Mitteleuropa Balkans (180) Grèce (24)

ARMEE DE TERRE

Miscellanées historiques

Avant-propos

Dans cette partie je vais balayer rapidement l’histoire militaire grecque au travers de batailles, de grandes figures, d’armées, d’unités. Une sorte de pot-pourri que j’avais voulu réaliser pour la marine mais sans y trouver un bon angle d’attaque. Je pense l’avoir trouvé pour cette partie.

Hoplites

L’hoplite est le fantassin lourd de la Grèce antique c’est le soldat d’élite grec par excellence. Devant payer son équipement, l’hoplite est donc un citoyen aisé qui doit défendre ses biens ce qui le rend selon les penseurs grecs plus apte à défendre la cité.

L’origine du terme est incertaine. Selon Thucydide cela viendrait du mot hoplon (bouclier) mais le problème c’est que les autres historiens appellent le bouclier astis. L’hypothènse la plus couramment admise est que le terme hoplite vient de ta hopla qui regroupe les armes et la protection.

L’équipement se compose d’un casque (kranos), une cuirasse (thorax), des protége-tibias (knémides), un bouclier (hoplon/aspis), une ou deux lances (dory) et une épée courte (xyphos ou kopes).

Naturellement cet équipement de base évolue vers un allègement de la protection pour gagner en mobilité. En ce qui concerne l’armement, on voit l’abandon d’une lance sur deux en raison du développement des armes de jet. Selon certaines études, le poids de l’équipement serait de 30kg soit pas vraiment supérieur à celui d’un soldat moderne qui porte casque, gilet pare-balles et paquetage.

L’apparition de l’hoplite combattant en phalange est incertaine. Elle daterait probablement du 8ème siècle avant notre ère.

Peltaste

Venant du mot Pelté (bouclier léger), c’est l’infanterie légère grecque qui apparaît au 4ème siècle, des unités de mercenaires des époques classiques et hellénistiques.

Vennant essentiellement de Thrace avant qu’autres régions fournissent ce type d’unité, les peltaste ne sont pas protégés, disposant d’un bouclier rond ou en croissant en osier, de javelots et d’épée.

Initialement ils forment des unités d’appoint servant à contrer la cavalerie ennemie en lançant des javelots. Ils sont également utilisés pour la poursuite. A plusieurs reprises des unités de peltaste l’ont emporté contre des hoplites pourtant plus lourdement protégés et armés.

A l’époque hellénistique ils sont toujours là. On trouve des thraces, des illyriens, des agrianes, l’équipement s’alourdit ce qui s’inscrit dans un mouvement plus général. Le petit bouclier est ainsi remplacé par un bouclier ovale le thureos qui serait d’origine celte.

Gymnète

C’est une autre unité d’infanterie légère. Il ne dispose pas d’armure, portant une simple tunique appelée chiton. Son nom signifiant nu, on comprend que sa protection est inexistante. Il est armé d’un arc, d’une fronde, de javelots. Il peut aussi disposer d’une épée (machaira) ou d’un gourdin.

A Sparte cette unité était issue des hilotes. Ils lancent des projectiles avant de se retirer au profit des hoplites. Très utiles dans les embuscades et la petite guerre, ces unités ont longtemps été méprisées ils acquièrent une importance croissante suite à la deuxième guerre médique et surtout à la Guerre du Péloponnèse, une guerre totale qui impose toujours plus de soldats sur le terrain.

Avec le temps les peltastes sont devenus spécialistes du javelot, les gymnètes étaient désormais surtout des archers et des frondeurs.

Phalange

Phalange grecque

En grec ancien la Phalanx désigne une formation de lanciers qui l’emporte par un choc frontal. Les grecs ne l’ont cependant pas inventé puisqu’on trouve des unités de ce type à l’époque sumérienne.

La plus connue c’est la phalange hoplitique des cités grecques de l’époque classique même si la phalange macédonienne et sa célèbre sarisse peut lui contester ce titre.

La phalange macédonienne de Philippe II et d’Alexandre le Grand était connue pour sa manoeuvrabilité ou la protection était plus légère que celle des cités-Etats du sud de la Grèce.

Sous les diadoques elle s’alourdit à nouveau. Elle succombera sous les coques de la légion romaine plus souple et plus évolutive.

La phalange hoplitique apparaît au 8ème siècle, Homère évoquant une formation hoplitique dans son célèbre poème épique l’Illiade. Elle prend sa forme définitive au 7ème siècle en profitant d’un certain nombre de progrès techniques, politiques et culturels :

-Apparition du bouclier rond (aspeis koite) de 90cm de diamètre

-Apparition du casque corinthien parfois à cimier fait d’une seule pièce de bronze martelée

-La phalange est un outil politique en faveur des tyrans qui s’appuient sur les masses face à l’aristocratie. Cela n’empêchera pas la phalange hoplitique de symboliser également la démocratie.

-Le développement culturel (mise en place de la cité et de ses institutions) et économique (augmentation de la richesse) favorise la mise en place de la phalange.

Comment opère-t-elle ?

Arrivée sur le lieu de la bataille les hoplites se déploient sur huit à douze rangs. Solidement protégé, l’hoplite offre fort peu de parties de son corps vulnérables aux coups.

La phalange opère avec la cavalerie (même si les unités montées ont un rôle secondaire à l’époque) et des troupes légères armées d’arcs, de javelots et de frondes.

L’assaut est frontal au pas de course pour réduire le temps d’exposition aux armes de jets.

Les thébains ont modifié l’engagement des hoplites avec l’ordre oblique qui voit l’engagement de 25 ou 50 rangs de profondeur. Le grand stratège Epaminondas met ses meilleures troupes à gauche son aile marchante face aux meilleures troupes adverses ce qui est une surprise tactique et psychologique.

Les hoplites doivent être en bonne condition physique mais l’entrainement collectif est sommaire se limitant aux manœuvres. L’incertitude vulnérabilise la phalange. Sous Philippe II de Macédoine, la phalange évolue avec l’apparition d’une unité d’élite les Pezhetairoi (Compagnons à pied). Otage à Thèbes, le père d’Alexandre le Grand s’inspire de ce qu’il voit dans la cité d’Epaminondas pour réorganiser et moderniser son armée.

Au début de son règne, le royaume de Macédoine est un royaume pauvre. Les piquiers macédoniens sont légèrement armés avec une sarisse, une pique d’infanterie longue de 5 à 7m pouvait être utilisé en charge ou en défense (plantée dans le sol, elle peut repousser les charges de cavalerie). Le bouclier passe de 90 à 60cm de diamètre, le casque est plus simple en fer, la cuirasse en fer est réservée aux officiers.

En charge les quatre premiers rangs décalés d’un mètre abaissent leur sarisse, formant un mur de pique, les rangs suivants l’inclinant légèrement vers l’avant pour protéger les quatre premiers rangs des flèches et des traits ennemis. Pour le combat au corps à corps l’armement est complété par une épée en fer.

La phalange macédonienne passe à seize rangs de profondeur. L’entrainement est bien plus poussé qu’ailleurs, les soldats macédoniens à l’instar des prussiens du Grand Frédéric deviennent de véritables automates. La discipline est bien plus stricte.

Au simple choc frontal comme jadis, Philippe II ajoute des manœuvres savantes pour semer la surprise et le desarroi dans les rangs ennemis.

Sous Alexandre la phalange occupe la cavalerie se chargeant du choc et de la manœuvre. Durant son expédition l’armée s’adapte en permanence avec des contingents locaux.

La phalange possède les défauts de ses qualités : son caractère compact la rend peu souple en cas d’imprévu, la rend peu souple en terrain accidenté et vulnérable à toute autre attaque autre que frontale.

Ces défauts seront accentués à l’époque hellénistique où les soldats seront lourdement protégés et armés. Cela pouvait aller tant que la phalange affrontait une autre phalange mais face à une troupe plus mobile et moeux entrainée comme la légion manipulaire, les défauts devenaient rédhibitoires.

Leuctres, ordre oblique et bataillon sacré

A la fin du quatrième siècle, Thèbes supplante Sparte comme puissante dominante du monde grec, puissance qui passe par un outil militaire de pointe symbolisé par plusieurs choses : un stratége (Epaminondas), un tactique (l’ordre oblique qui sera remis au goût du jour par Fréderic le Grand) et une unité d’élite, le bataillon sacré dont le nom sera repris par une unité commando de l’Armée Grecque de Libération.

La légende à fait du Hieros Lochos une troupe invincible unie par un lien homosexuel. Cette histoire notamment propagée par Plutarque est certes en partie vraie mais il faut rappeler que dans la Grèce antique l’homosexualité était considérée comme normale.

En réalité ce qui faisait la force du bataillon sacré c’est tout simplement qu’ils étaient des professionnels parmi les amateurs.

