19-Marine marchande (9)

Association Pétrolière

Cet armateur dispose à la fin des années trente des navires suivants :

-Pétrolier-caboteur Artabaze (1922) 435 TJB

-Pétrolier-caboteur Atar (1922) 435 TJB

-Pétrolier-caboteur Tomyris (1922) 435 TJB

-Pétrolier Bahram (1922) 7765 TJB

-Pétrolier Cyrus (1922) 435 TJB

-Pétrolier Firuz (1929) 7327 TJB

-Pétrolier Kobad (1930) 7329 TJB

Comme on peut le voir, certains navires commencent à accuser le point des ans et leur remplacement devient nécessaire à défaut d’être urgent notamment les trois pétroliers-caboteurs.

L’Association pétrolière passe commande en avril 1943 auprès des Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) de Nantes de trois pétroliers type PPC (Petit Pétrolier de la Commission) qui sont baptisés du nom de ports pétroliers de France et de l’Empire.

-Le Le Verdon est mis sur cale le 8 juin 1943 lancé le 14 octobre 1944 et mis en service le 8 janvier 1945. Il remplace l’Artabaze désarmé en 1944.

-Le Donges est mis sur cale le 21 octobre 1944 lancé le 4 avril 1946 et mis en service le 7 août 1946. Il remplace l’Atar désarmé en juin 1946.

-L’Arzew est mis sur cale le 10 avril 1946 lancé le 8 juillet 1947 et mis en service le 2 novembre 1947. Il remplace le Tomyris désarmé en septembre 1947.

Compagnie Charles Leborgne

Cette compagnie d’armement maritime à été fondée au 18ème siècle (1735 précisement) en Normandie. En 1924, tout en conservant un ancrage normand, la compagnie se tourne vers la Méditerranée en s’installant à Port-Saint-Louis et ouvrant des succursales à Alger et Oran en attendant celles de  de Marseille, Lyon et pour l’Algérie, de Philippeville, Bougie et Bône.

En 1929, sera créée la succursale de Rouen qui sera suivie de celle de Boulogne sur Mer en 1933 et des agences de Dunkerque, Calais et Brest. Six lignes maritimes furent ainsi créées à terme dont deux au départ de Rouen vers le Maroc et l’Algérie, les autres desservant l’Algérois et la côte Est algérienne ou l’Oranie depuis Marseille et Sète.
Elle dispose en 1939 d’une flotte assez ancienne que les primes de la CNM vont permettre de renouveler.

-Cargo Alberte Leborgne (1914) 3921 TJB

-Cargo Augustin Le Borgne (1920) 1789 TJB

-Cargo Charles Le Borgne (1920) 1789 TJB

-Cargo Ginette Le Borgne (1903) 1619 TJB

-Cargo Josephine Le Borgne (1918) 1309 TJB

-Cargo Marie-Louise Le Borgne (1903) 1263 TJB

-Cargo Marie-Thérèse Le Borgne (1903) 1269 TJB

Elle va ainsi passer commande dès septembre 1942 de quatre cargos type Commission et de deux paquebots de 18000 tonnes en configuration mixte marchandises/passagers pour ces lignes d’Afrique du Nord.

-Le Alberte Le Borgne est mis sur cale aux ACL à Nantes le 15 novembre 1942 lancé le 4 décembre 1943 et mis en service le 8 juin 1944. Il remplace le cargo plus ancien du même nom et est souvent connu sous le nom de Alberte Le Borgne (II).

-Le Ginette Le Borgne est mis sur cale aux ACL à Nantes le 5 janvier 1944 lancé le 15 juin 1945 et mis en service le 17 novembre 1945.  Il remplace le cargo plus ancien du même nom et est souvent connu sous le nom de Ginette Le Borgne (II)

-Le Marie-Louise Le Borgne est mis sur cale aux Chantiers de Normandie du Grand Quevilly le 8 février 1943 lancé le 17 juin 1944 et mis en service le 4 décembre 1944.  Il remplace le cargo plus ancien du même nom et est souvent connu sous le nom de Marie-Louise Le Borgne (II).

-Le Marie-Thérèse Le Borgne est mis sur cale aux Chantiers de Normandie du Grand Quevilly le 15 avril 1943 lancé le 7 septembre 1944 et mis en service le 2 mars 1945. Il remplace le cargo plus ancien du même nom et est souvent connu sous le nom de Marie-Thérèse Le Borgne (II).

-L’Etoile du Sahel est mis sur cale à la Société Provencale de Construction Navale (SPCN) de la Ciotat le 17 novembre 1942 lancé le 12 juillet 1944 et mis en service le 17 septembre 1945.

-L’Etoile du Nord (Cie Charles Le Borgne) est mis sur cale à la Société Provencale de Construction Navale (SPCN) de la Ciotat  le 8 août 1944 lancé le 17 juillet 1946 et mis en service le 8 octobre 1947.

Ces deux paquebots mixtes effectuent deux liaisons hebdomadaires entre la métropole et l’Algérie mais peu avant le début du conflit, l’Etoile du Sahel expérimente une ligne régulière en direction du Levant qui montre des possibilités telles que la Compagnie envisage la commande d’un bâtiment plus gros mais la guerre éclata avant qu’une commande ferme ne soit passée.

Compagnie Nouvelle de Navigation Busck

Fondée en 1895, la Compagnie Busck change plusieurs fois de nom jusqu’à être connue sous ce nom à partir de 1936. Il dispose en 1939 des navires suivants :

-Cargo Cheik (1920) 1058 TJB

-Cargo Goumier (1920) 1058 TJB

-Cargo Kabyle (1905) 1881 TJB
-Cargo Kroumir (1906) 1881 TJB

-Cargo Oasis (1937) 1327 TJB

-Cargo Spahi (1920) 1058 TJB

-Cargo Tell (1937) 1327 TJB

Deux cargos de type Commission sont commandés en janvier 1944 aux chantiers de Normandie à Grand Quevilly, des navires baptisés du même nom que les navires qu’ils doivent remplacer à savoir Kabyle et Kroumir.

-Le Kabyle est mis sur cale le 7 juillet 1944 lancé le 12 octobre 1945 et mis en service le 4 mars 1946

-Le Kroumir est mis sur cale le 17 septembre 1944 lancé le 7 février 1946 et mis en service le 12 septembre 1946

Publicités

19-Marine Marchande (8)

C-Evolution des principales compagnies françaises d’armement maritime

Affréteurs maritimes indochinois

Comme son nom l’indique, cette compagnie créée en 1920 opère depuis l’Indochine avec une flotte qui en 1939 est assez ancienne. La preuve avec la liste des navires armés par cette compagnie au moment de la guerre de Pologne :

-Cargo Albert Sarrault (1921) 2156 TJB (ce navire appartient au gouvernement général de l’Indochine qui le place en gérance dans  cette compagnie)

-Cargo Gouverneur Général Alexandre Varenne (1922) 3508 TJB

-Cargo Gouverneur Général Maurice Long (1908) 1692 TJB

-Cargo Gouverneur Général Merlin (1896) 1543 TJB

-Cargo Gouverneur Général Pasquier (1906) 1994 TJB

-Cargo Gouverneur Général Van Vollenhoven (1909) 691 TJB

Si les cargos Albert Sarrault et Gouverneur Général Alexandre Varenne restent en service après une sérieuse remise à niveau dans un chantier australien, les autres navires vont être remplacés par des cargos modernes mis au point par la CNM. Par «tradition», ils portent les noms de gouverneurs généraux de l’Indochine française.

Ces quatre navires vont être construits au Canada en raison de la saturation des chantiers navals français. Après un appel d’offre, c’est le chantier Richmond appartenant au groupe Kaiser qui est choisit pour construire ces quatre navires qui répondent aux critères de la CNM.

-Le Gouverneur Général Constants est mis sur cale le 15 juin 1943 lancé le 12 décembre 1944 et armé le 15 mai 1945. Il remplace le cargo Gouverneur Général Maurice Long qui à été désarmé en décembre 1943 suite à une avarie de propulsion.

-Le Gouverneur Général De Lanessan est mis sur cale le 21 juin 1943 lancé le 12 décembre 1944 et armé le 21 mai 1945. Il remplace le cargo Gouverneur Général Merlin qui à été désarmé en 1944 suite à un échouage.

-Le Gouverneur Général Jules Brévier est mis sur cale le 5 janvier 1945 lancé le 17 juillet 1946 et armé le 8 mars 1947. Il remplace le cargo Gouverneur Général Pasquier qui à été désarmé en 1947.

