24-Armée de l’air (39)

Zone Aérienne Militaire Maroc (ZAM-Maroc)

-Base aérienne 206 de Meknès

-Base aérienne 207 de Marrakech

-La base aérienne 208 de Guelmine est aménagée en 1947 pour mieux surveiller le sud marocain voir le Sahara espagnol

Zone Aérienne Militaire Algérie (ZAM-Algérie)

-Base aérienne 201 de Blida

-Base aérienne 202 d’Oran

-Base aérienne 203 d’Alger

Zone Aérienne Militaire Tunisie (ZAM-Tunisie)

-Base aérienne 204 de Tunis

-Base aérienne 205 de Sidi-Ahmed

-La base aérienne 209 de Sfax est créée en 1946 pour surveiller le Golfe de Syrte. Cette base va être utilisée également par l’Aviation navale.

Zone Aérienne Militaire du Levant (ZAM-Levant)

-Base aérienne 139 de Rayak

-Base aérienne de Damas-Mezzé qui reçoit le numéro 210 en 1944

-Base aérienne de Beyrouth qui reçoit le numéro 211 en 1944

Zone Aérienne militaire de l’Afrique Occidentale Française (ZAM-AOF)

-Base aérienne de Dakar-Ouakam qui reçoit le numéro 212 en 1944

-Base aérienne de Thiès qui reçoit le numéro 213 en 1944

Zone Aérienne Militaire de l’Afrique Equatoriale Française (AEF)

-District Aérien Militaire de l’AEF

-Base aérienne de Fort Lamy au Tchad qui reçoit le numéro 214 en 1944.

-Des terrains de secours sont sommairement aménagés dans le nord du Tchad pour une éventuelle offensive aérienne contre l’Africa Septentrionale Italiana (ASI), la Libye actuelle.

Cela se limite à des pistes balisées et des terrassements mais pour rendre ses terrains opérationnels, il faudra du matériel qui ne pourrait venir que d’Afrique du Nord ou de Métropole.

-District Aérien Militaire de Djibouti

-Base aérienne de Djibouti qui reçoit le numéro 215 en 1944

-District Aérien Militaire de Madagascar-La Réunion

-Base aérienne d’Ivato (Madagascar) qui reçoit le numéro 216 en 1944

-Une deuxième base aérienne est installée à Mahajanga en 1945 avec le numéro 217

Zone Aérienne Militaire Tonkin-Laos

-District aérien militaire du Tonkin

-Base aérienne de Tong qui en 1945 reçoit le numéro 218

-Base aérienne de Do-Son qui en 1945 reçoit le numéro 219

-Base aérienne de Kien-An qui en 1945 reçoit le numéro 220

-District Aérien Militaire du Laos

-Base aérienne de Viangchan qui en 1945 reçoit le numéro 221

Zone Aérienne Militaire du Cambodge

-Base aérienne de Pursat qui en 1945 qui reçoit le numéro 222

Zone Aérienne Militaire Annam-Cochinchine

-District Aérien Militaire de Cochinchine

-Base aérienne de Tan-Son-Nhut près de Saigon (c’est aujourd’hui l’aéroport international de la 2ème ville du pays) qui en 1945 reçoit le numéro 223

-District Aérien Militaire d’Annam

-Base aérienne de Dong-Hoï qui en 1945 reçoit le numéro 224

-Base aérienne de Tourane/Da Nang qui en 1945 reçoit le numéro 225

Zone Aérienne Militaire du Pacifique (ZAM-Pacifique)

-Base aérienne de Nouméa-Tantouta qui hérite à sa création du numéro 226

-Projet non concrétisé d’une base aérienne à Tahiti

 Zone Aérienne Militaire des Antilles (ZAM-Antilles)

-Base aérienne de Fort de France installée à proximité de la base aéronavale à tel point que la BA 227 et la BAN de Fort de France-Schoelcher sont jointes

-Base aérienne de Point-à-Pitre installée sur l’aérodrome civil, base aérienne recevant le numéro 228

-Base aérienne de Cayenne qui reçoit le numéro 229

22-Armée de terre : armement et matériel (101) ordre de bataille (35)

Forces de Souveraineté

Carte de l'Afrique et des différents empires coloniaux

Carte de l’Afrique et des différents empires coloniaux

Dans cette rubrique, je vais aborder la question des unités stationnées dans l’Empire dans des contrées où les menaces extérieures étant existantes, la mission de ces unités est d’assurer la sécurité extérieure et de se préparer à un hypothétique envoi sur un front que ce soit en métropole ou en Afrique du Nord.

-Situation en septembre 1939

-Afrique Equatoriale Française (AEF)

Au Congo et au Gabon, nous trouvons le bataillon de tirailleurs sénégalais de l’Afrique Equatoriale Française

Au Tchad, est déployé le régiment de tirailleurs sénégalais du Tchad, le bataillon de tirailleurs sénégalais de l’Oubangui-Chari, la Compagnie portée du Largeau et la section portée du Largeau.

-Au Cameroun, on trouve le régiment de tirailleurs sénégalais du Cameroun

-Afrique Occidentale Française (AOF)

-Au Sénégal, se trouvent deux régiments d’infanterie, les 1er et 7ème régiments mobiles de tirailleurs sénégalais, le bataillon d’infanterie coloniale de l’Afrique Occidentale Française et le 7ème bataillon de tirailleurs sénégalais.

-Au Soudan français, on trouve le 2ème régiment mobile de tirailleurs sénégalais ainsi que le 2ème bataillon de tirailleurs sénégalais qui est dissous le 30 septembre 1939.

