13-Sous-marins (35) sous-marins classe Aurore (3)

L’Astrée

-L’Astrée est mise sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon de Nantes le 30 novembre 1939 lancé le 12 octobre 1941 et mis en service à Cherbourg le 17 mars 1943.

Le 18 mars 1943, il quitte Cherbourg en compagnie de l’aviso Somme pour rallier Toulon. Les deux navires font escale à Casablanca du 25 au 28 mars avant de rallier Toulon le 2 avril 1943.

Il est placé hors rang au sein de la 5ème escadrille de la 1ère flottille de sous-marins jusqu’au mois d’août 1943 quand est réactivée la 19ème DSM avec les sous-marins La Favorite et La Gorgone avant d’être rejoint par leur sister-ship L’Africaine.

Du 24 août au 2 septembre 1943, le sous-marin L’Astrée participe comme plastron à l’entrainement anti-sous-marin du contre-torpilleur Lion.

Du 12 au 20 janvier 1944, il participe avec La Favorite à l’entrainement ASM du croiseur léger Chateaurenault et notamment de son détachement aviation composé de deux Dewoitine HD-731.

Du 13 au 21 mars 1945, L’Astrée et La Favorite participent à un entrainement ASM avec les contre-torpilleurs Bayard Turenne et Du Guesclin.

Du 5 au 15 janvier 1946, il participe toujours avec son compère La Favorite à un entrainement ASM en compagnie du cuirassé Alsace et de ses deux torpilleurs d’escadre.

Du 1er avril au 25 mai 1946, L’Astrée est échoué sur le dock flottant de l’arsenal de Sidi-Abdallah pour grand carénage. Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 10 juin 1946.

Les essais officiels ont lieu du 11 au 13 juin 1946 et la remise en condition du 15 au 30 juin, l’Astrée ralliant Toulon le 4 juillet 1946. La première patrouille à lieu du 12 juillet au 4 août 1946.

Du 28 janvier au 8 février 1948, L’Astrée participe avec La Gorgone à un entrainement ASM en compagnie des contre-torpilleurs Le Fantasque L’Audacieux et Le Malin de la 9ème DCT.

Le 5 septembre 1948, il est entretien à flot à quai à Toulon et reçoit l’ordre d’accélérer sa remise en condition opérationnelle pour appareiller le plus rapidement possible pour sa première patrouille de guerre.

L’Artemis

-L’Artemis est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand du Havre le 12 janvier 1940 lancé le 5 août 1942 et mis en service le 12 mars 1944 en compagnie du Cornélie.

Les sous-marins Artemis et Cornélie quittent Cherbourg le 13 mars 1944 en compagnie de l’aviso-dragueur Commandant Rivière, les trois navires faisant escale à Casablanca du 20 au 23 mars 1944 avant de rallier Mers-El-Kébir le 27, formant la 27ème DSM. Ils seront rejoints ultérieurement par l’Andromaque et l’Amirde.

Du 12 au 28 septembre 1944, les sous-marins Artemis et Amirde ainsi que les submersibles L’Arethuse et La Sultane participent à un exercice commun avec les croiseurs lourds Algérie Dupleix et Henri IV.

Un an plus tard, en octobre 1945, la 27ème DSM est renumérotée 18ème Division de Sous-Marins (18ème DSM).

Le 2 février 1946, la 11ème DCT quitte Bizerte en compagnie du pétrolier La Mayenne. Lors du transit au large de l’Algérie, les sous-marins Artémis et Cornélie attaquent la petite escadre qui se rendait à Dakar.

Du 7 avril au 21 mai 1947, l’Artemis est échoué sur le dock flottant de Mers-El-Kébir pour le premier grand carénage de sa carrière.

Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 3 juin, effectuant ses essais réglementaires du 4 au 6 juin puis sa remise en condition du 8 au 22 juin 1947.  Sa première patrouille post-carénage à lieu du 2 au 25 juillet 1947.

Du 29 novembre au 4 décembre, les sous-marins Artémis et Cornélie participent à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Magon Dunois La Hire de la 4ème DCT.

Quand éclate le second conflit mondial le 5 septembre 1948, le sous-marin Artemis était en entretien à flot. Il est donc dans l’impossibilité d’appareiller immédiatement pour une patrouille de guerre.

L’Hermione

-L’Hermione est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand du Havre le 9 février 1940 lancé le 10 octobre 1941 et mis en service le 7 juillet 1943.

Le 8 juillet 1943, le sous-marin L’Hermione quitte Cherbourg en compagnie de l’aviso-mouilleur de mines Les Eparges pour rallier Mers-El-Kébir. Ils font escale à Casablanca du 15 au 18 juillet avant d’arriver à Mers-El-Kébir le 22 juillet 1943.

