Grande Bretagne (42) destroyers (5)

Destroyers classe Tribal

Contrer les Fubuki

Depuis les Ambuscade et les Amazone, tous les destroyers britanniques étaient construits sur le même modèle avec un équilibre entre l’artillerie (quatre ou cinq canons de 4.7 pouces) et tubes lance-torpilles (huit ou dix tubes en deux plate-formes quadruples ou quintuples).

Ces modèles étaient de bons destroyers mais les amiraux britanniques étaient inquiets de les voir déclassés par des projets de nouveaux destroyers lourdement armés en développement en Allemagne, en Italie et au Japon sans oublier que les contre-torpilleurs français avec leurs cinq canons de 138mm ressemblaient plus à des croiseurs légers qu’à des destroyers.

On décida dans les bureaux de l’Amirauté de développer un nouveau modèle de destroyer qui mettait le paquet sur l’artillerie au détriment des tubes lance-torpilles, le design des futurs Tribal étant issus d’un projet de croiseur léger rejeté au profit d’un autre projet qui allait donner naissance aux croiseurs légers antiaériens de classe Dido.

Le projet en question donnait un navire de 1850 tonnes (limite base pour les croiseurs autorisée par le traité de Londres) avec une vitesse de 36.25 noeuds et une distance franchissable de 5500 miles nautiques avec un armement initialement composé de cinq affûts doubles de 120mm.

Ce projet rejeté comme croiseur fût réorienté vers un rôle de destroyer avec seulement huit canons de 120mm en affûts doubles, une DCA correcte pour l’époque (un affût quadruple Pom-Pom et deux affûts quadruples de 12.7mm) et seulement quatre tubes lance-torpilles en une plate-forme quadruple.

Ces navires étaient tellement différents des destroyers existants qu’on envisagea de ressusciter l’appellation de corvette avant de finalement les considérer comme des destroyers.

Les sept premiers navires sont commandés le 10 mars 1936 suivis d’un deuxième groupe de neuf navires le 9 juin suivant, permettant la création de deux flottilles homogènes.

L’Australie et le Canada vont également commander chacun une flottille. Si les huit navires australiens vont être construits aux Antipodes, les Tribal canadiens vont être produits pour moitié en Grande-Bretagne et pour le reste au Canada.

Si tous les Tribal britanniques sont en service en septembre 1939, les Tribal des dominions n’étaient même pas sur cale et ne seront mis en service que durant la Pax Armada.

NdA : l’historique des Tribal australiens et canadiens sera abordé dans le tome 8 (Canada et Afrique du Sud) et le tome 9 (Australie et Nouvelle-Zélande)

Carrière opérationnelle

Les dates

HMS Afridi

HMS Afridi

-Le HMS Afridi (F07) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Walker le 9 juin 1936 lancé le 8 juin 1937 et mis en service le 3 mai 1938.

-Le HMS Ashanti (F51) est mis sur cale aux chantiers navals William Denny de Dumbarton le 23 novembre 1936 lancé le 5 novembre 1937 et mis en service le 21 décembre 1938.

-Le HMS Bedouin (F67) est mis sur cale aux chantiers navals William Denny de Dumbarton en janvier 1937 lancé le 21 décembre 1937 et mis en service le 15 mars 1939.

-Le HMS Cossack (F03) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Walker le 9 juin 1936 lancé le 8 juin 1937 et mis en service le 7 juin 1938.

-Le HMS Eskimo (F75) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Walker le 5 août 1936 lancé le 3 septembre 1937 et mis en service le 30 décembre 1938.

HMS Gurka

HMS Gurka

-Le HMS Gurkha (F20) est mis sur cale aux chantiers navals Fairfield Shipbuilding & Engineering Company de Govan le 6 juillet 1936 lancé le 7 juillet 1937 et mis en service le 21 octobre 1938.

-Le HMS Maori (F24) est mis sur cale aux chantiers navals Fairfield Shipbuilding & Engineering Company de Govan le 6 juillet 1936 lancé le 2 septembre 1937 et mis en service le 2 janvier 1939.

-Le HMS Mashona (F59) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Walker le 5 août 1936 lancé le 3 septembre 1937 et mis en service le 28 mars 1939.

-Le HMS Matabele (F26) est mis sur cale aux chantiers navals Scotts Shipbuilding & Engineering Company de Greenock le 1er octobre 1936 lancé le 6 octobre 1937 et mis en service le 25 janvier 1939.

HMS Mohawk

HMS Mohawk

-Le HMS Mohawk (F31) est mis sur cale aux chantiers John I. Thornycroft & Company de Woolston le 16 juillet 1936 lancé le 15 octobre 1937 et mis en service le 7 septembre 1938.

