Japon (7) Géopolitique (2)

Le Japon et l’Axe : une alliance imparfaite

Dans les années vingt et les années trente, des régimes autoritaires plus ou moins fascisants se mettent en place en Europe. La montée des partis «fascistes» et autres mouvements autoritaires ne concernent pas uniquement les vaincus du premier conflit mondial comme l’Allemagne ou les pays issus de l’éclatement de la Double-Monarchie austro-hongroise. L’Italie, puissance victorieuse est d’ailleurs la première à ouvrir le bal dès 1922.

Lire la suite

Publicités

Japon (6) Géopolitique (1)

GEOPOLITIQUE DU JAPON

Avant-Propos

En septembre 1948, quand le second conflit mondial éclate en Europe, le Japon est la puissance majeure en Asie du Nord-Est et même en Asie en général.

Lire la suite

Japon (5) Histoire (4)

La marche à la guerre

Rien n’aurait pu empêcher la guerre d’éclater en 1945 et pourtant elle ne va éclater qu’en mars 1950 à l’initiative du Japon. Comment expliquer un tel décalage ?

Charles Linbergh

Charles Linbergh

Longtemps, ce décalage à été mis sur une volonté d’apaisement du président républicain Linbergh élu en novembre 1944 contre un Roosevelt très affaibli par la maladie (il allait mourir en avril 1945) et entré en fonction en janvier 1945 mais les historiens ont relativisé ce impact.

En réalité, ce décalage s’explique encore et toujours par des querelles de pouvoir, le caractère sinueux de l’empereur Hiro-Hito ainsi que l’absence d’une stratégie claire.

Hirohito

Hiro Hito

Si l’option Nord contre l’URSS est rapidement écartée et l’option Sud privilégiée, cela n’empêche pas les élites japonaises se déchirer entre extrémistes et pragmatiques (que les premiers traitent de tièdes), entre partisans d’une guerre courte (avec la fameuse bataille décisive) et ceux voulant privilégier une guerre longue.

Comme souvent dans ce système polycratique, le plan de conquête japonais va être imparfait, privilégiant l’opportunité sur une stratégie clairement définie. Bien sur, le plan est souvent la première victime de la guerre (Clausewitz) mais les japonais vont se lancer dans ce conflit avec un mépris à peine dissimulé pour les occidentaux vus comme faibles et inaptes au combat.

La guerre aurait éclaté en 1941/42, la situation aurait été sûrement plus avantageuse pour Tokyo car à l’époque les forces occidentales présentes en Asie du Sud-Est étaient peu nombreuses, mal entrainées, peu enthousiastes et mal équipées.

Au printemps 1950, la situation est nettement moins favorable aux japonais. La France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne mais également les Pays-Bas ont sérieusement renforcé leurs forces militaires dans la région qu’il s’agisse de leurs forces terrestres, aériennes navales.

Cela ne veut cependant pas dire que les japonais n’ont aucune chance. En effet, les occidentaux vont également commettre un pêcher d’orgueil vis à vis de leur adversaire vu comme inapte à la guerre moderne avec un matériel inférieur. Le réveil sera rude……. .

Une partie des archives japonaises ayant disparu dans les bombardements aériens américains, il est difficile de reconstituer exactement le processus de mise au point du plan d’invasion des colonies européennes d’Extrême-Orient. Les procès d’après guerre ont certes apporté quelques éléments mais il faut prendre avec précautions les déclarations d’hommes cherchant à se justifier et à éviter la peine de mort.

Ce qui est certains c’est que l’objectif premier des opérations est de s’emparer des ressources dont manque le Japon pour mener une guerre longue qu’il s’agisse du pétrole des Indes Néerlandaises, du caoutchouc de Malaisie, du charbon et du riz d’Indochine, de métaux précieux……. .

L’espoir des dirigeants japonais est de mener cette guerre suffisamment rapidement pour rendre inexpugnable leur sphère de coprospérité et obliger les alliés à une paix de compromis.

Cette stratégie n’est pas insensée mais elle se heurte à plusieurs problèmes notamment l’absence d’une politique claire vis à vis des populations indigènes et surtout l’absence de stratégie d’exploitation et de protection des ressources.

Aussi incroyables que cela puisse paraître, les japonais ne se sont jamais préoccupés de la protection de leurs lignes de communication. Pour eux l’escorte et la lutte anti-sous-marine étaient des missions indignes. Rien ne comptait plus que le combat, la bataille décisive.

Le résultat n’allait pas tarder à se faire sentir. Non seulement les opérations allaient se révéler bien plus coûteuses que prévues mais en plus les ressources si chèrement acquises ne pourront alimenter une industrie métropolitaine vite dépassée en termes quantitatifs et qualitatifs par une industrie américaine dont les japonais ont sous-estimé la puissance (à de rares exceptions près).

La guerre allait pourtant durer quatre ans et demi et causer des souffrances abominables. Si la guerre en Europe allait être violente mais sans barbarie excessive (à l’exception du front russe), la guerre en Asie-Pacifique allait être sans merci de part et d’autre.

