Etats Unis (99) OdB et Programme de guerre (9)

Porte-avions classe Essex

Les porte-avions de type United States sont puissants et efficaces mais sont aussi longs à fabriquer en dépit d’un recours massif à la préfabrication. Leur taille impose un passage par le sud du continent pour passer de l’Atlantique au Pacifique ce qui réduit leur réactivité.

Lire la suite

Etats-Unis (68) Navires de soutien (3)

Ravitailleur de sous-marins (AS)

Plus encore que les navires de surface, les sous-marins ont besoin de soutien technique et logistique surtout les premiers torpilleurs submersibles qui étaient de petits navires. Même quand les torpilleurs submersibles/sous-marins eurent prit du poids, les besoins en soutien logistique ne diminuèrent pas bien au contraire.

Lire la suite

Etats Unis (53) destroyers (13)

USS Ammen (DD-518)

USS Ammen (DD-527) 8

-Le USS Ammen (DD-518) est mis en service le 28 juin 1947 après vingt-six mois de construction, la mise sur cale ayant eu lieu le 15 avril 1945.

Lire la suite

Etats Unis (51) destroyers (11)

USS Philip (DD-496)

USS Philip (DD-498)

-Le USS Philip (DD-496) est mis en service le 8 avril 1945 après vingt-neuf mois de construction, la mise sur cale ayant eu lieu le 3 décembre 1942.

Lire la suite

Etats Unis (43) destroyers (3)

Destroyers classe Gridley

USS Gridley (DD-380) 1937 2.jpg
Présentation

Après débuts timides, le renouvellement de la flotte de destroyers de l’US Navy s’accélère au milieu des années trente.

L’année fiscale 1934 (1er juillet 1933-30 juin 1934) finance ainsi la construction de deux destroyers de type Gridley, dérivés des Mahan en compagnie de huit unités de type Bagley, de deux unités de type Porter et des deux derniers Mahan soit un total de 14 navires.

Lire la suite

Grande Bretagbe (53) sous-marins (2)

Classe Rainbow (type R)

HMS Rainbow (N-16)

HMS Rainbow (N-16)

Ces quatre sous-marins sont quasiment identiques aux Parthian. Mis en service au début des années trente, ils auraient du être à l’origine six (Rainbow Regulus Rover Regent Royalist Rupert) mais pour des raisons économiques, la construction des deux derniers est abandonnée.

Les quatre destinés en principe à l’Extrême-Orient vont servir dans la marine britannique jusqu’en septembre 1947 quand ils sont désarmés. Leur réarmement envisagé au moment du conflit ne se concrétise finalement pas.

Caracteristiques Techniques

Déplacement : en surface 1791 tonnes en plongée 2060 tonnes

Dimensions : longueur 87m largeur 9.1m tirant d’eau 4.9m

Propulsion : deux moteurs diesels Amirauté dévellopant 4640ch et deux moteurs électriques de 1635ch deux hélices

Vitesse maximale 17.5 noeuds en surface 8.6 noeuds en plongée

Armement : un canon de 120mm (4.7 pouces) QF Mark IX sur le pont à l’avant huit tubes lance-torpilles (six avant deux arrières) avec quatorze recharges. Des mines pouvaient remplacer des torpilles

Equipage : 53 officiers et marins

Classe River

Le HMS Clyde, un des trois sous-marins de classe River

Le HMS Clyde, un des trois sous-marins de classe River

Avec l’augmentation des performances des sous-marins, on envisagea la construction de sous-marins d’escadre capable de combattre en compagnie des cuirassés et des croiseurs de bataille ce qui imposait de bonnes capacités de navigation en haute mer mais surtout une vitesse de 20 noeuds en surface, la vitesse maximale des navires de ligne de l’époque.

Ce dernier point était particulièrement difficile à atteindre en raison de moteurs diesels peu puissants de l’époque. On envisagea ainsi l’utilisation de la vapeur pour obtenir une vitesse importante en surface, aboutissant aux type K surnomés Kalamity, six des dix-sept sous-marins construits étant perdus par accident.

HMS K-15

HMS K-15

L’existence de cette classe eut au moins le mérite de connaitre les limites des technologies de l’époque tout comme le fit le X1, un prototype de croiseur sous-marin de 2820 tonnes avec quatre canons de 5.2 pouces (132mm).