-Le HMS Nubian (F36) est mis sur cale aux chantiers John I. Thornycroft & Company de Woolston le 10 août 1936 lancé le 21 décembre 1937 et mis en service le 6 décembre 1938.

-Le HMS Punjabi (F21) est mis sur cale aux chantiers navals Scotts Shipbuilding & Engineering Company de Greenock le 1er octobre 1936 lancé le 18 décembre 1937 et mis en service le 29 mars 1939.

HMS Sikh

HMS Sikh

-Le HMS Sikh (F82) est mis sur cale aux chantiers navals Alexander Stephen & Sons sis à Linthouse le 24 septembre 1936 lancé le 17 décembre 1937 et mis en service le 12 octobre 1938.

-Le HMS Somali (F33) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter & Wigham Richardson de Wallsend le 26 août 1936 lancé le 24 août 1937 et mis en service le 12 décembre 1938.

-Le HMS Tartar (F43) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter & Wigham Richardson de Wallsend le 26 août 1936 lancé le 21 octobre 1937 et mis en service le 10 mars 1939.

HMS Zulu

HMS Zulu

-Le HMS Zulu (F18) est mis sur cale aux chantiers navals Alexander Stephen & Sons sis à Linthouse le 10 août 1936 lancé le 23 septembre 1937 et mis en service le 7 septembre 1938.
Organisation des flottilles, évolution et rôle

Ces seize destroyers sont répartis au sein de deux flottilles de huit navires déployés en Méditerranée et au sein de la Home Fleet.

-La 4th Destroyer Flottilla est déployée en Méditerranée avec les HMS Afridi, HMS Gurkha, HMS Mohawk, HMS Sikh HMS Cossack, HMS Maori, HMS Nubian, HMS Zulu. Elle est stationnée à Malte.
-La 6th Destroyer Flottilla est déployée au sein de la Home Fleet avec les HMS Matabele, HMS Ashanti, HMS Mashona, HMS Somali HMS Punjabi, HMS Tartar, HMS Bedouin, HMS Eskimo. Elle est stationnée à Faslane.
En juin 1945, la 4th Destroyer Flottilla est redéployée au sein de la British Eastern Fleet avec Singapour pour port d’attache. Avec les nombreuses missions, la flottille est cependat éclatée entre les différentes bases de l’immense AOR (Aera of Responsability zone de responsabilité) de la British Eastern Fleet .

C’est ainsi qu’en septembre 1948, L’Afridi et le Gurkha escortent le porte-avions Indefatigable, le Mohawk et le Sikh sont déployés sans mission particulière à Singapour, les Cossack Maori Nubian et Zulu sont stationnés à Hong-Kong.

Quand les bombes allemands pleuvent sur la Norvège et le Danemark, les Afridi et Gurkha sont à la mer avec le porte-avions HMS Indefatigable au cas où le Japon se serait concerté avec l’Allemagne.
Le Mohawk est immobilisé pour grand carénage à Singapour alors que le Sihk assure une mission de patrouille en mer de Chine Méridionale, servant de sentinelle au groupe de combat de l’Indefatigable.

A Hong Kong, le Cossack est en entretien à flot, le Maori à quai, le Nubian et le Zulu en patrouille pour défendre la colonie. Le retour des destroyers déployés à Hong Kong est sérieusement envisagé, leur rôle étant jugé limité en cas d’intervention japonaise massive.

Quand à la 6th Destroyer Flottilla, elle est redéployée en septembre 1945 à Chatham dans le sud-est de l’Angleterre.

Le HMS Matabele est immobilisé pour carénage en compagnie du HMS Ashanti, les HMS Mashona et HMS Somali escortent un convoi côtier entre Douvres et Newcastle, les HMS Punjabi et HMS Tartar sont à quai alors que les HMS Bedouin et HMS Eskimo, ils sont à l’entrainement en mer du Nord pour amariner de nouveaux marins.
Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 1870 tonnes pleine charge 1975 tonnes

Dimensions : longueur 115.10m largeur 11.13m tirant d’eau 2.74m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenages Parsons alimentées en vapeur par trois chaudières Amirauté dévellopant 44000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 36 noeuds distance franchissable 5700 miles nautiques à 15 noeuds

Electronique : Asdic, des radars embarqués durant la Pax Armada (un radar de veille air, un radar de veille combinée, un radar de conduite de tir pour l’artillerie principale).
Armement : huit canons de 120mm en quatre pseudo-tourelles doubles installées par groupes de deux, un à l’avant et un à l’arrière, un affût quadruple Pom-Pom de 2 livres (40mm), deux affûts quadruples de 12.7mm Vickers, une plate-forme quadruple lance-torpilles de 533mm, un grenadeur axial et deux projecteurs pour des grenades ASM

