Japon (69) Armée de Terre (9)

Artillerie antiaérienne

Avant-Propos

Quand le premier conflit mondial éclate l’aviation est un nouveau système d’armes aux potentialités inconnues. Après tout seulement onze années séparent le premier vol des frères Wright du début de la «Der des Ders».

Lire la suite

Publicités

Japon (65) Armée de Terre (5)

Armes collectives de l’infanterie (1) : fusils-mitrailleurs

Avant-Propos

Quand on interroge des gens sur la première guerre mondiale, les premières images qui surgissent sont les tranchées, les barbelés, le no-man’s land balayé par le feu des mitrailleuses, les soldats tués pour des avancées de quelques mètres.

Lire la suite

22-Armée de terre : armement et matériel (53)

Chenillettes de ravitaillement

Le terrain bouleversé des no man’s land rendait la progression de l’infanterie difficile, très difficile puisqu’à cela s’ajoutait les barbelés et les mitrailleuses. Quand au ravitaillement, il était tout aussi difficile puisqu’il fallait un véhicule à l’aise en terrain varié avec un blindage.

En 1918, un char transporteur de munitions baptisé Renault GJ est mis au point sous la forme d’un dérivé du Renault FT. Ce véhicule est destiné à soutenir les batteries de 75mm transportés sur des tracteurs chenillés Caterpillar. Cette première tentative n’à pas de suite concrète du fait de la fin du premier conflit mondial qui stoppe dans l’immédiat tout dévellopement de nouveau matériel militaire.

Pour ce qui est de l’infanterie, une première tentative est menée en 1923 quand Citroën reçoit commande de deux tracteurs 10cv à propulseurs Kergresse, carrosserie spéciale et six remorques pour le transport d’engins d’accompagnements (mitrailleuses, mortiers……….) et de munitions. Ces véhicules sont testés en 1924 sans que cela aboutisse à une commande en série ou à un programme particulier.

Il faut attendre l’été 1930 pour que la situation évolue quand l’ingénieur Brandt de la société AMG favorise l’essai de deux chenillettes Carden-Lloyd qui vont inspirer le le programme pour un véhicule de ravitaillement d’infanterie ou type N lancé le 7 octobre 1930.

Ce programme réclame un véhicule d’une hauteur maximale de 1.10m, une charge utile de 950kg + deux hommes d’équipage, une autonome de 5heures et une vitesse instantanée de 35 km/h.
Trois constructeurs présentent des projets, Latil avec une version francisée de la chenillettes Carden Lloyd, Citroën avec trois prototypes d’un véhicule semi-chenillé (les versions à chenille intégrale n’ont apparemment pas été réservés) et Renault avec une chenillette de sa conception.

C’est ce dernier modèle baptisé Renault UE qui est adopté sous le nom de Chenillette de Ravitaillement d’Infanterie modèle 1931R.

A cette chenillette va s’ajouter également des tracteurs ravitailleurs pour les chars et la cavalerie fournis par Renault, par Lorraine et par Berliet.

Chenillette de ravitaillement Renault UE

Chenillette de ravitaillement Renault UE

-La chenillette Renault UE apparaît donc en 1931 adoptée sous le nom de Chenillette de Ravitaillement d’Infanterie modèle 1931R. Une première commande de 600 exemplaires est honorée le 10 septembre 1932. De nouvelles commandes sont passées et le nombre de CRI commandées passe à 793 dont 700 livrées en juin.

La guerre menaçant chaque jour un peu plus, les commandes se multiplient tandis que la production est décentralisée. Outre l’usine AMX (ex-Renault) d’Issy-les-Moulineaux, Berliet à Lyon et Fouga à Béziers sont chargées du montage des chenillettes.

A noter que le 20 avril 1937, un programme d’épreuves opposa des véhicules proposés par Lorraine (Lorraine modèle 1937 adopté sous une version TRC), Renault avec son UE 2 apparue en 1934, Hotchkiss, Fouga et Berliet dont le modèle TCA sera adopté en petite série.

Produite à 7500 exemplaires, cette chenillette de ravitaillement va également servir de tracteur pour canon antichar, pour mortier de 120mm, comme ravitailleur et même comme transport de troupes de fortune.

Non armée à l’origine en dépit de tentatives menées par Renault (suivant un modèle vendu à la Chine) et AMX, la chenillette ne recevra un armement que lors du début du second conflit mondial quand les chenillettes du CEFAN (Corps Expéditionnaire Franco-Anglo-polonais en Norvège) recevront un fusil mitrailleur modèle 1924-29, montrant l’intérêt d’un tel armement.

Poids à vide 2640kg (776kg pour la remorque) Poids total en charge : 3300kg (1276kg pour la remorque) Longueur : 2.80m (2.59m pour la remorque) largeur 1.74m (1.62m pour la remorque) hauteur 1.25m (0.77m pour la remorque) Puissance moteur maximale : 40ch à 2800 tours/minute Vitesse maximale : 30 km/h Autonomie : 5 heures

-Le Tracteur de Ravitailleur de Chars modèle 1936R connu également sous le nom de Renault ACD-1 est un dérivé de la chenillette UE, reprenant son moteur et le train de roulement. Il est présenté en 1935 comme engin de ravitaillement pour char.

Adopté en 1936, il est commandé à 260 exemplaires. La production est lente et difficile et ce n’est qu’à la fin de janvier 1940 que la commande est honorée.

Ce véhicule se révélant non satisfaisant, sa production ne fût pas poursuivit dans le cadre du programme de guerre. Durant la période de paix armée (1940-48), il va être peu à peu remplacé par le nettement plus performant TRC modèle 1937L (Lorraine 37L).

Poids à vide en ordre de route : 2700kg Charge utile 1400kg Longueur : 3.15m largeur 1.70m hauteur 1.90m Puissance moteur maximale : 38ch à 2500 tours/minute Vitesse maximale 35 km/h (28 km/h avec remorque chargée)

-La chenillette Renault DAE est une descendante de la Renault UE/UE 2. Plus grande et plus rapide, elle est commandée à 500 exemplaires livrés essentiellement à la cavalerie pour ses DLM où ils servent de TRC. Elle va également servir de base de départ à la VBCP Renault DAJ-1.

-Le 17 avril 1936, le programme de tracteur de ravitaillement pour les chars de combat est lancé par l’état-major. Ce programme ne passionne pas les constructeurs puisque seule la firme Lorraine présente un projet en l’occurence une version allongée de sa chenillette d’infanterie.

Cette dernière avait été commandée à cent exemplaires mais avant même qu’un exemplaire du Lorraine modèle 1937L ne sorte, cette commande est transférée sur le nouveau modèle dont la désignation officielle est TRC (Tracteur de Ravitaillement de Chars) modèle 1937L (Lorraine).

Chaque bataillon de chars disposant de 12 TRC, cela nécessite un total de 708 TRC pour équiper cinquante-neuf BCC déployés en Métropole et dans l’Empire. Au total ce sont 1100 véhicules qui vont être commandés et produits pour équiper les unités existantes en 1940 et pour fournir un volant de roulement de 392 véhicules.

Ultérieurement d’autres véhicules sont produits pour équiper les BCC des 5ème et 6ème Divisions Cuirassées portant le total de TRC de ce type en ligne à 804 exemplaires, la production se poursuivant à cadence réduite pour constituer des stocks en vue d’un conflit que tout le monde estime qu’il sera long et difficile.

