Etats Unis (60) sous-marins (3)

Sous-marins classe Porpoise

USS Porpoise (SS-172) 4.jpg

Génèse

Ces dix sous-marins sont mis en service au milieu des années trente. Ils marquent une rupture avec la pratique passée de vouloir des sous-marins toujours plus rapides en surface c’est-à-dire capable de suivre des cuirassés à savoir 21 nœuds.

Lire la suite

Grande Bretagne (27) Porte-Avions (2)

Porte-avions HMS Eagle

Course aux armements en Amérique Latine

Colonisée par l’Espagne et le Portugal (les apports néerlandais, britanniques et français sont mineurs, négligeables), le sous-continent sud-américain se libère au début du dix-neuvième siècle sous l’impulsion d’hommes comme Simon Bolivar.

Ce dernier espère maintenir l’unité de la majorité des anciennes colonies espagnoles mais les différences sont déjà trop fortes et des Etats-Nations émergent rapidement des vice-royautés espagnoles.

Ces Etats-Nations sont rapidement rivaux et des guerres éclatent. Qui dit guerres dit armement essentiellement terrestre mais également naval.

Le cuirassé Minas Gerais de la marine brésilienne

Le cuirassé Minas Gerais de la marine brésilienne

En 1905, le Brésil commande trois cuirassés de classe Minas Geraes, des cuirassés de type dreadnought armés de dix canons de 305mm en cinq tourelles doubles.

BB Classe Rivadivia Argentine

Cette commande entraine celle de l’Argentine avec deux cuirassés de classe Rivadivia (navires commandés aux Etats-Unis, seuls cuirassés exportés par Washington avec un cuirassé exporté en Turquie) puis celle en 1910 de deux cuirassés par le Chili, les Valparaiso (rebaptisé ensuite Almirante Lattore) et Almirante Cochrane, deux navires de type superdreadnought armés de dix canons de 343mm en cinq tourelles doubles.

 

Quand le premier conflit mondial éclate en août 1914, seul le premier est achevé. Réquisitionné par la Royal Navy, il va y servir sous le nom de HMS Canada jusqu’en 1920.

Quand au second, il va être transformé en porte-avions sous le nom de HMS Eagle.

Le cuirassé chilien Almirante Lattore

Le cuirassé chilien Almirante Lattore

Carrière opérationnelle

Le HMS Eagle

Le HMS Eagle

-Le HMS Eagle (94) est mis sur cale sous le nom d’Almirante Cochrane aux chantiers Armstrong Whitworth de Newcastle-upon-Tyne le 20 février 1913 lancé le 8 juin 1918. La construction à été suspendue en octobre 1919 à un moment où le Chili était prêt à le racheter quitte à ce que le navire soit achevé en cuirassé.

Les travaux reprennent dès le mois de novembre 1919, les essais commencent en février 1920 mais la mise en service n’est prononcée que le 26 février 1924 en raison d’une mise au point délicate.

Affecté en Méditerranée jusqu’en mai 1926, il effectue une brève incursion à Hong Kong avant de revenir en Méditerranée jusqu’en 1930. Il subit une refonte en Grande-Bretagne de 1931 à 1933 avant de retourner en Asie où il reste jusqu’en 1935. Il est à nouveau en Extrême-Orient à partir de juin 1937, affecté à la China Station.

Il participe à la guerre de Pologne dans l’Océan Indien, assurant des missions de présence contre les raiders allemands.

Le conflit terminé, le porte-avions retourne en Grande-Bretagne pour un grand carénage qui l’immobilise à Portsmouth de février 1940 à avril 1941. Il est de retour en Extrême-Orient en juin et va rester déployé jusqu’à son désarmement survenu le 4 mars 1946.

Il rentre en Métropole en juin 1946. Placé en réserve, il est condamné en janvier 1947 et démoli à Rosyth entre mars et juin 1947.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 21630 tonnes pleine charge 26000 tonnes

Dimensions : longueur 203.5m largeur 29m tirant d’eau 7.5m

Propulsion : 4 turbines à engrenages : deux Brown-Curtis à haute pression et deux Parsons basse-pression alimentées par 32 chaudières Yarrow développant 50000ch et actionnant 4 hélices

Performances : Vitesse maximale : 25 noeuds Distance Franchissable : 4000 miles nautiques à 18 noeuds

Protection : ceinture de 51 à 76mm pont des hangars 25mm bouclier 25mm

Armement : 9 canons de 152mm (6inch) Mark XVII en neuf affûts simple, 4 canons de 102mm (4inch) Mark XVI en quatre affûts simples, 16 canons de 40mm Bofors et 13 mitrailleuses . Au cours de la refonte de 1940/41, le porte-avions remplace ses canons de 152mm et de 102mm par huit canons de 120mm, la DCA légère est désormais composée de seize canons de 40mm Bofors.

