23-Armée de terre Ligne Maginot (35)

Secteur Fortifié de Savoie

Avant-propos

Le SFS s’etend de la frontière suisse au col des Rochilles, englobant les trois vallées savoyardes du Beaufortin, de la Tarentaise et de la Maurienne.

La défense de la Tarentaise et du Beaufortin à pour but de couvrir les directions de Bourg-Saint-Maurice et d’Albertville au débouché du col du Petit-Saint Bernard encadré par les cols muletiers de la Seigne et du Mont.

Dans un premier temps, la CORF ne s’intéresse pas à cette position et jusqu’en 1930, sa défense repose sur de vieux ouvrages de la génération précédente. En 1937, un barrage rapide est établit à Versoyen et de deux petits ouvrrages à Chatelard et à Cave-à-canon.

La défense de la Maurienne à pour but de couvrir la ville de Modane devant laquelle à été établit la position de résistance, s’appuyant au massif de la Vanoise et laissant la haute vallée de la Maurienne au delà de la zone des avant-postes.

Jusqu’en 1930, la défense de la Maurienne repose sur un barrage échelonné en profondeur pour tenir compte des différentes voies de communication de l’époque.

L’essentiel de la défense se consacre autour de Modane avec un barrage de vallée en avant de la ville (ouvrages de Saint-Antoine et Saint-Gobain) et l’interdiction des cols du Sud (Vallée-Etroite, La Roue et Fréjus) débouchant vers la vallée par l’implantation de deux ouvrages d’artillerie et d’un ouvrage d’infanterie.

Au centre du dispositif et implanté sur le vieux fort du même nom, l’ouvrage du Sapey assure l’interdiction lointaine dans les deux directions. La position se termine aux Rochilles (un ouvrage d’infanterie) où elle se raccorde au Secteur fortifié du Dauphiné.

En 1930, l’armée des Alpes entreprend d’établir sur la frontière une série d’Avant-Postes (AP) qui couvrent notamment les espaces de la Maurienne délaissées par le CORF.

En 1939-40, la création d’un barrage fortifié sur la 2ème position est l’oeuvre originale du génie du Secteur Fortifié de Savoie, un barrage fortifié est établi dans toutes les vallées.

Au niveau organisationnel, le SFS est subdivisé en six sous-secteurs, le sous-secteur du Beaufortin , le sous-secteur de Tarentaise, le sous-secteur du Palet-Vannoise, le sous-secteur de la Haute Maurienne, le sous-secteur de Moyenne Maurienne et le sous-secteur de Basse Maurienne

Ce Secteur Fortifié dispose à la mobilisation de septembre 1939, deux demi-brigades alpines de forteresse, la 16ème DBAF qui dispose des 70 et 80ème BAF ainsi que du 6ème BCM alors que la 30ème DBAF aligne les 71ème 81 èmeet 91ème BAF. Ces unités se répartissent de la façon suivante :

-Sous-secteur du Beaufortin : 80ème BAF et troisième bataillon du 215ème RI

-Sous-secteur de Tarentaise : premier bataillon du 215ème RI, 6ème BCM et 3ème CEO du 70ème BAF

-Sous-secteur du Palet-Vannoise : 1ère et 2ème compagnie du 70ème BAF

-Sous-secteur de la Haute Maurienne : 1er bataillon du 281ème RI et un détachement fournit par le 71ème BAF

-Sous-secteur de Moyenne Maurienne : deuxième bataillon du 281ème RI, le 71ème et le 81ème BAF plus des éléments du 343ème RI.

-Sous-secteur de Basse Maurienne : 1er bataillon du 343ème RI et le 91ème BAF

Suite à la démobilisation, seule la 30ème DBAF est maintenue avec les 70 et 71ème BAF qui vont se repartir la garde des différents secteurs, les trois premiers pour le 70ème et les trois autres pour le 71ème.

Sous-secteur du Beaufortin

-L’ouvrage des Séloges est un avant-poste à sept blocs actifs et une entrée destinée à tenir les débouchés du col de la Seigne. Les blocs 1 et 2 sont des casemates pour un fusil-mitrailleur, le bloc 3 est un observatoire muni d’une cloche obs/AP, les bloc 4 et 6 sont des casemates pour une mitrailleuse, le bloc 5 est une issue de secours, le bloc 7 est une casemate pour deux fusils-mitrailleurs alors que le bloc 8 ne dispose que d’un fusil-mitrailleur. On trouve également des baraquements au lieu dit des Chapieux.