-Le Gouverneur Général Pasquier  est mis sur cale le 5 janvier 1945 lancé le 17 juillet 1946 et armé le 8 mars 1947. Il remplace le cargo  Gouverneur Général Van Vollenhoven désarmé en 1947.

Armement Louis Dreyfus

La filiale armateur du Groupe Louis Dreyfus à été créé en 1903 en Russie mais du cesser ses activités à cause de la Révolution bolchévique. L’activité est relancée avec des navires d’occasion en 1921 et à partir des années trente, la flotte est totalement modernisée avec des cargos à moteurs diesels dont voici la liste :

-Cargo Charles LD (1933) 5267 TJB

-Cargo François LD (1938) 5800 TJB

-Cargo Jean LD (1935) 5795 TJB

-Cargo Léopold LD (1933) 5267 TJB

-Cargo Louis LD (1936) 5795 TJB

-Cargo Pierre LD (1936) 5795 TJB

Pour ne pas se laisser distancer par les autres armateurs, le groupe LD passe commande en 1944 de quatre cargos de type Commission de 6500 tonnes de jauge brute.
Ces cargos sont commandés aux chantiers navals Morton Ltd installés à Québec City. Ils sont baptisés Alain LD Phillipe LD Maurice LD et Henri LD.

-Le Alain LD est mis sur cale le 17 juin 1944 lancé le 21 décembre 1945 et mis en service le 17 avril 1946

-Le Phillipe LD est mis sur cale le 17 juin 1944 lancé le 21 décembre 1945 et mis en service le 17 avril 1946

-Le Maurice LD est mis sur cale le 8 janvier 1946 lancé le 12 septembre 1947 et mis en service le 8 mars 1948

-Le Henri LD est mis sur cale le 8 janvier 1946 lancé le 12 septembre 1947 et mis en service le 8 mars 1948

La compagnie s’intéresse également au transport de passagers en passant commande de deux paquebots mixtes de 18000 tonnes aux Ateliers et Chantiers de France (ACF) de Dunkerque.

-Le Côte d’Albatre est mis sur cale le 7 septembre 1943 lancé le 13 décembre 1945 et mis en service le 7 juin 1946. Ils est utilisé sur une ligne Marseille-Alger-Tunis-Beyrouth transportant des passagers et du fret.

-Le Côte du Levant est mis sur cale le 21 décembre 1945 lancé le 12 janvier 1948 et mis en service le 8 juin 1948. Il est affecté sur une ligne Bordeaux-Cayenne-Fort de France mais pour peu de temps comme vous l’imaginez.

Armement Maurel et Prom

Cet armement bordelais travaille essentiellement en direction de l’Afrique Noire, la famille Maurel étant à l’origine spécialisée dans l’huilerie. Les navires de la compagnie effectue essentiellement la traversée Bordeaux-Dakar.

En 1939, la flotte enrichie d’un ancien cargo américain racheté par le gouvernement français est assez ancienne. Aussi la mise en place à partir de 1942 de primes par la CNM est la bienvenue pour renouveler la flotte qui en 1939/40 se compose des navires suivants :

-Cargo Lisieux (ex-Munami EUA) (1919) 2594 TJB

-Cargo Montaigne (1920) 2770 TJB

-Cargo Montesquieu (1922) 3325 TJB

-Cargo Tourny (1920) 2769 TJB

Deux cargos type Commission sont ainsi construits à Bordeaux aux Ateliers et Chantiers Maritimes du Sud-Ouest & de Bacalan Réunis.

-Le  Voltaire est mis sur cale le 12 septembre 1945 lancé le 8 mars 1947 et mis en service le 13 septembre 1947. Il remplace le Tourny perdu par échouage en septembre 1945.

-Le Diderot est mis sur cale le 8 octobre 1945 lancé le 10 avril 1947 et mis en service le 8 octobre 1947. Il remplace le Montaigne désarmé en septembre 1946 en raison d’une usure prononcée des machines et de fissures dans la coque.

Armement Schiaffino

Cette compagnie algéroise créée au 19ème siècle était à l’origine spécialisée dans le transport du vin entre l’Afrique du Nord et le port de Rouen en Normandie mais elle s’est peu à peu diversifiée, disposant en 1939 d’une flotte respectacle dont voici la composition :

-Cargo Ange Schiaffino (1929) 3236 TJB

-Cargo Catherine Schiaffino (1930) 1591 TJB

-Cargo Charles Schiaffino (1930) 3664 TJB

-Cargo Finistère (1909) 1158 TJB

-Cargo Jacques Schiaffino (1930) 1757 TJB

-Cargo Jeanne Schiaffino (1922) 1032 TJB

-Cargo Louis Charles Schiaffino (1919) 3089 TJB

-Cargo Marcel Schiaffino (1929) 3482 TJB

-Cargo Monique Schiaffino (1929) 3326 TJB

-Cargo Nicole Schiaffino (1920) 4974 TJB

-Cargo Rose Schiaffino (1920) 3349 TJB

-Cargo citerne partielle Prosper Schiaffino (1930) 1634 TJB

-Cargo Schiaffino (1920) 3236 TJB

-Cargo Schiaffino Frères (1910) 3314 TJB

-Cargo Ville de Bougie (1907) 1132 TJB

-Cargo Ville de Djidjelli (1907) 1132 TJB

-Caboteur Notre Dame d’Afrique (1891) TJB

-Caboteur Ville de Tenès (1909) 320 TJB

-Caboteur Ville de Tipaza (1917) 331 TJB

Comme vous pouvez le constater, une partie de la flotte devait être renouvelée et comme tous les armateurs, l’armement Schiaffino profita des aides de la CNM pour rééquiper sa flotte en navires de charges modernes avec six cargos type Commission et deux paquebots-ferry pour une liaison Alger-Marseille.
-Cargo type Commission Schiaffino frères mis sur cale le 17 septembre 1943 lancé le 12 janvier 1945 et mis en service le 4 juin 1945. Il remplace un navire plus ancien du même nom.

-Cargo type Commission Finistère est mis sur cale aux ACH le 5 novembre 1943 lancé le 5 février 1945 et mis en service le 8 avril 1945. Il remplace le Finistère de 1909 désarmé suite à une avarie de machines en octobre 1944.

-Cargo type Commission Ville de Bougie mis sur cale 20 janvier 1945 lancé le 14 mai 1946 et mis en service le 8 septembre 1946. Il remplace un navire plus ancien du même nom.

-Cargo type Commission Louis-Charles Schiaffino mis sur cale aux ACH le 12 février 1945 lancé le 8 mai 1946 et mis en service le 14 août 1946. Il remplace un navire du même nom datant de 1919.

-Cargo type Commission Ville de Djidjelli mis sur cale le 8 octobre 1943 lancé le 14 février 1945 et mis en service le 1er juin 1945. Il remplace un navire plus ancien du même nom.

-Cargo type Commission Notre Dame d’Afrique mis sur cale le 2 mars 1945 lancé le 8 septembre 1946 et mis en service le 12 février 1947. Il remplace un navire plus ancien du même nom.

En 1944, l’armement Schiaffino décide de participer aux liaisons entre Alger et Marseille, commandant pour cela deux paquebots-ferry aux chantiers navals de La Ciotat.

-Le Ville de Sidi-bel-Abbès est mis sur cale le 12 décembre 1944 lancé le 8 novembre 1946 et mis en service le 4 juin 1947

-Paquebot-ferry Ville d’Arzew est mis sur cale le 15 novembre 1946 lancé le 8 août 1948. Encore en achèvement à flot quand éclate le second conflit mondial, il est réquisitionné par la marine et achevé comme transport de troupes sans avoir jamais transporté le moindre passager civil.

Armement Scotto,Ambrosino et Pugliese

Cet armement sétois dispose en 1939/40 des navires suivants :

-Cargo Kristel (1918) 1391 TJB

-Cargo Mascot (1922) 1225 TJB

-Cargo Mers-El-Kébir (1917) 1953 TJB

-Cargo Procida (1925) 1156 TJB

Pour remplacer les cargos Kristel et Mers-el-Kébir, notre armement sétois passe commande en 1944 de deux cargos type Commission par les chantiers navals Dravo Corporation installés à Wilmington dans le Delaware.

-Le cargo Marseillan est mis sur cale le 7 juin 1944 lancé le 12 septembre 1945 et armé le 4 février 1946

-Le cargo Etang de Thau est mis sur cale le 12 septembre 1944 lancé le 21 décembre 1945 et armé le 8 juin 1946.

