23-Armée de terre : Ligne Maginot (7)

La Corse

Les troupes chargées de la défense de Corse sont assez peu nombreuses en dépit d’une menace italienne évidente.

L’infanterie y déploie le 173ème RI, régiment de tradition issue du régiment Royal Corse, régiment bientôt renforcé par le 4ème bataillon du 28ème régiment de tirailleurs tunisiens puis successivement par le 4ème bataillon du 7ème régiment de tirailleurs marocains ainsi que les sixième bataillons des 3ème et 141ème régiments d’infanterie alpine.

L’artillerie est représentée en Corse par le groupement autonome d’artillerie coloniale de Corse (GAACC) bientôt complété par la 111ème batterie du 355ème RA qui allait former le coeur du 13ème groupe du 363ème Régiment d’Artillerie Lourde de Position.

Le génie est représenté en Corse par la 16ème compagnie mixte du 7ème régiment du génie

A la mobilisation en septembre 1939, le 4ème bataillon du 7ème RTM est remplacé par la 363ème demi-brigade d’infanterie alpine à quatre bataillons, la 363ème DBIA étant chargée de la défense du sud de l’île, défense renforcée par une série de casemates baptisés «Ligne Mollard» du nom du commandant des troupes chargées de la défense de la Corse.

Le secteur nord est occupé par le 373ème régiment d’infanterie alpine également connu sous le nom de 373ème DBIA, unité mobilisée sur place avec sept bataillons, la 373ème DBIA étant appuyée par la 18ème compagnie du 28ème RTT qui arme les ouvrages fortifiés alors que le 150ème régiment régional réduit à un bataillon devient le 150ème BR.

En décembre 1939, la 373ème DBIA, les bataillons d’instruction des 3ème et 141ème RIA et le 4ème bataillon du 7ème RTM sont redéployés sur le Continent.

La cavalerie est représentée sur l’île de Beauté par le 43ème Escadron de Mitrailleuses et engins du 10ème régiment de Dragon formé à la mobilisation à Maestrello. A terme, il est prévu qu’un ou plusieurs bataillons de chars de combat soient déployés sur l’île.

Le 15 octobre 1939 en pleine guerre de Pologne, les différentes unités d’artillerie présentes en Corse sont fusionnés en un 92ème RA qui devient groupement en janvier 1940.

 La Tunisie

La défense de la Tunisie contre une éventuelle attaque italienne est assurée notamment par la Région Fortifiée du Sud-Tunisien (RFST) officiellement créée le 1er mars 1940.

Dans le secteur est, on trouve le 5ème régiment de tirailleurs sénégalais (5ème RTS) qui dispose de trois bataillons (1er à Mareth, 2ème à Sadria et 3ème à Zarat). En septembre 1939, il est intégré à la 88ème DIA mais en mars 1940, il est affecté à la RFST comme régiment de mitrailleurs de position.

Dans le secteur ouest, nous trouvons le 32ème régiment de tirailleurs tunisiens (32ème RTT) qui lui aussi dispose de trois bataillons, le 1er à Aïn Tounine, le second à Gouabsia et le troisième à Toujane.

La défense de Gabès est assurée par le 35ème Régiment de Tirailleurs Algériens (35ème RTA) créé spécialement au printemps 1940. Il est appuyé par le 3ème bataillon du 1er régiment étranger d’infanterie.

La défense des avancées est assurée par la 1ère Demi-Brigade d’Infanterie Légère (1ère DBIL) qui dispose de deux bataillons d’infanterie légère, les 1er et 12ème BIL.

La cavalerie dispose du 4ème Régiment de Spahis Tunisiens alors que des unités supplétives sont également déployés dans cette région comme le goum motorisé de Tunisie, les 1er et 2ème groupe mixte du sud-Tunisien.

L’artillerie est représentée par le 380ème régiment d’artillerie d’Afrique et le 388ème régiment d’artillerie de position de Tunisie.

Publicités

22-Armée de terre : armement et matériel (40)

Gendron-Somua AM 39

Gendron-Somua AM 39

Gendron-Somua AM 39

Cette automitrailleuse est la dernière AutoMitrailleuse de Découverte (AMD) avant que le général Gamelin décide d’abandonner ce concept en raison d’un blindage trop faible.

Cette automitrailleuse à une longue histoire, étant à l’origine une AutoMitrailleuse de Reconnaissance (AMR) à trois roues. Le premier prototype à une stabilité insuffisante mais le second est meilleur.

Son inventeur, M. Gendron n’ayant pas les moyens d’assurer l’industrialisation, Somua reprend les bases du projet mais avec quatre roues, le prototype étant présenté en décembre 1937 et testé jusqu’en août 1938.

