Japon (5) Histoire (4)

La marche à la guerre

Rien n’aurait pu empêcher la guerre d’éclater en 1945 et pourtant elle ne va éclater qu’en mars 1950 à l’initiative du Japon. Comment expliquer un tel décalage ?

Charles Linbergh

Charles Linbergh

Longtemps, ce décalage à été mis sur une volonté d’apaisement du président républicain Linbergh élu en novembre 1944 contre un Roosevelt très affaibli par la maladie (il allait mourir en avril 1945) et entré en fonction en janvier 1945 mais les historiens ont relativisé ce impact.

En réalité, ce décalage s’explique encore et toujours par des querelles de pouvoir, le caractère sinueux de l’empereur Hiro-Hito ainsi que l’absence d’une stratégie claire.

Hirohito

Hiro Hito

Si l’option Nord contre l’URSS est rapidement écartée et l’option Sud privilégiée, cela n’empêche pas les élites japonaises se déchirer entre extrémistes et pragmatiques (que les premiers traitent de tièdes), entre partisans d’une guerre courte (avec la fameuse bataille décisive) et ceux voulant privilégier une guerre longue.

Comme souvent dans ce système polycratique, le plan de conquête japonais va être imparfait, privilégiant l’opportunité sur une stratégie clairement définie. Bien sur, le plan est souvent la première victime de la guerre (Clausewitz) mais les japonais vont se lancer dans ce conflit avec un mépris à peine dissimulé pour les occidentaux vus comme faibles et inaptes au combat.

La guerre aurait éclaté en 1941/42, la situation aurait été sûrement plus avantageuse pour Tokyo car à l’époque les forces occidentales présentes en Asie du Sud-Est étaient peu nombreuses, mal entrainées, peu enthousiastes et mal équipées.

Au printemps 1950, la situation est nettement moins favorable aux japonais. La France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne mais également les Pays-Bas ont sérieusement renforcé leurs forces militaires dans la région qu’il s’agisse de leurs forces terrestres, aériennes navales.

Cela ne veut cependant pas dire que les japonais n’ont aucune chance. En effet, les occidentaux vont également commettre un pêcher d’orgueil vis à vis de leur adversaire vu comme inapte à la guerre moderne avec un matériel inférieur. Le réveil sera rude……. .

Une partie des archives japonaises ayant disparu dans les bombardements aériens américains, il est difficile de reconstituer exactement le processus de mise au point du plan d’invasion des colonies européennes d’Extrême-Orient. Les procès d’après guerre ont certes apporté quelques éléments mais il faut prendre avec précautions les déclarations d’hommes cherchant à se justifier et à éviter la peine de mort.

Ce qui est certains c’est que l’objectif premier des opérations est de s’emparer des ressources dont manque le Japon pour mener une guerre longue qu’il s’agisse du pétrole des Indes Néerlandaises, du caoutchouc de Malaisie, du charbon et du riz d’Indochine, de métaux précieux……. .

L’espoir des dirigeants japonais est de mener cette guerre suffisamment rapidement pour rendre inexpugnable leur sphère de coprospérité et obliger les alliés à une paix de compromis.

Cette stratégie n’est pas insensée mais elle se heurte à plusieurs problèmes notamment l’absence d’une politique claire vis à vis des populations indigènes et surtout l’absence de stratégie d’exploitation et de protection des ressources.

Aussi incroyables que cela puisse paraître, les japonais ne se sont jamais préoccupés de la protection de leurs lignes de communication. Pour eux l’escorte et la lutte anti-sous-marine étaient des missions indignes. Rien ne comptait plus que le combat, la bataille décisive.

Le résultat n’allait pas tarder à se faire sentir. Non seulement les opérations allaient se révéler bien plus coûteuses que prévues mais en plus les ressources si chèrement acquises ne pourront alimenter une industrie métropolitaine vite dépassée en termes quantitatifs et qualitatifs par une industrie américaine dont les japonais ont sous-estimé la puissance (à de rares exceptions près).

La guerre allait pourtant durer quatre ans et demi et causer des souffrances abominables. Si la guerre en Europe allait être violente mais sans barbarie excessive (à l’exception du front russe), la guerre en Asie-Pacifique allait être sans merci de part et d’autre.

Outre un profond mépris des deux civilisations, il faut y ajouter un mépris côté japonais pour les prisonniers (qui subiront vexations, tortures et massacres), une haine des occidentaux contre des japonais tous vus comme des guerriers fanatiques et irréductibles, un racisme partagé sans oublier un climat abominable qui fait ressortir le pire qui est en chaque homme.

Le plan de guerre japonais est arrêté dans ces grandes lignes au printemps 1948. A cette époque, les tensions se font de plus en plus fortes en Europe entre l’Allemagne d’un côté, la France et la Grande-Bretagne de l’autre. L’entrée en guerre n’est néanmoins pas prévue avant le printemps 1949.

Bien qu’alliés, Tokyo et Berlin n’échangent aucune information d’ordre stratégique, n’ébauchent aucun plan commun pour mener une guerre mondiale. Chaque pays va mener sa propre guerre dans son coin, se gardant de prévenir son «allié» de ses futures opérations même si cela provoque des problèmes dans leur zone d’opérations.

Quand l’Allemagne attaque la Norvège le 5 septembre 1948, Tokyo l’apprend par son chargé d’affaires à Berlin qui l’à lui même appris en lisant les journaux. Tokyo comprend définitivement que Berlin se moque de prévenir son allié et va décider de faire cavalier seul.

Il y aura bien une coopération mais elle se limitera par exemple au ravitaillement des corsaires allemands dans le Pacifique ou au transfert de quelques technologies militaires de l’Allemagne par le Japon sans oublier des métaux précieux mais nous sommes là bien loin du degré de coopération entre les alliés après l’entrée en guerre des Etats-Unis.

Finalement, le Japon n’entrera pas en guerre au printemps 1949 mais un an plus tard en mars 1950 pour une raison encore mal connue aujourd’hui. Volonté de tester les Etats-Unis ? Volonté d’achever le maximum de navires, de produire le maximum d’avions et de chars avant une entrée en guerre incertaine ?

Le plan est simple dans sa forme globale mais assez complexe dans sa réalisation puisqu’il prévoit des opérations simultanées à plusieurs milliers kilomètres de distance. C’est ainsi que tout en frappant la Pacific Fleet à Pearl Harbor, le Japon prévoit de lancer son opération contre les Philippines tout en menant des frappes limitées contre Guam et Wake.

Quelques jours après ce raid, le Japon prévoit d’envahir par voie terrestre l’Indochine et de réaliser plusieurs débarquements en Indochine et en Malaisie en attendant les Indes Néerlandaises et leur précieux pétrole.

Ces opérations réalisées, les japonais prévoient de s’emparer de la Birmanie pour menacer l’Inde britannique et définitivement isoler la Chine nationaliste de Tchang-Kaï-Chek.

Ils prévoient également de s’emparer de la Nouvelle-Guinée, des Salomons et de la Nouvelle-Calédonie pour couper le duo Australie-Nouvelle Zélande des Etats-Unis et rendre la reconquête encore plus longue et difficile.

Le conflit montrera que le Japon à eu les yeux plus gros que le ventre. Méprisant les contingences logistiques, méprisant l’ennemi, vouant un culte à la bataille décisive, le Japon se révélera incapable de relever le gant de la guerre longue, de la guerre patiente et méticuleuse.

Pire encore, alors que la guerre est perdue, que l’ineluctable ne peut être repoussé, le Japon s’enfoncera peu à peu dans une stratégie toujours plus suicidaire, une version nippone du «Plus un pas en arrière» où les soldats du Mikado se feront tués sur place ou se livreront à des charges suicidaires contre les chars et les mitrailleuses américaines, les trop fameuses charges «Banzaï».

Pire encore, ils se lanceront dans des attaques suicides, espérant pousser les américains et leurs alliés à renoncer à la guerre au profit d’une paix de compromis mais comme on le verra durant le conflit, cette politique ne fera que renforcer le stéréotype du japonais fanatique qu’il s’agit d’exterminer. En clair, les kamikazes n’auront fait que ralentir l’inéluctable à savoir la défaite japonaise.

Quand à la marche à la guerre, elle sera d’une logique mathématique. Après plusieurs années d’hésitation, le gouvernement américain décide de renforcer son aide à la Chine et d’imposer un embargo à des produits stratégiques comme l’essence d’aviation que le Japon n’arrive pas à produire chez lui en quantité industrielle.

Cet embargo est vu comme un véritable acte de guerre. Cela renforce le camp des faucons au détriment des colombes même si le camp de ces derniers n’à rien contre une guerre contre les Etats-Unis jugée par tous comme vitale pour la sécurité présente et à venir du Japon. Simplement entre faucons et colombes, on trouve une divergence en matière de calendrier.

Cet embargo décidé à l’automne 1949 ne tarde pas à produire ses effets sur l’économie japonaise qui doit commencer à puiser dans des réserves stratégiques patiemment accumulées mais qui devaient être utilisées pour le conflit.

L’offensive prévue pour septembre 1950 doit être avancée pour mars 1950. Le 21 mars 1950, les premières bombes tombent sur Pearl Harbor marquant le début du second conflit mondial dans cette partie du monde.

Le début d’un conflit de quatre ans et demi, un conflit d’une violence et d’une virulence inouie qui s’acheva par deux bombes atomiques qui vétrifièrent Hiroshima et Nagasaki, faisant entrer le monde dans l’ère atomique. Un conflit dont le Japon allait sortir métamorphosé pour le meilleur et pour le pire.

