Italie (59) Regio Esercito (9)

Mais pardi que deviennent Alpini et Bersaglieri ?

Comme je me suis focalisé sur les troupes alpines et les «chasseurs à pieds» comme fil rouge de l’évolution du Regio Esercito Italiano il est temps de montrer leur évolution après le premier conflit mondial.

Alpini WWI 2.JPG

Tenue des Alpini

A l’origine les Alpini devaient servir sur place à la fois comme troupes territoriales (dans le sens de tenir le terrain) mais également de troupes d’intervention (défense active et même offensive).

Lire la suite

Publicités

Allemagne (66) Armée de terre (23)

Fortifications

Westwall (Ligne Siegfried)

Carte du Westwall appelée Ligne Siegfried par les alliés

Carte du Westwall appelée Ligne Siegfried par les alliés

L’un des objectifs majeurs des vainqueurs du premier conflit mondial était d’empêcher l’Allemagne de provoquer un nouveau conflit.

Outre la limitation des effectifs et de l’équipement, une partie du territoire allemand en l’occurrence la Rhénanie, la fameuse “rive gauche du Rhin” était démilitarisé, mesure interdisant le stationnement temporaire et permanent de troupes allemandes et bien entendu l’interdiction de toute fortification.

En mars 1936, l’Allemagne fait pénétrer 3000 hommes légèrement armés en Rhénanie en violation du traité de Versailles sans réaction des français et des anglais au grand soulagement des généraux allemands.

Une fois la Rhénanie remilitarisé, se pose la question de sa défense contre une attaque franco-britannique.

Des projets sont lancés dès 1934 et des travaux sont même entamés mais ces premières tentatives ne sont pas menées à bien.

De nouveaux travaux sont menés officiellement à partir de 1938 (en réalité deux ans plus tôt) mais ces premières constructions sont vulnérables à l’artillerie ennemie.

Ce n’est qu’en 1937 qu’un programme plus cohérent est lancé, le Pionier-Program qui dessine une ligne continue de blockhaus, de fossés antichars, de réseaux barbelés de la frontière suisse jusqu’au Luxembourg. En 1938, la frontière belge et la frontière néerlandaise sont également couvertes.

A l’automne 1938, le “Limes-Program” succède au “Pionier-Program” pour obtenir un dispositif de protection cohérent.

Ce dispositif est considéré comme achevé en septembre 1939 après l’exécution des programmes « Aachen-Saar » et « Bruggen-Kleve« . Elle couvre la frontière allemande de Kleve sur la frontière germano-néerlandaise à Weil am Rhein sur la frontière entre la Confédération Helvétique et l’Allemagne.

Il se compose de 18000 ouvrages, de dents de dragons antichars. Pour accélérer les travaux, des modèles standardisés (Regelbau) sont dessinés qu’il s’agisse des blockhaus ou des obstacles antichars. Il existe cependant des différences entre les différentes du programme ayant présidé à la naissance du « Mur de l’Ouest ».

Les premiers ouvrages construits dans le cadre du Pioneering Program étaient des petites constructions avec une épaisseur de 50cm, les parois étant percées de trois embrasures orientées en direction de l’ennemi, les ouvrages les plus exposés ayant également des cloches d’observation et de tir.

Bunker type 10

Bunker type 10

Dans le cadre du Limes Programm, des ouvrages plus puissants sont construits. L’épaisseur des parois passe à 1.5m. 3471 Bunkers Type 10 sont construits sur les 630km. L’armement permet une couverture tous azimut.

Les ouvrages du Aachen-Saar Program sont similaires à ceux du précédents mais l’épaisseur des murs passe à 3.5m et les embrasures sont installées sur les côtés et non sur la face avant de l’ouvrage même si comme souvent dans la fortification il y à des exceptions. Ce programme planifie aussi la protection des villes de Sarrebruck et d’Aix-la-Chapelle, ville qui à l’origine étaient à l’ouest du tracé retenu.

A ces lignes de fortification s’ajoute des positions antiaériens, une zone occidentale de défense aérienne ou dans la langue de Goethe Luftverteidigungszone West (LVZ West). Elle se compose de positions antiaériennes fixes et de nids de mitrailleuse pour protéger les batteries contre un assaut terrestre.

Le programme « Bruggen-Kleve » voit la ligne Siegfried ou Westwall être prolongée vers le nord, le long de la frontière germano-néerlandaise. Les ouvrages sont similaires à celles du programme précédent.

La protection contre les chars est assurée par des obstacles appelés « dents de dragon » mais également par des hérissons, un assemblage de morceaux de métal dont la paternité doit être attribuée aux tchèques. Des inondations défensives sont également construites.

Si la propagande allemande à fait du Westwall le pendant oriental de notre Muraille de France, la réalité est différente. La ligne Siegfried est nettement moins solide et son rôle est différent.

Alors que la Ligne Maginot doit empêcher l’ennemi de percer notre frontière nord-est, la ligne Siegfried n’est vu que comme une ligne provisoire.

Un signe ne trompe pas, à la différence de la ligne Maginot, la ligne Siegfried ne dispose de troupes affectées en permanence. Point d’infanterie de forteresse au sein de la Heer, les ouvrages devant être occupées par des divisions d’infanterie classiques ce qui impose un certain délai.

La guerre de Pologne s’achevant rapidement sans attaque à l’ouest, le Westwall censé être provisoire devient une fortification semi-permanente.

La création d’unités de forteresse est semble-t-il étudié sérieusement par les généraux allemands mais au final on préfère affecter des compagnies d’infanterie des divisions déployées dans la région, une compagnie par régiment se spécialisant dans le combat sous béton. Autant dire des amateurs face à l’infanterie de forteresse française.

Sur le plan technique, les ouvrages sont comparables à des P.O français ou à des blockhaus type CEZF avec des créneaux de tir, des cloches d’observation, des cloches à mitrailleuses, des cloches à mortier et même des lance-flammes.

Il n’existe pas d’ouvrages d’artillerie capable de prendre à partie l’ennemi avant qu’il n’arrive à portée de tir.

Durant la Pax Armada, quelques travaux sont menés, des ouvrages supplémentaires sont construits avec un armement antichar (canon de 50mm) associé à des mitrailleuses. Des emplacements pour de l’artillerie sont également construits mais en dépit de ces efforts le Westwall semble bien incapable de s’opposer à une offensive franco-britannique décidée.

