Pologne et Pays Neutres (51) Suisse (1)

UNE AUTRE SECONDE GUERRE MONDIALE

T.12 : POLOGNE ET PAYS NEUTRES

F.S.4 : SUISSE

AVANT-PROPOS

En ce 12 août 2021 je commence la quatrième fiche synthétique de mon uchronie. Après les cinquante pages de la synthèse consacrée à l’Irlande portant le total des pages écrites à 10048 pages je repars sur le continent avec une fiche consacrée à la Suisse pardon à la Confédération Helvétique.

Quand j’ai commencé mon uchronie en 2011 je ne pensai pas y être encore en 2021. Les choses ont beaucoup évolué, l’œuvre est devenu un monstre tellement tentaculaire que j’ai du mal parfois à m’y retrouver.

Il y à naturellement de nombreuses contradictions, des erreurs qui sont liés à la fois à mon propre manque de vigilance mais aussi parce que j’apprends parfois par de nouvelles recherches que telle arme, tel char, tel avion à finalement été utilisé par ce pays (le cas inverse arrive parfois).

A l’origine j’avais prévu pas moins de quinze tomes que l’ont peu classer en deux catégories, les majeurs et les mineurs.

Les sept premiers sont les majeurs puisqu’ils devaient concerner la France (Tome 1), l’Allemagne (Tome 2), la Grande-Bretagne (Tome 3), les Etats-Unis (Tome 4), le Japon et ses alliés (Tome 5), l’Italie (Tome 6) et l’URSS (Tome 7).

Les tomes suivants dits tomes mineurs concernent soit des pays belligérants et des pays neutres que ce soit le Canada et l’Afrique du Sud pour le Tome 8, l’Australie et la Nouvelle-Zélande pour le Tome 9, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas pour le Tome 10, la Turquie pour le Tome 11, l’Espagne et le Portugal pour le Tome 12, la Norvège, le Danemark, la Suède, la Finlande, la Suisse et la République d’Irlande pour le Tome 13, la Grèce, la Yougoslavie, la Hongrie, la Bulgarie, la Roumanie et la Slovaquie pour le Tome 14 et enfin un Tome 15 concernant l’Amérique Centrale et Latine (Brésil, Argentine, Chili, Uruguay Paraguay, Pérou, Equateur, Bolivie, Colombie, Venezuela, Mexique et les petits états)

Au final le nombre de Tomes va tomber à seulement douze. Si les sept premiers tomes dit tomes majeurs ne vont pas évoluer, les tomes dits mineurs vont être différents.

Le Tome 8 va ainsi regrouper les quatre Dominions (Canada, Afrique du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande), le Tome 9 va aborder les pays ayant formé après guerre le Benelux alors que le Tome 10 ne va plus parler de la Turquie mais de la Scandinavie (Norvège, Danemark et Finlande).

Le Tome 11 à dit adieu à la péninsule ibérique au profit d’une autre péninsule, la péninsule balkanique avec son extension de l’Europe du Milieu ou Mitteleuropa. Ce sera le plus gros tome avec six volumes (Hongrie, Bulgarie, Roumanie, Yougoslavie, Grèce et Slovaquie).

Enfin le Tome 12 va regrouper la Pologne en exil et les pays neutres. J’ai hésité à maintenir ce tome pour gagner du temps mais je me suis dit que d’une je n’étais pas à quelques semaines près et que ces pays neutres ont aussi joué un rôle dans le conflit, un rôle d’influence, un rôle d’intermédiaire entre les bélligérants.

Pour ce dernier tome j’ai décidé de réaliser des fiches synthétiques pour cadrer leur position qui sera assez semblable à celle historique puisqu’aucun événement ne peut par exemple pousser la Suisse à entrer en guerre aux côtés des alliés ou de l’Axe (la neutralité helvétique est précieuse pour les deux belligérants puisque cela permet à Berne de servir d’intermédiaire aussi discret qu’efficace).