Poids mort en ordre de marche : 5240kg (1200kg pour la remorque) Charge utile 810kg (690kg pour la remorque) Longueur : 4.20m (2.70m pour la remorque) largeur 1.57m (1.55m pour la remorque) hauteur : 1.215m (1.30m pour la remorque) Moteur : Delahaye 135 6 cylindres délivrant 70ch à 2800 tours/minute Vitesse instantanée : 35 km/h vitesse moyenne 20 km/h Autonomie 130 à 140km

Les tracteurs du génie

Arme savante par excellence, le génie ne peut dignement passé à côté de la motorisation, motorisation d’autant plus vitale que le choix d’une armée de choc entraine pour les sapeurs de nouvelles servitudes pour le déminage, le franchissement de coupures humides et l’aménagement du terrain.

Elle utilise donc des tracteurs, tracteurs dérivés des modèles utilisés par l’artillerie. Le génie l’utilise notamment pour ses équipages de pont et le remorquage des éléments nécessaires pour franchir les coupures humides.

Le principal tracteur est l’Unic P107 BU qui est utilisé par les équipages de pont à 208 exemplaires auxquels s’ajoutent 100 exemplaires pour les parcs du génie de corps d’armée.

Le plan E prévoyait 900 tracteurs pour le génie, cette commande est transférée d’abord à l’artillerie qui n’en recevra finalement que 350, le reste étant finalement livré comme prévu au génie qui se retrouve avec un parc pléthorique de 858 Unic P107BU utilisés pour remorquer les remorques transportant les éléments de bateau mais également au profit des sapeurs démineurs.

-Le génie utilise des véhicules toutes roues motrices comme le Latil M2 TL 6 (officiellement tracteur TL6 à moteur M2). Ce véhicule conçu comme tracteur d’artillerie ne fût pas utilisé dans ce rôle par la France (à la différence de la Belgique, de la Roumanie et de la Finlande) qui va l’utiliser comme tracteur léger du génie, 250 exemplaires étant livrés au génie.

Le génie va également mettre en oeuvre des poseurs de pont notamment des Renault FT avec pont Bourguignon de 7m permettant le franchissement d’une coupure de 6m.

Il est complété par un système de pose-pont monté sur un char léger Renault R-35 tandis que la cavalerie va mettre en oeuvre un poseur de pont de 20 tonnes pour char moyen, le Somua-Coder qui peut lancer une travée de 8m sous blindage permettant de franchir une coupure de 7m. Une version évoluée donne un véhicule de 25 tonnes pouvant lancer un pont de 17m sous blindage.

Le génie met également en oeuvre des chars d’aménagement du terrain, des Renault FT transformés en bouteurs et des chars de déminage en réalité des chars légers munis de dispositifs adaptés. A cela s’ajoute des chars lance-fascine et des poseurs de masque pour l’attaque des fortifications.

22-Armée de terre : armement et matériel (51)

Véhicules hippomobiles et véhicules de gendarmerie

Véhicules hippomobiles

En septembre 1939, l’armée française est comme toutes les armées européennes (sauf peut être l’armée britannique) largement hippomobile pour les raisons que nous avons déjà vu.

La motorisation entamée au début des années trente voit la naissance d’une armée à deux vitesses ce qui peut poser des problèmes notamment pour le remorquage à grande vitesse des pièces d’artillerie sur route.

D’où la mise au point de trains rouleurs pour matériels hippomobiles de différents modèles fournis par Citroen-Kergresse et FAL, une solution transitoire, l’armée de terre préférant rapidement mettre les canons sur pneus ce qui donna un coup de jeune au vénérable canon de 75mm modèle 1897.

Dans cette catégorie, on trouve également des voiturettes, des avant-trains,voitures,fourgons et chariots :

-Avant-train de canon de 25 AC modèle 1936 et 1937

-Voiturette d’infanterie hippo/auto modèle 1937

-Voiture légère, voiturette et avant-train de cavalerie modèle 1911 M.38 et modèle 1937

-Voiture à munitions modèle 1921 et modèle 1909 M.27

-Voiture légère d’outils modèle 1909

-Voiture à vivres et à bagages

-Voiture forge d’infanterie modèle 1909

-Forge roulante pour artillerie

-Fourgon forge de cavalerie

-Fourgon omnibus modèle 1887 modifié

-Chariot omnibus modèle 1933

Les véhicules de la gendarmerie

Dans cette catégorie, nous allons aborder les véhicules spécifiques de la gendarmerie sachant que cette arme dispose de véhicules déjà mentionés comme des motos et des véhicules de liaison.

Les principaux utilisateurs d’un véhicule spécifique sont les gendarmes appartenant à la GRM ou Garde Républicaine Mobile (GRM), des véhicules pouvant transporter un peloton entier (soit un officier et 30 hommes) dans de bonnes conditions de confort sachant que les hommes doivent pouvoir y rester pendant des heures.

Au Renault ADR bâché succède le fourgon AGR nettement mieux conçu. Ce véhicule de 3.5 tonnes est complété après la mobilisation par des Renault AGC de 2 tonnes.

A la mobilisation de septembre 1939, la gendarmerie met en place dans chaque armée des détâchements de prévôté chargé de la sécurité à l’arrière et de la gestion des prisonniers qui seront transportés dans des autocars adaptés mais qui on comprend pourquoi, n’auront pas le temps de servir. Elle va également mettre sur pied comme on l’à vu un bataillon de chars de combat, le 45ème BCC.

La guerre de Pologne terminée, la gendarmerie va continuer sa modernisation, recevant notamment des Gendron-Somua AM 39 pour assurer le maintien de l’ordre dans l’Empire.

Les véhicules spéciaux

Par véhicules spéciaux, il faut entendre des véhicules de soutien qui se rapprochent le plus possible des véhicules de combat. Il s’agit par exemples des véhicules légers ou moyens à roues servant de tracteur d’artillerie ou des chenilettes de ravitaillement pouvant tracter ou porter une arme à la manière de l’Universal Carrier britannique.

Ce sont des véhicules impossibles à trouver par réquisition qui impose des fabrications régulières et ce dès le temps de paix avec naturellement une accélération des productions à la mobilisation.

La motorisation commence avant même le premier conflit mondial mais il faut attendre les années vingt pour qu’une politique cohérente soit lancée avec la création en 1927 d’une inspection générale de la motorisation. En 1931, on fait la distinction entre la motorisation (utilisation de véhicules de transport pour déplacer des combattants) et la mécanisation (combattre en véhicules).

En décembre 1930, un programme d’équipement est lancé, programme définissant dix types de véhicules de soutien :

-Type N : ravitaillement de l’infanterie

-Type R : ravitaillement de l’infanterie, type neige

-Type O : transport de pièce antichar

-Type P : automoteur antichar

-Type T : transmissions (non blindé)

-Type K : transport de combattants

-Type Q : commandement et liaison, type neige

-Type M : commandement et liaison

-Type L : reconnaissance

-Type S : défense antiaérienne des colonnes

Mis à part le type N, ce programme n’aura guère de réalisation concrète. L’idée d’un système complet est abandonné au profit de programmes particuliers et limités.

La priorité ayant été donnée aux véhicules de combat, il faut attendre la guerre de Pologne pour que des réalisations concrètes commencent à apparaître massivement, permettant une meilleure motorisation de l’armée.

Dans cette catégorie, nous trouvons les véhicules légers, les chenillettes de ravitaillement et les tracteurs d’artillerie.

Voitures de liaison

Dès l’apparition de ce concept après le premier conflit mondial, une qualité s’impose : la vitesse, la voiture de liaison doit pouvoir remonter un convoi et donc être plus rapide que les véhicules qu’elle cotoie.