-En Mauritanie est déployé le 1er bataillon de tirailleurs sénégalais

-Au Niger, le 3ème bataillon de tirailleurs sénégalais qui est cependant dissous dès le 30 septembre 1939

-En Guinée, le 4ème bataillon de tirailleurs sénégalais

-En Côte d’Ivoire, le 5ème bataillon de tirailleurs sénégalais

-En Haute Volta, on trouve le 6ème bataillon de tirailleurs sénégalais

-Au Dahomey, les 8ème et 9ème bataillons de tirailleurs sénégalais

-Océan Indien

-Sur la Côte Française des Somalis (CFS), on trouve le bataillon de tirailleurs sénégalais de la côte française des Somalis

-A Madagascar, les 1er et 2ème régiments de tirailleurs malgaches ainsi qu’un bataillon de mitrailleurs malgaches.

Le "char de la victoire" Renault FT en version canon de 37mm

Le « char de la victoire » Renault FT en version canon de 37mm

La «Grande Ile» dispose également d’une section de chars FT et pour l’artillerie de deux groupes autonomes en l’occurence le Groupe autonome d’artillerie coloniale de Diego-Suarez et le Groupe autonome d’artillerie coloniale de l’Emyrne.
-Antilles, Indes Françaises et Pacifique

-Quatre compagnies mixtes d’infanterie coloniale : une à Fort de France, une à Camp Jacob à la Guadeloupe, une à Cayenne et une Papeete.

-Une compagnie de cipayes à Pondichery

-En ce qui concerne l’artillerie, nous trouvons à Fort de France une batterie mixte d’artillerie coloniale

-Evolution et situation en septembre 1948

-Afrique Equatoriale Française (AEF)

Au Congo et au Gabon, le bataillon de tirailleurs sénégalais de l’Afrique Equatoriale Française reste en place en septembre 1948

Au Tchad, le régiment de tirailleurs sénégalais du Tchad, le bataillon de tirailleurs sénégalais de l’Oubangui-Chari, la Compagnie portée de Largeau et la section portée du Largeau restent en place sans autres changements qu’une amélioration de l’armement et de l’entrainement.

-Au Cameroun, on trouve le régiment de tirailleurs sénégalais du Cameroun qui comme les unités basées au Tchad bénéficie d’une amélioration de son armement et de sa mobilité en recevant des camions et des véhicules légers tout terrains à roues pour lui permettre d’opérer comme une véritable colonne mobile.

-Afrique Occidentale Française (AOF)

-Au Sénégal, les deux régiments mobiles de tirailleurs sénégalais (1er et 7ème sont maintenus) mais les autres unités sont dissoutes.

-Au Soudan français, on trouve toujours le 2ème régiment mobile de tirailleurs sénégalais.

-En Mauritanie est toujours déployé le 1er bataillon de tirailleurs sénégalais

-Au Niger, le 2ème bataillon de tirailleurs sénégalais dissous au Sénégal en septembre 1939 est reconstitué en juin 1945 pour une fournir une force armée à cette région. Elle s’inspire du régiment de tirailleurs sénégalais du Cameroun et peut opérer comme une véritable colonne mobile

-En Guinée, est toujours déployé le 4ème bataillon de tirailleurs sénégalais

-En Côte d’Ivoire, le 5ème bataillon de tirailleurs sénégalais est toujours là

-En Haute Volta, on trouve le 6ème bataillon de tirailleurs sénégalais est toujours là

-Au Dahomey, les 8ème et 9ème bataillons de tirailleurs sénégalaissont amalgamés en un 2ème régiment mobile de tirailleurs sénégalais.

-Océan Indien

-Sur la Côte Française des Somalis (CFS), on trouve en septembre 1939 le bataillon de tirailleurs sénégalais de la côte française des Somalis qui devient courant 1944 le régiment de tirailleurs sénégalais à quatre bataillons

Les deux régiments de tirailleurs stationnés à Madgascar sont toujours là, leur armement est amélioré alors que Le bataillon de mitrailleurs devient un bataillon mixte d’infanterie malgache (BMIM) avec des mitrailleurs et des tirailleurs et rallie la Réunion.

Canon de 75mm modèle 1897 montés sur pneumatiques

Canon de 75mm modèle 1897 montés sur pneumatiques

La section de chars FT remplace en 1947 ses vénérables chars par des Renault R-35 nettement plus modernes. Quand à l’artillerie, les deux groupes autonomes sont toujours là avec des canons de 75mm modèle 1897 pour équipement.

-Antilles

-En Martinique, l’unique compagnie mixte d’infanterie coloniale devient un véritable régiment d’infanterie coloniale à deux bataillons de combat plus un troisième activé à la mobilisation, le 12ème régiment d’infanterie coloniale. Ce dernier est supporté par une batterie mixte d’artillerie coloniale équipée de canons de 75mm modèle 1897.

-En Guadeloupe, la compagnie mixte d’infanterie coloniale devient un bataillon d’infanterie coloniale toujours stationné à Camp Jacob et connu sous le nom de bataillon d’infanterie coloniale des Antilles (BICA).

-A Cayenne, se trouve d’abord une simple compagnie d’infanterie coloniale puis le bataillon de tirailleurs sénégalais de Guyane (BTSG) arrivé sur place en 1945.

Indes Françaises et Pacifique

-Une compagnie de cipayes à Pondichery

-Un bataillon d’infanterie coloniale du Pacifique à Papeete

-Un régiment d’infanterie coloniale du Pacifique, le 1er RICP à Nouméa