Pologne et Pays Neutres (61) Suisse (11)

Fusils

Fusils Schmidt-Rubin

Schmidt Rubin modèle 1889

Les fusils Schmidt-Rubin sont une famille de fusils à répétition mis en service entre 1889 et 1958 date à laquelle les derniers modèles ont été remplacés par un fusil de la SIG, un fusil automatique qui annoncent les fusils d’assaut. Fusils à répétition, ils tiraient la cartouche 7.5x55mm Schmidt-Rubin. Naturellement avec une telle durée de service (soixante-neuf ans) de nombreux modèles ont été mis au point, les derniers étant très éloignés du modèle d’origine au point qu’on les considère souvent comme des modèles indépendants.

Le premier modèle est le fusil Schmidt-Rubin modèle 1889. Le nom est la combinaison du concepteur du fusil (le colonel Rudolf Schmidt) et le concepteur de la munition (le colonel Eduard Rubin). La production commence en 1891 et ce fusil est plutôt avancé pour l’époque. Il à été remplacé par plusieurs modèles que ce soit le modèle 1896, le modèle 1896/11, la carabine modèle 1911 et le K-31.

Le modèle 1889 pesait 4.43kg mesurait 1302mm de long, disposait d’un canon de 780mm tirant la cartouche suisse 7.5×53.5mm via un magazine de douze cartouches.

Le Schmidt-Rubin model 1889/96 est le premier modèle destiné à remplacer le modèle 1889. La principale différence est une modification du système de verrouillage. Adopté en 1896, cette arme devrait plutôt être désigné Vogelsgang-Rebholz car le colonel Rudolf Schmidt avait refusé cette modification l’estimant impossible à faire.

Les modèles 1889/96 sont par la suite modifiés en 1911 donnant naissance au modèle 1896/11, la principale différence étant une augmentation de la vélocité de la cartouche.

Le Schmidt-Rubin Modèle 1897 est un fusil à un coup utilisant une cartouche à puissance réduite car prévu pour les cadets soit des adolescents qui n’étaient pas encore suffisament formés pour utiliser un fusil d’adulte. 7900 exemplaires ont été produits.

Le fusil court Schmidt-Rubin modèle 1899/1900 est un modèle destiné à remplacer la carabine Mannlicher modèle 1893. Il était destiné à l’artillerie et à d’autres unités n’ayant pas besoin d’un fusil mais ayant besoin d’une arme plus puissante qu’un revolver ou un pistolet. 18750 exemplaires ont été produits entre 1901 et 1911. Il fût au final utilisé par les troupes de forteresse, l’artillerie, les unités cyclistes et les compagnies de ballons. La majorité des modèles produits ont été modifiés ultérieurement en carabines modèle 1911.

Ce fusil pesait 3.8kg mesurait 1105mm de long avec un canon de 592mm et tirait la cartouche suisse de 7.5×53.5mm

Le Schmidt-Rubin modèle 1896/11 est une adaptation du modèle 1896 avec une cartouche plus puissante que les modèles Schmidt-Rubin précédents. Le modèle 1896/11 disposait d’un canon rayé à quatre rainures au lieu de trois, une poignée pistolet, un magazin de six cartouches déjà utilisée par le modèle 1899/1900 et le changement des systèmes de visée.

Ce fusil pesait 4.5kg, mesurait 1300mm, disposait d’un canon de 780mm tirant la cartouche 7.5x55mm (GP-11) via un magazine détachable de six cartouches.

Soldats suisses armés de Schmidt-Rubin modèle 1911

Le Schmidt-Rubin modèle 1911 est une adaptation pour l’utilisation d’une cartouche plus puissante avec d’autres modifications comme l’installation d’une poignée pistolet. Une mirée graduée est également installé. Ces armes étaient toujours en service en septembre 1948.

La Carabine modèle 1911 («K-11») est destinée aux unités de soutien et à la cavalerie. Arme réussie, elle allait servir de base au futur modèle 1931. Outre des modèles neufs vont s’ajouter la conversion de modèles plus anciens (modèle 1900 et 1905).

Au total ce sont 1 366 228 exemplaires ont été produits par la Waffenfabrik de Berne.

-Karabiner modell 31

Mousqueton modèle 1931

Le mousqueton modèle 1931 est en septembre 1948 le fusil standard de l’armée suisse. Mis en service en 1933 il à été retiré du service à partir de 1959 remplacé par un fusil automatique fortement inspiré du MAS-40 français, une première étape avant la mise au point de fusils d’assaut qui ne devaient cette fois rien à personne.

Remplaçant le modèle 1911, le mousqueton modèle 1931 était le dernier rejeton de la grande famille des Schmidt-Rubin même si le fusil est suffisamment différent pour justifier d’être considéré comme une nouvelle arme.

Cette arme est plus compacte que ses devanciers ce qui la rendait plus facile à utiliser par des hommes ayant besoin d’une arme plus petite qu’un fusil d’infanterie. Cela simplifiait la logistique puisqu’un seul modèle pouvait remplacer plusieurs ce qui est toujours appréciable.

