23-Armée de terre Ligne Maginot (8)

La démobilisation et ses suites : situation des unités de la ligne Maginot en septembre 1941

Comme nous l’avons vu plus haut, ce n’est qu’à partir de l’été 1940 et surtout de l’automne 1940 que la démobilisation commence à atteindre une certaine ampleur. La Ligne Maginot et ses dépendances corses et tunisiennes n’échappent pas à la règle.

Ainsi en septembre 1941, le dispositif opérationnel de défense des frontières affiche le visage suivant, un visage qui n’évoluera qu’à la marge jusqu’à la deuxième mobilisation générale celle de septembre 1948.

Nord-Est

Le Secteur Fortifié des Flandres (SFF) dispose d’un seul régiment de travailleurs, le 221ème RT (ex-221ème RRT) chargé d’entretenir les fortifications de campagne qui doivent être armés par des troupes de campagne de passage, le projet de transformer un RRT en RIF n’ayant pas aboutit.

canon de 75mm modèle 1897 équipé de pneumatiques

canon de 75mm modèle 1897 équipé de pneumatiques

Ce secteur dispose également d’unités d’artillerie (10ème et 11ème batteries du I/161ème RAP équipés de canons de 75mm modèle 1897 désormais montés sur pneumatiques), de génie (174ème bataillon de sapeurs mineurs), de transmissions et de travailleurs (éléments du 101ème détachement de destruction des transmissions, les 9ème et 15ème compagnies de travailleurs espagnols ainsi que la 253ème compagnie française de travailleurs).

-Après de laborieuses négociations, les britanniques acceptent de maintenir sur le sol français la 1st Infantry Division qui à donc la charge du SF de Lille, bénéficiant de l’aide du 16ème régiment régional de travailleurs (16ème RRT) devenu en 1944, 16ème régiment de travailleurs, régiment chargé des travaux d’entretien et de consolidation des fortifications.

-Le Secteur Fortifié de l’Escaut dispose d’un régiment d’infanterie de forteresse, le 54ème RIF, un régiment de mobilisation qui va être pérennisé pour renforcer le SFE qui dispose également d’un régiment régional de travailleur, le 17ème RRT devenu 17ème régiment de travailleurs.

Canon de 120mm De Bange modèle 1878

Canon de 120mm De Bange modèle 1878

Ce secteur dispose également d’un groupe d’un régiment d’artillerie de position, le 1er groupe du 161ème RAP équipé à l’origine de 8 canons de 75mm modèle 1897, 8 canons de 120L modèle 1878, de 4 canons de 105L modèle 1913 et 8 canons de 155L modèle 1877.

Cet équipement hétéroclite est homogénéisé avec 16 canons de 75mm modèle 1897 en deux batteries et une batterie équipée de huit canons de 105L modèle 1913, eux aussi montés sur un train de roulement moderne.

Le SFE dispose également d’une unité du génie en l’occurrence la 1ère compagnie du 212ème bataillon de sapeurs-mineurs.

Le Secteur Fortifié de Maubeuge devenu la 101ème DIF en mars 1940 est une unité importante puisqu’elle aligne deux régiments d’infanterie de forteresse, les 84ème et 87ème RIF, deux régiments régionaux de travailleurs, les 18ème et 19ème RRT ainsi que le 1er bataillon de mitrailleurs.

La 101ème DIF est dissoute le 27 juillet 1940, ressuscitant le Secteur Fortifié de Maubeuge qui comme les autres secteurs réduit la voilure. Ainsi, il ne conserve qu’un régiment d’infanterie de forteresse, le 84ème RIF, le 87ème RIF étant dissous. Le 1er bataillon de mitrailleurs reste en ligne tout comme le 18ème régiment régional de travailleurs, devenu le 18ème régiment de travailleurs, le 19ème RRT étant dissous.

En ce qui concerne l’artillerie, seul est maintenu le 2ème groupe du 161ème RAP, groupe équipé de 16 canons de 75mm modèle 1897 (deux batteries) et une batterie de 8 canons de 105mm modèle 1913 (une batterie), les autres pièces étant précieusement stockées au cas où.

Le génie est présent avec quatre compagnies formant le 226ème bataillon (1ère compagnie de sapeurs mineurs, 81ème et 82ème compagnies de transmission et le 21ème parc du génie).

On trouve en 1939-40 dans l’ancienne emprise de la 9ème armée, le 41ème CAF (Corps d’Armée de Forteresse) et la 102ème DIF anciennement Secteur Défensif des Ardennes.

Ces deux entités fusionnent en septembre 1940 sous le nom de Secteur Fortifié des Ardennes qui dispose d’unités de soutien destinés à préparer la mobilisation des unités (parc d’artillerie n°41, 1ère compagnie de sapeurs mineurs du 141ème bataillon de génie de forteresse, ce dernier disposant également des 81ème et 82ème compagnies de transmission et du 83ème détachement colombophile) et comme vous allez voir ci-dessous d’unités de combat.

Le bras armée du SFArdennes est composé de la 42ème demi-brigade de mitrailleurs coloniaux (la 52ème DBMC est elle dissoute), du 148ème RIF (un régiment de mobilisation maintenu) du 160ème RAP et des unités du génie et de soutien (227ème bataillon du génie de forteresse avec la 1ère compagnie de sapeurs-mineurs, la 81ème compagnie de télégraphiste et la 82ème compagnie radio).

Le Secteur Fortifié de Montmédy dispose à la mobilisation de septembre 1939 de quatre régiments d’infanterie de forteresse, les 147ème 136ème 155ème et 132ème, du 4ème bataillon de mitrailleurs, d’un groupe d’artillerie de position (le I/169ème RAP équipé de deux batteries de 155L modèle 1918, une batterie de 120L de Bange et six batteries de canons de 105L modèle 1913), le 99ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse Hippomobile équipé de canons de 75mm modèle 1897 ainsi que des unités du génie et de soutien.

Le génie déploie le 211ème bataillon de sapeurs mineurs auquel sont rattachés la 81ème compagnie télégraphiste et la 82ème compagnie radio.

Le 155ème RIF un «vieux régiment de forteresse» est maintenu tout comme les 132ème et 147ème RIF, un régiment de mobilisation qui est pérennisé. Le 4ème bataillon de mitrailleurs est dissous mais le 1er groupe du 169ème RAP est maintenu

Maintenu en ligne après la démobilisation, le 169ème RAP est réorganisé en 1942 avec deux groupes, un premier groupe équipé d’une batterie de 155mm et deux batteries de 105mm et un deuxième groupe avec deux batteries d’ouvrages, une pour les forts de Verdun et un autre pour les casemates du SF Montmedy et une batterie de 105mm.

A la mobilisation d’août 1948, une batterie de douze canons de 47mm modèle 1937 est intégrée au régiment pour renforcer la défense antichar du secteur. Le 99ème RAMFH est lui dissous. La situation des unités du génie ne change pas.

Dans l’ancien secteur de la troisième armée on trouve le 42ème CAF, le SF de Thionville et le SF du Boulay. A l’issue de la démobilisation, la situation est la suivante :

Le SF de Crusnes (anciennement 42ème CAF) dispose à l’issue de la démobilisation du 149ème RIF (les deux autres régiments sont dissous) associé au seul 46ème RAMF, le 152ème RAP régiment de mobilisation étant mis en sommeil

On oublie pas les unités habituelles de génie, d’intendance et de transmission représentées notamment les 1ère et 2ème compagnie du 142ème bataillon du génie de forteresse, bataillon qui engerbe également la 81ème compagnie télégraphiste, la 82ème compagnie radio et le 83ème détachement colombophile.

Le Secteur Fortifié de Thionville dispose à l’issue de la démobilisation de deux régiments d’infanterie de forteresse, les 167ème et 169ème RIF, le premier étant un régiment d’active et le second un régiment de mobilisation pérennisé. Ils sont appuyés par le 151ème RAP resté seul régiment en activité dans le secteur, le 70ème RAMF ayant été dissous après avoir transféré ses deux groupes de 75mm au 151ème RAP.