Le HMS X1

Le HMS X1

Dans l’immédiat d’après guerre on envisagea la construction de vingt sous-marins de 1800 tonnes mais les navires de surface devenant chaque jour plus rapide, la décision était sans cesse reportée.

Finalement au début des années trente, trois sous-marins furent commandés, des sous-marins baptisés Thames Clyde et Severn.

-Le HMS Thames (N71) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Barrow-in-Furness le 6 janvier 1931 lancé le 26 janvier 1932 et mis en service le 14 septembre 1932.

-Le HMS Severn (N57) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Barrow-in-Furness le 27 mars 1933 lancé le 16 janvier 1934 et mis en service le 12 janvier 1935.

-Le HMS Clyde (N12) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Barrow-in-Furness le 15 mars 1933 lancé le 15 mars 1934 et mis en service le 12 avril 1935.

Les trois sous-marins opèrent ensemblent d’abord au sein de la Home Fleet puis au sein de la 1st Submarine Flottilla stationnée à Malte.

En septembre 1945, hors rang, ils sont redéployés en Extrême-Orient avec Singapour pour port d’attache.

Ils sont toujours en service en septembre 1948. Le 5 de ce mois, seuls les Thames et Clyde sont disponibles et opérationnels, le Severn étant en grand carénage.

Dès le 6, le Thames va appareiller direction la mer de Chine méridionale pour anticiper sur une éventuelle action japonaise, le sous-marin de Sa Majesté devant s’appuyer sur les bases de Cam-Ranh et de Cavite, une base française et une base américaine, des dépôts de torpilles et de carburant devant être installés par la RFA.

Caractéristiques Techniques des sous-marins de classe Thames

Déplacement : en surface 2165 tonnes en plongée 2680 tonnes

Dimensions : longueur 105.16m largeur 8.61m tirant d’eau 4.78m

Propulsion : deux diesels de 10000ch en surface et en plongée deux moteurs électriques de 2500ch pour la propulsion en plongée Deux lignes d’arbre

Performances : vitesse maximale 22.5 noeuds en surface 10.5 noeuds en plongée distance franchissable 11515 miles à 8 noeuds en surface 136 miles nautiques à 4 noeuds en plongée

Armement : un canon de 102mm à l’avant, six tubes lance-torpilles à l’avant avec douze projectiles

Equipage : 61 officiers et matelots

Classe Grampus

HMS Seal

HMS Seal

Le moyen le plus simple de mouiller une mine c’est un navire de surface soit un navire spécialisé (minelayer mouilleur de mines), un navire de guerre dont ce n’est pas la mission première (croiseur, destroyers) ou un navire marchand réquisitionné sommairement aménagé.

Ce mode de mouillage était parfaitement adapté pour mouiller des champs de mines défensifs avec la protection de navires de surface et de l’aviation mais pour gêner le trafic commercial ennemi, les mouvements de sa flotte, ce n’était pas le moyen le plus efficace.

L’avion pouvait être utilisé mais le poids des mines marines nécessitait l’utilisation de beaucoup d’appareils. Restait donc le sous-marin qui après avoir dévellopé un modèle de torpilleur submersible dévellopa une variante de mouillage de mines.

Les premiers sous-marins mouilleurs de mines transportaient les mines à l’extérieur de la coque ce qui pouvait poser des problèmes de sécurité. D’autres sous-marins transportaient les mines dans leurs réservoirs avant qu’un système avec une chaine à vis sans fin ne permettent de concilier sécurité et efficacité du mouillage de mines.

Les six Grampus (appelés également Porpoise du nom du prototype) furent les derniers sous-marins mouilleurs de mines de la Royal Navy, la mise au point de mines mouillables par les tubes lance-torpilles rendant inutiles des submersibles spécialisés.
Du fait de leur rôle particulier, ces navires étaient placés hors-rang, quatre en mer du Nord et deux en Méditerranée, un à Malte et le second à Alexandrie alors que les quatre submersibles déployés au sein de la Home Fleet étaient basés à Chatham où deux d’entre-eux ont d’ailleurs été construits.

