction. Le U-211 en achèvement à flot et mis en service en janvier 1950 suivit en février par le U-212 puis en mars par le U-213. Le U-214 est mis en service en juillet 1950 suivit en août par le U-215 et en septembre par le U-216. Ces trois derniers vont former la 3 3. U-Flottille déployée dès son activation en Norvège depuis la base sous-marine de Trondheim.

Dans le cadre du programme de guerre, douze type XII et douze type XVII supplémentaires sont commandés, des sous-marins baptisés U-217 à U-228 et U-229 à U-240 respectivement.

Ces sous-marins vont être mis sur cale à l’été 1949, la construction de sous-marins devenant peu à peu prioritaire pour la Kriegsmarine qui mettait en sourdine ses rêves de grandeur (abandon de la construction de cuirassés et de porte-avions, priorité moindre à la construction de croiseurs et de Zerstörer) au profit d’ambitions moindres.

En clair à la fin du conflit la marine allemande construisait des sous-marins et des unités légères de combat.

La construction des type XVII est effectuée avec plus de célérité et ces submersibles côtiers sont mis en service à l’automne 1950 et à l’hiver 1950/51 ne créant pas de nouvelles unités mais intégrant les U-Flottilles existantes.

Les type XII sont construits en parallèle mais leur mise en service à lieu au printemps 1951 là encore au sein d’unités existantes pour remplacer les U-Boot perdus par accident ou sous les coups de l’ennemi.

Les commandes vont ensuite se multiplier aboutissant au final à la construction de quatre-vingt douze type XII et de cent-vingt huit type XVII. D’autres sont surpris sur cale et ne seront jamais achevés, ces sous-marins étant immatriculés U-437 à U-499.

Quelques exemplaires seront capturés par les soviétiques, les français, les britanniques et les américains, certains remis en service moins comme sous-marins opérationnels que comme sous-marins d’essais mais ceci est une autre histoire.

Des navires légers et des navires de soutien vont également être construits. Les besoins allemands sont néanmoins différents des besoins alliés notamment dans les tâches d’escorte qui sont moins ardues que pour les alliés.

Voilà pourquoi le programme de guerre ne prévoir initialement que douze M-Boot (de grands dragueurs de mines également utilisables comme patrouilleurs et escorteurs), douze Neue Geleitbotte (ce qui se rapproche le plus des escorteurs utilisés par les alliés), de trente-deux S-Boote, de douze R-Boote, de douze Marine Infanterie Schift (MIS), de deux pétroliers mais aussi quatre ravitailleurs et deux navires-ateliers (ces deux dernières catégories concernaient des navires mis sur cale avant le début du conflit).

Le Geleitboote KMS F-9. Les Neue Geleitboote en sont dérivés

Les douze Neue Geleitboote bénéficient d’une grande priorité aussi haute que celle des sous-marins puisque les navires sont mis sur cale dès le mois de novembre 1948 pour les premières unités. Ce sont des navires d’une conception simple pour que la construction soit la plus rapide possible.

Voilà pourquoi ces douze unités que l’ont peut comparer aux River britanniques sont mis en service à l’automne 1949 pour les premières (G.25/G.26/G.28/G.29/G.31/G34) et au printemps 1950 pour les dernières (G.27/G.30/G.32/G.33/G.35/G.36).

Ces unités donnant toute satisfaction vingt-quatre nouvelles unités sont commandées mais pour différentes raisons seulement huit navires seront achevés avant la fin du conflit (G.37/G.38/G.39/G.42/G.43/G.47/G.49 et G.55), les autres étant soient annulées avant la construction pour des raisons industrielles (G.40/G.41/G.44/G.45/G.46/G.48) abandonnées après la commande des matériaux mais avant la mise sur cale (G.49/G.51/G.53/G.59) ou abandonnées après avoir été mises sur cale (G.50/G.52/G.54/G.56/G.57/G.58).

Les pertes vont être très lourdes. Sur les vingt navires construits et utilisés aussi bien en mer Baltique qu’en mer du Nord, seulement quatre vont survivre en l’occurrence les G.25 et G.26 capturés à Brème par les britanniques (ramenés au pays ces navires seront étudiés puis coulés comme cibles).