Les unités rapides optent donc d’abord pour des VLTT (Voitures de liaison tout terrain) à roues alors ques les unités lentes comme les régiments de chars préfèrent choisir des semi-chenillés. Ce dernier concept combinant davantage les défauts que les qualités, il est peu à peu abandonné au profit de véhicules entièrement à roues.

On définit alors deux catégories de VLTT. La première dite «VLTT 4/5 places» regroupe des véhicules de 4 ou 5 places, une puissance moteur de 45 ou 50ch, 4 roues motrices (4×4 ou 6×4), une vitesse maximale de 85 km/h, son rôle étant principalement les liaisons d’état-major.

La seconde dite «VLTT 6 places» regroupe des véhicules de six places, une puissance moteur de 50 ou 55ch, 4 ou 6 roues motrices et une vitesse maximale de 75 km/h.

Pour la première catégorie, le premier constructeur à proposé quelque chose est Berliet mais sa VURL est jugée fort médiocre. Elle est rapidement supplantée par la Licorne V15R. Cette voiture est en fait la Laffly V15R produit par un  consortium regroupant Licorne, Laffly et Hotchkiss.

Entre-temps, le Latil M7T1 s’étant révélé remarquable dans ses essais, il est prévu que dans la catégorie VLTT 4/5 places, elle succède au V15R mais seulement après que les besoins en tracteurs très légers d’artillerie ne soient couverts.

La firme de Levallois propose pour la deuxième catégorie, son W15R, un véhicule à six roues qui va cohabiter avec le S15R, un véhicule à six roues, version liaison, reconnaissance et transport de troupes du tracteur d’artillerie léger S15T produit pour le remorquage des canons de 75mm qu’il s’agisse du modèle 1897 sur pneumatique ou du TAZ modèle 1939.

On trouve également la voiture de liaison tout terrain six places Lorraine 72 qui ne fût finalement utilisé que par l’armée de l’air.

On étudiera également un concept de VLTT ultra-légère (une tonne) mais les différents véhicules testés ou envisagés resteront à l’état de projet ou de prototype, l’armée de terre comme l’armée de l’air voulant réduire le nombre de modèles en service.

Caractéristiques techniques des différents VLTT

-Licorne V15R

Poids : 2600kg Longueur 4.210m largeur 1.85m Hauteur 1.85m Vitesse maximale 79 km/h Moteur Hotchkiss 4 cylindres de 55ch à 3200 tours/minute

-Lorraine 72

Poids 2700kg (1200kg de charge utile) Dimensions : inconnues Puissance moteur : 30ch Vitesse maximale 59 km/h

Laffly S15R

Laffly S15R

-Laffly S15 R

Poids : 2850kg (charge utile 850kg) Longueur 4.64m largeur 1.85m hauteur 2.15m Motorisation : moteur essence 4 cylindres de 55ch Vitesse maximale 72 km/h

Véhicules de commandement et de transmission

Plus que jamais, la guerre moderne nécessite des transmissions fiables et solides. Dans ce domaine la France n’était pas la moins bien lotie même pour des raisons de «sécurité», elle préférait le téléphone à la radio.

Le téléphone qui nécessite des infrastructures importantes et donc vulnérables est parfaitement adaptée à la forme de guerre défensive imaginée par les généraux français depuis 1919.

Le retour d’une posture nettement plus offensive marque le retour en grâce de la radio qui n’avait jamais été abandonné mais dont le rôle avait été minoré.

Dans le domaine des véhicules de commandement, on trouve plusieurs véhicules à roues ou chenillés, généralement issus d’un véhicule de combat.

Citons une version PC du Lorraine 28, la Voiture de Dragons Portés utilisé par le 4ème RDP (1ère DLM) ainsi que le 5ème et le 17ème BCP intégrés respectivement à la 1ère et à la 2ème Division Cuirassée.

On trouve également une version de commandement de son successeur, le Laffly S20 TL ou encore une version de commandement des différents modèles de VBCP (Lorraine 38L, Lorraine 39L et Renault 40R).

On trouve également des véhicules radios blindés comme une version de l’AMD Panhard 178

22-Armée de terre : armement et matériel (24)

Renault D1

Renault D1

Renault D1

Genèse

Bien qu’étant pour l’époque un excellent char, le Renault FT n’est pas exempt de défauts notamment un manque de mobilité stratégique. D’où le lancement peu après la fin du conflit de différentes études destinées à remédier à ce problème.

C’est ainsi que vingt-neuf Renault FT sont transformés en Renault NC-1 par l’installation de propulseurs Kergresse, une partie d’entre-eux participant à la pacification du Rif.

Cette expérimentation est suivie par d’autres, aboutissant notamment au NC-2 qui n’est pas commandé par l’armée française mais connait un succès d’estime à l’étranger puisqu’un exemplaire est vendu à la Suède, un deuxième à la Pologne et surtout vingt-trois exemplaires au Japon.

Ces derniers exemplaires connus sous le nom de NC-3 vont aboutir au char Renault D1 qui peut donc être considéré comme un descendant du Renault FT même si contrairement à son illustre ancêtre, il est triplace et non biplace, un troisième homme étant embarqué pour servir aux transmissions.

Ce Renault D1 est l’aboutissement d’un programme lancé par la demande du STCC (Section Technique des Chars de Combat)  de janvier-février 1927 réclamant un char dérivé du type NC mais mieux protégé et mieux armé puisqu’il doit embarquer un canon de 47mm et une mitrailleuse et non un canon ou une mitrailleuse comme le FT ou les NC.

Baptisé dans un premier temps char NC modifié 1928, il est ensuite baptisé D1. Le prototype est intensivement testé en 1928-1929, son adoption officielle datant d’octobre 1929, la production des 160 exemplaires ayant lieu entre 1931 et 1934 pour une réception s’échelonnant d’octobre 1931 à mai 1935.

Cette production ne sera pas poursuivie, un projet d’achat par la Belgique n’aboutissant pas, le plat-pays se tournant vers des modèles plus légers.

Situation de ce char en septembre 1939

Quand éclate la guerre de Pologne, le char D1 n’équipe aucune unité en métropole, seulement huit chars s’y trouvent dans les dépôts en l’occurence quatre à l’Ecole des Chars de Combat (ECC) de Versailles et trois  au Centre Pratique de Tir et d’Instruction des Chars de Combat (CPTICC).

Les seules unités équipées le sont en Tunisie en l’occurence trois bataillons de chars de combat, les 61ème, 65ème et 67ème BCC soit un total de 135 chars (45 par bataillon) plus dix-sept en école et dans les dépôts.

Ces trois bataillons ont été mis sur pied non pas la mobilisation mais en temps de paix pour permettre aux forces stationnées en Tunisie de répondre aux gesticulations italiennes, le régime mussolinien considérant la Tunisie comme une terre irrédente.

Le 61ème BCC à ainsi été créé à partir du 508ème RCC de Lunéville et envoyé en Tunisie en mars 1938, le 65ème BCC à été créé à partir du 510ème RCC de Nancy et envoyé en Tunisie en avril 1938 alors que le 67ème BCC à été créé à partir du 507ème RCC de Metz et envoyé en Tunisie en janvier 1939.

Ces chars sont remplacés entre mars et octobre 1945 par l’AMX-42, un char léger biplace à canon de 47mm SA modèle 1937. Les chars D1 retirés du service sont pour la plupart feraillés mais une poignée d’exemplaires (une vingtaine) ont été préservés pour l’instruction.

