24-Armée de l’air (41)

Commandement d’Action Tactique (CAT)

Groupement d’Aviation de la 7ème armée

Zones de responsabilités (approximatives) des différentes armées et de leurs Groupements d'Aviation (GRAVIA)

Zones de responsabilités (approximatives) des différentes armées et de leurs Groupements d’Aviation (GRAVIA)

Comme les neuf autres armées massées aux frontières, la 7ème armée chargée de couvrir les côtes de la mer du Nord et de tendre la main aux néerlandais dispose d’un groupement d’aviation formé d’unités de chasse, d’attaque, de bombardement et de reconnaissance.

Des escadrilles de transport peuvent y être rattachées temporairement tout comme les deux Groupes Aériens d’Observation (GAO) rattachés en temps normal aux corps d’armée mais qui peuvent être placés sous la direction du GRAVIA VIIA.

Ces avions sont déployés dans des aérodromes du Nord et du Pas de Calais. Des accords secrets signés au printemps 1948 permettent à ces unités d’utiliser des aérodromes anglais et belges.

Bloch MB-157

Bloch MB-157

Il dispose ainsi de la 8ème escadre de chasse déployée depuis la Base Aérienne 197 de Dunkerque avec 108 chasseurs, 81 Bloch MB-157 et 27 Lockheed H-322 Eclair répartis en trois groupes de trente-six appareils (27 monomoteurs et 9 bimoteurs).

Avion d'assaut Bréguet Br693

Avion d’assaut Bréguet Br693

Au niveau des unités d’attaque, le GRAVIA VIIA dispose de deux groupes de bombardement d’assaut stationnés sur la BA 143 de Saint Omer, les GBA I/35 et II/35 équipés respectivement de Bréguet Br691 et de Bréguet Br693 et d’un groupe de bombardement en piqué équipé de Loire-Nieuport LN-430, le GB I/40 stationné sur la base aérienne BA 144 Norrent-Fontes.

Ce groupement intégre également un groupe de bombardement moyen, le GB II/12 équipé de Lioré et Olivier Léo 451 stationné en temps de paix sur la BA 139 de Persan-Beaumont avec le reste de la 12ème escadre, le 2ème groupe de la 12ème escadre ralliant à la mobilisation l’aérodrome de Lille-Lesquin.

L'élégant Lioré et Olivier Léo 451

L’élégant Lioré et Olivier Léo 451

Quand à la reconnaissance, elle est assurée par le le GR I/35 équipé de 36 Bloch MB-176 installé à Norrent-Fontes.

Le GRAVIA-VIIA dispose donc de 108 chasseurs (81 monomoteurs Bloch MB-157 et 27 bimoteurs Lockheed H-322 Eclair), de 54 bombardiers d’assaut (27 Bréguet Br691 et 27 Bréguet Br693), de 27 bombardiers en piqué Loire-Nieuport LN-430, 27 bombardiers moyens Lioré et Olivier Léo 451 et 36 Bloch MB-176 soit un total de 252 avions de combat.

Il peut prendre sous son aile, le GAO 501 équipé de huit Bloch MB-175, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123 ainsi que le GAO 518 équipé de équipé de huit Bloch MB-176, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Mureaux ANF-123 soit un total de soixante-dix appareils, le premier nommé étant stationné sur la base aérienne de Dunkerque et le second sur la base de Saint Omer.

Bloch MB-175

Bloch MB-175

Au final, dans une configuration extensive, le GRAVIA-VIIA peut aligner 322 chasseurs, avions d’assaut, bombardiers et avions de reconnaissance.

Groupement d’Aviation de la 1ère armée

La 1ère armée chargée de couvrir la trouée de Gembloux au sud-sud est de Bruxelles dispose d’un groupement d’aviation important avec pas moins de deux escadres de chasse, de deux groupes de bombardement d’assaut, de deux groupes de bombardement en piqué, d’un groupe de bombardement moyen, d’un groupe de reconnaissance sans oublier le renfort éventuel d’escadrilles de transport et la mise sous le commandement du GRAVIA IA des GAO-502, GAO-519 et GAO-520.

Arsenal VG-33

Arsenal VG-33

La 2ème escadre de chasse stationnée sur la BA 142 Cambrai dispose de trois groupes de trente-six appareils, vingt-sept Arsenal VG-33 et neuf Lockheed H-322 Eclair. Elle est chargée de la couverture de la 1ère armée en liaison avec la 3ème escadre stationnée sur la BA 188 de Beauvais qui dispose de trois groupes de trente-six appareils répartis entre vingt-sept Dewoitine D-520 et neuf Bréguet Br700C2.

Bréguet Br700C2, l'un des chasseurs biplaces de l'armée de l'air

Bréguet Br700C2, l’un des chasseurs biplaces de l’armée de l’air

Au niveau des unités d’attaque, le GRAVIA I-A dispose du GBA III/35 équipé de Bréguet Br695 stationné sur la base aérienne BA 198 de Denain tout comme le GBA II/51 équipé lui de Bréguet Br693.

