Allemagne (20) Sous-marins (5)

SOUS-MARINS MOUILLEURS DE MINES TYPE XB

Sous-marin Type XB

Sous-marin Type XB

-Mines et torpilles ont une origine commune, elles étaient pour ainsi dire identiques. Ce n’est que plus tard qu’il y à eu une véritable différentiation, la mine devenant un objet inerte,explosant au contact en attendant la mise au point de mines magnétiques, acoustiques et à pression.

-Les mines furent d’abord mouillés par des navires de surface ce qui rendait périlleux les champs de mines offensifs ou les bouchons de mines pour perturber le trafic naval ennemi.

-Cette question fût résolue par le sous-marin qui permettait de déposer des bouchons de mines à proximité des bases navales ennemis ou sur les points de passage obligés.

-La Kaiserliche Marine à construit des sous-marins mouilleurs de mines

-Plusieurs projets qui auraient du déboucher sur la construction de sous-marins type XA de 2500 tonnes mais au final, ce sont des XB plus petits qui sont produits.

-Quatre sous-marins de ce type seulement seront construits, le mouillage de mines par sous-marin n’étant pas considéré comme prioritaire par l’U-Bootwafe.

-Le U-189 est mis en service en août 1942, le U-190 est mis en service en janvier 1943, le U-191 est admis au service actif en septembre 1943, le U-192 bouclant la boucle en février 1944.

-Navires de 1791 tonnes en surface (2212 tonnes en plongée), mesurant 89.80m de long sur 9.20m de large avec un tirant d’eau de 4.71m.

-Vitesse maximale de 17 noeuds en surface et de 7 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 220m

-Leur armement est composé d’un canon de 105mm avec deux-cents obus, deux tubes lance-torpilles avec quinze projectiles et soixante-six mines.

Allemagne (19) Sous-marins (4)

SOUS-MARINS TYPE IX

KMS U-37, un type IXA

-Le sous-marin type VII était une première étape dans le retour d’une capacité océanique pour l’U-Bootwafe.

-Il fallait néanmoins un sous-marins plus gros et plus endurant pour supporter les opérations dans un océan qui peut connaitre de terribles colères mais également supporter le long transit autour des îles britanniques (dix-huit jours ce qui explique que la conquête de la Norvège est prioritaire pour réduire ce délai d’une semaine).

Après avoir construit des sous-marins adaptés à la mer du Nord et à la Baltique, la marine allemande décida de construire des sous-marins plus gros pouvant opérer dans l’Atlantique.

-Le projet part du type II auquel s’ajoute des éléments du U-81 de la première guerre mondiale et de l’AY construit pour la Turquie.

-Soixante-trois sous-marins vont être construits, des sous-marins mieux armés que les type VII (six TlT, canon de 105mm en remplacement du canon de 88mm)

-Comme le type VII, le type IX se subdivise entre un type IXA (huit navires immatriculés U-37 à U-44), un type IXB (quinze navires immatriculés U-64 U-65 U-122 U-123 U-124 U-103 U-104 U-105 U-106 U-107 U-108 U-109 U-110 U-111 et U-167) mais également un type IXC et un type IXD.

Ces deux dernières variantes regroupent plus de la moitié des type IX avec pour la première variante vingt-quatre submersibles (U-66 U-67 U-68 U-125 U-126 U-127 U-128 U-129 U-130 U-131 U-153 U-154 U-155 U-156 U-157 U-158 U-159 U-160 U-161 U-162 U-163 U-164 U-165 et U-166) et seize pour la seconde.

Appartiennent au type IXD les sous-marins U-145 U-146 U-147 U-148 U-149 U-150 U-151 U-152 U-177 U-178 U-179 U-180 U-181 U-182 U-183 U-184.

En septembre 1939, sept type IXA sont en service en l’occurence les sept des huit sous-marins de cette variante (U-37 U-38 U-39 U-40 U-41 U-42 et U-43).

Type IXA

-Les huit sous-marins de cette variante sont mis en service en 1938 (U-37 U-38 U-39 et U-43) et en 1939 (U-40 U-41 U-42 et U-44).

-Deux sous-marins sont coulés durant la guerre de Pologne, le U-39 le 14 septembre 1939et le U-42 le 13 octobre 1939, à chaque fois par les charges de profondeur de destroyers britanniques.

-Les autres sous-marins sont disponibles en septembre 1948

-Navires de 1032 tonnes en surface et de 1152 tonnes en plongée, mesurant 76.60m de long sur 6.51m de large avec un tirant d’eau de 4.70m

-Vitesse maximale de 18.2 noeuds en surface et de 7.75 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 230m

-Armement composé d’un canon de 105mm avec 110 coups, un canon de 37mm, un canon de 20mm et deux mitrailleuses de 7.92mm (puis deux canons de 20mm), six tubes lance-torpilles (quatre avant et deux arrière) avec vingt-deux torpilles ou quarante-quatre mines ou un mélange des deux.

Type IXB

-Ces quinze navires sont mis en service en décembre 1939 (U-64), en 1940 pour treize autres navires (U-65 U-122 U-123 U-124 U-103 U-104 U-105 U-106 U-107 U-108 U-109 U-110 et U-111) et en juillet 1942 pour le U-167.

-Tous ces navires sont encore en service en septembre1948.

-Navires de 1051 tonnes en surface et 1178 tonnes en plongée, mesurant 76.50m de long sur 6.76m de large et un tirant d’eau de 4.70m.

-Vitesse maximale de 18.2 noeuds en surface et de 7.3 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 230m.

-Armement composé d’un canon de 105mm avec 110 coups installé à l’avant, un canon de 37mm, un canon de 20mm et deux mitrailleuses de 7.92mm (puis deux canons de 20mm), six tubes lance-torpilles (quatre avant et deux arrières) avec 22 torpilles ou 44 mines ou un mélange des deux.

Type IXC

-A l’exception des U-165 et U-166 entrés en service en février et en mars 1942, tous les autres sous-marins de cette variante du type IX sont entrés en service en 1941.

-Les U-66 et U-67 sont mis en service en janvier, le U-68 en février, les U-125 et U-126 au mois de mars, le U-127 en avril suivit au moins de mai par les U-128 et U-129.

-Le mois de juin voit la mise en service du U-130 suivit au moins de juillet par trois submersibles, les U-131 U-153 et U-161, les U-154 et U-155 suivant au mois d’août.

-Quatre sous-marins sont encore mis en service en septembre (U-156 U-157 U-158 et U-16), trois sont admis au service actif en octobre (U-159 U-160 U-163) suivis au mois de novembre du U-164.

-Navires de 1120 tonnes en surface et 1232 tonnes en plongée, mesurant 76.76m de long sur 6.76m de large et un tirant d’eau de 4.70m.

-Vitesse maximale de 18.3 noeuds en surface et de 7.3 noeuds en plongée, pouvant plonger à 230m.

-Ils sont armés d’un canon de 105mm installé à l’avant sur le pont avec 110 coups, un canon de 37mm, un canon de 20mm et deux mitrailleuses de 7.92mm puis deux canons de 20mm, six tubes lance-torpilles (quatre avant et deux arrières) avec vingt-deux torpilles ou quarante-quatre mines ou un mélange des deux.

