Japon (2) Histoire (1)

HISTOIRE DU JAPON

klett-perthes_bestnr-5X3071.jpg

 

Avant-Propos

Dans cette première partie, je vais aborder l’histoire du Japon. Bien évidement il ne s’agit pas de réaliser une thèse sur l’histoire de l’archipel mais de poser les bases de ma future uchronie.

Je ne vais donc que survoler l’histoire ancienne, médievale et moderne du Japon jusqu’au début de l’ère Meiji qui voit l’empire du soleil levant entrer dans le monde moderne, conciliant croyances et valeurs traditionnelles avec les technologies occidentales, permettant au Japon de ne pas subir le sort de la Chine qui forcée de s’ouvrir après des siècles de splendide isolement va se retrouver incapable de faire face aux pays occidentaux.

La partie uchronique (1939-1950) sera un peu différente mais finalement assez proche de l’histoire telle que nous la connaissons puisque les fondements et les forces sont identiques à savoir un pouvoir divin représenté par l’empereur Hiro-Hito et une élite militariste ultra-nationaliste qui rêve de se tailler un empire colonial permettant au pays de devenir autosuffisant.

Même pour l’histoire du conflit dont j’esquisserai les lignes pour aller jusqu’à la capitulation de septembre 1954, le schéma sera semblable avec des conquêtes (relativement) rapides qu’il s’agisse de l’Indochine, de la Birmanie, de la Malaisie, de Singapour, des Indes Néerlandaises et des Philippines.

Là où il y aura un changement ce n’est pas sur l’opération de décapitation contre Pearl Harbor mais sur les cibles. Après avoir été stoppé dans les Salomons où la bataille de Guadalcanal sera tout aussi féroce qu’OTL, les japonais lanceront une ultime offensive stratégique contre La Nouvelle Calédonie en octobre 1951.

Son échec marque un tournant car l’avance nippone est définitivement stoppée. Il faudra encore presque trois ans pour que les américains et les alliés ne parviennent à libérer leurs territoires des griffes japonaises.

Les opérations seront donc davantage concentrées sur l’Asie du Sud-Est et moins dans le Pacifique où les opérations seront bien plus limitées (Carolines, Mariannes, Wake et Guam). Il y aura également contrairement à l’histoire canonique des opérations contre Formose, la Chine et la Corée (la spectaculaire opération Phenix).

Dans la phase initiale de mes travaux, j’ai été tenté de réaliser l’opération Downfall contre le Japon mais à la réflexion je me suis dit que ce ne serait pas crédible. Disposant de la bombe atomique, craignant des pertes très élevées, les américains ne vont pas risquer la perte de milliers de soldats et l’anéantissement complet d’un pays. Comme OTL, deux bombes atomiques vont précipiter la capitulation japonaise.

Bien évidemment certains critiques pourront me reprocher l’irréalisme de mon conflit et de mes choix. Je l’accepte bien volontiers mais mon uchronie est «pseudo-réaliste» avec un réalisme limité et des envies personnelles.

Des origines à la renaissance impériale, une histoire du Japon

Les origines lointaines, très lointaines

L’archipel japonais commence à être peuplé 30000 ans avant le début de notre ère, suivant un schéma comparable aux autres civilisations humaines.

Vers 400 a.C, apparaît la civilisation Yayoi, une civilisation très influencée par la Chine et la Corée qui importe au Japon la technique de la riziculture inondée.

A la différence d’autres régions, ce développement de la riziculture ne va pas de paire avec le développement de l’élevage. La cueillette, la chasse et la pêche sont toujours pratiqués. La développement de la culture favorise l’augmentation de la population dans le sud et l’ouest de l’archipel même si les principaux bassins de population sont situés dans le centre et le sud.

600000 habitants habitent au Japon au 1er siècle, un million vers l’an 200. La première forme d’état structurée est assez tardive puisqu’il faut attendre 250 p.C pour qu’une première forme d’état émerge, c’est l’ère Yamato qui s’étend jusqu’au début du VIIIème siècle (710).

Dès cette époque, la région du Kansai (région de Kyoto, d’Osaka) s’impose comme le centre politique, l’introduction du bouddhisme au VI ème siècle favorisant l’unification de l’archipel. Le bouddhisme cohabite avec le taoïsme et le confucianisme même si peu à peu la religion de Bouddha devient une quasi-religion d’Etat.

