23-Armée de terre Ligne Maginot (35)

Secteur Fortifié de Savoie

Avant-propos

Le SFS s’etend de la frontière suisse au col des Rochilles, englobant les trois vallées savoyardes du Beaufortin, de la Tarentaise et de la Maurienne.

La défense de la Tarentaise et du Beaufortin à pour but de couvrir les directions de Bourg-Saint-Maurice et d’Albertville au débouché du col du Petit-Saint Bernard encadré par les cols muletiers de la Seigne et du Mont.

Dans un premier temps, la CORF ne s’intéresse pas à cette position et jusqu’en 1930, sa défense repose sur de vieux ouvrages de la génération précédente. En 1937, un barrage rapide est établit à Versoyen et de deux petits ouvrrages à Chatelard et à Cave-à-canon.

La défense de la Maurienne à pour but de couvrir la ville de Modane devant laquelle à été établit la position de résistance, s’appuyant au massif de la Vanoise et laissant la haute vallée de la Maurienne au delà de la zone des avant-postes.

Jusqu’en 1930, la défense de la Maurienne repose sur un barrage échelonné en profondeur pour tenir compte des différentes voies de communication de l’époque.

L’essentiel de la défense se consacre autour de Modane avec un barrage de vallée en avant de la ville (ouvrages de Saint-Antoine et Saint-Gobain) et l’interdiction des cols du Sud (Vallée-Etroite, La Roue et Fréjus) débouchant vers la vallée par l’implantation de deux ouvrages d’artillerie et d’un ouvrage d’infanterie.

Au centre du dispositif et implanté sur le vieux fort du même nom, l’ouvrage du Sapey assure l’interdiction lointaine dans les deux directions. La position se termine aux Rochilles (un ouvrage d’infanterie) où elle se raccorde au Secteur fortifié du Dauphiné.

En 1930, l’armée des Alpes entreprend d’établir sur la frontière une série d’Avant-Postes (AP) qui couvrent notamment les espaces de la Maurienne délaissées par le CORF.

En 1939-40, la création d’un barrage fortifié sur la 2ème position est l’oeuvre originale du génie du Secteur Fortifié de Savoie, un barrage fortifié est établi dans toutes les vallées.

Au niveau organisationnel, le SFS est subdivisé en six sous-secteurs, le sous-secteur du Beaufortin , le sous-secteur de Tarentaise, le sous-secteur du Palet-Vannoise, le sous-secteur de la Haute Maurienne, le sous-secteur de Moyenne Maurienne et le sous-secteur de Basse Maurienne

Ce Secteur Fortifié dispose à la mobilisation de septembre 1939, deux demi-brigades alpines de forteresse, la 16ème DBAF qui dispose des 70 et 80ème BAF ainsi que du 6ème BCM alors que la 30ème DBAF aligne les 71ème 81 èmeet 91ème BAF. Ces unités se répartissent de la façon suivante :

-Sous-secteur du Beaufortin : 80ème BAF et troisième bataillon du 215ème RI

-Sous-secteur de Tarentaise : premier bataillon du 215ème RI, 6ème BCM et 3ème CEO du 70ème BAF

-Sous-secteur du Palet-Vannoise : 1ère et 2ème compagnie du 70ème BAF

-Sous-secteur de la Haute Maurienne : 1er bataillon du 281ème RI et un détachement fournit par le 71ème BAF

-Sous-secteur de Moyenne Maurienne : deuxième bataillon du 281ème RI, le 71ème et le 81ème BAF plus des éléments du 343ème RI.

-Sous-secteur de Basse Maurienne : 1er bataillon du 343ème RI et le 91ème BAF

Suite à la démobilisation, seule la 30ème DBAF est maintenue avec les 70 et 71ème BAF qui vont se repartir la garde des différents secteurs, les trois premiers pour le 70ème et les trois autres pour le 71ème.