Le Japon dans la guerre

Théoriquement, l’opération sur Pearl Harbor était prévue pour le dimanche 19 mars mais suite à un contre-temps, l’opération ne sera déclenchée que le mardi 21 mars avec des conséquences dramatiques pour le Japon. Si le cuirassé Washington est coulé, les dégâts se révèlent in fine limités, la majorité des navires étant rapidement remis en état.

Plus grave encore pour la marine japonaise, les installations de Pearl Harbor sont quasiment intactes notamment les réservoirs de carburant, les bassins et les ateliers du Pearl Harbor Navy Yard.

Les aérodromes (de la marine et de l’Armée) sont sévèrement endommagés, les pertes en avions sont lourdes mais les pertes humaines nettement plus faibles. De toute façon les avions vont être rapidement remplacés par une industrie qui ne tarda pas à surclasser son homologue nippone.

De plus une partie de la flotte américaine manque d’intercepter la force expéditionnaire japonaise qui parvient à se replier sans dégâts majeurs, les américains pourtant en supériorité renoncent à la poursuite de crainte de tomber dans une embuscade dévastatrice.

En dépit de ces résultats mitigés, le Japon connait une série de succès s’emparant de Hong-Kong après une longue résistance (20 mars-6 juin). Les prisonniers alliés sont massacrés par l’armée japonaise ce qui ne fera que renforcer la détermination des alliés qui comprennent à cet instant que cela ne sert à rien de se rendre.

Comme le dira un soldat britannique dans une lettre «Je suis déjà mort, cela ne sert à rien d’espérer s’en sortir. Ma seule crainte c’est de ne pas emmener en enfer suffisamment de jaunes avec moi».

Deux jours après le raid sur Pearl Harbor, l’Indochine est attaquée par le Japon, une attaque terrestre qui voit les postes frontaliers balayés en quelques jours mais ils n’étaient pas faits pour cela.

La ligne Doumer censée protéger la conurbation Hanoï-Haïphong tient deux semaines avant de céder, la percée étant facilitée par une série de débarquements tactiques derrière chaque ligne de résistance française qui cèdent les unes après les autres non sans de durs combats et hélas, trois fois hélas des exactions multiples, des deux côtés.

Les 3 et 4 avril 1950, les forces navales alliées sont défaites dans le Golfe de Thaïlande. Cette victoire est une véritable victoire à la Pyrrhus mais elle libère le Japon de la menace navale alliées contre leur progression présente en Indochine et à venir en Malaisie.

Entre temps, le 24 mars 1950, les Philippines sont envahies marquant le début de la première campagne des Philippines qui s’achève en octobre quand la quasi-totalité de l’archipel est sous contrôle japonais.

Quelques îles vont rester aux mains des américains, facilitant la reprise ultérieure de l’archipel qui ne sera jamais vraiment contrôlé par les japonais.

A chaque fois le même scénario se répète. Les japonais l’emportent mais au prix de pertes effroyablement élevées. De plus, ils perdent dès le début la «bataille de l’opinion» en se livrant à des massacres et des exactions qui leur alliene le peu de sympathie qu’ils pouvaient susciter.

Comme le dira un intellectuel vietnamien «l’occupation japonaise m’à permis de comprendre combien le joug français était doux et amical».

En juin 1950, les japonais débarquent en Malaisie. En dépit de moyens militaires limités (même si tout est relatif), Tokyo peut se permettre de lancer trois campagnes simultanées.

Ces campagnes avancent à un rythme inégal en raison de troupes d’inégale valeur, d’un manque de moyens logistiques et d’une résistance ennemie plus ou moins acharnée. Elles ont le mérite de paralyser les alliés.

En effet les britanniques, les américains, les français et les néerlandais se savent pas où donner de la tête. Chaque pays défend ses intérêts, les querelles de pouvoir et de personnes parasitent un plan de résistance commun. Les japonais avancent donc aussi bien grâce à leur puissance militaire qu’à cause de la «faiblesse» de leurs adversaires.

La fin 1950 voit l’Indochine succomber. Certes le Laos reste hors de portée de la soldatesque japonaise mais isolé, le royaume ne peut guère espérer autre chose qu’attendre une potentielle libération.

Une base est implantée à la frontière thaïlandaise, la base Epervier entrée dans l’histoire sous le nom de Dien-Bien-Phu. Cette base va servir de point d’appui pour des opérations de guérilla, constituant une nuisance mais seulement une nuisance. Son intérêt majeur est d’empêcher les japonais de déployer des moyens militaires ailleurs où ils auraient été plus utiles stratégiquement parlant.

Un mois plus tard, en janvier 1951 c’est autour de la Malaisie de passer sous la férule nippone après une campagne de sept mois où les alliés (britanniques, indiens, australiens et néo-zélandais, malais et chinois) ont vendu chèrement leur peau mais toujours avec le sentiment de ne faire que ralentir l’inéluctable.

Les mauvaises nouvelles s’enchainent puisque les Indes Néerlandaises sont occupées en février 1951 malgré l’héroïque résistance des troupes néerlandaises. Singapour boucle la boucle en avril 1951.

La mauvaise série s’interrompt en juin 1951 quand l’avance japono-thaïlandaise est stoppée dans le nord de la Birmanie. Le Japon atteint là son avancée maximale, l’Inde ne sera jamais menacée d’être envahie par les soldats du Mikado.

La guerre se déplace alors plus au sud. La Nouvelle-Guinée succombe dans sa quasi-totalité à l’offensive nippone même si Port Moresby ne verra jamais le drapeau japonais flotter.

De mars à septembre 1951, une terrible campagne oppose les japonais aux alliés dans les Salomons (essentiellement américains mais il y à également des contingents alliés australiens, néo-zélandais et mêmes français _essentiellement des troupes rescapées d’Indochine_), une campagne se déroule sur terre, sur mer mais également dans les airs.

Les combats navals, aériens et terrestres sont abominablement violents. Généralement, les japonais tiennent la nuit alors que de jour la supériorité aérienne américaine (via les porte-avions mais également avec l’aviation basée à terre) rend toute manœuvre de la marine nippone délicate.

A terre, la jungle rend toute manœuvre délicate, rend les combats confus. La manœuvre étant difficile, les combats sont souvent frontaux et extrêmement usant pour les combattants en première ligne.

A l’issue de cette campagne, les japonais stoppés dans leur avance tentent une ultime offensive stratégique en visant la Nouvelle-Calédonie. L’échec de l’opération en octobre 1951 sonne le glas des espoirs japonais de remporter la guerre. Désormais les troupes nippones ne ferons que reculer même si ils feront payer cher aux alliés la reconquête.

Les deux camps épuisés par un début de guerre éreintant marquent une vrai pause entre novembre 1951 et février 1952. Chaque camp regroupe ses forces et s’interroge sur la meilleure stratégie à tenir.

La situation est encore favorable pour le Japon qui contrôle une grande partie de la Birmanie, la Malaisie, les Indes Néerlandaises, Singapour, l’immense majorité de l’Indochine, les Philippines, une partie de la Nouvelle-Guinée.

Cependant la situation est amenée à vite s’inverser. Non seulement l’industrie américaine produit bien plus que l’industrie japonaise mais les sous-marins américains taillent des coupes sombres dans la marine marchande japonaise, l’empêchant d’exploiter les richesses conquisses.

De nombreux territoires restent insoumis ou insuffisamment sécurisés. Les japonais réagissent avec fureur et brutalité, multipliant les opérations de nettoyage, un euphémisme pour des massacres de masse.

USS Missouri août 1944

Le USS Missouri (BB-63) fût coulé au cours de la bataille de la mer de Corail

Les 4 et 5 février 1952 à lieu la bataille de la mer de Corail, une bataille engageant porte-avions et cuirassés. Cette bataille n’est pas marquée par une victoire nette côté allié ou côté japonais mais son impact est net puisqu’il permet aux américains de préparer leur future campagne de Nouvelle-Guinée.

Non seulement les japonais doivent faire face à cette offensive dans le Pacifique mais ils doivent également surveiller l’action des britanniques depuis le nord de la Birmanie ainsi que celle de la France qui dispose d’une base expéditionnaire dans le nord du Tonkin : Dien-Bien-Phu.

A l’été 1952, la Birmanie est libérée et le Laos définitivement dégagé d’une hypothétique menace nippone.

Les américains entament eux la campagne de Nouvelle-Guinée qui s’achèvent en janvier 1953 quand les derniers japonais sont neutralisés.

Deux mois plus tard, en mars 1953, les franco-britanniques lancent l’opération Overlord, une offensive menée depuis le Laos et la Birmanie en direction de la Thaïlande puis de la Cochinchine pour isoler les forces japonaises en Malaisie et dans les Indes Néerlandaises. Saïgon est reprise en juillet 1953, la frontière chinoise atteinte fin octobre 1953 avec plusieurs mois d’avance sur le planning.

Les deux pays ont cependant effectué un effort maximum puisqu’au même moment en Europe de durs combats ont lieu en Belgique et aux Pays-Bas alors que le Rhin n’est toujours pas franchit, préservant le Vaterland d’une offensive alliée. En Méditerranée, l’Italie à changé de camp mais les combats continuent dans la péninsule.

Entre-temps, les américains font parler la puissance de leur industrie en lançant non pas une mais deux offensives stratégiques parallèles. La première vise à la reconquête des Philippines, la seconde à s’emparer des archipels japonais dans le Pacifique. La première campagne s’achève en février 1954 alors que la seconde s’achève dès septembre.

L’opération Overlord à peine terminée lui succède l’opération Zipper, la reconquête de la Malaisie et des Indes Néerlandaises (novembre 1953-août 1954). Cette campagne de neuf mois est une campagne pleinement intégrée avec de multiples opérations amphibies, des bombardements aériens massifs et des opérations aéroportées limitées surtout comparée à l’opération Phenix.