Le génie déploie dans ce secteur le 203ème bataillon du génie de forteresse qui dispose de deux compagnies de génie (1ère et 2ème), la 81ème compagnie télégraphiste et la 82ème compagnie radio.

Le Secteur Fortifié du Boulay dispose à l’issue de la démobilisation de deux régiments d’infanterie de forteresse, les 162ème RIF et 160ème RIF associé au 23ème RAMF, seul régiment d’artillerie maintenu avec deux groupes de 75mm, un groupe de 155C, un groupe issu du 153ème RAP équipé de canons de 105 et de 155mm et mis en sommeil lors de cette démobilisation.

Le génie y déploie le 202ème bataillon du génie de forteresse qui prend sous son aile également une compagnie télégraphiste et une compagnie radio.
Le Secteur Fortifié de Faulquemont dispose en septembre 1940 de l’unique 146ème RIF, le 156ème RIF ayant été dissous et appuyé par deux régiments d’artillerie, les 163ème RAP et 39ème RAMF. Le génie dispose lui du 201ème bataillon de génie de forteresse qui prend sous son aile une compagnie télégraphiste et une compagnie radio.

Le SF de la Sarre dispose lui d’un régiment d’infanterie de forteresse, le 133ème RIF, d’un régiment de mitrailleurs d’infanterie de forteresse, le 69ème et d’un régiment de mitrailleurs d’infanterie coloniale, le 41ème RMIC.

Ils sont appuyés par le 166ème RAP qui compense l’absence dans ce secteur d’ouvrages d’artillerie.

Un temps le 49ème RAMRF aurait du être maintenu lui aussi mais il est finalement dissous tout comme le 5ème bataillon de mitrailleurs alors que le 208ème bataillon du génie de forteresse reste en position.

Le Secteur Fortifié de Rorbach maintient à l’issue de la démobilisation les deux RIF d’active du secteur en l’occurrence les 37ème et 153ème RIF, l’entretien et le renforcement des ouvrages étant assuré par la 7ème compagnie du 400ème régiment de pionniers.

Ces unités sont appuyés par le 59ème RAMF qui à été renforcé par le 1er groupe du défunt 150ème RAP (canons de 155L et de 145L) sans oublier les unités de génie et de soutien (207ème bataillon du génie de forteresse, une compagnie radio, une compagnie télégraphiste).

Après s’être un temps appelé 43ème CAF, le Secteur Fortifié des Vosges reprend à l’été 1940 sa dénomination initiale. Là aussi, le dispositif est retaillé avec comme unités présentes dans le secteur le 154ème RIF, la 5ème compagnie du 400ème régiment de pionniers, le 168ème RAP et le 143ème bataillon du génie de forteresse.

Le Secteur Fortifié d’Haguenau dispose à l’issue de la démobilisation de deux régiments d’infanterie de forteresse, le 22ème RIF (active) et le 68ème RIF, un régiment de mobilisation maintenu sous les drapeaux. Ces deux régiments sont appuyés par la 6ème compagnie du 400ème régiment de Pionniers. Ces trois unités d’infanterie sont appuyés par le 156ème RAP et par des unités du génie, de transmission et de soutien (notamment le 206ème bataillon du génie de forteresse).

Le Secteur Fortifié du Bas-Rhin (temporairement 103ème DIF) dispose à l’issue de la démobilisation des 70ème et 172ème RIF (le premier étant un régiment de mobilisation), du 155ème RAP et de diverses unités du génie, de transmissions et de soutien logistique.

Le Secteur Fortifié de Colmar (temporairement 104ème DIF) dispose en septembre 1941 d’un régiment d’infanterie de forteresse le 42ème RIF, du 1er groupe du 170ème RAP et des unités du génie notamment la 1ère compagnie du 229ème BGF.

Le Secteur Fortifié de Mulhouse (un temps 105ème DIF) aligne le 10ème RIF (un régiment créé lors de la mobilisation de septembre 1939 et maintenu après la démobilisation), le 2ème groupe du 159ème RAP ainsi que les unités du génie et de soutien comme la 1ère compagnie du 230ème bataillon de génie de forteresse.

Le Secteur Fortifié d’Altkirch dispose du 171ème RIF, des IIIème et IVème Groupe du 159ème RAP plus des unités du génie et de soutien comme la 1ère compagnie du 205ème bataillon du génie de forteresse.
Le Secteur Fortifié de Montbeliard dispose du 12ème RIF un régiment de mobilisation affecté durant la guerre de Pologne au Secteur Fortifié d’Altkirch puis transféré en Franche-Comté en remplacement de deux bataillons de chasseurs pyrénéens dissous. Ce régiment est appuyé par le VIIème groupe du 159ème RAP plus des unités du génie et de soutien.

La Région Fortifié de Belfort (un temps connue sous le nom de 44ème CAF) dispose du 371ème RI (un régiment d’infanterie classique) et des Vème et VIème groupes du 159ème RAP.

Le 45ème CAF qui couvrait le Jura est dissous sans être remplacé ce qui laisse dubitatif bien des observateurs. Cet impair sera corrigé seulement au printemps 1944 quand deux bataillons alpins de forteresse supplémentaires, les 81ème et 91ème seront créés pour couvrir le massif jurassien avec pour appui un groupe d’artillerie du 159ème RAP ainsi que des unités de génie et de soutien logisique.

Publicités

23-Armée de terre Ligne Maginot (5)

-Secteur de la 3ème Armée :

Le 42ème CAF (Corps d’Armées de Forteresse ex-SF de Crusnes) dispose de trois régiments d’infanterie de forteresse, les 149ème 139ème et 128ème associés à des unités du 152ème RAP (1er groupe équipé de deux batteries de 155C modèle 1917 et deux batteries de 155L modèle 1877, 21,22 et 23ème batteries d’ouvrages) et le 46ème RAMF équipés de deux groupes de 75mm et un groupe de 155C

Canon de 155mm long De Bange modèle 1877

Canon de 155mm long De Bange modèle 1877. Cette arme antique était encore utilisée en 1939 au sein des RAP et autres RAMF

On oublie pas les unités habituelles de génie, d’intendance et de transmission représentées notamment les 1ère et 2ème compagnie du 142ème bataillon du génie de forteresse, bataillon qui engerbe également la 81ème compagnie télégraphiste, la 82ème compagnie radio et le 83ème détachement colombophile.

Le SF de Thionville dispose de trois RIF, les 169ème 168ème et 167ème associés à deux régiments d’artillerie, les 151ème RAP (deux groupes servant cinq batteries de 155L, 2 canons de 220L, 2 pièces de 240mm + des batteries d’ouvrages) et 70ème RAMF (deux groupes de 75mm et un groupe de 155C)

Le génie déploie dans ce secteur le 203ème bataillon du génie de forteresse qui dispose de deux compagnies de génie (1ère et 2ème), la 81ème compagnie télégraphiste et la 82ème compagnie radio.

Canon de 240L modèle 1884 Saint Chamond

Canon de 240L modèle 1884 Saint Chamond

Le SF de Boulay dispose de quatre régiments d’infanterie de forteresse, les 160ème 161ème et 162ème et 164ème RIF associés à deux régiments d’artillerie, les 153ème RAP (1er groupe équipé de trois batteries de 75mm et d’une batterie de 240mm, le 2ème groupe équipé de cinq batteries de 155L et deux batteries de 105L, le 3ème groupe équipé de trois batteries de 155L et un 4ème groupe équipé de deux groupes de 75mm et deux canons de 65mm de marine utilisés en antichar) et 23ème RARF équipé de deux groupes de 75mm et un groupe de 155C.

Le génie y déploie le 202ème bataillon du génie de forteresse qui prend sous son aile également une compagnie télégraphiste et une compagnie radio.

