Mitteleuropa Balkans (121) Yougoslavie (9)

La Kraljevska mornarica dans le second conflit mondial

En septembre 1948 la marine yougoslave affiche les moyens suivants :

Le conducteur de flottille Dubrovnik

-Conducteur de flottille Dubrovnik

Le destroyer Beograd

-Destroyers classe Beograd Beograd Zagreb Lubjana

-Destroyers classe Split Split Podgoritsa Osijek Sarajevo

-Sous-marins classe Hrabri : Hrabri et Nebojsa

-Sous-marins classe Osvetnik : Osvetnik et Smeli

-Seize vedettes lance-torpilles

Le navire-école Dalmacija

-Le Dalmacija (ex-Niobe) utilisé comme navire-école

-Six Mouilleurs de mines classe Galeb

-Cinq mouilleurs de mines classe Malinska

-Huit dragueurs de mines type D

-Quatre torpilleurs de 250 tonnes utilisés comme auxiliaires et non plus comme navire de combat

-Ravitailleur d’hydravions Zmaj

-Ravitailleurs de sous-marins Sitnica et Hvar

-Navire de sauvetage Spasilac

-Pétrolier Lovcen

-Citerne à eau Pérun

-Monitors fluviaux Vardar Sava Drava Morava

-L’aviation navale comprend environ 150 avions et hydravions, les seconds étant majoritaires. On trouve des chasseurs et des bombardiers ainsi que des hydravions de reconnaissance ainsi que des hydravions de bombardement-torpillage.

A l’été 1948 il devient évident que la guerre est une question de semaines tout au plus de mois. La marine yougoslave craint une attaque surprise d’une Regia Marina bien plus puissante. Pour éviter toute surprise elle renforce ses défenses côtières, commence à mouiller des champs de mines et surtout disperse ses navires dans de nombreux ports. Cela à l’avantage de les protéger d’une attaque surprise mais cela à l’inconvénient de gêner tout riposte puissante.

De son côté la marine italienne est bien consciente que la marine yougoslave peut poser un certain nombre de problèmes. Elle va donc déployer des moyens importants pour couvrir les troupes transalpines engagées dans l’opération MARITSA.

Il s’agit essentiellement d’unités légères, des croiseurs (légers et lourds) accompagnés de contre-torpilleurs, de torpilleurs et de sous-marins. Quelques cuirassés seront engagés mais faute de cuirassé yougoslave à affronter ils serviront de monitor pour neutraliser les batteries côtières ou tout point de résistance et ce en liaison avec l’armée de l’air (en dépit de relations fraiches pour ne pas dire glaciales).

Un croiseur-éclaireur de classe Capitani Romani

Les principales unités engagées côté italien sont les cuirassés Francesco Carraciolo, Giulio Cesare et Impero, le porte-avions Don Juan de Austria, les croiseurs lourds Gorizia Bolzano Napoli, les croiseurs légers Muzio Attendolo, Emanuele Filiberto Duca d’Aosta et Eugenio di Savoia ainsi que les croiseurs éclaireurs Scipione Africano et Attilio Regolo.

Les croiseurs et les contre-torpilleurs assuraient l’escorte de convois de renforts et assuraient l’appui-feu quand les troupes italiennes progressaient le long des côtes ou s’emparaient des (nombreuses) îles de la côte dalmate.

Les cuirassés et le porte-avions furent initialement déployés pour contrer un engagement de cuirassés français et britanniques en soutien de la marine yougoslave mais comme la Royale et la Royal Navy restèrent en Méditerranée, les canons des navires de ligne italiens furent utilisés pour bombarder batteries côtières et sites stratégiques, les avions embarqués servant à guider les tirs, la chasse embarquée se retrouvant au chômage technique faute de menace de l’aviation et de l’aéronavale yougoslave.

Si certains navires italiens furent endommagés par la marine yougoslave, aucun ne fût coulé par une marine qui est victime d’une mutinerie le 16 juillet 1949, mutinerie ayant essentiellement pour origine le refus des marins croates de mourir pour les serbes.

La marine yougoslave va donc cesser d’être une entité unitaire, combattant ou se ralliant au nouvel état croate. Certains navires vont rallier la Grèce, couverts par les français et les britanniques. Les navires de la Kraljevska Mormarica ralliant la Crète et la baie de la Sude.

