Allemagne (59) Armée de terre (16)

Armement (8) : chars de combat

AVANT-PROPOS

Pour vaincre la triade “tranchées + mitrailleuses + barbelés”, les alliés comprennent que la seule solution c’est un véhicule de combat blindé, armé de mitrailleuses et/ou de canons capable de franchir le no-man’s land et obtenir la percée tant recherchée depuis 1914.

C’est l’acte de naissance du char de combat dont l’apparition sur la Somme en 1916 à défaut de bouleverser la guerre provoque la panique des soldats allemands qui fort heureusement réagisse vite non pas en construisant des chars mais en prenant des contre-mesures comme l’élargissement des tranchées ou le rapprochement de l’artillerie pour tirer à vue sur les chars.

Ces mesures de bon sens ne résolvent pas la question de la lutte contre les chars. L’Allemagne se doit de posséder des chars de combat pour affronter les tanks britanniques et les chars français qui ne connaissent pas tout un succès fulgurant.

A7V capturé par les alliés

A7V capturé par les alliés

Ils mettent d’abord au point l’A7V, un mastodonte de 30 tonnes ainsi que deux modèles plus légers, le Leichte Kampfwagen I armé de mitrailleuses et le Leichte Kampfwagen II armé d’un canon de 57mm.

Le Leichte Kampfwagen I

Le Leichte Kampfwagen I

 

Leichte Kampfwagen II

Leichte Kampfwagen II

Le traité de Versailles interdisant le développement et la fabrication de chars de combat, les allemands tournent cette interdiction en installant des bureaux d’études dans des pays voisins comme la Suède ou profitent de l’accueil d’un autre “pestiféré” à savoir l’URSS, les deux pays coopérant dans la conception des chars de combat ainsi que sur la mise au point d’un corpus tactique.

Grosstraktor

Grosstraktor

Ces tests aboutissent à la construction de plusieurs prototypes comme les Grosstraktor de 20 tonnes armés d’un canon de 75mm court ainsi que la construction de chars d’entrainement appelés Kleinetraktor dont la version armé est baptisée Panzerkampfwagen I plus connu sous le nom de Panzer I un petit char de combat armé de deux mitrailleuses de 7.92mm.

Panzer I conservé dans un musée américain

Panzer I conservé dans un musée américain

Avec le Panzer II armé d’un canon de 20mm et d’une mitrailleuse de 7.92mm, ils n’auraient du être que des chars de transition chargés de former les équipages de la Panzerwafe qui devaient mettre en oeuvre un char de combat, le Panzer III armé d’un canon de 37mm et un char d’appui, le Panzer IV armé d’un canon de 75mm court.

Panzer II conservé dans un musée militaire canadien

Panzer II conservé dans un musée militaire canadien

L’entrée en guerre précipitée en septembre 1939 (alors que les plans de réarmement prévoyaient un conflit en 1943) impose le maintien des Panzer I et II dans les divisions blindées, les Panzerdivisionen ainsi que l’utilisation de chars tchèques, devenus les Pz 35 (t) et Pz 38 (t) en attendant que suffisamment de Panzer III et IV soient disponibles.

Skoda LT vz.35 connu par les allemands sous le nom de PZ 35 (t)

Skoda LT vz.35 connu par les allemands sous le nom de PZ 35 (t)

Fort heureusement pour la Panzerwafe, la résistance limitée de la Pologne et l’absence d’offensive à l’ouest ne permet pas de mettre en valeur les limites des chars allemands.

Les huit années de Pax Armada vont permettre à la force blindée allemande de créer deux nouvelles divisions blindées mais également de renouveler son parc.

Les Panzer I et II sont retirés du service, utilisés comme chars d’entrainement ou transformés en véhicules d’appui. Les chars tchèques Pz 35(t) et 38 (t) sont également retirés du service actif, certains étant cédés à des pays alliés ou amicalement neutres.

Panzer III

Panzer III

Les Panzer III et Panzer IV devaient devenir les seuls chars des Panzerdivisionen mais ce ne fût pas le cas en raison de la mise au point en France d’un char moyen révolutionnaire, le Renault G-1 et d’un nouveau char lourd ARL-44.

Les allemands avaient bien envisagé un nouveau char moyen pour remplacer le Panzer III et un char de percée mais y avaient renoncé pour ne pas perturber la montée en puissance du réarmement, montée en puissance perturbée par la guerre civile.

Panzer IV Ausf C à canon de 75mm court

Panzer IV Ausf C à canon de 75mm court

L’apparition de ces chars français bouleversent leurs plans. Dans un premier temps, on prend des mesures d’urgence. Les Panzer III reçoivent un canon de 50mm (une mesure demandée par Guderian dès 1937 !) et les Panzer IV reçoivent un canon long de 75mm efficace pour la lutte antichar.

Après des mesures d’urgence, il faut penser à l’avenir et le remplacement des Panzer III et IV par de nouveaux blindés, le Panzer III ne pouvant recevoir un canon de 75mm en tourelle alors que le Panzer IV allait être limité par ses organes mécaniques.

C’est l’acte de naissance du Panzerkampfwagen V baptisé Panther avec un canon de 75mm en tourelle et du Panzerkampfwagen VI baptisé Tigre armé du redoutable canon de 88mm en tourelle.

Néanmoins, en septembre  1948, seules quatre divisions sont entièrement rééquipées de Panther, les huit autres disposant de Panzer III et de Panzer IV, les Tigre équipant des bataillons indépendants qui doivent en temps de guerre renforcer les divisions.