Outre un profond mépris des deux civilisations, il faut y ajouter un mépris côté japonais pour les prisonniers (qui subiront vexations, tortures et massacres), une haine des occidentaux contre des japonais tous vus comme des guerriers fanatiques et irréductibles, un racisme partagé sans oublier un climat abominable qui fait ressortir le pire qui est en chaque homme.

Le plan de guerre japonais est arrêté dans ces grandes lignes au printemps 1948. A cette époque, les tensions se font de plus en plus fortes en Europe entre l’Allemagne d’un côté, la France et la Grande-Bretagne de l’autre. L’entrée en guerre n’est néanmoins pas prévue avant le printemps 1949.

Bien qu’alliés, Tokyo et Berlin n’échangent aucune information d’ordre stratégique, n’ébauchent aucun plan commun pour mener une guerre mondiale. Chaque pays va mener sa propre guerre dans son coin, se gardant de prévenir son «allié» de ses futures opérations même si cela provoque des problèmes dans leur zone d’opérations.

Quand l’Allemagne attaque la Norvège le 5 septembre 1948, Tokyo l’apprend par son chargé d’affaires à Berlin qui l’à lui même appris en lisant les journaux. Tokyo comprend définitivement que Berlin se moque de prévenir son allié et va décider de faire cavalier seul.

Il y aura bien une coopération mais elle se limitera par exemple au ravitaillement des corsaires allemands dans le Pacifique ou au transfert de quelques technologies militaires de l’Allemagne par le Japon sans oublier des métaux précieux mais nous sommes là bien loin du degré de coopération entre les alliés après l’entrée en guerre des Etats-Unis.

Finalement, le Japon n’entrera pas en guerre au printemps 1949 mais un an plus tard en mars 1950 pour une raison encore mal connue aujourd’hui. Volonté de tester les Etats-Unis ? Volonté d’achever le maximum de navires, de produire le maximum d’avions et de chars avant une entrée en guerre incertaine ?

Le plan est simple dans sa forme globale mais assez complexe dans sa réalisation puisqu’il prévoit des opérations simultanées à plusieurs milliers kilomètres de distance. C’est ainsi que tout en frappant la Pacific Fleet à Pearl Harbor, le Japon prévoit de lancer son opération contre les Philippines tout en menant des frappes limitées contre Guam et Wake.

Quelques jours après ce raid, le Japon prévoit d’envahir par voie terrestre l’Indochine et de réaliser plusieurs débarquements en Indochine et en Malaisie en attendant les Indes Néerlandaises et leur précieux pétrole.

Ces opérations réalisées, les japonais prévoient de s’emparer de la Birmanie pour menacer l’Inde britannique et définitivement isoler la Chine nationaliste de Tchang-Kaï-Chek.

Ils prévoient également de s’emparer de la Nouvelle-Guinée, des Salomons et de la Nouvelle-Calédonie pour couper le duo Australie-Nouvelle Zélande des Etats-Unis et rendre la reconquête encore plus longue et difficile.

Le conflit montrera que le Japon à eu les yeux plus gros que le ventre. Méprisant les contingences logistiques, méprisant l’ennemi, vouant un culte à la bataille décisive, le Japon se révélera incapable de relever le gant de la guerre longue, de la guerre patiente et méticuleuse.

Pire encore, alors que la guerre est perdue, que l’ineluctable ne peut être repoussé, le Japon s’enfoncera peu à peu dans une stratégie toujours plus suicidaire, une version nippone du «Plus un pas en arrière» où les soldats du Mikado se feront tués sur place ou se livreront à des charges suicidaires contre les chars et les mitrailleuses américaines, les trop fameuses charges «Banzaï».

Pire encore, ils se lanceront dans des attaques suicides, espérant pousser les américains et leurs alliés à renoncer à la guerre au profit d’une paix de compromis mais comme on le verra durant le conflit, cette politique ne fera que renforcer le stéréotype du japonais fanatique qu’il s’agit d’exterminer. En clair, les kamikazes n’auront fait que ralentir l’inéluctable à savoir la défaite japonaise.

Quand à la marche à la guerre, elle sera d’une logique mathématique. Après plusieurs années d’hésitation, le gouvernement américain décide de renforcer son aide à la Chine et d’imposer un embargo à des produits stratégiques comme l’essence d’aviation que le Japon n’arrive pas à produire chez lui en quantité industrielle.

Cet embargo est vu comme un véritable acte de guerre. Cela renforce le camp des faucons au détriment des colombes même si le camp de ces derniers n’à rien contre une guerre contre les Etats-Unis jugée par tous comme vitale pour la sécurité présente et à venir du Japon. Simplement entre faucons et colombes, on trouve une divergence en matière de calendrier.

Cet embargo décidé à l’automne 1949 ne tarde pas à produire ses effets sur l’économie japonaise qui doit commencer à puiser dans des réserves stratégiques patiemment accumulées mais qui devaient être utilisées pour le conflit.