Le GB I/42 et le GB II/42 équipés de bombardiers en piqué bimoteurs Bréguet Br698 sont stationnés sur la BA 200 du Quesnoy en compagnie du GB II/12 équipé de Lioré et Olivier Léo 451, groupe stationné en temps de paix sur la base BA 139 de Persant-Beaumont en région parisienne.

Le GB II/35 équipé de Bloch MB-176 est stationné sur la BA 176 de Clastres-Saint-Simon en compagnie du GAO-520.
Outre les 216 chasseurs (162 monomoteurs _81 Arsenal VG-33 et 81 Dewoitine D-520_et 54 bimoteurs _27 Bréguet Br700C2 et 27 Lockheed H-322_), le GRAVIA IA dispose de 54 avions d’assaut (27 Bréguet 693 et 27 Bréguet 695), 54 bombardiers en piqué Bréguet 698, 27 bombardiers moyens Lioré et Olivier Léo 451 et 36 Bloch MB-176 soit un total de 387 avions.

Outre cette force importante, le Groupement d’Aviation de la 1ère Armée peut bénéficier du concours des trois Groupes Aériens d’Observation (GAO).

Le GAO-502 est stationné à sur la BA 199 de Valenciennes et dispose de huit Bloch MB-176, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Mureaux ANF-123, le GAO 519 stationné sur la base aérienne 198 de Denain et qui dispose pour mener à bien sa missions de huit Bloch MB-175, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Mureaux ANF-123 alors que le GAO 520 stationné sur la base aérienne 176 de Clastres-Saint-Simon dispose de huit Bloch MB-176, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Mureaux AN-123.

Dewoitine D-720

Dewoitine D-720

Cela porte le nombre total d’avions disponibles pour le GRAVIA IA à 492 chasseurs, avions d’attaque, bombardiers et avions de reconnaissance.

Publicités

23-Armée de terre Ligne Maginot (10)

C-La Ligne Maginot en détails

Panorama général des ouvrages de la Ligne Maginot

Casemate CORF de Rountzenheim sud

Casemate CORF de Rountzenheim sud

Avant d’aborder les travaux complémentaires menés durant la guerre de Pologne et poursuivis régulièrement jusqu’au début du second conflit mondial (septembre 1948), il m’à semblé important de réaliser un panorama général des différents types d’ouvrages de la ligne Maginot, des ouvrages ultra-modernes, fierté du CORF et du Service Technique du Génie qui inspirèrent notamment certains ouvrages tchèques construits malheureusement pour eux dans la région des Sudètes.

Qui dit panorama général dit description succinte. Il ne s’agit pas de détailler la conception des ouvrages aussi fidèlement que la remarquable série de livres sur les Hommes et les Ouvrages de la Ligne Maginot mais plutôt de donner un ordre d’idée, un aperçu des ouvrages qui vont jouer un rôle capital dans le conflit à venir.

Les conceptions de base de la ligne Maginot sont comme toutes les lignes fortifiées depuis l’apparition des armes à feu : barrer et appuyer. Barrer les voies d’invasion par des ouvrages fortifiés équipés généralement d’armes légères et appuyer ces ouvrages à l’aide de casemates plus puissants équipés de pièces d’artillerie.

Il faut aussi observer et abriter. Observer les unités ennemies, les unités assaillantes pour permettre aux ouvrages de diriger leur feu à bon escient et renseigner le haut commandement sur l’axe général de la progression ennemie. Abriter les unités mobiles chargées de contre-attaquer et dégager les ouvrages menacés et/ou encerclés.
Tirant la quintescence des fortifications existantes et de l’expérience du premier conflit mondial, les plans dressés par la CORF sont théoriquement cohérents mais la réalisation va gâcher ces beaux plans en raison de l’explosion des coûts et des réductions budgétaires qui vont obliger la CORF à des choix déchirants.

La CEZF tentera bien de corriger le tir mais bien que puissante, la Ligne Maginot de 1948 le sera beaucoup moins que si les plans d’origine avaient été respectés qu’il s’agisse du respect des intervalles pour réaliser des feux croisés ou l’installation de canons longue portée de 145mm d’une portée de 30km.

Les organisations d’intervalles (1) : La Casemate CORF

C’est l’élément de base de la ligne Maginot. Sa date naissance peut être fixée au 3 avril 1929. Elle doit normalement être disposée tous les 1200m, la portée utile des mitrailleuses. La construction s’étalant dans le temps et la géographie aidant, la casemate CORF va connaître plusieurs évolutions et plusieurs variantes.

A l’origine, dans ce qu’on appelle les anciens fronts, la casemate de la Commission d’Organisation des Régions Fortifiés (CORF) se décline en deux versions (notices des 30 juillet 1929 et 23 juillet 1930) :

-Les casemates simples qui voit deux casemates installés en opposition avec une chambre de tir équipée de deux fusils mitrailleurs et une cloche GFM (Guetteur et Fusil-Mitrailleur) équipé donc comme son nom l’indique d’un fusil mitrailleur, ces deux ouvrages sont parfois reliés par une gaine bétonnée souterraine.

Cloche GFM en position

Cloche GFM en position

-Les casemates doubles comprenant comme leur nom l’indique deux chambres de tir équipées chacune de deux mitrailleuses disposées en opposition et une ou deux cloches GFM.