Dès 604 on cite l’existence d’une constitution en dix-sept articles. En 663, le «Japon» échoue dans une première tentative d’invasion de la péninsule coréenne, cette tentative n’empêche pas que de nombreux «immigrés» coréens s’installent sur l’archipel. C’est à cette époque que l’état japonais se forme progressivement

Du 8ème au 12ème siècle, une culture classique se développe, très influencée par la Chine et la Corée même si à partir du 10ème siècle, la culture japonaise s’émancipe peu à peu des modèles continentaux.

C’est à cette même époque que le pouvoir impérial fait face aux clans qui vont se partager le pouvoir, des famines touchent régulièrement le pays entrainant une insécurité endémique. En conséquence émerge une classe sociale de combattants les bushi.

Durant cette période de 400 ans appelée l’ère de Code (Ritsuryo). Cette période n’est pas uniforme puisqu’on peut la découper en trois périodes, la première de 750 à 850 voit la maison impériale encore dominante. Pour échapper à l’influence des moines bouddhistes de Nara, la capitale quitte cette ville pour Nagosha en 784 puis Kyoto dix ans plus tard.

De 850 à 1050, c’est la domination du clan Fujiwara. Le pouvoir impérial s’efface au profit d’un régent, régents qui se succèdent de manière héréditaire. D’autres clans contestent le pouvoir des Fujiwara jusqu’à aboutir à une guerre, la guerre de Genpei (1180-85).

Inévitablement ces conflits ont des conséquences sur la société et sur l’agriculture qui doit également faire face à une hausse des températures entre le milieu du 7ème siècle et le début du 12ème siècle.

On assiste à de nombreuses famines et à une contraction des surfaces agricoles. Pour éviter les conséquences terrifiantes de mauvaises cultures rizicoles, l’empire impose la mise en culture d’autres céréales.

Pour faire face aux famines, le pouvoir central livre du riz et des grains aux régions touchés, accorde des exceptions fiscales et organise des cérémonies religieuses. Ces famines entraînent une augmentation de la mortalité liées directement aux famines ou aux épidémies qui font des ravages sur des corps affaiblis. La fécondité baisse et la population stagne.

Sur le plan culturel, le Japon connait une véritable floraison culturel, fortement influencé par la Chine avec le bouddhisme qui évolue vers une forme de religion d’état. Au milieu du IXème siècle cependant, une culture originale émerge, culture qui associée à une langue nationale s’émancipe de la Chine.

Vers 900, une nouvelle classe de combattants émerge. Les bushi émergent pour faire face à l’augmentation de l’insécurité aussi bien dans les villes que dans les campagnes. A peu près à la même époque, on assiste à une proto-féodalisation du pays, de nombreux grands domaines exemptés d’impôts voient le jour ce qui entraine une chute des revenus impériaux.

Le Moyen-Age japonais (12ème-16ème siècle)

Le Moyen Age japonais commence à la fin du douzième siècle suite à la fin de la guerre de Genpei (1180-85). Cette guerre civile à opposé le clan Miramoto (Gen) et le clan Taira (Pei) pour le contrôle du trône impérial.

Le clan Miramoto l’emporte ce qui marque la fin de l’ère Heian et le début de la période Kamakura. Le cœur du pouvoir quitte la plaine du Kansai pour celle du Kanto, la région de Tokyo, ces deux régions luttant pour la suprématie sur l’ensemble de l’archipel.

Le shogunat détient la réalité du pouvoir, le trône impérial n’à qu’une fonction symbolique. En 1219, le trône impériale tente de renverser le shogunat mais échoue ce qui renforce la puissance du shogunat au détriment du trône.

De nombreuses institutions sont mises en place pour consolider l’emprise du shogunat sur le trône impérial.

Le shogunat des Hojo (clan Kamakura) bénéficie en 1272 de la division en deux branches de la dynastie impériale. Les tentatives d’invasion mongoles en 1274 et 1281 (avec l’épisode du kamikaze «vent divin») renforcent encore le pouvoir du shogunat.

Néanmoins, le manque de terres et de revenus rend le paiement des mercenaires difficile pour ne pas dire délicat. En 1318, un nouvel empereur (Go-Daigo) accède au trone, bien décidé à reprendre la réalité du pouvoir. Après deux tentatives infructueuses (1324 et 1331), le shogunat Hojo prend fin en 1333 après la guerre du Genko (1331-33). C’est la Restauration Kemmu.