Forcément quand vous passez votre temps à vous entrainer et que vous êtes engagés face à des militaires à temps partiel comme c’est la majorité des cas dans les cités grecques forcément vous faites la différence. Si cette unité est l’une des plus célèbres de l’histoire militaire grecque, elle n’est pas unique puisqu’à on trouvé des unités semblables à Argos et à Elis.

Cette unité est équipée comme tout hoplite de l’époque à savoir un casque de bronze (plus léger et moins encombrant que ceux des guerres médiques), une cuirasse de lin doublé au lieu du bronze lourd et onéreux, une lance qui une fois brisée est remplacée par une épée qu’elle soit à double (Scythos) ou simple tranchant (Kopis). Le bouclier appelé aspis koilé mesure 90cm de diamètre.

Cette unité connait son baptême du feu en 375 où elle triomphe des redoutables spartiates mais son chef d’oeuvre c’estt 371 et la bataille de Leuctres où Epaminondas inflige une cuisante défaite aux spartiates et à leurs alliés.

Il utilise pour cela l’ordre oblique, renforçant son aile marchante avec 50 rangs d’hoplites contre 8 à 12 habituellement. Au chox frontal jusqu’ici utilisé lors des combats entre cités, le stratège thébain préfère la manœuvre et le débordement.

L’hégémonie thébaine ne dure cependant pas. En 362 Epaminondas est tué à la bataille de Matinée contre les athéniens et les spartiates. La cité de Béotie épuisée ne peut rien faire face à la montée en puissance du royaume macédonien.

En 338 à la célèbre bataille de Chéronée, le bataillon sacré est quasiment anéanti. Sur les 300 hommes de son effectif seuls six vont survivre, intégrant la garde personnelle du père d’Alexandre le Grand.

L’armée d’Alexandre de Macédoine à la conquête du monde

Buste d’Alexandre III

L’armée d’Alexandre c’est surtout celle de son père Philippe II de Macédoine qui en quelques années transforme un petit royaume considéré comme semi-barbare par les grecs du Sud en nouvelle puissance du monde héllénophone succédant à la cité de Thèbes.

Longtemps le père d’Alexandre le Grand est passé dans l’histoire pour roi ivrogne et bon à rien alors qu’il était au contraire un stratège brillant et un fin politique. En même temps comment paraître brillant quand on à pour fils un conquérant qui à fasciné des générations de rois et d’empereur impatients de l’imiter voir de l’égaler…… .

Quand il devient roi en -359, Philippe II ne dispose que d’une petite armée avec certes une cavalerie bien entrainée mais de taille réduite. De plus son infanterie est composée de paysans levés au coup par coup donc peu ou pas entrainés, peu ou pas armés. En ce qui concerne les effectifs on estime qu’il passe de 10000 fantassins et 600 cavaliers à 20000 fantassins et 3000 cavaliers.

Bien entendu l’armée macédonienne n’est pas passé de l’indigence à l’opulence du jour au lendemain. Très pragmatique le père d’Alexandre le Grand à réformé progressivement son armée, testant, se trompant avant de réussir. Ses sources d’inspiration sont à chercher à Thèbes où otage il à pu observer nombre de choses.

Il n’à probablement pas créé la phalange, elle existait probablement avant même son avènement même si aucune source n’existe à ce sujet mais comme nous le savons l’absence de sources ne signifie pas absence du dit phénomène tout comme une loi interdisant un phénomène ne signifie pas la disparition du dit phénomène surtout si cette interdiction est répétée à de multiples reprises.

L’armée macédonienne fonctionne selon un système militaire complet. La phalange et la cavalerie lourde opèrent ensemble. A la cavalerie lourde le choc, à la phalange l’occupation du terrain. C’est d’autant plus efficace qu’ailleurs la cavalerie n’est pas très développée faute de volonté et probablement de moyens. On trouve également des unités de cavalerie légère pour l’éclairage, le flanquement et la poursuite.

A ces deux entités majeures s’ajoutent des troupes légères notamment les javeliniers (lanceurs de javelots) et les frondeurs. Elles désorganisent la phalange adverse avant le choc mais sont aussi utilisées pour la petite guerre qui à existé bien avant Clausewitz.

On trouve des archers crétois et scythes, des frondeurs (peltastes) thraces et agrianiens (Bulgarie actuelle) et illyriens.

On trouve également ce qu’on appelle les hypaspites ou porte-boucliers qui doivent assurer la protection rapprochée de la phalange.

En temps de paix les effectifs sont modestes avec un noyau mobiliaire, des mercenaires (que l’on retrouve surtout chez les troupes légères) et la garde ou hetaroi. En temps de guerre des recrues sont levées à cette occasion.

Alexandre poursuivra l’oeuvre de son père mais sa principale différence sera d’engager davantage les armes de jet.

Si son père les utilisait uniquement pour les sièges, lui les utilisait aussi dans des batailles rangées probablement parce que le contexte était différent : batailles isolées ou campagnes limitées pour l’un, campagne de longue durée en terrain étranger pour l’autre.

La phalange continuera d’évoluer sous les diadoques, elle s’alourdira et perdra la mobilité de celle de Philippe II et d’Alexandre. Les guerres entre les anciens lieutenants d’Alexandre le Grand verront l’opposition de deux phalanges toujours plus lourdes, toujours plus protégées et toujours moins mobiles ce qui aura de terribles conséquences quand les phalanges affronteront des légions plus mobiles, mieux structurées et surtout habituées à affronter des adversaires différents.

Phalange vs Légion

Comment la Légion romaine à vaincu la Phalange grecque ? Les grecs sont choqués par l’agressivité romaine. Face à des troupes hellénistiques habitués au combat à la sarisse à distance ils voient des romains lancer leurs javelots puis chercher le combat au corps à corps où leur entrainement au gladius (les légionnaires s’entrainent avec des épées en bois plus lourdes ce qui est un plus évident) fait la différence.

La phalange grecque très efficace, redoutable en terrain plat est vite mise en difficultés sur un terrain accidenté. La Légion plus souples avec ses manipules et ses centuries est plus adaptable.

D’autres facteurs clés vont faire la différence : recrutement et prime à l’expérience (on encourage l’initiative permise par un meilleur encadrement), discipline de fer, équipement qui rend le légionnaire capable de s’adapter à une situation imprévue (les romains contrairement aux grecs ont affrontés des adversaires très variés) et pratique de ce qu’on pourrait appeler par anachronisme le RETEX.

Comme les carthaginois l’ont appris à leurs dépends, les romains peuvent perdre une, deux, trois batailles mais si ils ont décidé de remporter un conflit ils mettent tout en œuvre pour aboutir à cet objectif.

Les macédoniens étaient équipés d’une longue lance (7 à 8m), une sarissa utilisable pour le choc collectif et non comme arme individuelle ou comme arme de jet. Le légionnaire dispose lui d’un armement nettement plus variés avec deux pilum, un javelot utilisable également une lance mesurant entre 1.65 et 1.70m (manche en bois de 95cm, pointe en fer de 70 à 75cm), un gladius une épée courte de 60 à 70cm et un poignard de 20cm.

Aux côtés des légions et des phalanges on trouve des unités auxiliaires, des unités complétant l’action de ce qu’on pourrait appeler le «corps de bataille».

Les greco-macédoniens ont employé des troupes légères thraces, des cavaliers thessaliens, des archers crétois, des cathaphractaires (cavaliers cuirassés ancètres de nos chevaliers du Moyen-Age), des éléphants et des chars de guerre.

Cette intégration sera aussi faite par les romains avec leurs troupes auxiliaires mais ils veilleront à ne pas se laisser déborder et perdre en cohésion à la différence des armées hellénistiques qui ressembleront à la fin à des agrégats de troupes variées sans cohésion avec parfois des unités à la volonté et à la loyauté douteuse.

Miscellanées sur l’armée byzantine

Cathapractaire

Faisons maintenant un bon dans le temps en parlant de l’armée byzantine, l’armée de l’Empire Romain d’Orient qui allait peu à peu abandonné son côté latin au profit de son côté grec, Justinien étant considéré comme le dernier empereur romain siégeant à Byzance.

Commençons d’abord par présenter l’armée byzantine (promis je serais synthétique). C’est l’héritière des légions romaines, la langue de commandement était le latin puis le grec à partir du 6ème siècle qui correspond au basculement de Byzance du côté grec.

Si l’armée romaine avait basé ses succès sur l’infanterie, sa descendante s’appuyait davantage sur la cavalerie notamment les Kataphractos (cataphractaires) qui sont une évolution d’une unité de cavalerie romaine datant de l’époque d’Hadrien (Clibanarii). L’infanterie intervient davantage en soutien de la cavalerie.

Du côté de l’infanterie on trouve de l’infanterie lourde (Skutatoi puis Kontarioi) et de l’infanterie légère composée essentiellement d’archers (psiloi).

