Dominions (10) Canada (10)

Situation de la marine royale canadienne en septembre 1954

En septembre 1954, la marine canadienne est considérée comme la cinquième ou la sixième marine mondiale. L’US Navy est la première devant la Royal Navy et la Royale, la marine soviétique serait la quatrième, la Royal Australian Navy se disputant la cinquième place avec son homologue canadienne.

Lire la suite

Publicités

URSS (38) Navires légers (2)

Chasseurs de sous-marins

Malyj Okhotnik (MO).JPG

Un chasseur de sous-marin soviétique

Avant-propos

Quand le sous-marin est apparu, les différentes amirautés ont craint que cette nouvelle arme ne rende totalement hermétique un blocus, que tous les ports soient bloqués et réduits à l’impuissance.

Lire la suite

Allemagne (7) Artillerie et systèmes d’armes (4)

Torpilles

-La torpille inventée au milieu du 19ème siècle à révolutionné la guerre navale. C’est une arme absolument indispensable et l’Allemagne ne fait pas exception.

Chargement d'une torpille G7 à bord d'une S-Boote

Chargement d’une torpille G7 à bord d’une S-Boote

-Pour les torpilles antisurfaces, on trouve tout d’abord la torpille G7a T1 de 533mm fonctionnant à l’air comprimé avec une charge explosive de 300 kilos avec une portée allant de 6000m à 44 nœuds à 14000m à 30 nœuds. Elle est mise en œuvre par les navires de surface qu’il s’agisse des torpilleurs, des destroyers, des croiseurs et même des cuirassés.

La torpille G7e et ses dérivés est à propulsion électrique. C’est l’arme de prédilection des sous-marins et des vedettes lance-torpilles, les fameuses S-Boote. La charge explosive varie entre 280 et 300 kilos d’explosif et la portée est plus réduite avec une portée maximale de 5000m à 30 nœuds.

Ce modèle est régulièrement amélioré et en septembre 1948, le modèle le plus courant est le G7e T3a dont la portée maximale est de 7500m à 30 nœuds.

-Etude précoce de torpilles à influence acoustique, aboutissant à la G7e T5 à la portée réduite de 3000m. Des essais de torpilles filoguidées ne débouchent pas avant septembre 1948.

-Comme toutes les torpilles alliées comme ennemies, les torpilles allemands ont deux détonateurs, un détonateur à l’impact et un détonateur magnétique.

-Les torpilles aéroportées sont plus légères d’un calibre de 450mm, la torpille standard étant….norvégienne, la torpille F5 d’une portée maximale de 2000m à 40 noeuds et de 6000m à 25 noeuds. Elle subit des modifications régulières, la portée maximale étant passée à 3000m à 40 noeuds et de 7000m à 25 noeuds.

Comme les autres torpilles, elle est régulièrement améliorée et en septembre 1948, la hauteur maximale pour le lancement à été portée à 40m et la portée maximale est passée de 3000m à 40 nœuds à 7000m à 25 nœuds.

Grenades et armes ASM

Grenades ASM allemandes

Grenades ASM allemandes

-La lutte contre les submersibles ennemis est assurée par des charges de profondeur à gravité (WBD et WBG de 180 kilos, WBF de 139 kilos et WBH de 240 kilos ainsi que des charges légères de 60kg pour les R-Boote et les chalutiers).

-Des mortiers ASM sont également mis au point, des mortiers d’un calibre de 305mm tirant des projectiles de 100 ou 250 kilos. C’est l’arme principale des Neue Geleiboote.

Mines

Mines embarquées sur le destroyer KMS Z.1 Leberecht Maas

Mines embarquées sur le destroyer KMS Z.1 Leberecht Maas

-Septembre 1939 : l’Allemagne possède 2000 mines conventionnelles et 1500 mines magnétiques

-Mines classiques à orin EMA EMB EMC EMD et EMG

-Mine EMS : mine dérivante destinée à détruire les chasseurs de sous-marins

-Mines FMB et FMC mines à contact utilisables par petit fond

-Mine EMF : mine magnétique à orin.

-Les mines UMA et UMB sont des mines à orin de petites dimensions destinées à être mouillées dans de faibles profondeurs.

-Entre les deux guerres, de nouveaux modèles sont mis au point comme la mine KMA destinée à protéger les plages d’un débarquement ou encore les mines de fonds à influence magnétique RM.

-La marine allemande dispose également de mines mouillées par puit, les mines SMA rapidement déclassées par des mines mouillées par tubes qu’elles soient magnétiques ou acoustiques (TMA) ou de fond (TMB et TMC).

-Mines aéroportées LMA et LMB

-Ultérieurement apparaissent la BM-100 disposant d’une charge militaire de 735kg et une mine à orin LMF sur fond de 50 à 300m. On trouve également une BM 1000, une mine de fond aéroportée à charge de 680 kilos eet une mine BMC, une mine aéroportée à orin et à contact avec une charge de 500 kilos.

Enfin, au cours de la guerre, apparaîtra une mine de fond RMA à charge de 820 kilos contrôlées depuis la terre.

Sur le plan de l’emploi, des champs de mines défensifs sont mouillés à proximité des bases navales de la Kriegsmarine pour en assurer la protection et éviter une démonstration de force des marines anglaises et françaises. Des bouchons de mines offensifs sont déposés par avions et par sous-marins pour paralyser le trafic maritime ennemi.

Armes spéciales en service et/ou en projet

-Outre les armes conventionnelles, la marine allemande dispose d’armes spéciales dont l’immense majorité est entourée avant septembre 1948 du secret le plus absolu.

-On trouve des roquettes air-sol, utilisées par les chasseurs-bombardiers embarqués sur les quatre porte-avions de la Kriegsmarine.

-Un modèle d’un calibre de 88mm à tête explosive ou semi-perforante, un autre modèle de 128mm et un dernier de 140mm, ces roquettes disposant d’un charge explosive qui pouvait être remplacé par une explosive semi-perforante, une incendiaire et une explosive.

-Bombes planantes de 50, 100 et 150kg

-Armes radioguidées

-A la différence des roquettes, ces deux dernières catégories sont entourées d’un secret absolu. Si un petit stock de bombes planantes à été constitué, les armes radioguidées sont encore au stade expérimental.