Equipage : 190 officiers et marins (219 comme navire de commandement)
Destroyers classe J

Avant-propos

Comme nous l’avons vu, les Tribal étaient davantage une réponse à des projets étrangers que la satisfaction d’un besoin spécifiquement britannique. Après la construction des seize Tribal, la Royal Navy revint à des navires d’une taille plus modeste avec un armement plus équilibré entre l’artillerie (réduite à six canons de 120mm en trois tourelles doubles) et les torpilles (quatre tubes seulement sur les Tribal, dix sur les type J).
La réduction de la longueur était notamment permise par le choix d’un appareil évaporatoire regroupé en deux salles de chauffe qui ne disposaient que d’une seule cheminée ce qui augmentait le champ de battage pour l’artillerie antiaérienne mais avec le risque de perdre d’un coup tout l’appareil évaporatoire, un risque calculé, les chances de perdre d’un coup toute puissance propulsive étant jugée moins importante que les gains. La structure était revue avec une structure longitudinale plus forte que les structures tranversales alors qu’avant c’était l’inverse.

Si la classe J ne comptait stricto sensu que huit navires, c’est sur ce modèle que vont être construits les K et les N. Ces derniers vont être cependant cédés à l’Australie (six navires) et à la marine polonaise libre (deux navires). Ils font l’objet d’une partie spécifique y compris les type N en dépit du fait qu’ils n’ont jamais servis au sein de la Royal Navy.
A noter que neuf navires étaient prévus mais la construction du Jubilant à été annulé en décembre 1937, neuf mois après sa commande sans aucun élément n’ait été mis sur cale.

Carrière opérationnelle

HMS Jervis

HMS Jervis

-Le HMS Jervis (F00) est mis sur cale aux chantiers navals Hawthorn Leslie & Company implantés à Hebburn le 26 août 1937 lancé le 9 septembre 1938 et mis en service le 12 mai 1939.
-Le HMS Jackal (F22) est mis sur cale aux chantiers navals John Brown & Company de Clydebank le 24 septembre 1937 lancé le 25 octobre 1938 et mis en service le 31 mars 1939.
-Le HMS Jaguar (F34) est mis sur cale aux chantiers navals William Denny & Brothers de Dumbarton le 25 novembre 1937 lancé le 22 novembre 1938 et mis en service le 12 septembre 1939.
-Le HMS Juno (ex-Jamaica) est mis sur cale aux chantiers navals Fairfield Shipbuilding & Engineering Company de Govan le 15 octobre 1937 lancé le 8 décembre 1938 et mis en service le 25 août 1939.

HMS Janus

HMS Janus

-Le HMS Janus (F53) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter & Wigham Richardson de Wallsend le 29 septembre 1937 lancé le 11 octobre 1938 et mis en service le 5 août 1939.
-Le HMS Javelin (ex-Kashmir) (F-61) est mis sur cale aux chantiers navals John Brown & Company de Clydebank le 11 octobre 1937 lancé le 21 décembre 1938 et mis en service le 10 juin 1939.
-Le HMS Jersey (F72) est mis sur cale aux chantiers navals J. Samuel White de Cowe en 1937 lancé le 26 septembre 1938 et mis en service le 28 avril 1939.

HMS Jupiter

HMS Jupiter

-Le HMS Jupiter (F85) est mis sur cale aux chantiers navals Yarrow & Company de Scotsoun le 28 septembre 1937 lancé le 27 octobre 1938 et mis en service le 25 juin 1939.
Elle forme la 7th Destroyer Flottilla stationnée dans l’estuaire de la Humber pour couvrir des convois en mer du Nord et empêcher des raids de croiseur sur les côtes anglaises comme lors du premier conflit mondial.
Durant la période de la Pax Armada, la flottille reste affectée à la Home Fleet mais est transférée en septembre 1945 à Devonport pour opérer dans les Western Approaches.
Le 5 septembre 1948, le Jupiter et le Javelin sont immobilisés pour carénage mais les six autres destroyers sont disponibles, à quai ou en mer pour entrainement comme pour le Juno le Janus et le Jersey.