-Un modèle particulier est prévu pour la berge du Rhin (notice du 11 octobre 1929).

-Un deuxième modèle particulier est construit dans le Nord, une casemate à créneaux décalés (notice du 5 mars 1931)

A partir de 1931, le retour d’expérience des premières construction et la mise au point de la cloche pour mitrailleuse impacte la construction des casemates, l’invention de la cloche à mitrailleuse offrant de nouvelles possibilités permettant à une même arme de réaliser des tirs frontaux et de flanquements. Cela nous donc le panorama d’ouvrages suivants :

-Casemates simples à une chambre de tir à deux mitrailleuses et une cloche de mitrailleuses en opposition.

-Casemates simples à une chambre de tir à deux mitrailleuses et une cloche de mitrailleuses en action frontale.

-Casemates simples à une chambre de tir équipée d’une mitrailleuses et une cloche de mitrailleuses en juxtaposition, soit sur l’orillon, soit à côté de la chambre de tir.

-Casemates cuirassés (notices du 28 janvier 1931) équipés uniquement d’une cloche GFM et d’une ou deux cloches de mitrailleuses.

A partir de 1934 dans ce qu’on appelle les Nouveaux Fronts, on réalise des casemates simples, doubles ou cuirassés aux formes plus fuyantes et un armement étoffé par rapport aux casemates de première génération.

L’armement de ces casemates se compose le plus souvent pour une chambre de tir d’un ou deux jumelages de mitrailleuses, d’un canon antichar (37 ou 47mm), d’un créneau FM (fusil mitrailleur) de défense rapprochée et d’une goulotte lance-grenades (ou d’un créneau FM de pied pour les casemates de première génération).

En défense de l’entrée, on trouve un créneau FM, un FM sur porte et une goulotte lance-grenades (ou créneau de pied pour FM) et sur le dessus, différentes cloches.

Créneau JM (Jumelage de Mitrailleuses)

Créneau JM (Jumelage de Mitrailleuses)

Un exemple valant mieux qu’un long discours, le casemate de Tressange (SF de Crusnes) dispose d’un canon antichar de 47mm, de six mitrailleuses MAC 1931 de 7.5mm (quatre sous béton et deux sous cloche), quatre fusils-mitrailleurs MAC modèle 1924/29 de 7.5mm (deux sous créneau de défense rapprochée , un sous-cloche et un de défense de porte), un mortier de 50mm modèle 1935 sous cloche et deux goulottes lance-grenades.

Comme je l’ai indiqué dans la présentation, l’intervalle entre les casemates CORF doit être de 1200m mais avec les restrictions budgétaires vont souvent porter cet intervalle à 2000m soit la limite de portée utile des mitrailleuses.

Ces casemates sont également conçus pour être autonomes. Elles doivent pouvoir continuer le combat même après avoir été encerclées.

On trouve généralement un premier étage dit de combat et un étage situé juste en dessous pour la vie de l’équipage qui dispose de commodités confortables, les conditions de vie épouvantables du commandant Raynal et de ses hommes à Douaumont encerclés par les allemands en 1916 servant de repoussoir à une quelconque négligence dans ce domaine.

Chaque casemate CORF est servit par une trentaine d’hommes commandés par un lieutenant ou un adjudant-chef avec une réserve en munitions abondante avec 600 obus par pièce antichar, 40000 cartouches par jumelage de mitrailleuses, 10000 coups par fusil-mitrailleur installé en cloche GFM et 1000 coups par fusil-mitrailleur pour la défense des entrées, 240 grenades F1 et 1000 bombes de 50mm.

Comme je l’ai mentionné plus haut, aux casemates standards s’ajoute des casemates adaptées aux réalités du terrain.

Le premier exemple est représenté par les casemates spéciales des berges du Rhin. Ces casemates ont d’ailleurs d’abord été conçus par les directeurs du génie de Belfort et de Strasbourg avant que la CORF ne reprennent les choses en main (Décision Ministérielle du 11 février 1931).

On trouve sur la berge, les pieds dans l’eau, des casemates type M 1 P (simples) ou M 2 P (double) ainsi que du type M 1 F (simple) ou M 2 F (double).

Ces casemates non protégés par la rocaille se révéleront très vulnérables aux tirs directs depuis la rive allemande.

Sur la ligne des villages (3ème ligne), outre des casemates type M 2 F, un type de grosse casemate double à un seul étage appelé SFBR ou Secteur Fortifié du Bas-Rhin.

Autre cas particulier, le secteur des Basses-Vosges. Le terrain ne se prêtant pas à l’implantation des volumineux casemates, le CORF dessine un Blockhaus CORF de dimensions plus modestes (notice du 17 mars 1931), ces blockaus étant armés d’une ou deux cloches GFM, un deux voir quatre créneaux pour fusils-mitrailleurs ou mitrailleuses mais huit des dix-sept blockaus construits ne disposent que de fusils-mitrailleurs et les neuf autres sont équipés d’un jumelage muni d’une mitrailleuse de 7.5mm et d’une arme antichar, une……….mitrailleuse de 13.2mm.