L’offensive prévue pour septembre 1950 doit être avancée pour mars 1950. Le 21 mars 1950, les premières bombes tombent sur Pearl Harbor marquant le début du second conflit mondial dans cette partie du monde.

Le début d’un conflit de quatre ans et demi, un conflit d’une violence et d’une virulence inouie qui s’acheva par deux bombes atomiques qui vétrifièrent Hiroshima et Nagasaki, faisant entrer le monde dans l’ère atomique. Un conflit dont le Japon allait sortir métamorphosé pour le meilleur et pour le pire.

Le Japon dans la guerre

Théoriquement, l’opération sur Pearl Harbor était prévue pour le dimanche 19 mars mais suite à un contre-temps, l’opération ne sera déclenchée que le mardi 21 mars avec des conséquences dramatiques pour le Japon. Si le cuirassé Washington est coulé, les dégâts se révèlent in fine limités, la majorité des navires étant rapidement remis en état.

Plus grave encore pour la marine japonaise, les installations de Pearl Harbor sont quasiment intactes notamment les réservoirs de carburant, les bassins et les ateliers du Pearl Harbor Navy Yard.

Les aérodromes (de la marine et de l’Armée) sont sévèrement endommagés, les pertes en avions sont lourdes mais les pertes humaines nettement plus faibles. De toute façon les avions vont être rapidement remplacés par une industrie qui ne tarda pas à surclasser son homologue nippone.

De plus une partie de la flotte américaine manque d’intercepter la force expéditionnaire japonaise qui parvient à se replier sans dégâts majeurs, les américains pourtant en supériorité renoncent à la poursuite de crainte de tomber dans une embuscade dévastatrice.

En dépit de ces résultats mitigés, le Japon connait une série de succès s’emparant de Hong-Kong après une longue résistance (20 mars-6 juin). Les prisonniers alliés sont massacrés par l’armée japonaise ce qui ne fera que renforcer la détermination des alliés qui comprennent à cet instant que cela ne sert à rien de se rendre.

Comme le dira un soldat britannique dans une lettre «Je suis déjà mort, cela ne sert à rien d’espérer s’en sortir. Ma seule crainte c’est de ne pas emmener en enfer suffisamment de jaunes avec moi».

Deux jours après le raid sur Pearl Harbor, l’Indochine est attaquée par le Japon, une attaque terrestre qui voit les postes frontaliers balayés en quelques jours mais ils n’étaient pas faits pour cela.

La ligne Doumer censée protéger la conurbation Hanoï-Haïphong tient deux semaines avant de céder, la percée étant facilitée par une série de débarquements tactiques derrière chaque ligne de résistance française qui cèdent les unes après les autres non sans de durs combats et hélas, trois fois hélas des exactions multiples, des deux côtés.

Les 3 et 4 avril 1950, les forces navales alliées sont défaites dans le Golfe de Thaïlande. Cette victoire est une véritable victoire à la Pyrrhus mais elle libère le Japon de la menace navale alliées contre leur progression présente en Indochine et à venir en Malaisie.

Entre temps, le 24 mars 1950, les Philippines sont envahies marquant le début de la première campagne des Philippines qui s’achève en octobre quand la quasi-totalité de l’archipel est sous contrôle japonais.

Quelques îles vont rester aux mains des américains, facilitant la reprise ultérieure de l’archipel qui ne sera jamais vraiment contrôlé par les japonais.

A chaque fois le même scénario se répète. Les japonais l’emportent mais au prix de pertes effroyablement élevées. De plus, ils perdent dès le début la «bataille de l’opinion» en se livrant à des massacres et des exactions qui leur alliene le peu de sympathie qu’ils pouvaient susciter.

Comme le dira un intellectuel vietnamien «l’occupation japonaise m’à permis de comprendre combien le joug français était doux et amical».

En juin 1950, les japonais débarquent en Malaisie. En dépit de moyens militaires limités (même si tout est relatif), Tokyo peut se permettre de lancer trois campagnes simultanées.

Ces campagnes avancent à un rythme inégal en raison de troupes d’inégale valeur, d’un manque de moyens logistiques et d’une résistance ennemie plus ou moins acharnée. Elles ont le mérite de paralyser les alliés.

En effet les britanniques, les américains, les français et les néerlandais se savent pas où donner de la tête. Chaque pays défend ses intérêts, les querelles de pouvoir et de personnes parasitent un plan de résistance commun. Les japonais avancent donc aussi bien grâce à leur puissance militaire qu’à cause de la «faiblesse» de leurs adversaires.

La fin 1950 voit l’Indochine succomber. Certes le Laos reste hors de portée de la soldatesque japonaise mais isolé, le royaume ne peut guère espérer autre chose qu’attendre une potentielle libération.