Installations d’aviation Pont d’envol de 198.75m de long sur 29.25m relié aux hangars par deux ascenseurs axiaux, le hangar supérieur mesurant 121.92m de long sur 10m de large et 6.10m de haut (dimensions du hangar inférieur inconnues)

-Ascenseur avant en T (14m de long sur 13.70m de large) et ascenseur arrière rectangulaire (14m de long sur 10m de large)

-Une bosse permet l’arrêt des avions mais ce système inefficace est rapidement abandonné au profit des brins d’arrêt.

-Pas de catapulte

Groupe aérien : L’Eagle embarquait environ 24 appareils avant guerre : des avions de reconnaissance Fairey IIIF, des chasseurs Hawker Nimrod et Hawker Osprey.

A la déclaration de guerre, il n’embarquait plus que 18 avions torpilleurs Fairey Swordfish, appareils qui sont renforcés en juin 1940 par trois chasseurs Gloster Sea Gladiator puis en décembre 1940 par 2 bombardiers en piqué Blackburn Skua.

A la fin de sa carrière, le groupe aérien se compose de huit Grumman Martlet (un chasseur américain plus connu sous le nom de Wildcat), six Fairey Swordfish de torpillage, de reconnaissance et d’observation et quatre Douglas Dauntless de bombardement en piqué.

Equipage : 834 hommes : 660 pour la conduite du navire et 174 pour le groupe aérien.
Porte-avions HMS Hermes

Le HMS Hermes en 1920

Le HMS Hermes en 1920

Le premier porte-avions conçu comme tel

Après un porte-avions disposant de deux pont d’envol séparés par le bloc-passerelle (Furious) et un porte-avions à pont d’envol continu (Argus), les britanniques acquièrent une confortable expérience.

Parmi le retour d’expérience figure la gestion des opérations de vol. Le besoin de superstructures se révèle crucial. Un ilot à tribord est nécessaire également pour l’évacuation des fumées, les cheminées horizontales ne se révélant pas aussi efficaces qu’espéré.

Après les tests sur l’Argus avec un ilot en toile, les nouveaux porte-avions britanniques (Eagle et Hermes) reçoivent un ilot asez imposant notamment pour le premier.

Si le premier est une conversion comme le Furious et l’Argus, le second est le premier porte-avions mis sur cale comme tel, titre de gloire qu’il dispute avec le japonais Hosho.

Carrière opérationnelle

-Le HMS Hermès (95) est mis sur cale aux chantiers Armstrong Whitworth de Newcastle-upon-Tyne le 15 janvier 1918 lancé le 11 septembre 1919 mais les travaux sont suspendus jusqu’en janvier 1920 date à laquelle il est remorqué à l’Arsenal de Devonport pour être achevé et mis en service en janvier 1923.

Il est déployé en Méditerranée en alternance avec l’Eagle jusqu’en 1926 quand il rallie Hong Kong pour une campagne anti-piraterie. De novembre 1927 à mars 1928, il subit un grand carénage en métropole. Il va alterner carénages et déploiements en Extrême Orient jusqu’en juin 1937 quand il rentre en Métropole pour être mis en réserve.

Réarmé en septembre 1939, il participe à la protection du trafic commercial dans l’Atlantique puis dans l’Océan Indien jusqu’à la fin du conflit.

Après un carénage en métropole de juin 1940 à mars 1941, le porte-avions léger est déployé à Aden pour servir de navire de présence. Ses missions sont multiples : présence, police coloniale contre les remuantes tribus arabes, protection du trafic commercial…. .

Désarmé le 4 septembre 1946, le HMS Hermes rentre en métropole en décembre où il est mis en réserve. Rebaptisé Commander Edward Dunning, il sert de porte-avions d’entrainement au profit des jeunes pilotes de la FAA, les navires d’entrainement notamment le porte-avions ainsi que les croiseurs HMS Emerald et Vindictive formant un Training Squadron stationné à Portsmouth.

Quand le second conflit mondial éclate le 5 septembre 1948, le vieux porte-avions va servir de transport d’avions notamment ceux de la RAF destinés à être déployés en Norvège.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 10850 tonnes pleine charge 13000 tonnes

Dimensions : longueur 182.3m largeur 21.4m tirant d’eau 5.7m

Propulsion : turbines à engrenages Parson alimentées par six chaudières Yarrow dévellopant une puissance totale de 40000ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 25 noeuds distance franchissable 6000 miles nautiques à 18 noeuds

Protection : ceinture 51-76mm pont des hangars 25mm bouclier 25mm

Armement : 3 canons de 120mm (4.7 inch) MkVIII en affût simples associés à 6 canons de 140mm (5.5inch) BL mark 1 eux aussi en affût simples. Deux affûts quadruples de 12.7mm et 6 canons de 20mm embarqués en 1934.