-Secteur de la 4ème Armée :

Le SF de Faulquemont dispose de deux régiments d’infanterie de forteresse, les 146ème et 156ème RIF associés à deux régiments d’artillerie, les 163ème RAP (18 batteries équipées de 42 canons de 75mm dont 6 de forteresse, douze canons de 155C et vingt-quatre de 155L) et 39ème RAMF (deux groupes de 75mm et un groupe de 155C)

Le génie dispose du 201ème bataillon de génie de forteresse qui prend sous son aile une compagnie télégraphiste et une compagnie radio.

Le SF de la Sarre dispose lui d’un régiment d’infanterie de forteresse, le 133ème RIF, de trois régiments de mitrailleurs d’infanterie de forteresse, les 69ème 82ème RMIF et 174ème RMIF et de deux régiments de mitrailleurs d’infanterie coloniale, les 41ème et 51ème RMIC.

Ils sont appuyés par deux régiments d’artillerie, les 166ème RAP (1er groupe équipé de 8 canons de 75mm, 8 canons de 105L et 8 canons de 155C; 2ème groupe équipé de 16 canons de 155L, 4 canons de 155C et 4 canons de 105L) et 49ème RAMRF (deux groupes de 75mm et un groupe de 155C) et par le 5ème Bataillon de Mitrailleurs sans oublier les unités du génie et de soutien, le génie de forteresse déployant le 208ème bataillon du génie de forteresse.

-Secteur de la 5ème armée :

Le SF de Rorbach est armé par les 37ème 153ème et 166ème RIF, la 7ème compagnie du 400ème régiment de pionniers appuyés par deux régiments d’artillerie, les 150ème RAP (1er groupe équipé de seize canons de 155L et 8 canons de 145L; 2ème groupe équipé de 8 canons de 155L, 8 canons de 155C) et 59ème RAMF (trois groupes de 75mm et un groupe de 155mm) sans oublier les unités de génie et de soutien (207ème bataillon du génie de forteresse, une compagnie radio, une compagnie télégraphiste).

Le 43ème CAF (ex-SF des Vosges) dispose des 154ème et 165ème RIF, de la 5ème compagnie du 400ème régiment de pionniers appuyés par le 46ème GRCA, les 168ème RAP (un groupe équipé de 8 canons de 75mm et 16 canons de 155C, un 2ème groupe équipé de 8 canons de 155C et de 8 canons de 155L) et 60ème RAMF (deux groupes de 75mm et un groupe de 155C) sans oublier différentes unités de génie et de soutien dont le 143ème bataillon du génie de forteresse.

Le SF d’Haguenau dispose de cinq RIF, les 22ème 23ème 68ème 70ème et 79ème, de la 6ème compagnie du 400ème Régiment de Pionniers appuyés par deux régiments d’artillerie les 156ème RAP (1er groupe équipé de 16 canons de 155L modèle 1918 et le 2ème groupe équipé de 4 canons de 75mm, de 4 canons de 145mm et de 8 canons de 155L modèle 1918) et le 69ème RAMF qui lui dispose de deux groupes de 75mm et un groupe de 155C ainsi que des unités du génie, de transmission et de soutien (notamment le 206ème bataillon du génie de forteresse).

Canon de 145/155 Saint Chamond modèle 1916

Canon de 145/155 Saint Chamond modèle 1916

Le SF du Bas Rhin devenu la 103ème DIF est armé par les 34ème et 172ème RIF, le 237ème RI de secteur fortifié ainsi que le 155ème RAP (1er groupe équipé de douze canons de 155L et un 2ème groupe équipé de 8 canons de 75mm, 8 canons de 145L, 4 canons de 150T et deux batteries d’ouvrages ex-allemands) sans oublier le génie (compagnies du génie 228/1 et 228/2), les transmissions et la logistique.

-Secteur de la 8ème armée :

Canon de 120mm De Bange modèle 1878

Canon de 120mm De Bange modèle 1878

La 104ème DIF (ex-SF de Colmar) aligne les 28ème et 42ème RIF, le 242ème RI de SF, le 1er groupe du 170ème RAP (équipé d’une batterie de 12 canons de 75mm modèle 1897 et d’une batterie composite disposant de 4 canons de 120L modèle 1878, 4 canons de 155L modèle 1877 et 4 canons de 155C) et des unités du génie notamment la 1ère compagnie du 229ème BGF.

La 105ème DIF (ex SF de Mulhouse) aligne le 10ème RIF, le 2ème groupe du 159ème RAP (équipé de 8 canons de 75mm, 4 canons de 155mm, 12 canons de 47mm de marine et 6 pièces de 150T) ainsi que les unités du génie et de soutien comme la 1ère compagnie du 230ème bataillon de génie de forteresse.

Le SF d’Altkirch aligne les 12ème et 171ème RIF, les IIIème et IVème Groupe du 159ème RAP (le 3ème groupe dispose de 14 canons de 75mm dont 6 en casemates, 4 canons de 155C et 4 canons de 155L) plus des unités du génie et de soutien comme la 1ère compagnie du 205ème bataillon du génie de forteresse.

Le SF de Montbeliard dispose de……..chasseurs pyrénéens avec les 21ème et 61ème BCPyr, le VIIème groupe du 159ème RAP (12 canons de 105L, 4 canons de 75mm, 4 canons de 155L et 4 canons de 155C) plus des unités du génie et de soutien.

La défense de Belfort est assurée par les vieux forts construits au 19ème et à peine modernisée. La RF de Belfort devenu le 44ème CAF dispose du 371ème RI, des Vème et VIème groupes du 159ème RAP équipés de canons de 75 et de 155mm sous tourelle pour le premier, de pièces d’artillerie fixe, de 8 canons de 155L modèle 1916 et de 4 canons de 240mm modèle 1884 pour le second.

-Le 45ème CAF est créé en janvier 1940 pour couvrir le Jura, faisant la liaison entre la 8ème Armée et l’Armée des Alpes. Il dispose de la 1ère demi-brigade de chasseurs pyrénéens avec les 1er 2ème et 6ème BCPyr, le 2ème groupe du 170ème RAP (équipé de 10 canons de 75mm modèle 1897, 16 canons de 155C, 4 canons de 90mm, et 6 canons de 155L), la 7ème compagnie du 400ème régiment de pionniers et le 213ème bataillon du génie de forteresse.

22-Armée de terre : armement et matériel (86) ordre de bataille (20)

Groupe d’Armées n°3

Préambule

Quand la guerre de Pologne éclate et que la France mobilise, il n’existe que deux groupes d’armées, le n°1 couvrant la frontière de la mer du Nord à Longuyon en intégrant le massif des Ardennes et le n°2 allant de Longuyon au Jura.

Le 20 octobre 1939, un nouveau groupe d’armée est créé avec les 6ème et 8ème armée. Baptisé GA n°3, il couvre l’extrémité sud de la frontière allemande et la frontière suisse jusqu’au lac Léman.

Ce Groupe d’Armée à une existence brève puisqu’il est dissous à l’été 1940 dans le cadre de la démobilisation.

En mars 1942, après plusieurs mois de réflexions et de consultation, le général Villeneuve rend public (auprès du ministre de la Guerre et de ses subalternes cela va sans dire) sa réorganisation des structures de la «France en guerre».

Le GA n°1 et GA n°2 retrouvant peu ou prou leur constitution antérieure au 20 octobre 1939 mais cela ne signifie pas la disparition du Groupe d’Armées n°3.

Au contraire, c’est même plutôt une promotion puisque désormais le Groupe d’Armées n°3 couvre une zone d’étendant du sud du Jura à Bonifaccio, intégrant tout le massif alpin et la défense de la Corse.

Pour cela, le général commandant le GA n°3 à son autorité sur la 5ème armée dite Armée des Alpes avec trois corps d’armées à trois divisions plus des unités dispersées en Corse.