Panzerkampfwagen I (Panzer I)

Panzer I en action durant la guerre de Pologne

Panzer I en action durant la guerre de Pologne

Dire que l’Allemagne part de zéro pour constituer sa Panzerwafe est un poil exagéré. Il y à eu des projets lancés à la fin du premier conflit mondial, projets qui furent améliorés en Suède et en URSS pour contourner les interdictions du traité de Versailles.

Plusieurs projets sont lancés et testés (Grosstraktor Leichttraktor) armés de canons de 75 et de 37mm mais cela n’aboutit pas à la production en série même après l’arrivée des nazis au pouvoir probablement pour des raisons techniques et industrielles.

En juillet 1933, la Heer passe commande de 150 Kleintraktor (petit tracteur), un véhicule chenillé réservé à l’entrainement car non armé.

En dépit de sa puissance industrielle, l’Allemagne ne pouvait produire rapidement un grand nombre de chars moyens ou lourds.

Il fallait donc limiter ses ambitions à des chars légers pour permettre une montée en puissance rapide des forces blindées allemandes.

L’appel d’offre demande un blindé de 4 à 7 tonnes et c’est Krupp qui l’emporte avec un dérivé direct du Kleintraktor avec pour armement deux mitrailleuses de 7.92mm MG-13 dans une tourelle installée à droite.

Ce char n’est pas une réussite avec une sous-motorisation, un blindage trop faible (13mm), trop fragile. Bref, un véhicule qui n’aurait jamais du combattre mais faute de mieux, les Panzerdivision durent s’en contenter.

Surclassé dans la guerre d’Espagne par le T-26 armés d’un canon de 45mm, les Panzer I participent à la guerre de Pologne, n’étant pas tous anéantis par la rapide désorganisation de l’armée polonaise.

La guerre de Pologne terminée, son sort est scellé, il doit être rapidement retiré du service mais entre la décision prise en décembre 1939 et la sortie des Panzer III et IV d’usine, il y à un délai incompressible.

1445 Panzer I sont en service en septembre 1939. 72 sont perdus durant la guerre de Pologne certains sous les coups de l’ennemi mais beaucoup par attrition mécanique. 1200 sont en service au printemps 1940 avant que la déflation de la flotte ne s’accélère avec 800 chars encore en service en janvier 1941, les derniers Panzer I sont retirés du service en mars 1942 !

Si il est déclassé comme char de combat _ce qu’il n’aurait jamais du être à l’origine_ , le Panzer I peut rendre des services pour des missions secondaires comme des essais d’armement (comme véhicule porteur ou comme cible), l’instruction mais également la sécurité intérieure, 250 Panzer I étant cédés à la police pour le maintien de l’ordre.

Son châssis va également servir de base à des véhicules de soutien et ce en dépit de ses imperfections.

Si le poseur de pont, le véhicule de DCA et le véhicule du génie ne dépassèrent pas le stade du prototype, les versions ravitailleurs de munitions dépannage et lance-flammes furent construits en assez grand nombre avec quelques constructions neuves et une reconversion des chars les moins usés.

Si le chasseur de chars à canon de 47mm et un canon automoteur de 150mmne ne furent que des véhicules d’études, la version de commandement fût produite en grand nombre. La tourelle fût remplacée par une superstructure avec une mitrailleuse de 7.92mm pour la défense rapprochée.

A l’export, il fût vendu en petit nombre à la Chine nationaliste, à l’Espagne et pour un nombre réduit à la Hongrie et à la Bulgarie.

Caractéristiques Techniques du Panzerkampfwagen I Ausf B (Sonderkraftahtzeug 101)

Poids : 5.80 tonnes Longueur  : 4.42m Largeur : 2.06m Hauteur : 1.72m

Blindage maximal : 13mm

Moteur : moteur essence Maybach NL 38TR 6 cylindres refroidi par eau dévellopant 100ch

Performances : vitesse maximale sur route 40 km/h Autonomie de 180km sur route et de 130km en tout-terrain

Armement : deux mitrailleuses de 7.92mm MG-13 en tourelle (2250 cartouches), la tourelle permettant aux mitrailleuses de pointer de -12° à +18° en site et sur 360° en azimut

Equipage : deux hommes

Caractéristiques Techniques du Panzer Befehlwagen I (Sonderkraftahtzeug 265)

Version de commandement du Panzer I

Poids : 5.90 tonnes Longueur  : 4.42m Largeur : 2.06m Hauteur : 1.99m

Blindage maximal : 13mm

Moteur : moteur essence Maybach NL 38TR 6 cylindres refroidi par eau dévellopant 100ch

Performances : vitesse maximale sur route 40 km/h Autonomie de 180km sur route et de 130km en tout-terrain

Armement : une mitrailleuse MG-13 ou MG-34 de 7.92mm avec 900 cartouches

Equipage : trois hommes (pilote, chef de char/servant de mitrailleuse opérateur radio)

Panzerkampfwagen II (Panzer II)

Panzer II et Panzer I dans des manœuvres en Forêt Noire (?) en 1941

Panzer II et Panzer I dans des manœuvres en Forêt Noire (?) en 1941

Les insuffisances du Panzer I s’étant vites révélées, les autorités militaires allemandes décidèrent de mettre au point dès 1934 un nouveau char de combat. Le futur Panzer II était de toute façon un autre char de transition, les “vrais” chars des Panzerdivisionen devant être les Panzer III et IV.