A cette force composée de volontaires et de conscrits s’ajoute des mercenaires notamment la célèbre garde varègue.

Sous Justinien sur le plan de l’organisation les lourdes légions manipulaires ont fait place à des unités plus petites et plus souples appelées tagma/numerus, des unités de 300 à 400 soldats.

Deux tagmata (le pluriel de tagma) ou plus forment une brigade (moira), deux brigades ou plus formaient une division ou meros.

Sous Justinien on trouve six grands ensembles :

-La garde présente à Constantinople et dans ses environs immédiats

-Les comitatenses/Stratiotai (force de manœuvre)

-Les limitanei ou troupes frontalières

-Les foederati (fédérés) composées uniquement de barbares fédérés puis mixtes à partir du 6ème siècle

-Les alliés : troupes recrutées chez les barbares non fédérés (Huns, Herules et Goths essentiellement). Ces unités sont commandés par leurs propres chefs, recevant des terres et une subvention annuelle.

-Les bucellaires : armées privées des généraux et aux préféts du prétoire. Leur niveau d’entrainement et d’équipement dépendait de la richesse de leur propriétaire.

Sous l’empereur Justinien les effectifs sont estimés à 300 à 350000 hommes mais en campagne pour des raisons logistiques on ne déploie pas plus de 20 à 25000 hommes.

L’équipement évolue au contact notamment des perses : côte de mailles, cuirasse, casques et jambières.

Sous Constant II (empereur de 641 à 668) le dispositif militaire est réorganisé avec la mise en place des thèmes, des circonscriptions gérées par des stratèges où des hommes en assurent la mise en valeur et la défense. Les thèmes sont d’abord très grands mais après plusieurs révoltes aristocratiques, le nombre augmente et leur taille se réduit. C’est ainsi qu’on passe de 4 à 38 en quelques années seulement.

Après ces premières révoltes les empereurs se découvrent le besoin de posséder non pas une simple garde mais une véritable armée qui leur soit fidèle. Une admnistration séparée prend sous son contrôle les tagmata.

Parmi ces unités on trouve des unités prestigieuses et d’autres qui le sont moi. C’est ainsi qu’on trouve les Scholai (écoles) descendants directs des gardes impériales de Constantin, les Esckoubitoi (vigiles) établies par Léon 1er, les Arithmoi (nombres) ou Vigila (la veille) établis entre la fin du 5ème et le début du 6ème siècle et les Hekamatoi (capables) établis par Nicephore 1er.

Ces unités étaient des bataillons de cavalerie dont les effectifs variaient entre 1000 à 6000 hommes avec en moyenne 4000 hommes.

On trouvait également des unités d’infanterie comme les Noumeroi, les Optimatoi et le Tagma ton Teikhon qui comme son nom l’indique assurait la défense des murs de la cité. A noter que la Vigila et les Noumeroi assistait la police de Constantinople.

L’armée byzantine était bonne dans l’ensemble mais elle possédait une faiblesse importante : elle dépendait beaucoup de la personnalité de l’empereur. Un chef décidé, un stratège charismatique et elle donnait le meilleur d’elle même mais en revanche un empereur faible et l’armée se désintégrait sur ses bases.

Au Moyen-Age sous les Comnène on trouve une armée professionnelle et disciplinée. On trouve la garde varègue une unité d’infanterie et les Immortels une unité de cavalerie lourde, ces deux unités étant stationnées à Constantinople.

On trouve des unités légères dans les provinces avec des recrues venant essentiellement de Macédoine, de Thessalie et de Thrace, les unités étant des unités d’infanterie et de cavalerie.

Avec l’affaiblissement de l’empire, les unités de mercenaires augmentent avec tout ce que cela comporte d’indiscipline et de fidélité douteuse. A la chute de Constantinople en 1453, l’armée byzantine défendant la capitale comprend 7000 hommes dont 2000 mercenaires étrangers (essentiellement génois).

Garde varègue

Reconstitution moderne de gardes varègues

Appelée aussi Garde varègue, la Tagma ta Varangon était une unité militaire byzantine composée de soldats venus d’abord du monde scandinave puis de plus du monde anglo-saxon.

En 874 les Rus (des vikings qui donnèrent naissance à la Russie) rentrent au service de l’Empire byzantin. La garde varègue est officiellement fondée en 988 par Basile II Bulgaroctone.

Ce dernier (NdA mon empereur byzantin favori) devait faire face aux rébellions de Bardas Phocas et de Bardas Skléros et n’avait pas confiance dans sa garde byzantine. Un traité signé avec la Russie kiévienne de Vladimir 1er permet l’envoi d’un contingent de 6000 hommes.

Jusqu’au 11ème siècle, les gardes varègues sont essentiellement scandinaves (Suède, Danemark, Norvège, Islande) mais après la conquête normande de l’Angleterre (1066) nombre d’anglo-saxons s’enfuient et s’engageant dans cette garde.

Outre la protection de l’empereur, cette garde à été engagée en Italie au 11ème siècle contre les normands et les lombards. La garde défend la ville de Constantinople en 1204, les croisés évitant les remparts défendus par les guerriers scandinaves et anglo-saxons.

Disparaissant suite à cet événement dont l’empire byzantin ne se révélera jamais vraiment, la garde varègue renait à Nicée sous la forme d’un régiment de porteurs de hache (Keltai Pelekophroi), l’un des cinq régiments de la garde. Ce régiment veille également sur le trésor impérial.

Les gardes varègues affichent une grande loyauté à l’empereur en fonction ce qui étonne les grecs habitués aux complots et au «machiavélisme». Je dis bien en fonction et non à l’homme car dès qu’un empereur était détroné et/ou assassiné, les gardes prêtaient serment à son successeur surtout après avoir pu se servir dans le trésor impérial.

Les sources se font plus discrètes à partir du début du 15ème siècle, la garde varègue passant alors de l’histoire à la légende.

Cataphractaires

Appelés en grec Kataphractos (entièrement protégé) ce sont des cavaliers lourds qui sont les ancètres de nos chevaliers médievaux. Ils sont appelés indifférement cataphractaires et cataphractes.

Le cavalier et la monture sont recouverts d’une cote de maille et leur armement principale est la lance appelée contus.

Ce n’est pas une exclusivité byzantine puisqu’on à trouvé ce type d’unité chez les Scythes, les Sarmates, les Achéménides séleucides, les Pathes, les Alains, les Sassanides, les romains, les arméniens et donc les byzantins.

L’armée romaine dont est issue l’armée byzantine à longtemps négligé la cavalerie. On trouvait bien des unités montées mais les equites étaient des unités de cavalerie légère surtout utilisées pour la poursuite et l’éclairage.

Ce n’est que très progressivement que des cavaliers lourds vont intégrer l’armée romaine. On trouve la mention d’une unité auxiliaire de cataphractaires sarmates sous le règle d’Hadrien mais il faut attendre le 3ème siècle quand la cavalerie lourde arrive en force sous le règle de l’empereur Gallien (253 à 268) à une époque où l’armée romaine à été totalement réorganisée avec une armée montant la garde aux frontières et une force d’intervention composée essentiellement d’unités montées. On trouve par exemple 5500 cataphractaires sarmates en Bretagne au 2ème siècle.

Les cataphractaires portaient une côte de maille, une lance de 4m semblable à la sarisse grecque, pas d’étriers, un fouet, une hache (NdA on ne sait pas si il s’agissait d’une arme de guerre ou de parade) et un arc.

Les cataphractaires disparaissent des sources à la fin du 10ème siècle mais seraient apparus sous la dynastie des Comnènes. L’Empire byzantin à disposé de cavaliers lourds jusqu’à la fin.

Mitteleuropa Balkans (160) Grèce (4)

Alexandre le Grand : splendeur et misère d’un empire

Buste d’Alexandre le Grand

Avant de parler des conquêtes, parlons brièvement de l’homme, un homme dont la vie et le destin ont fasciné des générations de conquérants et fascine encore aujourd’hui.

Philippe II de Macédoine

Avant d’être le Grand, il était Alexandre III de Macédoine. Né le 21 juillet de l’an 356 avant notre ère à Pella (capitale du royaume de Macédoine) et décédé à Babylone le 11 juin 323, il était le fils de Philippe II de Macédoine et d’une de ses épouses Olympias, une princesse épirote (réputée pour dormir avec des serpents). Alexandre eut également une sœur prénommée Cléopatre.

Il est l’un des plus célèbres personnages de l’histoire pour avoir conquis un immense empire s’étendant de la Macédoine à l’Egypte et de l’Asie Mineure aux rives de l’Indus. Sa mort brutale à seulement 33 ans (de maladie et non d’empoisonnement comme on l’à longtemps soupçonné) fit également pour sa légende car qui sait ce qui se serait passé si il avait vécu quelques années de plus.