Placé hors rang au sein de la 2ème FSM, il est rejoint au mois de novembre 1943 par ses sister-ships  Clorinde et Andromède ce qui permet l’activation de la 14ème DSM.

Du 1er au 8 mars 1944, L’Hermione et son compère Clorinde participent à l’entrainement anti-sous-marin de la 4ème DCT en l’occurence les contre-torpilleurs Valmy Vauban et Verdun.

Du 10 au 18 octobre 1945, L’Hermione participe avec le Clorinde à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Valmy Vauban et Verdun de la 4ème DCT.
Du 5 août au 15 septembre 1946, l’Hermione est échoué sur le dock-flottant de la base de Mers-El-Kébir pour subir son premier grand carénage.

Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 27 septembre 1946, effectuant ses essais réglementaires du 28 au 30 septembre et sa remise en condition du 2 au 16 octobre 1946. Sa première patrouille post-carénage à lieu du 23 octobre au 8 novembre 1946.

Le 5 septembre 1948, L’Hermione est à la mer pour une patrouille au large des côtes espagnoles. Il reçoit un ordre de vigilance.

Le Gorgone

-Le Gorgone est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand le 11 mars 1940 lancé le 20 janvier 1942 et mis en service le 12 août 1943.

Il quitte Cherbourg le 13 août 1943 en compagnie de La Favorite et de l’aviso-dragueur Commandant Dominé pour rallier Toulon. Les trois navires font escale à Casablanca du 18 au 21 août avant de rallier Toulon le 25 août 1943.

L’arrivée de ces deux sous-marins à Toulon permet la réactivation de la 19ème DSM composée donc des sous-marins La Favorite Gorgone et L’Astrée en attendant l’arrivée de L’Africaine prévue à l’automne prochain.

Du 4 au 12 janvier 1944, La Gorgone participe à l’entrainement anti-sous-marin du contre-torpilleur Bison.

Du 29 juin au 2 juillet 1945, il participe avec les sous-marins Venus et L’Africaine à un entrainement commun avec le croiseur lourd Algérie ainsi que deux divisions de contre-torpilleurs, la 2ème  (Bayard du Guesclin Turenne classe Bayard) et la 9ème DCT (Le Fantasque L’Audacieux et Le Malin classe Le Fantasque).

Du 22 avril au 2 mai 1946, les sous-marins La Gorgone et L’Africaine participent à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs de la 2ème DCT.

Du 26 mai au 5 juillet 1946, La Gorgone est échoué sur le dock flottant de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour son premier grand carénage. Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 15 juillet 1946.

Les essais réglementaires ont lieu du 16 au 18 juillet et la remise en condition du 20 juillet au 3 août, date du retour du sous-marin à Mers-El-Kébir. Il effectue sa première patrouille post-carénage du 10 août au 2 septembre 1946.

Du 28 janvier au 8 février 1948, les sous-marins L’Astrée et La Gorgone participent à l’entrainement anti-sous-marin des contre-torpilleurs de la 9ème DCT.

Le 5 septembre 1948, il à quai à Toulon. Il reçoit l’ordre d’appareiller le plus rapidement possible pour prendre en position au large des ports italiens. L’appareillage est effectif en début de soirée.

Publicités

13-Sous-marins (34) sous-marins classe Aurore (2)

L’Africaine

-L’Africaine mis sur cale aux aux Ateliers et Chantiers de Seine-Maritime du Trait le 1er septembre 1938 lancé le 2 novembre 1941 et mis en service le 7 octobre 1943 à Cherbourg.

Il quitte la Normandie le 8 octobre 1943 en compagnie du mouilleur de mines Castor, les deux navires faisant escale à Casablanca du 15 au 18 octobre avant de rallier Toulon le 24 octobre 1943.

Son arrivée permet à la 19ème DSM d’atteindre son format définitif à quatre submersibles avec les Astrée Favorite Gorgone et Africaine.

Du 29 juin au 2 juillet 1945, le sous-marin L’Africaine participe avec son compère La Gorgone et le  Venus à un exercice commun avec le croiseur lourd Algérie, la 2ème et la 9ème DCT. Du 22 avril au 2 mai 1946, l’Africaine et La Gorgone participe à l’entrainement anti-sous-marin des contre-torpilleurs Bayard Du Guesclin et Turenne.

Du 21 octobre au 2 décembre 1946, il est échoué sur le dock flottant de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour son premier grand carénage. Armé pour essais le 17 décembre, il réalise ses officiels du 18 au 20 décembre puis sa remise en condition du 22 décembre 1946 au 5 janvier 1947, ralliant Toulon le 8 janvier pour préparer une nouvelle patrouille (15 au 30 janvier 1947).