-Le HMS Porpoise (N14) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Barrow-in- furness le 22 septembre 1931 lancé le 30 août 1932 et mis en service le 11 mars 1933.

Quand éclate le second conflit mondial, il est stationné à Malte, attendant de connaitre la position de l’Italie avant de mettre en oeuvre les plans de minages des principales bases navales et ports italiens notamment Naples, Cagliari, Tarente, Messine, Palerme et ce en liaison avec la marine française.

-Le HMS Cachalot (N83) est mis sur cale aux chantiers navals Scotts de Greenock le 12 mai 1936 lancé le 2 décembre 1937 et mis en service le 15 août 1938.

Quand le second conflit mondial éclate, le Cachalot était à quai à Alexandrie. Il venait d’achever une période d’entretien à flot. Comme le Porpoise, il attend de voir l’attitude de l’Italie avant de piéger les abords de Tarente, de Brindisi, des îles du Dodécanèse.

-Le HMS Grampus (N56) est mis sur cale au Chatham Dockyard le 20 août 1934 lancé le 25 février 1936 et mis en service le 10 mars 1937.

Affecté en mer du Nord et basé à Chatham, le sous-marin était en grand carénage quand débute la seconde guerre mondiale. Il doit être à nouveau disponible à la fin octobre sauf si les travaux sont accélérés.

-Le HMS Narwhal (N45) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Barrow-in-furness le 29 mai 1934 lancé le 29 août 1935 et mis en service le 28 février 1936.

Basé à Chatham, le sous-marin était à quai. Il appareille le 7 septembre 1948 pour aller miner les ports allemands et gêner l’arrivée des renforts allemands en Norvège.

-Le HMS Rorqual (N74) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Barrow-in-furness le 1er mai 1935 et mis en service le 10 février 1937.

Basé à Chatham, le sous-marin était à quai, devant miner des ports norvégiens aux mains des allemands.

-Le HMS Seal (N37) est mis sur cale aux chantiers navals Chatham Dockyard le 9 décembre 1936 lancé le 27 septembre 1938 et mis en service le 24 mai 1939.

Basé à Chatham, le sous-marin était à l’entrainement le 5 septembre 1948. Il rentre à son port pour préparer une première opération de guerre.
Caractéristiques Techniques

Déplacement : en surface 1768 tonnes en plongée 2053 tonnes

Dimensions : longueur 88.09m largeur 9.09m tirant d’eau 4.88m

Propulsion : deux moteurs diesels de 3300ch pour la navigation en surface deux moteurs électriques de 1630ch pour la navigation en plongée Deux lignes d’arbre

Performances : vitesse maximale 15.5 noeuds en surface 9 noeuds en plongée distance franchissable 13240 miles nautiques à 8 noeuds en surface 76 miles à 4 noeuds

Armement : un canon de 102mm (4 pouces) à l’avant, six tubes lance-torpilles de 533mm sur l’avant avec douze projectiles 50 mines Equipage : 59 officiers et marins

Grande Bretagne (42) destroyers (5)

Destroyers classe Tribal

Contrer les Fubuki

Depuis les Ambuscade et les Amazone, tous les destroyers britanniques étaient construits sur le même modèle avec un équilibre entre l’artillerie (quatre ou cinq canons de 4.7 pouces) et tubes lance-torpilles (huit ou dix tubes en deux plate-formes quadruples ou quintuples).

Ces modèles étaient de bons destroyers mais les amiraux britanniques étaient inquiets de les voir déclassés par des projets de nouveaux destroyers lourdement armés en développement en Allemagne, en Italie et au Japon sans oublier que les contre-torpilleurs français avec leurs cinq canons de 138mm ressemblaient plus à des croiseurs légers qu’à des destroyers.

On décida dans les bureaux de l’Amirauté de développer un nouveau modèle de destroyer qui mettait le paquet sur l’artillerie au détriment des tubes lance-torpilles, le design des futurs Tribal étant issus d’un projet de croiseur léger rejeté au profit d’un autre projet qui allait donner naissance aux croiseurs légers antiaériens de classe Dido.

Le projet en question donnait un navire de 1850 tonnes (limite base pour les croiseurs autorisée par le traité de Londres) avec une vitesse de 36.25 noeuds et une distance franchissable de 5500 miles nautiques avec un armement initialement composé de cinq affûts doubles de 120mm.