Autre cas particulier, le blockaus de Sentzich (SF de Thionville) situé entre le village et la Moselle avec un créneau unique jumelant une mitrailleuse de 7.5mm et un canon antichar de 47mm, ce cas particulier l’étant beaucoup moins en 1948 qu’en 1939.

Les organisations d’intervalles (2) : les abris

Comme je l’ai précisé plus haut, il faut pouvoir disposer de troupes capables de contre-attaquer pour dégager les ouvrages menacés d’être débordés ou encerclés. Il faut aussi pouvoir abriter les poste de commandement.

D’où la réalisation d’abris inspirés de ceux du premier conflit mondial, abris capables d’accueillir un ou deux sections (voir exceptionnellement une compagnie) ou un PC que l’on peut classer en deux catégories, les abris-cavernes situés comme leur nom l’indique sous-terre à des profondeurs variant de -8m en sol rocheux et jusqu’à -20m en sol argileux et les abris de surface appelés aussi abris bétonnés qui se composent d’un gros bloc bétonné à deux entrées.

Comme deuxième ligne de défense de Rhin, on trouve une version très allégée de l’abri bétonné réalisée selon des plans et des moyens locaux.

L’abri A1 peut abriter une section et si il est muni d’une cloche, il reçoit l’appelation A1 CL, l’abri A2 peut abriter deux sections et devient l’abri type A2 CL quand il est muni d’une cloche.

Même chose pour l’abri A3 (trois sections) qui muni d’une cloche devient donc l’abri type A3 CL.

La défense rapprochée de ces abris est assurée soit par des FM en créneaux ou donc par des cloches GFM.

Ces abris entièrement passifs ne s’intègrent donc pas à la ligne de feu même si il existe des exceptions en fonction de conditions locales particulières.

Les organisations d’intervalles (3) : les observatoires

Barrer une voie d’invasion à l’ennemi c’est bien, pouvoir dégager rapidement des casemates menacés c’est bien mais sans capacité d’observation cela ne sert à rien. D’où la réalisation d’ouvrages spécifiquement conçus pour observer les mouvements ennemis.

On trouve deux types d’ouvrages d’observation : les observatoires d’ouvrage dôtés d’une cloche observatoire à vision directe et périscopique et les observatoires d’intervalles implantés sur les hauteurs en retrait de la ligne de feu, équipés d’une cloche observatoire à vision périscopique.

L’observatoire type est un bloc bétonné comportant le plus souvent une cloche d’observation et une cloche GFM, équipé du téléphone pour régler le tir des différents ouvrages du secteur. Un total de dix sept observatoires isolés seront réalisés dont quatorze pour le seul front Nord-Est, reliés à leur ouvrage de rattachement par un poste radio-émetteur.

Comme toujours, il y à des exceptions comme des ouvrages situés très loin en avant de la ligne de feu ou des observatoires mieux armés que d’autres pour participer à la ligne des feux. La construction de certains observatoires ayant été ajournés, on assistera à la construction entre 1935 et 1939 d’observatoires de campagne et à l’équipement de cloches GFM avec des périscopes.

21-Armée de terre (19)

Bataillons alpins de forteresse

Genèse des Alpins du béton

La couverture de la frontière Nord-Est avait suscité la création des Régiments d’Infanterie de Région Fortifiée devenus par la suite Régiments d’Infanterie de Forteresse ou R.I.F.

Le choix résolu d’étendre la Ligne Maginot à la frontière franco-italienne entraine la nécessite de troupes spécialement formées pour combattre depuis les ouvrages et dans un milieu nettement plus hostile que le Nord, la Lorraine, l’Alsace et le Jura.

La décision de créer des troupes de forteresse pour les Alpes est prise le 12 août 1933 par le ministre de la Guerre Edouard Daladier. Les premières études prévoient en temps de paix trois demi-brigades qui se transformeraient à la mobilisation en quatre régiments d’infanterie de forteresse soit les 30ème 157ème 58ème et 61ème RIF.

La 14ème région militaire (Lyon) proteste vigoureusement contre ce projet estimant qu’il briserait l’esprit de corps (argument moral) et démantélerait des bataillons capables de combattre en autonome (argument opérationnel). Elle demande donc le maintien en temps de guerre des demi-brigade et obtient gain de cause le 1er avril 1937.

Les troupes alpines de forteresse voient officiellement le jour en avril 1934. Leur création suit le même parcours que les R.I.F avec dans un premier temps cinq bataillons et quatre compagnies autonomes rattachées aux régiments d’infanterie alpine des 14ème et 15ème régions militaires à savoir le 99ème RIA (Lyon et Modane) et le 159ème RIA (Briançon) pour la première et aux 3ème (Hyères et Sospel) et 141ème RIA (Marseille et Nice) pour la seconde.