Cette restauration du pouvoir impérial se double d’un brassage social et d’un essor économique, le shintoïsme et le bouddhisme connaissant un profond renouvellement. Le pouvoir féodal reste cependant instable avec de nouveaux conflits de pouvoir, le délitement de l’Etat central s’annonce déjà.

En 1335 éclate une nouvelle rébellion, la rébellion Nakasendai. Elle est réprimée par Askhikaga Takaugi qui se révolte l’année suivante contre l’empereur Go-Daigo qui doit s’exiler en 1336.

Remplacé par un nouvel empereur plus malléable, il ne renonce pas et ce sont deux cours impériales que se font face. Dès 1338, Ashikaga Takaugi prend le titre de shogun même si il faut attendre en 1392 pour que commence le deuxième shogunat. En 1397, l’empereur de Chine le reconnaît comme le «Roi du Japon». Il s’appuie à la fois sur la noblesse de cour et sur l’aristocratie guerrière.

Ce deuxième shogunat perd l’intégralité de sa substance en 1441 avec l’assassinat du dernier Ashigara. Il existe toujours un shogun à Kyoto mais la réalité du pouvoir repose sur des seigneurs et des potentats locaux qui se disputent entre eux quand ils ne doivent pas réprimer des révoltes locales notamment celles menées par des communautés paysannes qui n’hésitent pas à contester l’ordre social.

Sur le plan culturel, on assiste au brouillage des limites entre culture céleste et culture populaire, la période étant aussi marquée par l’émergence du théâtre No. Les échanges avec la Chine restent toujours aussi dynamiques. La population double quasiment en quatre siècles passant de 7 à 13 millions d’habitants.

Après 1550,un nouveau régime émerge avec trois hommes forts. Oda Nobunaga au pouvoir de 1560 à 1582, le général Toyotami Hideyoshi de 1560 à 1598 (qui lance une répression contre les chrétiens et subit deux échecs en Corée en 1592 et 1596) qui laisse un pays unifié (pays qui ne comporte pas encore Hokkaïdo) et enfin Le général Tokugawa Ieyasu lui succède et devient shogun en 1603. C’est le début de l’ère Edo.

De la période d’Edo au réveil de l’ère Meiji (1603-1868)

En 1603, c’est le début de la période Edo, période de plus de deux siècles puisqu’elle s’étend jusqu’en 1868, date à laquelle commence l’ère Meiji (éclairée).

Si à l’origine, le pays d’ouvre à l’étranger aux investissements comme à l’influence culturelle et religieuse, rapidement l’archipel se ferme aux européens ce qui ne l’empêche pas de connaître une phase d’essor démographique et économique de la fin du 16ème siècle au début du 18ème.

Parallèlement sur le plan culturel et idéologique, le Japon est profondément marqué par un néo-confucianisme qui rigidifie les structures sociales tout en permettant l’apparition de formes d’art parvenues jusqu’à nos jours comme le kabuki (théâtre japonais épique, très codifié) ou le haku, de petits poèmes courts pour ne pas dire minimalistes.

En 1605, le fils de Tokugawa Ieyasu devient shogun mais n’à aucun pouvoir effectif jusqu’à la mort de son père en 1616. Les grands féodaux sont mis au pas et reçoivent l’interdiction de rencontrer l’empereur.

Soixante-trois ans plus tôt en 1542 avait eu lieu les premiers contacts entre l’occident et le Japon, des contacts culturels, commerciaux et religieux puisqu’en 1549 les premiers missionnaires débarquent au pays pour évangéliser le Japon, le pays comptant 700000 chrétiens en 1605.

Le christianisme est d’abord vu favorablement car il permet de concurrencer le bouddhisme mais en 1613, il est interdit et vingt-cinq ans plus tard, il à disparu signe que les conversions étaient plutôt tièdes.

Ce revirement s’explique tout simplement par la crainte partagée en Asie comme en Europe que la division religieuse n’entraîne la division politique.

Un temps on encouragea le commerce avec l’étranger mais les conséquences économiques et politiques font que des mesures protectionnistes sont prises.

En 1635, les japonais ont interdiction de se rendre à l’étranger et quatre ans plus tard, en 1639 les portugais sont interdits, seuls les néerlandais sont autorisés à vivre et commercer au Japon. Le pays se ferme quasi-complètement à l’étranger.

Le pays s’etend avec la colonisation à partir de 1640 du sud de l’île d’Hokkaïdo. Entre 1651 et 1709, c’est l’apogée du régime Tokugawa.