Quand s’ouvre l’année 1954, la situation pour le Japon est critique. Elle devient même désespérée en février quand simultanément les américains prennent pied en Chine continentale, à Formose et à Iwo Jima.

En dépit de cette situation apocalyptique, le Japon ne semble pas décidé à capituler à tel point que la fin de la guerre est envisagé pour 1956 ou 1957 !

Iwo Jima succombe en mars après plusieurs semaines de combat, permettant aux forces américaines d’effectuer un saut de puce en direction d’Okinawa où marines et G.I débarquent en avril 1954, s’emparant de l’île en juin après deux mois de combat.

La conquête de ces îles permet aux bombardiers américains de frapper directement le Japon, rendant la poursuite de la guerre encore plus difficile, l’industrie et les villes étant matraquées jour et nuit.

Sur le continent, les combats sont tous aussi acharnés, ne s’achevant qu’à la mi-juin 1954, juste à temps pour permettre l’utilisation d’aérodromes chinois pour l’opération Phenix, la plus importante opération aéroportée de tous les temps destinée à s’emparer de la Corée au nez et à la barbe des soviétiques qui réalisent pourtant une offensive modèle en Mandchourie en suivant les principes de l’art opératif.

Initialement, il était prévu deux débarquements amphibies au Japon mais pour éviter des pertes très élevées, les américains décident d’utiliser une nouvelle arme, la bombe atomique larguée les 6 et 9 août 1954 sur Hiroshima et Nagasaki.

Sans provoquer la capitulation du Japon, ce double bombardement liés aux bombardements conventionnels américains ainsi qu’à la menace d’un débarquement soviétique au Japon pousse l’empereur à accepter l’inacceptable.

L’idée de capitulation est admise par un discours radiophonique le 21 août 1954. Une tentative de coup d’état échoue le 27 août et quatre jours plus tard, les premières troupes américaines débarquent au Japon, s’occupant en priorité des bases navales, des bases aériennes et des camps de prisonniers où les geôliers et les prisonniers ne tardent pas à échanger leurs places.

Quand à la cérémonie de capitulation, elle à lieu en baie de Tokyo le 4 septembre 1954 à bord du cuirassé USS Montana (BB-65) qui devient pour l’éternité le «Victory Battleship», le cuirassé de la victoire.

Publicités

Japon (4) Histoire (3)

Essor et marche à la guerre (1914-1950)

Le Japon dans le premier conflit mondial

En août 1914, la première guerre mondiale éclate en Europe. Ce conflit redouté (ou espéré) depuis des années éclate suite aux conséquences de l’assassinat à Sarajevo de l’archiduc François Ferdinand.

Lire la suite

Japon (3) Histoire (2)

L’ère Meiji (1868-1912) : le Japon entre dans le monde moderne

La mise en place d’un nouveau régime impérial

Meiji

L’empereur Meiji (1852-1912)

Dès la mise en place du nouveau régime impérial, deux clans se partagent le pouvoir, le clan Satsuma et le clan Choshu, formant ce qu’on à appelé l’oligarchie de Meiji.

Lire la suite

Japon (2) Histoire (1)

HISTOIRE DU JAPON

klett-perthes_bestnr-5X3071.jpg

 

Avant-Propos

Dans cette première partie, je vais aborder l’histoire du Japon. Bien évidement il ne s’agit pas de réaliser une thèse sur l’histoire de l’archipel mais de poser les bases de ma future uchronie.

Je ne vais donc que survoler l’histoire ancienne, médievale et moderne du Japon jusqu’au début de l’ère Meiji qui voit l’empire du soleil levant entrer dans le monde moderne, conciliant croyances et valeurs traditionnelles avec les technologies occidentales, permettant au Japon de ne pas subir le sort de la Chine qui forcée de s’ouvrir après des siècles de splendide isolement va se retrouver incapable de faire face aux pays occidentaux.

La partie uchronique (1939-1950) sera un peu différente mais finalement assez proche de l’histoire telle que nous la connaissons puisque les fondements et les forces sont identiques à savoir un pouvoir divin représenté par l’empereur Hiro-Hito et une élite militariste ultra-nationaliste qui rêve de se tailler un empire colonial permettant au pays de devenir autosuffisant.

Même pour l’histoire du conflit dont j’esquisserai les lignes pour aller jusqu’à la capitulation de septembre 1954, le schéma sera semblable avec des conquêtes (relativement) rapides qu’il s’agisse de l’Indochine, de la Birmanie, de la Malaisie, de Singapour, des Indes Néerlandaises et des Philippines.

Là où il y aura un changement ce n’est pas sur l’opération de décapitation contre Pearl Harbor mais sur les cibles. Après avoir été stoppé dans les Salomons où la bataille de Guadalcanal sera tout aussi féroce qu’OTL, les japonais lanceront une ultime offensive stratégique contre La Nouvelle Calédonie en octobre 1951.

Son échec marque un tournant car l’avance nippone est définitivement stoppée. Il faudra encore presque trois ans pour que les américains et les alliés ne parviennent à libérer leurs territoires des griffes japonaises.

Les opérations seront donc davantage concentrées sur l’Asie du Sud-Est et moins dans le Pacifique où les opérations seront bien plus limitées (Carolines, Mariannes, Wake et Guam). Il y aura également contrairement à l’histoire canonique des opérations contre Formose, la Chine et la Corée (la spectaculaire opération Phenix).

Dans la phase initiale de mes travaux, j’ai été tenté de réaliser l’opération Downfall contre le Japon mais à la réflexion je me suis dit que ce ne serait pas crédible. Disposant de la bombe atomique, craignant des pertes très élevées, les américains ne vont pas risquer la perte de milliers de soldats et l’anéantissement complet d’un pays. Comme OTL, deux bombes atomiques vont précipiter la capitulation japonaise.

Bien évidemment certains critiques pourront me reprocher l’irréalisme de mon conflit et de mes choix. Je l’accepte bien volontiers mais mon uchronie est «pseudo-réaliste» avec un réalisme limité et des envies personnelles.

Des origines à la renaissance impériale, une histoire du Japon

Les origines lointaines, très lointaines

L’archipel japonais commence à être peuplé 30000 ans avant le début de notre ère, suivant un schéma comparable aux autres civilisations humaines.

Vers 400 a.C, apparaît la civilisation Yayoi, une civilisation très influencée par la Chine et la Corée qui importe au Japon la technique de la riziculture inondée.

A la différence d’autres régions, ce développement de la riziculture ne va pas de paire avec le développement de l’élevage. La cueillette, la chasse et la pêche sont toujours pratiqués. La développement de la culture favorise l’augmentation de la population dans le sud et l’ouest de l’archipel même si les principaux bassins de population sont situés dans le centre et le sud.

600000 habitants habitent au Japon au 1er siècle, un million vers l’an 200. La première forme d’état structurée est assez tardive puisqu’il faut attendre 250 p.C pour qu’une première forme d’état émerge, c’est l’ère Yamato qui s’étend jusqu’au début du VIIIème siècle (710).

Dès cette époque, la région du Kansai (région de Kyoto, d’Osaka) s’impose comme le centre politique, l’introduction du bouddhisme au VI ème siècle favorisant l’unification de l’archipel. Le bouddhisme cohabite avec le taoïsme et le confucianisme même si peu à peu la religion de Bouddha devient une quasi-religion d’Etat.

Dès 604 on cite l’existence d’une constitution en dix-sept articles. En 663, le «Japon» échoue dans une première tentative d’invasion de la péninsule coréenne, cette tentative n’empêche pas que de nombreux «immigrés» coréens s’installent sur l’archipel. C’est à cette époque que l’état japonais se forme progressivement

Du 8ème au 12ème siècle, une culture classique se développe, très influencée par la Chine et la Corée même si à partir du 10ème siècle, la culture japonaise s’émancipe peu à peu des modèles continentaux.

C’est à cette même époque que le pouvoir impérial fait face aux clans qui vont se partager le pouvoir, des famines touchent régulièrement le pays entrainant une insécurité endémique. En conséquence émerge une classe sociale de combattants les bushi.

Durant cette période de 400 ans appelée l’ère de Code (Ritsuryo). Cette période n’est pas uniforme puisqu’on peut la découper en trois périodes, la première de 750 à 850 voit la maison impériale encore dominante. Pour échapper à l’influence des moines bouddhistes de Nara, la capitale quitte cette ville pour Nagosha en 784 puis Kyoto dix ans plus tard.

De 850 à 1050, c’est la domination du clan Fujiwara. Le pouvoir impérial s’efface au profit d’un régent, régents qui se succèdent de manière héréditaire. D’autres clans contestent le pouvoir des Fujiwara jusqu’à aboutir à une guerre, la guerre de Genpei (1180-85).

Inévitablement ces conflits ont des conséquences sur la société et sur l’agriculture qui doit également faire face à une hausse des températures entre le milieu du 7ème siècle et le début du 12ème siècle.

On assiste à de nombreuses famines et à une contraction des surfaces agricoles. Pour éviter les conséquences terrifiantes de mauvaises cultures rizicoles, l’empire impose la mise en culture d’autres céréales.

Pour faire face aux famines, le pouvoir central livre du riz et des grains aux régions touchés, accorde des exceptions fiscales et organise des cérémonies religieuses. Ces famines entraînent une augmentation de la mortalité liées directement aux famines ou aux épidémies qui font des ravages sur des corps affaiblis. La fécondité baisse et la population stagne.