Le 1er juin 1935, on passe à six bataillons et deux compagnies autonomes :

-4ème bataillon du 99ème RIA et une 17ème compagnie rattachée à ce même régiment

-4ème et 5ème bataillon du 159ème RIA ainsi qu’une 18ème compagnie rattachée à ce même régiment

-4ème et 5ème bataillons du 3ème RIA

-4ème bataillon du 141ème RIA

Le 1er octobre 1935 (application de la loi du 29 juin et du décret du 24 juillet), ces unités sont transformés en sept Bataillons Alpins de Forteresse (B.A.F.) numérotés 70 à 76 selon le schéma suivant :

-Le 70ème BAF est formé à partir des 17 et 18ème compagnies du 99ème RIA qui formèrent un temps un 5ème bataillon

-Le 71ème BAF est formé à partir du 4ème bataillon du 99ème RIA

-Le 72ème BAF est formé à partir du 5ème bataillon du 159ème RIA ainsi que de la 18ème compagnie autonome rattachée à ce même régiment

-Le 73ème BAF est formé à partir du 4ème bataillon du 159ème RIA

-Le 74ème BAF est formé à partir du 4ème bataillon du 141ème RIA

-Le 75ème BAF est formé à partir du 4ème bataillon du 3ème RIA

-Le 76ème BAF est formé à partir du 5ème bataillon du 3ème RIA

Ces sept bataillons sont regroupés en trois demi-brigades, la 30ème DBAF (E.M à Modane) regroupant les 70ème et 71ème BAF étant affectée au Secteur Fortifié de Savoie, la 157ème DBAF (E.M à Jausiers) regroupant les 72ème et 73ème BAF étant affectée au Secteur Fortifié du Dauphiné alors que la 58ème DBAF (E.M à Nice) regroupant les 74ème, 75ème et 76ème BAF étant affectée au Secteur Fortifié des Alpes Maritimes.

Chaque bataillon alpin de forteresse (temps de paix) dispose d’un état-major, d’une section de commandement, d’une section hors-rang, d’une section d’éclaireurs skieurs, d’une compagnie d’engins d’accompagnement (CEA) transformée en 1938 en Compagnie d’Equipages d’ouvrage (CEO) et trois compagnies mixtes (fusiliers voltigeurs et mitrailleurs)

Chacune de ces compagnies mixtes dispose d’une section de commandement, de trois sections de fusiliers voltigeurs à trois groupes de combat disposant chacun de deux FM et d’une section de mitrailleuses à deux groupes de deux mitrailleuses et un groupe de combat réduit avec sept hommes et deux fusils-mitrailleurs.

A la mobilisation d’août 1939, cinq nouvelles demi-brigades voient le jour (16ème, 40ème 61ème, 75ème et 230ème DBAF) avec des BAF qui sont créés comme les RIF plus au nord, un BAF du temps de paix donnant naissance à des bataillons de guerre, le 72ème BAF de la 157ème DBAF donnant par exemple naissance à quatre bataillons les 72ème, 82ème, 92ème et 102ème BAF.

Les bataillons d’active

-Le 70ème BAF qui disposait à l’origine d’un état-major et d’une section de commandement de trois compagnies mixtes, d’une compagnie d’engins d’accompagnement, d’une compagnie hors rang et d’une section d’éclaireurs skieurs reçoit ensuite une compagnie d’équipage d’ouvrages et une 4ème compagnie mixte.

Le 70ème BAF mobilise deux bataillons, un 70ème BAF de guerre et le 80ème BAF, ces deux bataillons formant la 16ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (16ème DBAF) chargée de la défense du Secteur Fortifié de la Savoie.

-Le 71ème BAF dispose à sa création d’un état-major et d’une section de commandement de trois compagnies mixtes, d’une compagnie d’engins d’accompagnement, d’une compagnie hors rang et d’une section d’éclaireurs skieurs. Il reçoit par la suite deux compagnies d’équipage d’ouvrages ce qui donne un bataillon organisé en trois compagnies mixtes, deux CEO et une CHR.

A la mobilisation d’août 1939, le bataillon donne naissance à trois nouveaux bataillons, les 71ème, 81ème et 91ème qui forment la 30ème DBAF affectée elle aussi au Secteur Fortifié de Savoie.

-Le 72ème BAF est formé à l’origine par les 17ème et 18ème compagnies autonomes du 159ème RIA qui forme un cinquième bataillon à l’origine du 72ème bataillon alpin de forteresse officiellement créé le 16 octobre 1935.

Formant la 157ème DBAF avec le 73ème BAF, le 72ème dispose peu avant la mobilisation d’août 1939 d’un PC, d’une Compagnies Hors Rang, de quatre compagnies mixtes, d’une compagnie d’équipage d’ouvrages et d’une section d’éclaireurs skieurs.

A la mobilisation, le 72ème bataillon alpin de forteresse cesse d’exister dans son organisation du temps de paix pour crééer les quatre bataillons de la 75ème demi-brigade alpine de forteresse affecté au Secteur Fortifié du Dauphiné.

C’est ainsi que la 1ère compagnie donne naissance au 82ème BAF, la 2ème au 92ème BAF, la 3ème compagnie à un 72ème BAF de guerre et la quatrième compagnie à un 102ème BAF. La SES intègre le 92ème BAF, une nouvelle étant créée au sein du 72ème BAF, la CEO elle étant dissoute.

-Le 73ème BAF à pour origine le 4ème bataillon du 159ème RIA qui devient le 73ème bataillon alpin de forteresse le 16 octobre 1935. Il aligne deux compagnies d’intervalles, deux compagnies d’équipages d’ouvrage et une CHR auxquelles s’ajoute une SES.