Caractèristiques Techniques

Déplacement : standard 1717 tonnes pleine charge 2367 tonnes

Dimensions : longueur 108.7m largeur 10.90m tirant d’eau 3.8m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenafes Parson alimentées en vapeur par deux groupes de chaudières Amirauté dévellopant 40000ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 36 noeuds (32 noeuds à pleine charge) 5500 miles nautiques à 15 noeuds 1500 miles nautiques à 32 noeuds

Armement : six canons de 120mm en trois affûts doubles (deux avant “A” et “B” et un arrière “X”), Un Pom-Pom quadruple et deux affûts quadruples de 12.7mm, ces derniers sont remplacés ultérieurement par six canons de 20mm Oerlikon. Ils disposent également de deux plate-formes quintuples lance-torpilles de 533mm

Equipage : 163 officiers et maris (218 avec un état-major).

Destroyers classe K

Carrière opérationnelle
Les huit destroyers de classe K sont mis en service à l’exception de trois (un avant et deux après) durant la guerre de Pologne. Ces navires sont identiques aux classe J.

HMS Kelly

HMS Kelly

-Le HMS Kelly (F01) est mis sur cale aux chantiers navals Hawthorn Leslie de Hebburn le 26 août 1937 lancé le 25 octobre 1938 et mis en service le 23 août 1939.
-Le HMS Kandahar (F28) est mis sur cale aux chantiers navals William Denny & Brothers de Dumbarton le 18 janvier 1938 lancé le 21 mars 1939 et mis en service le 10 octobre 1939.
-Le HMS Kashmir (ex-Javelin) (F12) est mis sur cale aux chantiers navals John I. Thornycroft & Company de Woolston le 18 novembre 1937 lancé le 4 avril 1939 et mis en service le 26 octobre 1939.

HMS Kelvin

HMS Kelvin

-Le HMS Kelvin (F37) est mis sur cale aux chantiers navals Fairfield Shipbuilding é Engineering Company de Govan le 5 octobre 1937 lancé le 19 janvier 1939 et mis en service le 27 novembre 1939.
-Le HMS Khartoum (F45) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend le 27 octobre 1937 lancé le 6 février 1939 et mis en service le 6 novembre 1939.
-Le HMS Kimberley (F50) est mis sur cale aux chantiers navals John Thornycroft de Woolston le 17 janvier 1938 lancé le 1er juin 1939 et mis en service le 7 avril 1940.
-Le HMS Kingston (F64) est mis sur cale aux chantiers navals J. Samuel White de Cowes le 6 octobre 1937 lancé le 9 janvier 1939 et mis en service le 14 septembre 1939.

HMS Kipling

HMS Kipling

-Le HMS Kipling (F91) est mis sur cale aux chantiers navals Yarrow & Company de Scotsoun le 26 octobre 1937 lancé le 19 janvier 1939 et mis en service le 22 décembre 1939.
Ces navires forment une nouvelle 5th Destroyer Flottilla stationnée à Chatham pour des missions d’escorte et de combat en mer du Nord.
Aux côtés des porte-avions d’escadre, la Royal Navy met en service en 1947, deux porte-avions légers de construction économique, les Glory et Colossus. Pour les escorter et leur permettre d’intercepter les croiseurs auxiliaires et autres raiders allemands, on décide de scinder en deux cette flottille.

Une division est déployée à Aden (Kelly Kingston Kandahar Kashmir) pour soutenir le Glory (1st Division 5th DF) et une autre déployée à Freetown (Khartoum Kelvin Kipling Kimberley) pour soutenir le Colossus (2nd Division 5th DF).
Ces navires sont tous disponibles à l’exception du Kelly en entretien à flot, du Kashmir immobilisé pour avarie et du Kimberley en grand carénage à Gibraltar.
Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 1717 tonnes pleine charge 2367 tonnes

Dimensions : longueur 108.7m largeur 10.90m tirant d’eau 3.8m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenafes Parson alimentées en vapeur par deux groupes de chaudières Amirauté dévellopant 40000ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 36 noeuds (32 noeuds à pleine charge) 5500 miles nautiques à 15 noeuds 1500 miles nautiques à 32 noeuds

Armement : six canons de 120mm en trois affûts doubles (deux avant “A” et “B” et un arrière “X”), Un Pom-Pom quadruple et deux affûts quadruples de 12.7mm, ces derniers sont remplacés ultérieurement par six canons de 20mm Oerlikon. Ils disposent également de deux plate-formes quintuples lance-torpilles de 533mm

Equipage : 163 officiers et maris (218 avec un état-major).

Publicités

Allemagne (37) Aéronavale (9)

Les hydravions basés à terre

Outre les hydravions embarqués que nous venons de voir, la Kriegsmarine dispose d’hydravions basés à terre. Ces hydravions vont relayer l’action des avions basés à terre pour la reconnaissance, la lutte anti-sous-marine, le mouillage de mines, le bombardement, le torpillage ainsi que le sauvetage en mer avec des hydravions désarmés.