Sur le plan culturel, le Japon connait une véritable floraison culturel, fortement influencé par la Chine avec le bouddhisme qui évolue vers une forme de religion d’état. Au milieu du IXème siècle cependant, une culture originale émerge, culture qui associée à une langue nationale s’émancipe de la Chine.

Vers 900, une nouvelle classe de combattants émerge. Les bushi émergent pour faire face à l’augmentation de l’insécurité aussi bien dans les villes que dans les campagnes. A peu près à la même époque, on assiste à une proto-féodalisation du pays, de nombreux grands domaines exemptés d’impôts voient le jour ce qui entraine une chute des revenus impériaux.

Le Moyen-Age japonais (12ème-16ème siècle)

Le Moyen Age japonais commence à la fin du douzième siècle suite à la fin de la guerre de Genpei (1180-85). Cette guerre civile à opposé le clan Miramoto (Gen) et le clan Taira (Pei) pour le contrôle du trône impérial.

Le clan Miramoto l’emporte ce qui marque la fin de l’ère Heian et le début de la période Kamakura. Le cœur du pouvoir quitte la plaine du Kansai pour celle du Kanto, la région de Tokyo, ces deux régions luttant pour la suprématie sur l’ensemble de l’archipel.

Le shogunat détient la réalité du pouvoir, le trône impérial n’à qu’une fonction symbolique. En 1219, le trône impériale tente de renverser le shogunat mais échoue ce qui renforce la puissance du shogunat au détriment du trône.

De nombreuses institutions sont mises en place pour consolider l’emprise du shogunat sur le trône impérial.

Le shogunat des Hojo (clan Kamakura) bénéficie en 1272 de la division en deux branches de la dynastie impériale. Les tentatives d’invasion mongoles en 1274 et 1281 (avec l’épisode du kamikaze «vent divin») renforcent encore le pouvoir du shogunat.

Néanmoins, le manque de terres et de revenus rend le paiement des mercenaires difficile pour ne pas dire délicat. En 1318, un nouvel empereur (Go-Daigo) accède au trone, bien décidé à reprendre la réalité du pouvoir. Après deux tentatives infructueuses (1324 et 1331), le shogunat Hojo prend fin en 1333 après la guerre du Genko (1331-33). C’est la Restauration Kemmu.

Cette restauration du pouvoir impérial se double d’un brassage social et d’un essor économique, le shintoïsme et le bouddhisme connaissant un profond renouvellement. Le pouvoir féodal reste cependant instable avec de nouveaux conflits de pouvoir, le délitement de l’Etat central s’annonce déjà.

En 1335 éclate une nouvelle rébellion, la rébellion Nakasendai. Elle est réprimée par Askhikaga Takaugi qui se révolte l’année suivante contre l’empereur Go-Daigo qui doit s’exiler en 1336.

Remplacé par un nouvel empereur plus malléable, il ne renonce pas et ce sont deux cours impériales que se font face. Dès 1338, Ashikaga Takaugi prend le titre de shogun même si il faut attendre en 1392 pour que commence le deuxième shogunat. En 1397, l’empereur de Chine le reconnaît comme le «Roi du Japon». Il s’appuie à la fois sur la noblesse de cour et sur l’aristocratie guerrière.

Ce deuxième shogunat perd l’intégralité de sa substance en 1441 avec l’assassinat du dernier Ashigara. Il existe toujours un shogun à Kyoto mais la réalité du pouvoir repose sur des seigneurs et des potentats locaux qui se disputent entre eux quand ils ne doivent pas réprimer des révoltes locales notamment celles menées par des communautés paysannes qui n’hésitent pas à contester l’ordre social.

Sur le plan culturel, on assiste au brouillage des limites entre culture céleste et culture populaire, la période étant aussi marquée par l’émergence du théâtre No. Les échanges avec la Chine restent toujours aussi dynamiques. La population double quasiment en quatre siècles passant de 7 à 13 millions d’habitants.

Après 1550,un nouveau régime émerge avec trois hommes forts. Oda Nobunaga au pouvoir de 1560 à 1582, le général Toyotami Hideyoshi de 1560 à 1598 (qui lance une répression contre les chrétiens et subit deux échecs en Corée en 1592 et 1596) qui laisse un pays unifié (pays qui ne comporte pas encore Hokkaïdo) et enfin Le général Tokugawa Ieyasu lui succède et devient shogun en 1603. C’est le début de l’ère Edo.

De la période d’Edo au réveil de l’ère Meiji (1603-1868)

En 1603, c’est le début de la période Edo, période de plus de deux siècles puisqu’elle s’étend jusqu’en 1868, date à laquelle commence l’ère Meiji (éclairée).

Si à l’origine, le pays d’ouvre à l’étranger aux investissements comme à l’influence culturelle et religieuse, rapidement l’archipel se ferme aux européens ce qui ne l’empêche pas de connaître une phase d’essor démographique et économique de la fin du 16ème siècle au début du 18ème.

Parallèlement sur le plan culturel et idéologique, le Japon est profondément marqué par un néo-confucianisme qui rigidifie les structures sociales tout en permettant l’apparition de formes d’art parvenues jusqu’à nos jours comme le kabuki (théâtre japonais épique, très codifié) ou le haku, de petits poèmes courts pour ne pas dire minimalistes.

En 1605, le fils de Tokugawa Ieyasu devient shogun mais n’à aucun pouvoir effectif jusqu’à la mort de son père en 1616. Les grands féodaux sont mis au pas et reçoivent l’interdiction de rencontrer l’empereur.

Soixante-trois ans plus tôt en 1542 avait eu lieu les premiers contacts entre l’occident et le Japon, des contacts culturels, commerciaux et religieux puisqu’en 1549 les premiers missionnaires débarquent au pays pour évangéliser le Japon, le pays comptant 700000 chrétiens en 1605.

Le christianisme est d’abord vu favorablement car il permet de concurrencer le bouddhisme mais en 1613, il est interdit et vingt-cinq ans plus tard, il à disparu signe que les conversions étaient plutôt tièdes.

Ce revirement s’explique tout simplement par la crainte partagée en Asie comme en Europe que la division religieuse n’entraîne la division politique.

Un temps on encouragea le commerce avec l’étranger mais les conséquences économiques et politiques font que des mesures protectionnistes sont prises.

En 1635, les japonais ont interdiction de se rendre à l’étranger et quatre ans plus tard, en 1639 les portugais sont interdits, seuls les néerlandais sont autorisés à vivre et commercer au Japon. Le pays se ferme quasi-complètement à l’étranger.

Le pays s’etend avec la colonisation à partir de 1640 du sud de l’île d’Hokkaïdo. Entre 1651 et 1709, c’est l’apogée du régime Tokugawa.

Peu à peu le shogunat va s’enfoncer dans une crise politique et économique. La population stagne (entre 28 et 33 millions), des mauvaises récoltes entraînent des famines dévastatrices (1732, 1783 à 1787 et 1833 à 1839). On assiste néanmoins à un début d’industrialisation alors que fin 18ème, toute l’île d’Hokkaïdo est sous contrôle japonais pour empêcher une alliance entre la Russie et les Aïnous.

Les tensions avec l’Occident se multiplient et le Japon peut craindre de subir le même sort que la Chine. Heureusement pour le pays du soleil levant, quand le régime shogunal entrera en agonie (après 1850), les pays européens auront d’autres préoccupations.

Commodore Perry

Le Commodore Perry

En 1853, le commodore Perry arrive en baie d’Edo. Sa puissance de feu oblige le shogun à accepter l’ouverture du pays au commerce notamment américain. Des traités inégaux sont signés avec les pays occidentaux en 1858 sur le modèle chinois. Son auteur est assassiné en 1860.

C’est la fin du shogunat. Totalement discrédité par son incapacité à résoudre la crise politique et la crise économique, le shogun voit l’empereur privé depuis des siècles de tout pouvoir véritable devient le point de ralliement des mécontents.

Le dernier shogun Tokugawa abdique fin 1867 et le 3 janvier 1868 à lieu la restauration impériale mais il faudra attendre mai 1869 pour que les derniers partisans du shogunat acceptent de se rendre.

Meiji

L’empereur Mutsuhito connu ultérieurement sous le nom de Meiji (éclairé)

En 1868 avec l’arrivée de l’empereur Meiji au pouvoir, le Japon effectue une véritable mutation en s’ouvrant à nouveau à l’étranger mais à la différence de la Chine qui devient le jouet des puissances occidentales, le Japon va concilier (ou du moins tenter de le faire) les technologies modernes avec un substrat culturel et idéologique propre, lui permettant de ne pas subir les humiliations répétées de l’Empire du milieu.

Etats-Unis (5) US Navy (1)

UNE HISTOIRE DE LA MARINE AMERICAINE
Les prémices
La marine américaine est paradoxalement plus vieille que l’état dont elle assure la défense. Si les Etats-Unis d’Amérique naissent avec la déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776, la marine américaine connue sous le nom de Continental Navy voit le jour dès le 12 octobre 1775.
Cette marine est destinée à empêcher l’envoi par la Grande-Bretagne de renforts pour mater la rébellion. Il s’agit également de s’en prendre au commerce. En somme de frapper Londres où cela fait très mal.
Cette force est faite de navires britanniques capturés, de navires marchands armés. Point de guerre d’escadre mais une guerre de course.
Quand le conflit se termine, les seuls véritables navires de guerre sont deux frégates, deux bricks, deux sloops et deux goélettes, les autres navires étant des navires corsaires.
Suite au traité de Paris en novembre 1783, les relations entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne se normalisent rapidement et le Congrès continental qui à besoin de tous les fonds disponibles estime qu’une marine de guerre est superflue.
Les différents navires sont vendus à des armateurs privés et la Continental Navy disparaît le 1er août 1785 après seulement dix ans d’existence.
Seulement voilà un état possède des pouvoirs régaliens qu’il faut faire respecter. Parmi ces pouvoirs figurent les douanes. Or les américains habitués aux années de contrebande n’étaient guère pressés de respecter les droits de douane.