Caractéristiques Techniques du Renault D1

Poids total : 14 tonnes

Dimensions : longueur 4.706m (5.30m avec la queue passe tranchée) largeur 2.18m hauteur 2.50m (caisse 1.50m)

Motorisation : un moteur Renault 4 cylindres développant 74 ch à 2000 tours minutes. Boite à six vitesse + une marche arrière. Réservoir de 165 litres d’essence

Vitesse maximale 18.56 km/h Pente 60% Autonomie : 120km

Blindage : 30mm maximum

Armement : un canon de 47mm semi-automatique modèle 1934 en tourelle alimentée à 112 obus accompagné par une mitrailleuse MAC modèle 31 de 7.5mm. Une mitrailleuse identique est installée en caisse, ces deux armes disposant au total de 4500 cartouches.

Equipage : 3 hommes avec un chef de char en tourelle, un mécanicien pilote et un radio-télégraphiste en caisse

Renault R-35

char léger modèle 1935R dit Renault R-35

char léger modèle 1935R dit Renault R-35

Genèse

Avec plus de 3000 chars légers FT maintenus en service à l’issue du premier conflit mondial, il est évident que le dévellopement d’un char léger plus moderne est tout sauf une priorité surtout qu’un éventuel dévellopement se heurte à de nombreux écueils : budgets limités, pacifisme de l’opinion et opposition totale au char léger d’un sommité comme le général Estienne.

Au début des années trente, il devient évident que les FT sont totalement incapables de mener un conflit moderne, leur remplacement devient de plus en plus nécessaire. Un programme pour un char léger de 6 tonnes à deux hommes, 40mm de blindage et armement mixte (canon et mitrailleuses) est officiellement lancé le 2 août 1933. A ce programme répondent Renault, Batignolles-Châtillon, Hotchkiss, FCM (Forges et Chantiers de la Méditerranée), APX et Delaunay-Belville.

Entre-temps, l’inspecteur général de l’infanterie, le général Duffieux à tiré la sonnette d’alarme «[Les FT] ne peuvent plus _il faut le proclamer franchement_ être utilisés , en attendant mieux que comme chars d’accompagnement de l’infanterie, derrière des chars plus rapides, plus blindés, mieux armés, capables de reconnaître et d’attaquer. Ils ne peuvent être que très inférieurs en face d’un ennemi qui par la force des choses (NdA : il s’agit de l’Allemagne) n’aura que des chars modernes. Leur remplacement rapide s’impose à bref delai».

Le concours lancé le 2 août 1933 est modifié le 22 mai 1934 aboutissant à la construction de prototypes par tous les constructeurs sauf Delaunay-Belville.

La firme de Billancourt propose un char biplace de 11 tonnes armé d’un canon de 37mm SA modèle 1918 (le même que le FT) et une mitrailleuse. Le prototype va être testé à partir d’août 1934 et adopté le 25 juin 1936 sous le nom de char léger modèle 1935R tout comme ses concurrents FCM et Hotchkiss.

Situation en septembre 1939 et évolution ultérieure

Quand éclate la guerre de Pologne, pas moins de dix-sept bataillons de chars de combat sont équipés de Renault R-35 soit un total de 765 chars, le total étant porté à 900 chars au printemps 1940, à l’apogée de la puissance des forces armées françaises avant que la démobilisation ne soit enclenchée pour soulager une économie en souffrance.

-Le 1er BCC conserve ses Renault R-35 jusqu’en septembre 1946 quand ils sont remplacés par des Renault R-40 plus efficaces

-Le 2ème BCC conserve ses Renault R-35 jusqu’en mars 1947 quand ils sont remplacés par des Renault R-40.

-Les 3ème et 5ème BCC  eux conservent ses Renault R-35 jusqu’en août 1948, des chars qui sont néanmoins modernisés avec le canon de 47mm SA modèle 1935 en remplacement du canon de 37mm SA modèle 1918, leur donnant un punch supplémentaire et salvateur.

-Le 6ème BCC était à l’origine un bataillon de réserve qui est pérennisé après la démobilisation et qui conserve ses Renault R-35 jusqu’en mars 1947 quand ils sont remplacés par des Renault R-40.

-Les 9ème et 10ème BCC conservent leurs Renault R-35 respectivement jusqu’à l’automne 1945 et au printemps 1946 quand ils sont remplacés par des FCM-42.

-Le 11ème BCC est un bataillon de réserve mis sur pied comme nous l’avons vu avec des vénérables Renault FT qui sont remplacés fin 1939 par des Renault R-35 toujours en service en août 1948 avec un canon de 47mm SA modèle 1935.

-Le 12ème BCC conserve ses Renault R-35 jusqu’en mars 1942 quand ses engins à bout de souffle sont remplacés par des Renault R-40 qui équipent encore le bataillon en août 1948.

-Le 16ème BCC est équipé de Renault R-35 jusqu’à la fin 1941 quand ils sont remplacés par des Renault R-40.

-Le 17ème BCC est équipé de Renault R-35 jusqu’en mars 1942 quand il les remplace par des Renault R-40 qui équipent toujours le bataillon en août 1948 avec un canon de 47mm SA modèle 1935.

-Le 20ème BCC équipé de Renault R-35 les remplace à partir de juin 1943 par des Renault R-40  toujours en service en août 1948 mais avec un canon de 47mm SA modèle 1935.

-Le 21ème BCC est équipé de Renault R-35 mais ce bataillon de réserve est dissous en août 1940 et son matériel stocké.

-Le 22ème BCC est équipé de Renault R-35 et ce jusqu’en septembre 1942 quand ils sont remplacés par des Hotchkiss H-39 jugés plus efficaces qui équipent toujours le bataillon en août 1948.

-Le 23ème BCC est équipé de Renault R-35 mais ce bataillon de réserve est dissous et son personnel démobilisé en août 1940, son matériel étant stocké.

-Le 24ème BCC est équipé de Renault R-35 jusqu’en mars 1944 quand ce bataillon reçoit des FCM-42 dont il dispose toujours en septembre 1948.

-Le 32ème BCC équipé à la mobilisation de Renault FT, reçoit ensuite des R-35 mais cela ne l’empêche pas d’être dissous et son personnel démobilisé en juin 1940.

-Les 34ème, 35ème, 39ème et 43ème BCC équipés de Renault R-35 sont dissous et leur personnel démobilisé en juin 1940

Un 44ème BCC est créé au printemps 1940 avec des Renault R-35 mais ces chars sont rapidement remplacés par des Hotchkiss H-39, ce bataillon intégrant à sa création la 4ème Division Cuirassée.

On trouve également des R-35 dans les dépôts avec un maximum de 98 chars à la fin du mois de septembre (dont 39 à l’ECC et 10 au CPTICC), six chars d’instruction dans les bataillons de mobilisation (40ème, 44ème et 48ème BCC, seul le 44ème étant transformé sur R-35, les deux autres l’étant sur R-40), soixante chars sont disponibles à l’ERGM (Entrepôt de réserve générale du matériel) installé à Gien dans le Loiret et six en réparation.

Le Renault R-35 équipe également des unités dans l’Empire avec deux compagnies du 62ème BCC stationné au Maroc et deux bataillons stationnés au Levant, les 63ème et 68ème BCC, un rééquipement d’opportunité avec pour le 68ème, des chars initialement destinés à la Pologne.

Un certain nombre de chars ont également été exportés essentiellement pour des raisons diplomatiques, cinquante envoyés en Pologne en juillet 1939, quarante envoyés en août-septembre 1939 en Roumanie et cent en Turquie en février et en mars 1940. Un deuxième lot aurait du être envoyé à la Pologne mais il va équiper comme nous venons le voir le 68ème BCC.

La production cesse à la fin du mois d’avril quand le R-40 prend le relais. Au total 1460 chars sont sortis des chaines de montage.