Ostwall et Neue Ostwall

Cloches blindées du Ostwall

Cloches blindées du Ostwall

Si l’Allemagne à interdiction absolue de fortifier sa frontière occidentale, elle à l’autorisation de protéger sa nouvelle frontière orientale en établissant une ligne d’ouvrage fortifié la protégeant d’une hypothétique attaque de la Pologne qui renait après plus d’un siècle de disparition.

Les études sont lancées en 1927, les travaux commençant en 1932 et s’achevant en 1938. Cette ligne couvre l’espace compris entre l’Oder et la Warthe, un espace de 150km d’où le nom de Festungfront Oder-Warthe-Bogen qui lui est aussi attribué.

A la différence du Westwall, le Ostwall est une ligne fortifiée comparable à la Ligne Maginot avec une centaine d’ouvrages s’appuyant sur le relief, les rivières et les marécages. Ces ouvrages disposent de coupoles blindées abritant de l’artillerie, des casemates pour de l’artillerie antichar, des mitrailleuses et des lance-flammes fixes. Les ouvrages sont reliés entre-eux par des tunnels où circulent un chemin de fer permettant de transporter rapidement hommes, munitions et matériels.

Il est prolongé au nord par le Pommernwall ou mur de Poméranie construit entre 1930 et 1935. La construction est plus légère que le Ostwall et se rapproche du Westwall même si les ouvrages sont équipés de créneaux mitrailleuses, de casemates antichars, de mortiers, d’observatoires pour l’artillerie, d’abris pour l’infanterie.

La conquête de la Pologne et le partage du pays avec l’URSS rend « obsolète » le Ostwall. Le pacte germano-soviétique rendant hypothétique un conflit entre Berlin et Moscou (du moins à court terme), la nouvelle frontière n’est pas couverte pas une fortification.

La dénonciation de ce pacte en mars 1945 change la donne. Un Neue Ostwall (nouveau mur de l’est) est réalisé le long de la nouvelle frontière entre l’Allemagne et l’URSS.

La Prusse Orientale étant protégée par d’anciennes forteresses, priorité est donnée à la défense du gouvernement général dont la frontière est protégé par des barbelés, des champs de mines et des ouvrages comparables non pas à ceux du Ostwall mais plutôt à ceux du Westwall.

Il s’agit là bien davantage d’une ligne de contrôle que d’une fortification imprenable. L’objectif est d’éviter une attaque surprise de l’armée rouge que d ’empêcher une invasion du gouvernement général.

Les ouvrages sont armés d’un ou deux créneaux de mitrailleuse, d’une coupole d’observation et pour certains soit d’un canon antichar de 50mm ou d’un mortier de 8cm.

Manquant de profondeur, cette position n’aurait pas opposé de grande résistance à une attaque décidée. Cette attaque ne se produisant pas lors du déclenchement de Weserubung, des travaux de renforcement sont menés au printemps 1949 pour lui donner de la profondeur et ainsi rendre la tache de l’ennemi plus complexe.

23-Armée de terre Ligne Maginot (31)

Secteur Fortifié de Haguenau

Comme souvent sur la Ligne Maginot, le Secteur Fortifié d’Haguenau à une double nature, c’est un véritable Janus avec une aile ouest puissante et une aile est qui l’est nettement moins.

Ainsi jusqu’à l’ouvrage du Schoenenbourg, on trouve parmi les ouvrages les plus puissants de la «Muraille de France» alors que passé cet ouvrage, le terrain moins tourmenté et un sol peu propice au creusement des galeries fait qu’on ne trouve jusqu’au Rhin que des casemates d’infanterie.

Le tracé initial qui prévoyait le raccordement au Rhin à hauteur de Mothern est modifié dès 1927 pour éviter la formation d’un saillant ennemi, le raccordementse se faisant finalement à quinze kilomètres plus au sud au niveau de Fort Louis.

Durant la guerre de Pologne, ce secteur dispose de quatre régiments d’infanterie de forteresse auquel dépend un sous-secteur. Le sous-secteur de Pechelbronn est gardé par le 22ème RIF, le sous-secteur d’Hoffen est gardé par le 79ème RIF, le sous-secteur de Soufflenhein est défendu par le 23ème RIF alors que le sous-secteur de Sessenheim est gardé par le 68ème RIF

A l’issue de la démobilisation, seuls les 23ème et 68ème RIF sont maintenus en ligne, le premier assurant la garde du secteur occupé par le 79ème RIF alors que le 68ème assure la garde du secteur occupé précédement par le 22ème RIF. La 6ème compagnie du 400ème régiment de pionniers participe aussi à l’entretien et à la garde des ouvrages.

Sous-secteur de Pechelbronn

Ce sous-secteur sous l’autorité du 22ème régiment d’infanterie de forteresse dispose des ouvrages suivants d’ouest en est :

Cloche GFM en position

Cloche GFM en position

-Une casemate double disposant de deux créneaux JM/AC 37, deux créneaux JM et deux cloches GFM

Ouvrage du Hochwald avec des créneaux pour canons de 75mm

Ouvrage du Hochwald avec des créneaux pour canons de 75mm

-L’ouvrage du Hochwald est l’un des plus puissants ouvrage de la Ligne puisqu’il s’agit d’un Ouvrage d’artillerie à onze blocs, neuf casemates et trois entrées. Il se compose d’un ouvrage ouest et d’un ouvrage est relié par un fossé antichar défendu par des casemates avec des installations annexes en arrière.

-L’ouvrage ouest dispose d’une casemate d’artillerie flanquant vers l’ouest avec deux canons de 75mm modèle 1929, une cloche GFM, une cloche obs./VDP; une casemate mixte flanquant vers l’ouest avec un créneau de 135, un créneau JM/AC 47, un créneau JM, deux cloches GFM et une cloche LG; le bloc 14 est armé d’une tourelle de 135, une cloche GFM et une cloche obs./VDP; le bloc 15 dispose d’une tourelle de mitrailleuses et d’une cloche GFM et enfin le bloc 16 ou coffre double de contrescarpe qui dispose de deux matériels de 75mm modèle 1932R, deux créneaux JM, deux créneaux de mortiers de 50mm et deux cloches GFM.