Type IXD

-Les seize sous-marins de cette ultime variante du type IX sont mis en service en 1940 (U-145 U-146 U-147 U-148 U-149 et U-150), en 1941 (U-151 U-152) et en 1942 pour les huit derniers (U-177 U-178 U-179 U-180 U-181 U-182 U-183 et U-184)

-Ils sont tous en service en septembre 1948

-Navires de 1140 tonnes en surface et de 1252 tonnes en plongée, mesurant 76.80m de long sur 6.78m de large et un tirant d’eau de 4.73m.

-Vitesse maximale de 18 noeuds en surface et de 7 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 230m.

-Ils sont armés d’un canon de 105mm installé à l’avant sur le pont avec 110 coups, un canon de 37mm, un canon de 20mm et deux mitrailleuses de 7.92mm puis deux canons de 20mm, six tubes lance-torpilles (quatre avant et deux arrières) avec vingt-deux torpilles ou quarante-quatre mines ou un mélange des deux.

Allemagne (18) sous-marins (3)

SOUS-MARINS TYPE VII

Le KMS U-87 (type VIIB) dans une mer un peu formée

-Premiers sous-marins conçus pour la Baltique et la mer du Nord où les distances sont courtes et les ports à proximité des zones d’opération. Les type IA, II et III ne sont absolument pas adaptés à l’Atlantique où les distances imposent des sous-marins nettement plus endurants sans oublier les distances de transit entre les ports allemands et les zones de chasse.

-Le design du type VII s’inspire des derniers modèles du premier conflit mondial qu’il s’agisse d’un projet mort-né (UG) et d’un modèle ayant été construit, le modèle UB-III.

-Projets étudiés à l’étranger, aboutissant à des sous-marins comparables à nos sous-marins de 2ème classe soit 600 à 700 tonnes.

-Plusieurs variante, le type VIIA composé de dix navires (U-27 à U-36) suivis de vingt-quatre type VIIB (U-45 à U-55 , U-73 à U-76, U-83 à U-87, U-99 à U-102), vingt-quatre type VIIC (U-69 à U-72 U-77 à U-82, U-88 à U-98, U-132 à U-134) et enfin huit type VIID (U-135 U-136 U-139 à U-144) soit un total de soixante-huit unités.

-La majorité des type VII sont encore en service en septembre 1948. Quatre ont été coulés durant la guerre de Pologne (U-27 U-35 U-36 et U-45) et deux sont perdus accidentellement entre les deux conflits (U-135 U-143).

-Seulement soixante-deux sous-marins type VII sont encore en service quand éclate le second conflit mondial.

Type VIIA

-Les dix sous-marins de cette variante (U-27 à U-36) sont mis en service pour neuf d’entre-eux en 1936, deux en août (U-27 et U-30), le U-33 en juillet, le U-34 et le U-28 en septembre, les U-29 et U-35 en novembre, les U-31 et U-36 en décembre, seul le U-32 entra en service en avril 1937.

-Deux sous-marins coulés durant la guerre de Pologne, les U-27 et U-36.

-Navires de 626 tonnes en surface (745 tonnes en plongée), mesurant 64.50m de long sur 5.85m de large avec un tirant d’eau de 4.37m.

-Vitesse maximale de 17 noeuds en surface (8 noeuds en plongée) et une immersion maximale de 220m.

-Ils sont armés d’un canon de 88mm à l’avant, d’un canon de 20mm et de deux mitrailleuses de 7.92mm sur le kiosque et surtout cinq tubes lance-torpilles (quatre avant et un arrière) avec onze torpilles.

Type VIIB

-Sur les vingt-quatre sous-marins de cette variante, quatre sont mis en service en 1938 (U-45 U-46 U-47 et U-51), sept en 1939 (U-48, U-49, U-50, U-52, U-53,U-54 et U-55), sept en 1940 (U-73, U-74, U-76, U-99, U-100, U-101 et U-102) et les six derniers en 1941 (U-75, U-83, U-84, U-85, U-86 et U-87).

-Navires de 753 tonnes en surface (857 tonnes en plongée), mesurant 66.50m de long sur 6.20m de large avec un tirant d’eau de 4.74m.

-Vitesse maximale de 17.9 noeuds en surface et de 8 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 150m.

-Armement composé d’un canon de 88mm à l’avant, d’un canon de 20mm et de deux mitrailleuses de 7.92mm sur le kiosque, de cinq tubes lance-torpilles (quatre avant et un arrière) avec onze torpilles ou vingt-six mines.

Type VIIC

-Ces vingt-quatre sous-marins sont mis en service en 1940 (U-69 U-70 U-71 U-93 U-94 U-95 U-96 U-97 et U-98), en 1941 (U-72 U-77 U-78 U-79 U-80 U-81 U-82 U-88 U-89 U-90) et en 1942 (U-91 U-92 U-132 U-133 U-134).

-Ces navires sont toujours en service en septembre 1948

-Ces navires déplacent 769 tonnes en surface (871 tonnes en plongée), mesurant 67.10m de long sur 6.20m de large avec un tirant d’eau de 4.74m.

-Vitesse maximale de 17.7 noeuds en surface (7.6 noeuds en plongée) avec une immersion maximale de 220m.

-Ils sont armés d’un canon de 88mm installé sur le pont à l’avant (220 coups), un canon de 20mm et deux mitrailleuses de 7.92mm sur le kiosque, cinq tubes lance-torpilles (quatre avant et un arrière) avec quatorze torpilles ou vingt-six mines ou un mix des deux.

Type VIID

-Ces huit sous-marins sont mis en service en 1940 (U-139 U-140 U-141 U-142 U-143 U-144) et en 1941 (U-135 U-136)

-Le U-135 est perdu lors d’un accident de plongée en mer Baltique le 8 septembre 1942. Les autres sont toujours disponibles en septembre 1948.

-Navires de 780 tonnes en surface (893 tonnes en plongée), mesurant 67.70m de long sur 6.30m de large avec un tirant d’eau de 4.75m

-Vitesse maximale de 17.5 noeuds en surface, de 7.5 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 220m

-Armement : un canon de 88mm C35 à l’avant avec 220 coups, un canon de 20mm et deux mitrailleuses de 7.92mm sur le kiosque 5 tubes lance-torpilles (quatre avant et un arrière) avec quatorzeze torpilles ou jusqu’à vingt-six mines

Allemagne (17) sous-marins (2)

Les différentes classes de sous-marins

Sous-marins type IA

Le U-25, sous-marin type IA

Le U-25, sous-marin type IA

-Premiers sous-marins construits pour la marine allemande depuis le premier conflit mondial, capitalisant sur l’expérience du premier conflit mondial, sur les projets étudiés à l’étranger et sur les sous-marins construits pour l’export.

-Premiers sous-marins océaniques de la marine allemande.

KMS U-24 mis en service en avril 1936, son sister-ship le KMS U-25 est admis au service actif un mois plus tard en mai.

-Ces sous-marins servent d’abord de sous-marins d’esssais et de propagande au régime nazi

-Plusieurs patrouilles de guerre durant la guerre de Pologne mais le conflit terminé, ils retournent à leur fonction de sous-marin-école en mer du Nord puis en Baltique quand le conflit éclata.

-Navires déplaçant 862 tonnes en surface et 982 tonnes en plongée, mesurant 72.39m de long sur 6.21m de large avec un tirant d’eau de 4.3m.

-Propulsion diesel-électrique vitesse maximale de 18.6 noeuds en surface et de 8.3 noeuds en plongée, Immersion 200m

-Armement composé d’un canon de 105mm, d’un canon de 20mm et de six tubes lance-torpilles (quatre avant et deux arrière) avec 14 torpilles ou 28 mines

Sous-Marins type II

Sous-marin type IIB

Sous-marin type IIB

-Les type II ont été conçus dans le même contexte que les deux type IA, en contournant les limitations du traité de Versailles par divers subterfuges.