Après un tri sévère, quelques navires vont participer à la campagne de Grèce avant de rallier l’Egypte pour entretien et modernisation (certaines unités étant remises en état à Bizerte).

La petite marine yougoslave libre sera employée pour des missions d’escorte et de patrouille en Méditerranée orientale et en Adriatique, profitant de l’affaiblissement constant de la marine italienne qui devient bien vite incapable de sanctuariser cette extension de la Mare Nostrum.

Le conducteur de flottille Dubrovnik est endommagé au large de Split le 13 juillet 1949 par l’aviation allemande. Il était en réparations quand la flotte et les ouvriers croates se mutinent ou refusent de travailler.

Néanmoins quelques marins plus yougoslaves que croates parviennent à saborder le navire en eaux peu profondes. Les italiens spécialistes de cette délicate opération parviennent à le renflouer et le mettre au bassin.

Après inspection décision est prise de le remettre en état. Le navire rebaptisé Premuda est utilisé par les italiens jusqu’au printemps 1953 pour des missions de patrouille et d’escorte en Adriatique.

Saisi par les croates après le basculement italien, il reprend son nom d’origine. Il est utilisé comme navire-amiral de la Légion Navale Croate jusqu’au 17 décembre 1953 quand des chasseurs-bombardiers alliés l’envoit par le fond (quatre bombes de 500kg), le navire coulant en ne laissant que fort peu de survivants.

Le Beograd participe à l’opération MARITSA. Légèrement endommagé à plusieurs reprises il rallie la marine royale libre non sans que son commandant ait du étouffer dans l’oeuf une tentative de mutinerie.

Réfugié à La Sude, il participe à la campagne de Grèce puis subit des travaux à Alexandrie pour reprendre ensuite la lutte. Il opère en Méditerranée orientale comme patrouilleur et escorteur, assurant parfois le soutien des opérations commandos en ouvrant le feu pour appuyer et couvrir ces unités d’un nouveau genre.

Survivant au second conflit mondial, le vétéran reste en service dans une marine yougoslave reconstituée mais usé il est désarmé en novembre 1956. Transformé en ponton-école à Kotor, il est finalement démoli en 1975 après avoir coulé suite à une tempête.

Maquette du destroyer Zagreb

Son sister-ship Zagreb est endommagé par des vedettes lance-torpilles italiennes alors qu’il venait d’attaquer un convoi de ravitaillement transalpin. Mis au bassin à l’arsenal de Tivat, il est saisi en réparations par les italiens qui vont le remettre en état et en service sous le nom de Dalmatia. Il est coulé par un sous-marin britannique le 9 septembre 1952.

Le Lubjana était en grand carénage quand éclate l’opération MARITSA. En dépit des efforts des ouvriers, le navire ne peut reprendre la mer et est capturé par les italiens. Ces derniers vont le céder à l’Etat Indépendant de Croatie qui le remet en service sous le nom de Slavonija. Il est coulé par une mine au large de Split le 8 février 1953.

Le destroyer Split déployé au large des côtes de l’Istrie le 7 juillet 1949 assure l’appui-feu des troupes yougoslaves. Le 11 juillet alors qu’il se repliait sur le sud du pays il est surpris par des bombardiers en piqué allemands qui l’envoie par le fond en ne laissant que fort peu de survivants.

Le Podgoritsa est endommagé à plusieurs reprises mais parvient à rallier le gouvernement en exil pour reprendre la lutte jusqu’à la libération du territoire national. Cela ne l’empêchera d’être l’un des premiers navires à se rallier aux communistes en 1958. Endommagé par l’aviation (qui resta longtemps pro-royaliste) il est désarmé en juin 1959 puis démoli.

L’Osijek se rallie aux nouvelles autorités croates lors de la mutinerie du 16 juillet 1949. Il joue un rôle important dans la légion navale croate. Sérieusement endommagé par l’aviation libre yougoslave, il était en réparations à Kotor. Il est sabordé le 12 décembre 1953 pour bloquer l’accès à l’Arsenal de Tivat. L’épave est relevée au printemps 1955 et démantelée.

Le Sarajevo rallie lui la marine royale yougoslave libre et va participer à des opérations de patrouille et d’escorte. Le 9 mai 1953 alors qu’il opérait au large de Corfou, il fait détonner une mine allemande qui le coupe en deux. L’avant coule rapidement mais l’arrière dérive permettant à l’équipage d’évacuer avant qu’elle ne soit détruite par l’aviation alliée.