 

Canon antichar de 47mm en position. Le canon est mobile, pouvant être remplacé si nécessaire par un JM

Canon antichar de 47mm en position. Le canon est mobile, pouvant être remplacé si nécessaire par un JM

-Le Fossé antichar est defendu par neuf casemates avec deux casemates simples flanquant vers l’ouest (n°1 à 3) disposant d’un créneau JM/AC 47, d’un créneau JM et d’une cloche GFM (n°1), de deux créneaux JM, d’une cloche M et d’une cloche GFM (n°2), de quatre créneaux JM sur deux étages et une cloche GFM (n°3), cinq casemates simples flanquant vers l’est (5 à 9) disposant de deux créneaux JM, d’une cloche M et d’une cloche GFM (n°5 et 7), de quatre créneaux JM sur deux niveaux et une cloche GFM (n°6), ‘un créneau JM/AC 47, un créneau JM, une cloche M et une cloche GFM (n°9) et deux créneaux JM associés à deux cloches GFM (n°8). On trouve également une casemate double (n°4) armé de quatre créneaux JM, deux cloches M et une cloche GFM.

-L’ouvrage est dispose d’une casemate d’artillerie flanquant vers l’est ou bloc 1 disposant d’une tourelle de 135, un créneau de 135, une cloche GFM et une cloche obs./VDP, un bloc 2 disposant d’une tourelle de 81mm, d’une cloche M et d’une cloche GFM, un coffre double de contrescarpe ou bloc 3 disposant de deux matériels de 75 modèle 1932R, deux créneaux JM, deux créneaux mortiers de 50 et deux cloches GFM, un bloc 5 armé d’une tourelle de mitrailleuses, une casemate d’artillerie flanquant vers l’est ou bloc 6 disposant de trois matériels de 75 modèle 1929, une cloche M et une cloche GFM et un bloc 7bis disposant d’une tourelle de 75mm modèle 1933 ainsi qu’une cloche GFM.

-L’Entrée des Hommes Est ou Bloc 7 est une entrée en puits défendue par deux créneaux JM/AC 47 et deux cloches GFM, l’Entrée des Hommes Ouest ou Bloc 9 est une entrée en puits défendue par un créneau JM/AC 47, une cloche GFM et une cloche LG alors que l’Entrée des munitions ou bloc 8 est une entrée type A de plain pied est défendue par deux affûts JM/AC 47 et deux cloches GFM.

-On trouve également un observatoire ou bloc 20 disposant d’une cloche obs./VDP et d’une cloche GFM ainsi qu’un réduit inachevé.

Abri-caverne de la Ligne Maginot

Abri-caverne de la Ligne Maginot

-Entre le Hochwald et le Schoenenburg, on trouve successivement deux abri-caverne pour deux sections défendu par deux cloches GFM, une casemate simple flanquant vers le nord relié par une galerie souterraine à une casemate simple flanquant vers le sud, les deux casemates disposant d’un créneau JM/AC 37, d’un créneau JM et d’une cloche GFM, d’une casemate double disposant de deux créneaux JM/AC 37, de 2 créneaux JM et d’une cloche GFM relié par une galerie soutteraine par une casemate simple flanquant vers le sud disposant d’un créneau JM/AC 37, d’un créneau JM et d’une cloche GFM.

Entrée des Munitions (EM) de l'ouvrage du Schoenenbourg

Entrée des Munitions (EM) de l’ouvrage du Schoenenbourg

-Le Schoenenbourg est un ouvrage d’artillerie à six blocs et deux entrées. Le Bloc 1 est une casemate d’infanterie flanquant vers l’ouest avec un créneau JM/AC 47, un créneau JM et une cloche GFM, le bloc 2 dispose d’une tourelle de mitrailleuses et une cloche GFM, le bloc 3 dispose d’une tourelle de 75mm modèle 1932R et une cloche GFM, le bloc 4 dispose d’une tourelle de 75mm modèle 1932R, d’une cloche GFM et une cloche obs./VDP, le bloc 5 dispose d’une tourelle de 81mm, d’une cloche GFM, d’une cloche LG, le bloc 6 est une casemate d’infanterie flanquant vers l’est disposant d’un créneau JM/AC 47, d’un créneau JM et d’une cloche GFM.

L’Entrée des Hommes ou Bloc 8 en puits dispose d’un créneau JM/AC 47, une cloche GFM et d’une cloche LG alors que l’Entrée des Munitions ou Bloc 7 de type B en puits dispose d’un créneau JM/AC 47 et de deux cloches GFM.

-On trouve également un abri caverne défendu par deux cloches GFM, un abri de surface pour une section défendu par deux cloches GFM, une casemate simple flanquant vers l’est avec un créneau JM/AC 37, d’un créneau JM et une cloche GFM et enfin une casemate simple flanquant vers l’ouest équipée du même armement.
Sous-secteur d’Hoffen

Ce sous-secteur est défendu par le 79ème RIF puis à partir de la démobilisation par le 22ème RIF qui prend sous son aile des équipes de gardiennage assurant l’entretien des ouvrages et pouvant les armer en cas d’urgence.

Ce secteur dispose d’ouest en est les ouvrages suivants :

-Une casemate double disposant de deux créneaux JM/AC 37, deux créneaux JM et deux cloches GFM

-Un observatoire disposant d’une cloche obs./VDP et d’une cloche GFM

-Deux casemates simples flanquant vers l’ouest disposant d’un créneau JM/AC 47, d’un créneau JM, d’une cloche M (pour le premier) et d’une cloche GFM et une casemate simple flanquant vers l’est avec un créneau JM/AC 47, un créneau JM et une cloche GFM.

Dans l'ouvrage du Sentzich, un créneau AC 37 et un créneau JM.

Dans l’ouvrage du Sentzich, un créneau AC 37 et un créneau JM.

-Deux abris, un abri de surface pour une section et un autre pour deux sections défendus par deux cloches GFM

-Un casemate simple flanquant vers l’ouest disposant d’un créneau JM/AC 47, d’un créneau JM, d’une cloche M, d’une cloche GFM et deux créneaux pour mortiers de 81mm.

-Deux casemates simples flanquant vers l’est disposant pour le premier d’un créneau JM/AC 47, un créneau JM, une cloche GFM, une cloche M et un cloche obs/VDP alors que le second dispose d’un créneau JM/AC 47, un créneau JM, une cloche M et une cloche GFM.

