22-Armée de terre : armement et matériel (48)

Les camions de 3.5 tonnes

Les camions appartenant à cette catégorie sont tous des camions routiers 4X2, des camions civils à peine adaptés aux besoins militaires avec un équipement de remorquage à l’avant et à l’arrière, une caisse en bois avec des ridelles pour protéger le compartiment à marchandises et des aménagements intérieurs notamment pour l’armement des conducteurs (mousqueton puis ultérieurement fusil ou pistolet-mitrailleur). Quand à la peinture, elle est vert olive pour l’armée de terre et gris clair pour l’armée de l’air.

On aurait pu s’attendre à des véhicules tout terrain mais la qualité du réseau routier français (réputé depuis le 18ème sous l’impulsion du Corps des Ponts et Chaussées) permet à l’armée de se passer de ce type camion peu courant dans l’industrie et l’économie civile.

Avec leur caisse de 3.60m (4m pour les camions à cabine avancée) de long sur 1.80m de large, ces camions peuvent transporter 3500kg de chargement ou 16 à 22 soldats équipés soit grosso modo deux groupes de combat voir des systèmes d’armes comme des canons de 25mm ou des systèmes logistiques comme des cuisines roulantes.

Comme les camionnettes, les camions sont regroupés en section de vingt véhicules (dix-sept disponibles et un volant de réserve de trois exemplaires), chaque compagnie regroupant quatre ou cinq sections soit 80 à 100 camions, une capacité de transport non négligeable.

Comme dans toutes les autres catégories, on trouve plusieurs modèles fournis par les constructeurs de l’époque.

-Camion bâché de 3.5 tonnes Panhard K 101

-Camion bâché de 3.5 tonnes Latil M2B3D

-Camion bâché de 3.5 tonnes Berliet VDCA

-Camion bâché de 3.5 tonnes Citroen Type 45

Renault AGR 2

Renault AGR 2

-Camion bâché de 3.5 tonnes Renault AGR 2

-Camion bâché de 3.5 tonnes Delahaye type 103

Les camions de 5 tonnes

Ce sont les camions standard les plus gros de la flotte militaire. Au delà de ce tonnage, les militaires estiment que le véhicule serait impropre à l’utilisation en campagne. Les camions plus lourds que ceux que nous allons voir maintenant sont rares et utilisés pour un usage bien particulier.
On trouve plusieurs variantes dans cette catégorie de véhicules en l’occurence des camions ordinaires ou non aménagés, les camions de transport spéciaux destinés au transport à longue distance sur route des chenillettes de ravitaillement et les camions de transport toute nature (TTN).

Comme dans toutes les autres catégories, on trouve plusieurs modèles fournis par les constructeurs de l’époque.

-Camion bâché de 5 tonnes   Latil FB 6 et FSPB 4

-Camion bâché de 5 tonnes Matford F 917-WS

-Camion bâché de 5 tonnes   Berliet GRDA

-Camion bâché de 5 tonnes Renault AGK

-Camion bâché de 5 tonnes Rochet-Schneider 420 VLES

-Camion bâché de 5 tonnes Saurer 3 CT1 M1

Les Transports de Toute Nature (TTN)

Ce concept de camion à été définit le 17 février 1930 après plusieurs essais. Ce concept répond à la variété des type de chargement d’une armée qui combine éléments motorisés et éléments hippomobiles.

Comme les unités de train peuvent avoir à transporter aussi bien des munitions, des hommes, des cuisines roulantes que des chevaux (pour les déplacements stratégiques), l’idée d’un camion pouvant transporter tout type de chargement sans modifications s’impose à tous.

Ces camions sont semblables à ceux que nous venons de décrire mais ne possèdent pas de passage pour les roues (utile pour transporter des pièces légères d’artillerie), une caisse munie de hayons démontables et d’arceaux à bâche, de crochets pour attacher les chevaux sans oublier des bancs amovibles pour ne transport de personnel et de cloisons amovibles pour le transport de munitions.

Cette première configuration était cependant perfectible et en 1939, le lieutenant colonel Dutertre-Delamarcq commandant le centre mobilisateur du train n°23 (Paris) met au point une configuration TTN plus simple, une qualité appréciée en temps de guerre où il faut produire vite et en grand nombre. Cette configuration va être adaptée sur tous les camions de 3.5 ou 5 tonnes progressivement et sans empressement.

Le seul modèle de camion spécifiquement conçu TTN est le Panhard K 125 à cabine avancée,un dérivé du K91 à cabine classique.

Les camions bâchés d’importation

Avant guerre ,l’armée s’était refusée à acheter à l’étranger à la fois pour protéger les intérêts de notre industrie mais également pour ne pas laisser partir à l’étranger des devises précieuses car rares.

Les immenses besoins révélées par la mobilisation et une industrie surchargée de commandes pousse l’armée à faire taire ses pudeurs initiales pour multiplier les commandes à l’étranger notamment en direction du pays où l’automobile est reine : les Etats-Unis

Parmi les modèles achetés, on trouve ainsi des camions bâchés de 2.5 tonnes GMC ACK 353 et ACKWX 353, des camions bâchés de 2.5 tonnes Dodge H 203, des camions bâchés de 5 tonnes Studebaker K25, White 704S, Dodge VH 48 et VK 62, Chevrolet YS 4103 et GMC ACX 504.