Une base est implantée à la frontière thaïlandaise, la base Epervier entrée dans l’histoire sous le nom de Dien-Bien-Phu. Cette base va servir de point d’appui pour des opérations de guérilla, constituant une nuisance mais seulement une nuisance. Son intérêt majeur est d’empêcher les japonais de déployer des moyens militaires ailleurs où ils auraient été plus utiles stratégiquement parlant.

Un mois plus tard, en janvier 1951 c’est autour de la Malaisie de passer sous la férule nippone après une campagne de sept mois où les alliés (britanniques, indiens, australiens et néo-zélandais, malais et chinois) ont vendu chèrement leur peau mais toujours avec le sentiment de ne faire que ralentir l’inéluctable.

Les mauvaises nouvelles s’enchainent puisque les Indes Néerlandaises sont occupées en février 1951 malgré l’héroïque résistance des troupes néerlandaises. Singapour boucle la boucle en avril 1951.

La mauvaise série s’interrompt en juin 1951 quand l’avance japono-thaïlandaise est stoppée dans le nord de la Birmanie. Le Japon atteint là son avancée maximale, l’Inde ne sera jamais menacée d’être envahie par les soldats du Mikado.

La guerre se déplace alors plus au sud. La Nouvelle-Guinée succombe dans sa quasi-totalité à l’offensive nippone même si Port Moresby ne verra jamais le drapeau japonais flotter.

De mars à septembre 1951, une terrible campagne oppose les japonais aux alliés dans les Salomons (essentiellement américains mais il y à également des contingents alliés australiens, néo-zélandais et mêmes français _essentiellement des troupes rescapées d’Indochine_), une campagne se déroule sur terre, sur mer mais également dans les airs.

Les combats navals, aériens et terrestres sont abominablement violents. Généralement, les japonais tiennent la nuit alors que de jour la supériorité aérienne américaine (via les porte-avions mais également avec l’aviation basée à terre) rend toute manœuvre de la marine nippone délicate.

A terre, la jungle rend toute manœuvre délicate, rend les combats confus. La manœuvre étant difficile, les combats sont souvent frontaux et extrêmement usant pour les combattants en première ligne.

A l’issue de cette campagne, les japonais stoppés dans leur avance tentent une ultime offensive stratégique en visant la Nouvelle-Calédonie. L’échec de l’opération en octobre 1951 sonne le glas des espoirs japonais de remporter la guerre. Désormais les troupes nippones ne ferons que reculer même si ils feront payer cher aux alliés la reconquête.

Les deux camps épuisés par un début de guerre éreintant marquent une vrai pause entre novembre 1951 et février 1952. Chaque camp regroupe ses forces et s’interroge sur la meilleure stratégie à tenir.

La situation est encore favorable pour le Japon qui contrôle une grande partie de la Birmanie, la Malaisie, les Indes Néerlandaises, Singapour, l’immense majorité de l’Indochine, les Philippines, une partie de la Nouvelle-Guinée.

Cependant la situation est amenée à vite s’inverser. Non seulement l’industrie américaine produit bien plus que l’industrie japonaise mais les sous-marins américains taillent des coupes sombres dans la marine marchande japonaise, l’empêchant d’exploiter les richesses conquisses.

De nombreux territoires restent insoumis ou insuffisamment sécurisés. Les japonais réagissent avec fureur et brutalité, multipliant les opérations de nettoyage, un euphémisme pour des massacres de masse.

USS Missouri août 1944

Le USS Missouri (BB-63) fût coulé au cours de la bataille de la mer de Corail

Les 4 et 5 février 1952 à lieu la bataille de la mer de Corail, une bataille engageant porte-avions et cuirassés. Cette bataille n’est pas marquée par une victoire nette côté allié ou côté japonais mais son impact est net puisqu’il permet aux américains de préparer leur future campagne de Nouvelle-Guinée.

Non seulement les japonais doivent faire face à cette offensive dans le Pacifique mais ils doivent également surveiller l’action des britanniques depuis le nord de la Birmanie ainsi que celle de la France qui dispose d’une base expéditionnaire dans le nord du Tonkin : Dien-Bien-Phu.

A l’été 1952, la Birmanie est libérée et le Laos définitivement dégagé d’une hypothétique menace nippone.

Les américains entament eux la campagne de Nouvelle-Guinée qui s’achèvent en janvier 1953 quand les derniers japonais sont neutralisés.

Deux mois plus tard, en mars 1953, les franco-britanniques lancent l’opération Overlord, une offensive menée depuis le Laos et la Birmanie en direction de la Thaïlande puis de la Cochinchine pour isoler les forces japonaises en Malaisie et dans les Indes Néerlandaises. Saïgon est reprise en juillet 1953, la frontière chinoise atteinte fin octobre 1953 avec plusieurs mois d’avance sur le planning.

Les deux pays ont cependant effectué un effort maximum puisqu’au même moment en Europe de durs combats ont lieu en Belgique et aux Pays-Bas alors que le Rhin n’est toujours pas franchit, préservant le Vaterland d’une offensive alliée. En Méditerranée, l’Italie à changé de camp mais les combats continuent dans la péninsule.