Sous-secteur du Beaufortin

-L’ouvrage des Séloges est un avant-poste à sept blocs actifs et une entrée destinée à tenir les débouchés du col de la Seigne. Les blocs 1 et 2 sont des casemates pour un fusil-mitrailleur, le bloc 3 est un observatoire muni d’une cloche obs/AP, les bloc 4 et 6 sont des casemates pour une mitrailleuse, le bloc 5 est une issue de secours, le bloc 7 est une casemate pour deux fusils-mitrailleurs alors que le bloc 8 ne dispose que d’un fusil-mitrailleur. On trouve également des baraquements au lieu dit des Chapieux.

Sous-secteur de Tarentaise

A la différence du précédent, ce sous-secteur dispose d’installations fortifiées nettement plus nombreuses et nettement plus diversifiées. On trouve donc les constructions suivantes :

-Un abri d’avant poste et un barrage antichar de la côte 1909

-Le Fort de la Redoute-Ruinée construit entre 1891 et 1894 est renforcé en 1932 avec un abri de bombardement et un créneau au saillant ouest du fort disposant d’une mitrailleuse sous-casemate et de deux mortiers de 81mm à l’air libre. De petits abris FM sous roc sont égalemnt réalisés.

Cloche GFM en position

Cloche GFM en position

-Un avant-poste disposant d’une casemate de mitrailleuse (deux créneaux simples pour une mitrailleuse de 7.5mm) associé à une cloche GFM et un emplacement pour mortier de 60mm à l’air libre.

-Deux abris d’avant-poste

 Position de barrage de Bourg Saint Maurice

Cette position fortifiée dispose d’un barrage de route armé d’un créneau JM/AC 47 pour battre la vallée, un créneau FM/AC 25 (fusil mitrailleur et canon de 25mm) et deux FM défendant un fossé antichar qui est un fossé sec à profil trapézoïdal longé par un mur de 650m.

On trouve également deux ouvrages d’infanterie à un bloc actif qui est pour le premier est une casemate d’infanterie flanquant vers le sud alors que le second est une casemate d’infanterie flanquant vers le nord, les deux étant armés d’un créneau JM/AC 47, deux créneaux JM, une cloche GFM et un créneau projecteur.

Enfin on trouve un ouvrage d’action frontale à Villaroger armé d’un bloc FM et de deux casemates mitrailleuses frontales, un central téléphonique, des tourelles démontables en lisière de la forêt de Malgovert ainsi que la batterie du Leuchelet qui doit recevoir des mitrailleuses et des canons des troupes de campagne.

Organisation Seré de Rivières

Comme dans l’Est, la Tarentaise à été fortifié par Seré de Rivières et les forts construits avant le premier conflit sont intégrés au dispositif.

On trouve ainsi le fort de Vulmix/Vulmis construit de 1890 à 1891 avec 6 canons de 120mm, 2 canons de 95mm sous casemate, deux tourelles de mitrailleuses et un projecteur photo-électrique.

En 1940, le fort est armé par le 164ème RAP qui y déploie quatre canons de 75mm modèle 1897 et deux canons de 95mm modèle 1888 puis six canons de 75mm et deux de 155mm en remplacement des canons de 95mm.

Le fort Le Truc construit de 1891 à 1894 disposait en 1940 de quatre canons de 105L modèle 1913 remplacés ultérieurement par des canons de 155mm modèle 1917.

Le blockhaus de La Platte construit de 1892 à 1894 dispose de deux canons de 155mm Saint Chamond.

La batterie d’artillerie bétonnée du Courbaton dispose de deux canons de 75mm modèle 1897

Publicités

23-Armée de terre Ligne Maginot (11)

Les ouvrages (1) : généralités et avant-propos

Si les casemates CORF sont impressionants que dire des ouvrages, un ensemble de plusieurs blocs de combat reliés entre eux par des galeries souterraines et disposant d’oeuvres vives communes. Ces ouvrages sont classés officiellement en cinq catégories :

Plan du Hackenberg l'un des plus gros ouvrages de la ligne Maginot

Plan du Hackenberg l’un des plus gros ouvrages de la ligne Maginot

-1ère classe : gros ouvrages comportant un armement mixte et un équipage moyen dépassant les 600 hommes (cas du Hackenberg).