-Une casemate simple flanquant vers l’ouest avec un créneau JM/AC 47, un créneau JM, une cloche M, une cloche GFM et une cloche LG.

-Deux casemates doubles disposant tous de deux créneaux JM/AC 47, de deux créneaux JM, d’une cloche M, de deux cloches GFM et pour le premier d’une cloche obs/VDP.

-Deux casemates doubles disposant pour le premier de deux créneaux JM/AC 37, d’un créneau JM et d’une cloche GFM alors que le second disposait de deux créneaux JM/AC 37, deux créneaux JM et deux cloches GFM

-Un observatoire disposant d’une cloche obs./VDP et une cloche GFM

Sous-secteur de Soufflenheim

Ce sous-secteur est défendu par le 23ème RIF puis à partir de septembre 1940 de la mobilisation par le 68ème RIF qui prend sous son aile la compagnie de gardiennage chargée de l’entretien et capable d’armer en urgence quelques ouvrages notamment cas d’attaque allemande surprise. Ce sous-secteur dispose des ouvrages suivants :

-Un casemate simple flanquant vers le nord armée d’un créneau JM/AC 47, un créneau JM, une cloche GFM et une cloche M.

-Un casemate simple flanquant vers le sud armée d’un créneau JM/AC 47, un créneau JM, une cloche GFM et une cloche M

-Une casemate double armée de deux créneaux JM/AC 37, deux créneaux JM et deux cloches GFM

-Un abri de surface pour deux sections et PC de compagnie défendu par deux cloche GFM

-Successivement, une casemate simple flanquant vers le sud, une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud et une casemate simple flanquant vers le nord avec un créneau JM/AC 37, un créneau JM et une cloche GFM.

-Une casemate simple flanquant vers le nord avec deux créneaux JM et un AC 37 adaptable aux deux créneaux + 2 cloches GFM.

-Successivement une casemate simple flanquant vers le sud, une casemate simple flanquant vers le nord et une casemate simple flanquant vers le sud chacune armée d’un créneau JM/AC 37, d’un créneau JM et d’une cloche GFM.

-Trois abris : un abri de surface pour trois sections + PC, un abri de surface pour deux sections + PC et un abri pour une section + PC tous défendus par deux cloches GFM.

-Une casemate simple flanquant vers l’est armée d’un créneau JM/AC 47, d’un créneau JM, d’une cloche M et d’une cloche GFM

-Un abri de surface pour une compagnie + PC avec une cloche GFM

-Une casemate double disposant de deux créneaux JM/AC 37, de deux créneaux JM et deux cloches GFM

-Une casemate simple flanquant vers le nord armée d’un créneau JM/AC 37, d’un créneau JM, d’une cloche M et d’une cloche GFM.

-Un abri de surface pour deux sections + PC de compagnie défendu par deux cloches GFM.

Sous-secteur de Sessenheim (68ème RIF)

-Une casemate simple flanquant vers le sud relié à la casemate mentionnée plus haut par une galerie et disposant d’un créneau JM/AC 37, d’un créneau JM, d’une cloche M et d’une cloche GFM .

-On trouve également deux casemates simples flanquant vers le nord armées chacune d’un créneau JM/AC 37, d’un créneau JM, d’une cloche M et de deux cloches GFM.

Autres défenses du secteur fortifié d’Haguenau

-La Ligne du Rhin est défendue du nord au sud par une casemate double type M2F (deux créneaux JM/13.2, deux créneaux JM et une cloche GFM), deux abris, trois nouvelles casemate double type M2F, une casemate double équipée de deux créneaux JM/AC 47, deux créneaux JM, une cloche M et deux cloche GFM, deux casemate double type M2F et un abri type A Cl défendu par une cloche GFM.

-Une ligne d’avant-postes est réalisée de Climbach à Niederroeden

-Durant la guerre de Pologne est réalisée une deuxième position entre Losbann et Rittershoffen sous l’autorité de la CEZF avec un total de onze blockhaus type STG répartis entre cinq casemates flanquant à droite et six flanquant à gauche
-Sont également construites des maisons fortes au nombre de dix-sept.

Blockhaus type STG (Service Technique du Génie)

Blockhaus type STG (Service Technique du Génie)

22-Armée de terre : armement et matériel (78) ordre de bataille (12)

Groupe d’Armées n°2

Le Groupe d'Armées n°2 est chargée de garder la frontière franco-allemande

Le Groupe d’Armées n°2 est chargée de garder la frontière franco-allemande

Préambule

Quand éclate la guerre de Pologne, le Groupe d’Armées n°2 couvre la frontière est franco-luxembourgeoise et surtout franco-allemande de Longuyon à Selestat.

Cette frontière, voie naturelle des invasions depuis le Vème siècle et les invasions barbares est solidement protégée par la Ligne Maginot.

Cette «Muraille de France» véritable chef d’œuvre de technicité est destinée à protéger la France d’une attaque surprise de l’Allemagne, une attaque improbable avant 1930 mais qui redevient possible avec le rétablissement du service militaire en 1935 suivit l’année suivante de la remilitarisation de la Rhénanie à laquelle la France ne répond que par un discours grandiloquent («Nous ne laisserons pas Strasbourg sous le feu des canons allemands» dixit le président du conseil Albert Sarrault) mais sans acte concret.

Ce groupe d’armées dispose de trois armées, les 3ème, 4ème et 5ème armée soit quarante divisions, un nombre important alors que la ligne Maginot est censée économiser des hommes en les remplaçant par du béton. Au lieu de cela, la muraille de France devient une véritable éponge, absorbant toujours plus de troupes.

Le général Villeneuve rétablit un certain équilibre car après la mobilisation de septembre 1948, seules vingt-huit divisions sont déployées sur la frontière est entre Longuyon et la lac Léman (dont quatre divisions britanniques) sur des secteurs plus importants qu’en septembre 1939 :

-La 3ème armée couvre un secteur Longuyon-Sarreguemines

-La 4ème armée couvre le secteur Sarreguemines-Selestat

-La 6ème armée doit défendre un secteur Colmar-Territoire de Belfort

-La 8ème armée couvre un secteur Montbéliard-Lac Leman plus comme réserve stratégique     et comme soutien pour la Suisse contre une potentielle attaque allemande qu’autre chose.