Cette remarque s’applique aussi à l’Irlande, à la Suède, à la Turquie, au Portugal et à l’Espagne. Pour le Portugal de Salazar l’important est la survie du régime et le madré Antonio de Oliveira n’à aucun intérêt à entrer en guerre à l’exception peut être d’une attaque de ses colonies ou des îles. Pour l’Espagne c’est la situation économique qui est certes meilleure qu’OTL mais encore difficile. L’Axe n’à guère d’intérêt à attirer l’Espagne et les alliés non plus.

Du 12 avril au 8 mai 2021 j’ai réalisé mon volume 6 sur la Slovaquie et j’ai décidé d’intégrer des éléments de l’histoire de la Tchécoslovaquie ce qui m’à fait dire que je devais aussi parler de la Pologne.

J’ai donc décidé dans ce Tome 12 d’intégrer une partie sur la Pologne avec normalement une chronologie étoffée sur la période avant septembre 1939, une brève description de la guerre de Pologne, la mise en place d’un gouvernement polonais en exil à Nantes, la reconstitution d’une armée polonaise qui disposera d’unités terrestres, aériennes et navales, les premières sous commandement français alors que la marine polonaise libre était placée sous l’autorité de la Royal Navy car opérant en mer du Nord.

Ces F.S ou Fiches Synthétiques devaient s’organiser de la façon suivante :

-Une partie chronologique avec tout d’abord les 50 ou 100 dates (chiffres non contractuels) à retenir de l’histoire du pays concerné.

-Des chronologies thématiques (chronologie politique, militaire et si ressources suffisantes chronologies économiques et culturelles)

-Des notices biographiques sur les grands personnages de l’histoire du pays concerné. Ce sera un choix totalement arbitraire mais qui je l’espère restera pleinement cohérent.

-La partie uchronique avec l’histoire au delà du point de divergence de mon œuvre (à savoir le 9 novembre 1939 et la mort d’Hitler dans un attentat)

-Une partie consacrée aux forces armées du pays concerné avec une rapide chronologie, un Ordre de bataille étoffé (si les sources nécessaires sont accessibles à votre serviteur) et de la liste des principales armes, des principaux véhicules, des principaux navires et aéronefs.

Je serai un peu plus prolixe, un peu plus volubile si le modèle est un modèle national ou un appareil peu connu. Inutile par exemple de présenter le Messerschmitt Me-109 en service en Suisse ou le Panzer IV utilisé par l’armée espagnole.

J’ai donc dis devais s’organiser ainsi. J’ai décidé de faire évoluer le plan pour les F.S n°3 et 4 consacrées respectivement à l’Irlande et à la Suisse qui s’organiseront de la façon suivante :

-Une chronologie générale

-Les grandes figures de l’histoire irlandaise et de l’histoire suisse

-Une histoire plus détaillé qui pourrait débuter dès 1937 pour l’Irlande quand celle-ci devient pleinement indépendante quinze ans après la naissance de l’Etat Libre d’Irlande et qui débutera en novembre 1939 pour la Suisse faute d’événements saillant.

-Les forces armées irlandaises et suisses : histoire militaire, organisation et armement

En revanche pour les F.S5 (Suède), F.S6 (Pologne) et F.S7 (Turquie) je reviendrai au plan initial sauf nouveau changement mais ça chers lecteurs vous commencez à être habitués.

Une fois le Tome 12 terminé, je pense réaliser un gros travail préparatoire que je conserverai pour moi (notamment un document cadre sur le conflit), je rédigerai peut être des annexes que je publierai en alternance avec les récits du conflit. Je pense aussi à une chronologie générale du conflit qui elle pourrait être publiée.

Je n’exclu pas de réaliser des mises à jour ou de poster des textes préparatoires pour vous permettre chers lecteurs de patienter avant le postage du conflit en bonne et due forme.

