Japon (54) Aéronavale (8)

Les avions de l’aéronavale japonaise (7) : transport, entrainement et servitude

Avant-propos

Comme vous le savez les premiers avions étaient de fragiles engins, des constructions improbables de bois et de toile. Leur fragilité était proverbiale (combien de pionniers de l’aviation ont péri !) et leurs capacités, leurs performances tellement limitées qui mis à part le pilote, ces engins plus lourds que l’air étaient bien incapables d’emporter autre chose.

Lire la suite

Japon (53) Aéronavale (7)

Les avions de l’aéronavale japonaise (6) : les hydravions

Avant-propos

Après l’échec de l’utilisation des ballons et autres aérostats en haute-mer, l’avion devint le vecteur privilégié pour l’acquisition du renseignement au delà de l’horizon. Seulement voilà l’avion était un terrien, pas forcément à l’aise au dessus des océans à une époque la fragilité et le manque de fiabilité des avions rendait leur utilisation au dessus des flots déchaînés aléatoire.

Lire la suite

Japon (52) Aéronavale (6)

Les avions de l’aéronavale japonaise (4) : les avions de reconnaissance embarqués

Avant-propos

Si l’avion s’est vite immiscé dans la conduite des opérations navales, c’est parce que les amiraux voulaient voir au delà de l’horizon. Comme le ballon se révéla être une fausse bonne idée, l’avion et son demi-frère l’hydravion furent chargés de balayer le «brouillard de guerre» cher à Clausewitz.

Lire la suite

Japon (51) Aéronavale (5)

Les avions de l’aéronavale japonaise (3) : les avions torpilleurs

Avant-propos

L’invention au milieu du XIXème siècle de la torpille automobile bouleversa les conditions de la guerre navale en permettant sur le papier à un navire bien plus petit de détruire un navire beaucoup plus gros.

Lire la suite

Japon (50) Aéronavale (4)

Les avions de l’aéronavale japonaise (2) : les bombardiers en piqué

Avant propos

Comme nous l’avons vu à plusieurs reprises, les premiers avions avait pour vocation de renseigner le commandement sur les mouvements de l’ennemi, la reconnaissance, l’observation et le réglage des tirs d’artillerie.

Lire la suite

Japon (49) Aéronavale (3)

Mitsubishi J2M Raiden

Mitsubishi J2M 4.jpg

Mitsubishi J2M Raiden testés après guerre par la Grande-Bretagne

Comme nous l’avons déjà vu, l’aéronavale japonaise dispose aussi bien d’unités de chasse embarquées que d’unités de chasse basées à terre pour défendre les bases mais surtout pour accompagner les bombardiers G3M et G4M.

Lire la suite

Japon (48) Aéronavale (2)

Les avions de l’aéronavale japonaise (1) : les chasseurs

Avant-propos

Quand la première guerre mondiale éclate, les rares avions en service sont destinés à l’observation et au réglage des tirs d’artillerie. Ces fragiles «plus lourds que l’air» n’étaient pas armés même si les pilotes et les observateurs emportaient une carabine juste au cas ou…… .

Lire la suite

Japon (19) Cuirassés et croiseurs de bataille (3)

Cuirassés classe Fuso

Fuso (1915) 5.jpg

Genèse

A la différence de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne ou même des Etats-Unis mais comme la France, le Japon passa rapidement du dreadnought ou superdreadnought. Après une seule et unique classe de navires comparable au HMS Dreadnought, la Nihon Kaigun passa à l’équivalent du HMS Orion, le premier superdreadnought de l’histoire avec ses dix canons de 343mm.

Lire la suite

Japon (35) Destroyers (5)

Destroyers classe Akitzuki

DD Akitzuki 17051942

Un destroyer de classe Akitzuki

Avant-propos

En 1903, les frères Wright font voler le premier avion du côté de Kitty Hawk en Caroline du Nord, faisant entrer le monda dans une nouvelle ère. Très vite l’avion et son cousin l’hydravion vont intéresser les militaires qui y voient d’abord un outil d’observation, de reconnaissance et de réglage des tirs de l’artillerie avant d’imaginer un usage nettement plus offensif, le bombardement et la chasse.

Lire la suite

Japon (37) Sous-Marins (2)

Sous-marins type Kaidai

Avant-propos

Les sous-marins de type Kaidai sont des sous-marins de 1ère classe, correspondant grosso modo à nos «1500 tonnes». Très inspirés des U-Boot du premier conflit mondial, les «KD» sont en septembre 1939 au nombre de trente-cinq, formant non pas une classe homogène mais une classe hétérogène.

Lire la suite