17-Aviation Navale (12)

Escadrille 6C

Schéma du Dewoitine D-790, version navalisée du D-520

Schéma du Dewoitine D-790, version navalisée du D-520

Cette escadrille est créée le 5 mars 1942 en même temps que les autres unités de la 6ème flottille d’aviation navale qui constitue le groupe aérien du porte-avions Joffre. Quand leur bâtiment porteur est à quai, les avions de l’unité trouvent refuge à Hyères-Le Palyvestre.

Cette escadrille est l’une des deux unités de chasse de la 6ème FAN et est équipée de huit Dewoitine D-790, la version navalisée du D-520.

A bord du porte-avions, l’unité s’entraine intensivement, formant continuellement de jeunes pilotes et maintenant en condition des pilotes blanchit sous le harnois, certains étant des vétérans des escadrilles AC-1 et 2 et donc du Béarn.

Elle participe également à des expérimentations comme les appontages de nuit _guère pratiqués à bord du Béarn_ et à de nombreux exercices contre les autres unités de la 6ème FAN (interception de bombardiers en piqué et d’avions-torpilleurs) et les navires de la 2ème Escadre.

L’escadrille 6C était toujours équipée de Dewoitine D-790 le 31 août 1948 et sans le déclenchement de la guerre aurait du commencer à l’automne sa transformation sur D-795 _version embarquée du D-551_ , le Bloch MB-159M étant jugé trop rapide et trop difficile à mettre en œuvre à bord de porte-avions dépourvus de catapultes.
Après avoir participé à un entrainement intensif du 25 août au 3 septembre, l’escadrille 6C était à Hyères-Le Palyvestre où il recomplétait ses forces, recomplément achevé le 6 septembre.

A noter que sur les huit D-790 du lot initial, seulement quatre étaient encore de ce monde, les quatre autres étant des appareils succédant à ceux perdus par accident à bord du Joffre (trois mais pilotes indemnes) et en mer (un appareil, pilote tué).

Escadrille 7C

Cette escadrille à été officiellement créée le 1er juin 1943 à Lanvéoc-Poulmic en même temps que la 9C, ces deux unités formant la composante chasse de la 7ème FAN, le groupe aérien du Painlevé qui quand ce dernier préférait la rade-abri aux flots tumultueux de l’Atlantique trouvait refuge à Lanvéoc-Poulmic.

Comme les 6C et 8C embarquées sur le Joffre, la 7C et donc la 9C sont équipées de huit Dewoitine D-790, version embarquée du D-520.

La 7C à bord du Painlevé effectue d’abord la formation de nouveaux pilotes, l’entrainement des pilotes confirmés ainsi qu’une participation  à de nombreux exercices aéromaritimes mais également contre la terre.

Sans le déclenchement de la guerre, la 7C aurait du commencer à l’hiver 1948 sa transformation sur D-795, transformation qui est reportée sine die.

Du 1er au 5 septembre, le Painlevé sort en compagnie du PRE La Seine pour entrainement au large de la Bretagne. A l’annonce des attaques allemandes, le porte-avions rallie Brest pour se ravitailler, le groupe aérien restant à bord pour gagner du temps et rejoindre le plus vite possible à Rosyth le cuirassé Normandie.

A noter que sur les huit appareils du lot d’origine, cinq étaient encore en service en septembre 1948, les trois autres ayant remplacés trois appareils perdus par accident, un à bord du porte-avions (pilote indemne), un à terre (pilote tué) et un en mer (piloté récupéré par un hydravion de surveillance après trois jours en mer).

Escadrille 8C

Cette escadrille est créée le 5 mars 1942 en même temps que les autres unités de la 6ème flottille d’aviation navale qui constitue le groupe aérien du porte-avions Joffre. Quand leur bâtiment porteur est à quai, les avions de l’unité trouvent refuge à Hyères-Le Palyvestre.

Cette escadrille est l’une des deux unités de chasse de la 6ème FAN et est équipée de huit Dewoitine D-790, la version navalisée du D-520.

Comme sa consœur de la 6C, à bord du Joffre, l’escadrille 8C forme de jeunes pilotes _qui connaissaient déjà le porte-avions avec les NA-57_, entraine les pilotes confirmés et participe à des expérimentations ainsi qu’à de nombreux exercices.