Armée des Alpes

La 5ème armée à pour unique mission de défendre le massif alpin contre une potentielle agression italienne. Elle dispose pour cela d’unités de forteresse mais également de trois Corps d’Armée à trois divisions.

A la différence des autres Corps d’Armée, les 13ème, 29ème et 30ème CA n’assurent pas la défense d’un Secteur Fortifié précis. Autre différence, la 5ème armée ne dispose pas d’un groupement de bataillons de chars de combat.

Il y à bien trace du GBC n°505 dans les papiers administratifs mais ce groupement n’à qu’une existence administrative, une unité fantôme qui ne deviendra réalité que si des B.C.C sont affectés à l’Armée des Alpes. En attendant c’est la 6ème DLM qui donne à l’Armée des Alpes une capacité char.

-Outre les trois corps d’armée, la 5ème armée dispose d’unités qui lui sont directement rattachées :

-Quatre régiments de pionniers : 405ème, 415ème, 425ème et 435ème régiments de  pionniers.

-8ème Groupement Antiaérien de Campagne (8ème GAAC) disposant d’un état- major,  d’une batterie hors rang et de quatre batteries, deux batteries équipées de canons de  75mm et deux batteries équipées de canons de 37mm Schneider, canons remorqués par des  véhicules tout-terrains Laffly.

-Dans le domaine du soutien, on trouve des unités dépendant de l’artillerie (parc de  réparations d’artillerie n°5, parc de réparation des équipages et des ferrures n°5, le parc de  réparation automobile n°5, le parc d’essence et ingrédients d’armée n°5 et le parc de  munitions d’armée n°5).

-Le génie aligne diverses unités de sapeurs mineurs et de sapeurs routiers, une compagnie  d’électro-mécaniciens et un parc de génie d’armée.

-En ce qui concerne les transmissions, on trouve le 805me bataillon de sapeurs  télégraphistes d’armée, le 825ème parc de transmissions d’armée et diverses unités associées.

-Le train soutien la deuxième armée avec sept compagnies hippomobiles et six compagnies  automobiles dont deux sanitaires ainsi qu’une compagnie citerne.

-L’intendance, le service de santé, le service vétérinaire, le service des remontes dispose  également d’unités intervenant en soutien de la 6ème Armée.

-La gendarmerie déploie pour maintenir l’ordre sur l’arrière et gérer les prisonniers un  commandement de la gendarmerie et forces prévôtales de la 5ème armée.

-L’armée de l’air déploie plusieurs unités de chasse, de reconnaissance et d’appui tactique en soutien de la 5ème armée.

Le Groupement d’Aviation de l’Armée des Alpes (GRAVIA-AA ou GRAVIA-VA) dispose pour assurer sa mission d’une escadre de chasse, de trois groupes de bombardement légers et d’un groupe de reconnaissance.

Bréguet Br700C2, l'un des chasseurs biplaces de l'armée de l'air

Bréguet Br700C2, l’un des chasseurs biplaces de l’armée de l’air

-La 16ème escadre de chasse stationnée à Loyettes dispose de trois groupes de chasse équipés d’Arsenal VG-39 et de Bréguet Br700C2.

-La 33ème escadre de bombardement léger à Saint Etienne de Geoirs dispose de trois groupes de bombardement léger équipés de Douglas DB-7D.

-Le GR I/39 assure les missions de reconnaissance depuis la base aérienne Chambarand avec 36 Bloch MB-176.
Le Groupement d’Aviation de l’Armée des Alpes dispose au total de 225 avions répartis entre 108 chasseurs (81 monomoteurs et 27 bimoteurs), 81 bombardiers légers et 36 avions de reconnaissance.

Il peut bénéficier du soutien des trois Groupes Aériens d’Observation (GAO), le GAO-513 stationné à St Etienne de Saint Geoirs avec huit Bloch MB-175 de reconnaissance armée, de douze Dewoitine D-720 de coopération et quinze ANF-Les Mureaux ANF-123 d’observation et de réglage de tir.

Le GAO-529 stationné à Chambarand dispose de huit Bloch MB-176 de reconnaissance armée, de douze Dewoitine D-720 de coopération et quinze ANF-Les Mureaux ANF-123 d’observation et de réglage de tir tout comme le GAO-530 stationné à Sisteron qui dispose de huit Bloch MB-176 de reconnaissance armée, de douze Dewoitine D-720 de coopération et quinze ANF-Les Mureaux ANF-123 d’observation et de réglage de tir.

-13ème Corps d’Armée

-Outre les trois divisions sous ses ordres, le 13ème CA mis sur pied par la 13ème région militaire dispose d’unités qui lui appartiennent en propre :

-613ème régiment de pionniers

-13ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (13ème GRCA) disposant de  chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-117ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (117ème RALH) qui dispose de deux  groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L modèle 1945S.

– Des unités du génie, des transmission, de soutien

-L’armée de l’air détache pour emploi auprès du 13ème CA le Groupe Aérien d’Observation  n°513 équipé de Bloch MB-175, de Dewoitine D-720 et d’ANF-Les Mureaux ANF-123.

-La 10ème DI est une division d’active dont l’état-major est en temps de paix installé à Paris. Elle dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (5ème, 24ème et 46ème RI), de deux régiments d’artillerie (32ème RAD et 232ème RALD), de la 610ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 610ème Bataillon de défense aérienne, du 23ème bataillon du génie et d’unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 15ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (15ème GRDI) équipé de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-La 20ème Division d’Infanterie est une division de mobilisation de série A disposant de trois régiments d’infanterie de ligne (2ème, 47ème et 115ème RI), de deux régiments d’artillerie (7ème RAD et 207ème RALD), de la 620ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 620ème Bataillon de défense aérienne, du 92ème bataillon du génie et de quelques unités de soutien.

Elle bénéficie du soutien du 31ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (31ème GRDI) qui dispose de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.

-La 23ème Division d’Infanterie est une division d’active dont l’état-major est installé en temps de paix à Tours qui dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (32ème, 107ème et 126ème RI), de deux régiments d’artillerie (41ème RAD et 241ème RALD), de la 623ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 623ème Bataillon de défense aérienne, du 30ème bataillon du génie et de quelques unités de soutien.

Elle bénéficie du soutien du 18ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (18ème GRDI) qui dispose de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

21-Armée de terre (20)

Régiments d’infanterie alpine

Alpins du 299ème Régiment d'Infanterie Alpine (299ème RIA)

Alpins du 299ème Régiment d’Infanterie Alpine (299ème RIA)

Les régiments d’infanterie alpine ou R.I.A voient le jour le 1er octobre 1887 lors de la création des dix-huit régiments régionaux. Trois d’entre-eux furent affectés à la défense des Alpes en l’occurence le 157ème RI de Lyon qui fournit deux bataillons pour la défense de l’Ubaye, le 158ème RI de Lyon  qui fournit deux bataillons pour la défense de la Tarentaise et de la Maurienne et enfin le 159ème de Nice qui dès 1890 est déployé dans le Briançonnais.

Ces régiments sont déployés été comme hiver dans les Alpes, ils constituent la partie fixe de la défense des Alpes face à une Italie théoriquement hostile puisque signataire de la Triple Alliance ou Triplice en 1882 avec l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie à la différence des chasseurs alpins qui eux sont des unités mobiles.

Ultérieurement, le 97ème RI de Chambery est également transformé en R.I.A tout comme le 96ème RI de Gap, le 99ème RI de Lyon et le 140ème RI de Grenoble, portant le nombre à sept régiments d’infanterie alpine. Si les hommes de ces régiments portaient la tarte, ils portaient le pantalon garance, un moyen infaillible de les différencier des chasseurs alpins.