Après sa refonte de 1940/41, le porte-avions dispose de huit canons de 102mm en affûts doubles, de huit canons de 40mm Bofors en affûts doubles et de six canons de 20mm Oerlikon en affûts simples.

Installations aéronautiques/Groupe aérien

-Deux ascenseurs axiaux en T reliant le hangar au pont d’envol

-Brins d’arrêts longitudinaux puis transversaux.

-L’Hermes reçut également une bosse à l’arrière du pont d’envol pour freiner les appareils avant leur appontage mais ce système se révéla inefficace et fût démonté

Le groupe aérien pouvait se composer de 20 appareils mais au fil du temps il fût réduit à 15 voir même 12 appareils.

Juste avant son désarmement, il embarquait quatre Grumman Martel, six Fairey Swordfish et deux Douglas Dauntless.

Equipage : 660 officiers et marins pour la conduite du navire et 40 hommes pour le groupe aérien
Porte-avions classe Courageous

Des croiseurs de bataille transformés

Le bouillant amiral Fisher était un leader charismatique, débordant d’idées pour sortir la Royal Navy d’une certaine léthargie. La domination de la marine britannique était tellement écrasante que la marine de Sa Gracieuse Majesté ressemblait parfois à la Belle au Bois Dormant.

Après avoir rayé des registres des navires impropres au combat (“too old to fight too slow to run away”), le nouveau premier lord de l’Amirauté impose la turbine et fait triompher deux concepts de navire de combat, l’un en maturation (le cuirassé à artillerie monocalibre) et l’autre issu de son imagination (le croiseur de bataille).

Sur le plan géostratégique, l’amiral anglais eut l’idée de frapper l’Allemagne au cœur en débarquant sur les côtes de la mer Baltique une armée russe associée à des contingents anglais pour atteindre le plus rapidement possible Berlin situé à seulement 80km de cette Mare Nostrum germanique.

Pour cela il fallait des navires de transport, d’appui et de combat, des navires de ligne adaptés à une mer aux eaux peu profondes. D’où la commande de trois croiseurs de bataille légers baptisés Courageous Glorious et Furious, les deux premiers furent armés de quatre canons de 381mm en tourelles doubles, le second de deux canons de 457mm (18 pouces) en tourelles simples.

Ces navires n’étaient pas achevés quand le projet fût définitivement abandonné en 1916 suite à la fois au départ de Fisher de l’Amirauté ainsi que de l’échec de l’opération des Dardannelles, une opération stratégiquement censée mais menée de façon déplorable.

Sans réelle affectation, ces trois navires auraient du avoir une carrière brève si il n’avait pas été décidé de les transformer en porte-avions. Si le Furious le fût sans contrainte extérieure, ses deux demi-frères Courageous et Glorious le furent pour éviter une démolition inévitable avec les limitations du traité de Washington de 1922.

Carrière opérationnelle

Le HMS Courageous

Le HMS Courageous

-Le HMS Courageous est mis sur cale aux chantiers Armstrong Whitworth de Newcastle-upon-Tyne le 18 mars 1915 lancé le 5 février 1916 et mis en service le 4 novembre 1916.

Il participe à quelques opérations du premier conflit mondial dont la seconde bataille d’Heligoland avant d’escorter la Hochseeflot de ses ports allemands à Rosyth puis à Scapa Flow (21 novembre 1918).

Pour se conformer au traité de Washington, décision est prise de le transformer en porte-avions comme son sister-ship Glorious. Le Courageous fût ainsi transformé à Devonport à partir de 1924, sa remise en service ayant eu lieu en mai 1928.

Il est ensuite affecté en Méditerranée jusqu’en 1930 quand il retrouve la flotte de l’Atlantique (redevenue Home Fleet en 1932) en remplacement de l’Argus.

Quand la guerre de Pologne éclate, le Courageous est affecté à la Channel Force, une force chargée de protéger les côtes anglais mais surtout de traquer les raiders et sous-marins allemands.
Le 17 septembre 1939 alors qu’il croisait avec quatre destroyers dans le sud-ouest de l’Irlande, il est torpillé par le U-29 qui lance trois torpilles. Deux font mouches et le navire coule en quinze minutes, emportant 519 marins dont le commandant.