Pour mettre fin à cette anarchie qui fait désordre, décision est prise (4 août 1790) de créer un service naval qui allait devenir le United States Revenue Marine Service, l’ancêtre en ligne directe du United States Coast Guard. Ce service met en œuvre des cottres ou cutter et ce terme est toujours en usage de nos jours pour désigner les navires de haute-mer du corps des garde-côtes.

Dans ce dix-huitième siècle finissant, l’Afrique du Nord théoriquement sous souveraineté ottomane mais de faite indépendante est le siège de nombreux pirates. Si la France est surtout confrontée aux pirates algérois, les américains doivent ferrailler avec le bey de Tripoli.
Le besoin d’une marine de guerre permanente se fait sentir et le 27 mars 1794, le Congrès autorise l’achat ou la construction de six frégates dont l’USS Constitution toujours en service et pieusement conservée à Boston, trois étant armées de 36 canons et trois autres de 44 pièces.

La frégate USS Constitution en 2010

C’est l’acte de naissance de l’US Navy qui va peu à peu se structurer. En 1800, six arsenaux (Navy Yard) sont établis à Portsmouth, Boston, New-York, Philadelphie, Norfolk et Washington.
Sur ces six arsenaux historiques, seuls ceux de Portsmouth et de Norfolk sont encore actifs, les autres ayant été peu à peu fermés soit pour des raisons de surcapacité soit parce que les infrastructures n’étaient plus adaptées à l’entretien d’une marine moderne. A noter que le Washington Navy Yard à été reconverti comme centre administratif pour l’US Navy mais également pour des agences fédérales.
Si l’établissement d’un arsenal en Floride à Pensacola, le Pensacola Navy Yard en 1826 est important, plus important encore est la création de l’Académie Navale à Annapolis en 1845 où elle siège toujours aujourd’hui.
La jeune US Navy ne tarde pas à connaître l’odeur de la poudre avec la Quasi-Guerre entre les Etats-Unis et la France (1799-1800), les opérations de police contre le bey de Tripoli (1801-1805) et bien évidement la «deuxième guerre d’indépendance» entre 1812 et 1815.
La marine américaine se développe avec la construction de quatre vaisseaux de 74 canons et même d’un vaisseau de 136 canons construit entre 1821 et 1838.
En l’absence de conflits majeurs avec des nations majeures, l’US Navy mène une série d’opérations appartenant à la catégorie de la petite guerre pour reprendre la classification clausewitzienne à savoir la lutte contre la piraterie en Méditerranée et dans les Caraïbes, la lutte contre le trafic d’esclaves (assimilé à de la piraterie) mais également le soutien aux guerres indiennes sur les grands fleuves d’un pays absolument gigantesque aux infrastructures encore limitées, faisant du fluvial un moyen idéal pour le transport longue distance.
La guerre mexicano-américaine de 1846-1848 (13 mai 1846-2 février 1848) augmente significativement le territoire américain avec l’annexion de territoires qui allaient devenir les états de Californie, d’Arizona, du Nouveau-Mexique et du Nevada, le Texas les ayant précédés peu avant le début de ce conflit. Dès 1854, un arsenal est implanté sur la côte ouest, le Mare Island Navy Yard installé à San Pedro en Californie.

Le Commodore Perry

L’année précédente, le 8 juillet 1853, le commodore Perry avait forcé les portes du Japon pour ouvrir aux marchands américains de nouveaux débouchés. Les japonais hésitent entre la résistance et la soumission. L’exemple chinois les poussent à la résistance et une fois les forces réactionnaires écrasées, le nouvel empereur Mutsuhito lance la modernisation du pays à marche forcée, c’est le début de l’ère Meiji.
Parallèlement à ces grosses opérations, l’US Navy est engagée dans une multitude d’opérations pour protéger ses ressortissants des différentes menaces, une petite escadre, quelques Marines permettant généralement de ramener le calme.

La marine américaine et la guerre de Sécession (12 avril 1861-9 avril 1865)
Depuis le début de la décennie 1850, les tensions à propos de l’esclavage sont de plus en plus fortes, les compromis passés antérieurement sont peu à peu remis en question par les extrémistes des deux camps qu’ils soient esclavagistes ou abolitionnistes.
Chaque admission d’un nouvel état est l’objet d’une concurrence féroce pour l’imposer comme état libre ou esclavagiste. L’équilibre devient intenable et débouche sur le plus sanglant conflit de l’histoire des Etats-Unis, un conflit dont les stigmates sont encore présents aujourd’hui plus de 150 ans après la fin de la guerre.
Il n’est pas ici question de parler en détail de l’American Civil War appelée Guerre de Sécession en France mais de se concentrer sur le volet naval qui voit s’opposer l’US Navy et la Confederate State Navy, ces navires portant la marque CSS comme le plus célèbre d’entre-eux, le forceur de blocus CSS Alabama.
Quand le conflit éclate le 12 avril 1861 (bombardement de fort Sumter par la milice de Caroline du Sud), l’US Navy dispose de 44 navires, cinq vaisseaux à voile en réserve, huit frégates à voile, six frégates à hélice, trois corvettes à voile, quatre corvettes à roues (à aube), six corvettes à hélice, douze canonnières, trente unités de petite taille auxquelles il faut ajouter des stationnaires dispersés en Chine ou en Afrique pour protéger les ressortissants et le commerce.
Face à cette puissance, la marine confédérée fait feu de tous bois, mettant en œuvre treize navires aux performances variées ainsi que des forceurs de blocus dont le plus célèbre est bien évidement le CSS Alabama construit en Angleterre et qui sera coulé au large de Cherbourg par l’USS Kearsarge le 9 mars 1964.

Le sloop USS Kearsarge qui coula le CSS Alabama au large de Cherbourg

Dès le début du conflit, l’US Navy, la marine de l’Union assure un blocus des ports confédérés dans le cadre du plan Anaconda destiné à asphyxier la Confédération qui faute d’industrie dépend des exportations pour se procurer des devises (via le coton) et des importations pour les armes.
Les forceurs de blocus font ce qu’ils peuvent mais les mailles sont de plus en plus serrées et le temps va clairement jouer contre les sudistes qui comme jadis les spartiates vont avoir la hantise d’une révolte servile majeure.
Si la majorité des navires sont des voiliers, la vapeur est déjà présente. Ainsi le 8 mars 1862 à lieu au large d’Hampton Roads le premier combat entre cuirassés, le CSS Virginia opposé au USS Monitor, un combat qui restera indécis. Les premiers sous-marins sont également employés mais avec des résultats forts limités.
Les mines et les torpilles sont également employées même si à l’époque, elles se confondent. Ce n’est qu’avec l’apparition de la torpille automobile (Lupis/Whitehead) en 1868 que les deux armes vont prendre des trajectoires différentes.
Le volet naval de la guerre de Sécession c’est aussi la guerre fluviale notamment sur le Mississippi voie de communication royale pour l’Union qui en s’emparant de La Nouvelle-Orléans (avril 1862) puis de Mobile (mars 1864) asphyxie encore un peu plus la Confédération.
Quand le conflit se termine, l’US Navy à perdu 2260 hommes dont 148 marines mais aligne 671 navires dont une quarantaine de monitors, une quinzaine de frégates ou d’avisos à hélice et une bonne soixantaine de canonnières.
La New Navy
Bien évidement le conflit terminé, les effectifs et les moyens de l’US Navy chutent de manière importante. En dépit d’une volonté d’expansion commerciale, l’US Navy sombre dans une période de sous-investissement appelée par contraste avec la New Navy la Old Navy.
Chose impensable aujourd’hui mais en 1881, l’US Navy n’est que la douzième marine mondiale derrière la Chine, le Chili et le Danemark ! Si le premier cité dispose d’une marine plus que respectable, les deux derniers sont redevenus sur le plan naval en particulier et militaire en général des nains.
Un premier signal d’alerte avait été lancé en 1873 quand un incident avec l’Espagne avait montré l’inadaptation de l’US Navy à un conflit moderne. En dépit de cet incident qui faillit entraîner une guerre avec Madrid, la marine américaine ne sortit pas encore de sa léthargie.
Il faut attendre 1881 pour qu’un comité ne constate officiellement la décrépitude de la flotte. Deux ans plus tard, le 3 mars 1883 un Naval Act fait rentrer la marine américaine dans l’ère de la New Navy avec la commande de trois croiseurs, d’un aviso ainsi que l’abandon de l’entretien de quarante-six navires en bois.
La modernisation d’une flotte passant également par les infrastructures, un neuvième arsenal est implanté en 1891 à Bremerton (Etat de Washington) sous le nom de Puget Sound Navy Yard. Sept ans plus tôt, une base navale est implantée à Pearl Harbor aux îles Hawai, îles indépendantes mais pour encore peu de temps.
Les Etats-Unis commençant à rivaliser sur le plan économique avec l’Europe, l’US Navy commence à batir une flotte capable sinon de battre les puissances navales européennes du moins de faire peser une menace sur cette suprématie bien qu’on peut se demander si jusqu’en 1898, cette menace est vraiment prise au sérieux.
Il n’y à qu’à se rappeler les propos méprisants de Von Moltke sur la guerre de Sécession vue comme une bagarre d’amateurs alors qu’il annonçait les terribles guerres industrielles du 20ème siècle (cuirassés, sous-marins, rail, télégraphe….).