Tout comme le roi de Prusse Frédéric II après lui, Alexandre III de Macédoine va bénéficier du travail d’un père avec lequel il entretenait des relations houleuses même si Philippe n’était pas ce tyran alcoolique et violent que les historiens ont repris à leur compte en faisant trop confiance aux sources contemporaines souvent biaisées.

Si Alexandre peut se lancer à l’assaut de la Perse à tout juste 22 ans c’est parce que son père lui à laissé un royaume pacifié, prospère et surtout une armée bien organisée, bien équipée et plus important expérimentée.

En 334 il passe en Asie mineure, s’empare de l’Anatolie, de la Phenicie, de l’Egypte (où il est couronné Pharaon en 331), de la Perse (roi de Perse de 330 à sa mort), affronte les scythes et se rend jusqu’aux rives de l’Indus. Ces soldats qui pour certains l’accompagne depuis le début refusent d’aller plus loin (-326), marquant la fin des conquêtes d’Alexandre.

Conquérant, il fût aussi batisseur en fondant une vingtaine de cités portant son nom dont la plus célèbre est bien entendu Alexandrie d’Egypte. Il infuse la culture grecque dans tout son empire tentant de réaliser le syncrétisme entre culture grecque et perse. Ce n’est pas pour rien si on fixe à sa mort la fin de l’époque classique et le début de l’époque hellénistique.

Il avait espéré préserver son empire mais sa mort prématurée ne lui permet pas de désigner un héritier incontestable. C’est ainsi qu’à sa mort ses héritiers sont assassinés et son empire partagé entre ses généraux que l’histoire à retenu sous le nom de Diadoques.

De ses trois épouses ou compagnes (Parzysatis/Stateira/Roxanne) sont nés deux fils, Alexandre IV né de son union avec Roxanne (assassiné sur ordre de Cassandre, fils du régent de Macédoine Antipater) et Héraclès de Macédoine, un fils illégitime né d’une liaison avec la fille d’un satrape perse.

Sa formation intellectuelle doit beaucoup à Aristote même si visiblement les historiens modernes ont surévalué l’influence du philosophe qui voulait rayer la Perse de la carte ce que son plus célèbre élève ne fit pas.

La question se pose de savoir si il s’agit d’un génie militaire ? Cela se discute. Ce qui est certain c’est qu’il à bénéficié de l’outil militaire légué par son père et qu’il à bénéficié du concours de brillants généraux. Il se montre capable sur le champ de bataille d’exploiter la moindre opportunité.

Son œuvre politique est en revanche inachevée en raison de sa mort prématurée. Son empire est multi-ethnique et multi-culturel. Il ne bouleverse pas les structures de l’empire perse.

Faute de sources on sait peu de choses de sa politique économique alors que sa politique culturelle est importante.

On ne sait aujourd’hui où se trouve sa tombe, probablement à Alexandrie mais le lieu exact reste aujourd’hui un mystère.

Après avoir parlé de l’homme, parlons de ses conquêtes. Qui dit conquête dit armée et pour cela Alexandre bénéficie d’une solide force militaire. Elle se compose notamment d’une phalange puissante et mobile _tout est relatif_ , d’une cavalerie lourde idéale pour le choc, d’une cavalerie légère parfaite pour le flanquement et l’éclairage, des tirailleurs, des engins de siège et comme toujours des unités d’élite que sont les hétaires (compagnons) en attendant les épigones (héritiers) perses.

Les phalangistes macédoniens ou perzetaires sont moins protégés que les hoplites pour gagner en mobilité et accessoirement pour faire des économies. Leur arme de prédilection est la sarisse, une longue pique de 5.5m de long. La cavalerie protégeant les flancs, Alexandre utilisera souveent la phalange comme enclume et la cavalerie comme marteau.

L’armée initialement engagée comprend environ 40000 fantassins et 1800 cavaliers macédoniens (1500 cavaliers et 12000 fantassins sont laissés en Macédoine pour défendre le royaume) auxquels il faut ajouter 1800 cavaliers thessaliens, 600 fournis par la ligne de Corinthe et 10000 hommes déjà présents en Asie mineure. Cette armée va progressivement intégrer des contingents provenant de l’empire perse.

En face difficile de se faire une idée sur les effectifs perses, les chiffres donnés par les historiens antiques étant souvent exagérés et fantaisistes.

En 335 Alexandre défait les Gètes et les Triballes près du delta du Danube, défait les illyriens puis les cités grecques qui s’étaient rebellées. Si Thèbes est rasée, Athènes est préservée.

L’expédition proprement dite commence en -334 avec le débarquement en Asie mineure et la victoire à la bataille du Granique contre les satrapes perses. Alexandre conquiert ensuite le littoral anatolien, s’empare de Millet, d’Halicarnasse, de la Lycie, de la Pamphylie, de la Pisidie, de la Phrygie et de la Cilicie.

En novembre -333 il emporte une victoire décisive sur les rives de l’Issos, Darius III s’enfuyant du champ de bataille. C’est ensuite la conquête de la Phenicie marquée par le long siège de Tyr. Les princes de Chypre et de Rhodes se soumettent.

A l’été 332 Alexandre refuse les propositions de paix de Darius III. Parallèlement la flotte perse est vaincue en mer Egée.

En décembre 332 l’Egypte se rend sans combattre. Au printemps 331 l’Armée d’Alexandre met cap sur la Mésopotamie. L’Euphrate est franchit en juillet, le Tigre en septembre pour détruire l’armée Perse ce qui est chose faite à la bataille de Gaugaméles. En octobre Babylone est occupée sans combattre.

Entre 333 et 331, les macédoniens affrontent Sparte, dernière cité indépendante du monde grecque.

En 331 Alexandre mène une campagne en Susiane (capitale Suse) et en Perside (actuelle région de Chiraz). Persepolis est prise en janvier 330 mais incendiée en mai. Le même mois Alexandre le Grand proclame la fin de la guerre panhellenique, libérant les contingents de la ligue de Corinthe.

Il poursuit Darius III qui est assassiné par un satrape. Les régions tombent les unes après les autres, les différents satrapes sont vaincus les uns après les autres. Cette série de campagne s’achève en décembre 328.

Certains satrapes se soumettent de leur plein gré et sont recompensés comme Oxyartès qui voit sa fille Roxane épouser le conquérant macédonien.

De 327 à 325 il mène une campagne en Inde, traversant les actuels Afghanistan, Pakistan et Inde et si il peut franchit l’Indus son armée refuse de passer l’Hyphase (auj. Béas) en octobre 325. Alexandre ne verra jamais la Chine et doit rebrousser chemin, ralliant Babylone au printemps 323 en fractionnant son armée en trois groupes, une partie prenant la voie des flots.

Peu avant sa mort, il assiste aux premiers tiraillements et craquements qui annoncent les Guerres des Diadoques. Cet empire multi-culturel et multi-ethnique était probablement trop vaste et trop fragile pour tenir une fois son créateur disparu.

Bien entendu sa mort prématurée ne lui à pas permis de préparer sereinement sa succession. Si nous faisons de l’uchronie peut-on imaginer un homme de la trempe d’Alexandre le Grand préparer sa succession ce qui signifie sa mortalité alors que lui même se considérait comme le descendant d’un dieu ?

La guerre des Diadoques va durer près de quarante ans (323 à 281) avec naturellement des trèves, des changements d’alliance….. . Plus qu’une guerre unitaire c’est une succession d’affrontements, de conflits plus ou moins brefs :

-La guerre lamiaque de 323 à 322, opposant Macédoniens et Grecs coalisés

-La première guerre des Diadoques de 322 à 321, opposant Perdiccas à une coalition

-La deuxième guerre des Diadoques de 319 à 315, opposant Antigone le Borgne à une coalition

-La troisième guerre des Diadoques de 314 à 311, opposant Antigone à une coalition

-La guerre babylonienne de 311 à 309 , opposant Antigone et Séleucos

-La quatrième guerre des Diadoques de 308 à 301, opposant Antigone à une coalition

-Les guerres de Démétrios Poliorcète en Asie Mineure et en Grèce de 296 à 288 ;

-La guerre pour la Macédoine entre Lysimaque et Séleucos de 285 à 281.

Cela se termine à l’effrondrement définitif de l’empire et sa division entre les dynasties antigonides, lagides et seleucides.

Mitteleuropa Balkans (114) Yougoslavie (2)

HISTOIRE DE LA YOUGOSLAVIE

Avant-propos

Le concept de regrouper les Slaves du Sud (Yougo-Slaves) apparaît à la fin du 17ème siècle. Au 19ème siècle le mouvement illyrien (1835-1863) marque la naissance d’un sentiment national croate.

Au delà du culturel, les leaders du mouvement voulaient créer au sein de l’Autriche-Hongrie un établissement national croate. Ils évolueront vers l’idée de regrouper sous un même état les cousins slovènes, bosniens et serbes, les Jug-Slaveni (sud-slaves).