Outre ces quatre armées et douze corps d’armées, le Groupe d’Armées n°2 peut compter sur le soutien des troupes de forteresse présentes en nombre ainsi que du 3ème Corps de Cavalerie et ses 2ème, 4ème et 8ème DLM sans oublier l’intervention possible du 2ème CAC avec les 2ème, 4ème et 6ème Division Cuirassées.

3ème Armée

Dans le dispositif imaginé par le général Villeneuve en mars 1942, la 3ème armée occupe un long secteur de près de 150km entre Longuyon et Sarreguemines, s’appuyant sur les fortifications Maginot du Secteur Fortifié de Crusnes, le Secteur Fortifié de Thionville, le Secteur Fortifié du Boulay, le Secteur Fortifié de Faulquemont et le Secteur Fortifié de la Sarre.

Le 7ème CA couvre les secteurs de Crusnes et de Thionville, le 23ème CA couvre le secteur Fortifié du Boulay, le 4th British Corps couvre le Secteur Fortifié de Faulquemont et le 24ème Corps couvre le Secteur Fortifié de la Sarre.

La mission première de cette armée est d’assurer la défense de la frontière en empêchant l’ennemi de gêner la manoeuvre Dyle-Breda en pénétrant par le Luxembourg puis de là dans les Ardennes et en phase offensive de pénétrer dans le territoire allemand en passant par le Luxembourg et d’occuper la Sarre et de lotir la Moselle.

Pour cela, elle dispose de trois corps d’armée à deux divisions (7ème, 23ème et 24ème) plus un corps d’armée britannique à deux divisions (Le IVth  British Corps, les trois premiers corps d’armée engerbant les 12 divisions britanniques présentes au sein du GA1).

Comme les armées du GA n°1, la 3ème armée dispose de moyens de soutien et de combat qui lui sont propres :

-Quatre régiments de pionniers, les 403ème, 413ème, 423ème et 432ème régiments

char léger modèle 1935 M.39 dit Hotchkis H-39

char léger modèle 1935 M.39 dit Hotchkis H-39

-Un groupement de bataillons de chars, le groupement n°503 qui aligne le 3ème BCC (45 Renault R-35 modernisés), le 13ème BCC (45 Hotchkiss H-39), le 21ème BCC (45 AMX-44) et le 36ème BCC (45 AMX-44), ces deux derniers bataillons étant des bataillons de mobilisation.

Sur ces deux derniers, seul le 21ème BCC dispose à la mobilisation de son chiffre plein de 45 AMX-44 mais le 36ème BCC ne dispose que de Renault R-35 en attendant la disponibilité du char prévu.

On trouve le 3ème Groupement Antiaérien de Campagne (3ème GAAC) disposant d’un état-major, d’une batterie hors rang et de quatre batteries, deux batteries équipées de canons de 75mm et deux batteries équipées de canons de 37mm Schneider, canons remorqués par des véhicules tout-terrains Laffly.

-Dans le domaine du soutien, on trouve des unités dépendant de l’artillerie (parc de réparations d’artillerie n°3, parc de réparation des équipages et des ferrures n°3, le parc de réparation automobile n°3, le parc d’essence et ingrédients d’armée n°3 et le parc de munitions d’armée n°3).

-Le génie aligne diverses unités de sapeurs mineurs et de sapeurs routiers, une compagnie d’électro-mécaniciens et un parc de génie d’armée.

-En ce qui concerne les transmissions, on trouve le 803ème bataillon de sapeurs télégraphistes d’armée, le 818ème parc de transmissions d’armée et diverses unités associées.

-Le train soutien la deuxième armée avec sept compagnies hippomobiles et six compagnies automobiles dont deux sanitaires ainsi qu’une compagnie citerne.

-L’intendance, le service de santé, le service vétérinaire, le service des remontes dispose également d’unités intervenant en soutien de la 3ème Armée.

-La gendarmerie déploie pour maintenir l’ordre sur l’arrière et gérer les prisonniers un commandement de la gendarmerie et forces prévôtales de la 3ème armée.

Comme les autres armées, la 3ème armée dispose d’un groupement d’aviation (GRAVIA-IIIA) ainsi que de plusieurs GAO (Groupes Aériens d’Observation).

Le Groupement d’Aviation de la 3ème Armée (GRAVIA-IIIA) dispose des moyens suivants :

Curtiss H-81

Curtiss H-81

-5ème Escadre de Chasse (5ème EC) équipée de Curtiss H-81 et de Bréguet Br700C2 stationnée sur la base aérienne de Metz-Frescaty.

-7ème Escadre de Chasse (7ème EC) équipée de Dewoitine D-520 et de Bréguet Br700C2 stationnée sur la base aérienne de Toul.

Ces deux escadres représentent un total de 216 chasseurs répartis entre 162 monomoteurs et 54 bimoteurs.

-Un groupe de bombardement en piqué, le GBA III/40 stationné à Chamblay avec pour équipement le Loire-Nieuport LN-430

-Un groupe de bombardement d’assaut, le GBA III/51 équipé de Bréguet Br695 et lui aussi stationné à Chamblay.

Bombardier moyen Amiot 351

Bombardier moyen quadriplace  Amiot 351

-Deux groupes de bombardement moyen stationnés à Saint-Dizier, les GB II/34 et GB III/34 équipés d’Amiot 351.

-Un groupe de reconnaissance tactique, le GR I/33 équipé de Bloch MB-175  qui décolle depuis la base de Châtel-Cléhery en compagnie du GAO-507.

Le GRAVIA III-A dispose de 216 chasseurs, 27 bombardiers en piqué,27 avions d’assaut, 54 bombardiers moyens et 36 avions de reconnaissance soit 360 appareils.

A ce total appréciable s’ajoute les trois Groupes Aériens d’Observation (GAO) :

-Le GAO-507 déployé depuis la base aérienne de Châtem-Cléhery dispose pour éclairer le 7ème Corps d’Armée de huit Bloch MB-175, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

-Le GAO-523 qui opère depuis la base aérienne de Mars-la-Tour dispose pour éclairer le 23ème CA ou Corps d’Armée Colonial dispose de  huit Bloch MB-175, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

Le GAO-524 qui opère depuis la base aérienne de Velaine en Haye près de Nancy éclaire le 24ème CA avec huit Bloch MB-176 de reconnaissance armée, douze Dewoitine D-720 de coopération et quinze ANF-Les Mureaux ANF-123 d’observation et de réglage de tir.