16-Navires auxiliaires (7)

Les remorqueurs de 600cv

Comme pour les catégories supérieurs de remorqueurs, la catégorie des «600cv» comprend à la fois des constructions financées par la France et d’autres livrés par l’Allemagne au titre de réparations en nature. Le marché à été passé le 31 décembre 1928 avec la Deutsche Schiffe und Machinenbau A.G. Werk Seebeck de Brême.

Quand éclate la guerre de Pologne, ces remorqueurs financés par le gouvernement allemand mais livrés directement à la France sont les suivants  :

-A Cherbourg, la Direction du Port dispose des remorqueurs Barfleur et Roule

-A Brest, la Direction du Port dispose des remorqueurs  Penfeld, Plougastel,Portzic (arrivés à Brest le 01/07/1930) et Aixois (ex-Provençal) (un temps basé à Toulon où il était arrivé le 5 décembre 1930).

-A Toulon, la Direction du Port dispose des remorqueurs Cargese (ex-Corse), Faron et Mont Caume (arrivés à Toulon le 09 août 1930)

-A Bizerte, nous trouvons les remorqueurs  Kairouan (ex Sfax) et Sousse (arrivés à mi-août 1930)

-A Mers el Kebir : on trouve le remorqueur Estérel (qui était jusque là déployé à Toulon où il était arrivé le 5 décembre 1930)

-A Dakar, est en service le remorqueur Cap Vert

-A Fort de France, est en service le Lamentin

Tous ces remorqueurs sont encore en service en septembre 1948.

Caractéristiques Techniques des remorqueurs «allemands»

Déplacement : 333 t

Dimensions : longueur : 28,50 pp largeur 7,20m  tirant d’eau 3,16 m

Propulsion : une machine alternative verticale à triple expansion Deschimag alimentée en vapeur par une chaudière cylindrique Deschimag dévellopant 600ch et entrainant une hélice

Performances : Vitesse maximale 9 noeuds autonomie 900 miles à 9 noeuds

Equipement : – 2 mâts – 1 baleinière – 1 youyou de 5 m  1 pompe d’épuisement de 400 t/h – 1 pompe incendie de 20 t/h

Equipage : nc

D’autres ont été construits dans les chantiers français pour compléter les remorqueurs construits à Brême.

-Le Palmier est construit aux Anciens Chantiers Dubigeon de Nantes et lancé le 11 mars 1940. Il est mis en service le 4 septembre 1940 et affecté à Mers-El-Kébir pour accompagner la montée en puissance de la base oranaise.

-Le Tatihou est construit aux  Anciens Chantiers Dubigeon de Nantes et lancé le 22 mars 1940. Il est mis en service le 7 octobre 1940 et affecté lui aussi à Mers-El-Kébir.

-Le Lavandou est construit par la Societé Provencale de Construction Navale (SPCN) de La Ciotat. Il est lancé le 12 avril 1940 et affecté à Casablanca qui sans être une base navale de premier plan est le passage quasiment obligé des navires ralliant la Méditerranée depuis Cherbourg, Brest ou Lorient.

-Le Menez Hom mis sur cale en même temps que le Morbihan aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) de Nantes le 4 mars 1940 lancé le 17 septembre 1940 et mis en service le 14 mars 1941. Il est affecté à Brest pour renforcer les moyens du port du Ponnant.

-Le Morbihan mis sur cale en même temps que le Menez Hom aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) de Nantes le 4 mars 1940 lancé le 17 septembre 1940 et mis en service le 14 mars 1941. Il est affecté à Lorient.
-Le Tulear est mis sur cale en même temps que le Padaran  aux chantiers de la Societé Provencale de Construction Navale (SPCN) de La Ciotat le 15 février 1940 lancé le 20 août 1940 et mis en service le 17 février 1941.

Le Tulear est affecté à Diego Suarez rejoignant son affectation sur un cargo en pontée en même que le Padaran qui lui est déployé à Saïgon puis à Cam-Ranh.

-Le Varella est mis sur cale aux chantiers de la Societé Provencale de Construction Navale (SPCN) le 7 octobre 1940 lancé le 4 mai 1941 et mis en service le 21 septembre 1941. Il rejoint lui aussi Saïgon sur le cargo en pontée.

Caractéristiques des remorqueurs «français» de 600cv

Déplacement : standard 383,20 t

Dimensions : longueur hors tout : 32,30 longueur entre perpendiculaires 29,50m largeur :8,068m  Tirant d’eau : 3,58m  Creux : 3,75 m

Propulsion : une machine alternative à triple expansion SPCN alimentée par une chaudière Prudhon Capus développant 600 CV et entrainant une hélice.

Vitesse maximale : 10 noeuds Autonomie : 900 miles à 10 noeuds

Equipements : – 2 mâts – H : 14,00 AV -11,00 AR – écartement : 10,00 m – 1 corne de charge de 3 t – 2 ancres Marell de 450 kg – 1 ancre à jas de 175 kg – 2 youyous de 5 m  – 1 drague
type DC –  1 pompe d’épuisement de 200 t/h – 1 pompe incendie de 20 t/h. et 1 de 400 t/h

Equipage : 14 hommes

16-Navires auxiliaires (6)

F-Remorqueurs et pontons

Une fable de la fontaine dit qu’on à toujours besoin d’un plus petit que soit. C’est le cas dans le domaine naval car sans remorqueurs, les cuirassés, les croiseurs et tous les navires en général seraient bien embarassés pour quitter ou rejoindre le quai. Voilà pourquoi la marine nationale dispose d’un certain nombre de remorqueurs pour faciliter la manoeuvre de ses navires au port.

Au lendemain de l’espèrée mais vaine «Der des Ders», notre marine dispose d’une importante flotte de remorqueurs, certains achetés sur le marché de l’occasion et d’autres construits comme patrouilleurs ou dragueurs et reconvertis en remorqueurs une fois le conflit terminé. Nombre d’entre-eux rapidement usés doivent être remplacés.

Certains vont être remplacés par un certain nombre de navires construits en Allemagne au titre des réparations en l’occurence trente-six remorqueurs (un de 2000cv, un de 1000ch, seize de 600ch, 12 de 300ch et 6 de 110ch),  quatre citernes à eau, une grue flottante et quatre chalands de mer.

Le Laborieux

-Le Laborieux est construit par le chantier  Deutsche Schiffe und Machinenbau A.G. Werk Seebeck à Brême. Connu d’abord sous le numéro R-17, il est rebaptisé Laborieux et affecté à Toulon à partir du 1er décembre 1930. Il est toujours en service en septembre 1948 après avoir été caréné à plusieurs reprises pour suivre la modernisation de la flotte. Il à ainsi été refondu pour la chauffe mazout en 1945.

Déplacement : standard 888 t

Dimensions  : longueur 47,30 largeur 9,10m tirant d’eau 5,80 m

Propulsion :  2 machines alternatives totalisant 2000 CV  alimentées en vapeur par 2 chaudières Schult marchand au charbon (240 t) jusqu’en 1945.

Performances : vitesse maximale  12 nds  Autonomie : 2400 milles à 12 nds

Capacités :  2 mâts – 1 corne de charge de 1,5 t + 1 de 2 t – 1 cale de 123,365 m3 – 1 projecteur de 30 cm et 1 de 60 cm – 2 baleinières de 7 m – 1 youyou de 4 m – 2 installations pour scaphandre rigide avec chambre de recompression 2 pompes d’épuisement de 500 t/h – 1 pompe incendie de 30 t/h

Armement : 1/75 Mle 1897 sur affût Mle 17 (132 coups) et 1 mitrailleuse de 8 mm  rails pour mouillage de mines. La mitrailleuse de 8mm à été remplacée par deux mitrailleuses de 7.5mm Darne en 1945.  

Classe Buffle

-Le Buffle est commandé pour le port de Dakar le 16 septembre 1936. Sa construction est attribuée aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) sis à Nantes et mis en service au printemps 1940. Il était toujours en service en septembre 1948. Comme le Laborieux, il était armé d’un canon de 75mm et d’une mitrailleuse de 8mm remplacée ultérieurement par deux mitrailleuses de 7.5mm Darne.

Le Buffle va être suivit par cinq autres navires identiques baptisés Elephant Ours Taureau Sanglier et Belier, navires commandés par le décret-loi du 1er avril 1940. Leur construction est attribuée aux ACB mais les chantiers nantais surchargés sous-traitent la construction aux Chantiers Navals Français de Caen.