L’escadrille 8C était toujours équipée de Dewoitine D-790 le 31 août 1948 et sans le déclenchement de la guerre aurait du commencer à l’automne sa transformation sur D-795 _version embarquée du D-550_ , le Bloch MB-159M étant jugé trop rapide et trop difficile à mettre en œuvre à bord de porte-avions dépourvus de catapultes.

Après avoir participé à un entrainement intensif du 25 août au 3 septembre, l’escadrille 8C était à Hyères-Le Palyvestre où il recomplétait ses forces, récomplément achevé le 6 septembre 1948.

Sur les huit appareils du lot d’origine, six étaient encore en service, la 8C ayant perdu un appareil lors d’une collision dans une montagne corse (pilote tué) et un autre à la suite d’un appontage manqué sur le porte-avions (appareil irrécupérable sauf pour cannibalisation mais fort heureusement le pilote ne fût que légèrement blessé).

Escadrille 9C

Cette escadrille à été officiellement créée le 1er juin 1943 à Lanvéoc-Poulmic en même temps que la 7C, ces deux unités formant la composante chasse de la 7ème FAN, le groupe aérien du Painlevé qui quand ce dernier préférait la rade-abri aux flots tumultueux de l’Atlantique trouvait refuge à Lanvéoc-Poulmic.

Comme les 6C et 8C embarquées sur le Joffre, la 9C et donc la 7C sont équipées de huit Dewoitine D-790, version embarquée du D-520.

La 9C à bord du Painlevé effectue d’abord la formation de nouveaux pilotes, l’entrainement des pilotes confirmés ainsi qu’une participation  à de nombreux exercices aéromaritimes mais également contre la terre.

Sans le déclenchement de la guerre, la 7C aurait du commencer au printemps 1949 sa transformation sur D-795, transformation qui est reportée sine die.

Du 1er au 5 septembre, le Painlevé sort en compagnie du PRE La Seine pour entrainement au large de la Bretagne. A l’annonce des attaques allemandes, le porte-avions rallie Brest pour se ravitailler, le groupe aérien restant à bord pour gagner du temps et rejoindre le plus vite possible à Rosyth le cuirassé Normandie.

A noter que sur les huit appareils du lot d’origine, cinq étaient encore en service en septembre 1948, les trois autres ayant remplacés trois appareils perdus par accident, un à bord du porte-avions (pilote indemne), un à terre (pilote blessé, l’appareil ayant capoté) et un en mer (piloté tué quand son appareil à percuté la mer à pleine vitesse).

Escadrille 10C   

Le 8 septembre 1942 est créée à Tripoli du Liban l’escadrille 10C qui est équipée de douze Grumman G-36A amenés au Liban par le transport d’hydravions Commandant Teste.

Ce dernier à quitté Toulon le 27 septembre avec douze appareils stockés dans le hangar. Il arrive à Beyrouth le 9 octobre où les appareils sont pris en main par leurs pilotes qui les ramènent à Tripoli du Liban.

La mission de cette escadrille est d’assurer la protection aérienne des unités de la Division Navale du Levant (DNL) et de participer à la défense aérienne des mandats syriens et libanais.

Ces appareils sont encore en service en septembre 1948, deux d’entre-eux étant des appareils de remplacement, un G-36A ayant été perdu en mer (pilote tué) et un autre gravement endommagé à l’atterrissage (pilote blessé).

Bien que le G-36A ne soit plus un appareil de première jeunesse, son remplacement au sein de la 10C n’étant pas jugé urgent à la vue de l’opposition dans la région : MS-406 turcs et Fiat G-50 côté italien.

Le 5 septembre 1948, la 10C est mise en alerte, recevant l’ordre de maintenir une patrouille de deux avions au dessus des côtes libanaises pour parer à tout raid surprise venant du Dodécanèse voir cas peu probable de la Turquie. Ce dispositif est levé le 12 septembre 1948 et remplacé par des décollages sur alerte.

17-Aviation navale (9)

C-Bases

Peu de changement ont lieu entre septembre 1940 et septembre 1948, les bases existantes sont modernisées et agrandies. Il est cependant prévue qu’en cas de guerre que les unités soient dispersées sur des bases de l’armée de l’air, des aérodromes civiles voir des implantations austères de campagne.

-La base centrale de l’Aéronautique Navale reste à Orly. Les hydravions ne pouvant amerir à Orly, une annexe spécifique leur est dédiée, l’hydrobase militaire des Mureaux. Ces deux bases sont agrandies et modernisées pour accueuillir toujours plus d’appareils.