Le total d’appareils disponibles pour le GRAVIA III-A est de 465 appareils (216 chasseurs, 108 bombardiers et avions d’assaut, 141 avions de reconnaissance et d’observation).

21-Armée de terre (65)

Les régiments d’artillerie de la Ligne Maginot (1) : les RARF/RAMF

Préambule

La mise en place de la «Muraille de France» plus connue sous le nom de la Ligne Maginot entraine un changement sensible dans l’armée française avec la création de l’infanterie de forteresse. Il faut aussi armer les ouvrages et garder les intervalles. On décide de créer une artillerie de forteresse aussi spécialisée que l’est l’infanterie de forteresse.

Le 15 avril 1933, dans la Région Fortifiée de Metz, le 39ème RARF voit le jour avec deux groupes de 75mm et un groupe de 155C en compagnie de deux régiments d’artillerie de position, les 151ème et 163ème RAP.

Le même jour, dans la Région Fortifiée du Lauter, est mis sur pied le 155ème RAP qui fournit trois groupements de position, deux groupes de 75mm et un groupe de 155C.

Si aucune unité n’est prévue pour le Rhin, au niveau des Alpes, il est prévu deux régiments d’artillerie de position, le 154ème RAP de Grenoble et le 157ème RAP de Nice.

Le 1er septembre 1935, le groupement automobile du 155ème RAP devient le 59ème RARF à Sarrebourg et un an plus tard, le 39ème RARF se dédouble pour former le 46ème RARF.

Le paysage de l’artillerie de forteresse ne cessait d’évoluer en fonction de l’extention et de l’évolution de la Ligne Maginot. En 1935, le 5ème groupe du 151ème RAP s’installe à Stenay dans le Secteur Fortifié de Montmedy tandis que le 4ème groupe s’installe à Belfort, reprennant les traditions du 188ème RALT.

En 1936, le 5ème groupe créé le 1er juin s’établit à Morhange pour fournir l’artillerie au Secteur Défensif de la Sarre dépourvu d’ouvrages d’artillerie. En 1937, le 15ème RAD de Douai créé un groupe de position (7ème groupe) alors qu’un second groupe du 155ème RAP s’installe à Strasbourg au sein du Secteur Fortifié du Bas-Rhin.

Toujours en 1937, de nouveaux régiments d’artillerie de position sont mis sur pied comme le 166ème RAP créé à partir du 5ème groupe du 155ème RAP et d’éléments du 59ème RARF, ce régiment assurant notamment l’artillerie du SF de Rorbach.

Dans la 7ème région militaire (Besançon), le 159ème RAP est mis sur pied avec les deux groupes de position du 188ème RA.

En 1938, le 3ème et 7ème groupes du 17ème RAD sont transformés en unités de type forteresse et déployés respectivement à Sedan et Stenay.

D’autres modifications auraient du être menées mais le déclenchement de la guerre de Pologne ne le permet pas.

Les régiments mobiles d’artillerie de forteresse (RAMF)

En août 1939, les trois régiments d’artillerie de région fortifiée du temps de paix (39ème, 46ème et  59ème RARF) vont donner naissance à sept régiment de guerre affectées à la défense de la RF Metz et de la RF Lauter. Deux autres régiments sont mis sur pied à partir du 17ème RAD (pout le 99ème RAMFH) et un noyau actif du 1er groupe du 166ème RAP pour le 49ème RAMF du SD Sarre.

A ce moment donné, une question de sigle se pose. RARF ? RAMF  voir même RAAF (Régiment Automobile d’Artillerie de Forteresse pour le 23ème) ou RAMFA (Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse Automobile) ?

Pour des raisons de commodités, j’ai choisit le terme RAMF, le terme mobile permettant de différencier ces régiments des RAP.

Chaque RAMF mobilisé dispose d’un état-major, d’une batterie hors-rang, de deux groupes de 75mm modèle 1897 et un groupe de 155C modèle 1917, tous les canons étant à traction automobile.

Chaque groupe est organisé en un état-major, une colonne de ravitaillement et trois batteries de quatre pièces.

-Le 23ème régiment d’artillerie mobile de forteresse est mis sur pied par le CMA 46 de Metz avec l’aide d’un noyau actif du 39ème RARF et affecté au Secteur Fortifié du Boulay. Il compte deux groupes de 75mm et un groupe de 155C.  Il est maintenu en ligne après la démobilisation.

-Le 39ème régiment d’artillerie de région fortifiée de Metz est créé le 15 avril 1933 avec des batteries issues du 61ème RA et les deux groupes lourds du 25ème RAD.

Le 1er septembre 1936, le 39ème RARF se dédouble pour former le 46ème RARF et un nouveau 39ème RARF avec deux groupes de 75mm et un groupe de 155C.  A l’hiver 1937-38, ce régiment est motorisé et devient le 39ème RAMF ou Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse.

A la mobilisation d’août 1939, le 39ème RAMF se dédouble à nouveau, formant un 23ème RAMF et un 39ème RAMF de guerre qui est affecté au Secteur Fortifié de Faulquemont. Il est maintenu en ligne sous cette forme après la démobilisation.

-La 46ème régiment d’artillerie de région fortifiée de Thionville est recréé le 1er septembre 1936 sous le nom de 46ème RARF par dédoublement du 39ème RARF. Lors de la mobilisation, il se dédouble en deux régiments «de guerre», le 46ème et le 70ème RAMF.

Ce régiment de guerre compte comme les autres RAMF/RARF deux groupes de 75mm équipés de modèle 1897 et de 155C montés sur pneumatiques. Il est maintenu en ligne après la démobilisation de l’été et l’automne 1940.

-Le 49ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse (ou de Région Fortifiée) est mis sur pied à la fin du mois d’août 1939 avec un noyau actif du 1er groupe du 166ème RAP. Comme les autres régiments de ce type, il forme deux groupes de 75mm et un groupe de 155C, formant l’artillerie mobile du Secteur Fortifié de la Sarre. Il est dissous à la démobilisation d’août/septembre 1940.

-Le 59ème régiment d’artillerie de région fortifiée de Sarrebourg est officiellement créé à Sarrebourg le 1er septembre 1935 par changement du nom du groupement d’artillerie mobile de la RF Lauter (5ème, 6ème et 7ème groupe du 155ème RAP).