Le 5 septembre 1948, le sous-marin L’Africaine est à la mer au large de Bastia, entamant son douzième jour de patrouille. Ayant consommé une bonne partie de son carburant et de ses vivres, il rallie Toulon pour recompléter ses stocks et après une escale de 6h, reprend la mer pour une première patrouille de guerre.

L’Andromaque

-L’Andromaque est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Seine-Maritime du Trait le 10 juillet 1939 lancé le 12 septembre 1942 et mis en service le 23 septembre 1944.

Il quitte Cherbourg le 24 septembre 1944 en compagnie du pétrolier-caboteur Durance, faisant escale à Casablanca du 1er au 4 octobre 1944 avant de rallier Mers-El-Kébir le 7 octobre 1944 à l’aube.

Il rejoint la 27ème DSM où il retrouve ses sister-ships Artemis Cornélie et Amirde, division affectée à la 2ème flottille de sous-marins, la composante sous-marine de la 4ème Escadre.

Du 21 au 28 avril 1945, il participe avec son compère Cornélie à l’entrainement anti-sous-marin des contre-torpilleurs Vauban et Verdun (4ème DCT).

En octobre 1945, la 27ème DSM est renumérotée 18ème DSM sans que sa composition évolue.

Du 15 octobre au 30 novembre 1947, l’Andromaque est échoué sur le dock flottant de la base de Mers-El-Kébir pour son premier grand carénage.

Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 12 décembre 1947, sortant pour essais du 13 au 15 décembre puis pour remise en condition du 17 au 31 décembre 1947. Il effectue sa première patrouille post-carénage du 10 janvier au 1er février 1948.

Le 5 septembre 1948,  il est à la mer au large de Cagliari. Il reçoit l’ordre de surveiller les mouvements de la flotte italienne, prêt à torpiller tout navire italien en cas d’hostilités manifestes.

L’Antigone

-L’Antigone est mis sur cale aux chantiers Schneider de Chalons sur Saône le 1er août 1939 lancé le 5 septembre 1941 et mis en service le 15 janvier 1943.

Présent à Toulon _port d’armement_, il permet à la 26ème DSM d’atteindre son format définitif, l’Antigone retrouvant ses sister-ships Aurore Créole et La Bayadère. Cette division est renuméroté 13ème DSM en juillet 1943.

Du 29 septembre au 6 octobre 1943, les sous-marins L’Antigone et La Bayadère participent à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Guépard Lion Bison de la 2ème DCT.

L’Antigone participe du 1er au 13 juillet 1945 à l’exercice «Némo» en compagnie des sous-marins L’Antigone Le Glorieux Le Tonnant La Réunion et Le Crozet.

Du 15 février au 25 mars 1946, L’Antigone est échoué au bassin n°4 du Castigneau pour un grand carénage, le premier de sa carrière. Après des travaux complémentaires, il est armé pour essais le 8 avril, effectuant ses essais du 9 au 11 avril et sa remise en condition du 13 au 27 avril 1946. Sa première patrouille post-carénage à lieu du 5 au 20 mai 1946.

Du 27 octobre au 4 novembre 1946, L’Antigone et l’Aurore participent à un entrainement ASM en compagnie des contre-torpilleurs Marceau et Kléber de la 12ème DCT.

Le 5 septembre 1948, l’Antigone était à quai, étant rentré la veille d’une patrouille. Il est entretien et remise en condition et ne peut appareiller immédiatement même si le contexte accélère les travaux.

L’Amirde

-L’Amirde est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Seine-Maritime du Trait e le 1er novembre 1939 lancé le 15 août 1942 et mis en service le 8 juillet 1944.

Le 9 juillet 1944, le sous-marin quitte Cherbourg en compagnie du transport-caboteur Coucy qui avait rallié Cherbourg pour charger des torpilles et des pièces détachées pour la base de Mers-El-Kébir. Les deux navires se ravitaillent à Casablanca le 14 juillet 1944 puis rallient Mers-El-Kébir le 17 juillet dans la soirée, intégrant la 27ème DSM.

Du 12 au 28 septembre 1944, le sous-marin Amirde participe à un entrainement commun avec ses compères Artemis Arethuse Sultane et les croiseurs lourds Algérie Dupleix et Henri IV.

La 27ème Division de Sous-Marins (27ème DSM) est renumérotée 18ème DSM en octobre 1945.

Du 21 au 28 avril 1946, l’Amirde participe à l’entrainement anti-sous-marin des contre-torpilleurs Vauban et Verdun de la 4ème DCT.

Du 1er décembre 1947 au 15 janvier 1948, l’Amirde est échoué sur le dock-flottant de Mers-El-Kébir pour son premier grand carénage. Armé pour essais le 25 janvier, il sort pour essais du 26 au 28 janvier et pour remise en condition du 30 janvier au 13 février 1948.