Je rédigerai ensuite le récit du conflit en m’inspirant je le reconnais de l’uchronie « 1940 La France continue » qui imagine une France continuant la guerre en juin 1940 plutôt que de se vautrer dans le renoncement avec peut être des personnages fictifs dont on pourrait suivre les aventures. Là encore le récit se découpera en différents tomes (sous réserve d’éventuelles modifications) :

-Tome 1 ou 13 : Europe occidentale et Balkans

-Tome 2 ou 14 : Méditerranée et Afrique (Nord et orientale)

-Tome 3 ou 15: Front russe

-Tome 4 ou 16 : Asie-Pacifique

-Tome 5 ou 17 : Peut être un tome consacré à l’arrière plan politique et diplomatique voir sur l’évolution d’après guerre avec par exemple deux guerres du Vietnam (1960-1967 et 1970-77). Cela sera aussi peut être l’occasion d’imaginer l’évolution des différentes armes en parlant davantage des équipements qui vont équiper notamment l’armée française.

Comme depuis le début chers amis lecteurs, chers amis suiveurs bonne lecture. C’est vous par vos réactions, vos commentaires qui me donnent envie de continuer et d’achever cette œuvre monumentale au point que je crains un grande vide une fois celle-ci terminée. Peut être pourrai-je enfin me lancer sérieusement dans l’écriture d’un roman, un projet que je caresse depuis cinq six ans maintenant.

Henri Dunant

Cette quatrième fiche synthétique est donc consacrée à la patrie de Guillaume Tell, de Jomini, d’Henri Dunant, la Suisse.

Cet état né de l’union de trois cantons au 13ème siècle est resté indépendant durant quasiment toute son existence à la fois parce que son relief rendait la défense aisée, par sa position centrale et aussi parce que la neutralité suisse avait beaucoup d’avantages pour les relations internationales et l’espionnage.

On à l’image d’un pays à l’histoire paisible mais en réalité l’histoire suisse à connu de véritables coups de chaud. Le pays à notamment du s’imposer contre les habsbourgs dont la dynastie originaire de Haute-Alsace à tenté de faire des cantons suisses une possession patrimoniale.

Une fois l’indépendance acquise à la toute fin du 15ème siècle (traité de Bâle du 22 septembre 1499), la Suisse va être au cœur de soubresauts que va connaître l’Europe durant la Renaissance notamment les questions religieuses.

C’est aussi à cette époque que le soldat suisse acquiert sa réputation de meilleur soldat d’Europe ce qui lui voudra d’être très recherché par les différentes monarchies européennes avant que la France suite à la paix perpétuelle du 7 novembre 1515 ne s’en réserve le monopole. Des unités suisses vont ainsi protéger les rois de France jusqu’en 1792 puis de 1815 à 1835 quand décision est prise de regrouper tous les soldats étrangers au sein d’un corps améné à devenir légendaire : la Légion Etrangère.

La France justement tenta sous le Directoire et sous Napoléon 1er de mettre au pas les turbulents cantons suisses mais sans succès la république helvétique se révélant être un échec (1798-1803). Néanmoins cette tentative unitaire à ancré l’idée d’égalité entre les cantons, idée qui ne sera jamais remis en cause.

Au cours du 19ème siècle comme ailleurs en Europe il y eu un conflit entre libéraux et conservateurs aboutissant à la Guerre du Sonderbund (3 au 29 novembre 1847) qui la dernière guerre à laquelle à participé le pays, la Suisse restant neutre durant les deux conflits mondiaux sans que cela gêne le moins du monde les différents belligérants.

23-Armée de terre Ligne Maginot (33)

Secteur Fortifié de Colmar

L’organisation de ce secteur fortifié repose sur les mêmes principes que le Secteur Fortifié du Bas Rhin. La densité des casemates y est à peine plus élevée que dans le SFBR, le point le plus solide étant les abords des ponts qui relient Breisach (Allemagne) à Neuf-Brisach (France) et ouvrent la route de Colmar à l’assaillant.

Sur le plan organisationnel, ce SF est divisé en deux sous-secteur, le sous-secteur d’Elsenheim défendu par le 42ème RIF et le sous-secteur de Dessenheim défendu par le 28ème RIF.

Après la démobilisation, seul le premier est maintenu en ligne pour couvrir tout le secteur avec l’aide du 242ème RI de SF, un régiment mobilisé en septembre 1939 et maintenu en ligne avec un bataillon complet et un bataillon allégé.