-2ème classe : ouvrages moyens, armement mixte et un équipage compris entre 450 et 600 hommes (cas du Michelsberg)

-3ème classe : petits ouvrages comprenant un armement mixte ou ouvrages moyens d’infanterie avec en moyenne 150 hommes (cas de l’ouvrage de Ferme-Immerhof)

-4ème classe : petits ouvrages d’infanterie avec un équipage moyen de 80 hommes (cas de l’ouvrage de Teting)

-5ème classe : ouvrages d’infanterie monoblocs ou très petits (cas de l’ouvrage de La Ferté)

Dans la pratique, la distinction sera plus simple entre les ouvrages d’infanterie (petits ouvrages ou PO) et les ouvrages d’artillerie (gros ouvrages)

Chaque ouvrage est étudié en détail par le CORF. Après des levers topographiques et des sondages du sol, on réalise des plans de masse et des plans d’implantation, les premiers devant être approuvés par l’état-major de l’armée et les seconds par la direction du génie. Ce n’est qu’à ce moment que les travaux deviennent exécutoires et peuvent donc officiellement commencer.

Dans la mise au point des ouvrages, le CORF va adopter trois types, trois concepts d’ouvrages, les ensembles, les petits ouvrages d’artillerie et les petits ouvrages d’infanterie.

Canon-obusier de 75mm modèle 1929

Canon-obusier de 75mm modèle 1929

Les ensembles sont les héritiers directs des ouvrages puissants du général Fillonneau avec trois canons-obusiers par casemate de flanquement et des tourelles d’action frontale équipées de canons-obusiers de 75mm, de mortiers de 81mm ou encore de lance-bombes de 135mm. Ils devaient être équipés de fossés diamants mais mis à part pour certains ouvrages, ces travaux restent lettre morte.

Les petits ouvrages d’artillerie selon la note du 3 avril 1929 doivent occuper les intervalles entre les ensembles. Ils sont d’abord armés de mortiers de 75mm avant que l’on décide le 8 juin 1931 de les remplacer par des canons de 75R (R = Raccourci).

Les petits ouvrages d’infanterie n’ont comme armement que des jumelages de mitrailleuses, des canons antichars et des fusils-mitrailleurs. Des tourelles pour mortiers de 81mm étaient prévus mais elles furent systématiquement ajournées à l’exception du PO de l’Immerhof alors que celui du Bois-de-Bousse reçoit son puit et les locaux souterrains correspondants sans que la tourelle soit installée.

 Les ouvrages (2) : la physionomie des ouvrages d’artillerie

Comme pour les casemates CORF, on peut distinguer deux générations dans la catégorie des ouvrages d’artillerie.

-Les ouvrages de première génération sont peu nombreux avec seulement trois ouvrages construits selon un schéma en Y avec une galerie principale qui se scinde en deux branches pour accéder à deux demi-forts appelés aile. Sont concernés le Hochwald, le Hackenberg et le Simserhof, ce dernier étant la réalisation la plus aboutie du modèle théorique.

-Les ouvrages de seconde génération sont simplifiés car les budgets se réduisent et les projets initiaux du CORF s’étaient révélés tout aussi brillants que trop coûteux pour le budget de l’armée.

Ces ouvrages se composent donc d’une galerie principale sur laquelle se greffent les différents organes. Dans cette catégorie, nous pouvons distinguer les ouvrages à galerie longue (Fermont, Rochonvilliers……….) équipés d’une voie étroite de 60 à traction électrique (sauf au Chesnois) et les ouvrages à galerie courte (Galgenberg, Four-à-Chaux) qui creusés dans les collines ne purent recevoir de train souterrain.