On aurait pu aboutir à la Croatie comme cœur moteur de l’union des Slaves du Sud mais comme nous le savons tous ce sera la Serbie, état constitué en 1918 qui deviendra le cœur battant de la future Yougoslavie.

Cette union va se faire sur les ruines et les décombres de l’Autriche-Hongrie qui comme les trois autres empires présents en août 1914 disparaît ce qui était plus ou moins attendu tant les observateurs les plus lucides savaient que comme la Russie des Romanov, l’Autriche-Hongrie des Habsbourgs était un colosse aux pieds d’argile traversé par tellement de failles que sa survie jusqu’en 1918 pouvait être considéré comme miraculeuse.

Il était important pour moi de rappeler le contexte car cela expliquera un certain nombre de choses par la suite. Je pourrai refaire de l’uchronie dans l’uchronie mais on peut imaginer une histoire différente si les slovènes, les croates, les bosniens et les monténégrins s’étaient unis dans un contexte de paix.

L’union va se faire dans les années chaotiques de l’immédiat après premier conflit mondial où les passions sont encore à vif. Les croates et les slovènes sont impatients de prendre leur indépendance et espèrent que les serbes joueront le jeu d’une véritable union.

Or la Serbie qui à terriblement souffert du premier conflit mondial (violents combats, anabase homérique, occupation rude) veut restaurer sa grandeur et son prestige (N’oublions pas que la Serbie avant la conquête ottomane à connu des périodes où elle était un acteur majeur de la région).

Les non-dits et les rancoeurs vont provoquer un chaos politique régulier, un chaos à bas bruit avec une vie politique mouvementée, une tentative du roi Alexandre 1er de Yougoslavie de centraliser et d’unifier la Yougoslavie au mépris du poids des nationalités, volonté que l’on pourrait comparer à celle d’un «despote éclairé» voulant faire le bien de ses sujets contre leur gré (NdA éternel débat de savoir si le pouvoir doit suivre tout ce que le peuple veut ou si il doit parfois aller à contre-courant), volonté qui allait lui coûter la vie un jour d’octobre 1934 du côté de Marseille.

La Yougoslavie retourne ensuite à la démocratie avec le règne de Pierre II, fils encore mineur du roi assassiné. Si la situation s’apaise un temps, nul doute que si la guerre de Pologne s’était prolongée on aurait pu craindre le pire pour le royaume de Yougoslavie surtout en cas d’invasion étrangère qu’elle soit italienne ou allemande.

La Pax Armada va être l’occasion de revenir à plus de stabilité, plus de sérénité. Pierre II en dépit de son jeune âge va se montrer assez habile.

Il parvient à donner des gages aux slovènes et surtout aux turbulents croates. Il réprime les extrémistes de tous bords et tente de dévelloper une véritable idéologie yougoslave un peu comme son père mais avec plus de réussite.

En septembre 1948 si la Yougoslavie n’à pas exorcisé tous ces démons elle peut voir l’avenir avec une relative sérénité. C’est alors que le second conflit mondial éclata……. .

Du Royaume des Serbes, Croates et Slovènes au Royaume de Yougoslavie

Petit retour en arrière : la Serbie entre grandeur et décadence

Le cœur battant de la Yougoslavie est donc à l’est sous la forme de feu le Royaume de Serbie (Kraljevina Srbija) qui le 6 mars 1882 succède à la Principauté de Serbie (Kneževina Srbija)quand le prnce Milan de la dynastie Obrenovic devient roi sous le nom de Milan 1er.

Cette principauté avait officiellement vue le jour en 1817 quand après des années de troubles et plusieurs révoltes l’empire ottoman décide de lâcher du lest. Il faut néanmoins attendre 1830 pour que cette situation se stabilise juridiquement parlant avec la mise en place d’une série de textes à partir de 1828. Milos Obrenovitch devient prince hériditaire de Serbie.

Cet état va voir deux dynasties alterner au pouvoir. C’est ainsi que les Obrenovic sont au pouvoir de 1815 à 1842 et de 1858 à 1882, les Karadjordevic de 1842 à 1858 avant de revenir au pouvoir en 1903 à une époque où la principauté est devenue royaume.

Vont donc se succéder sur le trone serbe Milos Obrenovitch 1er (1780-1860) prince hériditaire de servie de 1817 à 1839 et de 1858 à 1860, Ses fils Milan Obrenovitch II (1819-1839) et Michel Obrenovitch (1823-1868) qui règne respectivement en 1839 et de 1839 à 1842, Aleksandar Karadjordevic (1806-1888) prince de 1842 à 1858, Mihailo Obrenovitch III (1823-1868), prince de 1860 à 1868 et enfin Milan Obrenovitch IV (1854-1901), prince de 1868 à 1882 puis roi de Serbie jusqu’en 1889.

Le 5 octobre 1866 la Serbie signe une alliance avec le Monténégro puis avec la Grèce le 18 avril 1887 en vue d’une guerre contre l’empire ottoman pour libérer les peuples chrétiens du joug ottoman. Cette alliance allait finalement n’être qu’un coup d’épée dans l’eau.

En 1867 la garnison ottomane quitte occupait Belgrade quitte la capitale serbe. De facto la Serbie est indépendante même si il faudra attendre 1878 pour qu’elle soit reconnue de jure par le Congrès de Berlin.

D’abord limitée au territoire du Pashaluk de Belgrade (appelé également territoire du Sandjak de Smeredevo) la principauté s’étend entre 1831 et 1873 vers l’est, le sud et l’ouest.

La population est à 87% serbe. On trouve également 10.5% de Valaques, 2.1% de Roms et 0.5% d’autres nationalités. Sur le plan religieux, la religion orthodoxe est dans une situation monopolistique avec 99.2% des habitants fidèles de cette religion.

La croissance démocratique est spectaculaire puisque la Serbie passe de 678192 habitants à 1 669 337 habitants entre 1834 et 1878.

En 1869 une nouvelle constitution est promulguée, neuf ans avant que l’indépendance ne soit officiellement reconnue au congrès de Berlin. En 1882 la principauté devient donc royaume, Milan Obrenovitch IV devant Milan 1er.

Du 14 au 28 novembre 1885 la Serbie affronte la Bulgarie dans une guerre où elle à le dessus et uniquement parce que les austro-hongrois ont menacé d’intervenir contre la jeune armée bulgare. Le conflit est réglé par le Traité de Bucarest signé le 19 février 1886. la Serbie reconnait l’unification de la Bulgarie (principauté de Bulgarie et Roumélie orientale sous l’union personnelle de Ferdinand 1er).

Une nouvelle constitution est promulguée en 1888 mais Milan 1er refuse de voir ses pouvoirs ains contraints et préfère abdiquer l’année suivante en 1889. Son fils Alexandre 1er (NdA à ne pas confondre avec le roi de Yougoslavie assasiné en 1934) lui succède en 1893 et supprime cette constitution en 1894.

Roi controversé par sa politique et par sa vie privée, Alexandre 1er Obrenovitch est assassiné en compagnie de son épouse et de sa famille dans la nuit du 28 au 29 mai 1903 (10/11 juin dans le calendrier grégorien) (Coup d’Etat de Mai) ce qui entraine l’extinction de cette maison régnante.

L’assemblée serbe (Shupstina) propose à Pierre Karadjordevic de devenir roi sous le nom de Pierre 1er. Après avoir hésité _on aime guère accepter une couronne après un coup d’état doublé d’un assassinat_ il finit par accepter et est couronné le 21 septembre 1904 (calendrier grégorien) dans un contexte difficile, la mort d’Alexandre 1er et de sa famille ayant choqué l’Europe entière.

Pierre 1er de Serbie puis de Yougoslavie

C’est la fin des bonnes relations avec l’Autriche-Hongrie, Belgrade se tournant davantage vers la France et la Russie. Un traité d’amitié est signé avec la Bulgarie en avril 1904 suivit d’une union douanière en juin 1905. Entre 1906 et 1909 une véritable guerre douanière oppose la Serbie à l’Autriche-Hongrie.

Le 6 octobre 1908 l’Autriche-Hongrie annexe la Bosnie-Herzegovine qu’elle occupait et qu’elle gouvernait depuis 1878. Pour la Serbie c’est un camouflet car ce territoire était une voie naturelle d’expansion. Cette annexion est comme nous le savons une réponse à la proclamation la veille de l’indépendance bulgare.

Le Royaume de Serbie va participer aux deux guerres balkaniques. Ces deux conflits véritables répétition de la première guerre mondiale sont les deux faces d’une même pièce avec d’abord des nations balkaniques unies pour chasser l’empire ottoman d’Europe puis des alliés d’hier devenus des ennemis d’aujourd’hui.