Sous-secteur d’Elsenheim

-La 1ère ligne de casemates (casemates des berges) est composée du nord au sud successivement d’un abri actif (exemplaire unique) défendu par une cloche GFM et une cloche M, de deux Abris type A1 Cl défendus chacun par une cloche GFM, une casemate simple type M1P disposant d’un créneau JM/13.2, d’un créneau JM et d’une cloche GFM, une casemate type M2P disposant de deux créneaux JM/13.2, de deux créneaux JM et d’une cloche GFM, un Abri type A2 Cl défendu par une cloche GFM et de cinq casemates type M2F disposant de deux créneaux JM/13.2, de deux créneaux JM et d’une cloche GFM.

-La 2ème ligne ou ligne des abris dispose d’un abri type A2Cl défendu par une cloche GFM, un abri type A3 sans cloche et un abri type A3 Cl avec une cloche GFM.

-La 3ème ligne ou ligne des villages avec quatre casemates CORF type SFBR disposant de deux créneaux JM/AC 47, deux créneaux JM et une cloche GFM, deux casemates CORF type SFBR spécial avec en plus des précédents une cloche M et trois casemates type M2F.
Sous-secteur de Dessenheim

Canon antichar de 47mm en position. Le canon est mobile, pouvant être remplacé si nécessaire par un JM

Canon antichar de 47mm en position. Le canon est mobile, pouvant être remplacé si nécessaire par un JM

-La 1ère ligne de casemates comprend dans ce sous-secteur successivement deux casemates type M2F, un abri type A1 Cl, une casemate type M1F, un casemate simple flanquant vers le sud avec un créneau JM/AC 47, un créneau JM et une cloche GFM et sept casemates type M2F.

-La 2ème ligne ou ligne des abris comprend un abri type A3Cl, un abri type A2 allongé sans cloche, une casemate type M2F et deux abris type A2Cl.

-La 3ème ligne dispose de treize casemates CORF type M2F et un casemate type spécial disposant de deux créneaux JM/AC 47, deux créneaux JM et une cloche GFM.

Secteur Fortifié de Mulhouse

Ce secteur fortifié représente une vraie dualité avec une partie nord de Rumersheim à Hombourg organisée d’une façon assez semblable à celle des SF Bas Rhin et Colmar et une partie sud dont la mise en défense est gênée par les traités de 1815 qui interdisent toute fortification à moins de trois lieues (environ 12km) de Bâle.

Ces contraintes génèrent une trouée qui pourrait être mise à profit par un assaillant pour exploiter sa percée. Pour limiter ce risque, la 7ème RM fait construire une position légère en arc de cercle autour de Bâle en respectant les interdictions du traité.

Cette bretelle qui demarre à partir de Krembs se compose de quinze blockhaus STG pour l’infanterie et deux casemates d’artillerie. L’intervalle entre Krembs et Lombourg n’est couvert que par quelques ouvrages type MOM qui bénéficie de la forêt de la Hardt qui rend peu probable une percée allemande dans ce secteur.

Ce secteur fortifié dispose d’un sous-secteur, le sous-secteur de Schliebach armé par le 10ème RIF, un régiment mobilisé en septembre 1939 et maintenu en ligne après l’automne 1940.

Durant la période où le secteur fortifié de Mulhouse est devenu le 105ème DIF, existaient également le 8ème bataillon de mitrailleurs et le 371ème RI de secteur fortifié, régiments dissous à la démobilisation.

-La 1ère ligne ou ligne des berges est composée dans ce secteur de deux casemates doubles type M2P et deux casemates doubles type M2F armées de deux créneaux JM/13.2, de deux créneaux JM et d’une cloche GFM; d’un abri pour deux groupes,d’un abri PC et de deux abris pour un groupe.

-La 2ème ligne ou ligne des abris comprend une casemate double armée de deux créneaux JM/AC 47, deux créneaux JM, une cloche M et deux cloches GFM et une casemate simple flanquant vers le sud disposant d’un créneau JM/AC 47, d’un créneau JM et d’une cloche GFM.

