21-Armée de terre (61)

Les régiments d’artillerie coloniale (RAC)

Le régiment d’artillerie coloniale type 1943 est organisé comme en septembre 1939 en un type métropolitain identique aux RAD et un type empire qui ne dispose que de deux groupes de 75mm et d’un groupe de 105mm qui contrairement au type métropolitain ne se dédoublent pas.

En août 1948, les bigors disposent des régiments d’artillerie suivants :

-Le 1er régiment d’artillerie coloniale (RAC) de Libourne est rattaché à la 1ère Division d’Infanterie Coloniale de Bordeaux

-Le 2ème régiment d’artillerie coloniale de Nimes est rattaché à la 2ème Division d’Infanterie Coloniale de Nimes

-Le 3ème régiment d’artillerie coloniale de Joigny est rattaché à la 3ème Division d’Infanterie Coloniale de Paris

-4ème  régiment d’artillerie coloniale en Indochine intégré à la 6ème Division Légère d’Infanterie

-5ème  régiment d’artillerie coloniale en Indochine intégré à la 7ème Division Légère d’Infanterie

-6ème régiment d’artillerie coloniale intégré à la 8ème Division Légère d’Infanterie

-7ème régiment d’artillerie coloniale intégré à la 9ème Division Légère d’Infanterie

-8ème régiment d’artillerie coloniale intégré à la 10ème Division Légère d’Infanterie

-9ème régiment d’artillerie coloniale intégré à la 11ème Division Légère d’Infanterie

-10ème régiment d’artillerie coloniale intégré à la 12ème Division Légère d’Infanterie

-11ème régiment d’artillerie coloniale intégré à la 13ème Division Légère d’Infanterie

-Le 12ème régiment d’artillerie coloniale d’Agen est rattaché à la 4ème Division d’Infanterie Coloniale de Toulouse.

-Le 41ème Régiment d’Artillerie Coloniale est rattaché à la 191ème Division d’Infanterie d’Afrique déployée au Levant.

-Le 42ème régiment d’artillerie coloniale  intégre la 2ème Division Légère d’Infanterie.

-A Fort de France, on trouve une batterie mixte d’artillerie coloniale

-A Madagascar, on trouve deux groupes autonomes, le Groupe autonome d’artillerie coloniale de Diego-Suarez et le Groupe autonome d’artillerie coloniale de l’Emyne.

-En Chine, le groupe mixte d’artillerie coloniale à été dissous en 1944

Avant la mobilisation, les bigors disposent donc de quinze régiments d’artillerie coloniale, cinq de type métropolitain (1er, 2ème, 3ème, 9ème et 12ème) et dix de type colonial.

La mise sur pied de trois nouvelles divisions d’infanterie coloniale, les 5ème, 6ème et 7ème DIC entraine la mise sur pied de trois nouveaux régiments d’artillerie coloniale :

-Le 13ème régiment d’artillerie coloniale est mis sur pied par des éléments du 1er RAC de Libourne  et affecté à la 5ème DIC. Il est du type métropolitain.

-Le 14ème régiment d’artillerie coloniale est mis sur pied par des éléments du 2ème RAC de Nimes  et affecté à la 6ème DIC. Il est du type métropolitain.

-Le 15ème régiment d’artillerie coloniale est mis sur pied par des éléments du 3ème RAC de Paris et et affecté à la 7ème DIC. Il est du type métropolitain.

Comme les RAD, les quatre RAC type métropolitain d’active et les trois RAC type métropolitain de mobilisation donnent naissance à un RALC ou Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale selon le schéma suivant :

-201ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale affecté à la 1ère DIC

-202ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale affecté à la 2ème DIC

-203ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale affecté à la 3ème DIC

-212ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale affecté à la 12ème DIC

-213ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale affecté à la 5ème DIC

-214ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale affecté à la 6ème DIC

-215ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale affecté à la 7ème DIC

Intégré à la Réserve Générale, on trouve également, le 364ème régiment d’artillerie lourde coloniale équipé de canons de 155C modèle 1917. Perennisé après la démobilisation, il reçoit ultérieurement deux groupes de 105 L36 et deux groupes de 155 GPFT.