L’Italie  va également fournir des camions à l’armée française en l’occurence un camion de 2.5 tonnes, le Fiat-SPA 38 et un camion de 3.5 tonnes le Fiat 626N qui lui était propulsé au diesel.

Si dans un premier temps ces camions auraient du servir l’armée, il vont finir par équiper des entreprises du BTP qui trouveront à bon compte le moyen de moderniser leur flotte, flotte appelée à être réquisitionnée en cas de guerre.

Les poids lourds d’usage général

Généralement dans cette catégorie de camions allant de 5 à 15 tonnes, on ne trouve que de véhicules spécialisés comme des porte-chars. Néanmoins la réquisition offre à l’armée des véhicules d’usage général dépassant les 5 tonnes de charge utile.

Ces réquisitions gênant l’économie du pays, le ministère des Travaux Publics demande le retour à la «vie civile» de ce type de camions. Dès le mois d’octobre, les camions à gazogène qui se sont révélés impropres au service en campagne sont rendus à leurs propriétaires mais pour les véhicules les plus lourds, il faudra souvent attendre le printemps 1940.

De nombreux constructeurs ont ainsi fourni par l’intermédiaire de la réquisition des véhicules de ce type comme Berliet et Renault. Néanmoins les principaux constructeurs sont Willème avec un camion de 7.5 tonnes de charge utile, le DU-10 de 10 tonnes et le DU-12 de 12 tonnes ainsi qu’Unic et son SU 75-4MN de 7 tonnes de charge utile.

Les camions à gazogène

Si la France ne motorisa pas totalement son armée, ce n’est pas faute de volonté mais en l’absence de ressources pétrolières nationales. On chercha donc dès la fin du premier conflit mondial à développer un «carburant national» en utilisant les ressources disponibles en métropole en l’occurence le charbon ou le bois.

C’est l’acte de naissance du gazogène. Trois modèles vont être retenus pour la réquisition en temps de guerre en l’occurence le Gohin-Poudenc à charbon de bois ou charbon minéral, le Imbert-Berliet à bois et le Panhard au charbon de bois.

A l’usage néanmoins, les gazogènes se révéleront d’un usage malaisé en campagne ce qui entrainera la rapide dé-réquisition des véhicules et une restitution sans regrets à leur propriétaire.

Des contrats longue durée passés avec le Moyen Orient, le Caucase, le Venezuela, le Mexique et le Texas et surtout la découverte du pétrole dans le Sahara algérien entrainera une plus grande confiance dans l’utilisation du pétrole comme combustible.

Le seul modèle conçu spécifiquement comme véhicule gazo est le camion bâché de 3.5 tonnes à gazogène Panhard K 128. Les autres véhicules à gazogène sont en fait une adaptation de véhicules existants, un exemplaire par contrat ce qui montre le très relatif intérêt de l’armée pour le «carburant national».

Autobus et autocars de transport de personnel

En temps de paix, l’armée de terre utilise peu d’autocars tandis que le plan de mobilisation prévoit un appel important à la réquisition pour la constitution des compagnies de transport de personnel.

En temps de paix, quelques véhicules de ce type sont commandés pour l’administration centrale, les écoles et les établissements. Préparée de longue date, la réquisition ne réserve aucune mauvaise surprise en septembre 1939.

Lors de la mobilisation partielle de septembre 1938, la STCRP avait mis sur pied six compagnies à quatre sections de vingt autobus soit 480 véhicules plus l’armement, les munitions, les cuisines roulantes, les taxis de réquisition et motos de liaison.

Un an plus tard, la STCRP reçoit l’ordre de mettre sur pied neuf GTP (Groupe de Transport de Personnel) soit dix-huit compagnies, 1440 autobus, 4500 hommes et 110 officiers.

Outre ses GTP, une partie des autobus seront transformés en véhicules de soutien. Les autobus ainsi modifiés seront progressivement déréquisitionnés au printemps 1940, les GTP étant dissous en juin 1940 et les autobus rendus au service commercial.

L’armée de l’air utilise elle aussi des autocars en plus grand nombre pour le transport de personnel et des rôles spécifiques (plus d’informations dans la partie idoine).

Les véhicules sahariens ou adaptés à l’outre-mer

La France possède en septembre 1939 le deuxième empire colonial du monde, essentiellement centré sur l’Afrique ce qui nécessite pour en assurer la surveillance des véhicules adaptés aux conditions climatiques particulières notamment en terme de chaleur, de temps sec……. .

Ces véhicules bénéficient d’une capacité de refroidissement plus importante pour compenser le manque d’eau et d’une capacité tout-chemin pour compenser l’état médiocre des routes d’outre-mer.

Ces véhicules sont soit conçus spécifiquement pour ce rôle ou l’adaptation de véhicules de série à ce milieu particulier.