L’appel d’offres réclamait un char d’une dizaine de tonnes, pouvant filer à 40 km/h et capable de combattre des chars ennemis ce que ne pouvait faire le Pz I.

C’est la société MAN qui est choisit mais la production est lente pour des raisons industrielles comme pour des raisons techniques, le retour d’expérience de la guerre d’Espagne imposant un renforcement du blindage. Résultat le poids passe à 8.90 tonnes ce qui impose un changement du moteur déjà limité pour la première version (Ausf A).

Le Panzer II se révèle être un bon char léger, bien supérieur au Panzer I mais son canon de 20mm le rend impropre à la lutte antichar. De nouvelles versions sont mises au point (Ausf B à G) suivie d’une version nettement alourdie pesant 18 tonnes mais le Ausf J n’entre pas en service à la différence du Ausf L.

Version de reconnaissance du Panzer II et baptisée officieusement Luchs (Lynx), elle pèse 13 tonnes, dispose d’un équipage de 4 hommes et peut se déplacer à 60 km/h. Les premiers exemplaires sont armés d’un canon de 20mm mais les derniers reçoivent un canon de 50mm ce qui en fait un bon engin de reconnaissance mais aucunement un char de combat.

1223 Panzer II sont en service en septembre 1939, la production se poursuivant jusqu’en septembre 1940, portant la flotte à 1650 chars.

En défalquant les chars détruits ou trop endommagés pour être réparés, la flotte retombe à 1300 exemplaires, peu à peu remplacés par des Panzer III et des Panzer IV.

Les Panzer II Ausf A, B et C sont les premiers à être remplacés, servant de chars d’entrainement, certains étant cédés à des pays alliés ou neutres.

Les Panzer II Ausf D et suivants sont reconvertis en véhicule de soutien (dépannage, véhicule du génie, poseur de ponts, ravitailleur, chars lance-flamme, ravitailleur d’artillerie pour les Wespe) ou en automoteurs Wespe même si rapidement, les Wespe sont construits à partir de châssis neufs.

Les douze Panzerdivisionen disposant d’une compagnie lourde équipée de chars légers, seuls 216 Panzer II sont encore en service, des chars tous équipés d’un canon de 50mm. Leur remplacement par un nouveau char léger était cependant à l’étude.

Caractéristiques Techniques du Panzerkampfwagen II Ausf C (Sonderkraftfahrzeug 121)

Poids : 8.90 tonnes Longueur de la caisse : 4.81m Largeur 2.28m Hauteur : 2.02m

Motorisation : un moteur Maybach 6 cylindres essence refroidi par eau dévellopant 140ch

Performances : vitesse maximale sur route 40 km/h Autonomie 150km sur route et 100km en tout-terrain

Blindage maximal : 14.5mm

Armement : un canon de 20mm Kwk 30 L/55 en tourelle biplace alimenté à 180 coups (10 chargeurs de 18 coups) associé à une mitrailleuse MG-34 de 7.92mm disposant de 1425 cartouches

Equipage : trois hommes (Conducteur, chef de char/tireur et radio/chargeur)

Allemagne (51) Armée de terre (8)

Fusils et canons antichars

Avant-propos

-Tranchées, mitrailleuses et barbelés, voici le terrible trio qui privait les ennemis de la percée décisive tant désirée, tant attendue et tant souhaitée.

Après les folles offensives de 1915 et 1916 qui fauchèrent des centaines de milliers de jeunes gens dans la fleur de l’age, les alliés surtout cherchèrent le moyen de percer et surtout d’exploiter la brèche dans le front ennemi.

Face aux mitrailleuses, sur un terrain bouleversé par l’artillerie, on imagina un véhicule blindé montré sur chenilles, un véhicule armé de mitrailleuses ou de canons.

C’est l’acte de naissance du char de combat appelé tank (réservoir) pour cacher sa véritable identité aux espions allemands.

Le premier engagement des chars britanniques le 15 septembre 1916 dans le cadre de l’offensive de la Somme eut un effet psychologique dévastateur mais la percée tactique obtenue ne put être exploitée faute d’un engagement des chars en nombre suffisant.

Le moment de surprise passé, les allemands réagissent. Ils prennent d’abord des mesures d’urgence avec l’élargissement des tranchées et l’installation au plus près des premières lignes de pièces d’artillerie capable par le seul impact de leurs obus explosifs de détruire un char.

Mauser T-Gewehr ultérieurement remis en service sous le nom de MAS 1940AC (AntiChar)

Fusil antichar Mauser T-Gewehr

-Ils mettent ensuite au point un fusil antichar de calibre 13mm, le Mauser T-Gewehr. Ce dernier tire des balles perforantes suffisantes pour neutraliser un char. Cette arme va inspirer la mise au point d’autres fusils antichars mais également de la mitrailleuse de 12.7mm (calibre .50), la Browning M-2 encore en service presque cent ans après sa conception !

Les fusils antichars produits sont des armes lourdes et encombrantes. De plus leurs performances vont rapidement être insuffisantes pour contrer le blindage de chars toujours plus gros et plus puissants. Ils pourront toujours détruire des blindés légers comme des automitrailleuses de reconnaissance mais guère plus.