Cette attaque plus celle manquée du U39 sur l’Ark Royal le 14 septembre, conduit la Royal Navy à retirer ses porte-avions des missions de lutte ASM.
Le nom de Courageous sera repris par l’un des deux porte-avions de classe Malta modifié commandé dans le cadre du programme de guerre.

Le HMS Glorious en 1938

Le HMS Glorious en 1938

-Le HMS Glorious est mis sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 1er mai 1915 lancé le 20 avril 1916 et mis en service en janvier 1917.

Tout comme son sister-ship Courageous, il participe avec le Repulse à la seconde bataille de la baie d’Heligoland, un engagement mineur du premier conflit mondial.

Anticipation sur l’avenir, il reçoit des plate-formes sur ses tourelles de 15 pouces pour pouvoir mettre en oeuvre des chasseurs mais cette solution qui ne plait guère aux canonniers n’à aucun avenir.

Après avoir escorté la flotte de haute mer allemande à Rosyth puis à Scapa Flow, le Glorious devient navire-école de canonnage à la Gunnery School de Devonport avant de devenir navire-amiral de la Reserve Fleet.

Pour échapper aux chalumeaux des démolisseurs, le Glorious est transformé en porte-avions entre 1924 et 1929, le HMS Glorious étant remis en service dans sa nouvelle configuration le 10 mars 1930. D’abord équipés de deux ponts d’envols, il ne dispose plus que d’un après la refonte de 1934/35.

Affecté en Méditerranée, il est impliqué dans une collision avec le paquebot français Florida (SGTM) à soixante miles de Gibraltar le 1er avril 1931. Les deux navires s’en sortent mais il y à trente morts dont 29 pour le paquebot.

Après la refonte ayant supprimé le deuxième pont d’envol, le porte-avions retourne en Méditerranée. Durant la guerre entre l’Italie et l’Ethiopie, Londres et Rome sont à deux doigts d’entrer en guerre, le capitaine de vaisseau Lister, commandant du porte-avions propose un raid contre Tarente pour frapper la flotte italienne mais cette solution audacieuse et risquée n’est pas retenue par le gouvernement britannique.

Durant la guerre de Pologne, il opère en Méditerranée et dans l’Océan Indien pour traquer le Graf Spee (qui avait coulé un pétrolier britannique au large du Mozambique alors colonie portugaise) mais sans succès.

Le conflit terminé, il retourne en Méditerranée, subissant un grand carénage à Gibraltar de septembre 1940 à juin 1941, une remise en état complète, une modernisation de sa DCA et l’installation d’un radar de veille aérienne.

Il va rester déployer en Méditerranée jusqu’à son désarmement prononcé le 14 septembre 1945 à Malte. Il rallie sans son groupe aérien la Métropole, arrivant à Portsmouth (après des escales à Gibraltar du 18 au 21 septembre, à Lisbonne du 22 au 25 septembre, à La Corogne du 27 au 30 septembre) le 4 octobre 1945.
Mis en réserve, il est condamné le 8 septembre 1947 puis vendu à la démolition à un chantier néerlandais.

Privé de propulsion, il est remorqué jusqu’à sa destination à savoir Rotterdam. Quittant Portsmouth le 12 octobre 1947, il est pris trois jours plus tard dans une violente tempête à la hauteur de Douvres.

La remorque casse et avant que les remorqueurs ne parviennent à reprendre l’ancien porte-avions en remorque, une voie d’eau provoque son naufrage. L’épave retrouvée en 1975 repose à 135m de profondeur en un seul tenant.

Le nom de Glorious est repris par un porte-avions de type Malta modifié commandé dans le cadre du programme de guerre.

Caracteristiques Techniques
Déplacement : standard 22500 tonnes pleine charge 26500 tonnes
Dimensions : longueur hors tout 239.6m longueur entre perpendiculaires : 224m largeur 27.6m
tirant d’eau : 8.5m
Proulsion : Quatre turbines à engrenages Parson alimentées par 18 chaudières Yarrow à petit tube dévellopant une puissance totale de 91195ch (67 MW)et actionnant quatre hélices.
Performances : Vitesse maximale : 30.5 noeuds Distance franchissable : 5860 miles à 16 noeuds
Protection : ceinture de 25 à 76mm pont du hangar 25 à 76mm
Armement : 16 canons de 120mm (4.7 inch) MkVIII en 16 affût simples et 3 affûts octuples Pom-Pom (2 Pdr).