Publicités

21-Armée de terre (58)

Évolution 1940-48

Entre la démobilisation de l’été/automne 1940 et la mobilisation d’août 1948, l’artillerie française va connaître une profonde mutation moins de ses structures que de son matériel.

canon de 75mm modèle 1897 équipé de pneumatiques

canon de 75mm modèle 1897 équipé de pneumatiques

Le régiment d’artillerie divisionnaire «type 1939» disposait de trois groupes de 75mm et de deux groupes de 155mm (ou un groupe de 105 et de 155mm). Un nouveau modèle de régiment d’artillerie est mis en place en 1944, le «type 1944» avec trois groupes de 75mm, deux groupes de 105mm et un groupe de 155mm.

En temps de guerre, ce RAD doit se dédoubler, le RAD de guerre doit conserver les trois groupes de 75mm alors que les RALD doivent mettre en œuvre les deux groupes de 105mm et le groupe de 155mm équipé de Schneider modèle 1917 ou de modèle 1946, version nettement améliorée du premier nommé.

Canon de 155C Schneider modèle 1917, le principal canon de 155mm en service dans l'artillerie de campagne

Canon de 155C Schneider modèle 1917, le principal canon de 155mm en service dans l’artillerie de campagne

Les régiments d’artillerie de montagne (RAM) en septembre 1939 est organisé en trois groupes, deux groupes à deux batteries de 75mm et un groupe à deux batteries de 155mm. Réorganisés entre 1943 et 1945, les RAM sont organisés en trois groupes à deux batteries de 75mm et un groupe à trois batteries de 105mm, ces régiments ne devant pas se dédoubler en mobilisation.

Le régiment d’artillerie coloniale type 1943 est organisé comme en septembre 1939 en un type métropolitain identique aux RAD et un type empire qui ne dispose que de deux groupes de 75mm et d’un groupe de 105 ou de 155mm qui contrairement au type métropolitain ne se dédoublent pas.

Le régiment d’artillerie nord-africain est organisé de la même façon que les régiments d’artillerie coloniaux métropolitains avec trois groupes de 75mm (formant en temps de guerre un RANA), deux groupes de 105mm et un groupe de 155mm formant en temps de guerre un RALNA.

Le régiment d’artillerie d’Afrique (RAA) déployé dans l’Empire se compose de cinq groupes, trois ou quatre groupes de 75mm et un ou deux groupes de 105 ou de 155mm, formant en temps de guerre un RAA et un RAAL (Régiment d’Artillerie d’Afrique Lourd).

Les régiments d’artillerie tractée tout-terrain (RATTT) des Divisions Cuirassées sont transformées en Régiment d’Artillerie AutoPortée (RAAP) avec des canons automoteurs à la différence des RATTT des DLM.

Les Régiments d’Artillerie Légère (RAL) sont équipés de trois groupes à trois batteries de 4 canons de 75mm, régiments intégrés à la réserve générale mais également aux Divisions Légères d’Infanterie. Ils deviennent ultérieurement des Régiments Légers d’Artillerie (RLA).

Les RALH (Régiments d’Artillerie Lourde Hippomobiles), RALT (Régiments d’Artillerie Lourde à Tracteurs), RALP (Régiments d’Artillerie Lourde Portée) et RALA (Régiments d’Artillerie Lourde d’Armée) sont organisés en deux, trois ou quatre groupes à trois batteries de quatre pièces.

La structure des RAP et des RAMF ne change pas tout comme l’équipement, beaucoup de régiments conservant des pièces anciennes voir obsolètes.

De nouvelles unités apparaissent également, des groupes de canons d’assaut et des escadrons antichars et antiaériens portés pour les Divisions Légères Mécaniques et les Divisions Cuirassées.
Au niveau de l’équipement, la modernisation est sensible. Outre l’apparition de pièces automotrices et de canons d’assaut, de nouvelles pièces tractées plus modernes apparaissent comme le canon de 75mm TAZ modèle 1939 ou le canon de 155mm Schneider modèle 1946.