Ce projet rejeté comme croiseur fût réorienté vers un rôle de destroyer avec seulement huit canons de 120mm en affûts doubles, une DCA correcte pour l’époque (un affût quadruple Pom-Pom et deux affûts quadruples de 12.7mm) et seulement quatre tubes lance-torpilles en une plate-forme quadruple.

Ces navires étaient tellement différents des destroyers existants qu’on envisagea de ressusciter l’appellation de corvette avant de finalement les considérer comme des destroyers.

Les sept premiers navires sont commandés le 10 mars 1936 suivis d’un deuxième groupe de neuf navires le 9 juin suivant, permettant la création de deux flottilles homogènes.

L’Australie et le Canada vont également commander chacun une flottille. Si les huit navires australiens vont être construits aux Antipodes, les Tribal canadiens vont être produits pour moitié en Grande-Bretagne et pour le reste au Canada.

Si tous les Tribal britanniques sont en service en septembre 1939, les Tribal des dominions n’étaient même pas sur cale et ne seront mis en service que durant la Pax Armada.

NdA : l’historique des Tribal australiens et canadiens sera abordé dans le tome 8 (Canada et Afrique du Sud) et le tome 9 (Australie et Nouvelle-Zélande)

Carrière opérationnelle

Les dates

HMS Afridi

HMS Afridi

-Le HMS Afridi (F07) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Walker le 9 juin 1936 lancé le 8 juin 1937 et mis en service le 3 mai 1938.

-Le HMS Ashanti (F51) est mis sur cale aux chantiers navals William Denny de Dumbarton le 23 novembre 1936 lancé le 5 novembre 1937 et mis en service le 21 décembre 1938.

-Le HMS Bedouin (F67) est mis sur cale aux chantiers navals William Denny de Dumbarton en janvier 1937 lancé le 21 décembre 1937 et mis en service le 15 mars 1939.

-Le HMS Cossack (F03) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Walker le 9 juin 1936 lancé le 8 juin 1937 et mis en service le 7 juin 1938.

-Le HMS Eskimo (F75) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Walker le 5 août 1936 lancé le 3 septembre 1937 et mis en service le 30 décembre 1938.

HMS Gurka

HMS Gurka

-Le HMS Gurkha (F20) est mis sur cale aux chantiers navals Fairfield Shipbuilding & Engineering Company de Govan le 6 juillet 1936 lancé le 7 juillet 1937 et mis en service le 21 octobre 1938.

-Le HMS Maori (F24) est mis sur cale aux chantiers navals Fairfield Shipbuilding & Engineering Company de Govan le 6 juillet 1936 lancé le 2 septembre 1937 et mis en service le 2 janvier 1939.

-Le HMS Mashona (F59) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Walker le 5 août 1936 lancé le 3 septembre 1937 et mis en service le 28 mars 1939.

-Le HMS Matabele (F26) est mis sur cale aux chantiers navals Scotts Shipbuilding & Engineering Company de Greenock le 1er octobre 1936 lancé le 6 octobre 1937 et mis en service le 25 janvier 1939.

HMS Mohawk

HMS Mohawk

-Le HMS Mohawk (F31) est mis sur cale aux chantiers John I. Thornycroft & Company de Woolston le 16 juillet 1936 lancé le 15 octobre 1937 et mis en service le 7 septembre 1938.

-Le HMS Nubian (F36) est mis sur cale aux chantiers John I. Thornycroft & Company de Woolston le 10 août 1936 lancé le 21 décembre 1937 et mis en service le 6 décembre 1938.

-Le HMS Punjabi (F21) est mis sur cale aux chantiers navals Scotts Shipbuilding & Engineering Company de Greenock le 1er octobre 1936 lancé le 18 décembre 1937 et mis en service le 29 mars 1939.

HMS Sikh

HMS Sikh

-Le HMS Sikh (F82) est mis sur cale aux chantiers navals Alexander Stephen & Sons sis à Linthouse le 24 septembre 1936 lancé le 17 décembre 1937 et mis en service le 12 octobre 1938.