Le seul camion spécifiquement conçu pour le Sahara est le Panhard K 113 (5 tonnes  de charge utile), produit à 150 exemplaires pour le Maroc et l’Algérie. D’autres exemplaires seront ultérieurement produits pour équiper les régiments portés de tirailleurs sénégalais.

On trouve également des camions citernes Latil M2B1 et des camionnettes Berliet VDAK de 2.7 tonnes.

22-Armée de terre : armement et matériel (47)

N-Autres véhicules

Préambule

Quand éclate la guerre de Pologne, l’armée française est entre deux ages. Elle est encore très tributaire de la force animale _chevaux de selle, chevaux de trait voir même mulets_ mais elle ne néglige pas loin de là la force mécanique.

La Voie Sacrée reliant Bar le Duc à Verdun fût une artère stratégique vitale de la bataille de Verdun

La Voie Sacrée reliant Bar le Duc à Verdun fût une artère stratégique vitale de la bataille de Verdun

Dès le premier conflit mondial et même avant, des camions et des voitures sont mis en œuvre par l’armée de terre. La guerre 14-18 voit de nombreux camions mis en œuvre, la Voie Sacrée avec sa noria de camions symbolisant la mécanisation du conflit et la logistique démentielle rendue nécessaire par la guerre moderne et sa consommation vorace de carburant et de munitions.

Durant plus d’une décennie, l’armée française va vivre sur l’héritage du premier conflit mondial, la faute à une pléthore de véhicules et surtout à des budgets anémiques.

Sous l’impulsion du général Weygand, chef d’état-major de l’armée de 1930 à 1935, l’armée de terre choisit la voit de la motorisation, une motorisation hélas bien limitée la faute à des budgets bien insuffisants et surtout la crainte de manquer de carburant fossile.

En effet, avant la découverte des gisements du Sahara algérien, la France doit importer tout son pétrole qu’il s’agisse du pétrole du Caucase, du Moyen-Orient, du Venezuela, du Mexique et du Texas. On met au point un gazogène à bois ou au charbon mais on ne peut équiper toute la flotte de véhicules de ce système.

Voilà pourquoi comme au sein de l’armée allemande, la traction hippomobile à largement les faveurs de l’état-major car utilisant le «carburant national» à savoir le foin ou l’herbe, une rivière suffisant pour faire boire les chevaux.

En septembre 1939, 72000 véhicules de différents types sont en service ou stockés. Le plan E de mobilisation prévoit 436000 voitures, camions et motos ce qui nécessite un effort immense de l’industrie mais également de l’armée pour trouver ou former le personnel compétent nécessaire à une époque où posséder une automobile était synonyme de luxe et de réussite sociale.

290000 véhicules sont réquisitionnés, réquisitions qui doivent faire la soudure avec la production de guerre, l’industrie automobile étant totalement réorientée vers la satisfaction des besoins de la Défense Nationale.

Ces besoins sont tels qu’il sera nécessaire de faire appel à l’industrie étrangère qu’il s’agisse de l’Angleterre, des Etats- Unis où même de l’Italie qui s’étant réfugiée dans une prudente neutralité, fournira du matériel militaire ou paramilitaire comme des camions et des véhicules légers à la France ce qui suscitera une gène palpable côté allemand.

400000 véhicules sont ainsi sous les drapeaux au printemps 1940, l’armée de terre restant sur le pied de guerre jusqu’au début de l’été quand la démobilisation est mise en œuvre, l’économie française ne pouvant supporter plus longtemps 5 millions d’hommes sous les drapeaux en dépit de l’apport massif des réfugiés espagnols dans l’économie.

La fin prématurée de la guerre de Pologne puis la démobilisation de l’été 1940 perturbe la production des véhicules ainsi que la planification.

L’armée de terre se retrouve avec un stock conséquent de véhicules. Cela lui permet de liquider les dernières antiquités du premier conflit mondial et d’avoir un stock conséquent de véhicules modernes.

Les véhicules civils mobilisés sont rendus à leurs propriétaires et une partie des véhicules de type militaires sont cédés à des entreprises de transport ou de travaux publics sous réserve de pouvoir être mobilisés en cas de guerre.

Sous l’impulsion du général Villeneuve, la motorisation est accentuée, nécessitant un grand nombre de camions, de véhicules légers et de motos pour notamment motoriser complètement et totalement huit divisions d’infanterie qui deviennent totalement autonomes moins l’absence de chars intégrés à la division, l’affectation d’un BCC ne compensant pas l’absence de chars organiques.

Aussi quand l’armée de terre entre en guerre en septembre 1948, elle est nettement mieux préparée qu’en septembre 1939 avec un parc neuf, moderne, efficace et rationnel, l’état-major ayant cherché à réduire le nombre de modèles en service qu’il s’agisse de véhicules conçus pour un usage militaire ou des véhicules civils adaptés pour l’utilisation militaire.

Certes, nous sommes loin de l’armée 100% motorisée rêvée par le «général Tornade» mais la situation de l’armée de terre est nettement plus enviable que celle de l’armée allemande qui affiche derrière une vitrine étincelante les Panzerdivisionen, une armée moins bien lotie.