L’armement évolue jusqu’à son désarmement, le nombre de canons de 120mm est réduit à 12 et le nombre d’affûts

Pom-Pom augmente, deux affûts quadruples s’ajoutant aux trois affûts octuples.
Installations aéronautiques :
Les Courageous disposent de deux hangars superposés long de 167.6m reliés au pont d’envol par deux ascenseurs axiaux. Deux catapultes sont également installées à l’avant.
Groupe aérien
Les Glorious embarquent 48 appareils. Parmi les appareils embarqués figurent le Fairey Swordfish, le Gloster Sea Gladiator, le Farey Flycatcher, le Blackburn Ripon, le Blackburn Sea Skua et le Fairey IIIF.
Peu avant son désarmement, le groupe aérien se composait de douze chasseurs Grumman Martlet, de seize Fairey Swordfish de torpillage, de reconnaissance et d’observation (TSR : Torpedo Scouting Reconnaissance), quatre Fairey Fulmar de chasse à long rayon d’action et de huit Douglas Dauntless de bombardement en piqué.
Equipage : 1216 officiers et marins

Grande-Bretagne (10) Royal Navy (2)

La Royal Navy et le premier conflit mondial

-Le déclenchement du premier conflit mondial était tout sauf une surprise, l’accumulation de tensions depuis des années avait faillit dégénéré en 1905 et 1911. Cela n’avait été que partie remise et le geste d’un étudiant serbe n’avait été que le détonateur fixé au baril de poudre.

-En dépit de sa puissance, la Kaiserliche Marine et surtout son fleuron la Hocheseeflotte ne peut prétendre défaire la puissante Home Fleet qui devient la Grand Fleet dès le 4 août 1914.

Il ne lui reste qu’à jouer le rôle de Fleet-in-Being (flotte en attente), une théorie développée par Alfred Mahan qui disait qu’une flotte en attente n’était pas assez puissante pour vaincre son adversaire mais suffisamment pour obliger l’adversaire à la surveiller comme le lait sur le feu, limitant les options d’un adversaire plus fort.

-En attendant une potentielle bataille décisive en mer du Nord, le contrôle des lignes de communication est le théâtre de combats acharnés entre les alliés et l’Allemagne, le blocus des premiers _qui empêche l’Allemagne d’être ravitaillée normalement_ répondant à la guerre sous-marine des seconds, la guerre sous-marine à outrance décidée en 1916 aboutissant à l’entrée en guerre des Etats-Unis.

-Plusieurs batailles opposèrent les marines britanniques et allemandes en mer du Nord, des engagements tactiques qui débouchèrent même après le Jutland (31 mai-1er juin) sur un constat clair pour l’Allemagne : la supériorité de la Royal Navy est inébranlable. La stratégie allemande évolue et aux cuirassés, on préfère les sous-marins qui sont en passe de réussir à couper les lignes de communication entre l’Angleterre et les Etats-Unis.

-Même l’engagement de croiseurs auxiliaires ou de croiseurs cuirassés sur les océans du Globe ne débouchèrent que sur des résultats médiocres, les croiseurs cuirassés Scharnhorst et Gneisenau anéantissant la force hétéroclite de l’amiral Cradock mais succombèrent aux Falklands sous les coups de deux croiseurs de bataille, marquant symboliquement le passage de témoin entre ces deux types de navire.

Le HMS Furious, le premier porte-avions

Le HMS Furious, le premier porte-avions

-L’aviation navale fit également ses études avec le Royal Naval Air Service (RNAS) qui opéra des missions de reconnaissance, les hydravions s’appuyant sur des navires de soutien convertis. Des avions terrestres furent également utilisés depuis des plate-formes. Mieux même, le porte-avions naquit durant ce conflit avec le Furious et l’Argus même si ce dernier arriva trop tard pour participer au conflit.

Des marins combattirent également à terre, la Royal Naval Division fût même l’une des premières unités de l’armée britannique à être engagé au combat en protégeant le port d’Anvers pour éviter que ce “pistolet braqué contre la poitrine de l’Angleterre” ne soit occupé par les allemands. N’oublions par également l’engagement des Royal Marines qui participèrent à plusieurs raids dont un raid contre Zeebruge le 23 avril 1918.

L’Entre-deux-guerre : usure, crise, mutinerie et traités

Fin de règne

Une mine et le HMS Audacious rejoignit Neptune

Une mine et le HMS Audacious rejoignit Neptune

La Grande-Bretagne sort gagnante du conflit mais la Royal Navy à perdu de son éclat. Elle à perdu quatorze cuirassés, six par des sous-marins (Majestic Goliath Formidable Cornwallis Africa et Triumph), trois accidentellement (Prince George par tempête, Bulwark et Vanguard par explosion interne), trois par mines (Russell King Edward VII et Audacious) et deux aux Dardannelles (Ocean et Irresistible) auxquels s’ajoute les trois croiseurs de bataille coulés à la bataille du Jutland (Queen Mary Invincible Indefatigable).