Les ouvrages (3) : la physionomie des ouvrages d’infanterie

Théoriquement, ils se présentent sous trois formes mais comme souvent pour la Ligne Maginot, sur le terrain les différences n’apparaissent par toujours clairement.

-La première forme sont les petits ouvrages (PO) conçus dès l’origine comme tels. Ces ouvrages comme celui de Téting ont été réalisés tout ou en partie et auraient du comporter si les plans d’origine avaient été respectés deux casemates d’infanterie flanquant à droite et à gauche, une tourelle de mitrailleuses et pour un certain nombre, une tourelle de 81mm en retrait et une entrée arrière avec une usine et une casernement. Pour les ouvrages prévus sans tourelle de 81mm, l’entrée est d’un type plus réduit.

-La seconde forme sont les PO appartenant à des ouvrages d’artillerie non réalisés où l’entrée se fait par une casemate active, une sortie de secours étant aménagée dans l’autre casemate.

-La troisième forme sont des ouvrages monoblocs qui en raison du terrain cumulent deux chambres de tir et une tourelle mitrailleuse dans un seul bloc. Ils ressemblent à une casemate CORF en plus gros.

Les blocs de combat

C’est le coeur des ouvrages de la ligne Maginot c’est pour eux que fonctionnent toutes les installations souterrains que nous venons de voir. Ces blocs de combat se divisent en trois catégories à savoir les blocs casemates, les blocs tourelles et les blocs mixtes (casemates + tourelles).

Cette division théorique permet ensuite toutes les combinaisons : blocs d’infanterie sous tourelle ou casemate, blocs d’artillerie sous tourelle ou casemate, blocs mixtes d’infanterie ou d’artillerie, blocs d’artillerie sous casemate et d’infanterie sous tourelle ou d’infanterie sous casemate et d’artillerie sous tourelle. En revanche, on ne trouve nulle part trace de blocs ayant deux tourelles.

Ayant décidé de réserver le détail des ouvrages pour l’ordre de bataille de septembre 1948, je vais me contenter de quelques lignes directrices.

-Généralement les blocs d’artillerie peuvent comporter sous tourelle des canons de 75mm, des mortiers de 81mm et des lance-bombes de 135mm en jumelage. Sous casemate, on peut trouver un, deux ou trois canons de 75mm, la casemate type du Nord-Est disposant de trois canons de 75mm modèle 1929 ou modèle 1932.

En ce qui concerne les matériels de 135mm, on trouve généralement une pièce par casemate, la pièce étant généralement couplée avec d’autres matériels sous casemate ou sous tourelle.

En ce qui concerne les mortiers de 81mm, on les trouve généralement en sous-sol, soit en casemates spécifiques soit en casemates d’infanterie ou encore en casemates d’artillerie. Ces casemates agissent le plus souvent en flanquement, quelquefois en action frontale voir pour le bloc de Métrich en couverture des entrées.

-Le plus souvent les blocs d’infanterie comportent généralement sous tourelle des jumelages de mitrailleuses ou des armes mixtes (jumelage mitrailleuse + antichar à canon de 25mm), sous casemate, des jumelages mitrailleuses, des canons antichars et des fusils mitrailleurs et enfin sous cloche des jumelages de mitrailleuses ou d’armes mixtes.

Les tourelles de mitrailleuses sont destinées à généralement à effectuer le tir frontal mais elles effectuent parfois des tirs de flanquement. Dans quelques ouvrages, l’action flanquante de la tourelle est même renforcée par une cloche de mitrailleuses incrustée dans la dalle du bloc-tourelle.

L’organisation de chacun des blocs comportement généralement au niveau des galeries, divers locaux de service (magasin à munitions, local machinerie des monte-charge, PC, local de récupération des douilles).

Entre les galeries et la surface, un escalier et un ou deux monte-charges mais tous les blocs n’en disposent pas.

Au niveau du bloc, deux étages, l’étage inférieur qui comprend les locaux de repos et les filtres plus dans le cas des blocs-tourelles, le balancier et le contrepoids de la tourelle alors que l’étage supérieur est l’étage de combat.