Après la démobilisation, quatorze bataillons de chars de combat restent stationnés en métropole avec ce Renault R-35 soit un total de 630 chars en service.

A ces chars s’ajoute ceux déployés dans l’Empire au sein des 62ème et 66ème BCC stationnés au Maroc et au sein du 64ème BCC stationné en Algérie soit un total de 135 chars auxquels s’ajoutent les deux BCC du Levant, portant le total à 225 chars.

Cela nous donne un total de 855 chars plus les 190 chars exportés et 120 utilisés pour l’expérimentation, les tests, l’instruction soit un total en ligne en France de 975, le reliquat soit 295 étant stockés.
Ces stocks vont servir à rééquiper la section de chars de Madagascar (huit blindés en ligne plus six en réserve soit un total de quatorze véhicules) ainsi que les deux compagnies de chars d’Indochine soit un total de trente chars en ligne plus quinze en réserve soit un total de quarante-cinq blindés sortis des stocks.

Cela nous laisse donc un total dans les stocks de 236 Renault R-35. Ce nombre va en réalité augmenter car un certain nombre de bataillons vont remplacer ces blindés par des chars plus modernes, ne laissant que trois BCC équipés de Renault R-35 soit un total en ligne de 135 chars, laissant un stock confortable de 631 exemplaires.

Du moins officiellement car en toute discrétion, un bataillon à été livré à l’armée portugaise (45 chars + 21 en réserve) et un autre à l’armée espagnole (45 chars +21 en réserve) soit un total corrigé de 599 chars disponibles plus les 120 cités soit 719 chars.

Ces chars vont participer à la mise sur pied de BCC de mobilisation, treize (sur quinze, les deux autres recevant des FCM-36)  recevant ces chars soit un total de 585 chars qui ne vont équiper ces BCC que le temps que des chars plus modernes soient disponible en l’occurence le R-40 _dont la production avait été relancée pour équiper six bataillons_, le FCM-42 pour quatre et l’AMX-44 pour cinq autres.

Cela n’empêcha pas le R-35 d’être en ligne en métropole avec trois BCC, le 11ème BCC intégré au groupement de bataillons de chars 501 et placé sous l’autorité de la 1ère Armée, le 3ème BCC intégré au groupement de bataillons de chars 503 et placé sous l’autorité de la 3ème Armée et le 5ème BCC intégré au groupement de bataillons de chars 509 et placé sous l’autorité de la 9ème Armée.

En ajoutant les BCC d’outre-mer (225 + 69 = 294) et les chars placés dans les dépôts pour l’écolage et les essais (75), on trouve un total de 504 Renault R-35 en service et 1089 disponibles.

Caractéristiques Techniques du char léger modèle 1935R

Poids total : 11 tonnes

Dimensions : Longueur totale 4.02m Largeur totale 1.85m Hauteur totale 2.13m (1.37m sans tourelle)

Motorisation : un moteur Renault 447 4 cylindres développant 85ch à 2200 tours/minute alimenté par 166 litres
Vitesse maximale : 20 km/h  Pente : 75%  Autonomie : 130km  

Blindage : 40mm maximum

Armement : (configuration initiale) un canon de 37mm SA modèle 1918 puis SA38 alimenté à 100 obus et une mitrailleuse MAC 31 de 7.5mm approvisionnée à 2400 cartouches (configuration modernisée) un canon de 47mm SA35 alimenté à 90 obus et une mitrailleuse MAC 31 de 7.5mm approvisionnée à 2400 cartouches

Equipage : un mécanicien pilote et un chef de char, le premier en caisse et le second en tourelle

3-Industries et infrastructures (2)

B-L’industrie aéronautique

Les principaux constructeurs français

La France à été l’un des pays pionniers dans le domaine de l’aviation, s’appuyant sur plusieurs constructeurs.

Bien qu’elle ait produit un grand nombre d’appareils durant le premier conflit mondial, notre industrie aéronautique est longtemps restée dans un état proche de l’artisanat tendant vers le semi-artisanal.

Les usines étaient bien incapables de produire à un niveau industriel à savoir vite et en grandes quantités. Voilà pourquoi, elle était bien incapable de répondre aux différents plans de réarmement qui accusaient un grand nombre de retards avec des avions dépassés dès leur mise en service.

Géographiquement parlant, les principaux constructeurs aéronautiques étaient répartis sur tout le territoire national mais avec une certaine concentration dans la région parisienne.

-La firme Amiot (officiellement Société d’Emboutissage et de Constructions Mécaniques SECM-Amiot) fondée par Felix Amiot en 1916 avec une première usine à Colombes.

D’autres usines étaient situées à Cherbourg, à Boulogne-Billancourt et au Bourget. Ultérieurement, une usine est implantée à Casablanca pour l’assemblage de l’hexamoteur Amiot 415.

-La firme ANF-Les Mureaux disposait d’une usine aux Mureaux dans le département de Seine et Oise.

-La firme Bloch (officiellement «Avions Marcel Bloch») dispose de trois usines. Si celle de Chateauroux-Déols est chargée des chasseurs, celles de Courbevoie et de Villacoublay est destinée aux multimoteurs.

-La firme Bréguet disposait d’une usine à Villacoublay (ensuite transférée à l’Arsenal de l’Aéronautique), au Havre et à Bouguenais.

-La firme Dewoitine dispose d’une usine à Toussus le Noble près de Toulouse et d’une usine à Marseille-Marignane

-La firme Farman dispose de deux usines à Boulogne-Billancourt et à Suresne

-La firme Gourdou-Lesseure dispose d’une usine sur l’Etang de Berre qui est intégrée à Bloch puis à la SNCAM

-La firme Hanriot dispose d’une usine à Bourges

-La firme Latécoère dispose d’usines à Toulouse, Montaudran et Anglet ultérieurement cédées à Bréguet, la firme disposant alors d’une usine à Toulouse pour les avions et d’une à Biscarosse pour les hydravions.

-La firme Lioré et Olivier disposait avant les nationalisations d’usines à Argenteuil, Clichy et Rochefort sur mer

-La firme Loire-Nieuport disposait d’une usine à Saint Nazaire qui produisait aussi bien des avions et des hydravions ainsi que d’une autre à Issy-Les Moulineaux.

-La firme Morane-Saulnier disposait d’usines à Puteaux et à Tarbes

-La firme Potez _la plus connue à l’étranger_ dispose d’une usine à Levallois et d’une autre à Meaulte pour les avions, d’une usine à Sartouville et d’une autre à Berre pour les hydravions.

 Les nationalisations du Front Populaire : un mal pour un bien

Le 11 août 1936, la loi portant sur la nationalisation des industries aéronautiques est votée. Elle répond à la fois à des motivations idéologiques mais aussi la volonté de rationnaliser l’outil industriel, le moderniser et en accroitre les capacités.

-L’Arsenal de l’Aéronautique issu des nationalisations dispose d’une usine à Villacoublay (ayant appartenu à Bréguet) pour produire les chasseurs type VG-33 et suivants. Une deuxième usine à été également construit à Chatillon-sous-Bagneux.

Six grandes entreprises nationales à base géographique (même si cette base est parfois étrange) sont ainsi créées, cassant ainsi les structures des entreprises.

C’est ce qui explique les difficultés de production jusqu’au début de 1940 et l’accroissement des retards de livraison mais peu à peu, l’industrie aéronautique française ainsi restructurée donnant la pleine mesure de ses possibilités en produisant à des cadences qu’envieraient certains pays ennemis et alliés.