-La 3ème ligne ou ligne des villages dispose de deux casemates doubles type CORF armés de deux créneaux JM/AC 47, de deux créneaux JM et d’une cloche GFM, de deux casemates doubles type CORF armés de deux créneaux JM/13.2, de deux créneaux JM et une cloche GFM et de deux blockhaus doubles type STG.

-La Bretelle de Kembs disposent au final de quinze blockhaus STG armés de deux créneaux JM/AC 47, de deux créneaux JM et d’une cloche GFM plus deux blockhaus d’artillerie pour canons de 75mm.

Secteur Fortifié d’Altkirch

Initialement, la Haute-Alsace devait être traitée comme le reste de la frontière allemande avec des ouvrages puissants afin d’éliminer la hantise d’un envellopement par le sud du dispositif français ou hypothèse suisse.

Cette hypothèse étant à l’époque (fin des années vingt), la moins probable, les travaux sont repoussés en deuxième urgence. Il faut attendre 1934 pour que les autorités politiques et militaires se penchent à nouveau sur la fortification de la région avec mine de rien de grandes ambitions.

On prévoit ainsi la construction de quatre ouvrages d’artillerie dont un aurait du comporter douze blocs (ce qui en aurait fait un des plus puissants de la ligne), six ouvrages d’infanterie et soixante-huit casemates.

Hélas ce projet est à nouveau ajourné et la 7ème région militaire, suivant les instructions de Daladier fin 1936 décide d’organiser la région avec de la «fortification camelotte» pour tenir les hauteurs à l’ouest de Bale, toujours en dehors des limites neutralisées par le traité et pour neutraliser les voies d’accès menant à Belfort.

Les travaux comprennent la réalisation de trois centres de résistance à Sierentz, Bettlach-Oltingue et Roedersdorff-Blochmont où sont construits sept casemates d’artillerie pour canons de 75mm modèle 1897/33 et dix blockhaus STG (deux canons de 47mm de marine, deux mitrailleuses de 8mm et deux FM par blockhaus).

En 1937, la construction de trois nouveaux centres de résistance est étudiée (Stetten, Ranspach-le-Haut et Trois-Maisons) mais finalement, on préfère construire une ligne de casemates s’appuyant sur les centres de résistance existants.

On trouve également dans ce secteur douze positions d’artillerie (155L et 240 modèle 1884) pour interdire les ponts de Bâle et de Huningue.

En 1939, cette position est prolongée par un tronçon de treize blockhaus, deux observatoires et quatorze abris de part et d’autres du Glaserberg.

Sur le plan organisationnel, le SF d’Altkirch est divisé en deux sous-secteurs, le premier le sous-secteur de Franken est tenu par le 171ème RIF alors que le sous-secteur de l’Ill est tenu par le 12ème RIF.

Le premier régiment qui est un régiment d’active reste en ligne tout comme le 12ème RIF qui est cependant transféré au SF de Montbeliard, le 171ème RIF assurant la garde du sous-secteur de l’Ill, un nouveau régiment devant être créé en cas de guerre à partir de la compagnie de gardiennage.

Sous-secteur de Franken

Ce sous-secteur dispose de trente-deux blockhaus type STG avec successivement du nord au sud, trois casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm 97/33 flanquant à droite, un blockhaus simple flanquant vers le nord, un blockhaus simple flanquant vers le sud, trois blockhaus doubles, un blockhaus simple flanquant vers le nord, huit blockhaus doubles dont 2 équipés de deux cloches GFM, les autres n’en possédant qu’une.

On trouve également un blockhaus double allégé avec deux créneaux de mitrailleuses et une cloche Pamart, un blockhaus double, un blockhaus simple allégé flanquant vers le nord, deux blockhaus doubles allégés, un blockhaus double équipé de deux cloches GFM, une casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm 97/33 flanquant à gauche, un blockhaus double, quatre blockhaus doubles allégés, une casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm 97/33 flanquant à gauche et deux blockhaus doubles.