-Plus précisément, les type II sont directement inspirés de trois sous-marins construits pour la Finlande qui eux mêmes avait été mis au point à partir des UC-III de la Kaiserliche Marine.

-Sous-marins côtiers, conçus pour opérer en mer du Nord et en mer Baltique, non pour la guerre de course dans l’Atlantique.

-Plusieurs variantes du type II, le type IIA (U-1 à U-6), le type IIB avec pas moins de dix-huits sous-marins (U-7 à U-24), le type IIC avec huit sous-marins (U-56 à U-63) et enfin le type IID réduit à deux unités (U-137 et U-138), la construction de quartorze autres navires étant abandonné au profit de six type III, une version améliorée des type II.

-En septembre 1939, six type IIA, dix-huit IIB et six IIC sont en service ou sont sur le point de l’être.

Neuf ans plus tard, si tous les type IIA et IID sont en service, deux type IIB (U-15 et U-16 coulés l’un par accident et l’autre au cours de la guerre de Pologne) et deux type IIC (U-57 et U-60) ont été perdus, le premier suite à un accident de plongée en Baltique et le second au cours de la guerre civile.

Type IIA

-Les sous-marins de cette variante sont tous mis en service en 1935 et tous disponibles en 1948 même si tous ne pourront pas participer aux opérations prévues pour eux.

-254 tonnes en surface et 303 tonnes en plongée, 40.90m de long sur 4.08m de large et un tirant d’eau de 3.83m.

-Vitesse maximale de 13 noeuds en surface et 6.9 en plongée avec une immersion maximale de 150m

-Armement composé de trois tubes lance-torpilles avant avec cinq torpilles (ou douze mines), un canon de 20mm et une ou deux mitrailleuses de 7.92mm

Type IIB

-Pour cette importante variante, les sept premiers (U-7 à U-13) ainsi que le U-17 sont mis en service au cours de l’année 1935, les autres (U-14 U-15 U-16 U-18 à U-24) sont mis en service en 1936, les U-15 et U-16 étant comme on l’à vu perdus durant la guerre de Pologne.

-Navires déplaçant 279 tonnes en surface et 328 tonnes en plongée, mesurant 42.70m de long sur 4.08m de large avec un tirant d’eau de 3.90m.

-Vitesse maximale de 13 noeuds en surface et 7 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 150m

-Armement composé de trois tubes lance-torpilles avant avec cinq torpilles (ou douze mines), un canon de 20mm et une ou deux mitrailleuses de 7.92mm, ces mitrailleuses étant ultérieurement remplacées par un deuxième canon de 20mm.

Type IIC

-Les huit sous-marins de cette troisième variante du type II sont mis en service en 1938 (U-56 et U-57), en 1939 (U-58,U-59, U-60,U-61 et U-62) et en 1940 pour le U-63.

-Deux sous-marins sont perdus entre la guerre de Pologne et le second conflit mondial, le U-57 perdu lors d’un accident de plongée au large de Memel le 4 mars 1943 et le U-60 coulé le 4 mars 1944 par un Heinkel He115 rallié à Borman alors que le submersible surveillait le port de Kiel.

-Navires déplaçant 279 tonnes en surface et 328 tonnes en plongée, mesurant 42.70m de long sur 4.08m de large avec un tirant d’eau de 3.90m.

-Vitesse maximale de 13 noeuds en surface et 7 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 150m

-Armement composé de trois tubes lance-torpilles avant avec cinq torpilles (ou douze mines), un canon de 20mm et une ou deux mitrailleuses de 7.92mm, ces mitrailleuses étant ultérieurement remplacées par un deuxième canon de 20mm.

Type IID

-Seize sous-marins de ce type sont à l’origine prévus mais suite à un changement de priorité, seulement deux submersibles seront construits. Leur remplaçant sera le type III.

-Les deux submersibles ont été mis en service en juin 1940 et sont toujours actif en septembre 1948, participant aux premières opérations du second conflit mondial.

-Navires déplaçant 314 tonnes en surface et 364 tonnes en plongée, mesurant 43.97m de long sur 4.92m de large avec un tirant d’eau de 3.93m.

-Vitesse maximale de 12.7 noeuds en surface et 7.4 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 150m

-Armement composé de trois tubes lance-torpilles avant avec cinq torpilles (ou douze mines), un canon de 20mm et une ou deux mitrailleuses de 7.92mm, ces mitrailleuses étant ultérieurement remplacées par un deuxième canon de 20mm.

Sous-marins type III

-La Baltique est considérée comme un « lac allemand », une zone préservée utile pour l’entrainement.

-Si l’incursion d’une escadre franco-britannique est peu probable, l’URSS peut être considéré comme une adversaire plus que potentiel.

-Il faut des sous-marins capable de combattre dans cette mer fermée aux eaux peu profondes.

-Après avoir abandonné la construction de seize type IID sur les dix-huit initialement planifiés, la Kriegsmarine décide de construire des sous-marins plus gros, le type XVII de 900 tonnes ainsi que six sous-marins type III, ces sous-marins pouvant être considérés comme le chainon manquant entre les type II et les futurs type XVII.

-Un temps, on envisagea de produire pour l’export mais la guerre civile et l’instabilité politique de l’Allemagne jusqu’en 1945, refroidit des pays intéressés.

Néanmoins, les plans des type III furent vendus à la Suède et à la Finlande pour une construction sous licence. La Yougoslavie un temps intéressée ne donna pas suite à une demande d’information effectuée au printemps 1944.

-Ces six sous-marins sont mis en service en 1942, les deux premiers (U-168 et U-169) en janvier, le troisième en février, le quatrième en mars, le cinquième en octobre et le dernier, le U-173 en novembre.

-Navires de 480 tonnes en surface (594 tonnes en plongée), mesurant 53.97m de long sur 5.22m de large avec un tirant d’eau de 4.57m.

-Vitesse maximale de 13.5 noeuds en surface (9 noeuds en plongée) et une immersion maximale de 150m.

-Ils sont armés d’un canon de 37mm à l’avant et un de 20mm à l’arrière avec quatre tubes lance-torpilles de 533mm disposant de six torpilles qui peuvent être remplacés par douze mines type TMA.

Allemagne (15) torpilleurs (2)

TORPILLEURS TYPE 37

Le torpilleur type 37 KMS T.19

Le torpilleur type 37 KMS T.19

-Les neuf type 37 (T.13 à T.21) sont quasiment identiques aux type 35. Quand la guerre éclatera, ils seront conservés en Baltique pour mener une mission qu’on appelle aujourd’hui de contrôle océanique.

-Sept navires sont mis en service en 1941 (T.13 en mai, T.14 et T.15 en juin, T.16 en juillet, T.17 en août, T.18 en novembre et T.19 en décembre) et les deux derniers sont mis en service en juin (T.20) et en juillet (T.21).

-Huit navires sont encore en service en septembre 1948, le T.13 ayant été perdu par un incendie d’origine criminelle le 14 juin 1944.

Le KMS T.17chargé de mines et protégé par un ballon

Le KMS T.17chargé de mines et protégé par un ballon

-Navires de 877 tonnes (1128 tonnes à pleine charge), mesurant 85.2m de long sur 8.87m de large et un tirant d’eau de 2.51m, une vitesse maximale de 35.5 noeuds.