Du 15 mai au 20 juin 1948, il participe avec les sous-marins Cornélie Minerve et Junon à un entrainement de grande ampleur avec le porte-avions Commandant Teste, le cuirassé Bretagne, le croiseur de bataille Strasbourg, six torpilleurs d’escadre et les contre-torpilleurs Mogador Volta Hoche de la 11ème DCT.

Le 5 septembre 1948, l’Amirde est à quai à Mers-El-Kébir. Il appareille en début d’après midi pour se positionner au large du port sicilien de Syracuse.

13-Sous-marins (33) sous-marins classe Aurore (1)

M-Sous-marins de moyenne patrouille classe Aurore

De nouveaux sous-marins pour la marine nationale (bis)

Pour renouveler une flotte sous-marine qui vieillissait rapidement, l’amirauté décide de poursuivre sur le modèle choisit après le premier conflit mondial à savoir des sous-marins de grande patrouille plus proches désormais des 2000 que des 1000 tonnes et des sous-marins de moyenne patrouille qui de 600 passaient à 800 tonnes.

Partant des Argonaute, l’ingénieur du Génie Maritime Paoli dessina des submersibles de 800 tonnes qui par rapport à leurs devanciers affichaient les améliorations suivantes :

-Immersion opérationnelle plus importante passant de 80 à 100m

-Armement offensif plus important (canon de 100mm et 9 tubes lance-torpilles)

-Appareil d’écoute et optiques améliorées.

Un premier sous-marin baptisé Aurore est financé à la tranche 1934. Il est suivi par quatre autres submersibles financés à la tranche 1937 (La Créole La Bayadère La Favorite L’Africaine), quatre autres submersibles sont financés à la tranche 1938 (L’Astrée L’Andromède L’Antigone L’Andromaque).

Deux submersibles sont financés par la tranche 1938bis (L’Artemis L’Armirde) et ces deux sous-marins sont suivis par quatre autres sous-marins financés à la tranche 1938ter (Hermione Gorgone Clorinde Cornelie)

Le 24 juin 1939, un décret autorise la construction d’un sous-marins pour remplacer le Phenix perdu en Indochine. Le modèle choisit est le Y4, une version tropicalisée du Y3. Il reprend le nom du sous-marin perdu au large de Cam-Ranh Le 29 décembre 1939, un nouveau décret finance la construction de douze submersibles qui seront du type Y4.

L’Aurore

L'Aurore

L’Aurore

-L’Aurore est mis sur cale à l’Arsenal de Toulon le 1er septembre 1936 lancé le 26 juillet 1939 et mis en service le 20 juin 1940.

Il est d’abord affecté hors rang au sein de la 5ème escadrille qui regroupe tous les sous-marins de moyenne patrouille de la 1ère flottille de sous-marins (1ère FSM).

La mise en service du sous-marin Créole en mars 1942 permet l’activation de la 26ème DSM qui est bientôt rejointe par La Bayadère (mai 1942) et  L’Antigone (janvier 1943).

Le 12 juillet 1943, la 26ème DSM est renuméroté 13ème DSM.

Du 7 juillet au 24 août 1943, le sous-marin L’Aurore est échoué au bassin n°4 du Castigneau pour son premier grand carénage, le premier «800 tonnes» subissant une remise en état complète.

Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 7 septembre 1943, exécutant ses essais réglémentaires du 8 au 10  puis sa remise en condition du 12 au 26 septembre 1943.

Du 1er au 13 juillet 1945, l’Aurore participe à l’exercice «Némo» en compagnie de son compère L’Antigone mais également des sous-marins Le Glorieux et Le Tonnant (1ère DSM) La Réunion et Crozet (3ème DSM).

Du 18 au 23 février 1946, l’amiral Ollive, grand-amiral de la Flotte et commandant chef de la marine nationale passe une inspection des capacités du cuirassé Richelieu et du porte-avions Joffre, les sous-marins L’Aurore et La Bayadère servant de plastron pour l’entrainement ASM des torpilleurs d’escadre et du porte-avions.

Du 15 août au 1er octobre 1946, le sous-marin Aurore subit son deuxième grand carénage sur le slipway du Mourillon. Armé pour essais le 8 octobre, il exécute ses essais réglementaires les 9 et 10 octobre avant sa remise en condition du 12 au 22 octobre. Il participe ensuite avec l’Antigone à un entrainement anti-sous-marin des contre-torpilleurs Marceau et Kléber (12ème DCT).

Du 3 au 12 octobre 1947, le sous-marin Aurore sert de plastron aux torpilleurs d’escadre Rapière et Hallebarde, les trois navires ralliant Toulon le lendemain 13 octobre 1947. Il enchaine ensuite par un entrainement ASM au profit des contre-torpilleurs Marceau Desaix et Kléber de la 12ème DCT.