Un traité d’alliance serbo-bulgare est signé en mars 1912, Belgrade et Sofia voulant se partager le Vardar macédonien. En mai la Serbie signe un traité similaire avec la Grèce et en octobre c’est autour du Monténégro de signer un traité d’alliance militaire avec la Serbie.

Durant ces deux guerres la Serbie va conquérir le Kosovo _considéré comme le berceau de la nation serbe_, la Macédoine, le Sandjak de Novi Pazar. Le traité de Londres signé après la première guerre permet à la Serbie de s’emparer du Kosovo et du nord-ouest de la Macédoine.

Après la deuxième guerre qui voit la Bulgarie attaquer ses anciens alliés serbes et grecs, le traité de Bucarest permet à la Serbie de récupérer tout le Vardar macédonien. Elle aurait souhaité pouvoir disposer d’une fenètre maritime sur l’Adriatique mais les grandes puissances préfèrent créer un royaume d’Albanie. La Serbie gagne 81% de superficie et 1.6 millions d’habitants (passant de 2.9 à 4.5 millions).

Comme nous l’avons à propos de la Bulgarie, la Serbie est aux premières loges durant le premier conflit mondial. Attaquée par les Empires Centraux, elle fait mieux que se défendre mais finit par craquer.

Commence alors une terrible Anabase en plein hiver dans les montagnes albanaises.. 400000 militaires et civils entament un véritable périple direction les ports albanais où des navires italiens parviennent à les évacuer en direction de Corfou. Seuls 120000 soldats (sur 135000) et 60000 civils (sur 280000) parviennent sur l’île grecque. Cela n’est pas finit car 11000 soldats et civils finiront par succomber des conséquences de cette odyssée.

Les autres composantes nationales

Dans cette partie je vais balayer à gros traits l’histoire des autres composantes du royaume de Yougoslavie en essayant de rester factuel et de ne pas trop me disperser.

Slovenie

La Slovénie à fait partie intégrante de l’empire romain. Les invasions barbares vont dévaster le territoire et pour cela les habitants de la future Slovénie ne peuvent incriminer que la géographie puisque leur territoire est un point de passage obligé entre la plaine de Pannonie et la péninsule italique.

Les Slaves s’installent dans ce qui allait devenir la Slovénie à la fin du 6ème siècle. Le territoire va ensuite passer sous l’autorité du Saint Empire Romain Germanique puis après 1806 sous la souveraineté de l’empire d’Autriche et de la maison des Habsbourgs.

Les ancêtres des slovènes actuels occupaient les régions actuelles de la Carinthie, de la Styrie (ouest) et de la Slavonie. Il y eut une brève union avant une division entre les slaves de Carniole (Slovénie actuelle) alors que les Slaves du Nord vont former la Principauté de Carantanie qui par déformation allait devenir la Carinthie. Cette dernière en 746 passe sous la tutelle de la Bavière.

Au 9ème siècle le territoire est sous l’influence du duché de Bavière mais aussi d’une puissance en devenir, la République de Venise. En 952 l’empereur Othon 1er fonde un duché de Karananie qui intègre une partie de l’actuelle Slovenie.

Région frontalière, la future Slovenie était une marche pour protéger le Saint Empire contre les incursions des slaves et des hongrois. La Carniole qui correspond grosso modo à la Slovenie actuelle est une marche de 1040 à 1364 puis un Duché de 1364 à 1918.

La Slovenie n’à pas de statut spécifique mais ils ont des députés à Vienne. Un embryon d’Etat slovène, le comté de Celje disparaît en 1456 après la mort du dernier titulaire tué par Jean Hunaydi.

Si les élites soucieuses de leur position se germanisent, la paysannerie résiste et conserve une identité spécifique. Sur le plan religieux la Réforme est un temps très populaire mais la Contre-Réforme catholique finit par triompher notamment grâce à l’action de l’Archiduc et futur empereur Ferdinand (empereur de 1590 à 1637). En 1573 une révolte paysanne dévaste la région.

En 1806 le Saint Empire Romain Germanique disparaît cédant la place à l’Empire d’Autriche. Les territoires correspondant à la Slovénie restent domaines patrimoniaux de la Maison d’Autriche. Une partie de la Slovénie, le duché de Carniole dont la capitale était Laibach (Lubjana) intègre les Provinces Illyriennes, un territoire sous contrôle français d’octobre 1809 à août 1813. En 1815 le duché est réintégré à l’Autriche avant d’intégrer le Royaume d’Illyrie le 2 août 1816.

Ce royaume va rapidement perdre des territoires au profit des royaumes de Croatie et de Slavonie, le royaume d’Ilyrie ne regroupant plus que le duché de Carinthie, le duché de Carniole et le Littoral Autrichien qui correspond grosso modo à l’Istrie et à la Dalmatie.

En 1848 une proposition est faite pour regrouper tous les slovènes sous un même royaume autonome. Ce projet n’aboutit pas et en 1849 le royaume disparaît laissant des territoires autonomes (Carinthie, Carniole et le Littoral autrichien).

En février 1861 une patente met en place une Diète provinciale qui envoie des élus au Reichsrat, le parlement de la Cisleithanie.

Après 1918 et la disparition de l’Autriche-Hongrie, une grande partie du territoire slovène va intégrer la Yougoslavie mais une petite partie (32700 km² et 1.3 millions d’habitants tout de même) intègre le Royaume d’Italie.

Toujours en 1918 un conflit armé oppose les slovènes à la République d’Autriche allemande, l’un de ses états éphémères apparus dans l’immédiat après guerre. Les territoires contestés ssont la Basse Styrie et le Sud de la Carinthie. Par le traité de Saint Germain, Maribor et la Basse Styrie sont accordés à la Yougoslavie.

Des combats ont lieu en Carinthie du Sud (décembre 1918 à juin 1919), des volontaires slovènes aidés par l’armée serbe tentent d’occuper Klagenfurt.

En octobre 1920 la majorité de la population de la Carinthie du Sud vote pour rester autrichienne, la seule exception étant la région autour de Dravograd et de Gustany qui est accordée à la future Yougoslavie.

Le traité de Trianon (1920) accorde au royaume de Yougoslavie une région pourtant non slovène, celle de Prekmuye qui appartenait à la Hongrie depuis le 10ème siècle.

En 1929 la Slovénie est rebaptisée Drava Banovina (Drava Banate) du nom de la rivière Drava, la capitale provinciale étant logiquement Lubjana, l’ancienne Laibach. La Slovénie renait en 1944 et sans devenir confédérale la Yougoslavie se libéralise.

Cela explique en partie pourquoi les slovènes et les croates ont combattu en 1949 avec une certaine détermination alors que le haut-commandement serbe craignait mutineries et désertions massives.

Croatie

La Croatie telle que nous l’entendons aujourd’hui couvrait deux provinces romaines, la Dalmatie et la Pannonie. Après 476 et la chute de l’Empire romain d’Occident, elle est occupée par les Ostrogoths pendant cinquante ans avant d’être intégré à l’empire byzantin.

Au VIIème siècle apparaissent ce qu’on pourrait qualifier les proto-états croates, le Duché de Croatie et le Duché de Croatie Pannoniène. Si le premier va perdurer, le second disparaît au 10ème siècle après environ 300 ans d’existance.

Le Duché de Croatie comprend le littoral de l’actuelle Croatie sauf l’Istrie. Ce territoire est l’objet des convoitises franques et byzantines. Une rivalité nait également avec l’orgueilleuse République de Venise bien décidée à faire de l’Adriatique une Mare Venetium. Des batailles opposent les croates aux bulgares mais très vite les relations s’améliorent à la différence des relations avec les arabes qui restent hostiles.

Vassalisé par les Francs vers 790, le duché de Croatie devient en 879 un duché sans suzeraineté suite à l’intervention du pape Jean VIII. En 925 le duché de Croatie devient un royaume d’abord indépendant puis en union personnelle avec la Hongrie à partir de 1102.

La Croatie est en première ligne contre les ottomans. Une marche militaire appelée la Frontière Militaire/Militärgrenze/Vojna Krajina est mise en place en 1553 et supprimée en 1881. C’était un véritable front pionnier avec fortins, fortifications et surtout une colonisation de peuplement par des valaques, des allemands et surtout des serbes ce qui entrainera une cascade de terribles événements notamment durant le second conflit mondial. D’ailleurs la région concernée en Croatie est la Krajina.

Si la Croatie dépend de la Cisleithanie, il est important de noter que la Dalmatie forme un Royaume autonome.

Comme nous l’avons déjà vu au milieu du 19ème siècle, apparaît un romantisme nationaliste croate pour contrer une politique de germanisation et de magyarisation. C’est le mouvement illyrien.

En 1848 la Croatie, la Slavonie et la Dalmatie restent du côté habsbourgeois par peur du nationalisme hongrois. Cela ne leur valut aucun traitement de faveur de la part du nouvel empereur François Joseph.