Les bases d’une armée totalement motorisée sont posées et peu à peu la traction hippomobile va rejoindre les livres d’histoire et les musées…….. .

Motos et motos side-cars

Préambule

En septembre 1939, de nombreuses motos sont en service dans l’armée de terre, des modèles conçus pour l’armée mais également des modèles civils réquisitionnés.

On peut identifier quatre catégories différentes de motos, des motos solos et des motos side-cars :

-des motos solos ordinaires généralement d’un cylindrée de 350 centimètres cubes utilisées par toutes les armes pour les liaisons et par le train pour la circulation.

-des motos sides ordinaires généralement d’un cylindrée de 350 centimètres cubes utilisées par toutes les armes pour les liaisons et par le train pour la circulation.

-des motos solos tout-terrain de 500 puis 350 centimètres cubes destinés à la liaison

-des motos side-car type dragons portés, des véhicules de grosse cylindrée de 750 ou 800 centimètres cubes.
Seules les deux dernières catégories sont spécifiquement conçus pour les besoins des militaires français. La réquisition comblera les besoins mais il s’agit d’un palliatif, d’un pis-aller en attendant la disponibilité de véhicules mieux adapté à cette mission.

On peut également ajouter dans ce domaine, les bicyclettes et des vélomoteurs de 100 centimètres cubes.

Le plan E prévoit 80000 motos pour l’armée mobilisée. Or seulement 6800 sont en service dans l’armée, nécessitant une réquisition massive dans le parc civil. Cela ne se fait pas sans mal car le parc français à connu une baisse importante au début des années trente.

Une fois la réquisition terminée, on constate un déficit de 13000 machines, 3000 motos solos et 10000 motos side ce qui oblige à certains aménagements. Ainsi on trouve dans des unités devant recevoir des motos side, des motos solos faute de mieux…… .

Les différents modèles (1) : motos solos ordinaires

-Peugeot P107 et P117 de 350 centimètres cubes

-Terrot HSA et HSDA de 350 centimètres cubes

-Gnome-Rhône Major et Super Major de 350 centimètres cubes

-Vélomoteur Peugeot P53 de 100 centimètres cubes

Les différents modèles (2) : motos solos tout-terrain

-Moto solo tout-terrain Terrot RATT et RDTT de 500 centimètres cubes

-Moto solo tout-terrain Gnome et Rhône et Motobecane DSA de 500 centimètres cubes

-Moto solo tout-terrain Simca Sevitame B de 350 centimètres cubes

-Moto solo tout-terrain Peugeot TT 112 de 350 centimètres cubes

-Des motos tout-terrain britanniques ont également commandées, des Ariel et Velocette 350 centimètres cubes, des Royal Enfield de 346 centimètres cubes, des Triumph de 493 centimètres cubes et BSA de 500 centimètres cubes.

Les différents modèles (3) : les motos sides ordinaires

-Moto avec side ordinaire Terrot RDA et Side DTP de 500 centimètres cubes

-Moto avec side ordinaire Monet-Goyon L5A1 de 500 centimètres cubes

Les différents modèles (4) : les motos sides type dragons portés

-René Gillet K1 et G1 de 750 centimètres cubes

-Réné Gillet L1 de 1000 centimètres cubes avec side porte-mitrailleuses

-René Gillet G1 de 750 centimètres cubes avec side estafette
-Gnome et Rhone XA de 750 centimètres cubes avec side type dragons portés

-Terrot VATT de 750 centimètres cubes avec side type dragons portés

-Gnome et Rhone AX2 de 800 centimètres (moto tout terrain avec side RM type dragons portés)

Les différents modèles (5) : les modèles commandés à l’étranger

-Moto tout-terrain américaine Indian 340B de 1200 centimètres cubes

-Moto tout-terrain belge avec side RM type dragons portés Gillet-Hertsal de 720 centimètres cubes

Véhicules d’usage général

Préambule

Comme leur nom l’indique, ces véhicules n’ont aucune caractéristique particulière qui les rends remarquables. Voilà pourquoi en septembre 1939, l’immense majorité de ces véhicules (85%) proviennent de la réquisition.

En faire la liste serait un véritable travail de Sisyphe puisque la réquisition fournit à l’armée mobilisée 57209 voitures et 158561 utilitaires de 1200 types différents…… .

Dans cette catégorie nous trouvons des véhicules de liaison, souvent de simples voitures civiles repeintes en kaki ou une couleur plus militaire que dans le civil avec une plaque militaire, des autocars et des autobus, fort peu différents de ceux utilisés par exemple par la STCRP (Société des Transports en Commun de la Région Parisienne).

On trouve également des camionnettes de 1.5, 2.5 ou 3 tonnes de charge utile, chargées du transport de matériel et occasionnellement, de personnel, des banquettes rabattables latérales permettant ce transport.

Les camions de transport de toute nature en revanche sont des véhicules spécifiquement militaires, le déficit à la mobilisation ne peut être comblé que par les productions de guerre.