Les R.I.A participent naturellement au premier conflit mondial et en septembre 1939, sont toujours présents dans l’ordre de bataille de l’armée française :

-Le 3ème régiment d’infanterie alpine (3ème RIA) de Sospel est l’un des deux régiments d’infanterie de la 57ème brigade d’infanterie alpine qui dépend de la 29ème Division d’Infanterie Alpine de Nice.

-Le 15ème régiment d’infanterie alpine (15ème RIA) d’Albi appartient à la 31ème division d’infanterie alpine de Montpelier.

-Le 80ème régiment d’infanterie alpine (80ème RIA) stationné à Metz est l’un des trois régiments d’infanterie de la 42ème division d’infanterie de Metz

-Le 99ème régiment d’infanterie alpine (99ème RIA) stationné à Lyon appartient à la 53ème brigade d’infanterie alpine en compagnie de la 5ème demi-brigade de chasseurs alpins, brigade qui dépend de la 27ème DIAlp.

-Le 141ème régiment d’infanterie alpine (141ème RIA) de Nice appartient à la 58ème brigade d’infanterie alpine qui dépend de la 29ème DIAlp de Nice.

-Le 159ème régiment d’infanterie alpine (159ème RIA) de Briançon est l’un des deux régiments d’infanterie de la 53ème brigade d’infanterie alpine, brigade qui dépend de la 27ème DIAlp.

A la mobilisation de septembre 1939, d’autres R.I.A sont mis sur pied à partir des régiments d’infanterie alpine d’active :

-Le  55ème RIA de Digne est intégré à la 30ème DIAlp

-Le 81ème RIA de Montpelier est intégré à la 31ème DIAlp de Montpelier

-Le 96ème RIA de Montpelier est intégré à la 31ème DIAlp de Montpelier

-Le 97ème RIA de Chambery est intégré à la 28ème DIAlp en compagnie du 99ème RIA

-Le 112ème RIA de Hyères est intégré à la 29ème DIAlp

-Le 140ème RIA de Grenoble est intégré à la 27ème DIAlp où il remplace le 99ème RIA

-Le 203ème RIA de Hyères est intégré à la 65ème division d’infanterie

-Le 299ème RIA de Lyon est intégré lui à la 64ème division d’infanterie.

A l’issue de la démobilisation, ces huit régiments de mobilisation sont dissous en compagnie généralement des divisions de formation.

Huit ans plus tard, en août 1948, la 28ème DIAlp est réactivée avec trois régiments d’infanterie alpine en l’occurence le 97ème RIA de Chambery, le 140ème RIA de Grenoble et le 203ème RIA de Hyères.

La 30ème DIAlp est elle aussi réactivée mais avec seulement deux régiments en l’occurence le 55ème RIA de Digne et le 81ème RIA de Montpelier auxquels s’ajoute ultérieurement la 22ème DBCA. Le 96ème RIA recréé est intégré à la 57ème DI stationné dans le Jura.

Les autres régiments d’infanterie alpine activés en septembre 1939 ( 112ème RIA et 299ème RIA) ne sont pas réactivés, la création d’une nouvelle division alpine pour couvrir l’Espagne ayant été jugée superflu avec la présence de six bataillons de chasseurs pyrénéens (neuf après mobilisation, un dixième bataillon d’instruction pouvant si nécessaire servir d’unité de combat) et de la 31ème DIAlp de Montpelier qui aligne deux RIA et une demi-brigade de chasseurs alpins, la 42ème DBCA qui regroupe les 89ème 93ème et 98ème BCA. .

Les régiments d’infanterie alpine sont organisés comme des régiments d’infanterie type Nord-Est avec comme différence une adaptation à leur milieu particulier.

Bataillons de chasseurs pyrénéens

Insigne du 9ème Bataillon de Chasseurs Pyrénéens (9ème BCPyr)

Insigne du 9ème Bataillon de Chasseurs Pyrénéens (9ème BCPyr)

Si les chasseurs alpins sont connus et célèbres, les chasseurs pyrénéens n’ont pas l’aura et la célébrité de leurs homologues alpins probablement parce que contrairement à l’Italie, l’Espagne de Franco resta dans une neutralité qui passa progressivement d’une neutralité amicale vis à vis de l’Axe à une neutralité qui tenait à donner de plus en plus de gages aux alliés quand le cours de la guerre évolua en leur faveur.

A la mobilisation d’août/septembre 1939, un Détachement d’Armées des Pyrénées est mis en place pour surveiller un Franco dont on ignorait les desseins. Allait-il se ranger du côté de l’Axe en remerciement l’aide apportée par Berlin et Rome ? Allait-il menacer la France d’une riposte après son soutien au gouvernement légitime ?

Ce détachement d’armées des Pyrénées à l’existence éphémère (il est dissous dès le 25 octobre 1939) voit la mobilisation de dix bataillons de chasseurs pyrénéens numérotés de 1 à 10 (1er BCPyr au 10ème BCPyr).

Ces bataillons sont organisés comme les BCA avec un état-major, une compagnie hors-rang, trois compagnies de fusiliers voltigeurs et une compagnie d’accompagnement.

Ces dix bataillons sont regroupés en cinq demi-brigades de chasseurs pyrénéens, les 1er et 2ème bataillons formant la 1ère demi-brigade de chasseurs pyrénéens (1ère DBCPyr), les 3ème et 4ème bataillons forment la 2ème DBCPyr, les 5ème et 6ème bataillons forment la 3ème DBCPyr, les 7ème et 8ème bataillons la 4ème DBCPyr et enfin les 9ème et 10ème BCPyr forment une 5ème DBCPyr.

Une fois la neutralité de Franco assurée et le détachement d’armées des Pyrénées dissous, ces demi-brigades sont envoyées dans l’Est de la France pour renforcer le TONE.

Après avoir envisagé d’en maintenir une partie, la démobilisation de septembre 1940 provoque la dissolution de tous les BCPyr et de leurs DBCPyr.

Il semblait dit que les chasseurs pyrénéens appartiendraient désormais à l’histoire mais au printemps 1944, un facteur extérieur va permettre leur renaissance.

En effet à partir de mars 1944, l’agitation communiste, anarchiste et socialiste reprend en Espagne, donnant du fil à retordre au régime franquiste qui pensait avec une répression féroce avoir maté les ferments qui permettrait un retour de l’ancien régime républicain.

Des maquis voient le jour notamment dans le Val d’Aran et dans le nord de Catalogne, à proximité immédiate de la frontière française. Comme souvent dans ce genre de situation, les irréguliers frappent en Espagne et leur forfait accomplit se replie en France à l’abri des foudres franquistes, bénéficiant de la complicité de nombreux immigrés espagnols installés dans le Sud-Ouest.

Excédé, Franco menace de s’octroyer un droit de poursuite en France, en clair d’ignorer la frontière française et de laisser la Guardia Civil voir l’armée traquer les guérilleros jusqu’en France.

Pour éviter une telle situation, le général Villeneuve décide de réactiver les BCPyr sous la forme de six bataillons répartis en trois demi-brigades de chasseurs pyrénéens, une DBCPyr pour le secteur de l’Adour, une pour le secteur de Geronne et un autre pour le secteur Roussillon (qui remplace le secteur «Aude» de l’ancien Détachement d’Armées des Pyrénées).

La 1ère DBCPyr regroupe les 1er et 2ème BCPyr, la 2ème DBCPyr regroupe les 3ème et 4ème BCPyr et la 3ème DBCPyr regroupe les 5ème et 6ème BCPyr, la première étant affecté au secteur Adour, la troisième au secteur de Geronne et la troisième pour le secteur Roussillon, le tout sous l’autorité du général commandant le Détachement d’Armées du Sud-Ouest.

Ces BCPyr nouvelle génération dispose d’un état-major, d’une section de commandement, d’une compagnie hors-rang, de trois compagnies de fusiliers voltigeurs, d’une compagnie d’accompagnement (canons de 25mm, mitrailleuses et mortiers) et nouveauté d’une section d’éclaireurs skieurs.