-Armement composé d’un canon de 105mm en affût simple à l’arrière, une DCA légère composée de canons de 20 et de 37mm, six tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes triples, des charges de profondeur et jusqu’à 30 mines.

TORPILLEURS TYPE 39

KMS T.36

KMS T.36

-Les type 35 et 37 n’ont pas été des réussites, étant moins bien armés que les type 23 et 24 qu’ils devaient remplacer.

-Un nouveau modèle de torpilleur est dévellopé, appelé officiellement Flottentorpedoboot 1939 mais rapidement connu comme le type Elbing du nom de son chantier constructeur.

-Quinze navires en service (T.22 à T.36), quatre sont mis en service en 1942 (T.22 en février, T.23 en juin, T.24 en octobre et T.25 en décembre), cinq en 1943 (T.26 en février, T.27 et 28 en avril, T.29 en août et T.30 en décembre), Quatre en 1944 ( T.31 en mars, T.32 en juillet, T.33 en septembre et T.34 en décembre) et les deux derniers (T.35 en janvier et T.36 en février).

-Un navire est perdu durant la guerre civile, le T.28 coulé par des vedettes lance-torpilles le 4 mars 1944.

-Navirs de 1316 tonnes (1783 tonnes à pleine charge), mesurant 102.5 de long sur 10m de large pour un tirant d’eau de 3.22m.

-Vitesse maximale de 32.5 noeuds et un armement composé de quatre canons de 105mm en affûts simples (un avant, un au milieu et deux arrières), une DCA légère composée de canons de 20 et de 37mm, six tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes triples, deux grenadeurs axiaux avec 24 projectilles en remplacement du système de mouillage de mines.

TORPILLEURS TYPE 43

-Les Elbing résolvaient une partie de la problématique torpilleurs mais il fallait envisager la construction d’autres navires pour affronter des navires ennemis plus puissants qu’il s’agisse des Hunt britanniques ou des Le Fier français dont quatre exemplaires étaient déployés à Dunkerque.

-Reprise directe des type 39 impossible, il fallait des navires d’un nouveau type capables également de mener des missions d’escorte ce qui implique une DCA solide et une bonne capacité ASM.

-Huit torpilleurs type 43 sont financés et qui seront complétés par huit type 46 dont les différences sont telles que certains auteurs englobent les type 43 et 46 dans une seule et même la classe Dantzig, ville où les navires ont été construits.

-Ces navires sont mis en service en mars 1945 (T.37 et T.38), en avril 1946 pour le T.41, à l’automne de la même année pour trois autres (T.39 en septembre, T.40 et T.42 en octobre),les deux derniers étant mis en service en septembre et en décembre 1947 (T.43 et T.44).

-Tous disponibles en septembre 1948

-Navires de 1400 tonnes (1850 à pleine charge), mesurant 102.5m de long sur 10m de large avec un tirant d’eau de 3.22m

-Vitesse maximale 32 noeuds et un armement composé de quatre canons de 105mm en deux affûts doubles, une DCA légère composé de canons de 20 (12) et de 37mm (8), six tubes lance-torpilles en deux plate-formes triples axiales, deux grenadeurs axiaux avec 24 projectiles.

TORPILLEURS TYPE 46

-Les type 43 répondaient en particulier à la construction par la France des Le Fier. La construction des type 46, version améliorée des type 43 répond en partie à la construction des Colonie même si aucune 1250 tW n’était déployé en mer du Nord.

-Armement principal conservé mais la DCA et l’armement ASM sont augmentés, les équipements de détection améliorés.

-Aucun navire n’est opérationnel le 5 septembre 1948, le T.45 doit effectuer ses essais à la mer, le T.46 doit entamer sa mise en condition opérationnelle, les T.47 et T.48 sont en achèvement à flot, Les trois derniers (T.49, T.50,T.51 et T.52) sont encore sur cale, le lancement étant prévu pour le printemps ou l’été 1949.

-Navires de 1450 tonnes (1900 tonnes à pleine charge), mesurant 102.5m de long sur 10m de large pour un tirant d’eau de 3.22m.

-Vitesse maximale de 32 noeuds avec un armement composé de quatre canons de 105mm en deux affûts doubles (un avant et un arrière), de vingt canons de 37mm en affûts doubles, de six tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes triples axiales et de deux grenadeurs de sillage avec 24 projectiles.

Allemagne (14) Torpilleurs (1)

TORPILLEURS (FLOTTENTORPEDOBOOTE)

Avant propos

-Les torpilleurs peuvent révolutionner la guerre navale en pouvant détruire un navire bien plus puissant.

-Ce n’est qu’après le premier conflit mondial que la différence en terme de tonnage se fait, les destroyers dépassent largement les 1000 tonnes alors que les torpilleurs restent des navires relativement légers, se spécialisant dans l’attaque de surface avec parfois des missions d’escorte.

-Seize torpilleurs de l’ancienne Kaiserliche Marine sont conservés par la Reichsmarine mais seulement douze sont maintenus en ligne et quatre sont en réserve.

-Le traité de Versailles autorise le remplacement de torpilleurs ayant atteint l’âge de quinze ans par des unités d’un déplacement inférieur à…..200 tonnes.

Avec de telles restrictions, on assiste à un déplacement technique avec des vedettes lance-torpilles remplaçant les torpilleurs d’avant guerre alors que les premiers Zerstörer construits pour la nouvelle marine allemande vont être davantage des torpilleurs que des destroyers capables d’opérer facilement en haute mer.

-Les premiers Flottentorpedoboote sont les type 23 et type 24 considérés d’abord comme des Zerstörer puis comme des torpilleurs.

-Il faut ensuite attendre la fin des années trente pour voir la construction de nouveaux torpilleurs avec douze type 35 (T.1 à T.12) suivis de neuf type 37 (T.13 à T.21).

-En 1942/43, les type 23 et 24 sont mis en réserve, utilisés comme auxiliaires ou navire-école.

-Aux type 37 succèdent le type 39 ou classe Elbing produit à quinze exemplaires, des navires lourdement armés avec quatre canons de 105mm qui sont mis en service en 1941/42.

-Ils sont suivis par huit navires appartenant au type 1943 (T.37 au T.44), des navires destinés à rivaliser avec les Le Fier français avec quatre canons de 105mm en deux tourelles doubles.

-Les huit navires du type 46 sont sur cale ou en achèvement à flot quand éclate le second conflit mondial. Les différences avec le type 43 sont peu nombreuses et dans certaines publications, ils sont considérés comme formant une seule et même classe.

-C’est donc avec quarante torpilleurs que la Kriegsmarine entre dans le second conflit mondial

Les différentes classes de torpilleurs

TYPE 23 (CLASSE RAUBVOGEL OU MÖWE)

le torpilleur type 23 KMS Falke

le torpilleur type 23 KMS Falke

-Six navires qui reçoivent une fois n’est pas coutume des noms en l’occurence Möwe (Mouette) Falke (Faucon) Greif (Griffon) Kondor (Condor) Albatros (Albatros) et Seeadler (Aigle marin).

-Navires de 768 tonnes officiellement (924 tonnes en réalité), des navires inspirés du H.147 de la Kaiserliche Marine avec l’introduction de la soudure et des turbines à engrenages en remplacement des machines alternatives.

-Navires plutôt réussis à la différence de leurs successeurs même si leur rayon d’action peut être considéré comme perfectible.

-Mis en réserve en 1942/43 avec la mise en service des type 39. Quatre navires sont encore disponibles en septembre 1948, étant réarmés pour servir d’escorteurs et de patrouilleurs côtiers en Baltique notamment.