Au printemps 1940, quand l’armée de terre est à son apogée, quand elle entame avec minutie sa démobilisation, elle aligne le chiffre respectable de 54000 camions et camionnettes dont 22000 à la mobilisation six mois plus tôt. Cette production à servit à la fois à relever les véhicules de réquisition mais également à permettre la mise sur pied de nouvelles unités.

Les voitures de liaison

Si il y à bien un domaine où la réquisition n’à aucun mal à trouver les véhicules nécessaires, c’est bien le domaine des véhicules de liaison (VL), les 57209 exemplaires nécessaires étant puisés dans le parc automobile national pour compléter les 6756 véhicules commandés directement par l’armée.

Les véhicules en question sont des véhicules âgés de moins de deux ans, repeints en kaki pour l’occasion. Ils servent à la fois pour la liaison proprement dite mais employés en section de VL, ils servent avec des motos à la régulation routière.

La pénurie de motos sides verra ainsi de grandes routières être utilisées au sein des escadrons motorisés des GRDI et GRCA, un rôle bien éloigné de celui imaginé à l’origine………. .
Cette catégorie des Voitures de Liaison se subdivise elle même en plusieurs sous-catégories, les voiturettes à deux ou quatre places (Simca Cinq et Huit, Peugeot 202 et Juvaquatre), les voitures de liaison proprement dites, le plus souvent des berlines de 4 à 6 places essentiellement de marque Renault et Citroën et enfin les voitures de grande liaison, des voitures grande luxe de sept ou huit places, de marque Renault, Panhard, Talbot,Hotchkiss ou Delahaye, ces voitures étant utilisés par les généraux et les personnalités militaires.

Voici la liste des principaux modèles :

-Voiturette de 3 ou 4 places Peugeot 202

-Voiturette légère 2 places Simca Cinq

-Voiturette de liaison 4 places Simca Huit

-Voiture de liaison 4, 5 ou 6 places Peugeot 402B et BL

-Voiture de liaison 4/5 places Renault Primaquatre, Celtaquatre et Novaquatre

-Voiture de liaison 4/5 places Citroen Traction

-Voiture de liaison et de grande liaison 6 à 8 places Renault Vivaquatre, Vivastella et Viva Grand Sport

-Voiture de Grande Liaison Panhard Dynamic

Les fourgonnettes

Dans le domaine du transport de matériel, les véhicules de l’armée  sont classés en trois catégories en fonction de leur charge utile à savoir 1.5 tonnes, 3.5 tonnes et 5 tonnes. Il existe néanmoins des véhicules d’une capacité moindre, utilisés au sein de l’armée pour des rôles similaires à ceux occupés dans le civil à tel point que souvent, ils portent encore leur livrée civile d’origine.

Elles vont même prendre une importance plus importante que prévue en raison d’une pénurie de camionnettes de 1.5 tonnes de charge utile.

A défaut donc de camionnettes bâchées initialement prévues, les différentes unités vont se retrouver avec une flotte disparaître de véhicules de réquisition, généralement munies d’une carrosserie tôlée aux capacités de charge variable généralement de 500, 850 ou 1000 kg.

Pas moins de 1200 types différents de véhicules se retrouvent sous les drapeaux, nombre réduit à 800 par la restitution à l’économie de près de 6000 véhicules dont 2600 dès le 20 novembre 1939, les autres suivants à un rythme régulier.

Après la mobilisation, le déficit en camions et camionnettes est encore important avec 25000 véhicules manquant, chiffre réduit à 5500 camions, 500 camionnettes et 4000 remorques à la fin du mois de novembre. Le déficit ne sera pas totalement résorbé quand le processus de démobilisation est enclenché.

De 1936 à 1939, de nombreuses commandes avaient été passées, des commandes passées à tous les constructeurs pour ne pas pénaliser un constructeur mais cela entraine une grande dispersion de modèles.
Il faut attendre réellement la mobilisation ou au moins le réarmement pour qu’une politique de rationalisation soit mise en place.

Les principaux fournisseurs sont Renault et Berliet suivis de près par Citroën et Peugeot. Panhard bien que fort occupé reçoit une commande de véhicules bâchés dont il parviendra finalement à se débarrasser, l’état-major ayant compris finalement que la sortie des automitrailleuses était plus importante.

Delahaye, Rochet-Schneider et Saurer complètent le tissu industriel avec des capacités limitées. On notera aussi l’apport limité d’autres constructeurs comme Matford.

Les besoins sont tels que la production mensuelle totale dépasse les 8000 véhicules. Néanmoins cette production devient rapidement trop importante suite à la fin de la guerre de Pologne.

Bien que réduite, elle permet de compléter les besoins immédiats, de purger les stocks de véhicules obsolètes et de constituer un stock important ce qui facilitera et accéléra la montée en puissance de l’armée lors de la mobilisation d’août/septembre 1948.

De toute façon les commandes prévues n’auraient pu être honorées à temps, les différents constructeurs étant fort occupés avec d’autres productions qu’il s’agisse des chars pour Renault ou de camions de plus gros tonnage pour Berliet.