-Le HMS Somali (F33) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter & Wigham Richardson de Wallsend le 26 août 1936 lancé le 24 août 1937 et mis en service le 12 décembre 1938.

-Le HMS Tartar (F43) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter & Wigham Richardson de Wallsend le 26 août 1936 lancé le 21 octobre 1937 et mis en service le 10 mars 1939.

HMS Zulu

HMS Zulu

-Le HMS Zulu (F18) est mis sur cale aux chantiers navals Alexander Stephen & Sons sis à Linthouse le 10 août 1936 lancé le 23 septembre 1937 et mis en service le 7 septembre 1938.
Organisation des flottilles, évolution et rôle

Ces seize destroyers sont répartis au sein de deux flottilles de huit navires déployés en Méditerranée et au sein de la Home Fleet.

-La 4th Destroyer Flottilla est déployée en Méditerranée avec les HMS Afridi, HMS Gurkha, HMS Mohawk, HMS Sikh HMS Cossack, HMS Maori, HMS Nubian, HMS Zulu. Elle est stationnée à Malte.
-La 6th Destroyer Flottilla est déployée au sein de la Home Fleet avec les HMS Matabele, HMS Ashanti, HMS Mashona, HMS Somali HMS Punjabi, HMS Tartar, HMS Bedouin, HMS Eskimo. Elle est stationnée à Faslane.
En juin 1945, la 4th Destroyer Flottilla est redéployée au sein de la British Eastern Fleet avec Singapour pour port d’attache. Avec les nombreuses missions, la flottille est cependat éclatée entre les différentes bases de l’immense AOR (Aera of Responsability zone de responsabilité) de la British Eastern Fleet .

C’est ainsi qu’en septembre 1948, L’Afridi et le Gurkha escortent le porte-avions Indefatigable, le Mohawk et le Sikh sont déployés sans mission particulière à Singapour, les Cossack Maori Nubian et Zulu sont stationnés à Hong-Kong.

Quand les bombes allemands pleuvent sur la Norvège et le Danemark, les Afridi et Gurkha sont à la mer avec le porte-avions HMS Indefatigable au cas où le Japon se serait concerté avec l’Allemagne.
Le Mohawk est immobilisé pour grand carénage à Singapour alors que le Sihk assure une mission de patrouille en mer de Chine Méridionale, servant de sentinelle au groupe de combat de l’Indefatigable.

A Hong Kong, le Cossack est en entretien à flot, le Maori à quai, le Nubian et le Zulu en patrouille pour défendre la colonie. Le retour des destroyers déployés à Hong Kong est sérieusement envisagé, leur rôle étant jugé limité en cas d’intervention japonaise massive.

Quand à la 6th Destroyer Flottilla, elle est redéployée en septembre 1945 à Chatham dans le sud-est de l’Angleterre.

Le HMS Matabele est immobilisé pour carénage en compagnie du HMS Ashanti, les HMS Mashona et HMS Somali escortent un convoi côtier entre Douvres et Newcastle, les HMS Punjabi et HMS Tartar sont à quai alors que les HMS Bedouin et HMS Eskimo, ils sont à l’entrainement en mer du Nord pour amariner de nouveaux marins.
Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 1870 tonnes pleine charge 1975 tonnes

Dimensions : longueur 115.10m largeur 11.13m tirant d’eau 2.74m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenages Parsons alimentées en vapeur par trois chaudières Amirauté dévellopant 44000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 36 noeuds distance franchissable 5700 miles nautiques à 15 noeuds

Electronique : Asdic, des radars embarqués durant la Pax Armada (un radar de veille air, un radar de veille combinée, un radar de conduite de tir pour l’artillerie principale).
Armement : huit canons de 120mm en quatre pseudo-tourelles doubles installées par groupes de deux, un à l’avant et un à l’arrière, un affût quadruple Pom-Pom de 2 livres (40mm), deux affûts quadruples de 12.7mm Vickers, une plate-forme quadruple lance-torpilles de 533mm, un grenadeur axial et deux projecteurs pour des grenades ASM

Equipage : 190 officiers et marins (219 comme navire de commandement)
Destroyers classe J