-Les bases de Lanvéoc-Poulmic près de Brest, celle de Cherbourg-Chantereyne en Normandie et celle de Berre sur l’étang du même nom au nord de Marseille restent les principales bases de l’Aviation Navale.

-Elles sont relayées sur la côte nord-ouest par la base aéronavale de Rochefort et celle de Hourtin qui est une base-école et en Méditerranée par celle de Saint Mandrier, Hyères, Cuers-Pierrefeu, Frejus Saint Raphaël et Aspretto.

La BAN de Hyères-Le Palyvestre voit son statut s’améliorer puisque c’est la base qui accueille le groupe aérien du porte-avions Joffre quand celui-ci est à quai à Toulon.

En Afrique du Nord, l’aéronautique navale dispose de quatre bases aéronavales : Port Lyautey au Maroc, Arzew en Algérie, Sidi Ahmed et Karouba en Tunisie.

La base d’Alger n’est pas à proprement parler une BAN mais l’aéronavale s’installe dans une partie du gigantesque complexe d’Alger-Maison Blanche qui regroupe également une base aérienne et un  terminal civil.

Au Levant, les avions et hydravions du CLAN sont concentrés à Tripoli du Liban d’abord en profitant des installations d’Air France puis en disposant d’installations construites spécifiquement pour l’Aviation Navale

Aux Antilles, on trouve la base aéronavale de Fort de France-Schoelcher alors que l’aérodrome de Cayenne accueille l’unique hydravion basé dans la seule colonie française d’Amérique du Sud.

-Une base est établie à Djibouti et une autre à Diego-Suarez pour couvrir la montée en puissance des FNAEF.

Dans le Pacifique, l’Aviation Navale dispose d’une base à Fare-Ute près de Papeete pour couvrir la Polynésie tandis qu’une base est établie en Nouvelle-Calédonie à Tantouta au nord de Nouméa. Il accueilleira également des unités de l’armée de l’air.

-La quasi-totalité des bases aéronavales auxiliaires armées durant la guerre de Pologne sont désactivées à l’exception de celle de Calais-Marck (couverture de Dunkerque, future base de l’ELN), Querqueville (pour désengorger Cherbourg-Chantereyne), Lorient-Lann Bihoué et celle de l’étang de Thau pour désengorger celle de l’étang de Berre.

-La décision de construire une base navale à Cam-Ranh enraine la construction d’une base aéronavale à proximité qui disposera d’installations auxiliaires à Haïphong et à Pnom-Penh.

La base de Than-Son-Nhut près de Saïgon pourra servir de base de réserve et servira en tout cas de lieu de regroupement où les nouveaux appareils affectés aux FNEO seront pris en charge par leurs équipages où ils prendront le relais des équipes de convoyages venues en vol depuis la France à moins qu’ils ne prennent le relais des ouvriers de l’aéronautique navale ayant remonté les avions venus en caisse..

17-Aviation Navale (1)

17°) L’AVIATION NAVALE

Cocarde de l'Aviation Navale

Cocarde de l’Aviation Navale

Avant-propos

Si on retient souvent le nombre de cuirassés pour mesurer l’expansion de la Royale entre 1939 et 1948 (sept navires de ligne dont seulement deux modernes en service en 1939, treize cuirassés modernes en service en septembre 1948), l’aéronavale est sûrement l’arme qui connait la plus grande expansion qu’elle soit quantitative ou qualitative.

En 1939, l’aéronavale est le parent pauvre d’une flotte où domine les surfaciers qui ne croient pas au porte-avions comme l’amiral Darlan. Elle dispose d’avions et d’hydravions souvent dépassés, les appareils modernes se faisant rares et n’étaient pas exempts de défauts.

Le porte-avions Béarn

Le porte-avions Béarn

Son unique porte-avions le Béarn est par sa lenteur bien incapable d’accompagner les rutilants croiseurs et contre-torpilleurs et un transport d’hydravions baptisé Commandant Teste ne vaut pas un véritable «pont plat».

La transformation est donc spectaculaire puisque quand éclate le second conflit mondial, l’Aviation Navale dispose de trois porte-avions d’escadre, deux porte-avions légers avec des groupes aériens modernes et bien entrainés.