Entre-temps, les américains font parler la puissance de leur industrie en lançant non pas une mais deux offensives stratégiques parallèles. La première vise à la reconquête des Philippines, la seconde à s’emparer des archipels japonais dans le Pacifique. La première campagne s’achève en février 1954 alors que la seconde s’achève dès septembre.

L’opération Overlord à peine terminée lui succède l’opération Zipper, la reconquête de la Malaisie et des Indes Néerlandaises (novembre 1953-août 1954). Cette campagne de neuf mois est une campagne pleinement intégrée avec de multiples opérations amphibies, des bombardements aériens massifs et des opérations aéroportées limitées surtout comparée à l’opération Phenix.

Quand s’ouvre l’année 1954, la situation pour le Japon est critique. Elle devient même désespérée en février quand simultanément les américains prennent pied en Chine continentale, à Formose et à Iwo Jima.

En dépit de cette situation apocalyptique, le Japon ne semble pas décidé à capituler à tel point que la fin de la guerre est envisagé pour 1956 ou 1957 !

Iwo Jima succombe en mars après plusieurs semaines de combat, permettant aux forces américaines d’effectuer un saut de puce en direction d’Okinawa où marines et G.I débarquent en avril 1954, s’emparant de l’île en juin après deux mois de combat.

La conquête de ces îles permet aux bombardiers américains de frapper directement le Japon, rendant la poursuite de la guerre encore plus difficile, l’industrie et les villes étant matraquées jour et nuit.

Sur le continent, les combats sont tous aussi acharnés, ne s’achevant qu’à la mi-juin 1954, juste à temps pour permettre l’utilisation d’aérodromes chinois pour l’opération Phenix, la plus importante opération aéroportée de tous les temps destinée à s’emparer de la Corée au nez et à la barbe des soviétiques qui réalisent pourtant une offensive modèle en Mandchourie en suivant les principes de l’art opératif.

Initialement, il était prévu deux débarquements amphibies au Japon mais pour éviter des pertes très élevées, les américains décident d’utiliser une nouvelle arme, la bombe atomique larguée les 6 et 9 août 1954 sur Hiroshima et Nagasaki.

Sans provoquer la capitulation du Japon, ce double bombardement liés aux bombardements conventionnels américains ainsi qu’à la menace d’un débarquement soviétique au Japon pousse l’empereur à accepter l’inacceptable.

L’idée de capitulation est admise par un discours radiophonique le 21 août 1954. Une tentative de coup d’état échoue le 27 août et quatre jours plus tard, les premières troupes américaines débarquent au Japon, s’occupant en priorité des bases navales, des bases aériennes et des camps de prisonniers où les geôliers et les prisonniers ne tardent pas à échanger leurs places.

Quand à la cérémonie de capitulation, elle à lieu en baie de Tokyo le 4 septembre 1954 à bord du cuirassé USS Montana (BB-65) qui devient pour l’éternité le «Victory Battleship», le cuirassé de la victoire.

Etats Unis (51) destroyers (11)

USS Philip (DD-496)

USS Philip (DD-498)

-Le USS Philip (DD-496) est mis en service le 8 avril 1945 après vingt-neuf mois de construction, la mise sur cale ayant eu lieu le 3 décembre 1942.

Lire la suite

Etats Unis (45) destroyers (5)

Destroyers classe Benson-Livermore

USS Benson (DD-421)

Avant-propos

Les trente-quatre destroyers de classe Benson-Livermore sont les avant-derniers destroyers américains disposant d’un gaillard d’avant, les Fletcher qui succèdent aux Gleaves marquant le retour à la configuration flush-decker ou pont ras.

Lire la suite

24-Armée de l’air (3)

Les commandements opérationnels

Les commandements opérationnels sont inspirés des Command de la Royal Air Force (R.A.F), l’armée de l’air britannique.

Ces commandements sont chargés de préparer opérationnellement parlant les différentes unités en l’occurence des escadres regroupant trois ou quatre groupes de quatre escadrilles soit un total de 108 ou 144 appareils par escadre.

Commandement de la Défense Aérienne du Territoire (CDAT)

Ce commandement regroupe les unités de chasse diurne et nocturne ainsi que la Défense Antiaérienne du Territoire (DAT), des batteries légères et lourdes;

Pour la chasse, le CDAT dispose de quatre unités différentes :

-Pour la couverture des unités de combat, l’escorte des bombardiers et la destruction des bombardiers ennemies, l’armée de l’air dispose en septembre 1948 de quarante-huit groupes de chasse à quatre escadrilles (trois monomoteurs et un de bimoteurs) répartis en seize escadres, concentrées essentiellement dans le Nord-Est et l’Est du territoire (onze escadres soit 1188 chasseurs), trois escadres couvrant le Sud-Est (324 appareils), une dans le Sud-Ouest (108 appareils) et une dernière pour couvrir l’Afrique du Nord (108 appareils).