Avant-propos

Comme nous l’avons vu, les Tribal étaient davantage une réponse à des projets étrangers que la satisfaction d’un besoin spécifiquement britannique. Après la construction des seize Tribal, la Royal Navy revint à des navires d’une taille plus modeste avec un armement plus équilibré entre l’artillerie (réduite à six canons de 120mm en trois tourelles doubles) et les torpilles (quatre tubes seulement sur les Tribal, dix sur les type J).
La réduction de la longueur était notamment permise par le choix d’un appareil évaporatoire regroupé en deux salles de chauffe qui ne disposaient que d’une seule cheminée ce qui augmentait le champ de battage pour l’artillerie antiaérienne mais avec le risque de perdre d’un coup tout l’appareil évaporatoire, un risque calculé, les chances de perdre d’un coup toute puissance propulsive étant jugée moins importante que les gains. La structure était revue avec une structure longitudinale plus forte que les structures tranversales alors qu’avant c’était l’inverse.

Si la classe J ne comptait stricto sensu que huit navires, c’est sur ce modèle que vont être construits les K et les N. Ces derniers vont être cependant cédés à l’Australie (six navires) et à la marine polonaise libre (deux navires). Ils font l’objet d’une partie spécifique y compris les type N en dépit du fait qu’ils n’ont jamais servis au sein de la Royal Navy.
A noter que neuf navires étaient prévus mais la construction du Jubilant à été annulé en décembre 1937, neuf mois après sa commande sans aucun élément n’ait été mis sur cale.

Carrière opérationnelle

HMS Jervis

HMS Jervis

-Le HMS Jervis (F00) est mis sur cale aux chantiers navals Hawthorn Leslie & Company implantés à Hebburn le 26 août 1937 lancé le 9 septembre 1938 et mis en service le 12 mai 1939.
-Le HMS Jackal (F22) est mis sur cale aux chantiers navals John Brown & Company de Clydebank le 24 septembre 1937 lancé le 25 octobre 1938 et mis en service le 31 mars 1939.
-Le HMS Jaguar (F34) est mis sur cale aux chantiers navals William Denny & Brothers de Dumbarton le 25 novembre 1937 lancé le 22 novembre 1938 et mis en service le 12 septembre 1939.
-Le HMS Juno (ex-Jamaica) est mis sur cale aux chantiers navals Fairfield Shipbuilding & Engineering Company de Govan le 15 octobre 1937 lancé le 8 décembre 1938 et mis en service le 25 août 1939.

HMS Janus

HMS Janus

-Le HMS Janus (F53) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter & Wigham Richardson de Wallsend le 29 septembre 1937 lancé le 11 octobre 1938 et mis en service le 5 août 1939.
-Le HMS Javelin (ex-Kashmir) (F-61) est mis sur cale aux chantiers navals John Brown & Company de Clydebank le 11 octobre 1937 lancé le 21 décembre 1938 et mis en service le 10 juin 1939.
-Le HMS Jersey (F72) est mis sur cale aux chantiers navals J. Samuel White de Cowe en 1937 lancé le 26 septembre 1938 et mis en service le 28 avril 1939.

HMS Jupiter

HMS Jupiter

-Le HMS Jupiter (F85) est mis sur cale aux chantiers navals Yarrow & Company de Scotsoun le 28 septembre 1937 lancé le 27 octobre 1938 et mis en service le 25 juin 1939.
Elle forme la 7th Destroyer Flottilla stationnée dans l’estuaire de la Humber pour couvrir des convois en mer du Nord et empêcher des raids de croiseur sur les côtes anglaises comme lors du premier conflit mondial.
Durant la période de la Pax Armada, la flottille reste affectée à la Home Fleet mais est transférée en septembre 1945 à Devonport pour opérer dans les Western Approaches.
Le 5 septembre 1948, le Jupiter et le Javelin sont immobilisés pour carénage mais les six autres destroyers sont disponibles, à quai ou en mer pour entrainement comme pour le Juno le Janus et le Jersey.