Ils sont supplantés par des canons antichars. Les premiers sont des armes d’un calibre allant de 37 à 47mm avec des calibres particuliers comme le 2 livres (environ 40mm, le terme 2 livres correspondant au poids de l’obus soit 900g) des britanniques ou le 45mm russe.

Comme pour les fusils antichars, la course au blindage entraine une augmentation du calibre avec la quasi-généralisation de calibre allant de 45 à 57mm en remplacement des canons de 25 à 37mm totalement déclassés.

On atteint ici la limite haute des canons antichars d’infanterie. Avec le 75mm, le 88 voir le 90mm, on passe dans la catégorie d’artillerie.
En ce qui concerne l’Allemagne, le canon antichar standard en service en septembre 1939 est le Pak (PanzerabwehrKanone canon antichar) 36 de 37mm mais sa carrière sera fort courte après la fin de la guerre de Pologne.

Ses projectiles trop peu performants le rendant inapte à la destruction de la majorité des chars français et britanniques, il est progressivement remplacé par le Pak 38 de 50mm, capable de percer la majorité des chars ennemis à l’exception du B1bis français.

On atteint ici un stade critique puisque ce canon est le dernier canon antichar d’infanterie, les pièces lourdes (75 et 88mm) sont des pièces mises en œuvre par l’artillerie et mise à part en phase défensive, bien incapables de protéger l’infanterie d’un assaut blindé ennemi.

Il faudra attendre le conflit et les travaux sur la propulsion des roquettes associée à la charge creuse pour que des armes antichars individuelles performantes puissent voit le jour côté allemand.

Fusils antichars

-Après le Mauser T-Gewehr, l’Allemagne chercha à s’équiper d’un nouveau fusil antichar, d’un calibre assez faible (7.92mm), tirant des cartouches spéciales à noyau d’acier
-Le premier fusil mis au point baptisé Panzerbüsche 38 était une arme complexe, difficile à entretenir à la fiabilité incertaine ce qui explique que sa production fût aussi faible que sa carrière courte. Il est rapidement remplacé par le  Panzerbüsche 39, une arme plus simple tirant au coup par coup comme son devancier, deux petites boites installées latéralement facilitant le ravitaillement.

Fusil antichar Panzerbüsche 39

Fusil antichar Panzerbüsche 39

-Après la conquête de la Pologne, outre la récupération de fusils antichars polonais, les allemands découvrirent que les fusils antichars de leurs voisins orientaux tiraient des balles à noyau en tungstène ce qui en faisaient des armes nettement plus performantes.

-Néanmoins, dès 1942/43, l’arme était obsolète et fût peu à peu retiré du service, les armes étant stockées au cas où même si mis à part les camions et les automitrailleuses, ces fusils ne pouvaient pas faire grand mal aux blindés ennemis.

Caractéristiques Techniques du Panzerbüsche 38

Calibre : 7.92mm Longueur totale avec crosse dépliée 1.61m Longueur du canon 1.08m Poids : 16.2kg Performances : 25mm de blindage à 300m

Caractéristiques Techniques du Panzerbüsche 39

Calibre : 7.92mm Longueur totale avec crosse dépliée 1.62m Longueur du canon 1.08m Poids : 12.6kg Performances : 25mm de blindage à 300m

-A côté de ces fusils antichars standards, la Deutsche Heer utilisa en petit nombre des fusils antichars soit pour des raisons d’essais ou suite à des prises notamment en Pologne.
Citons le Granatbüsche 39, un Panzerbüsche 39 modifié pour lancer de petites grenades performantes semblables aux grenades à fusil françaises de la firme Brandt mais cette arme n’avait que des performances limitées et les fusils modifiés furent peu nombreux.

On trouve également le fusil antichar suisse MSS 41 de la firme Solothurn qui produisit également un Panzerabwehrbüsche de 20mm mais les deux ne furent commandés qu’à un petit nombre d’exemplaires pour des essais sans que visiblement son acquisition en grande série eut été envisagée.

La problématique de la défense de l’infanterie contre les chars ennemis allait donc rester irrésolue jusqu’au second conflit mondial quand des armes antichars individuelles réutilisables et jetables furent mises au point dans les deux camps.

3.7cm Panzerabwehrkanone 35/36 (3.7cm Pak35/36)

Canon antichar allemand de 37mm conservé au musée militaire d'Helsinki (Finlande)

Canon antichar allemand de 37mm conservé au musée militaire d’Helsinki (Finlande)

-Ce petit canon antichar à été mis au point à partir de 1925 par la firme Rheinmetall pour l’armée de terre allemande. Il est prêt en 1928 d’abord dans une version hippomobile puis dans une version pour traction automobile.

-Adopté officiellement en 1936 sous le nom de 3.7cm Panzerabwehrkanone 35/36, ce canon à été rapidement dépassé par l’augmentation de l’épaisseur des blindages des chars ennemis, français et anglais.

Ce canon antichar reste malgré tout en service jusqu’en 1942 quand le 5cm Panzerabwehrkanone 38 à été produit en suffisamment grand nombre pour équiper les unités d’active.