Canon de 75mm modèle 1897 modifié 1933. Insatisfaisant pour le service campagne, il fût relégué sur la Ligne Maginot

Canon de 75mm modèle 1897 modifié 1933. Insatisfaisant pour le service campagne, il fût relégué sur la Ligne Maginot

Sous-secteur de l’Ill

Ce sous-secteur dispose de cinq casemates STG (une casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm 97/33 flanquant à gauche, un blockhaus double avec deux cloches GFM, une casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm 97/33 flanquant à gauche, un blockhaus double avec une cloche GFM et un blockhaus double allégé avec deux créneaux de mitrailleuses), des barrages de route avec canons de 47mm sous blockhaus et mitrailleuses de 8mm sous coupoles mobiles ainsi que quatre positions d’artillerie : huit emplacements pour canons de 155L modèle 1916 avec six abris, quatre emplacements pour canons de 240 Saint Chamond avec 4 abris.

Le Glaserberg

Ligne fortifiée type MOM avec treize blockhaus, deux observatoires et quatorze abris

Secteur Fortifié de Montbeliard

Pas d’organisations spécifiques mis à part les vieux forts type Seré de Rivière qui sont modernisés à minima et armé par le 12ème RIF.

Secteur Fortifié du Jura Central

Ce secteur est d’une faible valeur défensive avec des forts type Seré de Rivière (Larmont, Joux et Saint Antoine), quelques blocs et sept casemates STG. Ils doivent être occupés en temps de guerre par les 81ème et 91ème Bataillons Alpins de Forteresse créés au printemps 1944.

23-Armée de terre Ligne Maginot (16)

L’organisation de la frontière nord

-La 1ère région militaire (Lille) va être particulièrement prolixe, volubile, expansive dans la conception de fortifications de campagne en développant une gamme complète d’abris de tir et de blocs adaptés à toutes les configurations.

On trouve ainsi des abris de tir (type A et B pour une mitrailleuse et deux FM, N1 et N2 pour une mitrailleuse ou un canon antichar avec une précision sur l’emplacement des armes : d pour droite g pour gauche et f pour frontal)

On trouve également des blocs (type A pour une mitrailleuse ou un antichar, type B pour une mitrailleuse ou un antichar, type D [a,b,c et d] pour une mitrailleuse, un canon antichar et deux FM, type Ds [d ou g] pour une mitrailleuse, un canon antichar et trois fusils mitrailleurs, type G (1,2 et 3) pour une mitrailleuse, un antichar et quatre FM, type Gs [d ou g] pour une mitrailleuse ou un canon antichar, un type E2, un type H, un type M1 pour deux à cinq FM, des type S (1 2 3 4) spéciaux.

On trouve enfin des observatoires type O1 O2 O3 et O4

-La 2ème région militaire (Amiens) va faire réaliser le long de la Meuse et de la Chiers une série de petits blocs moins bien conçus que ceux de la 1ère RM, des petits blocs ou des abris pour canons antichars et mitrailleuses.

-La 20ème région militaire (Nancy) fait réaliser une coupole bétonnée pour une ou deux mitrailleuses connue sous le nom de «Coupole d’Haguenau», de nombreuses cuves bétonnées pour canons de 47 et de 65mm et de points d’appui comportant plusieurs petits blocs ou plate-formes de tir (27 points d’appui pour 120 petits blocs).

Blockhaus Garchery

Blockhaus Garchery

-La 7ème région militaire (Besançon) va elle aussi mettre au point une série d’ouvrages passés à la postérité sous le nom de «Blockhaus Garchery» (ou type G). Le général Garchery s’attache à renforcer la défense du Rhin en faisant réaliser à partir de 1938 des blockhaus équipés de mitrailleuses ou de FM, installés tous les 1000m environ.

On note également la présence de blockhaus de digue, petits blocs implantés le long de la digue d’inondation au débouchés de la forêt du Rhin, des coupoles pour mitrailleuse, desabris, des PC ainsi que des points d’appui composés de plusieurs petits blocs.

Blockhaus type STG (Service Technique du Génie)

Blockhaus type STG (Service Technique du Génie)

A partir de 1937, la Section Technique du Génie (STG) reprend les choses en main en diffusant des modèles de blockhaus standard appelés Blockhaus STG construits dans le cadre du programme Prételat.