Caractèristiques Techniques

Déplacement : standard 1717 tonnes pleine charge 2367 tonnes

Dimensions : longueur 108.7m largeur 10.90m tirant d’eau 3.8m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenafes Parson alimentées en vapeur par deux groupes de chaudières Amirauté dévellopant 40000ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 36 noeuds (32 noeuds à pleine charge) 5500 miles nautiques à 15 noeuds 1500 miles nautiques à 32 noeuds

Armement : six canons de 120mm en trois affûts doubles (deux avant “A” et “B” et un arrière “X”), Un Pom-Pom quadruple et deux affûts quadruples de 12.7mm, ces derniers sont remplacés ultérieurement par six canons de 20mm Oerlikon. Ils disposent également de deux plate-formes quintuples lance-torpilles de 533mm

Equipage : 163 officiers et maris (218 avec un état-major).

Destroyers classe K

Carrière opérationnelle
Les huit destroyers de classe K sont mis en service à l’exception de trois (un avant et deux après) durant la guerre de Pologne. Ces navires sont identiques aux classe J.

HMS Kelly

HMS Kelly

-Le HMS Kelly (F01) est mis sur cale aux chantiers navals Hawthorn Leslie de Hebburn le 26 août 1937 lancé le 25 octobre 1938 et mis en service le 23 août 1939.
-Le HMS Kandahar (F28) est mis sur cale aux chantiers navals William Denny & Brothers de Dumbarton le 18 janvier 1938 lancé le 21 mars 1939 et mis en service le 10 octobre 1939.
-Le HMS Kashmir (ex-Javelin) (F12) est mis sur cale aux chantiers navals John I. Thornycroft & Company de Woolston le 18 novembre 1937 lancé le 4 avril 1939 et mis en service le 26 octobre 1939.

HMS Kelvin

HMS Kelvin

-Le HMS Kelvin (F37) est mis sur cale aux chantiers navals Fairfield Shipbuilding é Engineering Company de Govan le 5 octobre 1937 lancé le 19 janvier 1939 et mis en service le 27 novembre 1939.
-Le HMS Khartoum (F45) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend le 27 octobre 1937 lancé le 6 février 1939 et mis en service le 6 novembre 1939.
-Le HMS Kimberley (F50) est mis sur cale aux chantiers navals John Thornycroft de Woolston le 17 janvier 1938 lancé le 1er juin 1939 et mis en service le 7 avril 1940.
-Le HMS Kingston (F64) est mis sur cale aux chantiers navals J. Samuel White de Cowes le 6 octobre 1937 lancé le 9 janvier 1939 et mis en service le 14 septembre 1939.

HMS Kipling

HMS Kipling

-Le HMS Kipling (F91) est mis sur cale aux chantiers navals Yarrow & Company de Scotsoun le 26 octobre 1937 lancé le 19 janvier 1939 et mis en service le 22 décembre 1939.
Ces navires forment une nouvelle 5th Destroyer Flottilla stationnée à Chatham pour des missions d’escorte et de combat en mer du Nord.
Aux côtés des porte-avions d’escadre, la Royal Navy met en service en 1947, deux porte-avions légers de construction économique, les Glory et Colossus. Pour les escorter et leur permettre d’intercepter les croiseurs auxiliaires et autres raiders allemands, on décide de scinder en deux cette flottille.

Une division est déployée à Aden (Kelly Kingston Kandahar Kashmir) pour soutenir le Glory (1st Division 5th DF) et une autre déployée à Freetown (Khartoum Kelvin Kipling Kimberley) pour soutenir le Colossus (2nd Division 5th DF).
Ces navires sont tous disponibles à l’exception du Kelly en entretien à flot, du Kashmir immobilisé pour avarie et du Kimberley en grand carénage à Gibraltar.
Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 1717 tonnes pleine charge 2367 tonnes

Dimensions : longueur 108.7m largeur 10.90m tirant d’eau 3.8m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenafes Parson alimentées en vapeur par deux groupes de chaudières Amirauté dévellopant 40000ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 36 noeuds (32 noeuds à pleine charge) 5500 miles nautiques à 15 noeuds 1500 miles nautiques à 32 noeuds

Armement : six canons de 120mm en trois affûts doubles (deux avant “A” et “B” et un arrière “X”), Un Pom-Pom quadruple et deux affûts quadruples de 12.7mm, ces derniers sont remplacés ultérieurement par six canons de 20mm Oerlikon. Ils disposent également de deux plate-formes quintuples lance-torpilles de 533mm

Equipage : 163 officiers et maris (218 avec un état-major).