Quand aux canons de 37mm, l’immense majorité est stocké au cas où il aurait fallu équiper en urgence des unités en dépit des limites de ce canon qui fût exporté en URSS, en Italie et aux Pays-Bas, les Etats-Unis s’inspirant de ce canon pour mettre au point leur canon antichar M3.
Caractéristiques Techniques du Rheinmetall Pak 35/36

Calibre : 37mm Masse (tracté) 450kg (en action) 327kg (obus) 0.685kg Longueur : 1.66m Largeur : 1.65m Hauteur : 1.17m Elevation : -5° à +25° en site et 30° en azimut Portée maximale effective : 300m Perforation : 31mm à 500m

5cm PanzerabwehrKanone 38 (5cm Pak 38)

canon antichar de 50mm allemand conservé au Canada

canon antichar de 50mm allemand conservé au Canada

-Le canon de 37mm était un canon récemment mis au point mais avec l’augmentation de l’épaisseur du blindage, il était à terme condamné. D’où le lancement dès 1937 d’une étude pour un canon antichar de 50mm.

-Le développement est rapide et le canon conçu par la firme Rheinmettall-Borsig est prêt dès 1938 d’où son appellation officielle de 5cm PanzerabwehrKanone 38 (5cm Pak 38). Les retards de fabrication font que les premières pièces arrivent en automne 1940, permettant une relève progressive des Pak 35/36.

-Le Pak 38 était une arme d’excellente facture, bien conçue et fabriquée en partie avec des alliages légers ce qui la rendait très maniable.

-Avec la saisie d’armes antichars polonaises et tchèques, les allemands mirent au point des obus au noyau tungstène (AP-40) ce qui augmenta la capacité de perforation du canon.

-Heureusement pour les alliés, les stocks de tungstène limités des allemands firent que la fabrication de ces obus spéciaux diminua au cours du conflit pour quasiment cesser quelques mois avant la fin du second conflit mondial.

En dépit de la mise au point du Pak 43 de 75mm, le Pak 38 resta en service durant tout le conflit, étant une arme tout à fait efficace, n’ayant rien à envier aux canons de 47mm français ou de 57mm britanniques.

Caractéristiques Techniques du PanzerabwehrKanone 38

Calibre : 50mm Longueur de la pièce : 3.187m Longueur du tube : 2.381m Poids en ordre de route 1062kg Poids en batterie 1000kg Poids du projectile 2.060kg (AP) 0.925kg (AP 40) 1620kg (explosif) Pointage en direction : 65° Pointage en hauteur -8° à +27° Portée maximale de l’obus explosif : 2650m Perforation : 101mm de blindage à 740m (AP 40)

7.5cm PanzerabwehrKanone 43 (7.5cm Pak 43)

Canon antichar allemand de 75mm

Canon antichar allemand de 75mm

-Comme nous venons de le voir, le Pak 38 était une excellente arme, bien conçue, facile à mettre en œuvre et performante.
-Néanmoins face aux futurs projets de chars français, anglais et même soviétiques, il fallait prévoir un canon antichar plus puissant destiné à l’artillerie et non à l’infanterie.

-C’est l’acte de la naissance d’un canon antichar de 75mm. Les premières esquisses sont lancées à l’été 1941.

-Après avoir envisagé de créer un canon en partant de la planche à dessins, la firme Rheinmettall-Borsig AG partit du Pak 38 de 50mm, reprennant l’affût d’origine redessiné et renforcé pour supporter un canon plus lourd et imposant beaucoup plus d’efforts à l’affût. Le canon est muni d’un double frein de bouche pour améliorer la stabilité du canon.

-Ce canon est officiellement adopté en mars 1943 sous le nom de 7.5cm PanzerabwehrKanone 43, ce canon servant également de canon antichar pour armer le PanzerKampfwagen V (Pz V) plus connu sous le nom de Panther.

-Ce canon est encore en service en septembre 1948. C’est le canon antichar principal de l’armée allemande en compagnie du Pak 45 de 88mm, une adaptation du canon antiaérien de 88mm au combat antichar.

Il est utilisé essentiellement en position fixe. Des projets d’automoteurs antichars n’ont pas vu le jour avant le conflit notamment en raison du fait que contrairement à beaucoup d’armées, la Deutsche Heer confie à ses Panzer la lutte contre les chars ennemis.

Caractéristiques Techniques du PanzerabwehrKanone 43

Calibre : 75mm Longueur de la pièce : 3.7m Longueur du tube : 2.461m Poids en ordre de route 1500kg En batterie 1425kg Poids du projectile perforant 6.800kg Poids de l’obus perforant AP 40 4.100kg Poids de l’obus explosif 5.740kg Pointage en direction : 45° Pointage en hauteur : -5° à +22° Portée maximale de l’obus explosif 7680m Perforation : 98mm de blindage à 2000m.

8.8cm PanzerabwehrKanone 45 (8.8cm Pak 45)

Canon antichar de 88mm Pak 45

Canon antichar de 88mm Pak 45

-A l’origine de l’un des meilleurs canons antichars du second conflit mondial figure un canon antiaérien de 88mm, le Fliegerabwehrkanone 18 ou Flak 18. Son rôle antichar fût découvert au cours de la guerre d’Espagne quand une batterie antiaérienne de la Légion Condor fût surprise par des chars républicains.

-Aussitôt les canons furent pointés à hausse 0° et ouvrirent le feu sur les T-26 avec des résultats dévastateurs.

-C’est l’acte de naissance du Panzerabwehrkanone 45 (Pak 45) mais entre l’acte de naissance et la mise en service, plusieurs années furent perdues en recherches diverses pour obtenir l’arme la plus parfaite possible ce qui était parfois contraire aux besoins du champ de bataille.