En 1867 l’empire d’Autriche devient l’empire austro-hongrois et l’année suivante en 1868 on compromis croato-hongrois est signé.

En 1918 les croates décident de s’engager dans l’aventure de l’idée yougoslave dans l’espoir d’aboutir à un état confédéral. Leurs espoirs vont être vite deçus et cette déception est rendue encore plus amère par le fait qu’économiquement la Croatie moins touchée par le premier conflit mondial s’en sortait mieux que nombre de régions de Serbie.

La situation reste très tendue pour ne pas dire explosive en Croatie durant l’entre-deux-guerres et nul doute que si Pierre II n’était pas revenu sur la politique autoritaire de son père nul doute qu’avant même l’invasion germano-italienne la Croatie aurait explosé provoquant l’implosion de la Yougoslavie.

Bosnie-Herzegovine

Peuplée à l’époque néolithique, elle à été ensuite habitée par les illyriens et les celtes. Comme toute l’Europe la future Bosnie-Herzegovine à été christianisée à partir du 1er siècle et trois siècles plus tard elle était une partie de l’Empire Romain d’Occident avant d’être envahit par les Barbares suite aux invasions du même nom. Plus précisément ce sont les Ostrogoths qui occupent la région et ce dès 455. Les Alains et les Huns traversent également la région.

Après une reconquête sous l’empereur Justinien, l’actuelle Bosnie-Herzegovine est occupée par les avars puis par les slaves. Une certaine influence des Francs est à noté, certains leur attribuant l’introduction du féodalisme même si pour certains ce n’est pas si évident que cela. Le territoire est également l’objet des convoitises serbes, croates et même bulgares.

En 1136 le roi de Hongrie Béla II envahit la Bosnie et créa le titre de Ban de Bosnie, un titre honoraire pour son fils Ladislas II. De 1167 à 1180 la Bosnie-Herzegovine revient temporairement dans le giron byzantin.

Territoire autonome, la Bosnie devient un royaume en 1377 mais moins d’un siècle plus tard en 1463 l’empire ottoman occupe la région (la résistance va perdurer jusqu’en 1527 mais de manière épisodique), la transformant en profondeur puisque les populations locales se convertissent pour une part importante d’entre-elles à l’islam. C’est le début d’une domination qui va durer 415 ans jusqu’en 1878.

A partir de 1831 les paysans bosniens se révoltent. Cette révolte est réprimée seulement en 1850 mais la situation reste toujours aussi tendue. Une véritable rébellion éclate en 1875 et sous la pression des événements mais aussi des grandes puissances, la Sublime Porte va céder à l’Autriche-Hongrie l’administration de la Bosnie-Herzegovine.

La Bosnie-Herzegovine est occupée par l’Autriche-Hongrie entre le 29 juillet et le 20 octobre 1878, occupation qui n’est pas une promenade de santé puisqu’on signale quelques combats avec les ottomans et des milices locales.

Officiellement la Bosnie-Herzegovine appartient toujours à la Sublime Porte mais en réalité c’est devenue une région de l’empire austro-hongrois. Vienne veut en faire une colonie modèle et pour cela va mettre sur pied le Condominium de Bosnie et d’Herzegovine, condominium placé sous l’autorité du ministre des Finances austro-hongrois via un office bosnien.

La politique habsbourgeoise se heurte rapidement aux spécificités du territoire et à l’influence de l’idée yougo-slave, diablement séduisante pour les élites bosniennes. A la fin du siècle les serbes et les musulmans de Bosnie (ou Bosniaques) réclament l’autonomie religieuse et l’autonomie scolaire.

Le projet de dévelloper une identité bosnienne spécifique échoue. Résultat en 1905 la vie politique en Bosnie et en Herzegovine est dominée par trois partis communtaires représentant les serbes, les croates et les musulmans.

Le 5 octobre 1908 suite à la déclaration d’indépendance de la Bulgarie, l’empereur austro-hongrois François Joseph annonce l’annexion de la Bosnie-Herzegovine. Cette annexion est annoncée deux jours plus tard à Sarajevo.

C’est le début d’une crise internationale qui va durer jusqu’au 26 février 1909 quand la Sublime Porte finit par s’incliner. Elle reçoit des compensations matérielles et obtient le départ des garnisons austro-hongroises du Sandjak de Novi-Pazar.

Cette annexion est reconnue par la Russie le 21 mars mais uniquement après un ultimatum allemand. La Serbie la reconnaît le 31 mars et le Monténégro le 5 avril 1909.

Cette annexion entraine des troubles réprimés par un corps spécial austro-hongrois le Streifkorps même si très vite les partis musulmans soucieux de légalisme et de réalisme finissent par admettre cette annexion. Les croates de Bosnie sont d’abord très enthousiastes espérant rejoindre la Croatie et former avec le reste de la Bosnie-Herzegovine un pôle slave au sein d’une monarchie qui ne serait composée de deux pôles mais de trois.

En 1910 le territoire est peuplé de 1 898 044 habitants répartis entre des musulmans (612137 32.2%), orthodoxes (825418, 43.5%), catholiques (434061, 22.9%) et enfin 11868 juifs (0.6%).

La Constitution de 1910 met en place une Diète de Bosnie, un Conseil National et des conseils municipaux mais leurs pouvoirs sont naturellement très limités.

En ce qui concerne l’organisation locale, elle reste inchangée par rapport à l’époque ottomane, les seuls changements concernant les noms. C’est ainsi que le Vilayet de Bosnie devient le Reichsland, les sandjaks deviennent des Kreise (cercles), les Kazas (juridictions) des Bezirke, les Nahiyaks (cantons) sont rebaptisés Exposituren. On compte six Kreise et cinquante-quatre Bezirke.

Suite à l’implosion de l’Autriche-Hongrie, la Bosnie-Herzegovine va intégrer le Royaume des Serbes Croates et Slovènes (Yougoslavie en 1929) mais la région se montra rétive, s’opposant à une réforme agraire puis à une réorganisation des structures administratives qui finalement resteront assez semblables à celles de l’époque ottomane.

La mise en place des Banovina passe mal en Bosnie-Herzegovine d’autant que les bosniaques c’est à dire les musulmans de Bosnie ont le sentiment qu’à terme le territoire sera partagé entre serbes et croates. Finalement le système de banovina sera abandonné et les anciens régions rétablies ce qui allait calmer un peu la situation. Es-ce à dire que tous les problèmes ont été réglés ? Non bien sur le second conflit mondial allait se charger de le montrer.

Monténégro

Durant la période antique le Monténégro appartenait à la province romaine de Dalmatie. Peuplée d’abord par les illyriens, cette région est ensuite occupée par les slaves après avoir été ravavée par les Avars et les Goths. Les bulgares et les serbes vont aussi tenter d’occuper ce territoire tout comme les byzantins.

Au 9ème siècle pas moins de trois principautés se partagent le territoire actuel du Monténégro : la principauté de Dukja (qui correspond approximativement à la moitié sud), la principauté de Travunia (l’ouest) et celle de Rascia (le nord).

En 1042 la principauté de Duklja prend son indépendance, principauté qui devient celle de Zeta au 13ème siècle. En 1054 à lieu un schisme entre Rome et Byzance. Le futur monténégro bascule du côté de Rome avec l’érection de l’évêché de Bar en 1067 (archeveché en 1082).

Au 15ème siècle on appelle davantage la principauté de Zeta comme la principauté de Crna Gora ou en vénétien Monte Negro.

De larges portions du territoires sont occupées par l’empire ottoman de 1496 à 1878. le reste était sous contrôle de Venise notamment la région des bouches de Kotor (1420-1797) ou du prince-évêque de Cetinje (1515-1851). Une ultime dynastie émerge, celle des Petrovic-Njegos qui va régner jusqu’en 1918.

En 1852 le prince-évêque Danilo Petrovic-Njegos se marie et renonce à son état ecclésiastique, devenant le knjaz (prince) Danilo Ier et sécularisant son état.

Il est assassiné à Kotor en 1860 et remplacé par Nicolas 1er. Ce dernier engage une guerre infructueuse contre l’empire ottoman (1861-1862) puis tente de profiter du soulèvement de la Bosnie-Herzegovine (1875-1877) pour reprendre la lutte. Il est aidé par la Serbie mais là encore c’est un échec. Il faudra attendre l’intervention russe pour aboutir à quelque chose avec la signature du Traité de San Stefano (mars 1878), traité très favorable au Monténégro, à la Russie, à la Serbie, à la Roumanie et à la Bulgarie.

Ces gains vont être minorés par le Traité de Berlin (1878) même si ce traité reconnaît le Monténégro comme un état indépendant, état qui double sa superficie avec notamment le port de Bar. Les eaux monténégrines sont fermées aux navires de guerre étrangers. L’administration maritime et la police sanitaire est cependant assurée par l’Autriche-Hongrie.