Cette arme était donc utilisée par l’infanterie au sein des unités de fusiliers mais aussi par la cavalerie, l’artillerie et le génie sans oublier les troupes de forteresse. Certaines unités de police furent équipés de cette arme tout comme la garde suisse pontificale.

Au modèle standard s’ajoute des adaptations pour le tir de précision que ce soit le modèle 1931/42 ou encore le modèle 1931/43. Ces deux modèles quasiment identiques étaient munis d’une lunette grossissement x6, une lunette de fabrication suisse.

Une variante améliorée le modèle 1931/45 est mis en service en 1947 mais n’était disponible qu’en petit nombre en septembre 1948. Cette arme à été simplifiée pour faciliter la fabrication et l’entretien en temps de guerre.

Après le retrait du service les armes encore en état sont stockées pour être réutilisés en cas de besoin notamment en cas de conflit majeur. Les dernières armes ont été déstockées en 1995, certaines vendues à des musées et d’autres à des collectionneurs après neutralisation. Au final ce sont 724520 exemplaires qui ont été produits.

Le mousqueton modèle 1931 était un fusi à répétition de conception et de fabrication suisse. D’un calibre de 7.5mm, il pesait 4kg à vide. Mesurant 1105mm de long, disposant d’un canon de 652mm il tirait la cartouche suisse 7.5x55mm GP-11 à une distance maximale effective de 500m sachant que les éléments de visée sont reglés de 100 à 1500m et que la cartouche peut atteindre en théorie la distance maximale de 5500m. Il à été alimenté par des chargeurs internes détachables de 6 cartouches et pouvait mettre en œuvre des grenades à fusil.

Pologne et Pays Neutres (60) Suisse (10)

Pistolets mitrailleurs

Pistolet mitrailleur 19

NdA je n’ai trouvé aucune information sur internet si un lecteur à des infos je suis prenneur

Pistolet mitrailleur Suomi KP/-31

Suomi KP/-31

Pistolet mitrailleur Bergmann MP-28

MP-28

Pistolet mitrailleur SIG MKMO

Le SIG MKMO (M = Maschinen K = Karabiner M = Miltär O = Oben _éjection par le haut_) est un pistolet mitrailleur de conception et de fabrication suisse. Produite à seulement 1228 exemplaires, elle fût utilisée en petit nombre par l’armée et la police suisse ainsi que la garde suisse pontificale. Il fût également exporté en Finlande (282 exemplaires) où l’arme fit le coup de feu contre l’URSS. La production s’est arrêtée en 1941 et l’armée retirée du service par la Finlande en 1960, par la garde suisse pontificale en 1972 et par la Suisse en 1967.

Le SIG MKMO est une arme tirant la cartouche suisse 7.65x21mm, pesant 4.25kg, mesurant 1025mm, disposant d’un canon de 500mm. Elle était alimentée par un chargeur détachable de 40 cartouches.

Pistolet mitrailleur Lmg.-Pistole Mod. 1941/44

Le premier pistolet mitrailleur suisse est le Lmg.-Pistole Mod. 1941/44 également connu sous les désignations de Furrer MP-41/44, de MP-41/44 ou encore de LMG-Pistole.

Arme complexe à produire à et à utiliser elle ne laissa pas un très bon souvenir à ses utilisateurs, certains regrettant l’abandon d’un projet concurrent proposé par la SIG (MP-41). Rien d’étonnant car le colonel Furrer son concepteur très lié avec l’armée suisse se livra à un lobbying très actif pour imposer une arme issue d’un fusil-mitrailleur (ce qui explique peut être sa complexité et son poids).

Produite à 9908 exemplaires elle fût supplantée par le pistolet mitrailleur Suomi KP-31 produit sous licence sous la désignation de MP-43/44 (1000 exemplaires acquis auprès de la Finlande et 10000 produits sous licence).

Après une carrière confidentielle ce pistolet mitrailleur à été retiré du service à la fin des années cinquante. Les armes encore en état furent stockées et celles encore disponibles furent soient envoyées à la ferraille en 1995 ou vendues à des collectionneurs et des musées après avoir été neutralisées.

Le Lmg.-Pistole Mod. 1941/44 était un pistolet mitrailleur de conception et de fabrication suisse pesant 5.2kg. Mesurant 760mm de long, disposant d’un canon de 20mm, il tirait la cartouche 9x19mm Parabellum à une distance maximale effective de 200m à une cadence de tir de 900 coups par minute sachant que l’alimentation se faisait par un chargeur détachable de 40 coups.

Pologne et Pays Neutres (59) Suisse (9)

Armement d’infanterie

Armes de poing

Revolver d’ordonnance modèle 1872/1878

Ce revolver à une origine belge, le modèle 1872 ayant été fabriqué en Belgique par Pirlot Frères alors que le modèle 1878 à été produit par la Waffenfabrik Bern.

Ces révolvers fonctionnent en simple et double action avec éjection individuelle des étuis vides. Il utilise le système Chamelot-Delvigne et est donc très proche du revolver français MAS modèle 1873/74.