Heinkel He-59

Heinkel He-59

Heinkel He-59

Le Heinkel He59 est un hydravion biplan issu d’une demande de 1930 pour un hydravion de bombardement, de torpillage et de reconnaissance pouvant opérer aussi bien avec un train d’aterrissage qu’avec des flotteurs.

L’Allemagne étant encore officiellement soumise aux limites du traité de Versailles, l’appareil est présenté comme un hydravion civil qui effectue son premier vol en septembre 1931 sous une forme terrestre.

142 appareils vont être produit. Si cet hydravion se révèle agréable à piloter, il ne manque pas de défauts entre un moteur asmathique, un rayon d’action limité et un armement insuffisant entre autres choses.

Ces appareils furent utilisés pour la reconnaissance, le torpillage mais également pour le sauvetage en mer.

Bien que dépassé en septembre 1939, il était toujours en service au sein du 3. (Mz) 106 stationné à Nordenay, du 3.(Mz)/406 stationné à List sur l’île de Sylt, du 3. (Mz)506 stationné à Dievenow en Poméranie et du 3.(Mz)/706 stationné à Kamp.

Ces appareils sont retirés du service au printemps 1940 et remplacés par Heinkel He-115 plus modernes et plus performants

Caracteristiques Techniques du Heinkel He-59

Type : hydravion multiplace de reconnaissance, de bombardement et de torpillage

Poids : à vide 5010kg en charge 9119kg

Dimensions : longueur 17.40m enverure 23.70m hauteur 7.10m

Motorisation : deux moteurs en ligne BMW VI ZU de 660ch chacun

Performances : vitesse maximale 221 km/h au niveau de la mer vitesse de croisière 185 km/h distance franchissable 942km (1530km avec des réservoirs auxiliaires) plafond opérationnel 3500m

Armement : trois mitrailleuses MG-15 de 7.92mm (une dans le nez, une dans un poste dorsal et la troisième dans un poste de tir ventral) une torpille de 800kg ou 1000kg de bombes (deux de 500kg ou quatre de 250kg)

Heinkel He115

Heinkel He-115

Heinkel He-115

En 1935, le Reichsluftfahrtministerium lance un appel d’offres pour un hydravion bimoteur d’usage général, pouvant mener aussi bien des missions de reconnaissance que de bombardement, de torpillage voir de mouillage de mines.

Deux constructeurs proposèrent leurs projets : la Heinkel Flugzeugwerke et la Hamburger Flugzeugbau qui n’était que la division aéronautique des chantiers navals Blohm & Voss. Trois prototypes furent commandés le 1er novembre 1935, les avions Heinkel sont baptisés He115 et son concurrent, Ha140.

Le premier prototype du Heinkel He115 effectue son premier vol en août 1937 et début 1938, il est sélectionné au détriment de son concurrent hambourgeois. Il est mis en service en 1939 et va être exporté en Norvège et en Suède.

Quand éclate la guerre de Pologne le 1er septembre 1939, le Heinkel He115 équipe les unités suivantes :

-1. (M)/KuFlGr 106 stationnée à Nordenay avec des hydravions Heinkel He60 puis rapidement des Heinkel He 115

-1. (M)KuFlGr 406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Heinkel He60 et He115

Ultérieurement, les Heinkel He59 sont remplacés par le Heinkel He115, de nouvelles unités reçoivent ce élégant hydravion bimoteur :

-3. (Mz) 106 stationnée à Nordenay avec des Heinkel He59

-3.(Mz)/406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Heinkel He59

-3. (Mz)506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Heinkel He59

-3.(Mz)/706 stationné à Kamp avec pour équipement le Heinkel He59

Suite à la réorganisation de l’aéronavale allemande, le Heinkel He-115 équipe quatre staffel de seize hydravions (17. et 19. Marine Kampf Staffel en Baltique, 18. et 20. Marine Kampf Staffel en mer du Nord) chargés de missions de bombardement et de torpillage. Il reste donc un total de soixante-quatre appareils en service.

Une version améliorée baptisée Heinkel He117 est ultérieurement mise au point (voir ci-après) et en septembre 1948, il ne reste plus qu’une unité équipée en l’occurence, le 19. Marine Kampf Staffel stationné à Rugen.

Les Heinkel He-115 déployés en mer Baltique organisent à partir du 1er septembre 1948 des patrouilles de surveillance pour anticiper une éventuelle action de la Flotte Rouge, la flotte soviétique de la mer Baltique stationnée notamment à Kronstadt près de Leningrad.