En 1905 le Monténégro se donne d’une constitution et cinq ans plus tard il devient un royaume. Il participe aux guerres balkaniques, se partageant le Sandjak de Novi-Pazar avec la Serbie mais du rendre la ville de Skadar au nouvel état albanais créé par les grandes puissances.

Le 6 août 1914 le Monténégro déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie en dépit du fait que Vienne lui avait promis la région de Shkoder/Skhadar si le petit royaume restait neutre. L’armée monténégrine est placée sous l’autorité du haut-commandement serbe pour des raisons de coordination.

Belgrade à offert une aide militaire (30 canons et 17 millions de dinars) tandis que la France envoyait 200 soldats des troupes coloniales à Cetinje pour armer deux stations radios de transmission mais aussi d’écoute. Du matériel, de la nourriture et différentes fournitures sont envoyées de France direction le port de Bar jusqu’à ce que ce dernier soit bloqué par la marine austro-hongroise.

Une fois l’Italie en guerre c’est Rome qui prit le relais, ravitaillant le pays par l’Albanie, une route non sécurisée, les irréguliers albanais organisés par des agents autrichiens attaquant les convois. Le manque de ravitaillement fût l’une des causes de la capitulation monténégrine après une belle résistance. L’occupation de la totalité du territoire serbe (décembre 1915) rendait impossible la situation du Monténégro qui est envahit en janvier 1916.

La campagne du Monténégro est une campagne éclair qui dure du 5 au 17 janvier 1916. Elle engage 100000 soldats austro-hongrois contre seulement 50000 monténégrins. Cette la suite directe de la submersion de la Serbie et de la retraite des troupes de Pierre 1er à travers les montagnes albanaises.

Les austro-hongrois voulaient s’occuper des monténégrins alliés à la Serbie mais aussi s’emparer des ports stratégiques de Durazzo et de Valona. Deux corps d’armée austro-hongrois, les 8ème et 19ème CA sont engagés. Le 11 janvier 1916 le mont Lovcen, position défensive monténégrine clé est prise par les austro-hongrois.

Le 13 janvier c’est la capitale qui est prise ce qui entraine l’ouverture de négociations pour un armistice. Les termes sont insupportables pour le roi qui refuse de signer, quittant le pays pour l’Albanie puis pour l’Italie le 19 janvier. Il ordonne au commandant en chef de continuer à combattre au besoin en se repliant sur l’Albanie pour retrouver les troupes serbes à Corfou.

Le gouvernement refuse et ordonne aux troupes monténégrines de déposer les armes. Ils obtiennent gain de cause le 17 janvier 1916.

le 1er mars 1916 un gouvernement militaire provisoire est mise en place sous l’autorité de Viktor Weber Edler von Webeneau qui est remplacé par Heinrich Clam-Martinic le 10 juillet 1917, ce dernier restant aux commandes jusqu’à la fin du conflit.

Après la libération du pays par les alliés un débat fit rage pour savoir si le Monténégro devait rester indépendant ou si il devait rejoindre le futur état des slaves du sud.

Le 1er décembre 1918 le royaume du Monténégro s’unit au royaume de Serbie, déclenchant des troubles entre Blancs et Verts.

Du 2 au 7 janvier 1919 à lieu l’insurrection de Noël (NdA les orthodoxes fêtent Noël le 6 janvier et non le 25 décembre).

Les Verts _nationalistes et séparatistes monténégrins_ refusent la décision de la Grande Assemblée Populaire du Monténégro d’unir le jeune royaume (28 août 1910) au Royaume de Serbie.

Mauvais perdants ? Faut voir puisqu’il devient rapidement évident que les débats de Podgorica (qui à l’époque n’était pas la capitale du pays puisqu’il s’agissait de Cetinje) ont été une farce puisque les Blancs favorables à l’idée yougo-slave et à l’union avec la Serbie ont truqué le processus électoral pour s’assurer d’une confortable majorité.

Es-ce à dire que les Blancs se moquaient de l’avenir de leur pays ? Non puisque comme les croates et les slovènes ils espéraient conserver l’identité monténégrine au sein d’une Yougoslavie confédérale.

Si la révolte va être rapidement réprimée, une guérilla épisodique va durer jusqu’en 1929, les Verts survivants prenant le chemin de l’exil. Les plus extrémistes ou les plus enragés selon les points de vue reviendront en 1949 dans les bagages de l’armée italienne pour servir d’auxiliaires aux troupes d’occupation. Inutile de préciser que ceux tombant aux mains de maquisards royalistes ou des partisans communistes subissaient un sort terrible.

Quand la Yougoslavie implosa au début des années quatre-vingt dix cette révolte de Noël devint un axe majeur du nationalisme monténégrin, les Verts comme les Blancs étant célébrés comme de fiers patriotes, oubliant la division irréconciable entre deux camps.

Macédoine

A la période antique l’actuelle Macédoine du Nord (anciennement Ancienne République Yougoslave de Macédoine) était occupée par le royaume de Paeonie, un royaume aux frontières floues peuplées essentiellement par des descendants illyriens et des thraces.

A la fin du 6ème siècle, les perses de la dynastie Achéménide dirigés par Darius le Grand occupent ce royaume mais après la défaite en -479 les perses se retirent en Asie mineure.

En -336 Philippe II de Macédoine annexe la Haute-Macédoine ce qui correspond à notre Macédoine du Nord actuelle.

La Macédoine est conquise par les romains en -146 devenant une province dont les dimensions vont évoluer, la partie nord intégrant la Mésie à l’époque de Dioclétien.

Les Slaves s’installent sur le territoire de l’empire byzantin, les historiens grecs les appelant Sklavines les slaves attaquant l’empire byzantin avec ou sans l’aide des bulgares et des avares. A plusieurs reprises les différents basileus qui se succèdent à Constantinople doivent lancer des campagnes contre des populations remuantes qui sont pour beaucoup déportées en Cappadoce (Turquie actuelle).

Vers 836 le territoire de la Macédoine intègre le premier empire bulgare, les populations s’assimilant avec les bulgares. C’est aussi à cette période que les slavkines se christianisent avec Saint Cyrille et Saint Methode. A la fin du 10ème siècle l’actuelle Macédoine du Nord devient le cœur idéologique et religieux du premier empire bulgare avec notamment l’évéché d’Ohrid qui après l’occupation de Preslav par Basile II devient le siège du patriarche bulgare.

La domination byzantine est à plusieurs reprises contestée par les serbes et par les bulgares. De 1257 à 1277, Constantin Asen qui fût tsar de Bulgarie était originaire de Skopje. Plus tard la capitale actuelle de la Macédoine du Nord fût celle de l’empire serbe de Stedan Dusan.

La région est conquise par les ottomans à la fin du 14ème siècle et va rester sous le joug de la Sublime Porte pendant près de 500 ans ccomme une partie de la province (Eyalet) de Roumélie («pays des Roums»).

L’Elayet de Roumélie est supprimé en 1867 et le territoire de la Macédoinr du Nord est partagé entre les Vilayet de Monastir, du Kosovo et de Salonique.

En 1903 une République de Krusevo est proclmée suite à la Révolte d’Ilinden-Preobrazhenie mais bien entendue cette république disparaît après la féroce répression ottomane.

En 1912 au cours de la première guerre Balkanique la région est capturée par la Serbie qui l’annexe une fois le conflit terminé à l’exception de la région de Strumica qui appartient à la Bulgarie de 1912 à 1919.

Cette région qui ne dispose d’aucun statut particulier au sein de l’Etat serbe est appelée Južna Srbija (Serbie du Sud ) pour la distinguer de la Stara Srbija (Vieille Serbie). De 1915 à 1918 la région est occupée par la Bulgarie.

Après le premier conflit mondial, le royaume de Serbie devient le cœur battant du Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes. En 1929, le royaume est rebaptisé Royaume de Yougoslavie et divisé en provinces ou banovinas. Le territoire correspondant à la Macédoine du Nord est appelée Banovina du Vardar avec Skopje comme capitale.

Après le premier conflit mondial la région subit une période de serbisation, les écoles bulgares, grecques et roumaines étant fermées, les prêtres bulgares et tous les enseignants non-serbes sont expulsés. Cette politique est violement combattu par la VMRO (Vatreshna Makendonska Revolutsionna Organizatasiya) en français l’organisation révolutionnaire intérieure macédonienne.

Durant le second conflit mondial, la Macédoine du Nord allait être occupée à la fois par les bulgares et par les italiens. Cette région allait connaître une occupation troublée avec de nombreux combats entre partisans et troupes d’occupation. Cela entraina comme nous le verrons un cycle infernal d’attentats et de représailles. Néanmoins au moins au début les bulgares furent bien accueillis par les populations locales bulgarophones.