Le sous-marin Hrabri endommagé par des escorteurs italiens rallie Split pour réparations mais devant l’ampleur des travaux il est décidé de le saborder. L’épave est relevée par les italiens qui décident de l’envoyer à la ferraille.

Son sister-ship Nebojsa parvient à rallier l’Egypte mais sans être remis en service, servant de but sonar pour entraineur les «oreilles d’or» alliées. Relevé en octobre 1954, il est proposé aux yougoslaves qui décident de le refuser et les britanniques décident de l’envoyer à la ferraille.

Le sous-marin de fabrication française Osvetnik est capturé par les italiens après mutinerie de son équipage. Rebaptisé Francesco Rimmondo, il sert de sous-marin d’entrainement puis de ponton-école en raison de problèmes récurrents de propulsion. Il est sabordé à Trieste en janvier 1954 pour embouteiller le port. L’épave est relevée après guerre et démantelée.

Son sister-ship Smeli est capturé par les allemands à Split. Il est cédé aux croates mais ces derniers qui manquent de personnel spécialisé ne peuvent le remettre en service.

Il est finalement démoli durant le conflit et l’acier réutiliser pour construire des fortifications de campagne destinées à protéger Split.

Sur les seize vedettes lance-torpilles en service en septembre 1948, neuf sont coulées tandis que sept parviennent à se réfugier tant bien que mal à Corfou. Le gouvernement yougoslave en exil tente de trouver une solution pour leur permettre de se replier sur la Crète puis l’Egypte mais doit très vite se rendre à l’évidence que c’est mission impossible et en février 1950 peu avant l’évacuation de l’île par les troupes grecques, ordre est donné de sabordé ces vedettes dont les épaves ont été retrouvées en 1972.

Elles seront remplacées par un total de douze vedettes lance-torpilles type Fairmile D modifiés dont six d’entre-elles seront initialement mises en service.

En ce qui concerne les navires auxiliaires, le sort est tout aussi contrasté que les navires de combat.

Le navire-école Dalmacija est coulé par un sous-marin italien alors qu’il avait appareille de Corfou le 17 décembre 1949 direction la Crète. Deux torpilles envoient l’ex-Niobé rejoindre les fonds de la mer Egée.

En ce qui concerne les mouilleurs de mines de classe Galeb, le navire éponyme est coulé par l’aviation italienne le 8 juillet 1949, le Jalub est sabordé par son équipage le 11 juillet 1949, les Orao et Jastreb rallient la Légion navale croate où ils vont être utilisés comme patrouilleurs jusqu’à leur destruction respectivement en mars 1952 et juin 1953 alors que les Kobac et Sokol vont rallier la marine royale en exil. Survivant au second conflit mondial, ils sont désarmés respectivement en 1960 et 1962 puis démolis.

Le Zmaj victime d’une avarie une semaine avant le début de l’opération MARITSA est capturé par les allemands. Rebaptisé Drache, il sert de transport de troupes puis de mouilleur de mines. Le 2 septembre 1953 un sous-marin français l’envoie par le fond avec deux torpilles alors qu’il était chargé de mines. Autant dire que l’explosion à été spectaculaire. Aucun marin n’à survécu à cette abominable explosion.

Sur les cinq mouilleurs de mines de la Classe Malinska, trois d’entre-eux rallient la marine royale yougoslave en exil (Malinska Meljine Mosor) alors que les deux autres capturés par les italiens (Mayan Mlpet) sont cédés à la légion navale croate. Si les trois «exilés» survivent au conflit et sont désarmés en 1961,1962 et 1964 respectivement, les deux Malinska utilisés par les croates sont coulés durant le conflit, le premier par l’aviation alliée en mars 1951 et le second par l’explosion accidentelle (?) de son chargement de mines en octobre 1952.

Sur les huit dragueurs de mines type D, le D-1 est coulé par des vedettes lance-torpilles italiennes, le D-2 et le D-4 se rallient au nouvel état croate, le D-3 capturé par l’Italie va être utilisé par la marine italienne jusqu’à sa destruction en septembre 1951, les D-5,D-6, D-7 et D-8 rallient le gouvernement royal en exil, servant comme dragueurs de mines en Crète. Ces navires survivent au conflit et son désarmés respectivement en 1962, 1964, 1966 et 1967.