A terre, des avions de patrouille maritime et des avions antinavires se chargent de surveiller les approches de nos bases et de nos ports, aidés en cela par des hydravions bien plus modernes que ceux utilisés pour la guerre de Pologne.

1-Evolution générale de l’Aviation Navale

A-Organisation

Plaque à la mémoire de Jean Lartigue apposée au ministère de la Marine lors de sa mort dans un accident d'avion en 1968

Plaque à la mémoire de Jean Lartigue apposée au ministère de la Marine lors de sa mort dans un accident d’avion en 1968

En septembre 1939, l’Aéronautique Navale est dirigée par le contre-amiral Lartigue qui porte le titre de Chef du Service Central de l’Aéronautique Navale. Il est responsable de la formation, de l’entrainement et de la préparation opérationnelle des différentes escadrilles.

Les escadrilles basées à terre qu’elles soient équipées d’avions ou d’hydravions sont placées sous l’autorité de l’amiral préfet maritime commandant la Région Maritime où l’escadrille est stationnée via un officier supérieur (généralement un capitaine de vaisseau) qui porte le titre de Commandant de l’aéronautique de la ……. région»

En septembre 1939, il existe quatre régions maritimes : la 1ère dont le préfet est installé à Cherbourg, la 2ème dont le préfet est installé à Brest, la 3ème dont le préfet est installé à Toulon et la 4ème dont le préfet est installé à Bizerte. Une 5ème région maritime sera activée à Lorient.

Les rares formations détachées outre-mer, aux Antilles, en Océanie ou en Indochine dépendent du vice-amiral ou du contre-amiral commandant les forces navales françaises, cet officier supérieur disposant d’un officier aéronautique.

Les escadrilles du Béarn et du Commandant Teste dépendent elles du commandant de l’escadre tout comme les escadrilles de l’hydraviation embarquée appelée également Aviation d’Escadre.

Il existe également des formations de support, des sections d’entrainement, de liaison, de servitude dépendant soit d’une école soit des bases aéronavales.

Le nombre de formations augmente durant la guerre de Pologne avec la mobilisation des réservistes et l’activation des bases auxiliaires pour disperser les forces afin d’augmenter leur rayon d’efficacité et pour éviter qu’un raid aérien chanceux n’ampute l’aéronavale d’une part importante de ses maigres moyens.

L’unité de base est l’escadrille qui dispose normalement de douze appareils en ligne plus un volant de fonctionnement de quatre à six appareils. Unité autonome, l’escadrille dispose de ses propres mécaniciens et reçoit à la mobilisation un détachement de protection (pièces légères de DCA et fusiliers marins)

Plusieurs escadrilles forment une flottille, ces flottilles sont soient spécialisés ou alors comme c’est le cas du Béarn et du Commandant Teste polyvalentes.

Cette dernière configuration ne tarde pas à disparaître  avec la mise à terre du groupe aérien du Béarn puis son démantèlement pour permettre la montée en puissance des flottilles du Joffre et du Painlevé. La situation est identique pour la flottille du Commandant Teste qui est mis à terre au début du conflit, le transport d’hydravions effectuant des missions de transport d’avions avant d’être transformé en navire-atelier pour l’Indochine.

Les hydravions embarqués sur les cuirassés et les croiseurs forment des groupements d’Aviation d’Escadre, groupements qui ont une base géographique et spécialisée. Ces groupements sont informels, les détachements à bord des croiseurs et des cuirassés étant pleinement intégrés à l’équipage du bâtiment.

Les sections de support dépendent soit des écoles soit des bases aéronavales, cette situation ne change pas avec la déclaration même si ces unités montent en puissance avec le rappel des réservistes et l’incorporation de jeunes recrues.

Les unités sont identifiées par un code alphanumérique à deux caractères pour les unités basées à terre et de trois caractères pour les unités embarquées. Les chiffres pairs sont réservés aux unités déployées au dessus de l’Atlantique et les chiffres impairs aux unités déployées au dessus de la Méditerranée.

Les unités dépendant des préfets maritimes disposent donc de deux chiffres et d’une lettre : le premier chiffre désigne la région maritime (1 à 4), la lettre la spécialité (S pour Surveillance C pour chasse B pour bombardement T pour torpillage……) et le deuxième chiffre le rang de l’unité.

Les sections de surveillance déployées aux Antilles et à Tahiti reçoivent le préfixe 5 puis celui de 8 en octobre 1939 quand ces deux sections deviennent des escadrilles et que deux nouvelles formations sont créés à Dakar et à Tripoli.