En avril 1937, le 59ème RARF compte six groupes, quatre groupes à Sarrebourg au sein de la Région Fortifiée de la Lauter et deux groupes à Morhange au sein du Secteur Défensif de la Sarre, ce dernier détachement étant à la base du 166ème RAP.

En 1939, le 59ème RARF compte trois groupes de 75mm à deux batteries et un groupe de 155C à trois batteries. A la mobilisation, le 59ème RARF donne naissance à trois régiments de guerre, les 59ème, 60ème et 69ème RAMF.

Le 59ème RAMF de guerre est formé par le 3ème groupe du 59ème RARF et de la 15ème batterie (155) et compte deux groupes de 75mm et un groupe de 155C, régiment affecté au Secteur Fortifié du Rorbach. Il est maintenu en ligne après la démobilisation.

-Le 60ème régiment d’artillerie mobile de forteresse est mis sur pied par le CMA 220 de Sarrebourg en août 1939 à partir d’un noyau actif formé par le 1er groupe du 59ème RARF et affecté au 43ème Corps d’Armée de Forteresse (ex-Secteur Fortifié des Vosges). Il est maintenu en ligne après la démobilisation.

-Le 69ème RARF/RAMF est mis sur pied par le CMA 220 de Sarrebourg à partir du 2ème groupe du 59ème RARF et affecté au Secteur fortifié d’Haguenau avec un groupe de 75mm tracté et un groupe de 155C. Il est maintenu après la démobilisation.

-Le 70ème RAMF est mis sur pied en août 1939 avec un noyau actif du 46ème RARF, formant avec le 151ème RAP l’artillerie du Secteur Fortifié du Thionville. Comptant deux groupes de 75mm et un groupe de 155C automobile, il est dissous au mois d’août 1940.

-Le 99ème régiment d’artillerie mobile de forteresse hippomobile est mis sur pied par le CMA 2 de Sedan avec pour noyau actif, le 3ème groupe du 17ème RAD et affecté au SF de Montmedy. Il est dissous en août 1940.

A la mobilisation de septembre 1948, les 49ème et 70ème RAMF sont réactivé. A partir d’octobre 1948 alors que la guerre fait rage en Norvège, on renforce les RAMF en leur ajoutant un troisième groupe de 75mm équipé de canons TAZ modèle 1939, la mission de ce troisième groupe étant davantage la lutte antichar à longue portée que le tir d’interdiction.

Les régiments d’artillerie de la ligne Maginot (2) : les régiments d’artillerie de position (RAP)

Comme pour les RARF/RAMF, les régiments d’artillerie de position (RAP) du temps de paix vont donner naissance à des régiments de mobilisation. En juillet 1939, on trouve sept régiments d’artillerie de position d’active :

-Le 151ème régiment d’artillerie de position de Thionville

-Le 154ème régiment d’artillerie de position de Grenoble

-Le 155ème régiment d’artillerie de position d’Haguenau

-Le 157ème régiment d’artillerie de position de Nice

-159ème régiment d’artillerie de position de Belfort

-163ème régiment d’artillerie de position de Metz

-166ème régiment d’artillerie de position de Morhange

A la mobilisation, ces sept régiments vont donner naissance à vingt-régiments d’artillerie de position numérotés de 150 à 170. A la différence des RAMF, le matériel des régiments de position est extraordinairement hétérogène et très ancien.

150ème régiment d’artillerie de position

-Le 150ème régiment d’artillerie de position est mis sur pied à la fin du mois d’août par le CMA 220 (Sarrebourg et Sarre-Union) à partir d’un noyau actif pour fournir par le 3ème groupe du 166ème RAP.

Affecté au Secteur Fortifié de Rorbach, ce régiment dispose d’un PC, d’un 1er groupe chargé de l’action d’ensemble avec des canons de 155mm (8 155L modèle 1918 et 8 155L modèle 1877) et des canons de 145mm (8 canons de 145L modèle 1916), d’un 2ème groupe chargé de l’appui du 153ème RIF (8 canons de 155L modèle 1918, 8 canons de 155C Saint Chamond et 8 canons de 120L De Bange), un Groupement d’ouvrages et une Section de Transport Automobile.

A la démobilisation, le régiment est dissous mais le 1er groupe est transféré au 59ème RAMF. Cette situation perdure jusqu’au 1er septembre 1948 quand le 150ème RAP est réactivé et que le premier groupe retrouve son régiment d’origine avec le même matériel moins les canons de 120mm De Bange remplacés par des canons de 105mm modèle 1913.

Le 151ème régiment d’artillerie de position

-Le 151ème régiment d’artillerie de position est créé le 5 mai 1929 à Thionville et à Douai à partir du 311ème régiment d’artillerie et d’un groupe du 15ème RAD (futur 3ème groupe du régiment). Le 15 avril 1933, le 151ème RAP forme avec le 39ème RA(futur RARF) et le 163ème RAP, l’artillerie de la Région Fortifiée de Metz.

Le 16 mars 1936, il est réorganisé en batteries d’ouvrages et de positions répartis en six groupes avec trois groupes de forteresse regroupant six batteries et un groupe de position avec trois batteries. Le 1er avril 1937, une nouvelle batterie d’ouvrage rejoint le régiment.

A la mobilisation d’août 1939, le 151ème RAP se dédouble pour donner naissance au 151ème RAP de guerre à deux groupes de position et le 152ème RAP à un groupe de position.

Le 151ème RAP de guerre est affecté au Secteur Fortifié de Thionville disposant pour assurer sa mission d’un 1er groupe avec deux batteries de 4 canons de 155L modèle 1877 et une batterie lourde avec deux canons de 240mm modèle 1884 et deux canons de 220L modèle 1917 alors que le 2ème groupe dispose de trois batteries disposant chacun de quatre canons de 155L modèle 1877.

Maintenu après la démobilisation, le régiment reçoit deux groupes de 75mm du 70ème RAMF dissous en août 1940 ce qui entraine une profonde réorganisation :

-1er groupe avec trois batteries de quatre canons de 155L modèle 1877

-2ème groupe avec deux batteries de quatre canons de 155L modèle 1877 et deux batteries de 75mm (issus du 70ème RAMF)

-3ème groupe équipé de quatre batteries de 75mm (issus du 70ème RAMF)

-une batterie lourde indépendante avec deux canons de 240mm modèle 1884 modifié 1944 et deux canons de 220L modèle 1917.