-La Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Centre (SNCAC) regroupe les usines Hanriot de Bourges, Farman de Boulogne Billancourt et Suresne, Bloch de Chateauroux-Deols. Une quatrième usine fût ultérieurement intégrée à la SNCAC, une usine située à Clermont Ferrand.

-La  Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Nord (SNCAN) regroupe les usines Potez de Meaulte, CAMS (groupe Potez) de Sartrouville, ANF-Les Mureaux des Mureaux, Amiot de Cherbourg, de Colombes, de Villacoublay, du Bourget et Bréguet du Havre.

-La Société Nationale des Constructions Aéronautiques de l’Ouest (SNCAO) regroupe les usines Bréguet de Bouguenais et de Villacoublay, Loire-Nieuport de Saint Nazaire et d’Issy-Les Moulineaux

-La Société Nationale des Constructions Aéronautiques de l’Est (SNCASE) regroupe les usines Lioré et Olivier d’Argenteuil et de Clichy, Potez de Berre, C.A.M.S de Vitrolles, Romano de Cannes-la-Brocca et S.P.CA (Société Provencale de Constructions Aéronautiques) de Marseille-Marignane.

-La  Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Sud-Ouest (SNCASO) réunit les usines Blériot de Suresnes, Bloch de Villacoublay et Courbevoie, S.A.S.O. de Bordeaux-Mérignac, U.C.A. de Bordeaux-Bègles, S.A.B. de Bordeaux-Bacalan et Lioré et Olivier de Rochefort.

-La  Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Midi (SNCAM) réunit les usines Dewoitine de Toussus le Noble et Marseille-Marignane, Morane-Saulnier de Tarbes et de Puteaux

D’autres compagnies restent cependant partiellement ou totalement en dehors des nationalisations comme Latécoère et Bréguet qui récupère des usines ayant appartenu au premier.

C-Les industries d’armement

Les arsenaux d’Etat

Sous le nom générique de Manufactures d’Armes, sont regroupés différents sites approvisionnement en armes légères et moyennes l’armée de terre, l’armée de l’air et la marine sans oublier les munitions.

-Manufacture d’Armes de Saint Etienne (MAS) : fusils et pistolets mitrailleurs

-Manufacture d’Armes de Bayonne (MAB) pistolets et revolvers

-Manufacture d’Armes de Chatelleraut (MAC) : fusil mitrailleur et mitrailleuses

-Manufacture d’Armes de Tulle (MAT) pistolets mitrailleurs

 -L’Etablissement de Bourges est chargé de la production de pièces d’artillerie

 -L’Etablissement de Tarbes est chargé de la production de pièces d’artillerie notamment les dernières pièces d’artillerie lourdes sur voie ferrées

 -L’Atelier d’Issy les Moulineaux (AMX) est chargé de l’étude et de la production de véhicules blindés notamment de chars

 En 1944, la Manufacture d’Armes d’Alger (MAA) est créée pour augmenter les capacités de production et disposer d’une base industrielle à l’abri des bombardements allemands.

On trouve également des établissements relevant de la marine comme l’établissement de Ruelle spécialisé dans l’artillerie légère et moyenne ou encore l’établissement de Saint-Tropez connu pour son excellence dans le domaine des torpilles et des armes anti-sous-marines.

 Les manufacturiers privés

L’industrie d’armement est en partie publique et en partie privée. C’est notamment le cas pour la production des véhicules de combat et des pièces d’artillerie.

Pour les pièces d’artillerie, nous trouvons par exemple les Forges de la Marine et Homécourt plus connu sous le nom de Saint Chamond, la fonderie du Creusot et  les établissements Schneider.

 En ce qui concerne les véhicules blindés, citons la société Somua _filiale de Schneider_, la société Renault, les sociétés Hotchkiss et Panhard, les Forges et Chantiers de la Méditerranée.

D-Les commandes à l’étranger

Les commandes concernent surtout l’aviation. Des commandes sont passées aux Pays Bas et à l’Italie mais c’est surtout les Etats-Unis qui sont concernés puisque les commandes envisagées en direction de l’Italie seront au final annulées et celles en direction des Pays Bas se limiteront à quelques chasseurs dont l’armée de l’air ne sut que faire, les Koolhoven FK.58 qui finirent stockés.

Les craintes de voir l’industrie nationale manquer de temps pour fournir les appareils nécessaires poussa la France à se tourner vers les Etats Unis pour commander en quantités massives des avions, des moteurs et les pièces détachées nécessaires. Si la plupart des commandes furent honorées, un certain nombre furent au final annulées.

Dans le domaine des chasseurs, la plupart des commandes furent honorées notamment celles concernant le Curtiss H-75, le Curtiss H-81, le Lockeed L-322 et le Grumman G-36A, certaines furent annulées ou non concrétisées comme celle concernant 170 Bell 14 (P-39A Airacobra), le Curtiss H-81A et le Curtiss H-86.

En ce qui concerne les bombardiers, les commandes sont toutes honorées en ce qui concerne les bimoteurs de bombardement légers (Douglas DB-7 Martin 167F et Martin 187F) et lourds (Consolidated 32)  mais en ce qui concerne les avions d’assaut, la plupart des commandes sont au final annulées comme celles concernant les bombardiers en piqué embarqués Curtiss CW-77,  les Douglas A-17 (que l’USAAC put conserver), les Vultee V-72 Vengeance ou le Brewster 340 Buccaneer.

 Les autres commandes concernant des hydravions Catalina et les avions d’entrainement sont toutes honorées.

L’armée de terre une profonde métamorphose : l’armée villeneuvienne (8)

Artillerie

L’artillerie française est réputée pour être la meilleure du monde en 1940, un titre acquis durant la Grande Guerre et qui lui vaut le respect de ses alliés comme de ses ennemis. Comme les autres armes, elle connait des changements non négligeables avec le quasi crépuscule de l’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée et l’apparition d’automoteurs d’artillerie modernes appelés canons d’assaut et canons autoportés.

Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (ALVF)

Commençons par l’ALVF. Cette dernière regroupe au printemps 1940 un échantillonnage de pièces de calibres divers avec des stocks limités en obus regroupés en cinq régiments dont quatre équipés de canons.

-Le 370ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (370ème RALVF) ne dispose d’aucune pièce puisqu’il s’agit en réalité d’un régiment de construction sur voie ferrée.

obusier de 370mm durant le premier conflit mondial

-Le 371ème RALVF dispose de vingt-trois pièces répartis en trois groupes et dix batteries avec douze obusiers de 400mm modèle 1915, sept canons de 370mm modèle 1915 et 4 canons de 294mm modèle 1915.

Canon de 340mm modèle 1912

-Le 372ème RALVF dispose de vingt-six pièces répartis en six groupes et quinze batteries qui dispose de onze canons de 340mm modèle 1912, quatre canons de 320mm modèle 1917, quatre canons de 274mm modèle 1917, quatre obusiers de 400mm modèle 1915 et trois canons de 305mm modèle 1906.

Canons de 320mm sur voie ferrée

-Le 373ème RALVF dispose de trente-cinq pièces répartis en cinq groupes et dix batteries qui dispose de quatre canons de 340mm modèle 1912, vingt canons de 320mm modèle 1870-30, 8 canons de 274mm modèle 1917 et 3 canons de 305mm modèle 1906.

-Le 374ème RALVF dispose de quarante-trois pièces répartis en six groupes et treize batteries qui dispose de vingt-quatre canons de 194mm modèle 1870-93, quatre canons de 164mm modèle 1893-96 et quinze canons de 240mm modèle 1893-96.

Durant la guerre de Pologne, plusieurs batteries d’ALVF vont être déployée à proximité de la ligne Maginot pour couvrir les ouvrages et harceler les positions allemandes.