-Le KMS Möwe est mis en service le 1er octobre 1926, mis en réserve en septembre 1942 mais réarmé trois ans plus tard comme patrouilleur de surveillance, mission qu’il assure toujours en septembre 1948.

-Le KMS Albatros est mis en service en mai 1927, désarmé le 24 janvier 1942 mais il n’est pas réarmé servant de ponton à Wilhelhmshaven.

-Le KMS Seeadler est mis en service en mai 1927, désarmé en janvier 1943 mais n’est pas réarmé ultérieurement.

-Le KMS Greif est mis en service en mars 1927, mis en réserve en avril 1942 et réarmé en septembre 1946 comme navire-école.

-Le KMS Falke est mis en service en août 1927, mis en réserve en mars 1942 et réarmé un an plus tard. Il coule le 7 janvier 1944 en sautant sur une mine du premier conflit mondial.

-Le KMS Kondor est mis en service en juillet 1927, mis en réserve en juin 1942. Heurté par le paquebot Europa en septembre 1944 mais coule lors de son remorquage vers son chantier de démolition.

-Navires de 924 tonnes (1290 tonnes à pleine charge), mesurant 87.7m de long sur 8.25m de large avec un tirant d’eau de 3.65m, filant à 33.6 noeuds avec un armement composé de trois canons de 105mm en affûts simples (un avant et deux arrières), des canons de 20mm (2 puis 8), six tubes lance-torpilles de 500 puis de 533mm en deux plate-formes triples et jusqu’à 30 mines.

TYPE 24 (CLASSE RAUBTIER/ILTIS)

-Navires assez proches des type 23 et comme leurs prédécesseurs, ils sont mis en réserve vers 1942/43 quand les type 39 sont mis en service. Certains seront réarmés pour des taches secondaires comme l’écolage ou la surveillance des frontières.

-Cinq navires sont encore disponibles en septembre 1948 mais seulement deux seront réarmés.

KMS Jaguar

KMS Jaguar

-Le KMS Iltis est mis en service le 1er octobre 1928, désarmé en juin 1944 mais il est réarmé en septembre avant de s’échouer sur un banc de sable le 17 décembre 1944 et de se briser en deux.

-Le KMS Jaguar est mis en service le 15 août 1929, mis en réserve le 1er octobre 1943 et réarmé en septembre 1948.

-Le KMS Leopard est mis en service le 1er juin 1928, désarmé en avril 1942 mais pas réarmé avant le conflit.

-Le KMS Luchs est mis en service le 15 avril 1929, désarmé le 17 mai 1943 et réarmé le 17 septembre 1947 comme patrouilleur de surveillance des frontières.

-Le KMS Tiger est mis en service le 15 janvier 1929, désarmé le 5 septembre 1942 mais pas réarmé en raison d’un état matériel déplorable.

-Le KMS Wolf est mis en service le 15 novembre 1928, désarmé en mars 1943 et réarmé au déclenchement du conflit pour le transformer en escorteur.

-Navires de 1002 tonnes (1328 tonnes à pleine charge), mesurant 92.6m de long sur 8.65m de large avec un tirant d’eau de 3.52m.

-Vitesse maximale de 35.2 noeuds avec un armement composé de trois canons de 105mm en affûts simples sous masque (un avant et deux arrière), des canons de 20mm (deux puis huit), six tubes lance-torpilles de 500 puis de 533mm (deux plate-formes triples) et jusqu’à 30 mines.

TYPE 35

KMS T-9

KMS T-9

-Allemagne pas concernée par le traité de Washington en 1922 mais elle profite des règles notamment celle qui permet de construire sans limitation de nombre des navires de moins de 600 tonnes. Cela se révéla une fausse bonne idée.

-Le budget 1935/36 finance la construction de douze torpilleurs type 35, des navires connus avec une lettre et un chiffre ou un nombre en l’occurence de T.1 à T.12.

-Navires peu réussis avec un armement jugé trop faible, des machines peu fiable et une tenue à la mer perfectible.

-Dix navires encore en service en septembre 1948 (un perdu durant la guerre civile et un deuxième par accident).

-Quatre navires sont mis en service en 1939 (T.8 en octobre, T.1 T.2 et T.7 en décembre) et les huit autres sont mis en service en 1940 (T.5 en janvier, T.3 et T.6 en avril, T.4 et T.11 en mai, T.9 et T.12 en juillet et enfin le T.10 en août).

-Le T.1 est perdu au cours de la guerre civile (torpillé par une vedette lance-torpilles) le 7 septembre 1943 alors que le T.3 est coulé lors d’un abordage avec le paquebot Wilhelm Gustloff le 14 octobre 1945.

-Navires de 878 tonnes (1122 tonnes), mesurent 84.3m de long sur 8.62m de large et un tirant d’eau de 2.33m

-Vitesse maximale de 35.5 noeuds avec un armement composé d’un canon de 105mm en affût simple à l’arrière, une DCA légère composée de canons de 20 et de 37mm, six tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes triples, des charges de profondeur et de 30 mines.

Allemagne (11) croiseurs légers

CROISEURS LEGERS

le croiseur léger (Leichte Kreuzer) SMS Pillau

le croiseur léger (Leichte Kreuzer) SMS Pillau

-La Kaiserliche Marine disposait de croiseurs légers pour éclairer la flotte

-La Reichsmarine ne dispose que de croiseurs légers très légers armés de canons de 105mm sous masque, des navires déclassés.

Le KMS Emden à Pearl Harbor en 1936

Le KMS Emden à Pearl Harbor en 1936

-Construction d’un croiseur léger au milieu des années vingt, le Emden avec huit canons de 150mm sous masque, un navire mis en service en 1925, un navire de 5400 tonnes, mesurant 155.1m de long sur 14.2m de large et un tirant d’eau de 5.3m, une vitesse maximale de 29.5 noeuds, un armement composé de huit canons de 150mm sous masque, trois canons de 88mm, une DCA légère (canons de 20 et de 37mm), quatre tubes lance-torpilles et jusqu’à 120 mines.

-Ce croiseur léger est essentiellement utilisé comme navire-école. Il est coulé lors de la guerre civile le 11 juillet 1943 par des Junkers Ju-87 de la Luftwafe.

Le KMS köln survolé par un Heinkel He-60, le prédécesseur de l'Arado Ar196

Le KMS köln survolé par un Heinkel He-60, le prédécesseur de l’Arado Ar196

-A ce croiseur unique à la conception dépassée s’ajoute les trois croiseurs légers de classe Konigsberg mis en service en 1929 (Königsberg Karlsruhe) et 1930 (Köln).

-Ce sont des navires de 7800 tonnes, mesurant 174m de long sur 15.3m de large avec un tirant d’eau de 6.28m.

-Vitesse maximale de 32 noeuds, une protection légère (ceinture 50mm pont blindé 40mm) et un armement composé de neuf canons de 150mm en trois tourelles triples, deux canons de 88mm puis quatre canons de 105mm, DCA légère, douze puis six tubes lance-torpilles de 533mm en plate-formes triples, 120 puis 80 mines.

le KMS Nürnberg dans le canal de Kiel

le KMS Nürnberg dans le canal de Kiel

-Aux trois type K s’ajoutent deux croiseurs légers de classe Leipzig, le KMS Leipzig mis en service en 1931 et le KMS Nurnberg mis en service en 1935.