Le G.39 est capturé à Oslo par les norvégiens, remis en servir comme patrouilleur des pêches sous le nom de Frihet (liberté) jusqu’en 1975 quand il est coule dans une tempête. Le G.55 capturé en Pologne par les soviétiques est utilisé comme auxiliaire puis démoli en septembre 1958.

Les autres navires ont été victimes de l’aviation (G.27, G.28, G.35, G.36, G.47, G.49), de sous-marins (G.29, G.30), de mines (G.31, G.33) et de navires de surface (G.32, G.34, G.37, G.38, G.42 et G.43).

S-Boote en mer

Les trente-deux vedettes lance-torpilles (S.86 à S.117) sont toutes construites. D’autres unités sont ultérieurement commandées portant le total des vedettes lance-torpilles construites à cent-vingt quatre.

Sur ce total quatre-vingt seize ont été détruites ne laissant que vingt-quatre exemplaires qui sont pour beaucoup en trop mauvais état pour être réutilisées.

Les norvégiens ont capturé quatre vedettes réutilisées brièvement après guerre pour le déminage sous la désignation de O-1 à O-4 (O = Omtalt = vedette) avant d’être envoyés à la casse en 1960/61.

Les danois ont capturé quatre à Copenhague mais elles étaient dans un tel état de décrépitude qu’elles ont été immédiatement envoyées à la casse.

Les britanniques ont capturé cinq, les américains quatre et les français cinq mais toutes ont été envoyées à la casse là encore pour un état de décrépitude avancée.

R-Boote

En revanche le nombre de Raum-Boote construit sera plus faible. En effet aux douze navires immatriculés R.49 à R.60 et mis en service dès la fin 1949, il n’y aura que quarante-huit navires supplémentaires portant le total à soixante.

A la fin du conflit, les norvégiens ont capturé les R.50 et R.72 utilisés sous la désignation de O-5 et O-6 pour différentes travaux de remise en état des ports. Les danois ont capturé deux navires qui n’ont pas été réutilisés. D’autres navires ont été capturés dans les ports allemands et néerlandais par les alliés mais ils n’ont pas été non plus réutilisés.

Les douze M-Boot du programme de guerre (M-61 à M-72) sont mis en service à l’été 1950 et si quatre d’entre-eux vont rester en Baltique (M-61/62/64/65), les huit autres vont rallier la Mer du Nord et la Norvège (M-63/66/67/68/69/70/71/72). Ils seront suivis par trente-six autres exemplaires (M-73 à M-108) mis en service entre l’automne 1950 et le printemps 1953.

Sur les huit dragueurs de mines ayant rallié la mer du Nord, six sont perdus que ce soit sous les coups de l’aviation (M-63 M-70 et M-72) ou de mines (M-66 M-67 et M-71). Deux survivent (M-68 et M-69), navires remis en service respectivement dans la marine danoise et dans la marine norvégienne comme dragueur de mines jusqu’à leur désarmement survenu en 1967 et 1969 respectivement.

Des navires de soutien sont également prévus comme nous l’avons vu que ce soit quatre ravitailleurs type Siegfried, deux pétroliers type Dithmarschen, deux navires-ateliers et douze MarineInfanterieSchiff (MIS).

Au final seulement deux ravitailleurs seront achevés (Siegfried Thor) aux côtés d’un pétrolier type Dithmarschen (Ostmark), d’un navire-atelier (Loki) et de douze MarineInfanterieSchiff.

Si le Siegfried à été coulé par le sous-marin Casabianca en mer du Nord le 27 août 1951, le Thor à été capturé par les soviétiques à Dantzig. Sabordé en eau peu profondes il peut être relevé, réparé et remis en service au profit des sous-marins de la Flotte de la Baltique jusqu’à son désarmement dans les années soixante-dix.

L’Ostmark est capturé par les français à Brème après parait-il coups bas et coups fourés avec des marins britanniques est remis en service dans la marine française sous le nom de Durance inspirant la future génération de pétroliers-ravitailleurs de la marine nationale. Il est désarmé en 1977 et coulé comme cible lors de manœuvres communes impliquant les Escadres de l’Atlantique et de la Méditerranée en juin 1980.

Le navire-atelier Loki capturé sabordé à Kiel par les britanniques est relevé et sommairement remis en état pour être totalement transformé en Grande-Bretagne en navire-atelier de nouvelle génération mais ce projet étonnant ne vit jamais le jour car le navire sombra dans les détroits danois lors de son remorquage.