Caractéristiques Techniques du Heinkel He-115

Type : hydravion triplace bimoteur de bombardement-torpillage

Poids : à vide 5290kg en charge 10400kg

Dimensions : longueur 17.30m envergure 22.28m hauteur 6.60m

Motorisation : deux moteurs radiaux BMW-132K de 970ch chacun

Performances : vitesse maximale 327 km/h rayon d’action de combat 2100km plafond opérationnel 5200m

Armement : une mitrailleuse fixe MG-17 de 7.92mm, une mitrailleuse MG-15 dans un poste dorsal et une autre dans le nez; cinq bombes de 250kg ou deux bombes de 250kg et une torpille de 800kg ou une mine marine de 920kg

Heinkel He-117

Le Heinkel He-115 était un bon appareil, performant et agréable à piloter mais comme tout appareil, il vieillit et ses performances vont être rapidement inférieures aux nouveaux appareils qui arrivent notamment chez les pays ennemis.

Dès le printemps 1942, le bureau d’études de la Heinkel Flugzeugwerke travaille sur un nouvel appareil dérivé du He-115 mais plus performant, mieux armé et mieux protégé pour toujours les même missions à savoir le bombardement-torpillage (la reconnaissance maritime devant être assurée par le Blohm & Voss Bv138).

Sur le plan esthétique, les deux appareils sont semblables _monoplan aile basse, bi-flotteur_ mais le He-117 est immédiatement reconnaissable avec un avant sans décrochage.

Le poste avant accueille un navigateur-bombardier chargé de l’assaut à la bombe et à la torpille, defendant le secteur avant avec deux mitrailleuses MG-17 de 7.92mm. Derrière lui se trouve le pilote et un observateur-mitrailleur, le premier défendant l’avion en actionnant la pédale qui commande une mitrailleuse MG-15 pour défendre le secteur inférieur alors que le second défend l’arrière avec une mitrailleuse MG-15. L’armement est emporté sous les ailes ou en soute.

Deux prototypes sont commandés en mars 1943 mais leur réalisation est perturbée par la guerre civile qui à défaut d’ensanglanter l’Allemagne perturbe les livraisons et la fourniture des équipements nécessaires à la production d’armes.

Finalement, le Heinkel He117 V1 effectue son premier vol le 8 janvier 1944 et le Heinkel He117V2 décolle pour la première fois le 14 mai 1944 mais ce dernier s’écrase dès le 20 mai, tuant son équipage.

Le projet est retardé encore et la commande de série n’est passé qu’en mars 1945, les quarante-huit appareils de série commandés étant livrés entre septembre 1945 et juin 1946 pour équiper les unités suivantes :

OWG-Kustenflieggergruppe

-17. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Dievenow en Poméranie avec pour équipement seize Heinkel He-117.

NWG-Kustenflieggergruppe

-18. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Sylt avec pour équipement seize Heinkel He-117.

-20. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Wilhelhmshaven avec pour équipement seize Heinkel He-117.

Ces appareils sont toujours en service en septembre 1948. Les appareils déployés en mer Baltique vont couvrir les côtes, les ports contre une possible attaque soviétique ou occidentale alors que ceux en mer du Nord vont réaliser des missions de mouillage de mines et vont couvrir les convois de l’opération Weserübung.

Caractéristiques Techniques du Heinkel He-115

Type : hydravion triplace bimoteur de bombardement-torpillage

Poids : à vide 5400kg en charge 10800kg

Dimensions : longueur 17.50m envergure 22.40m hauteur 6.60m

Motorisation : deux moteurs radiaux BMW-138 de 1300ch chacun

Performances : vitesse maximale 360 km/h rayon d’action de combat 2200km plafond opérationnel 6000m

Armement : deux mitrailleuses MG-17 de 7.92mm à l’avant, une mitrailleuse en poste arrière supérieur et une mitrailleuse en poste arrière inférieur, tous du modèle MG-15. Deux canons de 20mm MG-151 et deux mitrailleuses MG-17 de 7.92mm dans les ailes. 1500 kg de bombes ou deux torpilles de 533kg ou deux mines marines de 800kg

Dornier Do18

Dornier Do18

Dornier Do18

-Avant que l’avion ne triomphe définitivement après le second conflit mondial, l’hydravion fût considéré comme un vecteur valable pour traverser les océans. Cela explique le dévellopement aussi important d’hydravions civils et d’hydravions militaires.

-En 1934, la firme Dornier Flugzeugwerke décide de dévelloper un successeur à son Dornier Do J Wal (baleine) pour une utilisation civile comme militaire. Cette hydravion mis en service dans les années vingt avait connu un grand succès et participé à plusieurs records dont la traversée de l’Altantique menée par Ramon Franco.