Les camionnettes de 1.5 tonnes

Ce type de véhicule est le véhicule de transport le plus léger. Il peut embarquer 10 à 14 hommes ou 1 à 2 tonnes de matériel (la capacité standard est 1.5 tonnes mais l’armée demande parfois 1.8 ou 2 tonnes). Quand éclate la guerre de Pologne, le spectre s’enrichit par le bas avec des camionnettes d’une capacité de 1.2 tonnes «seulement».

Ces camionnettes sont destinés donc au transport qu’il s’agisse d’équiper des unités du train ou de servir de camion d’allègement pour les fantassins qui peuvent y déposer leurs paquetages.

On trouve également des véhicules dérivés, utilisés pour un usage spécifique comme les breaks de reconnaissance _camionnettes à toit fixe destinées spécifiquement au transport de personnel_ et les breaks d’instruction _véhicules à double commande pour l’instruction automobile_.

Parmi les camionnettes de cette catégorie, on trouve les modèles suivants :

Peugeot DK 5J

Peugeot DK 5J

-Camionnette bâchée de 1.2 tonnes Peugeot DK 5J

-Camionnette bâchée de 1.5 tonnes et break de reconnaissance Delahaye 140

-Camionnette bâchée de 1.5 tonnes Latil M1BR

-Camionnette bâchée de 1.5 tonnes Unic S27

-Break d’instruction Renault AGC

-Camionnette bâchée de 1.5 tonnes Citroen type 23

Les camionnettes de 2.5 tonnes

La quasi-totalité des véhicules de ce type sont utilisés par l’armée de l’air. Cette dernière remplace uniformément ses camionnettes de 1.5 et de 3.5 tonnes de charge utile par des camionnettes de 2.5 tonnes.

L’armée de terre elle commande des véhicules de cette catégorie pour des besoins bien spécifiques notamment un camion atelier radio installé sur le chassis du Renault AGT utilisé massivement par l’armée de l’air (550 exemplaires).

3-Industries et infrastructures (2)

B-L’industrie aéronautique

Les principaux constructeurs français

La France à été l’un des pays pionniers dans le domaine de l’aviation, s’appuyant sur plusieurs constructeurs.

Bien qu’elle ait produit un grand nombre d’appareils durant le premier conflit mondial, notre industrie aéronautique est longtemps restée dans un état proche de l’artisanat tendant vers le semi-artisanal.

Les usines étaient bien incapables de produire à un niveau industriel à savoir vite et en grandes quantités. Voilà pourquoi, elle était bien incapable de répondre aux différents plans de réarmement qui accusaient un grand nombre de retards avec des avions dépassés dès leur mise en service.

Géographiquement parlant, les principaux constructeurs aéronautiques étaient répartis sur tout le territoire national mais avec une certaine concentration dans la région parisienne.

-La firme Amiot (officiellement Société d’Emboutissage et de Constructions Mécaniques SECM-Amiot) fondée par Felix Amiot en 1916 avec une première usine à Colombes.

D’autres usines étaient situées à Cherbourg, à Boulogne-Billancourt et au Bourget. Ultérieurement, une usine est implantée à Casablanca pour l’assemblage de l’hexamoteur Amiot 415.

-La firme ANF-Les Mureaux disposait d’une usine aux Mureaux dans le département de Seine et Oise.

-La firme Bloch (officiellement «Avions Marcel Bloch») dispose de trois usines. Si celle de Chateauroux-Déols est chargée des chasseurs, celles de Courbevoie et de Villacoublay est destinée aux multimoteurs.

-La firme Bréguet disposait d’une usine à Villacoublay (ensuite transférée à l’Arsenal de l’Aéronautique), au Havre et à Bouguenais.

-La firme Dewoitine dispose d’une usine à Toussus le Noble près de Toulouse et d’une usine à Marseille-Marignane

-La firme Farman dispose de deux usines à Boulogne-Billancourt et à Suresne

-La firme Gourdou-Lesseure dispose d’une usine sur l’Etang de Berre qui est intégrée à Bloch puis à la SNCAM

-La firme Hanriot dispose d’une usine à Bourges

-La firme Latécoère dispose d’usines à Toulouse, Montaudran et Anglet ultérieurement cédées à Bréguet, la firme disposant alors d’une usine à Toulouse pour les avions et d’une à Biscarosse pour les hydravions.

-La firme Lioré et Olivier disposait avant les nationalisations d’usines à Argenteuil, Clichy et Rochefort sur mer

-La firme Loire-Nieuport disposait d’une usine à Saint Nazaire qui produisait aussi bien des avions et des hydravions ainsi que d’une autre à Issy-Les Moulineaux.

-La firme Morane-Saulnier disposait d’usines à Puteaux et à Tarbes

-La firme Potez _la plus connue à l’étranger_ dispose d’une usine à Levallois et d’une autre à Meaulte pour les avions, d’une usine à Sartouville et d’une autre à Berre pour les hydravions.