-L’Elephant est mis sur cale le 5 septembre 1940 lancé le 12 mars 1941 et mis en service le 6 juin 1941. Armé à Cherbourg, il quitte la Normandie le 8 juin et rallie en fin de journée Brest son port d’affectation. Il était toujours en service en septembre 1948.

-L’Ours est mis sur cale le 10 septembre 1940 lancé le 20 mars 1941 et mis en service le 1er juillet 1941. Armé à Cherbourg, il quitte la Normandie le 3 juillet, fait escale à Brest du 4 au 7 juillet, à Casablanca du 15 au 18 juillet avant de rallier Mers-El-Kébir son port d’affectation le 22 juillet 1941. Il était toujours en service en septembre 1948.

-Le Taureau est mis sur cale le 4 avril 1941 lancé le 10 octobre 1941 et mis en service le 12 février 1941. Affecté à Saïgon, il quitte la métropole et Cherbourg le 15 février, entamant un long périple qui doit le conduire jusqu’en Indochine.

Il fait escale à Casablanca du 22 au 25 février, à Bizerte du 1er au 3 mars, à Alexandrie du 7 au 9 mars, franchit le canal de Suez les 10 et 11 février.

Après une escale à Djibouti du 15 au 18 février, le remorqueur traverse l’Océan Indien, étant à Aden du 21 au 24 février, à Alor Setar du 27 février au 2 mars, à Singapour du 5 au 8 mars avant de rallier Saïgon le 15 mars 1941. Il est basé à Cam-Ranh à partir de septembre 1944 et est toujours en service en septembre 1948.

-Le Sanglier est mis sur cale le 2 avril 1941 lancé le 15 octobre 1941 et mis en service le 22 février 1942 à Cherbourg son port d’armement qui est également son port d’affectation. Il est toujours en service en septembre 1948.

-Le Belier est mis sur cale le 21 octobre 1941 lancé le 5 mai 1942 et mis en service le 12 septembre 1942.

Affecté à Bizerte, il quitte Cherbourg son port d’armement le 15 septembre, fait escale à Casablanca du 22 au 25 septembre et arrive enfin à son port d’affectation le 1er octobre 1942. Il était toujours en service en septembre 1948.

Caractéristiques Techniques des remorqueurs de classe Buffle

Déplacement : standard 950 tonnes pleine charge 1300 tonnes

Dimensions  : longueur 52,50m largeur 11,40m tirant d’eau 6,40 m

Propulsion :  2 turbines à engrenages Parson dévellopant 3500 CV  alimentées en vapeur par 2 chaudières Penhöet et entrainant une hélice

Performances : vitesse maximale  14 noeuds  Autonomie : 2700 milles à 12 nds

Capacités :  2 mâts – 1 corne de charge de 3,5 t + 1 de 2 t – 1 cale de 130 mètres cubes  1 projecteur de 30 cm et 1 de 60 cm – 2 baleinières de 7 m – 1 youyou de 4 m – 2 installations pour scaphandre rigide avec chambre de recompression 2 pompes d’épuisement de 500 t/h – 1 pompe incendie de 30 t/h

Armement : un canon de 90mm modèle 1926 à l’avant, quatre canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en deux affûts doubles (1945) et deux mitrailleuses de 7.5mm

Equipage : inconnu

Les remorqueurs de 1000ch

-Le Valeureux : construit en Allemagne (chantiers Jos Meyer de Papenburg) au titre des réparations du premier conflit mondial, il est mis en service le 1er septembre 1930. Affecté en Indochine en compagnie des «300ch» Nha Dé et Donnaï _eux aussi construits en Allemagne au titre des réparations_, il était toujours en service en septembre 1948 quand la guerre éclate à nouveau en Europe.

Déplacement  : 600/672 t

Dimensions : longueur hors tout 37,80m longueur entre perpendiculaires 35,00m largeur : 8,50 tirant d’eau 3,31m à l’avant 4,35m à l’arrière

Propulsion : une machine alternative à triple expansion et deux chaudières dévellopant 1000ch et entrainant une hélice
 
Performances :Vitesse maximale 8.5 noeuds distance franchissable 3000 miles nautiques à 8 noeuds.

Armement : un canon de 65mm et deux mitrailleuses de 8mm

Equipage : 33 hommes

-Le Champion est commandé aux Ateliers et Chantiers Maritimes du Sud-Ouest sis à Bordeaux le 22 juin 1935. Destiné à l’origine à être basé à Toulon, il est finalement destiné à Brest. Sa construction connait un retard très important et il n’est mis en service qu’en mars 1938 avec presque deux années de retard ! Ce quasi-sister ship du Valeureux est toujours en service en septembre 1948.
-L’Appliqué est commandé aux Forges et Chantiers de la Gironde (FCG) à Bordeaux mais comme le Champion il n’est mis en service qu’à la fin 1938 avec plus d’un an de retard. Un temps il devait être basé à Lorient, il est finalement basé à Brest puis à Dakar durant la guerre de Pologne avant de revenir à Brest au printemps 1940. Il est toujours en service en septembre 1948.

-L’Attentif est lui aussi commandé aux Forges et Chantiers de la Gironde (FCG) et connait lui aussi de sérieux retards de construction. Lancé le 18 janvier 1938, il est mis en service à l’automne 1939 à Brest. Il est toujours en service en septembre 1948.

-Le Cotentin est commandé pour servir à Cherbourg le 6 octobre 1936. Construit aux Anciens Chantiers Dubigeon à Nantes, il est mis en service à la fin 1938 et affecté d’abord à Cherbourg puis finalement à Mers-El-Kébir. Il est toujours en service en septembre 1948.

-Le Cépet est lui aussi construit aux Anciens Chantiers Dubigeon à Nantes. Admis au service actif le 16 mai 1939, il est affecté à Toulon. Il est toujours en service en septembre 1948.

-Le Tébessa est construit aux Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) à La Seyne sur Mer pour Bizerte. Il est admis au service actif le 23 février 1940 et est toujours en service en septembre 1948.

-L’Actif est commandé le 15 juin 1938 aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) de Saint Nazaire pour servir à Lorient. Il est lancé le 20 juin 1940 et mis en service en janvier 1941. Il est toujours en service en septembre 1948.

-Le Haleur est commandé le 1er mars 1939 pour servir à Toulon. Le Haleur est mis sur cale en même temps que l’Efficient aux chantiers navals de La Ciotat le 7 septembre 1940 lancé le 14 mars 1941 et admis au service actif le 2 juillet 1941. Il est toujours en service en septembre 1948.

-L’Efficient est mis sur cale en même temps que Le Haleur aux chantiers navals de La Ciotat le 7 septembre 1940 lancé le 14 mars 1941 et admis au service actif le 2 juillet 1941. Il est affecté à Dakar. Il est toujours en service en septembre 1948.

-L’Acharné est mis sur cale le 5 juin 1940 lancé le 9 décembre 1940 et mis en service le 17 juin 1941. Il devait être originellement affecté à Oran mais il est finalement basé à Brest. Il est toujours en service en septembre 1948.

16-Navires auxiliaires (2)

B-Ravitailleur de sous-marins Atlantide

A l’origine, il était prévu deux ravitailleurs de sous-marins de type Jules Verne, de type R mais les aléas budgétaires limitèrent les ambitions logistiques de la marine à un seul ravitailleur de sous-marins.

Les besoins de la flotte de sous-marins et la volonté d’améliorer la disponibilité des submersibles pousse la marine à commander à la tranche 1947 un nouveau ravitailleur de sous-marins plus spécifiquement destiné au soutien des sous-marins en Méditerranée. Il est commandé à la Société Provençale de Construction Navale (SPCN) dont les chantiers sont installés à La Ciotat. Il est baptisé Atlantide.

-L’Atlantide est mis sur la cale n°1 de la Société Provençale de Construction Navale (SPCN) le 12 septembre 1947 et toujours en construction le 5 septembre 1948. Il est lancé le 8 décembre 1948 et mis en service le 12 mai 1949.