La mise en place de ces trois demi-brigades chargées de tenir les cols va considérablement apaiser la situation et va gêner le dévellopement des mouvements de guérillas espagnols qui n’étaient pas vraiment en odeur de sainteté à Paris, le gouvernement conservateur ne voulant surtout pas d’un troisième front au delà des Pyrénées.

A la mobilisation de septembre 1948, les DBCPyr sont musclées avec l’activation dans chaque demi-brigade d’un troisième bataillon.

C’est ainsi que la 1ère DBCPyr regroupe désormais les 1er, 2ème et 7ème BCPyr, la 2ème DBCPyr regroupe les 3ème, 4ème et 8ème BCPyr alors que la 3ème DBCPyr regroupe au final les 5ème, 6ème et 9ème BCPyr.

Un 10ème BCPyr est également activé à Perpignan avec une double mission : défense de la capitale du Roussillon et instruction des recrues des autres BCPyr.

21-Armée de terre (19)

Bataillons alpins de forteresse

Genèse des Alpins du béton

La couverture de la frontière Nord-Est avait suscité la création des Régiments d’Infanterie de Région Fortifiée devenus par la suite Régiments d’Infanterie de Forteresse ou R.I.F.

Le choix résolu d’étendre la Ligne Maginot à la frontière franco-italienne entraine la nécessite de troupes spécialement formées pour combattre depuis les ouvrages et dans un milieu nettement plus hostile que le Nord, la Lorraine, l’Alsace et le Jura.

La décision de créer des troupes de forteresse pour les Alpes est prise le 12 août 1933 par le ministre de la Guerre Edouard Daladier. Les premières études prévoient en temps de paix trois demi-brigades qui se transformeraient à la mobilisation en quatre régiments d’infanterie de forteresse soit les 30ème 157ème 58ème et 61ème RIF.

La 14ème région militaire (Lyon) proteste vigoureusement contre ce projet estimant qu’il briserait l’esprit de corps (argument moral) et démantélerait des bataillons capables de combattre en autonome (argument opérationnel). Elle demande donc le maintien en temps de guerre des demi-brigade et obtient gain de cause le 1er avril 1937.

Les troupes alpines de forteresse voient officiellement le jour en avril 1934. Leur création suit le même parcours que les R.I.F avec dans un premier temps cinq bataillons et quatre compagnies autonomes rattachées aux régiments d’infanterie alpine des 14ème et 15ème régions militaires à savoir le 99ème RIA (Lyon et Modane) et le 159ème RIA (Briançon) pour la première et aux 3ème (Hyères et Sospel) et 141ème RIA (Marseille et Nice) pour la seconde.

Le 1er juin 1935, on passe à six bataillons et deux compagnies autonomes :

-4ème bataillon du 99ème RIA et une 17ème compagnie rattachée à ce même régiment

-4ème et 5ème bataillon du 159ème RIA ainsi qu’une 18ème compagnie rattachée à ce même régiment

-4ème et 5ème bataillons du 3ème RIA

-4ème bataillon du 141ème RIA

Le 1er octobre 1935 (application de la loi du 29 juin et du décret du 24 juillet), ces unités sont transformés en sept Bataillons Alpins de Forteresse (B.A.F.) numérotés 70 à 76 selon le schéma suivant :

-Le 70ème BAF est formé à partir des 17 et 18ème compagnies du 99ème RIA qui formèrent un temps un 5ème bataillon

-Le 71ème BAF est formé à partir du 4ème bataillon du 99ème RIA

-Le 72ème BAF est formé à partir du 5ème bataillon du 159ème RIA ainsi que de la 18ème compagnie autonome rattachée à ce même régiment

-Le 73ème BAF est formé à partir du 4ème bataillon du 159ème RIA

-Le 74ème BAF est formé à partir du 4ème bataillon du 141ème RIA

-Le 75ème BAF est formé à partir du 4ème bataillon du 3ème RIA

-Le 76ème BAF est formé à partir du 5ème bataillon du 3ème RIA

Ces sept bataillons sont regroupés en trois demi-brigades, la 30ème DBAF (E.M à Modane) regroupant les 70ème et 71ème BAF étant affectée au Secteur Fortifié de Savoie, la 157ème DBAF (E.M à Jausiers) regroupant les 72ème et 73ème BAF étant affectée au Secteur Fortifié du Dauphiné alors que la 58ème DBAF (E.M à Nice) regroupant les 74ème, 75ème et 76ème BAF étant affectée au Secteur Fortifié des Alpes Maritimes.

Chaque bataillon alpin de forteresse (temps de paix) dispose d’un état-major, d’une section de commandement, d’une section hors-rang, d’une section d’éclaireurs skieurs, d’une compagnie d’engins d’accompagnement (CEA) transformée en 1938 en Compagnie d’Equipages d’ouvrage (CEO) et trois compagnies mixtes (fusiliers voltigeurs et mitrailleurs)

Chacune de ces compagnies mixtes dispose d’une section de commandement, de trois sections de fusiliers voltigeurs à trois groupes de combat disposant chacun de deux FM et d’une section de mitrailleuses à deux groupes de deux mitrailleuses et un groupe de combat réduit avec sept hommes et deux fusils-mitrailleurs.

A la mobilisation d’août 1939, cinq nouvelles demi-brigades voient le jour (16ème, 40ème 61ème, 75ème et 230ème DBAF) avec des BAF qui sont créés comme les RIF plus au nord, un BAF du temps de paix donnant naissance à des bataillons de guerre, le 72ème BAF de la 157ème DBAF donnant par exemple naissance à quatre bataillons les 72ème, 82ème, 92ème et 102ème BAF.

Les bataillons d’active

-Le 70ème BAF qui disposait à l’origine d’un état-major et d’une section de commandement de trois compagnies mixtes, d’une compagnie d’engins d’accompagnement, d’une compagnie hors rang et d’une section d’éclaireurs skieurs reçoit ensuite une compagnie d’équipage d’ouvrages et une 4ème compagnie mixte.

Le 70ème BAF mobilise deux bataillons, un 70ème BAF de guerre et le 80ème BAF, ces deux bataillons formant la 16ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (16ème DBAF) chargée de la défense du Secteur Fortifié de la Savoie.

-Le 71ème BAF dispose à sa création d’un état-major et d’une section de commandement de trois compagnies mixtes, d’une compagnie d’engins d’accompagnement, d’une compagnie hors rang et d’une section d’éclaireurs skieurs. Il reçoit par la suite deux compagnies d’équipage d’ouvrages ce qui donne un bataillon organisé en trois compagnies mixtes, deux CEO et une CHR.

A la mobilisation d’août 1939, le bataillon donne naissance à trois nouveaux bataillons, les 71ème, 81ème et 91ème qui forment la 30ème DBAF affectée elle aussi au Secteur Fortifié de Savoie.

-Le 72ème BAF est formé à l’origine par les 17ème et 18ème compagnies autonomes du 159ème RIA qui forme un cinquième bataillon à l’origine du 72ème bataillon alpin de forteresse officiellement créé le 16 octobre 1935.

Formant la 157ème DBAF avec le 73ème BAF, le 72ème dispose peu avant la mobilisation d’août 1939 d’un PC, d’une Compagnies Hors Rang, de quatre compagnies mixtes, d’une compagnie d’équipage d’ouvrages et d’une section d’éclaireurs skieurs.

A la mobilisation, le 72ème bataillon alpin de forteresse cesse d’exister dans son organisation du temps de paix pour crééer les quatre bataillons de la 75ème demi-brigade alpine de forteresse affecté au Secteur Fortifié du Dauphiné.

C’est ainsi que la 1ère compagnie donne naissance au 82ème BAF, la 2ème au 92ème BAF, la 3ème compagnie à un 72ème BAF de guerre et la quatrième compagnie à un 102ème BAF. La SES intègre le 92ème BAF, une nouvelle étant créée au sein du 72ème BAF, la CEO elle étant dissoute.