Quand éclate le second conflit mondial, l’Aurore est à la mer depuis une semaine pour une patrouille. Informé des bombardements allemands, il reçoit l’ordre de se tenir prêt à attaquer les lignes de communications italiennes.

La Favorite
-La Favorite est mise sur cale aux Ateliers et Chantiers de Seine-Maritime du Trait le 29 juillet 1938 lancé le 3 septembre 1941 et mis en service le 12 août 1943 à Cherbourg.

Il quitte Cherbourg le 13 août 1943 en compagnie de La Gorgone et de l’aviso-dragueur Commandant Dominé pour rallier Toulon. Les trois navires font escale à Casablanca du 18 au 21 août avant de rallier Toulon le 25 août 1943.

L’arrivée de ces deux sous-marins permet l’activation de la 19ème DSM qu’ils forment avec leur sister-ship L’Astrée. Cette division est complétée en octobre 1943 par la mise en service du sous-marin L’Africaine.

Du 12 au 20 janvier 1944, le sous-marin La Favorite accompagné de L’Astrée participe à l’entrainement anti-sous-marin du croiseur léger Chateaurenault et notamment de ses hydravions Dewoitine HD-731.

Du 13 au 21 mars 1945, les sous-marins La Favorite et L’Astrée participent à l’entrainement anti-sous-marine des contre-torpilleurs Turenne et Du Guesclin.

Du 5 au 15 janvier 1946, il participe toujours avec l’Astrée à l’entrainement anti-sous-marin du cuirassé Alsace et de ses deux torpilleurs d’escadre.

Du 5 septembre au 20 octobre 1946, le sous-marin La Favorite est échoué sur le dock-flottant de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour son premier grand carénage destiné à lui offrir une remise en état complète.

Armé pour essais le 2 novembre 1946, il sort pour essais du 3 au 5 novembre et pour remise en condition du 7 au 21 novembre, ralliant Toulon le 24 novembre 1946. Il effectue sa première patrouille post-carénage du 1er au 20 décembre 1946.

Du 1er au 9 juillet 1948, il participe à un exercice ASM avec le cuirassé Bourgogne et ses torpilleurs d’escadre.

Le 5 septembre 1948, le sous-marin est à la mer pour une patrouille au large de la côte orientale de la Corse et reçoit l’ordre de pister les navires de la Regia Marina.

La Créole
-La Créole est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand du Havre le 29 août 1938 lancée le 8 juin 1940 et mise en service le 5 mars 1942 à Cherbourg.

Il quitte le port bas-normand le 6 mars 1942 en compagnie de l’aviso Somme, les deux navires faisant escale à Casablanca du 13 au 18 mars 1942 avant de rallier Toulon le 22 mars dans la soirée.

Son arrivée permet l’activation de la 26ème DSM qu’il forme avec son sister-ship L’Aurore en attendant l’arrivée de L’Antigone et de la Bayadère. Le 12 juillet 1943, la 26ème DSM est renumérotée 13ème DSM alors qu’elle à atteint son format définitif à quatre submersibles.
Du 8 au 15 septembre 1943, le sous-marin La Créole participe à l’entrainement du croiseur lourd Suffren et plus précisément de ses hydravions embarqués.

Du 10 avril au 30 mai 1945, le sous-marin La Créole est échoué dans le bassin n°4 du Castigneau pour son premier grand carénage. Après des travaux complémentaires à flot, il est armé pour essais le 12 juin, sortant pour essais du 13 au 15 juin puis pour remise en condition du 17 au 30 juin 1945.

Du 14 au 21 mai 1947, il participe à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Marceau Desaix et Kléber de la 12ème DCT en compagnie de son compère La Bayadère mais également d’avions et d’hydravions basés à terre.

Du 21 au 21 août 1947, il participe à l’entrainement anti-sous-marin du contre-torpilleur Gerfaut servant de plastron indocile alors que le contre-torpilleur servait de cible rapide aux torpilleurs du sous-marin.

Du 1er juin au 15 août 1948, le sous-marin La Créole est échoué au bassin Vauban n°6 pour son deuxième grand carénage. Armé pour essais le 20 août, il exécute ses essais officiels les 21 et 22 août puis sa remise en condition du 24 août au 4 septembre.

A peine rentré à Toulon, il se ravitaille aussitôt en carburant, vivres et munitions pour pouvoir appareiller pour sa première patrouille de guerre ce qu’il fait dans la nuit du 5 au 6 septembre 1948.

La Bayadère

-La Bayadère est mise sur cale aux chantiers Auguste Normand le 29 août 1938 lancée le 4 juillet 1940 et mise en service le 10 mai 1942.