Ces pertes sont à relativiser sur le plan matériel par le fait qu’il s’agit de pré-dreadnought (sauf Vanguard et Audacious) et que des cuirassés sont entrés en service durant le conflit en l’occurrence onze cuirassés (Canada Queen Elizabeth Warspite Barham Valiant Malaya Royal Oak Royal Sovereign Revenge Resolution Ramillies) et cinq croiseurs de bataille (Renown Repulse Glorious Courageous Furious) soit seize navires.

En dépit de ce solde qualitatif et quantitatif positif, la situation de la Grand Fleet (dissoute en août 1919 et remplacée par une Atlantic Fleet et une Home Fleet qui devient rapidement Reserve Fleet) est médiocre, beaucoup de navires sont obsolètes et les cuirassés encore capables de combattre sont souvent usés par les combats et les patrouilles incessantes pour protéger les convois d’une potentielle sortie de la Hocheseeflotte.

Le renouvellement de la flotte se heurte aux difficultés économiques de l’après guerre, l’économie britannique est bien en peine de fabriquer les successeurs des Dreadnought et autres King George V. Pire, la construction de certains navires est tout simplement annulé comme les trois sister-ships du HMS Hood.

Les conséquences du premier conflit mondial ne sont pas seules en cause. L’autre raison de ce déclassement de la Marine de Sa Gracieuse Majesté est la course aux armements engagée entre le Japon et les Etats-Unis pour le contrôle du Pacifique.

Projet N3

Projet N3

Face à ces programmes colossaux (seize cuirassés et croiseurs de bataille côté japonais, dix cuirassés et six croiseurs de bataille côté américain), la Grande-Bretagne qui jadis donnait le LA est réduit à commander quatre cuirassés type N3 et quatre croiseurs de bataille type G3.

Projet G3

Projet G3

La mort dans l’âme, la marine britannique doit se dire qu’elle est devenue peu de chose face à son allié d’Extrême Orient et son ancienne colonie.

Le traité de Washington (1922)

Le contexte économique et politique va venir au secours du Lion britannique. La multiplication des cuirassés choque les opinions publiques où règne un profond pacifisme. Germe l’idée d’une conférence internationale pour limiter les armements navals.

Nouvelle preuve du déclassement naval de la Grande Bretagne et bien que Londres fût à l’origine de cette conférence,ce sommet international s’ouvre à Washington le 12 novembre 1921 pour trois mois de discussions qui aboutissent à la signature d’un traité le 6 février 1922, traité valable jusqu’au 31 décembre 1936 à condition qu’il soit dénoncé avant le 31 décembre 1934 ce qui sera le cas, le premier pays à le dénoncer étant le Japon.

La Grande-Bretagne reçoit 500600 tonnes de cuirassés et 135000 tonnes de porte-avions, les Etats-Unis 500600 tonnes de cuirassés et 135000 tonnes de porte-avions, le Japon respectivement 301320 et 81000 tonnes, la France 220170 et 60000 tonnes, l’Italie ayant le droit à 180800 et 60000 tonnes.

Des quotas de tonnage globaux sont fixés par catégorie de navires pour chaque pays. La Grande-Bretagne et les Etats-Unis reçoivent un contingent équivalent devant le Japon, la France et l’Italie jouant les utilités.

Sur le plan technique, les cuirassés ne doivent pas dépasser 35000 tonnes avec un tonnage minimal de 10000 tonnes et un armement dont le calibre varie de 203 à 406mm.

Ces limitations entraine le désarmement de plusieurs cuirassés (Colossus Orion Conqueror Thunderer Centurion), la démilitarisation d’autre voir la transformation des Courageous Glorious et Furious en porte-avions.

La construction des G3 et des N3 est abandonné mais la marine britannique reçoit l’autorisation de construire deux cuirassés, les futurs Nelson et Rodney qui seront les seuls navires de ligne construits par la Grande-Bretagne jusqu’à la mise en chantier des King George V à la fin des années trente.

La flotte se mutine

La Royal Navy subit un nouveau coup dur avec la crise économique de 1929, crise dont l’origine est un krach boursier, le 24 octobre 1929, krach qui entraine le rapatriement des capitaux américains et l’effondrement des économies de pays comme l’Autriche ou l’Allemagne.

La Grande-Bretagne n’est pas épargnée et le gouvernement d’union national mis en place à partir de 1931 mène une politique d’austérité qui entraine des coupes sombres dans les budgets notamment les budgets de l’armée et de la marine.

Outre les dépenses d’investissement, les dépenses de fonctionnement sont touchées à savoir les soldes des marins et des officiers.