Suite à la mobilisation d’août 1948, le 151ème RAP met sur pied une nouvelle organisation. Il participe ainsi à la réactivation du 152ème RAP tandis que les batteries de 75mm forment à nouveaux deux groupes de 75mm. Le 151ème RAP est organisé alors avec un 1er groupe à trois batteries de quatre canons de 155L modèle 1877 et un 2ème groupe disposant de deux batteries de quatre canons de 155L modèle 1877 plus la batterie lourde ancienement indépendante.

152ème régiment d’artillerie de position

-Le 152ème régiment d’artillerie de position est mis sur pied à la fin du mois d’août 1939 à Thionville et Conflans-Labry par le Centre Mobilisateur d’Artillerie n°206 (CMA 206) avec un noyau actif fournit par les 2ème et 5ème groupe du 151ème RAP, le nouveau régiment occupant le Secteur Fortifié de Crusnes.

Ce régiment dispose de trois batteries d’ouvrages et d’un groupe de position disposant de deux batteries de 155C modèle 1917 et deux batteries de 155L modèle 1877. A la démobilisation, le régiment est dissous.

Réactivé le 1er septembre 1948, le 152ème RAP dispose de la même organisation mais les canons de 155L modèle 1877 ont été remplacés par des canons de 155C modèle 1917, unifiant l’équipement du régiment.

153ème régiment d’artillerie de position

-Le 153ème régiment d’artillerie de position est mis sur pied à la fin du mois d’août 1939 par le CMA 46 à Metz et dans sa région avec un noyau actif fournit par les 2ème et 3ème groupe du 163ème RAP, le premier pour les batteries d’ouvrages, le second pour les batteries de position.

Affecté au Secteur Fortifié du Boulay, ce régiment dispose des moyens suivants :

-Un premier groupe pour appuyer le 162ème RIF avec trois batteries de quatre canons de 75mm modèle 1897 et une batterie de quatre canons de 240L modèle 1884

-Un deuxième groupe disposant de cinq batteries de 155L modèle 1877 et de deux batteries de 120L remplacés ultérieurement par des canons de 105L modèle 1913

-Un troisième groupe disposant de trois batteries de quatre canons de 155L modèle 1918 Schneider

-Un quatrième groupe assure l’appui du 160ème RIF avec deux groupes de 75mm modèle 1897 et deux canons de 65mm pour la lutte antichar.

A cela s’ajoute quatre canons de 75mm sous casemates. Le régiment est dissous à la démobilisation de l’été/automne 1940.

Il est reconstitué dès le 30 août 1948 et dispose une fois ses effectifs et son matériel complété de deux groupes de 75mm, deux groupes de 105mm et un groupe équipé de pièces lourdes en l’occurence quatre canons de 240L et 4 canons de 155L. Il arme toujours quatre canons de 75mm sous casemate.

154ème régiment d’artillerie de position

-Le 154ème régiment d’artillerie de position est créé à Grenoble le 1er août 1919 sous le nom de 154ème régiment d’artillerie à pied avec trois groupes à deux batteries  plus deux batteries indépendantes soit un total de huit batteries.

Réorganisé le 15 octobre 1934, il dispose d’un état-major et d’un peloton hors-rang, d’un 1er groupe disposant de deux batteries (1ère et 2ème batteries), d’un 2ème groupe disposant de trois batteries numérotées 4,5 et 6 et d’un troisième groupe disposant des 7ème et 8ème batteries, le régiment formant l’artillerie des Secteurs Fortifiés de Savoie et du Dauphiné. En juin 1938, quatre batteries d’ouvrages sont créés, le 154ème régiment d’artillerie à pied devenant régiment d’artillerie de position.

La mobilisation d’août 1939 voit le 154ème RAP mettre sur pied trois régiments de guerre, le 1er groupe formant le 164ème RAP en Savoie, le 2ème groupe forme le 162ème RAP et le 3ème groupe forme un 154ème RAP de guerre.

Ce régiment de guerre est mis sur pied par le CMA 214 de Grenoble, disposant d’un état-major, de trois groupes à trois batteries et une section de transport hippomobile, une batterie d’ouvrage au Janus, le régiment assurant la garde du Secteur Fortifié du Dauphiné.

Le matériel est des plus hétéroclite avec au sein du 1er groupe une 1ère batterie disposant de  8 canons de 75mm modèle 1897, 3 canons de 65mm modèle 1906, 4 canons de 155C Saint Chamond  et 2 mortiers de tranchée 150T, une 3ème batterie avec 4 canons de 75mm modèle 1897, 6 canons de 120L modèle 1878, 3 canons de 65mm modèle 1906 et deux mortiers de tranchée 150T, une 6ème batterie disposant de quatre canons de 280mm modèle 1914 et quatre canons de 220C modèle 1916 et la 11ème batterie installée au Janus.

Le 2ème groupe dispose d’une 2ème batterie avec 8 canons de 155L (4 modèle 1877 et 4 modèle 1877/14) et 4 canons de 105L modèle 1913, d’une 4ème batterie avec 4 canons de 75mm modèle 1897 et 4 canons de 65mm modèle 1906, une 5ème batterie avec 4 canons de 75mm modèle 1897 et 4 canons de 155C Saint Chamond et une 7ème batterie équipée de 4 canons de 155L modèle 1877 et 4 canons de 105L modèle 1913.

Enfin le 3ème groupe dispose d’une 8ème batterie avec 4 canons de 155L modèle 1916 et 2 matériels de 194GPF sur chenilles, d’une 9ème batterie avec quatre canons de 155L modèle 1877 et deux mortiers de 150T et d’une 10ème batterie aec 6 canons de 65mm modèle 1906 et 6 canons de 75mm modèle 1897.

Après la démobilisation, le 154ème RAP maintien les trois groupes réduits à deux batteries. Le 1er groupe dispose de deux batteries de 75mm (huit canons), le 2ème groupe dispose de deux batteries équipées de canons de 105L modèle 1913 (huit canons) et le 3ème groupe dispose de deux batteries, une de quatre obusiers de 280mm et une de quatre canons de 220C modèle 1916.

A la mobilisation d’août 1948, chaque groupe reçoit une troisième batterie, le 1er groupe recevant une batterie de huit canons de 75mm, le 2ème groupe une batterie de huit canons de 155C modèle 1917 et le 3ème groupe une batterie de 155L modèle 1917 modifié 1944.