-Deux modèles baptisés Pak 36 et Pak 37 furent produits en petite quantité sans convaincre les opérationnels allemands. Ils étaient peu différents du canon antiaérien d’origine et la possibilité de mettre au point une meilleur arme, poussa les ingénieurs de la célèbre firme Krupp à poursuivre leurs études.

-Les ingénieurs de la firme rhénane tentèrent alors de mettre au point une arme polyvalente, capable de lutter aussi bien contre les avions que contre les chars.

-Il en résultat une arme complexe, le Panzerabwehrkanone 43 qui bien qu’efficace était tellement complexe à construire et même à utiliser (nécessitant des servants parfaitement entrainés) que ce modèle ne fût produit qu’en petite quantité.

-A rebours des traditions militaires et industrielles allemandes, les ingénieurs de Krupp décidèrent de faire simple, une arme performante mais simple à utiliser, ne nécessitant pas des semaines d’entrainement pour l’utiliser correctement.

Plutôt que de développer une arme polyvalente, ils mirent au point deux modèles, un modèle antichar (Panzerabwehrkanone 45) et un modèle antiaérien (Fliegerabwehrkanone 45) qui partageaient néanmoins un grand nombre de pièces.

Ce canon qui fût également utilisé pour armer le char lourd Panzerkampfwagen VI Tiger entra en service au printemps 1945 et équipait largement les unités antichars allemandes quand le second conflit mondial éclata.

Quand les allemands déclenchent l’opération Weserübung, des prototypes de chasseurs de chars à canon de 88mm sont prêts à être produits même si la Panzerwafe voit dans le char de combat, la meilleur arme à opposer à un autre char.

Caractéristiques Techniques du 8.8cm Panzerabwehrkanone 45 (8.8cm Pak 45)

Calibre : 88mm Longueur de la pièce : 6.61m Longueur du tube : 5.125m Poids en ordre de route : 4750kg Poids en batterie 3650kg Poids du projectile perforant 7.300kg ou 10.160kg Poids du projectile explosif 9.400kg Pointage en direction : 360° Pointage en hauteur : -8° à +40° Portée maximale de l’obus explosif : 15150m Perforation : 184mm de blindage à 2000m

Les canons antichars de prise

Les annexions de l’Autriche et de la Tchécoslovaquie ont permis aux allemands de mettre la main sur des canons de 47mm.

Ces canons furent remis en service dans les unités de la Deutsche Heer pour compléter les Pak 35/36 et Pak 38, essentiellement dans les unités de réserve qui n’étaient pas prioritaire sur les livraisons de canons antichars modernes.

Ces armes étaient encore en service en septembre 1948, certaines armes stockées après la livraison de 5cm Panzerabwehrkanone 38 furent ressortis des magasins pour équiper les unités de mobilisation à vocation essentiellement territoriale contre une attaque franco-britannique.

Canon antichar Bohler de 47mm

Canon antichar Bohler de 47mm

-Le premier canon saisi en quantité est le canon antichar autrichien Böhler de 47mm. Ce canon est mis au point en 1935. L’Italie ayant acquis la licence pour le produire sous le nom de Cannone da 47/32 M35, ce canon fût considéré comme une arme italienne.

Ce canon fût également exporté aux Pays-Bas (Kanon van 4.7), la Roumanie, la Chine, la Finlande,l’Estonie, la Lettonie et même l’URSS où il devint le M35B.
Quand l’Autriche fût annexée par l’Allemagne, ce canon fût intégré à l’Arsenal allemand et était encore en service en septembre 1948, essentiellement dans les unités de seconde ligne.

Caractéristiques Techniques du canone 47/32 M35

Calibre : 47mm Longueur du canon 1.68m Longueur du tube : 1.525m (32 calibres) Longueur de la partie rayée 1.33m Poids en ordre de route : 315kg Poids en batterie 277kg Poids du projectile perforant 1.4407kg Poids de l’obus explosif 2.370kg Pointage en direction : 62° Pointage en hauteur : -15° à +56° Portée maximale de l’obus explosif : 7000m Equipe de pièce : 4 hommes

-L’autre canon antichar utilisé est le canon antichar tchécoslovaque Skoda kanon P.U.V vz 36 de 47mm.

En 1934 apparaît un canon de 37mm mais ce canon n’est pas généralisé, à priori pour des raisons de poids et parce que les tchécoslovaques estimaient qu’il fallait une arme plus puissante. D’où l’apparition en 1936 d’un canon de 47mm.

Ce canon en dépit d’une forme plutôt archaïque était diablement efficace. La quasi-totalité des pièces produites avant septembre 1938 sont réservées à l’armée tchécoslovaque mais quelques pièces sont livrées à la Yougoslavie.

Après l’annexion des Sudètes, l’armée de terre allemande récupère des canons de 47mm et après la dislocation de la Tchécoslovaquie au printemps 1939 (indépendance de la Slovaquie et protectorat allemande sur la Bohème-Moravie), la production se poursuit au profit des allemands et de leurs alliés comme la Slovaquie ou la Hongrie.

En septembre 1948, ce canon est toujours en service aux côtés du Böhler ex-autrichien et du Pak 38 de 50mm, certaines pièces dans des unités d’active mais l’immense majorité servent dans les unités de réserve et vont équiper temporairement les unités de mobilisation.