Peu à peu le shogunat va s’enfoncer dans une crise politique et économique. La population stagne (entre 28 et 33 millions), des mauvaises récoltes entraînent des famines dévastatrices (1732, 1783 à 1787 et 1833 à 1839). On assiste néanmoins à un début d’industrialisation alors que fin 18ème, toute l’île d’Hokkaïdo est sous contrôle japonais pour empêcher une alliance entre la Russie et les Aïnous.

Les tensions avec l’Occident se multiplient et le Japon peut craindre de subir le même sort que la Chine. Heureusement pour le pays du soleil levant, quand le régime shogunal entrera en agonie (après 1850), les pays européens auront d’autres préoccupations.

Commodore Perry

Le Commodore Perry

En 1853, le commodore Perry arrive en baie d’Edo. Sa puissance de feu oblige le shogun à accepter l’ouverture du pays au commerce notamment américain. Des traités inégaux sont signés avec les pays occidentaux en 1858 sur le modèle chinois. Son auteur est assassiné en 1860.

C’est la fin du shogunat. Totalement discrédité par son incapacité à résoudre la crise politique et la crise économique, le shogun voit l’empereur privé depuis des siècles de tout pouvoir véritable devient le point de ralliement des mécontents.

Le dernier shogun Tokugawa abdique fin 1867 et le 3 janvier 1868 à lieu la restauration impériale mais il faudra attendre mai 1869 pour que les derniers partisans du shogunat acceptent de se rendre.

Meiji

L’empereur Mutsuhito connu ultérieurement sous le nom de Meiji (éclairé)

En 1868 avec l’arrivée de l’empereur Meiji au pouvoir, le Japon effectue une véritable mutation en s’ouvrant à nouveau à l’étranger mais à la différence de la Chine qui devient le jouet des puissances occidentales, le Japon va concilier (ou du moins tenter de le faire) les technologies modernes avec un substrat culturel et idéologique propre, lui permettant de ne pas subir les humiliations répétées de l’Empire du milieu.

Publicités

Etats Unis (106) OdB et Programme de Guerre (16)

Ravitailleurs de sous-marins (AS)

USS Holland (AS-3) 27

-En septembre 1939, l’US Navy dispose de trois ravitailleurs de sous-marins (submarine tender), les USS Holland (AS-3) Beaver (AS-5) et Canopus (AS-9) mais neuf ans plus tard seul le Canopus est encore en service, les deux autres ayant été remplacés par des navires neufs formant une classe homogène, la classe Fulton.

Lire la suite

Etats Unis (73) Navires de soutien (8)

-En septembre 1946, l’US Navy rachète sur cale deux pétroliers commandés initialement par la Standard Oil of New Jersey, des navires baptisés initialement Esso Trenton et Esso Albany, navires rebaptisés Chicopee (AO-34) et Housatonic (AO-35). Ces navires sont mis en service au printemps 1948.

USS Chicopee (AO-34) 9

USS Chicopee (AO-34)

Lire la suite

Etats Unis (72) Navires de soutien (7)

Pétroliers (AO)

Avant-propos

Les premiers navires à vapeur utilisaient le charbon comme combustible, un matériau à haut pouvoir calorifique mais qui était encombrant à charger et utiliser sans compter qu’il dégageait un panache de fumée noir rendant le navire peu discret.

Lire la suite

Etats Unis (71) Navires de soutien (6)

Transports de matériels (AK)

A coté des transports de munitions (AE), l’US Navy disposait de plusieurs cargos chargés du transport de matériel comme des pièces détachées, des vivres ou des véhicules. Ces navires sont classés AK (Cargo Ship).

Lire la suite

Etats Unis (70) Navires de soutien (5)

Transports de Munitions (AE)

Les Ammunition Ships (AE Auxiliary Explosive) sont apparus dans l’US Navy à la fin du premier conflit mondial mais leur mise en service se fait après l’armistice.

Si les pétroliers ont été rapidement adaptés au ravitaillement à la mer (en flèche et en couple), les ravitailleurs de charges solides, de munitions, de vivres et de pièces détachées ne le sont pas et le ravitaillement ne peut se faire qu’au mouillage.

Lire la suite

Etats Unis (67) Navires de soutien (2)

Ravitailleurs de destroyers (AD)

Appelés Destroyer Tender dans la langue de Shakespeare, ces navires étaient officiellement destinés à soutenir des divisions, des squadron de destroyers (DesRon) notamment à une époque où les feu Torpedo Boat Destroyer (TBD) avaient les jambes courtes.

Lire la suite