Ce conflit terminé, on s’interroge sur son avenir. Certains demandent le ferraillage de ses «antiquités militaires» et d’autre l’expansion de ces unités.

Le général Villeneuve choisit de préserver cette capacité utile pour percer la ligne Siegfried ou les ouvrages italiens dans les Alpes.

Au printemps 1940, décision est prise de réduire le nombre de RALVF à trois : le 370ème, le 371ème et le 372ème RALVF avec trois groupes de deux batteries de quatre canons soit un total de  48 canons :

-Le 371ème RALVF à Chalons sur Marne dispose de d’un 1er groupe équipé de huit obusiers de 400mm modèle 1915 répartis en deux batteries, d’un 2ème groupe équipé de huit canons de 340mm et d’un 3ème groupe avec huit canons de 320mm

-Le 372ème RALVF à Verdun dispose de d’un 1er groupe équipé de huit obusiers de 400mm modèle 1915 répartis en deux batteries, d’un 2ème groupe équipé de sept  canons de 340mm et d’un 3ème groupe avec huit canons de 320mm.

Les huit pièces excédentaires de 320mm sont stockées ou servent pour l’entrainement et la formation, les autres canons jugés trop anciens ou aux stocks d’obus insuffisants sont ferraillés.

Il semblait dit que l’ALVF allait disparaître sans combattre mais au final des pièces supplémentaires vont être commandées pour armer deux régiments, deux régiments à deux groupes de trois batteries de deux pièces soit un total de vingt-quatre pièces.

En 1945, les 373ème et 374ème RALVF sont récrés, le premier est basé à Grenoble et le second à Nice avec un équipement identique, vingt-quatre canons de 240mm modèle 1944, ces douze batteries devant viser principalement les fortifications italiennes.

Artillerie de position et artillerie mobile de forteresse

La construction de la ligne Maginot entraina un besoin accru d’unités d’artillerie. Deux types de régiments existent quand éclate la guerre de Pologne :

 -Les régiments d’artillerie mobile de forteresse (RAMF) sont au nombre de neuf, les 23ème, 39ème, 46ème, 49ème, 59ème, 60ème, 69ème, 70ème et 99ème RAMF. Sur ces neufs entités, trois seulement sont des régiments d’active (39ème, 49ème et 59ème RAMF) et les autres des régiments de mobilisation.

Canon de 155mm Schneider modèle 1917 préservé dans un musée finlandais

Leur équipement est composé soit de 75mm modèle 1897 hippomobile équipant le 99ème RAMF (qui est d’ailleurs officiellement le 99ème RAMFH) ou de 75mm modèle 1897 et 155mm modèle 1917 monté sur train rouleur ou sur train pneumatique.

Chaque régiment mobilisé comprend un état-major, une batterie hors-rang, deux groupes de 75mm et un groupe de 155mm à raison de vingt-quatre canons de 75mm et douze de 155mm soit un total de 36 canons par régiment.

A l’issue du conflit, le 99ème RAMFH est dissous tout comme quatre autres régiments de mobilisation en l’occurence le 46ème RAMF, les 60ème, 69ème et 70ème RAMF laissant donc les 23ème, 39ème, 49ème  59ème RAMF toujours équipés en septembre 1948 de canons de 75mm sur pneumatiques et de canons de 155 modèle 1917 anciens mais toujours efficaces.

-Les régiments d’artillerie de position (RAP) sont en temps de paix au nombre de sept, cinq étant déployés dans le Nord-Est et deux dans les Alpes. La mobilisation avec le rappel des réservistes permet la création de vingt et un RAP qui disposent d’un équipement extrêmement hétérogène peu mobile et souvent ancien.

Canon de 120mm De Bange modèle 1878

On trouve ainsi des canons de 65mm de montagne modèle 1906, des canons de 75mm modèle 1897, des canons de 105mm L modèle 1913 Schneider, des canons de 120mm L modèle 1878 de Bange, des canons de tranchée de 150T modèle 1917, le canons de 155mm C modèle 1915 de Saint Chamond, des canons de 145/155mm modèle 1916 Saint Chamond, le canon de 155mm L modèle 1877 de Bange, le canons de 155mm L modèle 1877/14 Schneider, le canon de 155 mm modèle 1918 Schneider, le canon de 220mm C modèle 1916, le canon de 220mm L modèle 1917, le canon de 240mm L modèle 1884, le canon de 280mm C modèle 1914, le mortier de 370mm Filloux.

A l’issue de la guerre de Pologne, un grand nombre de régiments d’artillerie de position de mobilisation sont dissous. Outre les sept d’active existants avant septembre 1939, trois autres sont préservés avec le matériel le plus moderne et le moins usé.

En septembre 1948, il existe donc quatre RAMF et dix RAP soit quatorze régiments qui vont appuyer les ouvrages de la ligne Maginot. 

Artillerie de campagne

Passons maintenant à l’artillerie de campagne qui connait un important bouleversement qu’il s’agisse du domaine de l’artillerie tractée ou du domaine de l’artillerie portée qui substitue aux canons transportés sur plateau des canons automoteurs pour appuyer les chars des DC et des DLM.

Canon de 75mm modèle 1897 monté sur pneumatiques

Honneur aux ainés avec le canon de 75mm modèle 1897, le fameux «75» qui montra largement ses qualités et ses limites durant le premier conflit mondial. Objet d’un véritable culte, il reste largement en service durant l’entre-deux-guerre, une partie étant adapté à la traction automobile avec un train de roulement pneumatique, près de 4500 pièces étaient encore en service au printemps 1940 à la fois comme pièce de campagne mais également comme pièce de forteresse et canon antiaérien.

Son remplacement devenant nécessaire, l’artillerie pensa lancer un concours pour un nouveau canon en 1941 mais la volonté d’accélérer le processus fit qu’on décida d’adopter le canon antichar de 75mm TAZ (Tous Azimut) modèle 1939 dont la production devait être lancé au printemps 1940.

En temps de paix, il devait équiper le régiment d’artillerie des différentes divisions d’infanterie à savoir trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm (soit 36 canon), deux groupes de 105mm modèle 1934 ou 1935 et un groupe de 155mm court soit un total de 72 canons.

Le canon de 75mm TAZ modèle 1939 équipa également des unités antichars en l’occurence six régiments d’artillerie antichar (RAAC) mis sur pied à la mobilisation avec six batteries par régiment soit vingt-quatre canons, cent quarante quatre pour les six régiments.

Canon de 105mm Schneider modèle 1913

Le début de la guerre de position à la fin de 1914 montra l’erreur qu’avait fait la France de trop miser sur le «75» et de ne pas disposer de suffisamment de pièces lourdes comme le canon Schneider L13S de 105mm dérivé du canon de 107mm Putilov dont Schneider était le principal actionnaire.

Ce canon se montra très efficace et resta longtemps en service après guerre au sein de l’artillerie française mais également en Belgique, en Yougoslavie et en Pologne. La motorisation entraina une modification des affûts qui reçurent un train de roulement pneumatique et pour certains un tube plus long.

Ce canon fût peu à peu remplacé par deux nouveaux canons de 105mm en l’occurence le Schneider 105L modèle 1936S et le Tarbes 105L modèle 1941T.

Au printemps 1940, les régiments d’artillerie des DIM étaient équipés d’obusiers de 155mm modèle 1915 et 1917.