L’architecture du successeur baptisé Dornier Do18 est identique à savoir un hydravion à coque à aile baisse avec deux stabilisateurs latéraux, les moteurs étant installés dans une nacelle unique, l’un entrainant une hélice propulsive et l’autre une hélice tractive.

Le premier prototype effectue son premier vol le 15 mars 1935 mais est perdu le 2 novembre en mer Baltique. Trois autres prototypes vont suivre, deux en version militaire et un en version civile. Si la version militaire fût produite en grand nombre, la version civile se limita à cinq exemplaires (en incluant le prototype) pour la Lufthansa, la compagnie aérienne allemande.

Bien que n’ayant volé qu’en 1935, l’appareil était déjà obsolète quand éclate la guerre de Pologne mais il équipe encore de nombreuses unités :

-2. (F)KüFlGr 106 stationnée à Nordenay avec des Dornier Do18

-2. (F)KuFlGr 406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Dornier Do18

-2. (F)KuFlGr 506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

-2. (F)KuFlGr 606 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

Ces unités vont mener durant la guerre de Pologne des patrouilles de surveillance et de lutte anti-sous-marine en mer du Nord comme en Baltique mais n’auront pas à s’employer. Un Do18 est abattu le 26 septembre quand trois hydravions sont surpris par neuf Blackburn Skua du porte-avions HMS Ark Royal mais il peut effectuer un amerissage d’urgence avant d’être détruit par le destroyer HMS Somali.

Le Dornier Do18 va être retiré du service en 1941, remplacé par des Blohm & Voss Bv138, cet appareil trimoteur ayant triomphé d’un autre trimoteur, le Dornier Do24 qui connu un succès à l’export ayant été mis au point à l’origine pour les Pays-Bas (qui le produisit sous licence) avant qu’il ne soit exporter en Norvège, en Suède, en Finlande et en Argentine.

La majorité des Do18 sont feraillés mais certains sont conservés pour le sauvetage en mer des pilotes abattus (sans armement, blanc avec de larges croix rouges) et pour l’entrainement.

Caracteristiques Techniques du Dornier Do 18D-1

Type : hydravion multiplace de reconnaissance maritime

Poids : à vide 6680kg maximal au décollage 8500kg (jusqu’à 10000kg possible pour le catapultage)

Dimensions : longueur 19.23m envergure 23.70m hauteur 5.32m

Motorisation : deux moteurs Junkers 205C de 605ch chacun

Performances : vitesse maximale 250 km/h au niveau de la mer, vitesse de croisière 190 km/h distance franchissable 3500km plafond opérationnel 4350m

Armement : deux mitrailleuses MG-15 de 7.92mm, l’une à l’avant et l’autre à l’arrière en position dorsale deux bombes de 50kg

Blohm & Voss Bv138 Seedrache

Blohm & Voss Bv138

Blohm & Voss Bv138

L’hydravion trimoteur Blohm & Voss Bv138 Seedrache est issu d’une demande pour un hydravion trimoteur à long rayon d’action.

Destiné à remplacer le Dornier Do18 obsolète, le Blohm & Voss Bv138 va affronter un autre hydravion trimoteur le Dornier Do24.

Le Do24 _qui connaitra un fort succès à l’export_ est d’une configuration classique à savoir un hydravion à coque, une aile haute avec trois moteurs alors que le Bv138 se singularise par une architecture hétérodoxe à savoir un fuselage bipoutre.

Le premier prototype effectue son premier vol le 15 juillet 1937 mais la mise au point est lente en raison de multiples problèmes au point que son abandon est même envisagé au profit du Dornier Do24 de configuration plus orthodoxe. Finalement après une mise au point fort longue, l’hydravion est mis en service à l’automne 1940 pour remplacer plusieurs modèles d’hydravions.

En compagnie du Heinkel He115 de bombardement-torpillage, le Blohm & Voss Bv138 va former la colonne vertébrale de l’hydraviation allemande, le second éclairant le premier.

Quand éclate le second conflit mondial, le Blohm & Voss Bv138 équipe les unités suivantes :

-11. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Rugen avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138.

-13. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Memel avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-15. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Dievenow avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-21. Marine Kampf Staffel : unité de lutte anti-sous-marine stationnée à Memel avec pour équipement de douze Blohm & Voss Bv138 adaptés à cette mission

-12. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée sur l’île de Sylt avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138.

-14. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Nordenay avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-16. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Nordenay avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-22. Marine Kampf Staffel : unité de lutte anti-sous-marine stationnée à Wesermunde avec pour équipement de douze Blohm & Voss Bv138 adaptés à cette mission

96 Blohm & Voss Bv138 sont en service le 5 septembre 1938 auxquels s’ajoutent vingt-quatre appareils stockés, la production s’étant poursuivit à cadence réduite après la livraison des appareils destinés à équiper les escadrilles d’éclairage naval.