Les torpilleurs de 250 tonnes encore en service étaient depuis très longtemps utilisés comme auxiliaires et non comme navires de combat. Il en restait quatre en service quand est déclenchée l’opération MARITSA.

Le T-1 est coulé par un chasseur-bombardier allemand au large de Split le 10 juillet 1949 alors qu’il remorquait une barge transportant des munitions évacuées vers le sud. Le T-3 est sabordé à Kotor pour embouteiller l’accès, les T-5 et T-6 parviennent à rallier la marine yougoslave en exil, servant d’auxiliaire à La Sude puis à Alexandrie. Ils sont démolis après guerre.

Le ravitailleur de sous-marins Sitnica est coulé par l’aviation allemande le 8 juillet 1949 alors qu’il venait de quitter Rijeka direction Split.

Le ravitailleur de sous-marins Hvar rallie la marine en exil et sert faute de sous-marins yougoslaves en état de ravitailleur polyvalent et de navire-atelier. Il est désarmé en septembre 1963 après un incendie qui rendait fort peu économique sa réparation.

Le remorqueur de sauvetage Spasilac est capturé par les italiens et remis en service par ces derniers sous le nom de Instancabile. Survivant au conflit il est rendu à la Yougoslavie en septembre 1954 et utilisé jusqu’en 1980 quand il est finalement désarmé puis démoli.

Le pétrolier Lovcen rallie la marine en exil assurant le ravitaillement sur rade des navires exilés. Il revient en Yougoslavie en juin 1954, continuant son rôle de l’ombre jusqu’en 1967 quand il devient un ponton pétrolier jusqu’à sa vente à la démolition en 1980. En revanche la citerne à eau Perun est coulée par les allemands le 15 juillet 1949.

En ce qui concerne les monitors fluviaux, le Vardar est coulé sur le Danube, le Sava et le Drava sont capturés et réutilisés par les allemands et leurs alliés alors que le Morava capturé lui aussi mais en mauvais état est envoyé à la casse dès le printemps 1950.

Organisation

En septembre 1948 l’organisation de la marine yougoslave n’à pas vraiment évolué depuis sa création.

Le Commandement/Etat-Major Naval installé à Zemun est l’organe suprême de la marine yougoslave, son action est relayée par l’Etat-Major Naval.

On trouve six branches avec la Flotte de Haute-Mer, la Flottille Fluviale, l’Aéronavale, le Commandement de la Défense Côtière, le Commandement de Surveillance Navale et le Commandement des Bases Navales.

Le commandement de la Flotte de Haute-Mer regroupe tous les navires hauturiers à l’exception des navires de guerre des mines qui dépendent du commandement de la défense côtière. Ce commandement disposait également et principalement de batteries côtières (artillerie et tubes lance-torpilles)

La Flottille Fluviale qui opère essentiellement sur le Danube comprend les monitors et des vedettes fluviales, les premiers étant destinés au combat, les secondes à la surveillance.

Le Commandement de l’Aéronavale regroupe les avions et les hydravions de la marine yougoslave.

En théorie l’armée de l’air doit apporter son concours mais cela est considéré comme peu probable et ceux pour deux raisons : des relations très mauvaises entre les deux armées et le simple fait que l’armée de l’air aura déjà fort à faire pour défendre le pays et appuyer les troupes au sol.

Ce commandement est divisé en trois commandements locaux (Nord, Centre et Sud) avec dans chaque commandement deux groupes disposant de squadrons de chasse, de reconnaissance, de bombardement-torpillage avec à la fois des avions et des hydravions. Sous ce commandement se trouve également l’Ecole d’Aviation Navale.

Le Commandement de la Surveillance Navale dispose de quelques patrouilleurs auxiliaires pour des missions de renseignement mais son efficacité potentielle est jugée très limitée.

Le Commandement des Bases Navales assure le soutien logistique et la gestion des établissements à terre de la marine yougoslave.

En septembre 1948 les principales installations sont situées à Kotor, à Tivat, à Sibenik, Selce et Novi Sad (ce dernier pour la flottille fluviale).

En cas de guerre, une nouvelle organisation se met en place avec un Etat-Major des Forces Navales qui dépendant du Commandement Suprême des Forces Armées prend le commandement opérationnel des moyens aériens et navals de la marine. Cet état-major (stožer pomorskih snaga) doit s’installer à Split.