Sur les douze MarineInfanterieSchiff (MIS) construits, huit ont été détruits (MIS-1/2/4/7/8/9/10/11), quatre capturés (deux par les américains _MIS-3 et 5_ deux par les britanniques _MIS-6 et 12_).

Allemagne (14) Torpilleurs (1)

TORPILLEURS (FLOTTENTORPEDOBOOTE)

Avant propos

-Les torpilleurs peuvent révolutionner la guerre navale en pouvant détruire un navire bien plus puissant.

-Ce n’est qu’après le premier conflit mondial que la différence en terme de tonnage se fait, les destroyers dépassent largement les 1000 tonnes alors que les torpilleurs restent des navires relativement légers, se spécialisant dans l’attaque de surface avec parfois des missions d’escorte.

-Seize torpilleurs de l’ancienne Kaiserliche Marine sont conservés par la Reichsmarine mais seulement douze sont maintenus en ligne et quatre sont en réserve.

-Le traité de Versailles autorise le remplacement de torpilleurs ayant atteint l’âge de quinze ans par des unités d’un déplacement inférieur à…..200 tonnes.

Avec de telles restrictions, on assiste à un déplacement technique avec des vedettes lance-torpilles remplaçant les torpilleurs d’avant guerre alors que les premiers Zerstörer construits pour la nouvelle marine allemande vont être davantage des torpilleurs que des destroyers capables d’opérer facilement en haute mer.

-Les premiers Flottentorpedoboote sont les type 23 et type 24 considérés d’abord comme des Zerstörer puis comme des torpilleurs.

-Il faut ensuite attendre la fin des années trente pour voir la construction de nouveaux torpilleurs avec douze type 35 (T.1 à T.12) suivis de neuf type 37 (T.13 à T.21).

-En 1942/43, les type 23 et 24 sont mis en réserve, utilisés comme auxiliaires ou navire-école.

-Aux type 37 succèdent le type 39 ou classe Elbing produit à quinze exemplaires, des navires lourdement armés avec quatre canons de 105mm qui sont mis en service en 1941/42.

-Ils sont suivis par huit navires appartenant au type 1943 (T.37 au T.44), des navires destinés à rivaliser avec les Le Fier français avec quatre canons de 105mm en deux tourelles doubles.

-Les huit navires du type 46 sont sur cale ou en achèvement à flot quand éclate le second conflit mondial. Les différences avec le type 43 sont peu nombreuses et dans certaines publications, ils sont considérés comme formant une seule et même classe.

-C’est donc avec quarante torpilleurs que la Kriegsmarine entre dans le second conflit mondial

Les différentes classes de torpilleurs

TYPE 23 (CLASSE RAUBVOGEL OU MÖWE)

le torpilleur type 23 KMS Falke

le torpilleur type 23 KMS Falke

-Six navires qui reçoivent une fois n’est pas coutume des noms en l’occurence Möwe (Mouette) Falke (Faucon) Greif (Griffon) Kondor (Condor) Albatros (Albatros) et Seeadler (Aigle marin).

-Navires de 768 tonnes officiellement (924 tonnes en réalité), des navires inspirés du H.147 de la Kaiserliche Marine avec l’introduction de la soudure et des turbines à engrenages en remplacement des machines alternatives.

-Navires plutôt réussis à la différence de leurs successeurs même si leur rayon d’action peut être considéré comme perfectible.

-Mis en réserve en 1942/43 avec la mise en service des type 39. Quatre navires sont encore disponibles en septembre 1948, étant réarmés pour servir d’escorteurs et de patrouilleurs côtiers en Baltique notamment.

-Le KMS Möwe est mis en service le 1er octobre 1926, mis en réserve en septembre 1942 mais réarmé trois ans plus tard comme patrouilleur de surveillance, mission qu’il assure toujours en septembre 1948.

-Le KMS Albatros est mis en service en mai 1927, désarmé le 24 janvier 1942 mais il n’est pas réarmé servant de ponton à Wilhelhmshaven.

-Le KMS Seeadler est mis en service en mai 1927, désarmé en janvier 1943 mais n’est pas réarmé ultérieurement.

-Le KMS Greif est mis en service en mars 1927, mis en réserve en avril 1942 et réarmé en septembre 1946 comme navire-école.