Les flottilles sont désignées par un code alphanumérique de trois caractère : le F de flottille, un chiffre désignant le rang et une lettre de spécialité (A pour aviation embarquée, H pour hydraviation embarquée………..)

En février 1940, l’Aéronautique Navale réduit la voilure suite à la fin deux mois plus tôt de la Guerre de Pologne. Des unités sont dissoutes ou mises en sommeil, les réservistes démobilisés et un grand nombre de bases auxiliaires sont désaffectés ou rendu à leur usage civil antérieur.

Il faut cependant attendre septembre 1940 pour voir la mise en œuvre d’une véritable réorganisation de l’Aéronautique Navale.

Le 15 septembre 1940, le contre-amiral Lartigue est promu au grade d’amiral. Il cesse d’être commandant de l’Aéronautique Navale pour devenir commandant de l’Aviation Navale. Il dépend directement du Grand Amiral de la Flotte, François Darlan.

Son état-major installé à Paris à  autorité sur des commandements régionaux dirigés par des contre-amiraux. Ces commandements régionaux sont chargés de la préparation opérationnelle des unités et de leur soutien logistique. Ils sont au nombre de…… :

-Commandement Nord de l’Aviation Navale (CNAN) (QG Cherbourg Chantereyne) : ce commandement est chargé d’appuyer la marine en Manche et en mer du Nord. Son rôle va clairement s’accroitre avec la création prévue d’une escadre de la Manche et de la Mer du Nord (future ELN).

-Commandement Atlantique de l’Aviation Navale (CAAN) (QG Lanvéoc-Poulmic) : ce commandement est chargé d’appuyer la flotte de l’Atlantique et devrait avoir fort à faire si la marine allemande se lance comme durant le premier conflit mondial dans la guerre sous-marine à outrance.

-Commandement Nord-Méditerranée de l’Aviation Navale (CNMAN) (QG Hyères-Le Palyvestre) : ce commandement doit appuyer les unités de la 2ème Escadre de la Flotte de la Méditerranée basées à Toulon.

-Commandement Sud-Méditerranée de l’Aviation Navale (CSMAN) (QG Karouba) : ce commandement est chargé d’appuyer les unités de la 6ème Escadre Légère basée à Bizerte et celles de la 4ème Escadre basée dans la nouvelle base de Mers-El-Kébir.

-Commandement du Levant de l’Aviation Navale (CLAN)  (QG Tripoli du Liban) : ce commandement assure l’appui de la Division Navale du Levant (DNL) chargée de la défense des mandats syriens et libanais.

-Commandement Antilles-Guyane de l’Aviation Navale (CANGAN) : ce commandement assure l’appui des Forces Navales Françaises aux Antilles (FNFA) encore modestes à l’époque mais qui comme les autres forces de souveraineté ne vont pas tarder à prendre du muscle.

-Commandement AEF de l’Aviation Navale (CAEFAN) : ce commandement de taille fort réduite assure le soutien des forces navales françaises déployées dans l’Océan Indien depuis Djibouti et Diego-Suarez.

-Commandement Pacifique de l’Aviation Navale (CPAN) : ce commandement est l’un des plus grands géographiquement parlant puisque concernant aussi bien la Nouvelle Calédonie que la Polynésie.

-Commandement Indochine de l’Aviation Navale (CIAN) : comme son nom l’indique, ce commandement assure l’appui aérien des Forces Navales  en Extrême Orient (FNEO).

Pour leur emploi, ils sont mis à la disposition des différentes escadres et/ou flottes, l’amiral de la flotte, le vice-amiral ou le contre-amiral disposant d’un adjoint commandant les unités déployés dans sa zone de responsabilité.

Après plusieurs hésitations, on décide de regrouper les escadrilles en flottilles «régionales», une flottille étant (théoriquement) rattachée à une base. Ces flottilles portent des numéros impairs pour la Flotte de l’Atlantique et des numéros pairs pour la Flotte de la Méditerranée

En octobre 1940, la désignation des escadrilles est également changé pour simplifier la désignation et donner plus de libéralité.

Désormais les escadrilles sont désignés par un chiffre ou un nombre avec une lettre de spécialité : E pour exploration, C pour chasse, B pour bombardement, T pour torpillage, R pour reconnaissance…… .