Le bombardier hexamoteur Focke-Wulf Ta-400, une débauche de moyens pour des résultats médiocres

Le bombardier hexamoteur Focke-Wulf Ta-400, une débauche de moyens pour des résultats médiocres

Les quarante-huit groupes de chasse alignent un total de 1728 chasseurs. A cela s’ajoute un groupe d’interception équipé de vingt-sept Dewoitine D-555, un intercepteur-escorteur lourd pour contrer les bombardiers hexamoteurs allemands Focke-Wulf Ta-400.

-Ce commandement dispose également d’unités de chasse de nuit pour assurer la défense nocturne du territoire est assurée par quatre escadres de chasse nocturne à trois groupes de trois escadrilles de 9 appareils soit un total de 324 appareils, deux escadres étant stationnées dans le nord-est, une troisième dans le sud-est et une quatrième en Afrique du Nord.

-La défense locale est assurée par des Escadrilles Régionales de Chasse soit douze escadrilles régionales de chasse équipées de douze appareils soit un total de 144 appareils en métropole plus deux autres au Maroc et deux autres en Algérie soit un total de 192 avions.
-Enfin, dans les colonies et assimilés, nous trouvons des Groupes Régionaux/Coloniaux de Chasse (GRC ou GCC) voir d’escadrilles pour les territoires les plus modestes et où les menaces ennemies sont très limitées.

La Corse dispose d’un GRC (Groupe Régional de Chasse) à quatre escadrilles de neuf appareils soit 36 chasseurs monomoteurs répartis entre Solenzara avec deux escadrilles et Campo del Oro près d’Ajaccio avec deux autres escadrilles. Les mandats du Liban et de Syrie disposent d’un GCC à quatre escadrilles de neuf appareils soit 36 chasseurs.

L’AOF (Afrique Occidentale Française) dispose d’un GCC à quatre escadrilles de neuf appareils soit un total de 36 chasseurs. L’AEF (Afrique Equatoriale Française) dispose d’un GCC à trois escadrilles de neuf appareils soit un total de 27 chasseurs.

Madagascar dispose d’une escadrille indépendante de chasse basée à Antannarive équipée de douze appareils. La Martinique, la Guadeloupe et la Guyane disposent chacun d’une escadrille de douze appareils.

Pour l’AOF, l’AEF, Madagascar les Antilles, ces unités ont un rôle de souveraineté plus qu’autre chose et si les zones restent calmes, ces unités pourraient être redéployées dans des zones plus conflictuelles.

L’Indochine dispose à l’origine d’un groupe de chasse colonial (GCC) à quatre escadrilles de neuf appareils, dispersé entre Saïgon (deux), Hanoï (une) et Haïphong (une) soit 36 appareils, le nombre augmentera sensiblement entre 1945 et 1948 à tel point que quand le conflit éclatera en Europe, l’Indochine disposera de trois GCC, un couvrant la conurbation Hanoï-Haïphong, un second couvrant la région de Cam-Ranh et une troisième couvrant Saïgon. Un GCC de nuit est créé en septembre 1947 à Than-Son-Nut avec 27 appareils type Hanriot NC-600.

Quand la France entre en guerre, l’armée de l’air dispose de 2541 chasseurs dont une majorité stationnée en métropole sans oublier les apports tchèques et polonais que nous étudierons dans l’ordre de bataille de l’armée de l’air.

-La Défense Antiaérienne du Territoire (D.A.T) est organisée en Zones de Défense Antiaérienne dont le tracé est calqué sur celui des ZAM. Au niveau de chaque province, un district de défense antiaérienne regroupe les moyens avec des batteries fixes et mobiles.

Les batteries fixes sont déployées autour de Paris, autour des grands ports (Le Havre, Dunkerque, Nantes et Saint-Nazaire, Bordeaux, Marseille….) et pour protéger certaines installations industrielles sensibles. On trouve également plusieurs batteries mobiles avec pièces tractées.

Des projets de trains antiaériens envisagés n’ont finalement pas vus le jour même si les études ont été menées suffisamment loin pour qu’en quelques jours ou quelques semaines, des trains antiaériens puissent voir le jour.

Commandement des Forces Aériennes Tactiques (CFAT)

Ce commandement regroupe l’aviation d’assaut et les unités de bombardement léger et moyens pour assurer l’appui-feu des troupes au sol, l’appui-tactique par la destruction des arrières immédiats (plots logistiques, postes de commandement……) et le bombardement de l’industrie et des axes de communication (routes, ponts, voies ferrées). Pour cela ce commandement regroupe les moyens suivants :

Avion d'assaut Bréguet Br693

Avion d’assaut Bréguet Br693

-Cinq escadres de bombardement d’assaut soit quinze groupes et quarante-cinq escadrilles soit un total de 405 appareils type Bréguet 693/695/696, la majorité de ces groupes étant stationnés en Métropole, une escadre soit trois groupes étant stationnée en Tunisie et une escadre soit trois groupes en Indochine, laissant neuf groupes et vingt-sept escadrilles soit 243 appareils en métropole.