Epave du USS Maine. Son explosion (visiblement accidentelle) sert de prétexte à une guerre contre l’Espagne

Les cuirassés étant les maîtres étalons de la puissance navale, l’US Navy construit patiemment sa flotte, disposant en 1901 de onze cuirassés, un douzième, le Maine ayant sauté dans le port de La Havanne le 15 février 1898, le prétexte pour une guerre contre l’Espagne accusée d’avoir fait sauter le cuirassé alors qu’il semble que l’explosion soit interne et d’origine accidentelle.
La guerre hispano-américaine de 1898 est une véritable promenade de santé militaire pour les américains face à une Espagne qui s’enfonce dans le déclin et la décadence depuis la fin du 17ème siècle.
Les intellectuels de la «Génération 98» peuvent bien émettre un méprisant «Que inventen Ellos» (qu’ils inventent eux), force est de constater que l’Espagne est devenue une puissance secondaire, une puissance mineure dans le monde, Madrid perdant son empire colonial, ne conservant que des miettes en Afrique.

Théodore Roosevelt, Big Stick et Big Ships

Suite à l’assassinat de William McKinley en 1901,son vice-président Théodore Roosevelt accède à la présidence des Etats-Unis. Convaincu qu’une puissante marine est nécessaire pour accroître la puissance et le rayonnement des Etats-Unis, il va investir massivement dans les navires et les infrastructures, établissant deux nouveaux arsenaux à Charleston en Caroline du Sud et à Pearl Harbor.
C’est ainsi qu’entre 1902 et 1908, cinq classes de cuirassés sont construites : la classe Maine (Maine Missouri et Ohio) entrée en service entre 1902 et 1904, la classe Virginia (Virginia Nebraska Georgia New Jersey) entrée en service en 1906/07, la classe Connecticut (Connecticut, Lousiana Vermont Kansas Minnesota et New Hampshire) entrée en service entre 1906 et 1908 et la classe Mississippi (Mississippi et Idaho) entrée en service en 1908.
Ces cuirassés sont accompagnés de croiseurs (cuirassés et protégés) ainsi que de canonnières. Il est à noté la rareté des torpilleurs et des destroyers, leur taille réduite les rendant peu adaptés aux océans dans lesquels opèrent l’US Navy qui estime avoir besoin de navires plus gros.

Il faut néanmoins prouver au monde que la marine américaine est une marine puissante et efficace et pour cela, le président Roosevelt va impulser le premier tour du monde de l’US Navy connu sous le nom de «Grande Flotte Blanche» ou The Great White Fleet.
The Great White Fleet (1907-1909)
Cette opération d’une ampleur inédite à l’époque à un double rôle. Montrer la puissance nouvelle de l’US Navy mais également entrainer les équipages.
Du 16 décembre 1907 au 22 février 1909, la marine américaine impressionne les esprits en effectuant un tour du monde, exploit connu dans l’histoire sous le nom de «Great White Fleet» (la grande flotte blanche) en référence à la peinture employée à l’époque par l’US Navy : coque blanche et superstructure chamois .

Ce sont pas moins de 16 navires qui appareillent d’Hampton Roads le 16 décembre 1907 sous le commandement du contre-amiral Robert Evans repartis entre une première escadre (1ère division : Connecticut, Kansas, Vermont et Lousiana 2ème division : Georgia New Jersey, Rhode Island et Virginia) et une seconde escadre (3ème division : Minnesota, Maine, Missouri et Ohio 4ème division : Alabama, Illinois, Kearsarge et Kentucky) et accompagnés de six destroyers avec un ravitailleur et cinq autres auxiliaires. A part les Wisconsin et le Nebraska ce sont tous les cuirassés récents qui sont engagés dans cette opération.

Peu importe qu’à l’époque l’apparition du HMS Dreadnought ait rendu obsolètes ces navires, l’impact politique est fort. Le message est reçut fort et clair : L’US Navy n’est plus une marine secondaire que l’on peut regarder avec mépris et condescendance.

La flotte Blanche effectue une escale à Trinidad, à Rio de Janeiro, Punta Arenas (Chili), Callao (Pérou), Magdalena Bay (Mexique), la flotte arrivant à San Francisco le 6 mai 1908 où le Wisconsin va remplacer l’Alabama (problèmes de machines) et le Nebraska le Maine qui consomme beaucoup trop de charbon (la consommation atteint 1500 tonnes par jour !). Le contre-amiral Evans malade est remplacé par le contre-amiral Sperry qui commandait la 4ème division.

Les deux cuirassés remplacés vont rallier la côte est par leurs propres moyens passant par Honolulu, Manille,Singapour,Colombo,Suez,Naples et Gibraltar.

Quand au reste de la flotte après avoir multiplié sur les escales sur la côte ouest, elle appareille de San Francisco le 7 juillet sans les torpilleurs. Elle fait escale à Auckland, Sydney, Melbourne, Albany. Après une escale à Manille et à Yokohama, la 2ème escadre mouille à Amoy en Chine, le reste de la flotte retournant à Manille.

Quittant les Phillipines le 1er décembre 1908, la flotte fait escale à Colombo du 13 au 20 avant de mettre cap à l’est, franchissant le canal de Suez du 4 au 6 janvier 1909 avant de se disperser dans les différents ports de la Méditerranée (Athènes, Salonique, Smyrne, Naples, Messine, Tripoli, Alger), quelques navires participant aux secours suite au tremblement de terre de Messine survenu le 28 décembre 1908, les autres ralliant Marseille et Villefranche.

La flotte se rassemble à Gibraltar le 31 janvier 1909 pour se ravitailler, quittant le Rocher le 6 février pour rallier Hampton Roads le 22 février 1909, accueillis par le Maine, le New Hampshire, le Mississipi et l’Idaho peints en gris, couleur qui va remplacer le blanc et le chamois.

Etats-Unis (4) Géopolitique

GEOPOLITIQUE DES ETATS-UNIS

50 Etats ? Non 48

Si aujourd’hui, les Etats-Unis d’Amérique possèdent cinquante états plus le District de Columbia, quand éclate le second conflit mondial, il n’en possède que 48, Hawai et Alaska n’étant encore que des territoires, devenant respectivement les 49ème et 50ème Etat qu’en septembre 1954 soit à la fin du second conflit mondial.

La construction des Etats-Unis à été très progressive, s’étalant sur 171 ans des 13 colonies devenues les treize premiers états (et representés sur le drapeau par treize bandes rouges et blanches alternées) au quarante-huit états pour la période qui nous intéresse.

Sauf rares exceptions, dès qu’une zone était suffisament colonisée, elle devenait un territoire avant de se métamorphoser en état après un delai plus ou moins long.

Certains territoires ont été arrachés après une guerre comme la guerre avec le Mexique, annexés sur demande des habitants (Texas) ou achetés (Alaska). Certains états sont issus de partition comme la Virginie Occidentale abolitioniste qui se détacha de la Virginie esclavagiste.

-Les treize premiers états sont donc les treize colonies qui proclamèrent leur indépendance le 4 juillet 1776 devenue la fête nationale américaine (Independence Day), tous situés sur la côte est.

Ce sont les états du Delaware de Pennsylvanie, du New Jersey, de Géorgie, du Connecticut, du Massachusetts, du Maryland, de Caroline du Sud, du New Hampshire, de Virginie, de New York, de Caroline du Nord et de Rhode Island.

La fin du 18ème siècle voit l’admission de trois nouveaux Etats, les Etats du Vermont (ex-république créée en 1777), du Kentucky (qui se sépare de la Virginie) et du Tennessee qui lui s’était séparé de la Caroline du Nord.

La première moitié du dix-neuvième siècle, pas moins de quatorze états intègrent l’Union à savoir l’Ohio (1803), la Louisiane (1812), l’Indiana (1816), le Mississippi (1817), l’Illinois (1818), l’Alabama (1819), le Maine (1820 qui se sépare du Massachusetts), le Missouri (1821), l’Arkansas (1836), le Michigan (1837), la Floride (1845), le Texas (1845), l’Iowa (1846), le Wisconsin (1848) et la Californie (1850 qui intègre l’Union sans passer par la case territoire) portant à trente et un le nombre d’états.

Durant les années séparant l’Union de la déchirure de la guerre de Sécession, trois nouveaux états intègrent les EUA à savoir le Minnesota (1858), l’Oregon (1859) et le Kansas (1861).

Durant le conflit, la Virginie-Occidentale qui se sépare de la Virginie intègre l’union en juin 1863 suivit du Nevada le 31 octobre 1864.

Le rythme décroit ensuite avec l’intégration du Nebraska en 1867 puis du Colorado en 1876.

L’année 1889 est particulièrement riche puisque sont admis les 39ème, 40ème,41ème et 42ème soit le Dakota du Nord, le Dakota du Sud, le Montana et l’Etat de Washington. Deux nouveaux états sont admis en 1890, l’Idaho et le Wyoming.

L’Utah est admis en 1896 suivit onze ans plus tard par l’Oklahoma qui est suivit cinq ans plus tard en 1912 par le Nouveau-Mexique et l’Arizona, les 47ème et 48ème Etats en attendant l’arrivée dans l’Union de l’Alaska et Hawaï. Régulièrement Porto Rico est considéré comme un potentiel 51ème état mais sans que le processus ne soit mené à son terme.

Territoires colonies et protectorats

-En excluant le statut très particulier du District de Columbia, siège du pouvoir fédéral, les Etats-Unis possèdent en 1948 un certain nombre de territoires, protectorats et colonies.