Caracteristiques Techniques de l’Atlantide

Déplacement : standard 7000 tW pleine charge 8150 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 145m (entre perpendiculaires) 138m largeur 22.20m tirant d’eau 8.95m

Propulsion : quatre moteurs diesels Sulzer dévellopant 14000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 18.5 noeuds distance franchissable 12000 miles nautiques à 15 noeuds 18500 miles nautiques à 11 noeuds

Armement : 4 canons de 90mm modèle 1926 en affûts simples sous masque et douze canons de 37mm Schneider modèle 1941 en six affûts doubles

Installations spécifiques :  L’Atlantide devait pouvoir soutenir huit sous-marins de 800 tonnes mouillés à couple. Il peut embarquer 650 tonnes de gazole, 115 tonnes d’huile, 18 tonnes d’eau de boisson, 35 tonnes d’eau distillée, 9 tonnes d’acide sulfurique, 1600 tonnes de pétrole et 13 tonnes d’alcool.

Il embarque également 350 obus de 100mm, 1800 coups de 37mm, 90 torpilles ou 60 torpilles et 50 mines, 50 jours de vivres pour neuf sous-marins, des consommables pour quatre mois  et 13000 litres de vin

Six ateliers : optique, torpilles, mécanique, forge, charpentage et électricité

Capacité hôtellière : 400 personnes

Equipage : 20 officiers, 62 officiers mariniers et 400 QMM soit 482 hommes

15-Pétroliers et Ravitailleurs Rapides (7)

F-Ravitailleurs rapides classe L’Adour

Avant-propos

Au milieu des années trente, pour les esprits les plus lucides, la guerre n’est qu’une question de temps et qui dit guerre dit interruption des voies commerciales normales. Il faut donc prévoir des stocks suffisants pour une flotte dont le tonnage ne cesse d’augmenter.

En 1936, l’état-major demande à bénéficier d’au moins six mois de stocks de temps de guerre ce qui nécessite des dépôts à terre mais également de nouveaux pétroliers pour augmenter la flotte et remplacer les plus anciens. Outre les besoins de la marine, il faut prévoir les besoins pour les autres armées mais aussi ceux de l’industrie.

C’est également à cette époque que la marine nationale entame véritablement les expérimentations pour un ravitaillement en route à la mer.

Le manque d’autonomie de navires essentiellement conçus pour un théâtre d’opérations méditerranéen oblige la marine à envisager un ravitaillement des torpilleurs par les croiseurs.

Le premier essai effectué le 16 juin 1936 en baie de Seine est cependant l’oeuvre de deux contre-torpilleurs, l’Indomptable ravitaillant le Valmy. Les deux méthodes à couple et en flèche sont expérimentées.

Le premier ravitaillement mené par un pétrolier est l’oeuvre du Mékong qui le 15 mars 1940 ravitaille le contre-torpilleur Milan. La méthode en couple est alors privilégiée en raison notamment des grosses hélices des contre-torpilleurs français qui rend le ravitaillement en flèche périlleux.

Ces deux besoins conjugués entraine la construction de dix pétroliers répartis entre six ravitailleurs rapides de classe Adour financés aux tranches 1936 (Adour et Lot), tranches 1937 (Tarn) et 1938bis (La Charente La Mayenne et La Baise) alors que les quatre pétroliers rapides de classe La Seine financé pour les deux premiers par le décret-loi du 2 mai 1938 (La Seine et La Saône) et pour les deux suivants (Liamone et Medjerda) par la loi du 31 décembre 1938.

L’Adour

Le ravitailleur rapide L'Adour

Le ravitailleur rapide L’Adour

-L’Adour est mis sur cale dans les chantiers de la Societé Provençale de Construction Navale (SPCN) sis à La Ciotat le 5 juillet 1937. Il est lancé le 9 octobre 1938 et admis au service actif le 20 avril 1940.

Basé à Toulon, il intègre le groupement de soutien de la 2ème escadre pour assurer à terme le soutien logistique des navires de combat basés à Toulon notamment le porte-avions Joffre alors en construction à Saint-Nazaire.

Son classement en ravitailleur rapide n’est pas anodin. Si sa principale mission est de ravitailler en mazout les navires, il doit aussi pouvoir ravitailler à flot les navires en vivres et en munitions en attendant de le pouvoir faire en route et à couple.

Le 13 mai 1942, l’Adour quitte Toulon avec à son bord des réservistes de la 3ème région maritime pour un exercice de combat antisurface, le ravitailleur rapide simulant un croiseur auxiliaire ennemi intercepté par le croiseur léger Lamotte-Picquet du 14 au 25 mai, les deux navires faisant escale à Nice du 26 au 28 mai avant de rentrer à Toulon le 29 mai 1942.

Du 3 mars au 10 mai 1943, L’Adour est échoué au bassin Vauban n°7 pour son premier grand carénage. Outre une remise en état complète, il reçoit une DCA plus moderne et un nouveau système de ravitaillement à la mer plus efficace que celui d’origine.

Après des travaux complémentaires à quai, L’Adour est armé pour essais le 25 mai, sortant pour essais à la mer les 26 et 27 mai puis pour sa remise en condition du 29 mai au 4 juin 1943.

Le 17 février 1946, le ravitailleur rapide L’Adour quitte Toulon en compagnie des contre-torpilleurs Aigle Albatros Gerfaut (5ème DCT) et des torpilleurs légers Le Fier L’Agile L’Entreprenant Le Farouche (1ère DT) pour un entrainement en Méditerranée orientale.

Les deux divisions s’affrontent dans un intense entrainement antisurface du 17 au 23 février avec un ravitaillement à la mer mené par l’Adour avant que les huit navires ne fassent escale à Bizerte du 24 au 27 février 1946.

Les huit navires reprennent la mer le lendemain 28 février, faisant la traversée jusqu’à Beyrouth où ils arrivent le 3 mars, l’Adour ravitaillant les contre-torpilleurs et les torpilleurs légers.

Ils effectuent ensuite un entrainement à la défense aérienne à la mer du 5 au 12 mars avant une nouvelle escale cette fois à Lattaquié et ce du 13 au 16 mars 1946.

Ce déploiement en Méditerranée orientale s’achève pour la 5ème DCT et la 1ère DT par deux exercices : un entrainement avec l’aviso colonial La Grandière du 17 au 27 mars et un entrainement anti-sous-marin avec la 17ème DSM du 29 mars au 5 avril 1946.

Après une ultime escale à Beyrouth du 6 au 10 avril 1946, les huit navires reprennent la mer, rentrant à Toulon sans escale le 17 avril en étant ravitaillés à tour de rôle par l’Adour.

Le 29 mai 1946, l’Adour quitte Toulon au sein d’un groupe occasionnel composé du porte-avions Joffre, du cuirassé Provence et des quatre torpilleurs d’escadre Mameluk Casque l’Inconstant et le Lancier.

Ils font escale à Casablanca du 4 au 7 juin avant d’arriver à Dakar le 11 juin 1946. La petite escadre va s’entrainer au large de Dakar du 13 juin au 31 juillet, L’Adour assurant le ravitaillement en mer des navires engagés dans des exercices au large de Dakar et de Rufisque.

Le 1er août 1946, la petite escadre quitte Dakar fait escale à Casablanca du 5 au 10 août, à Mers-El-Kébir du 13 au 16 août avant de rentrer à Toulon le 19 août 1946.

Du 3 octobre au 30 novembre 1946, il est échoué au bassin n°1 du Missiessy pour un nouveau grand carénage. Après des travaux complémentaires à quai, il armé pour essais le 15 décembre, sortant pour essais officiels le 16 et le 17 décembre avant remise en condition du 19 au 30 décembre 1946.

A noter que le 11 juin 1948, il ravitaille à la mer le cuirassé Flandre et ses torpilleurs d’escorte Voltigeur et Goumier.

Le 1er septembre 1948, L’Adour quitte Toulon pour aller charger du mazout à Batoumi en mer Noire mais à l’annonce des bombardements allemands le 5 septembre, le pétrolier alors à Istanbul reçoit l’ordre de rallier Haïfa pour la même mission.

Le Lot

Le ravitailleur rapide Le Lot à pleine charge

Le ravitailleur rapide Le Lot à pleine charge

-Le Lot est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de France à Dunkerque le 7 mai 1937, lancé quasiment achevé le 19 juin 1939 et admis au service actif le 9 décembre 1939.

Il est affecté à Brest au sein du groupement de soutien de la Flotte de l’Atlantique avec à terme comme principale mission le soutien du porte-avions Painlevé qui n’était pas encore sur cale quand de l’admission au service actif de son futur .

Du 16 janvier au 1er mars 1943, le ravitailleur rapide Lot est échoué dans le bassin n°9 du Laninon succédant au cuirassé Clemenceau. Le Lot subit une remise en état complète de la coque qui est grattée, sablée et repeinte, les hélices sont changées, les turbines inspectées, les chaudières retubées…… .