 Les nationalisations du Front Populaire : un mal pour un bien

Le 11 août 1936, la loi portant sur la nationalisation des industries aéronautiques est votée. Elle répond à la fois à des motivations idéologiques mais aussi la volonté de rationnaliser l’outil industriel, le moderniser et en accroitre les capacités.

-L’Arsenal de l’Aéronautique issu des nationalisations dispose d’une usine à Villacoublay (ayant appartenu à Bréguet) pour produire les chasseurs type VG-33 et suivants. Une deuxième usine à été également construit à Chatillon-sous-Bagneux.

Six grandes entreprises nationales à base géographique (même si cette base est parfois étrange) sont ainsi créées, cassant ainsi les structures des entreprises.

C’est ce qui explique les difficultés de production jusqu’au début de 1940 et l’accroissement des retards de livraison mais peu à peu, l’industrie aéronautique française ainsi restructurée donnant la pleine mesure de ses possibilités en produisant à des cadences qu’envieraient certains pays ennemis et alliés.

-La Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Centre (SNCAC) regroupe les usines Hanriot de Bourges, Farman de Boulogne Billancourt et Suresne, Bloch de Chateauroux-Deols. Une quatrième usine fût ultérieurement intégrée à la SNCAC, une usine située à Clermont Ferrand.

-La  Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Nord (SNCAN) regroupe les usines Potez de Meaulte, CAMS (groupe Potez) de Sartrouville, ANF-Les Mureaux des Mureaux, Amiot de Cherbourg, de Colombes, de Villacoublay, du Bourget et Bréguet du Havre.

-La Société Nationale des Constructions Aéronautiques de l’Ouest (SNCAO) regroupe les usines Bréguet de Bouguenais et de Villacoublay, Loire-Nieuport de Saint Nazaire et d’Issy-Les Moulineaux

-La Société Nationale des Constructions Aéronautiques de l’Est (SNCASE) regroupe les usines Lioré et Olivier d’Argenteuil et de Clichy, Potez de Berre, C.A.M.S de Vitrolles, Romano de Cannes-la-Brocca et S.P.CA (Société Provencale de Constructions Aéronautiques) de Marseille-Marignane.

-La  Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Sud-Ouest (SNCASO) réunit les usines Blériot de Suresnes, Bloch de Villacoublay et Courbevoie, S.A.S.O. de Bordeaux-Mérignac, U.C.A. de Bordeaux-Bègles, S.A.B. de Bordeaux-Bacalan et Lioré et Olivier de Rochefort.

-La  Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Midi (SNCAM) réunit les usines Dewoitine de Toussus le Noble et Marseille-Marignane, Morane-Saulnier de Tarbes et de Puteaux

D’autres compagnies restent cependant partiellement ou totalement en dehors des nationalisations comme Latécoère et Bréguet qui récupère des usines ayant appartenu au premier.

C-Les industries d’armement

Les arsenaux d’Etat

Sous le nom générique de Manufactures d’Armes, sont regroupés différents sites approvisionnement en armes légères et moyennes l’armée de terre, l’armée de l’air et la marine sans oublier les munitions.

-Manufacture d’Armes de Saint Etienne (MAS) : fusils et pistolets mitrailleurs

-Manufacture d’Armes de Bayonne (MAB) pistolets et revolvers

-Manufacture d’Armes de Chatelleraut (MAC) : fusil mitrailleur et mitrailleuses

-Manufacture d’Armes de Tulle (MAT) pistolets mitrailleurs

 -L’Etablissement de Bourges est chargé de la production de pièces d’artillerie

 -L’Etablissement de Tarbes est chargé de la production de pièces d’artillerie notamment les dernières pièces d’artillerie lourdes sur voie ferrées

 -L’Atelier d’Issy les Moulineaux (AMX) est chargé de l’étude et de la production de véhicules blindés notamment de chars

 En 1944, la Manufacture d’Armes d’Alger (MAA) est créée pour augmenter les capacités de production et disposer d’une base industrielle à l’abri des bombardements allemands.

On trouve également des établissements relevant de la marine comme l’établissement de Ruelle spécialisé dans l’artillerie légère et moyenne ou encore l’établissement de Saint-Tropez connu pour son excellence dans le domaine des torpilles et des armes anti-sous-marines.

 Les manufacturiers privés

L’industrie d’armement est en partie publique et en partie privée. C’est notamment le cas pour la production des véhicules de combat et des pièces d’artillerie.

Pour les pièces d’artillerie, nous trouvons par exemple les Forges de la Marine et Homécourt plus connu sous le nom de Saint Chamond, la fonderie du Creusot et  les établissements Schneider.

 En ce qui concerne les véhicules blindés, citons la société Somua _filiale de Schneider_, la société Renault, les sociétés Hotchkiss et Panhard, les Forges et Chantiers de la Méditerranée.

D-Les commandes à l’étranger

Les commandes concernent surtout l’aviation. Des commandes sont passées aux Pays Bas et à l’Italie mais c’est surtout les Etats-Unis qui sont concernés puisque les commandes envisagées en direction de l’Italie seront au final annulées et celles en direction des Pays Bas se limiteront à quelques chasseurs dont l’armée de l’air ne sut que faire, les Koolhoven FK.58 qui finirent stockés.