-Le 73ème BAF à pour origine le 4ème bataillon du 159ème RIA qui devient le 73ème bataillon alpin de forteresse le 16 octobre 1935. Il aligne deux compagnies d’intervalles, deux compagnies d’équipages d’ouvrage et une CHR auxquelles s’ajoute une SES.

A la mobilisation d’août 1939, le 73ème BAF du temps de paix se dédouble en deux nouveaux bataillons destinés à former la 157ème DBAF du temps de guerre, composée des 73ème et 83ème BAF, demi-brigade déployée au sein du Secteur Fortifié du Dauphiné.

-Le 74ème BAF est issu du 4ème bataillon du 141ème RIA créé lui le 10 avril 1934. Ce bataillon devient le 74ème BAF le 16 octobre 1935, bataillon composé de quatre compagnies mixtes, une compagnie d’engins d’accompagnement et une section hors rang qui devient compagnie en 1937.

A la mobilisation de septembre 1939, le 74ème BAF du temps de paix va donner naissance à trois nouveaux bataillons alpins de forteresse, les 74ème, 84ème et 94ème BAF qui vont former la 61ème DBAF affectée au Secteur Fortifié des Alpes Maritimes (SFAM).

-Le 75ème BAF est issu du 4ème bataillon du 3ème RIA créé le 10 avril 1934 et devenu le 75ème Bataillon Alpin de Forteresse (BAF) le 16 octobre 1935. Il comporte trois puis quatre compagnies mixtes, une CEA et une SHR avant de recevoir bientôt une SES.

A la mobilisation, ce bataillon forme trois nouveaux bataillons appelés à former la 40ème DBAF du SFAM. Ainsi la 1ère compagnie est à l’origine du 75ème BAF, la 2ème compagnie donne naissance au 85ème BAF et la 3ème compagnie au 95ème BAF.

-Le 76ème BAF est issu du 5ème bataillon du 3ème RIA créé le 10 avril 1934 et devenu bataillon alpin de forteresse le 16 octobre 1935 avec comme composition interne trois compagnies mixtes, une compagnie d’engins d’accompagnement et une section hors-rang. Ultérieurement, il reçoit une SES et la section hors-rang devient compagnie.

A la mobilisation d’août 1939, le 76ème bataillon alpin de forteresse met sur pied les trois bataillons de la nouvelle 58ème DBAF. La 1ère compagnie met sur pied un 76ème BAF de guerre, la 2ème compagnie le 86ème BAF et la 3ème compagnie le 96ème BAF

Quand éclate la guerre de Pologne, le nombre de demi-brigades alpines de forteresse est passé de trois à huit, chacune de ces demi-brigades alignant un état-major, une section de commandement, une section hors rang, une section d’éclaireurs motocyclistes, une compagnie d’engins équipés de neuf canons de 25mm et trois groupes de mortiers de 81mm) et deux, trois ou quatre bataillons alpins de forteresse.

Le dispositif opérationnel est le suivant :

-Dans le Secteur Défensif du Rhône, il n’existe pas en temps de paix d’unités d’active. La 230ème demi-brigade alpine de forteresse (230ème DBAF) qui regroupe les 179ème et 189ème BAF ainsi que le 199ème BCHM est ainsi formé par les réservistes de la 5ème demi-brigade de chasseurs alpins.

-La 16ème DBAF outre les 70ème et 80ème BAF reçoit le 6ème BCM (Bataillon de Chasseurs de Montagne)

-La 30ème DBAF dispose de trois bataillons alpins de forteresse, les 71ème, 81ème et 91ème BAF

Ces deux demi-brigades assurent la garde du Secteur fortifié de Savoie.

-La 75ème DBAF dispose de quatre bataillons alpins de forteresse, les 72ème, 82ème, 92ème et 102ème BAF

-La 157ème DBAF dispose de deux bataillons alpins de forteresse, les 73ème et 83ème BAF.

Ces deux demi-brigades assure la garde du Secteur Fortifié du Dauphiné.

-La 61ème DBAF dispose des 74ème, 84ème et 94ème BAF

-La 40ème DBAF dispose des 75ème, 85ème et 95ème BAF

-La 58ème DBAF dispose des 76ème, 86ème et 96ème BAF

Ces trois demi-brigades assure la garde du Secteur Fortifié des Alpes Maritimes.

Les bataillons alpins de mobilisation

230ème DBAF

Au milieu des années trente, le plan de mobilisation prévoit d’affecter à la défense du Secteur Défensif du Rhône la 80ème demi-brigade de chasseurs alpins (80ème DBCA). Cette demi-brigade doit disposer de trois bataillons de chasseurs alpins, les 112ème, 113ème et 114ème BCA.

Pour cela un bataillon de disponibles est constitué au sein de la 5ème DBCA à trois compagnies mixtes plus trois sections de disponibles du 99ème RIA, formant à la mobilisation trois bataillons, les 179ème et 189ème BAF ainsi que le 199ème BAF qui devient un BCHM ou Bataillon de Chasseurs de Haute Montagne.

Devenue la 230ème DBAF, l’hypothétique 80ème DBCA dispose d’un état-major, une compagnie de commandement, une compagnie d’engins (CRE) et trois bataillons :

-Le 179ème BAF (qui à l’origine aurait du être le 112ème BCA) dispose d’un PC, d’une compagnie hors rang et de trois compagnies mixtes.

-Le 189ème BAF ( qui à l’origine aurait du être le 114ème BCA) dispose d’un PC, d’une compagnie hors-rang, de quatre compagnies mixtes et deux sections d’éclaireurs skieurs.

-Le 199ème BAF puis BCHM (qui à l’origine aurait du être le 113ème BCA) dispose de trois compagnies mixtes et de quatre SES, cette appellation s’expliquant par la quasi-absence d’ouvrages fortifiés à défendre dans le secteur du Mont Blanc.

16ème DBAF

-Le 70ème BAF de guerre (16ème DBAF) mis sur pied par les 1ère et 3ème compagnies mixtes du 70ème BAF du temps de paix aligne un état-major, une compagnie hors rang, une compagnie hors rang, une compagnie d’équipages d’ouvrage et trois compagnies mixtes.

-Le 80ème BAF est mis sur pied à partir de la 2ème compagnie mixte du 70ème BAF du temps de paix et aligne pour cela un état-major, une compagnie hors-rang, deux compagnies mixtes et une section d’éclaireurs skieurs.

-6ème Bataillon de Mitrailleurs (6ème BM) dispose d’un état-major, d’une compagnie hors rang, de trois compagnies de mitrailleuses, d’une compagnie d’engins et de fusiliers voltigeurs ainsi que d’une SES.

30ème DBAF

-Le 71ème BAF du temps de guerre est formé à la mobilisation avec un noyau actif fourni par la 1ère compagnie du 71ème du temps de paix. Une fois les effectifs complétés, elle aligne un état-major, une compagnie hors rang, une compagnie d’équipage d’ouvrages, une section de mortiers et deux sections d’éclaireurs skieurs.

-Le 81ème BAF est formé à la mobilisation à partir d’un noyau actif fournit par la 2ème compagnie et la 2ème CEO du 71ème BAF. Il dispose au final d’un état-major, d’une compagnie hors-rang, de deux compagnies mixtes et d’une SES.

-Le 91ème BAF est formé à la mobilisation à partir d’un noyau actif fournit par la 3ème compagnie mixte du 71ème BAF. A effectifs complets, ce bataillon aligne un état-major, une compagnie hors-rang, une compagnie mixte, une compagnie d’ouvrage et une section d’éclaireurs skieurs.

75ème DBAF

-Le 72ème BAF de guerre est mis sur pied à la mobilisation à partir de la 3ème compagnie et d’éléments de la CHR qui forment un bataillon composé d’une CHR et de trois compagnies mixtes.