Au niveau de la modernisation, il reçoit un nouveau système de ravitaillement à la mer plus efficace que celui installé d’origine. La DCA est modernisée et des radars sont embarqués pour améliorer l’efficience du navire.

Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 17 mars, sortant pour les essais officiels 18 et 19 mars puis pour remise en condition du 21 mars au 3 avril 1943.

Le 24 novembre 1944, les contre-torpilleurs Panthère Lynx et Tigre de la 3ème DCT quittent Brest en compagnie du Lot pour un entrainement de division.

Après un exercice de défense aérienne à la mer du 24 novembre au 2 décembre, le Lot ravitaille en carburant les trois contre-torpilleurs qui après une école à feux du 3 au 12 décembre, se ravitaillent à nouveau auprès du lot avant un entrainement au combat antisurface nocturne du 13 au 21 décembre 1944.

Le 3 janvier 1945, le ravitailleur rapide Lot quitte à nouveau Brest en compagnie de contre-torpilleurs mais cette fois c’est la 1ère DCT (Guépard Lion Bison) qui accompagne le sister-ship de L’Adour pour un entrainement au large de Dakar où les quatre navires arrivent le 11 janvier 1945.

L’entrainement de la 1ère DCT à lieu du 12 janvier au 15 février, la 1ère DCT et le Lot quittant Dakar le 16 février et rentrant à Brest le 23 février 1945.

Du  24 janvier au 8 mars 1946, le Lot est échoué au bassin n°8 du Laninon pour un nouveau grand carénage qui se limite à une remise en état  générale (coque, appareil propulsif, appareil évaporatoire, locaux-vie et locaux opérationnels).

Après des travaux complémentaires à quai, le ravitailleur rapide est armé pour essais le 24 mars, effectuant ses essais réglementaires les 25 et 26 mars puis sa remise en condition du 28 mars au 8 avril 1946.

Le 25 avril 1948, le ravitailleur rapide Lot quitte Brest en compagnie du porte-avions Painlevé, des cuirassés Lorraine et Gascogne accompagnés des torpilleurs d’escadre Arquebuse Cimeterre Intrépide Téméraire Durandal et Dague et des sous-marins Ile de Ré et Ile d’Yeux.

La petite escadre baptisée Force P fait escale quelques heures à Dunkerque le 28 avril où elle retrouve le croiseur léger antiaérien Waldeck-Rousseau. La force P au complet rallie Rosyth le 3 mai, retrouvant le cuirassé Howe (classe King George V), le porte-avions Victorious (classe Illustrious), six destroyers, quatre sous-marins et deux pétroliers.

L’exercice commence le 5 mai par un exercice de défense aérienne à la mer suivit le lendemain par un exercice anti-sous-marin, l’escadre combinée étant attaquée par les deux sous-marins français qui jouent tellement bien le jeu qu’ils entrent en collision le 6 mai au soir, devant rentrer en urgence à Rosyth pour réparations, laissant les seuls sous-marins britanniques attaquer les navires des deux marines.

Le 7 mai, les navires français et anglais simulent des raids amphibies contre la base de Rosyth, le porte-avions Victorious lançant ses bombardiers en piqué Dauntless contre la base pendant que les deux cuirassés simulent des bombardements contre la terre avant de mettre à l’eau leurs compagnies de débarquement.

Le porte-avions Painlevé lui essaye de perturber les raids en protégeant la base britannique, utilisant ses chasseurs mais également ses bombardiers et ses éclaireurs comme chasseurs improvisés. Le lendemain, les rôles changent entre les deux porte-avions.

Le 9 mai, le Coastal et le Bomber Command mettent à rude épreuve les canonniers antiaériens français et anglais lors d’un nouvel exercice de défense aérienne à la mer où le Waldeck Rousseau montre l’utilité d’un croiseur léger dédié à la défense antiaérienne, confirmant les observations faites par les britanniques avec les Dido/Bellona.

Le 10 mai, l’exercice se termine par un affrontement entre l’escadre britannique défendant les côtes et l’escadre française tentant de forcer le passage en direction du sud.

Le 11 mai 1948, la princesse Elisabeth âgée de 22 ans visite le cuirassé Gascogne et le porte-avions Painlevé au nom de son père George VI retenu à Londres pour d’autres impératifs. L’héritière du trône d’Angleterre effectue son discours en français, langue qu’elle maitrise parfaitement. Elle est accompagnée de son mari, le Prince Philippe, Duc d’Edimbourg. L’escadre française reprend la mer pour rentrer à Brest moins le Waldeck Rousseau qui s’arrête à Dunkerque le 14 mai. Les autres navires rentrent à Brest le 16 mai 1948.

Durant cet exercice, le Lot et ses deux compères britanniques ont ravitaillé à couple et en route les navires français et anglais. Des tests de transfert de charges solides ont également lieu mais ils ne sont pas concluant, la marine nationale préférant le transfert de charges solides à flot sur rade.

Le 5 septembre 1948, le Lot était à quai à Brest, chargeant ses soutes à carburant et à matériel, activité accélérée pour permettre au ravitailleur rapide d’appareiller le plus vite possible.

Le Tarn

Le ravitailleur rapide Le Tarn

Le ravitailleur rapide Le Tarn

-Le Tarn est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de France (ACF) à Dunkerque le 5 octobre 1937 lancé le 10 septembre 1939 et admis au service actif le 9 avril 1940 à Cherbourg, son port d’armement.

Le Tarn quitte Cherbourg le 11 avril 1940, charge du mazout, du gazole et des charges solides à Brest les 12 et 13 avril avant de rallier Mers-El-Kébir le 20 avril 1940 à l’aube. Il intègre en septembre 1940 la 4ème Escadre.

Le 3 mai 1943, il quitte Mers-El-Kébir pour rallier Bizerte le 5 mai 1943. Du  7 mai au 6 juillet 1943, il est échoué au bassin n°2 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour son premier grand carénage.

Le Tarn subit une remise en état complète de la coque qui est grattée, sablée et repeinte, les hélices sont changées, les turbines inspectées, les chaudières retubées…… .

Au niveau de la modernisation, il reçoit un nouveau système de ravitaillement à la mer plus efficace que celui installé d’origine. La DCA est modernisée et des radars sont embarqués pour améliorer l’efficience du navire.

Armé pour essais le 21 juillet, il sort pour ses essais à la mer les 22 et 23 juillet puis pour remise en condition du 25 juillet au 4 août 1943. Il quitte Bizerte le 6 août et rentre à Mers-El-Kébir le 9 août au matin.

Comme ses compères de classe L’Adour, le Tarn soutient les manoeuvres de la 4ème Escadre, sert de transport pétrolier notamment entre les dépôts de Mers-El-Kébir et de Bizerte mais également de navire-école au profit des réservistes de la région.

Du 10 mai au 30 juin 1946, il est échoué sur le dock-flottant de Mers-El-Kébir pour un nouveau grand carénage.

Après des travaux complémentaires à flot, le Tarn est armé pour essais le 17 juillet 1946, sortant pour ses essais réglementaires les 18 et 19 juillet puis pour sa remise en condition du 21 juillet au 2 août 1946.

Le 7 septembre 1946, le Tarn appareille de Mers-El-Kébir en compagnie des croiseurs légers Latouche-Treville et Gambetta (8ème DC) et des contre-torpilleurs Vauban Valmy Verdun (4ème DCT) pour une série d’exercices de combat antisurface du 7 au 17 septembre avant que le Tarn ne ravitaille les cinq navires en mazout, le ravitailleur rapide fait office d’observateur/arbitre.

Après une escale à Tunis du 18 au 22 septembre, la 8ème DC et la 4ème DCT retrouvent au large de Bizerte la 7ème DCT ( Vauquelin Tartu et Chevalier Paul) pour une nouvelle phase d’exercices.

Tout commence par un exercice de défense aérienne à la mer, les différents navires étant du 23 au 30 septembre attaqués soit en escadres soit individuellement par des avions de l’aéronavale et de l’armée de l’air.

Après un ravitaillement à Bizerte les 1er et 2 octobre, les contre-torpilleurs ressortent pour tenter d’intercepter le Tarn et les deux croiseurs légers qui simulent un raider tentant de passer du bassin occidental au bassin oriental de la Méditerranée.

Cet exercice qui à lieu du 3 au 15 octobre est suivit par un exercice de combat antisurface, le Latouche-Tréville prenant la tête de la 7ème DCT et le Gambetta celui de la 4ème DCT et ce du 17 au 27 octobre.