A noter que plusieurs prototypes de chasseurs de chars légers ont été mis au point en utilisant des châssis de chars déclassés (PanzerKampfwagen I et II essentiellement mais également d’anciens chars tchèques) avec un canon de 47mm vz36 dans une superstructure tirant vers l’avant ou vers l’arrière. La production pourrait être lancé avec un faible préavis.

Caractéristiques Techniques du Skoda kanon P.U.V vz 36

Calibre : 47mm Longueur du canon : 2.04m Poids en ordre de route : 590kg Poids de l’obus : n.c Pointage en direction : 50° Pointage en site : -8° à +26° Portée maximale : 4000m Pénétration : 60mm de blindage à 1200m.

21-Armée de terre (3)

Évolution générale de l’armement et des équipements

Le fusil Manufacture d'Armes de Saint-Etienne modèle 1936 dit MAS 36, fusil standard de l'armée de terre en 1948

Le fusil Manufacture d’Armes de Saint-Étienne modèle 1936 dit MAS 36, fusil standard de l’armée de terre en 1948

L’une des évolutions majeures est un changement de calibre. Le 8mm apparu à la fin du 19ème siècle avec le fusil Lebel disparaît au profit du 7.5mm inspiré de la cartouche allemande de 7.92mm. Du moins en Métropole, dans l’Empire où le besoin d’une cartouche moderne se fait moins sentir, le 8mm est encore assez présent.

Pour ce qui est des armes de poings _pistolets et pistolets mitrailleurs_, le 8mm cède la place au 7.65mm. Le 9mm est présent de façon marginale pour équiper certains pistolets mitrailleurs de prise ou certaines armes héritées du premier conflit mondial. On trouve également du 11.43mm pour les mitraillettes Thompson livrées par les Etats-Unis au printemps 1940.

Le fusil mitrailleur Manufacture d'Armes de Chatellerault modèle 1924 modifié 29 dit FM modèle 1924/29

Le fusil mitrailleur Manufacture d’Armes de Châtellerault (MAC) modèle 1924 modifié 29 dit FM modèle 1924/29

Les armes automatiques lourdes type fusil-mitrailleur et mitrailleuses utilisent principalement le 7.5mm mais on trouve encore du 8mm pour les inusables Hotchkiss modèle 1914 présentes dans l’Empire et le 13.2mm utilisées pour l’armement de certains ouvrages de la ligne Maginot et de certains véhicules.

Les canons antichars sont de trois calibres : 25, 47 et 75mm. Si le premier semble largement dépassé face aux chars allemands les plus lourds, de nouvelles munitions lui donnent un punch bienvenue face aux blindés légers qu’il pourrait rencontrer. Le 47mm reste encore redoutable et ne parlons pas du 75mm TAZ modèle 1939, une pièce que la Panzerwafe allait apprendre à redouter.

A noter qu’un projet de canon antichar de 90mm inspiré du canon de 90mm modèle 1939 fût étudié mais ne se concrétisa pas totalement . Toutefois les essais furent suffisamment poussés pour que la production en grande série soit rapidement lancée si le besoin s’en faisait sentir.
On trouve également des armes singulières comme des fusils antichars qui n’allaient pas tarder à être utilisés pour un tout autre usage que celui d’origine, un lance-fusée Brandt de 50mm et des grenades à fusils du même constructeur.

Pour ce qui est des mortiers, les mortiers de 60mm sont toujours là mais le 81mm à cédé la place à une arme nettement plus redoutable de 120mm soit une puissance de feu supplémentaire pour l’infanterie française.

Pour ce qui est de la défense antiaérienne, on trouve deux canons de moyen calibre, le Hotchkiss modèle 1939-40 de 25mm et le Schneider modèle 1941, certaines pièces étant tractées mais d’autres étaient montées sur camions, sur semi-chenillées voir même sur des châssis de chars déclassés.

L’artillerie de campagne connait également une profonde modernisation avec l’arrivée de nouveaux canons comme le canon de 75mm TAZ (Tous Azimut) modèle 1939  utilisable aussi bien pour le tir sol-sol que pour le tir antichar ou encore le canon de 155mm court Schneider modèle 1946, une variante remise au goût du jour du modèle 1917. De nombreuses pièces anciennes restent en service notamment dans les RAMF et les RAP chargés de soutenir les ouvrages de la ligne Maginot.

Pour ce qui est de l’ALVF (Artillerie Lourde sur Voie Ferrée), aucune pièce moderne n’est mise en service, seules les pièces les moins usées du premier conflit mondial sont maintenues en service au cas où il aurait fallut percer la ligne Siegfried ou les fortifications alpines défendant l’Italie.

Évolution générale des véhicules

char léger modèle 1935R dit Renault R-35

char léger modèle 1935R dit Renault R-35

Quand la guerre de Pologne éclate en septembre 1939, les chars et véhicules blindés français sont repartis grosso modo en deux catégories : les véhicules de cavalerie généralement rapides pour la percée et les missions traditionnelles de la cavalerie et les chars d’accompagnement de l’infanterie lents et bien protégés, censés accompagnés au plus près les fantassins.

Cette répartition simpliste va être bouleversée par la «révolution villeneuvienne» qui renoue avec les mannes du général Estienne en adoptant une attitude résolument offensive, symbolisée par une motorisation à outrance et par les fameux Corps d’Armée Cuirassés, placé sous les ordres directs du CEMAT et censé être les poings blindés pour percer le front et aboutir avec le soutien des groupes d’armées à la percée décisive tant cherchée et tant souhaitée durant le premier conflit mondial.