-On trouve tout d’abord Hawai et Alaska, des territoires qui attendent leur admission dans l’Union comme Etats mais leur éloignement tout comme leur poids démographique faible n’incite guère à une admission rapide.

-Ce sont également les «produits» de la guerre contre l’Espagne avec la possession de Porto-Rico, territoire associé aux Etats-Unis, de Guam et des Phillipines, l’immense archipel devenant indépendant en 1945 avec une défense comme on l’à vu assurée par les américains en attendant que l’armée phillipine soit en mesure de le faire ce qui ne sera pas le cas avant le début du second conflit mondial.

-Cette volonté d’expansion coloniale répond à la fois au crédo de la Destinée Manifeste (Manifest Destiny) mais également au besoin d’une soupape de sécurité, la fermeture de la frontière en 1890 faisant craindre à certains une recrudescence des tensions sociales et le risque de troubles en l’absence de terres vierges à cultiver et à mettre en valeur.

-Ce n’est pas un hasard si en 1883 le New Navy Act marque l’entrée de l’US Navy dans la modernité et que sept ans plus tard, Alfred T. Mahan publie «The influence of sea power upon history 1660-1783» qui est considéré comme la base intellectuelle et théorique de la future thalassocratie américaine.

-Tout comme les britanniques, leurs cousins, les acquisitions américaines répondent à des besoins stratégiques et non à une volonté d’acquérir des territoires pour des territoires. L’achat de l’Alaska et l’annexion de Midway en 1867 en est la preuve tout comme le contrôle du canal de Panama, l’intégration de la République d’Hawai comme territoire en 1898 ou encore l’achat des Iles Vierges au Danemark en 1917.

L’Isolationisme

James Monroe (1758-1831), cinquième président des Etats-Unis (1817-1825)

-La doctrine Monroe de 1823 était destinée à empêcher la reconquête par l’Espagne et le Portugal de leurs colonies révoltées d’Amérique Latine. En échange, les américains renoncent à intervenir dans les affaires européennes ce qui est un état de fait lié à la puissance limitée des jeunes Etats-Unis.

-Fort occupés avec la Conquête de nouveaux territoires, les Etats-Unis s’occupent peu des affaires européennes.

-L’engagement des Etats-Unis dans le premier conflit mondial est une véritable parenthèse causée par la guerre sous-marine à outrance déclenchée par l’Allemagne.

-Certes le président Wilson participe à la Conférence de Paris aboutissant au traité de Versailles, propose un mode de résolution des conflits (déclaration des quatorze points janvier 1918) mais échoue à convaincre les Etats-Unis de participer à la Société des Nations.

-Les Etats-Unis retournent à leur splendide isolement qui va durer près de trente ans avec de timides ouvertes vis à vis de l’Europe.

Avec les alliés

-Relations particulières avec la Grande-Bretagne, l’ancienne puissance coloniale. Il y eut certes la guerre de 1812 (1812-1815) mais passée cela, il y à une véritable relation spéciale entre Washington et Londres, la capitale britannique dans les moments de tension avec Paris rappelant qu’elle préférerait toujours le grand large au continent.

Il y eut également des tensions au moment des discussions concernant les limitations des armements navals.

-En dépit de l’isolationisme, des discussions ont lieu pour anticiper un possible conflit et une alliance américano-britannique.

-Des équipes d’inspection américaines visitent ainsi des bases britanniques et françaises pour préparer le possible déploiement de navires américains.

-Avec la France, les relations sont sans chaleur et sans aménités même si le personnage de La Fayette rappelle à Washington le concours décisif de la France dans son indépendance.

-Les commandes militaires françaises participent grandement à la montée en puissance du Complexe Militaro-Industriel (CMI), de nouvelles usines sont construites, des technologies nouvelles sont également dévellopées, les historiens estiment que les commandes françaises et britanniques ont fait gagner un à deux ans à l’armée américaine.

-Sur le plan plus militaire, les travaux de la base navale de Fort de France-Schoelcher sont d’abord vus avec méfiance par Washington avant que Paris ne réussisse à convaincre Washington de l’utilité de cette base pour sécuriser les approvisionements pétroliers ainsi que la défense lointaine du canal du Panama.

-Même chose en Nouvelle-Calédonie où le port de Nouméa et la base aéronavale de Nouméa-Tantouta pourraient accueillir avions et navires américains destinés à défendre les communications avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande, une division d’infanterie pouvant aussi renforcer les moyens de défense du caillou.

-Guère de relations avec l’URSS

Avec les ennemis potentiels

-Bien que Roosevelt soit conscient du danger nazi, la priorité en matière de défense c’est le Japon, le concurrent des Etats-Unis pour le contrôle du Pacifique.

-Cette rivalité remonte en 1905 quand l’élimination de la Russie laisse le Japon et les Etats-Unis seuls pour le contrôle de cet immense océan.

-Le traité anglo-japonais de 1902 rendait de toute façon quasi-impossible un conflit entre Washington et Tokyo.

-A cette rivalité géographique s’ajoutait la rancoeur nippone vis à vis des Etats-Unis qui étaient accusés d’avoir limité les fruits politiques de la victoire dans la guerre russo-japonaise, Théodore Roosevelt ayant servit de médiateur entre le tsar et l’empereur.

-Une course aux armements navals est lancée en 1916, course aux armements stoppée par le traité de Washington en 1922 qui consacre la suprématie anglo-saxone et minore la puissance japonaise, Londres sacrifiant son alliance de 1902 de toute façon plus aussi utile qu’avant.

-La guerre n’est qu’une question de temps, une guerre essentiellement navale avec une «bataille décisive» censée se dérouler entre Okinawa et les Phillipines.

-Avec l’Allemagne, les Etats-Unis passe d’une neutralité stricte à une neutralité plus souple liée à l’arrivée au pouvoir de Charles Linbergh.

Ce républicain farouche isolationiste refuse de se laisser entrainer dans une future guerre européenne.

Ses sympathies pour le nazisme inquiètent et le projet d’une alliance germano-américaine redoutée dans les chancelleries même si la révélation d’un accord informel en septembre 1945 se révéla être un mensonge monté de toutes pièces par un journaliste new-yorkais, Angus Mack, journaliste en mal de notoriété.

Avec les neutres

-Les Etats-Unis envisagent une Ligue des Neutres en cas de conflit pour maintenir une liberté de navigation du commerce en cas de conflit en Europe. Ce projet ne va cependant pas dépasser le stade du projet.

Etats-Unis (3) Histoire (2)

Les Etats-Unis au 20ème siècle (2) : isolationisme ou interventionisme ?(1919-1939)

 
-Durant la période qui sépare le premier conflit mondial de la guerre de Pologne (ou Three Months War pour certains historiens), quatre présidents se succèdent, Warren Harding (1921-1923) Calvin Coolidge (1923-1929), Herbert Hoover (1929-1933) et enfin Franklin Delano Roosevelt, le seul et unique président à avoir fait trois mandats puis qu’élu en 1932, il est réélu en 1936 et en 1940.
-Sur le plan politique,on assiste donc au triomphe de l’isolationisme, les américains se retirent des affaires du monde ou plutôt de l’Europe, se consacrant à leur propre pays mais également à leur domaine réservé à savoir l’Amérique Latine, une véritable diplomatie de la canonnière héritière du Big Stick cher à Teddy Roosevelt.
-Sur le plan économique, la situation est difficile comme dans de nombreux pays en raison de la reconversion des industries de guerre sans compter que des millions d’anciens combattants retournent sur le marché du travail.
-Des grèves éclatent dans tous le pays (4.1 millions de grévistes en 1919), des grèves doublées d’attentats anarchistes. La peur du «Rouge» s’installe entraînant notamment une réduction drastique de l’immigration sous forme de quotas nationaux. C’est dans ce contexte houleux que sont exécutés deux anarchistes italiens, Sacco et Vanzetti.
-Une forme de réaction puritaine se fait jour avec la mise en place de la Prohibition (Volstead Act) en 1919, treize années durant lesquelles la fabrication, l’importation et la vente d’alcool furent interdites, faisant la fortune de la pègre notamment un certain Al Capone.
-La reprise s’amorce au milieu des années vingt. Cette reprise n’est cependant pas homogène, l’agriculture continue de souffrir alors que de nouvelles industries voient le jour ou connaissent une importante croissance.
-Les 20 et 21 mai 1927, Charles Linbergh est officiellement le premier homme à relier New-York et Paris par la voie des airs à bord du Spirit of Saint Louis. La confiance est là, des gratte-ciel se construisent comme le Chrystler Building ou l’Empire State Building.
-Tout vole en éclat avec la Grande Dépression provoqué par le krach de Wall Street survenu lors du jeudi Noir le 24 octobre 1929. Cette crise est provoquée par un équipement productif surdimensionné pour un marché pas assez mature. L’économie américaine est aussi trop dépendante de certains secteurs comme le BTP et l’automobile.
-Le chômage explose (24% de la population active soit 13 millions de personnes en sous-emploi), un investissement négligeable, des prix et des salaires en chure libre.