La Royal Navy avait pourtant préparé le terrain par l’envoi de lettres pour expliquer la situation mais ces lettres n’arriveront qu’après la publication dans la presse des détails du décret sur les réductions des soldes.

La flotte de l’Atlantique se retrouve dans sa quasi-totalité à Invergordon dans le Cromarthy Firth en Ecosse le 11 septembre 1931 à l’issue de manœuvres. Le détail des réductions de solde publiées dans la presse le 12 septembre fait l’effet d’une bombe, provoquant l’agitation des équipages.

Dans la nuit du 12 septembre, une réunion à lieu à terre, les plus excités voulant hisser le pavillon rouge à bord de la flotte. Cette idée n’est pas menée à son terme, la réunion étant dispersée.

Le 14 septembre 1931, certains navires quittent le port et d’autres arrivent. L’agitation reprend et l’amiral Tomkinson, commandant par interim de l’Atlantic Fleet demande à l’Amirauté de reconsidérer la baisse de 25% des soldes.

L’agitation n’est cependant pas généralisée, les croiseurs sont calmes tout comme le Repulse mais cela s’agite sur le Hood, le Rodney, le Valiant et le Nelson qui tente d’empêcher les autres navires d’appareiller pour manœuvrer ce qui entraine le lendemain 15 septembre l’annulation des exercices. Même les Royal Marines censés rétablir l’ordre se joignent aux mutins.

Finalement les baisses sont limitées à 10% ce qui apaise la situation, l’Amirauté se montrant clémente sur les sanctions, seuls les plus compromis seront emprisonnés et virés de la marine.

Conséquence pratique, le 21 septembre 1931, la Grande-Bretagne suite à une panique boursière annonce l’abandon de l’étalon-or. Conséquence symbolique (mais les symboles ont leur importance), en mars 1932, l’Atlantic Fleet est rebaptisée Home Fleet, nom qu’elle gardera jusqu’au second conflit mondial.

Les autres traités de limitations

Le Traité de Washington ne fût pas le seul traité de limitation des armements navals signé durant la période séparant le premier conflit mondial de la guerre de Pologne. D’autres traités vont tenter de limiter la croissance qualitative et quantitative des marines de guerre.

Après un échec à Genève en juillet 1927 (Etats-Unis, Grande-Bretagne et Japon) où les deux pays anglo-saxons ne parviennent pas à s’entendre sur les croiseurs (bâtiments nombreux et légers pour la RN, bâtiments plus importants pour l’USN), une nouvelle conférence est organisée à Londres le 21 janvier 1930 avec les mêmes participants qu’à Washington neuf ans plus tôt (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Japon, France et Italie).

Cette conférence débouche sur le traité de Londres signé le 22 avril 1930 qui entraine de nouvelles contraintes pour les cuirassés, une artillerie limitée pour les porte-avions, des sous-marins d’un tonnage limité ainsi qu’une clarification concernant les croiseurs. Pour la marine britannique cet accord entraine le désarmement du cuirassé Benbow.

Un accord particulier anglo-américano-japonais limite la construction des croiseurs, des destroyers et des sous-marins, les britanniques n’étant pas parvenus à abolir le sous-marin.

Fin 1934, le Japon et la France dénoncent le traité de Washington ce qui entrainera la fin des limitations imposées en 1922 le 31 décembre 1936.

Une nouvelle conférence se réunit à Londres le 9 décembre 1935 mais le Japon se retire le 15 janvier, limitant la portée du traité signé le 25 mars 1936. Entré en vigueur le 22 août 1937, le second traité de Londres limite les cuirassés à 35000 tonnes mais une artillerie de 356mm, les porte-avions à 23000 tonnes et 155mm, les sous-marins à 2000 tonnes et 130mm.

Une clause de sauvegarde qui prévoit la modification du traité est activée le 30 juin 1938 par les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne pour faire face au Japon qui lui peut construire des bâtiments hors-lmites. Ce traité moins d’un après est donc caduc, les signataires pouvant désormais construire des cuirassés de 45000 tonnes à canon de 406mm.

Ces traités ayant fait preuve de leur inefficacité, aucune nouvelle tentative de régulation des armements navals n’aura lieu, seuls les limitations humaines, financières et technologiques stoppant cette marche folle vers des navires toujours plus gros et toujours mieux armés.

L’évolution générale de la flotte

-En ce qui concerne les cuirassés, la Royal Navy utilise les navires conçus avant le premier conflit mondial, des navires plus ou moins modernisés. Cela ne pose guère de problème en Europe où les autres ne sont guères mieux loties.