En dépit de son âge, ces pièces restèrent en service avec quelques modifications notamment un train de roulement plus léger et un canon plus long. Les RA modèle 1941 disposaient de trois groupes de 75mm modèle 1939, deux groupes d’obusiers de 105mm modèle 1935 et un groupe d’obusier de 155mm modèle 1917. Il fût peu à peu remplacé par une version remise à jour de cet obusier en l’occurence le modèle 1946.

Canon de 155mm Grande Puissance Filloux (GPF)

En 1917, l’artillerie française mit en service un excellent canon de 155mm, le canon de 155mm GPF ou Grande Puissance Filloux du nom de son créateur, le colonel Filloux.

Ce canon qui équipa aussi l’artillerie américaine se révéla si efficace qu’il resta en service jusqu’au second conflit mondial, équipant les RALA (Régiments d’Artillerie Lourde Automobile) des corps d’armée et de régiments d’artillerie lourde de la réserve générale.

A l’issue de la guerre de Pologne, ce canon reste en service mais décision est prise de reprendre sa production selon une version modernisée dite GPFT (Grande Puissance Filloux Touzard) du nom de l’inventeur d’un affût modernisé.

 

Canon de 65mm modèle 1906

La description de ces différentes pièces tractées ne serait pas complète sans un bref panorama des pièces de montagne. Là encore plusieurs modèles sont présents au printemps 1940 qu’il s’agisse du canon de 65mm modèle 1906, les canons de 75mm modèle 1919 et 1928 (qui n’ont remplacé que partiellement le canon de 65mm) et enfin le canon de montagne de 105mm modèle 1909. Les pièces de 75mm furent peu à peu remplacées par des obusiers de 75mm modèle 1942.

 —–

Sans l’armistice de novembre 1918, les alliés auraient lancé une puissante offensive au printemps 1919 destinée à les conduire en Allemagne. Durant cette offensive, l’artillerie française aurait mis en œuvre les premiers canons automoteurs de l’histoire, des canons de 194 et de 280mm.

Ces modèles acquis en petit nombre furent rapidement déclassés et le choix d’une stratégie défensive n’encouragea la mise au point de pièces d’artillerie automotrice sans compter les craintes des artilleurs de se voir déposséder d’une partie de leur matériel au profit des cavaliers.

La création des DLM entraina un besoin d’une pièce d’artillerie mobile pouvant soutenir au plus près les chars pardon les automitrailleuses de combats (AMC) de ces unités. Le Somua S-35 étant le principal véhicule des DLM et des Divisions de Cavalerie _qui doivent être transformés ultérieurement en DLM_ , un canon d’assaut est développé sur ce même châssis.

Somua Sau 40 encore équipé d’un canon de 75mm

Baptisé Sau40, il va équiper les DLM alors que les DCR vont recevoir l’ARL V-39, les deux véhicules disposant du même canon.

ARL V-39

Artillerie antichar

Bien que l’on se soit rapidement rendu compte que la meilleure arme antichar était le char, cela n’empêcha pas le dévellopement d’une artillerie spécialisée notamment pour protéger l’infanterie qui ne pouvait pas toujours compter sur les chars. Si l’essentiel des canons antichars sont tractés, des automoteurs antichars à roue et chenillés apparaissent durant les années 40.

Canon de 25mm Hotchkiss modèle 1934

En terme de calibre, le premier canon antichar français est le Hotchkiss modèle 1934 de 25mm et son cousin germain, le Puteaux modèle 1937, ce dernier étant plus léger et avait un tube plus long.

Ces deux canons produits à plusieurs milliers d’exemplaires (6415 au total) étaient toujours en service en 1948 bien que la production eut été rapidement arrêté en raison de la priorité donnée aux canons antichars de 47mm jugés plus à même d’affronter les nouveaux chars allemands dont on connaissait l’existence.

Canon de 47mm modèle 1937. Photo prise au cours de manoeuvres en 1947

Le deuxième canon antichar utilisé par l’armée de terre était donc un canon de 47mm, le modèle 1937 et le modèle 1939, le second partageant le même tube que son devancier mais avec un affût d’un nouveau modèle permettant de pointer à 360° ce qui n’était pas négligeable dans le domaine de la lutte antichar où il faut passer d’une cible à l’autre très rapidement.

L’artillerie antichar français va également disposer d’un canon antichar lourd en l’occurence le canon de 75mm TAZ modèle 1939 qui équipa d’abord en priorité les régiments d’artillerie comme pièce de campagne. Il n’équipera finalement des unités spécialisées antichars qu’à la mobilisation.

Un projet de canon de 90mm antichar dérivé du canon de 90mm antiaérien modèle 1926 déboucha sur la production d’une batterie expérimentale de douze pièces.

Les DLM et les DCR reçoivent également des canons antichars mais montés sur véhicules à roues et chenillés pour à la fois renforcer les unités de reconnaissance et pour couvrir les blindés amis en l’occurence des Laffly W15 TCC, des Lorraine 39L et des Renault 40R équipés de canons antichars de 47mm.

Artillerie antiaérienne

 Le 21 mars 1918, les allemands jouent leur va-tout sur le front de l’ouest en lançant une puissante offensive dans la région d’Amiens à la jointure entre les troupes françaises et britanniques. Le front est percée et Paris menacé une nouvelle fois. Les alliés demandent à l’aviation de freiner l’avance allemande le temps que les renforts arrivent. C’est la première fois que l’aviation enraye une offensive terrestre.

Au cours des manoeuvres de l’après guerre, la puissance de l’aviation n’échappa pas à personne et le besoin d’une DCA motorisé devant prégnant mais le manque de budget et de volonté fit qu’au printemps 1940, aucun programme concret n’avait comblé cette carence.

 Le choix résolu de la mécanisation nécessite une véritable unité de DCA chargée de couvrir les DLM et les DC en mouvement en attendant que la chasse balaye l’aviation d’assaut ennemie du secteur. Ces divisions disposaient bien d’une batterie antiaérienne équipés de six canons de 25mm mais cela était bien insuffisant.

En 1943, un véritable bataillon antiaérien divisionnaire est créé dans chaque division y compris les DIM qui devaient elles aussi se protéger de la Luftwafe ou de la Regia Aeronautica. Ce bataillon disposait d’une batterie de commandement et de soutien et de quatre batteries de canons antiaériens.

Les quatre batteries des bataillons antiaériens divisionnaires des DLM et DC disposaient du matériel suivant :

-La 1ère batterie dispose de 12 canon antiaériens de 25mm montés en affûts doubles sur six semi-chenillés Citroen-Kergresse. Elle est plus destinée à protéger l’état-major et les unités de soutien.

-Les 2ème et 3ème batteries sont également équipées de canons de 25mm mais leurs huit affûts doubles (soit 16 canons) sont montés sur un châssis chenillé en l’occurence celui du Somua S-35 ce qui leur permet de suivre les chars en tout terrain.

Canon de 37mm Schneider

-La 4ème batterie est équipée de 12 canons de 37mm Schneider modèle 1941 montés en affûts doubles sur des camions tout-chemin.

Le BAAD Moto disposait donc au total de 56 canons antiaériens.

Le BAAD des DIM disposait d’une 1ère batterie (12 canon antiaériens de 25mm montés en affûts doubles sur six semi-chenillés Citroen-Kergresse) 2ème et 3ème batterie disposaient chacun de 12 canons de 25mm tractés par des véhicules légers Laffly alors que la 4ème batterie disposait de de 12 canons de 37mm Schneider modèle 1941 montés en affûts doubles sur des camions tout-chemin.

 Le BAAD-Inf disposait donc au total de 48 canons

Les canons lourds de DCA (75 et 90mm) étaient du ressort de la Défense Aérienne du Territoire (DAT) rattachée à l’armée de l’air.