Affecté à la 26ème DSM, il quitte Cherbourg le 11 mai 1942 en compagnie de l’aviso-dragueur Commandant Dominé pour rallier Toulon, les deux navires faisant escale à Casablanca du 18 au 21 mai avant d’arriver dans le Var le 25 mai 1942.

La Bayadère désormais sous-marin de la 13ème DSM sort en compagnie de l’Antigone du 29 septembre au 6 octobre 1943 pour l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Guépard Lion et Bison de la 2ème DCT.

Du 1er juin au 17 juillet 1945, le sous-marin La Bayadère est échoué au bassin n°4 du Castigneau pour son premier grand carénage. Après des travaux complémentaires à flot, il est armé pour essais le 27 juillet, effectuant ses essais officiels du 28 au 30 juillet puis sa remise en condition du 1er au 15 août 1945.

Du 7 au 11 octobre 1945, La Bayadère relaie le croiseur lourd Henri IV dans une mission de surveillance des Baléares où la présence de nombreux navires italiens laissait craindre la possible installation d’une base navale italienne.

Du 18 au 23 février 1946, l’amiral Ollive, grand-amiral de la Flotte et commandant chef de la marine nationale passe une inspection des capacités du cuirassé Richelieu et du porte-avions Joffre, les sous-marins L’Aurore et La Bayadère servant de plastron pour l’entrainement ASM des torpilleurs d’escadre et du porte-avions.

Du 14 au 21 mai 1947, il participe à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Marceau Desaix et Kléber de la 12ème DCT en compagnie de son compère L’Aurore mais également d’avions et d’hydravions basés à terre.
Le 16 août 1948, La Bayadère est échoué au bassin Vauban n°6 pour le deuxième grand carénage de sa carrière. Ce grand carénage censé duré jusqu’au 7 octobre est accéléré par le déclenchement du second conflit mondial. Armé pour essais le 8 octobre, il effectue essais et remise en condition jusqu’au 17 octobre date à laquelle il est déclaré disponible.

13-Sous-marins (19) sous-marins classe Amirauté (1)

F-Sous-marins de moyenne patrouille type Amirauté

Avant-propos

Après la construction des sous-marins de moyenne patrouille par les chantiers privés, une commission d’examen des événements antérieurs fût réunie à l’automne 1928 pour un retour d’expérience.

Le choix de confier la construction des sous-marins de type «Sirène» et «Argonaute» à des chantiers privés dans l’espoir d’obtenir les meilleurs sous-marins possibles, la concurrence devant favoriser les idées nouvelles.

Malheureusement, cela à entrainé un problème de standardisation, notamment au niveau des moteurs diesels différents en raison des liens des chantiers avec différents constructeurs.

La commission citée plus haut recommande en octobre 1928 de standardiser les sous-marins côtièrs, recommandation acceptée et désormais l’Amirauté allait se charger des plans qui seraient transmis aux chantiers constructeurs.

Deux projets furent étudiés, le premier «S» déplaçait 978 tonnes et était donc nettement plus gros que les sous-marins précédents. Il est cependant écarté au profit du projet «T2» d’un tonnage semblable aux Sirène et aux Argonaute.

Quatre sous-marins de ce type sont financés au contingent 1930 (loi du 16 avril 1930), submersibles baptisés Minerve Junon Vénus Iris. Ils sont suivis de deux auttres financés à la tranche 1936 (loi du 31 décembre 1935) et baptisés Pallas et Cérès.

Si le premier sera construit par l’Arsenal de Cherbourg, les cinq autres seront construits par l’Industrie à savoir aux chantiers Auguste Normand du Havre (deux), aux chantiers Worms (ACSM) du Trait (deux) et aux Anciens Chantiers Dubigeon (un).

Le Minerve

Le Minerve à quai

Le Minerve à quai

-Le Minerve est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 17 août 1931 lancé le 23 octobre 1934 et mis en service le 15 septembre 1936.

En septembre 1939, le Minerve appartient à la 12ème DSM, une division composée également de son sister-ship Junon mais également des Orion et Ondine de classe Argonaute. Cette division appartient à la 2ème ESM, la composante sous-marine de la 6ème Escadre basée à Oran pour participer à la sécurisation du détroit de Gibraltar.

La réorganisation de septembre 1940 intègre la 12ème DSM à une nouvelle 2ème Flottille de Sous-Marins (2ème FSM), la composante sous-marine de la 4ème Escadre basée dans la nouvelle base de Mers-El-Kébir.

Du 22 au 30 mai 1942, le sous-marin Minerve participe à l’entrainement anti-sous-marin du contre-torpilleur Vauban.

Du 6 juin au 27 juillet 1942, il est échoué sur le slipway de la base de Mers-El-Kébir pour un grand carénage. Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 5 août 1942, sortant pour essais du 6 au 8 et pour remise en condition du 10 au 24 août. Sa première patrouille post-carénage à lieu du 1er au 12 septembre 1942.