Les craintes de voir l’industrie nationale manquer de temps pour fournir les appareils nécessaires poussa la France à se tourner vers les Etats Unis pour commander en quantités massives des avions, des moteurs et les pièces détachées nécessaires. Si la plupart des commandes furent honorées, un certain nombre furent au final annulées.

Dans le domaine des chasseurs, la plupart des commandes furent honorées notamment celles concernant le Curtiss H-75, le Curtiss H-81, le Lockeed L-322 et le Grumman G-36A, certaines furent annulées ou non concrétisées comme celle concernant 170 Bell 14 (P-39A Airacobra), le Curtiss H-81A et le Curtiss H-86.

En ce qui concerne les bombardiers, les commandes sont toutes honorées en ce qui concerne les bimoteurs de bombardement légers (Douglas DB-7 Martin 167F et Martin 187F) et lourds (Consolidated 32)  mais en ce qui concerne les avions d’assaut, la plupart des commandes sont au final annulées comme celles concernant les bombardiers en piqué embarqués Curtiss CW-77,  les Douglas A-17 (que l’USAAC put conserver), les Vultee V-72 Vengeance ou le Brewster 340 Buccaneer.

 Les autres commandes concernant des hydravions Catalina et les avions d’entrainement sont toutes honorées.

L’armée de terre une profonde métamorphose : l’armée villeneuvienne (7)

L’évolution des autres véhicules entre 1940 et 1948.

Comme nous l’avons vu plus haut, les catégories AMR et AMD ont fusionné en une seule catégorie, les AMP ou Automitrailleuses Puissantes. Plusieurs véhicules ont ainsi été développés ou employés : l’AM modèle 40P , un puissant véhicule à roues 8X8 et des chars légers en l’occurence l’AMX-42, l’AMX-44, le FCM-42 et le plus ancien Hotchkiss H-39

L’automitrailleuse AM modèle 40P (Panhard 201)

Le premier véhicule va peu à peu remplacer au sein des DLM les Panhard 178 , des véhicules 4X4 dont la protection était jugée insuffisante.

Pas moins de 1963  exemplaires ont ainsi été construits, chaque division légère mécanique disposant de 45 AMP au sein d’un régiment de découverte soit un total de 360 véhicules, les autres étant mis à la disposition des 28 GRDI stationnés en métropole.

Des commandes additionnelles sont passées ultérieurement pour permettre un équipement décent à toutes ces unités sans parler de la nécessite d’établir des stocks de réserve, une attrition forte était prévisible.

Ce véhicule est un impressionnant véhicule 8X8 dont les premiers exemplaires sont livrés début 1941.

Déplaçant 9 tonnes et pouvant filer à 80 km/h, les prototypes sont armés d’un canon de 37mm mais les véhicules de série sont au final armés d’un canon de 47mm et de deux mitrailleuses de 7.5mm. De là nait une famille de véhicules avec une variante d’appui rapproché, un véhicule de commandement, un véhicule de dépannage, une variante pour le génie ne dépassant pas le stade du prototype.

Le premier nommé apparu en septembre 1944 avec un canon de 75mm court dérivé de l’obusier de montagne modèle 1942 destiné à remplacer le canon de 65mm suivit par les véhicules de commandement (la tourelle était allongée et munie d’un canon factice) et de dépannage.

En ce qui concerne les chars légers, ils équipent au sein des GRDI de métropole  les unités précédemment équipées d’AMR 33 et 35, le régiment de découverte des Divisions Cuirassées ainsi qu’un groupe de reconnaissance intégré à chaque brigade cuirassée.

Parallèlement, aux véhicules de combat, les DC et les DLM vont disposer de véhicules spécialisés qu’il s’agisse de dérivés de chars et de véhicules de combat ou d’engins spécialement conçus pour le soutien notamment logistique. Dans cette catégorie figurent également les transports destinés aux armes lourdes et aux fantassins, les dragons portés notamment.

On trouve par exemple des chars de commandement, de tout type. Ils sont soient dépourvus de canon ou alors pourvu d’une radio si encombrante (technologie de l’époque) que la dotation en munitions est généralement réduite de 10%.

Les véhicules de dépannage sont généralement des chars de première série auxquels on à enlevé la tourelle pour le remplacer par une petite superstructure avec des moyens de levage et de remorquage.

Dans cette catégorie, nous trouvons également des véhicules de liaison, des véhicules chenillés comme les AMR-33 présentées plus haut ou des véhicules à roues comme la Panhard 178L (Liaison) qui sera ultérieurement complété par des Daimler Dingo.

En ce qui concerne les dragons portés, les Lorraine 38L sont remplacés par des Lorraine 39L puis par des Renault DAJ1, dérivé de la chenillette Renault DAE. Ce dernier était un véritable véhicule de combat avec un tourelleau armée d’une mitrailleuse de 7.5mm pour couvrir le débarquement des fantassins.

En ce qui concerne les chenillettes de ravitaillement, les Renault UE, UE2, DAE et Lorraine 37L sont toujours en service.