-Dérivés des type K donc, ce sont des navires de 8100 tonnes, mesurant 181.3m de long sur 16.3m de large et 5.74m de tirant d’eau.

-Filant à 32 noeuds, ils sont protégés par un blindage de 30mm pour les ponts et de 50mm pour la ceinture.

-Armement différent. Si l’armement principal est identique (neuf canons de 150mm en trois tourelles triples), le Leipzig dispose de deux canons de 88mm puis de quatre canons de 105mm alors que le Nurnberg dispose de huit canons de 88mm.

-Outre la DCA légère (canons de 20 et de 37mm), ces croiseurs embarquent douze puis six tubes lance-torpilles (plate-formes triples),120 puis 80 mines.

-Ils embarquent une catapulte et deux hydravions.

-A l’origine, il était prévu quatre croiseurs légers de classe Leipzig mais les deux derniers furent transformés en un croiseur-école et le second construit selon un nouveau modèle.

-Le croiseur-école KMS Postdam est mis en service en juin 1942, devant servir de conducteur de flottilles en temps de guerre.

-7500 tonnes; 181.3m de long sur 16.3m de large et 5.74m de tirant d’eau; vitesse maximale de 34 noeuds; 50mm pour la ceinture et 30mm pour le pont blindé;six canons de 150mm en trois tourelles doubles (une avant et deux arrières), quatre canons de 88mm en affûts simples, DCA légère, pas de tubes lance-torpilles et jusqu’à 80 mines.

-La gestation des nouveaux croiseurs légers à été longue. Un projet de trois croiseurs légers nommés M,N,O ne fût pas mené à bien.

-Six croiseurs légers d’un nouveau type sont finalement commandés, des navires qui avant de recevoir leur nom étaient connus par une lettre (N _ex-J_, O,P,Q,R et S).

Ces croiseurs reçoivent des noms de villes allemandes comme leurs prédecesseurs en l’occurence Berlin Frankfurt am Main Dresden Magdeburg Munchen _ultérieurement rebaptisé Emden_ et Bremen.

-Par rapport aux Leipzig et aux K, les Berlin ont une coque à l’étrave plus élancée et une proue plus arrondie. Propulsion à vapeur uniquement. Armement principal identique, les torpilles et les mines sont en déclin au profit de la DCA légère.

-Le KMS Berlin est mis en service en 1943, les KMS FRankfurt am Main et Dresden en 1944, les KMS Mageburg et Emden (ex-Munchen) en 1946 et le Bremen en septembre 1948.

-Ces navires déplacent 8350 tonnes, mesurent 182.50m de long sur 16.30m de large pour un tirant d’eau de 5.90m, une vitesse maximale de 31 noeuds.

-La protection est renforcée avec une ceinture de 75mm et un pont blindé à 35mm.

-L’armement se compose de neuf canons de 150mm en trois tourelles triples (une avant et deux arrière), de huit canons de 105mm en affûts doubles, d’une DCA légère composée de canons de 20 et de 37mm, de six tubes lance-torpilles en deux plate-formes triples, de soixante mines (si besoin est).

-Ils embarquent une catapulte et deux hydravions.

-Après la construction des Berlin, débat entre deux projets pour les nouveaux croiseurs, des croiseurs-éclaireurs (Spahkreuzer) ou des croiseurs antiaériens.

-C’est ce deuxième projet qui est choisit en raison d’une augmentation de la menace aérienne ennemie et de la probabilité élevée que la Kriegsmarine ait à combattre sous un ciel disputé.

-Six navires (T, U,V,W,Xet Y) sont financés au cours des différentes tranches du plan Z.

-Ils reprennent la coque des Berlin mais leur armement est différent, le bloc-passerelle est ramassé avec deux cheminées.

-Puissante DCA mais également une suite radar étoffée et de puissants moyens de communication pour coordonner l’action de la chasse.

-Pas de tubes lance-torpilles ni de mines.

-Ils reçoivent également des noms de villes allemandes en l’occurrence Dantzig Salzburg Hamburg Friburg Munchen et Wien.

-Trois CLAA sont en service en septembre 1948, un en achèvement à flot et deux encore sur cale.

-Le KMS Dantzig est mis en service en décembre 1946, le KMS Salzburg en septembre 1947 et le KMS Hamburg est mis en service en octobre 1947.

-Le KMS Friburg est en achèvement à flot avec une mise en service prévue initialement pour le printemps 1949, les deux derniers (KMS Munchen et Wien) sont encore sur cale.

-8000 tonnes, 182.50m de long sur 16.3m de large et d’un tirant d’eau de 5.90m

-Vitesse maximale 33 noeuds Ceinture de 75mm et un pont blindé de 35mm

-Armement composé de seize canons de 127mm en huit tourelles doubles (quatre axiales _deux avant et deux arrières_ + quatre latérales), vingt-quatre canons de 37mm et trente-deux canons de 20mm en affûts doubles.

-Pas d’aviation.

-Plusieurs projets de croiseurs légers : des versions à canons de 150mm pour les deux derniers croiseurs lourds de classe Admiral Hipper (douze canons en quatre tourelles triples), les croiseurs légers M,N et O abandonnés au profit des Berlin

(7925t; 183m de long;vitesse maximale de 35.5 noeuds,huit canons de 150mm en quatre tourelles doubles et quatre canons de 88mm,DCA légère et huit tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes quadruples).

-Le projet de croiseur éclaireur (Spahkreuzer 1939/Grosszerstörer 1938C) aurait donné un navire armé de six canons de 150mm en trois tourelles doubles (une avant et deux arrières), un affût double de 88mm à l’arrière, dix canons de 37mm et dix tubes lance-torpilles en deux plate-formes quintuples axiales.

-Projet de croiseur léger à propulsion diesel destiné à remplacer les K et les Leipzig mais ce projet était encore assez peu avancé en septembre 1948. Ils devraient être assez semblables aux Berlin avec simplement des améliorations liées à ce qu’on appelle pas encore le retour d’expérience.

Allemagne (10) Croiseurs Lourds

CROISEURS LOURDS

Croiseur cuirassé Scharnhorst

Croiseur cuirassé Scharnhorst

-La Kaiserliche Marine à mis en œuvre des croiseurs cuirassés et des croiseurs légers mais la majorité des navires sont soit déclassés, détruits ou cédés à la France et à l’Italie.
-Dans l’immédiat après guerre, la Reichsmarine ne dispose que de quelques croiseurs légers déclassés.

-L’Allemagne n’est pas concernée par le traité de Washington car corsetée par le traité de Versailles.
-Elle se rallie tardivement au croiseur lourd quand le réarmement devient officiel et inéluctable.

-La Kriegsmarine saute donc la phase du croiseur lourd bien armé, peu protégé et très rapide pour rallier directement la phase du croiseur lourd bien protégé, bien armé et rapide mais moins que leurs prédécesseurs.

Le croiseur lourd KMS Admiral Hipper au bassin en 1940

Le croiseur lourd KMS Admiral Hipper au bassin en 1940

-Cinq croiseurs lourds de classe Admiral Hipper sont initialement prévus mais le cinquième le Lutzow est vendu à l’URSS dans le cadre du pacte germano-soviétique.

-L’Admiral Hipper et le Blücher sont mis en service en 1939, le Prinz Eugen en 1940 et le Seydlitz en 1942.
-Déplacement standard différent d’un navire à l’autre, 14475 tonnes pour le Blücher, 14900 tonnes pour l’Admiral Hipper et le Seydlitz, 16974 tonnes pour le Prinz Eugen.
-Dimensions : 212m de long avec la proue Atlantique, 21.30m de large (21.50m pour le Prinz Eugen), 7.74m de tirant d’eau.