-Le traité de Washington (1922) à annulé la construction des quatre cuirassés type N3 armés de canons de 457mm (neuf en trois tourelles triples) et de quatre croiseurs de bataille type G3 armés de neuf canons de 406mm.

Cuirassé HMS Nelson

Cuirassé HMS Nelson

Il autorise cependant la construction de deux cuirassés inspirés des G3 mais à l’armement principal regroupé sur la plage avant, ce sont les Nelson et Rodney mis en service en septembre 1930 pour le premier et en novembre 1927 pour le second.

Des cuirassés sont également désarmés durant cette période ne laissant plus que quinze cuirassés en service en septembre 1939 (Nelson Rodney Royal Oak Royal Sovereign Ramillies Hood Repulse Resolution Revenge Warspite Barham Malaya Queen Elizabeth Valiant Renown, ces trois derniers étant immobilisés pour refonte).

La construction des King George V est lancée trop tard pour être mis en service en septembre 1939 alors que le programme des Lion est encore au statut d’ébauche.

-Dans le domaine des porte-avions, comme les autres marines, les premiers porte-avions britanniques sont dans leur majorité des conversions, cette nouvelle arme pouvant être bien être inemployable.

On trouve en septembre 1939 les vénérables Furious Argus Eagle Hermes Glorious Courageous ainsi qu’un petit nouveau, l’Ark Royal qui annonce les porte-avions blindés de classe Illustrious.

Le HMS Ark Royal survolé par des Fairey Swordfish

Le HMS Ark Royal survolé par des Fairey Swordfish

Cela nous donne sept porte-avions en service mais le Furious et l’Argus ne sont que des porte-avions d’entrainement aux capacités limitées ne laissant que cinq porte-avions dont seulement trois en mer du Nord, un étant déployé en Méditerranée et le dernier en Extrême Orient.

Quatre porte-avions de classe Illustrious sont en construction ainsi que les deux Implacable _version dérivée des Illustrious_ alors que des projets de porte-avions sont en cours d’étude bien que le cuirassé reste le navire majeur de la Royal Navy comme du reste dans toutes les marines du monde.

-Treize croiseurs lourds sont en service mais ce modèle est peu populaire de la Royal Navy qui préfère des navires plus petits, mieux adaptés aux patrouilles sur les lignes de communication mondiales.

A l’origine, il n’était prévu aucun autre heavy cruiser au sein de la Royal Navy mais les Kent se font vieux et les autres pays alliés comme ennemis continuent à construire des navires de ce type.

Après moultes hésitations, la marien de Sa Majesté va faire construire quatre croiseurs lourds de classe Admiral (Cornwallis Blake Albermale Hawke) suivis ultérieurement de quatre autres baptisés Raleigh Drake Blenheim et Marlborough. Si les quatre premiers qui remplacent les quatre Kent les plus anciens sont en service, sur les quatre seuls les deux premiers sont en service, les deux autres étant en armement à flot.

-Dix-neufs croiseurs légers modernes sont en service quand éclate la guerre de Pologne. On trouve cinq Leander (huit canons de 152mm en quatre tourelles doubles), quatre Arethusa (six canons de 152mm en trois tourelles doubles) et dix Town (douze canons de 152mm en quatre tourelles triples).

-A côté, nous trouvons encore des croiseurs légers anciens, en l’occurrence treize type C (dont certains convertis en croiseurs légers antiaériens), six classe D (deux ont été transférés à la marine néo-zélandaise) et deux classe Emerald soit un total de vingt et un navires.

-D’autres classes sont en cours de construction comme les croiseurs légers antiaériens type Dido.

-En ce qui concerne les destroyers, les navires britanniques sont très classiques avec un bon armement en torpilles, un élégant gaillard d’avant et une artillerie composée de quatre ou cinq canons de 120mm sous masque.

La seule exception ce sont les Tribal, seize navires armés de huit canons de 120mm en quatre tourelles, ces navires étant une réponse aux Fubuki japonais.

Ces derniers sont peu appréciés par les amiraux britanniques qui préfèrent des navires plus petits aussi à partir du type J, les architectes navals britanniques reviennent à des navires d’une taille plus modeste.

-La Royal Navy dispose également de nombreux sous-marins mais avec soixante-deux navires, sa flotte est loin derrière la France (soixante-dix huit unités) mais proche de l’Allemagne qui dispose de cinquante-sept sous-marins. Seulement onze sous-marins sont en construction quand éclate la guerre de Pologne.

On le voit, la marine britannique entre en septembre 1939 avec une flotte assez récente et si les cuirassés et les porte-avions commencent à accuser le poids des ans, les croiseurs et les destroyers ont été pour leur majorité mis en service récemment.