Du 26 février au 4 mars 1943, il sert de plastron pour l’entrainement anti-sous-marin des torpilleurs d’escadre Le Corsaire et Le Flibustier. Ces deux navires en temps normal sont chargés de protéger le cuirassé Richelieu, cuirassé alors immobilisé pour grand carénage.

Du 8 au 15 octobre 1943, les sous-marins Minerve et Orion participent à l’entrainement ASM des torpilleurs d’escadre L’Alcyon et Le Bordelais.

En janvier 1945, l’Ondine est désarmé suivit au mois de mars de l’Orion, réduisant à deux sous-marins la 12ème DSM qui reçoit au mois d’avril le renfort du sous-marin Cérès.

Le 7 mai 1945, les sous-marins Minerve et Junon quittent Mers-El-Kébir pour rallier Dakar le 14 mai 1945. Ils participent à un entrainement ASM en compagnie des contre-torpilleurs Kersaint et Cassard du 17 au 27 mai. Après une escale commune du 28 au 31 mai, les sous-marins quittent Dakar en compagnie des contre-torpilleurs pour rallier Mers-El-Kébir le 7 juin 1945.

Du 15 août au 25 octobre 1945, le sous-marin Minerve est échoué sur le slipway de la base de Mers-El-Kébir pour un nouveau grand carénage.

Après des travaux complémentaires à flot, il est armé pour essais le 4 novembre 1945, sortant pour essais du 5 au 7  et pour remise en condition du 9 au 23 novembre. La première patrouille post-carénage à lieu du 1er au 12 décembre 1945.

Du 15 au 25 avril 1946, Le sous-marin Minerve et son compère Junon participent à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Le Malin et L’Audacieux. Du 19 au 27 juin 1947, les deux sous-marins Minerve et Junon servent de plastron ASM des contre-torpilleurs Vauquelin et Chevalier-Paul de la 7ème DCT.

Du 15 mai au 20 juin 1948, Le sous-marin Minerve participe en compagnie du Junon, du Cornélie et de l’Amirde à une série d’exercices avec le cuirassé Bretagne, le porte-avions Commandant Teste, le croiseur de bataille Strasbourg et les trois contre-torpilleurs Mogador Volta Hoche de la 11ème DCT.

Quand éclate le second conflit mondial le 5 septembre 1948, Le Minerve rentrait d’une patrouille en Méditerranée. Il accélère sa remise en condition et reprend la mer dès le 10 septembre avec pour mission de surveiller les côtes de Sicile.

Le Junon

Le Junon au retour d'une patrouille de guerre

Le Junon au retour d’une patrouille de guerre

-Le Junon est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand du Havre le 9 juin 1932 lancé le 16 septembre 1935 et mis en service le 20 septembre 1937.

En septembre 1939, le Junon appartient à la 12ème DSM, une division composée également de son sister-ship Minerve mais également des Orion et Ondine de classe Argonaute. Cette division appartient à la 2ème ESM, la composante sous-marine de la 6ème Escadre basée à Oran pour participer à la sécurisation du détroit de Gibraltar.

La réorganisation de septembre 1940 intègre la 12ème DSM à une nouvelle 2ème Flottille de Sous-Marins (2ème FSM), la composante sous-marine de la 4ème Escadre basée dans la nouvelle base de Mers-El-Kébir.

Du 7 au 15 mai 1942, le sous-marin Junon participe à l’entrainement anti-sous-marin du contre-torpilleur Verdun de la 4ème DCT.

Du 28 juillet au 8 septembre 1942, le sous-marin Junon est échoué sur le slipway de la base navale de Mers-El-Kébir pour un grand carénage. Après des travaux complémentaires à flot, il est armé pour essais le 18 septembre. Après des essais à la mer du 19 au 21 septembre, il réalise sa remise en condition du 23 septembre au 7 octobre 1942. Sa première patrouille post-carénage à lieu du 15 au 25 octobre 1942.

Du 3 au 13 décembre 1944, les sous-marins Junon et Orion participent à l’entrainement ASM des quatre torpilleurs d’escadre des 8ème et 9ème DTE.

Le 7 mai 1945, les sous-marins Junon et Minerve quittent Mers-El-Kébir pour rallier Dakar le 14 mai 1945. Ils participent à un entrainement ASM en compagnie des contre-torpilleurs Kersaint et Cassard du 17 au 27 mai. Après une escale commune du 28 au 31 mai, les sous-marins quittent Dakar en compagnie des contre-torpilleurs pour rallier Mers-El-Kébir le 7 juin 1945.