-Deux escadres de bombardement en piqué soit huit groupes et ving-quatre escadrilles soit un total de 216 appareils répartis à égalité entre les monomoteurs LN-430 (108 appareils) et bimoteurs Bréguet Br698 (108 appareils), toutes stationnées en Métropole jusqu’en juin 1948.

En juillet 1948, deux groupes sont retirés de Métropole soit six escadrilles et 54 appareils sont envoyés en Indochine, un groupe étant équipé de Bréguet 698 et un groupe étant équipé de Loire-Nieuport LN-430. La mobilisation devant normalement permettre de reconstituer ces groupes en métropole.

-Quatre groupes indépendants d’appui rapproché soit un total de 108 bimoteurs Potez 640, tous étant stationnés en Métropole.

-Sept escadres de bombardement léger soit vingt et un groupes et soixante-trois escadrilles soit un total de 567 appareils américains type Douglas DB-7/Martin 167/Martin 187. Trois escadres sont stationnées en métropole, une au Maroc, une en Algérie, une en Tunisie et une au Levant.

Bombardier moyen Amiot 351

Bombardier moyen Amiot 351

-Douze escadres de bombardement moyen soit trente-six groupes et cent-huit escadrilles soit un total de 972 bombardiers type Lioré et Olivier Léo 451 et Amiot 351 ainsi que tous leurs dérivés. Huit escadres sont déployées en Métropole, deux en Tunisie, une au Levant et une en Indochine.

On compte également un groupe indépendant de bombardement à haute altitude,une escadrille indépendante en Guyane (huit puis douze appareils), une en Martinique (douze appareils) et à Djibouti (un groupe de vingt-sept appareils).

Commandement du Bombardement Lourd (CBL)

Ce commandement est l’homologue du Bomber Command et regroupe les unités de bombardiers lourds chargés de frappes stratégiques contre l’Allemagne, l’Italie voir l’Espagne, le Portugal et le Japon (même si avant septembre 1948, aucun bombardier lourd n’était stationné sur un territoire mettant le Japon à portée).

Le CBL chargé du bombardement stratégique et du bombardement lourd dispose trois escadres de 81 appareils chacuns répartis en trois groupes à trois escadrilles de neuf appareils soit un total en ligne de 243 appareils de différents types, la première escadre étant basée dans le nord-est, la deuxième dans le sud-est et la troisième en Tunisie.

L’armée de l’air aligne en septembre 1948, un total de 2454 bombardiers d’assaut, en piqué, avions d’appui rapproché, bombardiers légers, moyens et lourds.

23-Armée de terre Ligne Maginot (19)

Les ouvrages de campagne en Corse et en Tunisie

Ligne Mollard et ouvrages CEZF

La ligne Mollard (du nom du commandant supérieur de défense de l’île) désigne une série d’ouvrages destinés à défendre le plateau de Corbo au sud de l’île entre les casemates de Spinella et de Catarello. 35 créneaux en béton pour arme automatique et 15 abris enterrés sont ainsi réalisés.

La construction de la base aérienne de Solenzara sur la plaine orientale entraine également la construction par la CEZF d’ouvrages destinés à protéger ce véritable porte-avions pointé directement sur l’Italie.

L’entrée terrestre de la base est protégée par deux casemates type STG avec deux créneaux, un créneau équipé d’un jumelage de mitrailleuses de 7.5mm et un créneau combinant un canon antichar de 47mm et une mitrailleuse de 7.5mm.

La défense depuis la plage est assurée par six petites casemates armés d’un jumelage de mitrailleuses de 7.5mm.

L’armement de ces ouvrages doit être assuré par des unités terrestres affectés à la défense de la Corse.

Et en Tunisie ?

Peu de travaux complémentaires sont menés pour la défense de la Tunisie car les travaux de la ligne Mareth et leurs prolongements vers la frontière ont été assez tardifs avant la guerre de Pologne. Tout juste assiste-t-on au renforcement de la défense de Bizerte qui est désormais capable de se défendre contre des chars.

Les autres lignes fortifiées

La Ligne Chauvineau

Plan de la ligne Chauvineau

Plan de la ligne Chauvineau

Une genèse chaotique

Bien que géographiquement parfaitement proportionnée, le territoire français n’à pas fait coïncider centre géographique avec son centre politique, sa capitale Paris se situant en effet dans le nord du territoire à moins de 400km de la frontière allemande et à un peu plus de 200km de la frontière belge.

La première guerre mondiale à montré que la capitale était terriblement vulnérable à une attaque ennemie. Les derniers fortifications construites _l’enceinte de Thiers_ à été démolie entre 1921 et 1929 et était de toute façon obsolète depuis longtemps.

Le projet d’une ligne de fortification pour protéger la capitale est un véritable serpent de mer dont les prémices peuvent être datés du 30 juillet 1930 quand le président du conseil André Tardieu demande que la capitale, ses habitants, ses industries et ses autorités gouvernementales soient protégées de l’action ennemie.