Ces blockhaus sont des unités assez imposantes (environ 600 m²) comportant pour chaque chambre de tir, deux créneaux en échelons refusés (un pour canon antichar de 25 ou de 47mm et une pour mitrailleuse). Entre 1937 et 1939, différentes versions de ces blockhaus sont construits :

-Blockhaus type STG A (double)

-Blockhaus type STG A 1 (double avec cloche)

-Blockhaus type STG B (blockhaus simple)

-Blockhaus type STG B 1 (blockhaus simple avec cloche)

En septembre 1936, Edouard Daladier alors ministre de la Défense Nationale et de la Guerre émet une circulaire dont il ressort deux idées précises : l’amélioration du front des Flandres et le verrouillage de la Haute Alsace pour éviter qu’une invasion allemande par la Suisse ne prenne à revers les fortifications CORF. La priorité donnée à la Haute Alsace sera telle que dès 1939, les 32 blockhaus STG prévus seront achevés alors qu’il faudra attendre le printemps 1941 dans les autres régions.

Le Service Technique du Génie (STG) va aussi mettre au point des casemates d’artillerie et ce à partir de 1937. Comme les casemates d’artillerie décrits plus haut, ils sont destinés à abriter des canons de 75mm mais cette fois, les vénérables modèle 1897 ont cédés la place à un canon de 75mm modèle 1897 modifié 33 en réalité un bon vieux «75» dont l’affût d’origine à été remplaé par celui de l’obusier de 105mm modèle 1935. Ce canon à l’origine prévu pour les DIM ayant été reversé à la fortifications car non satisfaisant.

Canon de 75mm modèle 1897 modifié 1933. Insatisfaisant pour le service campagne, il fût relégué sur la Ligne Maginot

Canon de 75mm modèle 1897 modifié 1933. Insatisfaisant pour le service campagne, il fût relégué sur la Ligne Maginot

Ce casemate sera réalisé en deux versions (dont un exemplaire unique à cloche GFM), une version à deux pièces (neuf casemates) et une version à une pièce (dix casemates).

D’autres blocs vont être réalisés comme les neuf casemates Pamart équipés de cloches Pamart de récupération (deux dans le SF de Crusnes, une dans le SF Boulay, deux dans le SD d’Altkirch et quatre dans le SF Faulquemont)

D’autres observatoires vont être équipés de cloches Digoin et un autre recevra l’unique cloche type Héronfontaine.

D’autres constructions vont être réalisés en avant de la Ligne Principale de Résistance, les maisons fortes pour GRM, les maisons fortes des Ardennes et les avant-postes d’Alsace.

-Les Maisons Fortes pour GRM (Gardes Républicains Mobiles) ont été construits à partir de 1935 sur la majorité des axes venant de la frontière allemande voir du Luxembourg.

Ces maisons ne sont pas destinées à servir de position de résistance prolongée mais doivent abriter une petite garnison destinée à faire jouer les destructions (ponts, routes…) et à servir de sonnette.

Ces maisons fortes se composent d’un local habitation accompagné d’un ou deux blockhaus, d’une barrière et d’un dispositif de mines. Ces maisons fortes sont essentiellement armées de mitrailleuses avec ultérieurement le renfort de grenades VB et d’un canon de 37mm.

-Les Maisons Fortes des Ardennes sont semblables aux précédentes. Leur construction est plus tardive (1937-38) et leur forme différente, le local d’habitation surmontant le blockhaus ce qui peut constituer un camouflage. Elles sont armées de canons antichars, de mitrailleuses et de fusils-mitrailleurs fournis par les troupes d’intervalles. Vingt-deux maisons fortes de ce type ont été construites.

-Les Avant-postes d’Alsace se repartissent en deux catégories : de véritables avant poste au nombre de vingt-six et trente-quatre maisons fortes semblables à celles des Ardennes construites _ironie de l’histoire_ sur un tracé épousant assez largement le tracé initial proposé en 1926 par la CORF.