-Le KMS Falke est mis en service en août 1927, mis en réserve en mars 1942 et réarmé un an plus tard. Il coule le 7 janvier 1944 en sautant sur une mine du premier conflit mondial.

-Le KMS Kondor est mis en service en juillet 1927, mis en réserve en juin 1942. Heurté par le paquebot Europa en septembre 1944 mais coule lors de son remorquage vers son chantier de démolition.

-Navires de 924 tonnes (1290 tonnes à pleine charge), mesurant 87.7m de long sur 8.25m de large avec un tirant d’eau de 3.65m, filant à 33.6 noeuds avec un armement composé de trois canons de 105mm en affûts simples (un avant et deux arrières), des canons de 20mm (2 puis 8), six tubes lance-torpilles de 500 puis de 533mm en deux plate-formes triples et jusqu’à 30 mines.

TYPE 24 (CLASSE RAUBTIER/ILTIS)

-Navires assez proches des type 23 et comme leurs prédécesseurs, ils sont mis en réserve vers 1942/43 quand les type 39 sont mis en service. Certains seront réarmés pour des taches secondaires comme l’écolage ou la surveillance des frontières.

-Cinq navires sont encore disponibles en septembre 1948 mais seulement deux seront réarmés.

KMS Jaguar

KMS Jaguar

-Le KMS Iltis est mis en service le 1er octobre 1928, désarmé en juin 1944 mais il est réarmé en septembre avant de s’échouer sur un banc de sable le 17 décembre 1944 et de se briser en deux.

-Le KMS Jaguar est mis en service le 15 août 1929, mis en réserve le 1er octobre 1943 et réarmé en septembre 1948.

-Le KMS Leopard est mis en service le 1er juin 1928, désarmé en avril 1942 mais pas réarmé avant le conflit.

-Le KMS Luchs est mis en service le 15 avril 1929, désarmé le 17 mai 1943 et réarmé le 17 septembre 1947 comme patrouilleur de surveillance des frontières.

-Le KMS Tiger est mis en service le 15 janvier 1929, désarmé le 5 septembre 1942 mais pas réarmé en raison d’un état matériel déplorable.

-Le KMS Wolf est mis en service le 15 novembre 1928, désarmé en mars 1943 et réarmé au déclenchement du conflit pour le transformer en escorteur.

-Navires de 1002 tonnes (1328 tonnes à pleine charge), mesurant 92.6m de long sur 8.65m de large avec un tirant d’eau de 3.52m.

-Vitesse maximale de 35.2 noeuds avec un armement composé de trois canons de 105mm en affûts simples sous masque (un avant et deux arrière), des canons de 20mm (deux puis huit), six tubes lance-torpilles de 500 puis de 533mm (deux plate-formes triples) et jusqu’à 30 mines.

TYPE 35

KMS T-9

KMS T-9

-Allemagne pas concernée par le traité de Washington en 1922 mais elle profite des règles notamment celle qui permet de construire sans limitation de nombre des navires de moins de 600 tonnes. Cela se révéla une fausse bonne idée.

-Le budget 1935/36 finance la construction de douze torpilleurs type 35, des navires connus avec une lettre et un chiffre ou un nombre en l’occurence de T.1 à T.12.

-Navires peu réussis avec un armement jugé trop faible, des machines peu fiable et une tenue à la mer perfectible.

-Dix navires encore en service en septembre 1948 (un perdu durant la guerre civile et un deuxième par accident).

-Quatre navires sont mis en service en 1939 (T.8 en octobre, T.1 T.2 et T.7 en décembre) et les huit autres sont mis en service en 1940 (T.5 en janvier, T.3 et T.6 en avril, T.4 et T.11 en mai, T.9 et T.12 en juillet et enfin le T.10 en août).

-Le T.1 est perdu au cours de la guerre civile (torpillé par une vedette lance-torpilles) le 7 septembre 1943 alors que le T.3 est coulé lors d’un abordage avec le paquebot Wilhelm Gustloff le 14 octobre 1945.

-Navires de 878 tonnes (1122 tonnes), mesurent 84.3m de long sur 8.62m de large et un tirant d’eau de 2.33m

-Vitesse maximale de 35.5 noeuds avec un armement composé d’un canon de 105mm en affût simple à l’arrière, une DCA légère composée de canons de 20 et de 37mm, six tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes triples, des charges de profondeur et de 30 mines.