Cette demande est concrétisée par la Directive Ministérielle du 17 mars 1931 qui dessine une position fortifiée située à 30/40 kilomètres au nord de Paris. Néanmoins, il est n’est prévu aucune réalisation en temps de paix, la ligne fortifiée devant être réalisée uniquement en cas de guerre.

Après une décennie sans aucune réalisation, la dégradation de la situation internationale pousse le général Billotte à réclamer en juillet 1939 qu’une véritable position constituée de môles barrant l’Oise, l’Ourcq, la Marne et le Grand Morin, ces môles devant être ensuite doublés par un fossé antichar continu.

Quatre jours après l’entrée en guerre de la France, le 7 septembre 1939, Edouard Daladier président du Conseil nomme le général Hering gouverneur militaire de Paris qui s’attache aussitôt à définir la nature de la «Position de surêté Antichar de Paris».

Les travaux sont confiés au directeur du génie du gouvernement militaire de Paris, le général Chauvineau qui va donner son nom à cette ligne de défense.

Conception et réalisation de la Ligne Chauvineau

Le tracé choisit mesure environ 130km. Elle part de l’ouest de Pontoise suivant le cours de l’Oise jusq’à Precy avant de suivre les cours des rivières Nonette et Grivette avec la trouée de Nanteuil, les vallées de l’Ourcq et de la Marne de Mareuil à La Ferté-sous-Jouarre.

Le 12 septembre 1939, le système des môles est abandonné au profit d’une ligne de ralentissement de chars, un obstacle contre les blindés battus par des feux antichars et antipersonnels.

Les ouvrages sont regroupés en trois groupes de secteurs, les groupes de secteurs Est Nord et Ouest qui disposent au total de 304 blockhaus répartis de la façon suivante :

-Groupe Est : 77 boucliers pour canons antichars de 25mm et 49 coupoles pour mitrailleuses
(modèle identique à ceux de la 7ème région militaire)

-Groupe Ouest : 41 boucliers pour canons antichars de 25mm et 35 coupoles pour mitrailleuses

-Groupe Nord : 56 boucliers pour canons antichars de 25mm et 46 coupoles pour mitrailleuses

La ligne de ralentissement de chars s’appuie sur les cours d’eau qui sont accompagnés d’inondations défensive quand la largeur est insuffisante. Quinze kilomètres de fossés antichars clayonnés sont creusés, les ponts et les brèches barrées par des réseaux de tétraèdes.

On trouve également des encuvements pour canons de 47 et de 65mm fournis par la marine.

Cette ligne est donc assez faible, des projets de renforcement n’ont pas été menés avant le début du seconde conflit mondial en septembre 1948.

La «Ligne Doumer»

Tracé approximatif de la ligne Doumer

Tracé approximatif de la ligne Doumer

A partir de septembre 1943, suite à l’attaque d’Haïphong en juin 1943 par des «éléments non identifiés», le gouverneur de l’Indochine Antoine de Richert décide de renforcer la défense d’Haïphong en établissant un cercle de fer autour du grand port du nord.

La première phase des travaux menés entre septembre 1943 et mai 1944 voit la construction le long des axes menant à la ville de postes de contrôle, l’excavation de fossés, la mise en place de barbelés et d’obstacles.

Cette ligne est régulièrement renforcée en armes avec mitrailleuses et canons antichars mais également avec des constructions plus solides, de véritables blockhaus de campagne comparables à ceux construits en métropole.

Entre septembre 1944 et mars 1946, cette ligne fortifiée appelée officiellement Ligne de Défense du Tonkin (et officieusement «Ligne Doumer») est étendue jusqu’à englober Hanoï.

Cette partie est la plus solide de la «Ligne Doumer» avec des blockhaus semblables à ceux du STG équipés d’un jumelage de mitrailleuses et d’un canon antichar de 25 et de 47mm qui se couvrent mutuellement, accompagnés d’un fossé antichar, de barbelés et d’obstacles.

Cette ligne sera finalement étendue jusqu’à Hoa Binh selon un modèle allégé qui fait plus ressembler cette ligne à une ligne de postes de contrôle qu’à une véritable ligne fortifiée qui atteint là son extension maximale soit 172km.

Des fortifications de campagne ont également été réalisés pour défendre les approches de Saigon.

Dans un premier temps, il s’agit de défenses assez légères, semblables à la Ligne Doumer dans sa configuration initiale, plus une ligne de contrôle, une ligne de police plutôt qu’une ligne fortifiée comme l’on entend en Métropole.

Comme pour la Ligne de Défense du Tonkin, la ligne de Défense de Saïgon  se muscle avec la construction de vingt-quatre blockhaus STG doubles armés par des troupes de campagne, ces blockhaus disposant d’un créneau JM (jumelage de deux mitrailleuses de 7.5mm) et un créneau combinant un canon de 47mm modèle 1937 et une mitrailleuse de 7.5mm plus une cloche type C pour l’observation et la défense avec un fusil-mitrailleur ou une mitrailleuse.