Après une dernière escale à Bizerte du 28 octobre au 3 novembre, la 8ème DC, la 4ème DCT et le Tarn quittent la Tunisie pour rentrer en Algérie arrivant à Mers-El-Kébir le 6 novembre 1946.

Le 28 novembre 1947, Le Tarn ravitaille successivement à la mer les trois contre-torpilleurs Magon Dunois La Hire de la 4ème DCT engagés dans un entrainement de division. Il les ravitaille de nouveau le 5 décembre 1947. Les 11 et 26 mai 1948, il ravitaille à nouveau cette division engagée dans un nouvel entrainement de division.

Le 12 mai 1948, le Tarn appareille de Mers-El-Kébir en compagnie du porte-avions Commandant Teste, du cuirassé Bretagne et du croiseur de bataille Strasbourg plus les six torpilleurs d’escadre escortant ces navires en l’occurence les torpilleurs d’escadre L’Eveillé L’Alerte (protecteurs du Bretagne), Lansquenet Fleuret (protecteurs du Strasbourg) Hussard et Spahi (protecteurs du Commandant Teste) auxquels se joignent venus de Bizerte, les contre-torpilleurs Mogador Volta Hoche (11ème DCT) et le pétrolier Mékong pour une série d’exercices du 15 mai au 20 juin 1948.

Le programme était chargé pour ne pas dire copieux avec un exercice de défense aérienne à la mer d’une force navale, la lutte ASM, le raid antisurface au cours duquel le Strasbourg et le Commandant Teste attaquèrent les contre-torpilleurs au canon et avec l’aviation embarqué avant que les contre-torpilleurs et les torpilleurs d’escadre ne tentent d’attaquer les deux gros (Strasbourg et Bretagne).

La force navale occasionnelle exécuta également des tirs contre la terre sur des ilots inhabités du territoire tunisien pour simuler un assaut amphibie.

Tout se termina par un exercice d’escorte de convois composé de deux pétroliers et de deux cargos escortés par les trois contre-torpilleurs et un torpilleur à l’arrière; le porte-avions, le cuirassé et le croiseur de bataille plus les trois torpilleurs restant formant un groupe de couverture. Le convoi est ainsi attaqué par des sous-marins et des avions basés à terre.

La force navale rentre à Bizerte le 21 juin et si les contre-torpilleurs et le Mékong restent en Tunisie puisque Bizerte est leur port d’attache, le croiseur de bataille, le cuirassé, le porte-avions et les six torpilleurs d’escadre plus le Tarn rentrent à Mers-El-Kebir le 28 juin 1948.

Le Tarn est en entretien à flot du 1er au 27 juillet 1948, sortant pour essais du 28 au 30 juillet  puis pour remise en condition du 1er au 12 août 1948.

Le 5 septembre 1948, il est à quai à Mers-El-Kébir se tenait prêt à appareiller pour soutenir les cuirassés, les croiseurs et le porte-avions de la 4ème Escadre.

10-Contre-torpilleurs (45)

Le D’Assas

Louis d'Assas du Mercou dit "chevalier d'Assas" (1733-1760). La gravure représente sa mort

Louis d’Assas du Mercou dit « chevalier d’Assas » (1733-1760). La gravure représente sa mort

-Le D’Assas est mis sur cale aux chantiers navals de la Société Provençale de Construction Navale (SPCN) sis à La Ciotat le 22 novembre 1943 et lancé le 8 décembre 1944.

Au quai d’armement, il est rejoint quatre jours plus tard par le Dupetit-Thouars (classe Bayard) et les deux navires pourtant de deux classes différentes vont être achevés à une période similaire, le hasard de la disponibilité des cales expliquant cette situation.

Le D’Assas est armé pour essais le 17 juin 1945, sortant pour ses essais constructeurs du 17 au 21 juin, jour où sa responsabilité juridique est transférée de la SPCN à la marine nationale bien qu’il soit loin d’être opérationnel.

Après un passage pour se ravitailler à Toulon le 22 juin, le D’Assas quitte Toulon le lendemain 23 juin 1945, faisant escale à Casablanca du 27 au 29 juin avant de rallier Lorient le 3 juillet 1945.

Il est échoué dans la forme de Lanester du 3 au 15 juillet 1945 pour des travaux complémentaires et surtout permettre de réaliser les essais officiels dans les meilleurs conditions.

Armé officiellement pour essais le 17 juillet 1945, le D’Assas sort pour sa première campagne d’essais officiels du 18 juillet au 1er août.

Les formes de l’Arsenal de Lorient étant saturées, le D’Assas doit atteindre le 16 août pour être échoué dans la forme de Lanester et jusqu’au 26 août. Dans la période du 2 au 15 août, le D’Assas effectue ses premiers essais d’artillerie ce qui permet d’anticiper sur un problème d’alimentation entre les soutes et les tourelles.

La deuxième campagne d’essais officiels à lieu du 28 août au 17 septembre, effectuant dans la foulée ses essais officiels d’artillerie du 19 au 30 septembre avant de rallier Brest pour les essais de lancement de torpille, de mouillage de mines et de grenades et ce du 2 au 15 octobre, date à laquelle le D’Assas rentre à Lorient.

Il passe une dernière fois au bassin dans la forme de Lanester du 1er au 12 octobre pour d’ultimes modifications, des travaux de peinture sans oublier la préparation de la traversée de longue durée, une boucle en Méditerranée avant de rallier Toulon son port d’attache.

Il quitte Lorient le 15 octobre, faisant escale à Bordeaux du 16 au 19 octobre, à Lisbonne du 22 au 26 octobre, à Casablanca du 28 octobre au 1er novembre, pénétrant en Méditerranée le lendemain 2 novembre.

Le D’Assas est à Tetouan du 3 au 7 novembre, à Oran du 8 au 12 novembre, à Alger du 13 au 17 novembre, à Bône du 18 au 21 novembre, à Bizerte du 23 au 26 novembre,  à Tunis du 27 novembre au 1er décembre.

Il traverse ensuite le bassin orientale de la Méditerranée, direction le Levant faisant escale à Lattaquié du 4 au 7 décembre, à Beyrouth du 8 au 11 décembre avant d’entamer son transit vers Toulon.

Il quitte le Liban le lendemain 12 décembre, se ravitaille rapidement à Bizerte le 15 décembre avant de mettre cap sur Toulon.

Le 17 décembre 1944, il fait sa jonction avec son sister-ship Bruix mis en service seulement neuf jours plutôt.

La mise en service du deuxième contre-torpilleur de classe Bruix permet la réactivation de la 1ère DCT qui avait été mise en sommeil avec le redéploiement à Brest des contre-torpilleurs Guépard, Lion et Bison (qui avaient alors formé une nouvelle 2ème DCT).

Arrivés à Toulon le lendemain 18 décembre, les deux contre-torpilleurs se ravitaillent puis reprennent la mer pour un entrainement commun jusqu’au 22 décembre quand ils accueillent à 50 miles des côtes provençales leur sister-ship La Tour d’Auvergne, le troisième et dernier contre-torpilleur de la 1ère DCT. La division au complet s’entraine jusqu’au 25 décembre quand ils rentrent à Toulon.

Le contre-torpilleur D’Assas est admis au service actif le 17 décembre 1945, formant la 1ère DCT en compagnie du Bruix (Al). La 1ère DCT est basée à Toulon au sein du groupement de contre-torpilleurs de la 2ème Escadre.

Après une période d’entretien à flot commune du 26 décembre 1945 au 10 janvier 1946, les trois contre-torpilleurs effectuent trois jours d’essais à la mer du 11 au 14 janvier puis un stage de remise en condition du 16 au 26 janvier, date à laquelle ils rentrent à Toulon.

Le D’Assas et ses deux compères  de la 1ère DCT vont alors effectuer leur premier entrainement de division en Méditerranée occidentale, entrainement qui va occuper les trois navires du 7 février au 12 avril, date du retour des trois navires à Toulon.

Le D’Assas et le La Tour d’Auvergne sortent pour une école à feux du 15 au 22 avril, faisant escale à La Ciotat du 23 au 26 avril avant un exercice de combat antisurface du 27 avril au 3 mai, date du retour des deux navires à Toulon. Ils ressortent ensuite pour la remise en condition du Bruix et  du 9 au 17 mai puis du 22 au 31 mai,  les trois navires faisant escale à La Ciotat du 18 au 21 mai 1946.