-Vitesse maximale 32 noeuds

-Protection : ceinture de 80mm pont blindé de 50mm (70mm pour le Prinz Eugen)

-Armement : huit canons de 203mm en quatre tourelles doubles, douze canons de 105mm en six affûts doubles, DCA légère (canons de 20 et de 37mm), douze tubes lance-torpilles en plate-formes triples.

-Aviation : une catapulte et trois hydravions.
-Quatre autres croiseurs lourds sont construits dans le cadre du plan Z.

-Ils reprennent la coque des Admiral Hipper mais la propulsion est revue et fiabilisée avec trois tourelles triples en remplacement des quatre tourelles doubles.

-L’Admiral Graf Spee est mis en service en septembre 1946, le Tegetthoff en mars 1947, l’Alexander von Humbolt en juillet 1948 et enfin l’Admiral Reuter en août 1948.

-Déplacement standard 17000 tonnes 212m de long sur 21.50m de large et 8.15m de tirant d’eau

-Vitesse maximale 32 noeuds

-Protection : ceinture 85mm pont blindé 70mm

-Armement : neuf canons de 203mm en trois tourelles triples (deux avant et une arrière) douze canons de 105mm en six affûts doubles, DCA légère (20 et 37mm), six tubes lance-torpilles en deux montages triples.

-Aviation : une catapulte et trois hydravions.

13-Sous-marins (11) sous-marins classe Pascal (7)

Le Sidi-Ferruch

Le Sidi-Ferruch

Le Sidi-Ferruch

-Le Sidi-Ferruch est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 30 janvier 1932 lancé le 9 juillet 1937 et mis en service le 1er janvier 1939.

Le quatrième sous-marin de la tranche 1930 forme en septembre 1939 la 8ème Division de Sous-Marins en compagnie de ses sister-ships Ouessant Agosta et Béveziers, division de la 4ème Escadrille, composante sous-marine de la 1ère Escadre.

Du 21 septembre au 30 décembre 1940, il est échoué au bassin n°2 de l’Arsenal de Cherbourg en compagnie de son compère Béveziers pour une remise en état complète.

Les deux sous-marins sont armés pour essais le 7 janvier 1941, exécutant leurs essais réglementaires du 8 au 10 janvier et pour remise en condition du 12 au 26 janvier 1941, date de leur retour à Brest pour préparer leur future patrouille opérationnelle

Du 26 novembre 1943 au 2 janvier 1944, les sous-marins Sidi-Ferruch et Béveziers sont échoués au bassin n°2 de l’Arsenal de Cherbourg pour un grand carénage combinant remise en état complète  et modernisation.

Armés pour essais le 10 janvier, ils exécutent leurs essais officiels du 11 au 13  et leur remise en condition du 15 au 29 janvier 1944, ralliant Brest le lendemain  pour préparer ses futures patrouilles opérationnelles.

Du 28 janvier au 4 février 1945, l’Ouessant et son compère Sidi-Ferruch participent à l’entrainement ASM  avec les contre-torpilleurs Tigre Panthère et Lynx (3ème DCT).

Le 8 juin 1945, la 8ème DSM au complet appareille pour Dakar où elle arrive le 13 juin 1945 en vue de participer à un exercice ASM contre  la 5ème DCT. Les deux divisions s’affrontent du 15 au 27 juin puis rentrent ensemble à Brest le 12 juillet, les contre-torpilleurs ne passant que quelques heures à Brest pour se ravitailler avant de rentrer à Toulon.

Du 14 février au 21 mai 1947, les sous-marins Sidi-Ferruch et Béveziers sont échoués au bassin n°2 de l’Arsenal de Cherbourg pour une remise en état complète. Les deux submersibles sont armés pour essais le 1er juin, exécutant leurs essais officiels du 2 au 4 juin et pour remise en condition du 6 au 20 juin, date de leur retour à Brest pour préparer leurs futures patrouilles.

Du 5 au 13 décembre 1947, il participe avec son compère Béveziers à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs de la 6ème DCT.

Le 25 août 1948, la 8ème DSM quitte Brest pour rallier Dakar afin d’être prête en cas d’éclatement du conflit. Les quatre submersibles arrivent à Dakar en compagnie du Jules Verne le 2 septembre 1948, le ravitailleur débarquant du matériel pour renforcer la base sous-marine de Dakar avant de revenir à Brest en solitaire.

Le Sidi-Ferruch reste lui à Dakar, ne devant appareiller qu’après des travaux complémentaires notamment sur ses diesels.
Le Sfax

Le Sfax

Le Sfax

-Le Sfax est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Nantes le 28 juillet 1931 lancé le 6 décembre 1934 et mis en service le 7 septembre 1936.

Durant la guerre de Pologne, le Sfax est intégré à la 2ème DSM en compagnie de ses compères Achille Persée et Casabianca, division de la 4ème escadrille qui dépend de la 1ère Escadre. La réorganisation de septembre 1940 ne change rien à la situation du Sfax même si désormais la 2ème DSM dépend de la 5ème Escadre.

Du 2 avril au 25 juin 1941, le Sfax est échoué au bassin n°2 de l’Arsenal de Cherbourg pour un grand carénage destiné à une remise en état complète. Armé pour essais le 2 juillet, il sort pour essais du 3 au 5 juillet et pour remise en condition du 7 au 21 juillet, date de son retour à Brest pour préparer une nouvelle patrouille.

Du 6 au 10 février 1942, le Sfax participe avec l’Achille à l’entrainement ASM de la 2ème DTE (Fougueux Frondeur L’Adroit)

Du 16 mars au 19 juin 1944, le Sfax est échoué au bassin n°1 de l’Arsenal de Cherbourg pour un grand carénage combinant remise en état et modernisation de ses capacités militaires (appareil d’écoute, DCA). Armé pour essais le 28 juin, il sort pour essais du 29 juin au 1er juillet et pour remise en condition du 3 au 17 juillet, date de son retour à Brest pour préparer une nouvelle patrouille dans l’Atlantique.

Du 3 au 13 octobre 1944, le sous-marin s’entraine à la lutte ASM avec les torpilleurs d’escadre Corsaire et Flibustier, rentrant avec les deux torpilleurs à Brest.

Le 5 novembre 1944, le sous-marin Sfax quitte Brest pour rallier Dakar le 12 novembre afin de participer à un entrainement ASM avec les contre-torpilleurs de la 7ème DCT venus de Bizerte et s’entrainant au large de Dakar depuis la mi-octobre.

L’entrainement ASM à lieu du 14 au 21 novembre 1944, le Sfax restant à quai à Dakar jusqu’au 3 décembre date à laquelle il quitte Dakar en compagnie des contre-torpilleurs qui vont l’escorter jusqu’à Brest où les quatre navires arrivent le 12 décembre 1945.

Du 16 au 24 novembre 1946, le sous-marin Sfax participe à un entrainement ASM avec les torpilleurs d’escadre Cimeterre et Arquebuse d’habitude chargés de la protection du porte-avions Painlevé. Les trois navires rentrent à Brest le jour même.

Du 10 au 17 juin 1947, le Sfax sert de plastron pour l’entrainement du détachement aviation (deux Dewoitine HD-731) du cuirassé Gascogne, entrainement à la localisation et à l’attaque.