Il est adopté en septembre 1939 sous le nom d’AM Gendron-Somua modèle 1939. Elle va être produite à seulement 150 exemplaires livrées entre août 1940 et juin 1941. Elles vont être utilisées dans l’Empire et  pour la sécurité intérieure en métropole au profit de la gendarmerie mais pas comme AMD au sein des GRDI.

Un peloton de douze est envoyée en Martinique alors secouée par des mouvements autonomistes/indépendantistes, deux pelotons de douze voitures étant envoyé au Levant, un au Liban et un en Syrie, ces trois pelotons soit 36 véhicules étant mis en oeuvre par la gendarmerie.

La compagnie montée saharienne devient une unité motorisée avec deux pelotons de douze voitures soit 24 AM 39 Gendron-Somua.

Le groupe spécial blindé de Satory dispose de vingt-quatre véhicules

Au total 84 véhicules sont en ligne, les autres véhicules étant stockés.

Caractéristiques Techniques de l’AM Gendron-Somua modèle 1939

Poids en ordre de combat : 6300kg avec l’équipage

Dimensions : longueur 3.745m largeur hors tout 2.05m hauteur 2.00m

Motorisation : moteur Somua 4 cylindres délivrant 75ch

Performances : vitesse maximale 69 km/h Autonomie 340km

Blindage : 15mm

Armement : tourelle monoplace APX 5 avec un canon de 25mm et une mitrailleuse MAC de 7.5mm

Equipage : deux hommes

Berliet VUDB

Berliet VUDB

Berliet VUDB

Cette voiture blindée de prise de contact à été conçue pour opérer dans les colonies notamment au Maroc. Issue de la VUR, elle est produite à 50 exemplaires pour la France et 12 exemplaires pour la Belgique, véhicules produits au début des années trente.

Ces véhicules ont été utilisés par le 1er REC et le 1er RCA jusqu’à ce que ces régiments ne leur remplace par l’AMD 178 Panhard. Les véhicules sont stockés à Agadir pour une éventuelle remise en service en cas de besoin.

Caractéristiques Techniques du Berliet VUDB

Poids en ordre de combat : 4950kg

Dimensions : longueur hors tout 4.16m largeur 1.94m hauteur 2.15m

Motorisation : Berliet MLSB 6 cylindres développant 42ch

Performances : vitesse maximale 55 km/h Autonomie 350 km (190 litres de carburant)

Blindage : 7mm

Armement : deux fusils-mitrailleurs alimentés à 2000 coups chacun et pouvant tirer par différentes embrasures

Equipage : 3 hommes

AMD Laffly S 15 TOE (Théâtre d’Opérations Extérieures)

Laffly S15 TOE

Laffly S15 TOE

C’est après le premier conflit mondial que les premiers véhicules blindés débarquent au Maroc, des véhicules blindés dépassés en métropole mais pouvant encore faire l’affaire au Maroc. Néanmoins, la révolte d’Abd-el-Krim impose l’envoi de véhicules plus modernes pour mater cette révolte qui s’achève par la reddition du chef rifain en mai 1926.

Cela ne marque pas pourtant la fin des opérations de guerre au Maroc, le sud reste une véritable zone de guerre où la domination du protectorat français est plus nominale qu’autre chose, les opérations de guerre continue notamment dans l’Anti-Atlas où en 1934 est engagé, un groupement motorisé, le groupement Trinquet.

Cela montre à la fois la capacité de véhicules motorisés à opérer dans un milieu aussi difficile mais également les limites de nombre de véhicules de conception inadaptée à ce théâtre d’opérations.

Après un projet de voiture de commandement Laffly S 15, la firme d’Asnières développe une véritable voiture de combat avec une tourelle armée d’une mitrailleuse avec un inverseur ce qui lui vaut la qualification d’AutoMitrailleuse de Découverte (AMD).

45 véhicules sont commandés, 25 pour les troupes d’Afrique et 20 pour les troupes coloniales. Si les véhicules du goum motorisé de Tunisie et du 1er REC sont retirés du service à cause de la dissolution du goum motorisé (personnel reclassé au sein de la 1ère DLC) ou par leur remplacement par des AMD Panhard 178 modifiées, celles de la coloniale déployées en AOF sont toujours en service en septembre 1948 dans les profondeurs de l’Afrique Noire.

Caractéristiques Techniques de l’AMD Laffly S 15 TOE

Poids total en ordre de combat : 5200kg

Dimensions : longueur 4.54m largeur 1.85m hauteur 2.45m

Motorisation : Hotchkiss type 486 4 cylindres développant 60ch

Performances : vitesse maximale 62 km/h Autonomie 400km (142 litres de carburant, 1000km avec des bidons supplémentaires

Blindage : 7mm maximum

Armement : tourelle monoplace avec une mitrailleuse MAC 31 de 7.5mm avec 3000 cartouches

Equipage : 3 hommes