Une organisation en profondeur

Indépendament, les différents ouvrages, blocs et autres casemates sont puissants mais pour tirer la quintescence de leur efficacité, il faut une véritable organisation en profondeur, encore un héritage du premier conflit mondial, la défense en profondeur des lignes allemandes expliquant en partie pourquoi la percée décisive espérée par les alliés n’eut jamais lieu.

La Ligne Maginot va donc s’organiser en profondeur, organisation en profondeur destinée à la fois à rendre efficace la défense mais aussi assurer le soutien nécessaire aux unités de combat.

Théoriquement, un secteur fortifié s’organise de la façon suivante :

-Une Ligne des Avant-postes

-Une Ligne Principale de Résistance (LPR)

-La Ligne des Abris

-Une 2ème Ligne ou Ligne CEZF (Commission d’Etudes de Zones Fortifiées)
-Les arrières consacrées notamment à la logistique mais également à l’Artillerie Lourde sur
Voie Ferrée (ALVF).

La LPR (Ligne Principale de Résistance) ne se situe pas immédiatement au contact de la frontière mais généralement à une dizaine de kilomètres de la frontières pour éviter que l’ennemi soit trop rapidement au contact mais aussi pour profiter de meilleurs observatoires et d’un meilleur glacis.

En dépit de remarques dans ce sens ce n’est que durant la guerre de Pologne qu’une ligne d’avant postes composées notamment de maisons fortes sera construite pour éviter les attaques surprises, faire jouer les destructions et jalonner l’avance ennemie. Ces positions n’ont naturellement pas vocation à résister plus de quelques heures ou de quelques jours.

*La Ligne Principale de Résistance (LPR) constitue le coeur de la Ligne Maginot et se compose de deux éléments : la ligne des organisations fortifiées et la ligne des obstacles composés de réseaux de barbelés, de rails, des inondations défensives, des piquets Ollivier (des piquets munis de charges explosives plus ou moins improvisées) sans oublier les différents obstacles de route.

*Les arrières de la position doivent répondre à une double fonction : donner de la profondeur à l’ensemble et desservir les organisations défensives. C’est donc un rôle à la fois de soutien et d’appui à la LPR.

L’organisation de l’arrière fût longtemps négligée, la CORF ayant déjà pas mal de travail avec la LPR. L’initiative à été donc laissée aux autorités locales ce qui explique un manque d’homogénéité de l’ensemble même si la CEZF limitera les dégâts.

Chaque secteur fortifié dispose en théorie de casernements de sûreté, de postes de transformation électrique, de dépôts de munitions, de parc mobiles, d’un réseau routier spécifique et d’un réseau ferré auxquels s’ajoute dans le Sud-Est un téléphérique.

-Les casernements de sûreté sont destinés à abriter les troupes en temps de paix

-Les postes de transformation électriques implantées tardivement (1937) pour relier les ouvrages au réseau civil

-Les dépôts de munitions sont établis à l’air libre, en arrière de la position fortifiée, à proximité d’une voie ferrée. Les dépôts arrières sont situés à environ 40km de la LPR, les dépôts secondaires situés à environ 15km et les poudrières situées à proximité des casernements légers et plutôt réservés aux explosifs de dispositifs de mines.

-Les parcs mobiles sont destinés au stockage du matériel du génie pour établir des positions de circonstance. On trouve donc des piquets, des barbelés, du matériel de terrassement et de construction……. .

-Le réseau routier spécifique ou routes stratégiques est composé de tronçons de routes reliant les ouvrages au réseau civil. Ce sont des tronçons sinueux où on circule en sens unique.

-Le réseau ferré sert lui aussi au ravitaillement. Le réseau national dessert un certain nombre de dépôts situés très en arrière de la ligne de front. A partir de ces dépôts, un réseau extérieur sur voie de 60 dessert les ouvrages d’artillerie équipés d’une entrée type A