Un bon char est un savant compromis _compromis souvent imparfait_ entre vitesse, protection et armement. Le second paramètre était souvent mis en avant pour les chars d’infanterie alors que les automitrailleuses de combat de la cavalerie devaient être surtout rapides. On assiste à un rapprochement de ces trois facteurs dans les différentes catégories qu’il s’agisse des chars de bataille, des chars de combat et des chars légers ou chars d’accompagnement.

Quand éclate la guerre de Pologne le 1er septembre 1939, les chars/automitrailleuses de combat français sont globalement supérieurs à ceux alignés par l’Allemagne. En effet, les chars français étaient généralement plus rapides, mieux protégés et mieux armés.

Si le Renault R-35 était bien plus lent qu’un Panzer I ou II, il était nettement mieux protégé et nettement mieux armé. Le Somua S-35 était aussi rapide, mieux protégé et mieux armé que le Panzer III. Seul le Panzer IV était mieux armé que les chars légers et médians français mais son canon de 75mm court était plus adapté à l’appui de l’infanterie et de plus il était disponible en faible nombre.

L'Automitrailleuse de Combat (AMC) modèle 1935S dit Somua S-35

L’Automitrailleuse de Combat (AMC) modèle 1935S dit Somua S-35

Le B1bis lui était insurpassable, son blindage le mettait l’abri de la plupart des canons allemands (à l’exception du 88mm) et son armement mixte (canon de 47 en tourelle et de 75mm en casemate) lui donnait une puissance de feu sans équivalent.

Tout n’était cependant pas rose dans le domaine des chars/automitrailleuses de combat. Plusieurs carences auraient pu avoir des conséquences dramatiques si les allemands avaient attaqué à l’ouest qu’il s’agisse de la configuration monoplace de la tourelle (chars légers biplaces ou chars moyens triplaces) ce qui obligeait le chef de char à être pointeur et tireur en même temps, d’un canon de 37mm SA18 dépassé (il équipait notamment le R-35 et le FCM-36) et de l’absence de radio qui empêchait les unités de chars à pouvoir manoeuvrer rapidement et exploiter la moindre opportunité.

Fort heureusement, les huit années de paix armée vont permettre de résoudre ces carences même si seule l’expérience du feu pouvait valider ou pas les modifications effectuées.

Sur le plan des modèles de véhicules, un grand nombre d’entre-eux en service en septembre 1939 sont encore en service en septembre 1948.

Si les Renault FT, D-2 et les B1bis ont tous été retirés du service (ou peu s’en faut pour le FT qui assure quelques missions secondaires), on trouve encore des Renault R-35, des Hotchkiss H-39 (neufs ou H-35 modifiés), des Somua S-35, des FCM-36.

De nouveaux modèles sont également mis en service qu’il s’agisse de dérivés de véhicules existants comme le Renault R-40 dérivé du R-35, le FCM-42 issu du FCM-36 ou le Somua S-40 dérivé du S-35 ou de véhicules de conception nouvelle comme l’ARL-44 remplaçant des B1bis ou le Renault G1 qui va remplacer les Hotchkiss H-39 au sein des DC.

Le Somua S-45 en dépit d’une dénomination qui laisserai apparaître un lien de parenté avec le S-35 et le S-40 est un char différent, l’équivalent du G1 pour les DLM. Il est mis en service en juin 1946 et en septembre 1948 équipe cinq des huit DLM.

On trouve également l’AMX-42 et l’AMX-44, derniers nés de la famille des chars légers qui allaient devoir se concenter sur les missions de reconnaissance faute de pouvoir réellement peser dans un combat de char à char. A l’autre bout du spectre, on trouve une poignée de chars de forteresse FCM F1 qui remplacent les antédiluviens FCM-2C issus du premier conflit mondial.

Les chars (automitrailleuses de combat pour la cavalerie) ne sont pas les seuls véhicules en service, on trouve également des canons d’assaut type Somua SAu40 ou ARL V-39, des automitrailleuses de reconnaissance AMR-33 et 35, des automitrailleuses de reconnaissance à roues AMD-178 et AM Panhard modèle 1940.

Parallèlement, aux véhicules de combat, les DC et les DLM vont disposer de véhicules spécialisés qu’il s’agisse de dérivés de chars et de véhicules de combat ou d’engins spécialement conçus pour le soutien notamment logistique. Dans cette catégorie figurent également les transports destinés aux armes lourdes et aux fantassins, les dragons et les chasseurs portés notamment.

On trouve par exemple des chars de commandement, de tout type. Ils sont soient dépourvus de canon ou alors pourvu d’une radio si encombrante (technologie de l’époque) que la dotation en munitions est généralement réduite de 10%.

Les véhicules de dépannage sont généralement des chars de première série auxquels on à enlevé la tourelle pour le remplacer par une petite superstructure avec des moyens de levage et de remorquage.
Dans cette catégorie, nous trouvons également des véhicules de liaison, des véhicules chenillés comme les AMR-33 présentées plus haut ou des véhicules à roues comme la Panhard 178L (Liaison) qui sera ultérieurement complété par des Daimler Dingo livrés par la Grande-Bretagne.

Pour ce qui est du transport de troupes, on trouve des véhicules toutes roues motrices (hélas non blindées) et vrai nouveauté, des chenillés spécialement conçus pour le transport d’hommes en armes, les Lorraine 39L et les Renault DAJ-1.