La 1ère DCT effectue ensuite une école à feux du 1er au 9 juin avant un entrainement de défense aérienne à la mer du 11 au 19 juin. Après un mouillage aux salins du 20 au 27 juin, les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon le lendemain 28 juin 1946.

Le D’Assas sort en solitaire pour un entrainement au raid amphibie. Appareillant à l’aube le 1er juillet, il embarque en grande rade à Toulon un détachement de fusiliers marins chargés normalement de la protection du port varois.

Filant plein sud, il est repéré à l’aube par plusieurs avions du CNMAN mais avant même qu’une riposte appropriée à l’hostile soit trouvée, le contre-torpille pénètre en baie d’Ajaccio, débarque ses quatre-vingt quatorze fusiliers marins qui s’emparre de la BAN d’Aspretto prise complètement au dépourvu.

Après un mouillage en baie d’Ajaccio jusqu’au 7 juillet, le D’Assas effectue une école à feux du 8 au 14 juillet, rentrant à Toulon le lendemain 15 juillet. Il est ensuite indisponible pour entretien et permissions d’été de l’équipage du 18 juillet au 5 août, sortant pour essais (6 au 9 août) et pour remise en condition (11 au 23 août), à chaque fois en compagnie du Bruix, les deux contre-torpilleurs allant ensuite mouiller aux salins d’Hyères.

Le 28 août 1946, le La Tour d’Auvergne à la suite de ses essais à la mer y retrouve ses deux compères de la 1ère DCT. Les trois navires sortent pour sa remise en condition du 29 août au 5 septembre, se ravitaillent à Toulon le 6 septembre avant un nouveau cycle de remise en condition du 7 au 15 septembre, date à laquelle les trois navires rentrent à Toulon.

Le 22 septembre 1946, les trois contre-torpilleurs quittent Toulon en compagnie du pétrolier Elorn pour un entrainement de division au large des côtes africaines entre le Maroc et le Golfe de Guinée.

Arrivant à Dakar le 4 octobre, les trois contre-torpilleurs de la 1ère DCT vont manoeuvrer du 5 au 12 octobre, font escale à Dakar du 13 au 15 octobre avant de poursuivre leur entrainement dans le Golfe de Guinée.

Après une escale à Conakry du 20 au 23 octobre,  les trois contre-torpilleurs et le pétrolier font escale à Libreville du 25 au 28 octobre, à Pointe Noire du 30 octobre au 2 novembre, à Abidjan du 5 au 8 novembre, à Dakar pour ravitaillement le 12 novembre, à Casablanca du 16 au 21 novembre avant de rallier Toulon le 25 novembre 1946 après plus de deux mois loin de leur port d’attache.

Après une période d’entretien à flot du 26 novembre au 9 décembre, les trois contre-torpilleurs sortent pour essais du 10 au 13 décembre avant une nouvelle sortie mais pour entrainement cette fois et ce du 14 au 21 décembre, restant ensuite au port jusqu’à la fin de l’année civile.

Le D’Assas et ses deux compères de la 1ère DCT sort pour la première fois du 7 au 15 janvier 1947 pour une école à feux, se ravitaillant à Toulon le 16 janvier avant d’enchainer par un entrainement à la défense aérienne à la mer du 17 au 30 janvier, rentrant à Toulon le 5 février après une escale à La Ciotat du 31 janvier au 4 février.

Du 8 au 27 février 1947, la 1ème DCT exécute un exercice commun avec la 2ème DCT et les croiseurs légers de la 6ème DC, la petite escadre rentrant à Toulon le lendemain.

Après une école à feux du 4 au 12 mars, la 1ère DCT participe du 15 mars au 10 avril à  un entrainement commun avec le croiseur lourd Charlemagne et les torpilleurs légers de la 1ère DT du 15 mars au 10 avril. Ils enchainent ensuite les escales : Nice du 12 au 17 avril, Bastia du 18 au 24, à Ajaccio du 25 au 30 et Bonifaccio (2 au 7 mai) avant de rentrer à Toulon le 9 mai 1947 dans la matinée.

La 1ère DCT effectue ensuite un entrainement de division du 16 mai au 16 juin, mouillant aux salins d’Hyères du 17 au 25 juin avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Le D’Assas et le Bruix sortent pour une école à feux du 1er au 7 juillet avant de mouiller aux salins d’Hyères du 8 au 11 juillet. Après un entrainement à la défense aérienne à la mer du 12 au 17 juillet, les deux contre-torpilleurs rentrent à Toulon le lendemain 18 juillet 1947.

Le D’Assas est indisponible pour entretien et permissions d’été de l’équipage du 19 juillet au 9 août 1947, sortant pour essais (10 au 13 août) et pour remise en condition (14 au 31 août) en compagnie de La Tour d’Auvergne, les deux contre-torpilleurs allant ensuite mouiller aux salins d’Hyères où ils sont rejoints le 5 septembre par le Bruix qui venait de réaliser ses essais à la mer après sa période indisponibilité estivale.

Les trois contre-torpilleurs sortent pour la remise en condition du Bruix du 6 au 17 septembre, se ravitaillent à Toulon le 18 septembre avant une deuxième et dernière phase d’entrainement du 19 au 30 septembre, les trois contre-torpilleurs rentrant à Toulon le lendemain 1er octobre 1947.

La 1ère DCT sort ensuite pour son traditionnel entrainement de division automnal, quittant Toulon le 8 octobre,  manoeuvrant jusqu’au 22 novembre, date de leur retour à Toulon avec tout de même une escale à Port-Vendres du 16 au 19 octobre et plusieurs rapides passages à Toulon pour se ravitailler.

Après une période d’entretien à flot du 23 novembre au 9 décembre 1947, le D’Assas, le Bruix et le La Tour d’Auvergne sortent pour essais du 10 au 13 décembre puis pour remise en condition du 14 au 24 décembre, date à laquelle ils rentrent à Toulon et ne sortant plus jusqu’à la fin de l’année civile.

Le D’Assas et ses deux compères de la 1ère DCT commencent l’année 1948 par une école à feux du 7 au 15 janvier, faisant escale à Port La Nouvelle du 16 au 19 janvier avant un entrainement au combat antisurface du 20 au 27 janvier, rentrant à Toulon  le lendemain 28 janvier 1948.

La 1ère DCT devait sortir pour un entrainement de division le 5 février mais le D’Assas est victime d’une avarie qui l’immobilise du 5 au 18 février, le contre-torpilleur réparé sortant pour essais du 19 au 22 février avant de retrouver le jour même le Bruix et le La Tour d’Auvergne aux salins d’Hyères.

La 1ère DCT ainsi reconstituée effectue une courte sortie d’essais/entrainement du 23 février au 1er mars avant de rallier Toulon le 2 mars pour se ravitailler.

L’entrainement de division à ensuite lieu dans la foulée du 3 mars au 1er mai, entrainement marqué notamment par une participation de la 1ère DT qui revenait de Bizerte  après un exercice avec la 2ème DC et la 3ème DT.

La 1ère DCT effectue une nouvelle sortie d’entrainement au large de Toulon du 8 au 17 mai, effectuant une école à feux, des lancements simulés et réels de torpilles, des grenades avec comme cible la coque du sous-marin Caïman désarmé au printemps 1942.

Après un mouillage aux Salins du 19 au 25 mai, les trois contre-torpilleurs effectuent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 26 mai au 6 juin, rentrant à Toulon le lendemain 7 juin 1948.

Le D’Assas et le La Tour d’Auvergne sortent pour une école à feux du 14 au 21 juin avant de rentrer à Toulon le lendemain 22 juin.

Le D’Assas est ensuite indisponible pour entretien et permissions estivales de l’équipage du 24 juin au 8 juillet, sortant pour essais (9 au 12 juillet) et pour remise en condition, à chaque fois en compagnie du Bruix. Les deux contre-torpilleurs vont ensuite mouiller en rade de Villefranche.

Le 28 juillet 1948, le La Tour d’Auvergne retrouve ses deux compères à Villefranche à l’issue de ses essais à la mer. Les trois contre-torpilleurs sortent pour la remise en condition du La Tour d’Auvergne du 29 juillet au 13 août puis après ravitaillement à Toulon le 14 août du 14 au 21 août, rentrant à Toulon le lendemain 22 août 1948.

Du 28 août au 4 septembre, la 1ère DCT participe avec la 2ème DCT à un entrainement destiné à remettre en condition le croiseur lourd Charlemagne. Les sept navires rentrent à Toulon le 5 septembre 1948 à l’aube………… .