A noter qu’à l’époque, une version améliorée baptisée Bv140 était en cours de mise au point. L’aspect extérieur était identique mais l’appareil était plus rapide, mieux armé et devait recevoir un radar aéroporté. Les deux prototypes ne vont voler qu’en octobre 1948.

Caracteristiques Techniques du Blohm & Voss Bv138

Type : hydravion multiplace de reconnaissance maritime

Poids : à vide 11770kg en charge 14500kg maximal au décollage 14500kg

Dimensions : longueur 19.85m envergure 26.94m hauteur 5.90m

Motorisation : trois moteurs Junkers Jumo 205D de 868ch chacun

Performances : vitesse maximale 285 km/h à 6000m vitesse de croisière 200 km/h distance franchissable 4300km plafond opérationnel 5000m

Armement : deux canons de 20mm MG-151 (un dans la tourelle de nez et un à l’arrière), une mitrailleuse de 13mm MG-131 couvrant le secteur inférieur arrière et parfois jusqu’à 3 mitrailleuses de 7.92mm MG-15. Soute pour 500kg de bombes. Une torpille peut être embarqué sous chaque aile en cas de besoin

Equipage : six hommes (pilote, navigateur, un opérateur radio, trois mitrailleur et jusqu’à 10 passagers)

Blohm & Voss Bv222 Wiking

Blohm & Voss Bv222 Wiking

Blohm & Voss Bv222 Wiking

Comme nous l’avons vu à propose du Dornier Do18, l’aviation commerciale dans les années trente reposait davantage sur les hydravions que sur les avions dont aucun n’était capable à l’époque de franchir l’Atlantique d’une traite.

D’où le recours aux hydravions pour le transport de passagers. En 1936, la Lufthansa, la compagnie aérienne nationale allemande lança un programme pour un hydravion à long rayon d’action. La firme blohm & Voss travailla sur un imposant hydravion hexamoteur baptisé Bv222.

Trois prototypes furent construits à partir de janvier 1938, le Bv222 V1 effectuant son premier vol le 7 septembre 1940. Les essais le montrèrent capable de transporter 92 passagers ou 72 blessés.

Ces trois appareils entrèrent en service dans la Lufthansa effectuant des rotations entre l’Allemagne et les Etats-Unis avec une escale en Islande ou en Irlande.

Cet appareil intéresse la Kriegsmarine qui envisage l’acquisition d’un hydravion de reconnaissance à très long rayon d’action mais également d’un hydravion de transport, la marine allemande envisageant de ravitailler les sous-marins par hydravion ou inversement.

Blohm & Voss travaille sur une version militarisée à partir de l’automne 1942. Deux prototypes sont construits, le premier est livrés en septembre 1943 et le second en juin 1944, les deux appareils ralliant Memel pour être mis à l’abri d’un coup de main lors de la guerre civile qui perturbe l’Allemagne à défaut de l’ensanglanter.

Les essais ont lieu entre septembre 1944 et juin 1945. Ils sont satisfaisants mais il faut attendre le printemps 1946 pour qu’une commande de six appareils soit passée, quatre en version patrouille maritime (BV222M) et deux en version transport (Bv222L). Ces appareils sont livrés entre mars 1947 et juin 1948.

Ils sont regroupés au sein du Kriegsmarine Kampfgruppe (KKG), une unité placée sous le commandement direct de l’amiral Raeder, le commandant de la marine allemande. Ces appareils ne sont pas engagés dans l’opération Weserübung mais restent en Baltique en attendant l’évolution du conflit.

Caracteristiques Techniques du Blohm & Voss Bv222 Wiking

Type : hydravion hexamoteur de reconnaissance maritime et de transport

Poids : à vide 30650kg en charge 45990kg maximal au décollage 45990kg

Dimensions : longueur 37m envergure 46m hauteur 10.9m

Motorisation : six moteurs en ligne Junkers Jumo 207C-6 de 999ch chacun

Performances : vitesse maximale 330 km/h au niveau de la mer (390 km/h à 5000m) vitesse de croisière 300km/h au niveau de la mer (344 km/h à 5500m) distance franchissable 6100km Endurance 28h à 245 km/h au niveau de la mer Plafond opérationnel 7300m

Armement : trois canons de 20mm MG-151 (un en tourelle avant et deux dans les tourelles ailes) et cinq mitrailleuses de 13mm (une dans le nez et quatre latérales)

Equipage : onze à quatorze hommes et 92 passagers/hommes de troupes ou 10 tonnes de fret