A la mobilisation d’août 1939, le 73ème BAF du temps de paix se dédouble en deux nouveaux bataillons destinés à former la 157ème DBAF du temps de guerre, composée des 73ème et 83ème BAF, demi-brigade déployée au sein du Secteur Fortifié du Dauphiné.

-Le 74ème BAF est issu du 4ème bataillon du 141ème RIA créé lui le 10 avril 1934. Ce bataillon devient le 74ème BAF le 16 octobre 1935, bataillon composé de quatre compagnies mixtes, une compagnie d’engins d’accompagnement et une section hors rang qui devient compagnie en 1937.

A la mobilisation de septembre 1939, le 74ème BAF du temps de paix va donner naissance à trois nouveaux bataillons alpins de forteresse, les 74ème, 84ème et 94ème BAF qui vont former la 61ème DBAF affectée au Secteur Fortifié des Alpes Maritimes (SFAM).

-Le 75ème BAF est issu du 4ème bataillon du 3ème RIA créé le 10 avril 1934 et devenu le 75ème Bataillon Alpin de Forteresse (BAF) le 16 octobre 1935. Il comporte trois puis quatre compagnies mixtes, une CEA et une SHR avant de recevoir bientôt une SES.

A la mobilisation, ce bataillon forme trois nouveaux bataillons appelés à former la 40ème DBAF du SFAM. Ainsi la 1ère compagnie est à l’origine du 75ème BAF, la 2ème compagnie donne naissance au 85ème BAF et la 3ème compagnie au 95ème BAF.

-Le 76ème BAF est issu du 5ème bataillon du 3ème RIA créé le 10 avril 1934 et devenu bataillon alpin de forteresse le 16 octobre 1935 avec comme composition interne trois compagnies mixtes, une compagnie d’engins d’accompagnement et une section hors-rang. Ultérieurement, il reçoit une SES et la section hors-rang devient compagnie.

A la mobilisation d’août 1939, le 76ème bataillon alpin de forteresse met sur pied les trois bataillons de la nouvelle 58ème DBAF. La 1ère compagnie met sur pied un 76ème BAF de guerre, la 2ème compagnie le 86ème BAF et la 3ème compagnie le 96ème BAF

Quand éclate la guerre de Pologne, le nombre de demi-brigades alpines de forteresse est passé de trois à huit, chacune de ces demi-brigades alignant un état-major, une section de commandement, une section hors rang, une section d’éclaireurs motocyclistes, une compagnie d’engins équipés de neuf canons de 25mm et trois groupes de mortiers de 81mm) et deux, trois ou quatre bataillons alpins de forteresse.

Le dispositif opérationnel est le suivant :

-Dans le Secteur Défensif du Rhône, il n’existe pas en temps de paix d’unités d’active. La 230ème demi-brigade alpine de forteresse (230ème DBAF) qui regroupe les 179ème et 189ème BAF ainsi que le 199ème BCHM est ainsi formé par les réservistes de la 5ème demi-brigade de chasseurs alpins.

-La 16ème DBAF outre les 70ème et 80ème BAF reçoit le 6ème BCM (Bataillon de Chasseurs de Montagne)

-La 30ème DBAF dispose de trois bataillons alpins de forteresse, les 71ème, 81ème et 91ème BAF

Ces deux demi-brigades assurent la garde du Secteur fortifié de Savoie.

-La 75ème DBAF dispose de quatre bataillons alpins de forteresse, les 72ème, 82ème, 92ème et 102ème BAF

-La 157ème DBAF dispose de deux bataillons alpins de forteresse, les 73ème et 83ème BAF.

Ces deux demi-brigades assure la garde du Secteur Fortifié du Dauphiné.

-La 61ème DBAF dispose des 74ème, 84ème et 94ème BAF

-La 40ème DBAF dispose des 75ème, 85ème et 95ème BAF

-La 58ème DBAF dispose des 76ème, 86ème et 96ème BAF

Ces trois demi-brigades assure la garde du Secteur Fortifié des Alpes Maritimes.

Les bataillons alpins de mobilisation

230ème DBAF

Au milieu des années trente, le plan de mobilisation prévoit d’affecter à la défense du Secteur Défensif du Rhône la 80ème demi-brigade de chasseurs alpins (80ème DBCA). Cette demi-brigade doit disposer de trois bataillons de chasseurs alpins, les 112ème, 113ème et 114ème BCA.

Pour cela un bataillon de disponibles est constitué au sein de la 5ème DBCA à trois compagnies mixtes plus trois sections de disponibles du 99ème RIA, formant à la mobilisation trois bataillons, les 179ème et 189ème BAF ainsi que le 199ème BAF qui devient un BCHM ou Bataillon de Chasseurs de Haute Montagne.

Devenue la 230ème DBAF, l’hypothétique 80ème DBCA dispose d’un état-major, une compagnie de commandement, une compagnie d’engins (CRE) et trois bataillons :

-Le 179ème BAF (qui à l’origine aurait du être le 112ème BCA) dispose d’un PC, d’une compagnie hors rang et de trois compagnies mixtes.