Du 19 septembre au 22 décembre 1947, le Sfax est échoué au bassin n°1 de l’Arsenal de Cherbourg pour une remise en état complète. Armé pour essais le 4 janvier 1948, il exécute ses essais réglementaires du 5 au 7 janvier puis pour sa remise en condition du 9 au 23 janvier 1948, date de son retour à Brest pour préparer une nouvelle patrouille.

Du 5 au 12 juin 1948, les sous-marins Sfax et Casabianca participent à un entrainement ASM avec les contre-torpilleurs de la 6ème DCT (Vautour Milan et Epervier).

Quand éclate le second conflit mondial en septembre 1948, le Sfax est à la mer, gagnant une nouvelle zone de patrouille en mer du Nord.

Le Casabianca

Le Casabianca

Le Casabianca

-Le Casabianca est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Nantes le 28 juillet 1931 sous le nom de Casablanca. Rebaptisé Casabianca le 1er janvier 1934, il est lancé le 7 février 1935 et mis en service le 1er janvier 1937.

Durant la guerre de Pologne, le Sfax est intégré à la 2ème DSM en compagnie de ses compères Achille Persée et Sfax, division de la 4ème escadrille qui dépend de la 1ère Escadre. La réorganisation de septembre 1940 ne change rien à la situation du Casabianca même si désormais la 2ème DSM dépend de la 5ème Escadre.

Du 26 juin au 4 septembre 1941, le Casabianca est échoué au bassin n°2 de l’Arsenal de Cherbourg pour une remise en état complète. Armé pour essais le 12 septembre, il exécute ses essais officiels du 13 au 15  puis sa remise en condition du 17 septembre au 1er octobre, date de son retour à Brest.

Du 16 au 24 mai 1942, le Casabianca accompagné par le Persée effectue un entrainement ASM avec les torpilleurs d’escadre Brestois Foudroyant Boulonnais de la 5ème DTE, rentrant à Brest le 25 mai 1942.

Du 12 au 24 mai 1943, le Casabianca participe à un entrainement ASM avec le Jaguar, ce dernier servant du 25 au 30 mai de plastron pour des essais de torpilles menés par le sous-marin .

Du 7 au 17 mars 1944, le Casabianca participe en compagnie de l’Achille, de l’Argo et du Centaure de la 4ème DSM à l’exercice Mandragore qui voit les contre-torpilleurs de la 3ème DCT (Tigre Lynx Panthère) protéger un convoi composé de deux cargos et d’un pétrolier.

Cet exercice mené dans un triangle Brest-Hendaye-Saint-Nazaire voit les sous-marins assaillirent le convoi chacun à tour de rôle (on est encore loin de l’idée d’une attaque en meute), actions contrées par les contre-torpilleurs mais également par l’aviation, les sous-marins bénéficiant de l’appui des hydravions pour repérer le convoi.)

Du 20 juillet au 30 septembre 1944, le Casabianca est échoué au bassin n°1 de l’Arsenal de Cherbourg pour un grand carénage combinant remise en état et modernisation de ses capacités militaires.

Armé pour essais le 8 octobre 1944, il exécute ses essais officiels du 9 au 11  puis sa remise en condition du 13 au 27 octobre, ralliant Brest le lendemain  pour préparer une nouvelle patrouille opérationnelle.

Le 30 septembre 1944 à l’aube, les sous-marins Casabianca Achille et Persée quittent Brest en compagnie du ravitailleur de sous-marins Jules Verne pour un exercice au large de Dakar.

Le 5 octobre à la hauteur du cap Bojador, les sous-marins et le ravitailleur prennent contact avec les contre-torpilleurs Marceau Desaix Kleber de la 12ème DCT venus de Toulon en compagnie du ravitailleur rapide l’Adour. Les navires de cette petite escadre arrivent tous à Dakar le 9 octobre 1944.

Les sous-marins vont s’entrainer de leur côté du 13 octobre au 5 novembre avec des duels entre sous-marins, un entrainement à la protection de convois _convoi représenté par le Jules Verne_ et des écoles à feux.

Après une semaine d’entretien à flot auprès du «Jules», les trois sous-marins de la 2ème DSM effectuent un entrainement commun avec la 12ème DCT du 12 au 18 novembre qui est suivit d’un exercice de synthèse du 20 novembre au 1er décembre. Le Jules Verne et la 2ème DSM quittent Dakar le 2 décembre pour rallier Brest le 9 décembre 1944 à l’aube.

Du 1er au 7 mars 1945, le Casabianca participe à l’entrainement ASM du contre-torpilleur Guépard et du 22 mars au 4 avril, il participe à l’entrainement ASM de la 6ème DCT en compagnie de son compère Sfax. Poursuivant sur sa lancée, il participe à l’entrainement ASM de la 1ère DCT (Guépard Lion Bison) avec son compère Persée et ce du 8 au 17 juillet 1945.

Du 5 au 13 novembre 1945, le sous-marin Casabianca participe à un entrainement ASM avec les torpilleurs d’escadre Durandal et Dague qui en temps normal protègent le cuirassé Gascogne.

Le 12 septembre 1946, le Casabianca appareille pou une nouvelle patrouille en mer du Nord. Durant le transit, il effectue un exercice de tir, d’abord une école à feux avec son canon de 100mm puis la destruction de la coque du torpilleur d’escadre Fougueux avec deux torpilles de 550mm, l’ex-torpilleur se cassant en deux et sombrant en mer d’Iroise.

Après avoir participé à l’exercice «Entente Cordiale 47» du 1er au 21 juin 1947, le Casabianca subit un grand carénage au bassin n°1 de l’Arsenal de Cherbourg du 1er juillet au 18 septembre 1947. Il sort pour essais du 29 septembre au 1er octobre et pour remise en condition du 3 au 17 octobre, date de son retour à Brest pour préparer une nouvelle patrouille opérationnelle.

Du 20 novembre au 2 décembre 1947, le Casabianca participe à l’entrainement ASM des torpilleurs d’escadre Corsaire et Flibustier.

Du 5 au 12 juin 1948, les sous-marins Casabianca et Sfax participent à un entrainement ASM avec les contre-torpilleurs de la 6ème DCT (Vautour Milan et Epervier).

Quand le second conflit mondial éclate le 5 septembre 1948, le Casabianca s’apprêtait à appareiller pour une patrouille dans le Golfe de Gascogne. Il appareille bien le 6 septembre à l’aube mais direction la mer du Nord.

Classe Pascal (2)

Caractéristiques Techniques de la classe Pascal

Déplacement : surface 1572 tonnes plongée 2082 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 92.30m largeur 8.1m tirant d’eau 4.4m

Propulsion : deux moteurs diesels Sulzer ou Schneider-Carel et deux moteurs électriques de 1125ch chacun entrainant deux hélices.

Du Pascal au Phenix, les moteurs diesels ont une puissance de 3000ch, 3600ch de l’Espoir au Tonnant et enfin 4300ch de l’Agosta au Casabianca.

Performances : vitesse maximale 18.6 noeuds en surface 10 noeuds en plongée autonomie : 10000 miles nautiques à 10 noeuds en surface, 100 miles nautiques à 5 noeuds Immersion maximale : 80m

Armement : un canon de 100mm modèle 1925, un canon de 37mm et deux mitrailleuses de 13.2mm ultérieurement remplacés par un affût double de 25mm et 11 tubes lance-torpilles (9 tubes de 550mm et 2 tubes de 400mm, ces derniers étant ultérieurement débarqués)
Equipage : 64 officiers et marins