Du 26 octobre 1945 au  1er janvier 1946, le Junon est échoué sur le slipway de la base de Mers-El-Kébir pour un grand carénage. Après des travaux complémentaires à flot, il sort pour essais du 12 au 14 janvier puis pour remise en condition du 16 au 30 janvier. Sa première patrouille à lieu du 8 au 18 février 1946.

Du 15 au 25 avril 1946, Le sous-marin Junon et son compère Minerve participent à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Le Malin et L’Audacieux. Du 19 au 27 juin 1947, les deux sous-marins  Junon et Minerve participent à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Vauquelin et Chevalier-Paul de la 7ème DCT.

Du 15 mai au 20 juin 1948, Le sous-marin Junon participe en compagnie du Minerve, du Cornélie et de l’Amirde à une série d’exercices avec le cuirassé Bretagne, le porte-avions Commandant Teste, le croiseur de bataille Strasbourg et les trois contre-torpilleurs Mogador Volta Hoche de la 11ème DCT.

Quand éclate le second conflit mondial le 5 septembre 1948, le sous-marin Junon était à la mer, recevant l’ordre de pister les navires de guerre italiens.

Le Vénus

Lancement du sous-marin Venus

Lancement du sous-marin Venus au Trait le 6 avril 1935

-Le Venus est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Seine Maritime du Trait le 27 juin 1932 lancé le 6 avril 1935 et mis en service le 15 novembre 1936. Il est toujours en service en septembre 1948

En septembre 1939, le sous-marin Venus forme la 15ème DSM en compagnie de ses sister-ships Iris Pallas et Cérès. Cette division dépend de la 5ème escadrille (5ème ESM), elle même engerbée au sein de la 1ère FSM, la composante sous-marine de la 2ème Escadre. La réorganisation de septembre 1940 ne change rien à la situation du Vénus.

Du 23 avril au 1er mai 1941, le sous-marin Vénus participe à un entrainement ASM avec le cuirassé Provence et ses torpilleurs d’escorte Mameluk et Casque.

Du 15 mai au 22 juin 1941, le sous-marin Venus est échoué au bassin n°1 du Missiessy pour un grand carénage. Après des travaux complémentaires à flot, il est armé pour essais le 2 juillet 1941.

Il sort pour essais du 3 au 5 juillet puis pour remise en condition du 7 au 21 juillet 1941. Sa première patrouille à lieu du 27 juillet au 4 août 1941.

Du 7 au 17 mars 1943, le sous-marin Venus participe à l’entrainement du croiseur léger De Grasse en particulier de son détachement aviation composé de deux Dewoitine HD-731. Du 2 au 15 novembre 1943, les sous-marins Venus et Pallas participent à l’entrainement ASM du porte-avions Joffre.

Du 21 août au 25 octobre 1944, le sous-marin Venus est échoué dans le bassin n°1 du Missiessy pour un grand carénage. Armé pour essais le 3 octobre, il sort pour ses essais réglementaires du 4 au 6  puis pour sa remise en condition du 8 au 22 octobre. Sa première patrouille à lieu du 1er au 12 novembre 1944.

Du 19 au 25 janvier 1945, les sous-marins Venus et Cérès participent à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs de la 12ème DCT (Desaix Kléber Marceau).

Du 28 mars au 5 avril 1945, le sous-marin Venus participe à l’entrainement ASM des torpilleurs d’escadre Fleuret et Lansquenet.

Du 22 avril au 2 mai 1945, le Venus accompagné par le Pallas participe à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Le Fantasque L’Audacieux Le Malin de la 9ème DCT.

Six semaines plus tard, il participe à un entrainement commun avec les sous-marins La Gorgone et L’Africaine, le croiseur lourd Algérie et les contre-torpilleurs des 2ème et 9ème DCT.

Décidément fort actif, le Venus accompagné de ses compères Iris et Pallas participe à un entrainement ASM en compagnie du cuirassé Richelieu, de ses torpilleurs d’escadre Le Corsaire et Le Flibustier, du croiseur léger Chateaurenault et des contre-torpilleurs Aigle Albatros et Gerfaut de la 5ème DCT et ce du 3 au 10 novembre 1945.

Du 23 mai au 4 juin 1947, les sous-marins Venus et Pallas participent à un exercice ASM en compagnie des contre-torpilleurs Aigle et Gerfaut.

Du 5 septembre au 17 octobre 1947, le sous-marins Venus est échoué sur le slipway du Mourillon pour un grand carénage. Armé pour essais le 27 octobre, le Venus sort pour essais du 28 au 30  puis pour remise en condition du 1er au 15 novembre, effectuant sa première patrouille post-carénage du 22 novembre au 4 décembre 1947.

Quand le second conflit mondial éclate en septembre 1948, le Venus s’apprêtait à appareiller pour une patrouille au large de l’Espagne. Il appareille bien le 5 septembre 1948 mais direction la mer Tyrrhénienne et non les Baléares.