-Le 189ème BAF ( qui à l’origine aurait du être le 114ème BCA) dispose d’un PC, d’une compagnie hors-rang, de quatre compagnies mixtes et deux sections d’éclaireurs skieurs.

-Le 199ème BAF puis BCHM (qui à l’origine aurait du être le 113ème BCA) dispose de trois compagnies mixtes et de quatre SES, cette appellation s’expliquant par la quasi-absence d’ouvrages fortifiés à défendre dans le secteur du Mont Blanc.

16ème DBAF

-Le 70ème BAF de guerre (16ème DBAF) mis sur pied par les 1ère et 3ème compagnies mixtes du 70ème BAF du temps de paix aligne un état-major, une compagnie hors rang, une compagnie hors rang, une compagnie d’équipages d’ouvrage et trois compagnies mixtes.

-Le 80ème BAF est mis sur pied à partir de la 2ème compagnie mixte du 70ème BAF du temps de paix et aligne pour cela un état-major, une compagnie hors-rang, deux compagnies mixtes et une section d’éclaireurs skieurs.

-6ème Bataillon de Mitrailleurs (6ème BM) dispose d’un état-major, d’une compagnie hors rang, de trois compagnies de mitrailleuses, d’une compagnie d’engins et de fusiliers voltigeurs ainsi que d’une SES.

30ème DBAF

-Le 71ème BAF du temps de guerre est formé à la mobilisation avec un noyau actif fourni par la 1ère compagnie du 71ème du temps de paix. Une fois les effectifs complétés, elle aligne un état-major, une compagnie hors rang, une compagnie d’équipage d’ouvrages, une section de mortiers et deux sections d’éclaireurs skieurs.

-Le 81ème BAF est formé à la mobilisation à partir d’un noyau actif fournit par la 2ème compagnie et la 2ème CEO du 71ème BAF. Il dispose au final d’un état-major, d’une compagnie hors-rang, de deux compagnies mixtes et d’une SES.

-Le 91ème BAF est formé à la mobilisation à partir d’un noyau actif fournit par la 3ème compagnie mixte du 71ème BAF. A effectifs complets, ce bataillon aligne un état-major, une compagnie hors-rang, une compagnie mixte, une compagnie d’ouvrage et une section d’éclaireurs skieurs.

75ème DBAF

-Le 72ème BAF de guerre est mis sur pied à la mobilisation à partir de la 3ème compagnie et d’éléments de la CHR qui forment un bataillon composé d’une CHR et de trois compagnies mixtes.

-Le 82ème BAF est mis sur pied à la mobilisation à partir de la 1ère compagnie du 72ème BAF du temps de paix avec deux compagnies mixtes, une compagnie hors rang et une section d’éclaireurs skieurs. Une troisième compagnie mixte sera formée par la suite.

A noter que fût un temps envisagé la formation d’une 52ème DBAF avec ces deux bataillons mais ce projet n’eut pas de suite et les bataillons ci-dessus sont restés sous le commandement de la 75ème demi-brigade alpine de forteresse.

-Le 92ème BAF est mis sur pied à la mobilisation avec un noyau actif fournit par la 2ème compagnie du 72ème BAF du temps de paix. Une fois à l’effectif complet, il comporte deux compagnies mixtes, une compagnie hors-rang et une section d’éclaireurs skieurs. Une 3ème compagnie est formée ultérieurement.

-Le 102ème BAF est mis sur pied à la mobilisation avec un noyau actif fournit par la 4ème compagnie du 72ème BAF du temps de paix, disposant de deux compagnies mixtes et d’une CHR. Une Section d’Éclaireurs Skieurs est également formée ultérieurement.

157ème DBAF

-Le 73ème BAF du temps de guerre est formé à partir d’éléments du 73ème BAF du temps de paix, comprenant un état-major et une section de commandement, une compagnie hors rang, deux compagnies mixtes et une compagnie d’équipages d’ouvrages. Deux SES sont créés ultérieurement.

-Le 83ème BAF est créé à partir des 1ère et 3ème compagnies du 73ème BAF, disposant à l’issue de la démobilisation d’un état-major, une compagnie hors rang, deux compagnies mixtes, deux compagnies d’équipages d’ouvrages et deux sections d’éclaireurs skieurs.

61ème DBAF

-Le 74ème BAF du temps de guerre est formé à la fin du mois d’août 1939 avec un noyau actif fourni par les 1ère et 4ème compagnies mixtes de la version temps de paix du même bataillon. Il compte au final un état-major, une compagnie hors rang, quatre compagnies mixtes et une section d’éclaireurs skieurs.

-Le 84ème BAF du temps de guerre est formé à la fin du mois d’août 1939 avec un noyau actif fournit par le 74ème BAF du temps de paix complété par des réservistes. A effectifs complets, il aligne un état-major, une compagnie hors rang et deux compagnies mixtes auxquelles s’ajoute ultérieurement une CEO et une SES.

-Le 94ème BAF est lui aussi formé à partir du 74ème BAF du temps de paix, disposant d’un état-major, d’une compagnie hors-rang, de deux compagnies mixtes et d’une section d’éclaireurs skieurs.