Ces deux révolvers ont été rapidement remp lacés par les modèles 1882 et 1882/29 mais quelques exemplaires étaient encore en service en 194!

Ce revolver de 10.4mm pèse 1kg à vide mesurant 280mm de long dont 150mm pour le canon alimenté par un barillet de six cartouches pouvant toucher une cible à 25m avec une cadence de tir à douze coups par minute.

Revolver modèle 1882 et modèle 1882 modifié 1929

Le Revolver modèle 1882 est une arme de conception et de fabrication suisse. Conçue par le colonel Rudolph Schmidt elle à été produite par la Waffenfabrik de Berne et par la firme SIG. Remplaçant le modèle 1872/78 Il à été suivit par un modèle modernisé et simplifié le modèle 1929 qui était le revolver d’ordonnance standard de l’armée suisse quand éclate le second conflit mondial et qui ne sera retiré du service qu’au cours des années soixante-dix.

C’était une arme pesant 0.8kg à vide mesurant 235mm (228mm pour le modèle 1929) dont 114mm (116mm pour le modèle 1929). Tirant la cartouche de 7.5mm modèle 1882, il pouvait toucher une cible à 40m, l’alimentation se faisant par un barillet à six coups.

Revolver pour cycliste modèle 1882/1893

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette arme est une évolution du précédent pour permettre son utilisation par les troupes cyclistes, des unités qui voient le jour lors des manœuvres de 1890 mais qui ne sont officiellement mises sur pied que le 3 juin 1891.

Comme jadis les cyclistes devaient fournir leur monture. Les effectifs prévus étaient de 232 hommes sachant que les hommes qui avaient accompli leurs école des recrues pouvait rejoindre cette nouvelle unité après un passage par l’école de cyclistes et ce pour une période de 22 jours. En revanche l’uniforme, l’armement et l’équipement étaient fournis par l’armée.

Ce revolver ne fût que brièvement utilisé car dès 1901 il était prévu qu’il soit remplacé par un fusil court mais cela ne signifie pas bien entendu que dès 1901 ce revolver à quitté le service actif. 337 exemplaires ont été livrés par la Waffenfabrik de Berne. Peu d’armes sont parvenues jusqu’à nos jours car nombre d’entre-eux ont été retransformés en modèle 1882.

Le revolver pour cycliste modèle 1882/1893 était une arme de conception et de fabrication suisse mesurant 235mm de long (dont 115mm pour le canon). D’un calibre de 7.5mm, il pesait 750 grammes à vide et ses performances étaient identiques au modèle 1882.

Pistolet automatique Luger modèle 1906

En dépit de son nom cette arme à été adoptée par l’armée suisse dès le 4 mai 1900. C’est l’ancètre immédiat du célèbre P-08. Les principales différences sont un calibre différent, un canon plus long et une surêté de poignée.

Cette arme aurait du entièrement remplacer le revolver modèle 1882 mais ce ne fût pas complètement le cas. Toujours en service en septembre 1948 il devait être entièrement remplacé par le P-210 (voir ci-après) mais le temps, les moyens voir la volonté ont manqué. Ce n’est qu’en 1960 que les dernières armes ont quitté le service actif essentiellement en raison du manque de pièces détachées.

Ce pistolet automatique de conception et de fabrication allemande pesait 890g à vide (mais 975 chargé), mesurait 238mm de long, disposait d’un canon de 122mm de long lui permettant de tirer une cartouche de 7.65mm. Alimenté par un chargeur de huit coups, il pouvait toucher une cible à 50m.

Pistolet automatique SIG P-210

Le SIG P-210 officiellement connu sous le nom de Pistolet 49 était une arme de conception et de fabrication suisse destinée à remplacer le Luger P06/29.

Cette arme est dérivé du SACM modèle 1935A, la SIG (Schweizerische Industrie Gesellschaft) ayant acquis la licence en 1937 moins pour produire l’armée stricto sensu que pour développer un nouveau pistolet automatique pour remplacer le Luger.

La mise au point fût laborieuse sans que l’on sache si il s’agissait d’un problème inhérent à la reprise du système Petter ou d’un perfectionnisme pointilleux. Ce qui est certain c’est qu’après une petite production lancée en 1944 celle-ci fût immédiatement stoppée pour une reprise des travaux.

Résultat en septembre 1948 quand le second conflit mondial éclate le pistolet automatique n’est pas encore en service et ne le sera qu’en 1949. Il à peu à peu remplacé le Luger, devenant le principal pistolet militaire suisse dès le milieu des années cinquante.

Après guerre cette arme fût adoptée par le Danemark et la principauté de Monaco. La Suisse à utilisé ce pistolet jusqu’au milieu des années soixante-dix. Cette arme à aussi été développé en version civile et pour le tir sportif.

Le SIG P-210 était un pistolet automatique de conception et de fabrication suisse pesant 970grammes à vide mesurant 215mm de long, disposant d’un canon de 120mm. Tirant la cartouche 7.65x21mm Parabellum, il pouvait atteindre une cible à environ 50m sachant que l’alimentation se faisait par des chargeurs de huit coups.