Herbert Hoover, président des Etats-Unis de 1928 à 1932

-Contrairement à ce qu’on à longtemps écrit, le président Hoover n’est pas inactif face à cette crise même si sa phrase malheureuse («la prospérité est au coin de la rue») allait plomber le bilan de son action et rendre impossible sa réélection en 1932.
Il mène une politique protectioniste qui aggrave les effets de la crise car tous les pays imitent les Etats-Unis ce qui réduit encore les échanges. Des décrets tentent de maintenir les prix agricoles et un programme de grands travaux sont lancés pour tenter de résorber le chomage mais ces actions sont sans effet immédiat, la crise s’aggrave.
L’agitation sociale est importante et la crainte de la subversion communiste entraine une violente répression qui augmente le ressentiment vis à vis de l’administration Hoover. L’élection du démocrate Franklin Delano Roosevelt _cousin de Teddy_ en novembre 1932 est donc tout sauf une surprise.
Habile communiquant avec ses causeries au coin du feu, le 32ème président des Etats-Unis aidé de ses brillants conseillers (le Brain Trust, le trust des cerveaux) une politique de la Nouvelle Donne ou New Deal.
Pendant des années cette politique fût vu comme révolutionnaire mais depuis trente ans les historiens ont revu leur jugement, cette politique de la Nouvelle Donne étant une prolongation de la politique de Hoover.
L’amélioration n’est pas immédiate puisque l’apogée de la crise est atteinte en 1933. On assiste à la migration vers l’ouest de plus de trois millions d’agriculteurs victimes du Dust Bowl, de violentes tempêtes de poussière qui ravagaient tout sur leur passage. Cette crise à été magnifiquement dépeinte par le roman de John Steinbeck, Les Raisins de la Colère.
La situation s’améliore peu à peu mais il faudra attendre la fin de la décennie et les commandes massives françaises et anglaises ainsi que le début du réarmement américain pour que la situation s’améliore franchement.
-Le 16 février 1933 alors qu’il n’est pas encore entré en fonction (à l’époque le président élu devenait président de plein exercice le 6 mars de l’année suivante), il échappe à un attentat commis par un déséquilibré italien Anthony Zangara, attentat qui coûte la vie à Anton Cermak.
-Le 6 mars 1933, Franklin D. Roosevelt devient officiellement le 32ème président des Etats-Unis
-En avril 1933, le Volstead Act qui imposait depuis 1920 la Prohibition est abrogé ce qui entrave le crime organisé et permet au gouvernement américain de lever de nouvelles taxes.
-Injection massive de capitaux dans l’économie avec par exemple 3.3 milliards de dollars injectés via le National Industry Recovery Act (NIRA) soit environ 50 milliards de dollars au cours actuel.

-Des grands projets d’aménagement sont menés comme la mise en valeur de la vallée du Tennessee ou des commandes pour l’armée et surtout la marine ce qui permet à la fois de préserver un savoir-faire et d’entamer timidement le réarmement même si en 1934, il était difficile d’imaginer qu’une nouvelle guerre allait éclater en septembre 1939.
-L’action de Roosevelt est décuplée après les élections de mi-mandat de 1934 qui donnent une majorité démocrate confortable au Sénat comme à la Chambre des Représentants.
-Bien que la situation soit encore très délicate, Roosevelt est triomphalement réélu en novembre 1936 avec onze million de voix et une victoire dans 46 états sur 48 face au républicain Alfred Landon, un candidat sans envergure alors que le parti républicain était divisé. Autant dire que le pauvre Landon à été envoyé au casse-pipe.
-L’économie connait d’ailleurs une rechute avec une panique bancaire à l’été 1937, le chômage remontant à 19% de la population active en 1938.
-On assiste à une montée des oppositions et si les démocrates conservent la majorité au Congrès après les élections de mi-mandat de 1938, l’alliance pratique des républicains et des démocrates conservateurs du sud stoppe dans les faits le New Deal à la fin de 1938.
-En matière de politique extérieure, Roosevelt s’inscrivait plutôt dans les pas de Wilson mais sous la pression de l’opinion, il dut faire un virage vers l’isolationnisme, se contentant de condamnations morales vis à vis des agressions italiennes, allemandes et japonaises.
-En Amérique Latine, il inaugure une politique de bon voisinage (good-neighbouring policy) qui s’éloigne un peu de la doctrine Monroe et du Big Stick. Il abroge en 1934 l’amendement Platt qui permettait à Washington d’intervenir dans les affaires intérieures de Cuba et rapatrie les Marines déployés à Haïti depuis 1915.
Les Philippines obtiennent plus d’autonomie mais il faudra attendre le 14 mars 1945 pour que le Commonwealth of Phillipina soit proclamé, les Etats-Unis assurant néanmoins la défense du pays le temps que l’armée philippine monte en puissance.
Enfin en 1936, le droit d’intervention au Panama est aboli mais les américains conservent la souveraineté sur la zone du canal, situation qui perdurera jusque dans les années 90.
-Les lois isolationnistes se multiplient au grand dam de Roosevelt qui aurait souhaité une intervention plus active des Etats-Unis dans les affaires du monde.
-Quand éclate la guerre de Pologne, les Etats-Unis réaffirment leur neutralité vis à vis du conflit qui démarre. Sa fin rapide dès le mois de décembre fait néanmoins bouger les lignes puisque les isolationnistes commencent à être vus comme des égoïstes se désintéressant du sort du monde.
Il faudra néanmoins attendre plusieurs années avant que les Etats-Unis commencent à envisager de réintégrer véritablement le concert international.
Les Etats-Unis au 20ème siècle (3) : Pax Armada (1939-1948)
-La tradition voulait qu’un président ne fasse que deux mandats. Pourtant à l’automne 1940, Franklin D. Roosevelt voulut se présenter pour un troisième mandat. Il profitait de l’incertitude à l’international et de la division de son opposition. Il fût réélu avec 55% des suffrages et la victoire dans 38 états sur 48.
-Il consacra surtout son troisième mandat au réarmement et à la politique extérieure, le congrès qui allait basculer côté républicain en 1940 bloquant toute réforme jugée trop progressiste.

-Alors que le climat international se dégrade (offensive japonaise victorieuse en Chine au printemps 1943, coup d’état S.S et guerre civile en Allemagne), Roosevelt obtient les crédits nécessaires pour sérieusement moderniser les forces armées américaines notamment l’US Navy qui peut financer de nouveaux porte-avions et de nouveaux cuirassés, la priorité étant donné à la guerre contre le Japon.
-Alors que s’annonce les élections de 1944, on se demande ce que va faire Roosevelt. Sa maladie est de notoriété publique et si ses facultés intellectuelles sont intactes, le physique ne suit plus.
-La convention républicaine de Chicago du 26 au 28 juin 1944 avait investit Charles Lingbergh comme candidat aux élections présidentielles de 1944 avec Thomas Dewey _son plus sérieux rival_ comme colistier. Auréolé de sa traversée de l’Atlantique, sanctifié par l’enlèvement et le meurtre de son jeune fils, il représentait un candidat redoutable bien que ses sympathies pour l’Allemagne nazie interrogent les plus lucides.
-Personne ne se bouscule chez les démocrates pour défier un tel monument national. Roosevelt qui se sait condamné à brève échéance doit se résoudre à se présenter une quatrième fois avec Harry S. Truman comme colistier.
Cet attelage est logiquement défait par le duo républicain qui joue davantage sur la forme que sur le fond. Charles Linbergh devient le 33ème président des Etats-Unis avec 57% des voix et une victoire dans 42 états sur 48.
Investit en janvier 1945, le nouveau président eut comme première décision de proposer un amendement limitant à deux mandats consécutifs ou non le nombre de mandats présidentiels, cet amendement, le 22ème étant validé en septembre 1945. Le vote de cet amendement était une façon de calmer ses détracteurs qui voyaient en lui un futur dictateur.
Sa politique intérieure fût à rebours de Roosevelt même si contrairement aux souhaits de nombreux républicains, il refusa de revenir sur tous les acquis de New Deal qui donnèrent enfin leur pleine mesure. Sur le plan extérieur, il poursuivit une politique isolationniste tout en préparant les Etats-Unis à la guerre.

Il continue la politique de bon voisinage en Amérique du Sud en proposant de financer le réarmement des pays d’Amérique Latine pour empêcher l’Europe d’importer un conflit potentiellement iminent dans le sous-continent sud-américain.
Outre la livraison d’armes terrestres ainsi que d’avions, les Etats-Unis financent la modernisation des marines brésiliennes et argentines en réarmant les cuirassés de canons plus modernes, des canons de 356mm britanniques fabriqués sous licence, identiques à ceux équipant le cuirassé turc Suleiman livré en 1942 mais qui ne sera au final opérationnel qu’en 1945. Ils financent partiellement ou totalement l’acquisition de porte-avions.
Quand le second conflit mondial éclate en septembre 1948, le président Linbergh en piste pour son deuxième mandat décide de maintenir les Etats-Unis neutres tout en se montrant plus souple sur les livraisons d’armes à la France, la Grande-Bretagne et la Chine notamment.

Harry Truman. Président des Etats-Unis de 1952 à 1960. Après son échec en 1944 comme vice-président, il succède à Charles Linbergh

Opposé à Harry Truman, Charles Linbergh est réelu à une confortable majorité, 55% et 40 états sur 48. Les élections à la chambre des représentants lui sont également favorables avec une majorité solide.

Il peut ainsi se montrer plus ferme avec le Japon. Il impose un embargo sur le matériel militaire, sur l’acier et le pétrole venant des Etats-Unis ce qui oblige Tokyo à se tourner vers d’autres ressources venant des Indes Néerlandaises et d’URSS, Moscou voulant à tout prix éviter une guerre avec Tokyo ignorant que l’option Nord et continentale à été abandonnée depuis longtemps.
Le président Linbergh décide de renforcer les moyens des forces armées américaines, une partie de la Battle Fleet est déployée à Pearl Harbor tandis que les moyens de l’Asiatic Fleet déployée aux Phillipines sont renforcés (croiseurs et destroyers modernes notamment).
La tension monte en Asie et dans le Pacifique mais il faudra attendre le printemps 1950 pour que la guerre éclate dans cette partie du monde alors qu’elle fait rage depuis bientôt deux ans en Europe.