-Le 82ème BAF est mis sur pied à la mobilisation à partir de la 1ère compagnie du 72ème BAF du temps de paix avec deux compagnies mixtes, une compagnie hors rang et une section d’éclaireurs skieurs. Une troisième compagnie mixte sera formée par la suite.

A noter que fût un temps envisagé la formation d’une 52ème DBAF avec ces deux bataillons mais ce projet n’eut pas de suite et les bataillons ci-dessus sont restés sous le commandement de la 75ème demi-brigade alpine de forteresse.

-Le 92ème BAF est mis sur pied à la mobilisation avec un noyau actif fournit par la 2ème compagnie du 72ème BAF du temps de paix. Une fois à l’effectif complet, il comporte deux compagnies mixtes, une compagnie hors-rang et une section d’éclaireurs skieurs. Une 3ème compagnie est formée ultérieurement.

-Le 102ème BAF est mis sur pied à la mobilisation avec un noyau actif fournit par la 4ème compagnie du 72ème BAF du temps de paix, disposant de deux compagnies mixtes et d’une CHR. Une Section d’Éclaireurs Skieurs est également formée ultérieurement.

157ème DBAF

-Le 73ème BAF du temps de guerre est formé à partir d’éléments du 73ème BAF du temps de paix, comprenant un état-major et une section de commandement, une compagnie hors rang, deux compagnies mixtes et une compagnie d’équipages d’ouvrages. Deux SES sont créés ultérieurement.

-Le 83ème BAF est créé à partir des 1ère et 3ème compagnies du 73ème BAF, disposant à l’issue de la démobilisation d’un état-major, une compagnie hors rang, deux compagnies mixtes, deux compagnies d’équipages d’ouvrages et deux sections d’éclaireurs skieurs.

61ème DBAF

-Le 74ème BAF du temps de guerre est formé à la fin du mois d’août 1939 avec un noyau actif fourni par les 1ère et 4ème compagnies mixtes de la version temps de paix du même bataillon. Il compte au final un état-major, une compagnie hors rang, quatre compagnies mixtes et une section d’éclaireurs skieurs.

-Le 84ème BAF du temps de guerre est formé à la fin du mois d’août 1939 avec un noyau actif fournit par le 74ème BAF du temps de paix complété par des réservistes. A effectifs complets, il aligne un état-major, une compagnie hors rang et deux compagnies mixtes auxquelles s’ajoute ultérieurement une CEO et une SES.

-Le 94ème BAF est lui aussi formé à partir du 74ème BAF du temps de paix, disposant d’un état-major, d’une compagnie hors-rang, de deux compagnies mixtes et d’une section d’éclaireurs skieurs.

40ème DBAF

-Le 75ème BAF de guerre est créé à partir de la 1ère compagnie du 75ème BAF du temps de paix, comprennant au total trois compagnies mixtes et une compagnie hors rang. Une section d’éclaireurs skieurs s’ajoute ultérieurement.

-Le 85ème BAF est créé à partir d’un noyau actif fourni par la 2ème compagnie du 75ème BAF, disposant au final d’une compagnie hors rang, de deux compagnies mixtes et d’une section d’éclaireurs skieurs.

-Le 95ème BAF est créé à partir d’un noyau actif fournit par la 3ème compagnie et une partie de la CHR du 75ème BAF du temps de paix. Il aligne au final un état-major, une compagnie hors rang, deux compagnies mixtes et une section d’éclaireurs skieurs.

58ème DBAF

-Le 76ème BAF du temps de guerre est formé à partir de la 1ère compagnie du 76ème BAF du temps de paix. Une fois les réservistes et les frontaliers rappelés, le bataillon aligne un état-major, une compagnie hors-rang, deux compagnies mixtes et une section d’éclaireurs skieurs.

-Le 86ème BAF est formé à partir d’un noyau dur fournit par la 3ème compagnie du 76ème BAF du temps de paix. Une fois à effectifs pleins, il aligne un état-major, une compagnie hors rang, deux compagnies mixtes, trois compagnies d’équipage d’ouvrage et une SES.

-Le 96ème BAF est formé à partir de la 2ème compagnie du 76ème BAF du temps de paix, noyau complété par des réservistes et des frontaliers.

Une fois ses effectifs complétés, le 96ème bataillon alpin de forteresse dispose d’un état-major, d’une compagnie hors rang, de deux compagnies mixtes et d’une section d’éclaireurs skieurs.

Réduire la voilure

Suite à la mobilisation, les sept bataillons alpins de forteresse ont donc donné naissance à vingt bataillons alpins de forteresse. Cette situation ne peut évidement pas rester en état une fois la paix revenue en Europe. Comme dans le Nord-Est, le nombre de BAF va être sensiblement réduit.

Au sein du Secteur Défensif du Rhône, la 230ème DBAF est dissoute et l’unique 179ème BAF est maintenu dans ce secteur pour assurer une présence militaire minimale dans une région moins menacée par la Suisse que par une éventuelle percée allemande par la Confédération Helvétique.

Au sein du Secteur Fortifié de Savoie, seule la 30ème DBAF est maintenue avec les 70ème et 71ème BAF

Au sein du Secteur Fortifié du Dauphiné, seule la 157ème DBAF est maintenue avec les 72ème, 73ème et 83ème BAF, ce dernier bataillon composée à l’origine de réserviste étant pérénnisé pour renforcer le dispositif  opérationnel.

Au sein du Secteur Fortifié des Alpes Maritimes, de neuf, le nombre de BAF est réduit à cinq avec les 74ème, 75ème, 76ème, 84ème et 85ème bataillons alpins de forteresse, les demi-brigades étant dissoutes.

Le nombre de BAF passe donc à onze au lieu de sept avant septembre 1939 ce qui constitue un progrès conséquent. A noter que les 81ème et 91ème BAF dissous en septembre 1940 sont recréés en 1944 mais déployés dans le Jura au sein du SF qui devient à la mobilisation la 108ème Division d’Infanterie de Forteresse (108ème DIF).

Quand le second conflit mondial éclate en septembre 1948, les bataillons alpins de forteresse retrouvent peu ou prou le visage qui était le leur durant la guerre de Pologne :

Dans le Secteur Défensif du Rhône, la 230ème DBAF renait de ses cendres avec ses trois bataillons à savoir les 179ème et 189ème BAF ainsi que le 199ème Bataillon de Chasseurs de Haute Montagne

Dans le Secteur Fortifié de Savoie, on trouve à nouveau deux DBAF, la 16ème DBAF avec trois bataillons d’infanterie (101ème 111ème BAF 6ème BCM) et la 30ème DBAF avec elle aussi trois bataillons d’infanterie (70ème 71ème BAF et 8ème BCM), le 70ème BAF ayant donné naissance au 101ème, le 71ème BAF au 111ème BAF, les 6ème et les 8ème Bataillons de mitrailleurs ayant été créé ex-nihilo.

Dans le Secteur Fortifié du Dauphiné, on trouve à nouveau deux demi-brigade alpines de forteresse, la 75ème demi-brigade étant formé d’un bataillon d’active (ou du moins sa version de guerre), le 72ème BAF qui forme les 82ème et 92ème BAF, la 157ème DBAF étant alors formée d’un bataillon d’active (ou du moins sa version de guerre), le 73ème BAF avec deux bataillons de réserve, le 83ème et le 102ème BAF.

Dans le Secteur Fortifié des Alpes Maritimes (SFAM), on trouve à nouveau trois demi-brigades alpines de forteresse :

-40ème demi-brigade alpine de forteresse (40ème DBAF) avec les 74ème, 75ème et 84ème BAF

-58ème demi-brigade alpine de forteresse (58ème DBAF) avec les 76ème, 86ème et 96ème BAF

-61ème demi-brigade alpine de forteresse (61ème DBAF) avec les 94ème, 95ème et 97ème BAF