40ème DBAF

-Le 75ème BAF de guerre est créé à partir de la 1ère compagnie du 75ème BAF du temps de paix, comprennant au total trois compagnies mixtes et une compagnie hors rang. Une section d’éclaireurs skieurs s’ajoute ultérieurement.

-Le 85ème BAF est créé à partir d’un noyau actif fourni par la 2ème compagnie du 75ème BAF, disposant au final d’une compagnie hors rang, de deux compagnies mixtes et d’une section d’éclaireurs skieurs.

-Le 95ème BAF est créé à partir d’un noyau actif fournit par la 3ème compagnie et une partie de la CHR du 75ème BAF du temps de paix. Il aligne au final un état-major, une compagnie hors rang, deux compagnies mixtes et une section d’éclaireurs skieurs.

58ème DBAF

-Le 76ème BAF du temps de guerre est formé à partir de la 1ère compagnie du 76ème BAF du temps de paix. Une fois les réservistes et les frontaliers rappelés, le bataillon aligne un état-major, une compagnie hors-rang, deux compagnies mixtes et une section d’éclaireurs skieurs.

-Le 86ème BAF est formé à partir d’un noyau dur fournit par la 3ème compagnie du 76ème BAF du temps de paix. Une fois à effectifs pleins, il aligne un état-major, une compagnie hors rang, deux compagnies mixtes, trois compagnies d’équipage d’ouvrage et une SES.

-Le 96ème BAF est formé à partir de la 2ème compagnie du 76ème BAF du temps de paix, noyau complété par des réservistes et des frontaliers.

Une fois ses effectifs complétés, le 96ème bataillon alpin de forteresse dispose d’un état-major, d’une compagnie hors rang, de deux compagnies mixtes et d’une section d’éclaireurs skieurs.

Réduire la voilure

Suite à la mobilisation, les sept bataillons alpins de forteresse ont donc donné naissance à vingt bataillons alpins de forteresse. Cette situation ne peut évidement pas rester en état une fois la paix revenue en Europe. Comme dans le Nord-Est, le nombre de BAF va être sensiblement réduit.

Au sein du Secteur Défensif du Rhône, la 230ème DBAF est dissoute et l’unique 179ème BAF est maintenu dans ce secteur pour assurer une présence militaire minimale dans une région moins menacée par la Suisse que par une éventuelle percée allemande par la Confédération Helvétique.

Au sein du Secteur Fortifié de Savoie, seule la 30ème DBAF est maintenue avec les 70ème et 71ème BAF

Au sein du Secteur Fortifié du Dauphiné, seule la 157ème DBAF est maintenue avec les 72ème, 73ème et 83ème BAF, ce dernier bataillon composée à l’origine de réserviste étant pérénnisé pour renforcer le dispositif  opérationnel.

Au sein du Secteur Fortifié des Alpes Maritimes, de neuf, le nombre de BAF est réduit à cinq avec les 74ème, 75ème, 76ème, 84ème et 85ème bataillons alpins de forteresse, les demi-brigades étant dissoutes.

Le nombre de BAF passe donc à onze au lieu de sept avant septembre 1939 ce qui constitue un progrès conséquent. A noter que les 81ème et 91ème BAF dissous en septembre 1940 sont recréés en 1944 mais déployés dans le Jura au sein du SF qui devient à la mobilisation la 108ème Division d’Infanterie de Forteresse (108ème DIF).

Quand le second conflit mondial éclate en septembre 1948, les bataillons alpins de forteresse retrouvent peu ou prou le visage qui était le leur durant la guerre de Pologne :

Dans le Secteur Défensif du Rhône, la 230ème DBAF renait de ses cendres avec ses trois bataillons à savoir les 179ème et 189ème BAF ainsi que le 199ème Bataillon de Chasseurs de Haute Montagne

Dans le Secteur Fortifié de Savoie, on trouve à nouveau deux DBAF, la 16ème DBAF avec trois bataillons d’infanterie (101ème 111ème BAF 6ème BCM) et la 30ème DBAF avec elle aussi trois bataillons d’infanterie (70ème 71ème BAF et 8ème BCM), le 70ème BAF ayant donné naissance au 101ème, le 71ème BAF au 111ème BAF, les 6ème et les 8ème Bataillons de mitrailleurs ayant été créé ex-nihilo.

Dans le Secteur Fortifié du Dauphiné, on trouve à nouveau deux demi-brigade alpines de forteresse, la 75ème demi-brigade étant formé d’un bataillon d’active (ou du moins sa version de guerre), le 72ème BAF qui forme les 82ème et 92ème BAF, la 157ème DBAF étant alors formée d’un bataillon d’active (ou du moins sa version de guerre), le 73ème BAF avec deux bataillons de réserve, le 83ème et le 102ème BAF.

Dans le Secteur Fortifié des Alpes Maritimes (SFAM), on trouve à nouveau trois demi-brigades alpines de forteresse :

-40ème demi-brigade alpine de forteresse (40ème DBAF) avec les 74ème, 75ème et 84ème BAF

-58ème demi-brigade alpine de forteresse (58ème DBAF) avec les 76ème, 86ème et 96ème BAF

-61ème demi-brigade alpine de forteresse (61ème DBAF) avec les 94ème, 95ème et 97ème BAF