Sous-secteur de Tarentaise

A la différence du précédent, ce sous-secteur dispose d’installations fortifiées nettement plus nombreuses et nettement plus diversifiées. On trouve donc les constructions suivantes :

-Un abri d’avant poste et un barrage antichar de la côte 1909

-Le Fort de la Redoute-Ruinée construit entre 1891 et 1894 est renforcé en 1932 avec un abri de bombardement et un créneau au saillant ouest du fort disposant d’une mitrailleuse sous-casemate et de deux mortiers de 81mm à l’air libre. De petits abris FM sous roc sont égalemnt réalisés.

Cloche GFM en position

Cloche GFM en position

-Un avant-poste disposant d’une casemate de mitrailleuse (deux créneaux simples pour une mitrailleuse de 7.5mm) associé à une cloche GFM et un emplacement pour mortier de 60mm à l’air libre.

-Deux abris d’avant-poste

 Position de barrage de Bourg Saint Maurice

Cette position fortifiée dispose d’un barrage de route armé d’un créneau JM/AC 47 pour battre la vallée, un créneau FM/AC 25 (fusil mitrailleur et canon de 25mm) et deux FM défendant un fossé antichar qui est un fossé sec à profil trapézoïdal longé par un mur de 650m.

On trouve également deux ouvrages d’infanterie à un bloc actif qui est pour le premier est une casemate d’infanterie flanquant vers le sud alors que le second est une casemate d’infanterie flanquant vers le nord, les deux étant armés d’un créneau JM/AC 47, deux créneaux JM, une cloche GFM et un créneau projecteur.

Enfin on trouve un ouvrage d’action frontale à Villaroger armé d’un bloc FM et de deux casemates mitrailleuses frontales, un central téléphonique, des tourelles démontables en lisière de la forêt de Malgovert ainsi que la batterie du Leuchelet qui doit recevoir des mitrailleuses et des canons des troupes de campagne.

Organisation Seré de Rivières

Comme dans l’Est, la Tarentaise à été fortifié par Seré de Rivières et les forts construits avant le premier conflit sont intégrés au dispositif.

On trouve ainsi le fort de Vulmix/Vulmis construit de 1890 à 1891 avec 6 canons de 120mm, 2 canons de 95mm sous casemate, deux tourelles de mitrailleuses et un projecteur photo-électrique.

En 1940, le fort est armé par le 164ème RAP qui y déploie quatre canons de 75mm modèle 1897 et deux canons de 95mm modèle 1888 puis six canons de 75mm et deux de 155mm en remplacement des canons de 95mm.

Le fort Le Truc construit de 1891 à 1894 disposait en 1940 de quatre canons de 105L modèle 1913 remplacés ultérieurement par des canons de 155mm modèle 1917.

Le blockhaus de La Platte construit de 1892 à 1894 dispose de deux canons de 155mm Saint Chamond.

La batterie d’artillerie bétonnée du Courbaton dispose de deux canons de 75mm modèle 1897

23-Armée de terre Ligne Maginot (31)

Secteur Fortifié de Haguenau

Comme souvent sur la Ligne Maginot, le Secteur Fortifié d’Haguenau à une double nature, c’est un véritable Janus avec une aile ouest puissante et une aile est qui l’est nettement moins.

Ainsi jusqu’à l’ouvrage du Schoenenbourg, on trouve parmi les ouvrages les plus puissants de la «Muraille de France» alors que passé cet ouvrage, le terrain moins tourmenté et un sol peu propice au creusement des galeries fait qu’on ne trouve jusqu’au Rhin que des casemates d’infanterie.

Le tracé initial qui prévoyait le raccordement au Rhin à hauteur de Mothern est modifié dès 1927 pour éviter la formation d’un saillant ennemi, le raccordementse se faisant finalement à quinze kilomètres plus au sud au niveau de Fort Louis.

Durant la guerre de Pologne, ce secteur dispose de quatre régiments d’infanterie de forteresse auquel dépend un sous-secteur. Le sous-secteur de Pechelbronn est gardé par le 22ème RIF, le sous-secteur d’Hoffen est gardé par le 79ème RIF, le sous-secteur de Soufflenhein est défendu par le 23ème RIF alors que le sous-secteur de Sessenheim est gardé par le 68ème RIF

A l’issue de la démobilisation, seuls les 23ème et 68ème RIF sont maintenus en ligne, le premier assurant la garde du secteur occupé par le 79ème RIF alors que le 68ème assure la garde du secteur occupé précédement par le 22ème RIF. La 6ème compagnie du 400ème régiment de pionniers participe aussi à l’entretien et à la garde des ouvrages.

Sous-secteur de Pechelbronn

Ce sous-secteur sous l’autorité du 22ème régiment d’infanterie de forteresse dispose des ouvrages suivants d’ouest en est :

Cloche GFM en position

Cloche GFM en position

-Une casemate double disposant de deux créneaux JM/AC 37, deux créneaux JM et deux cloches GFM

Ouvrage du Hochwald avec des créneaux pour canons de 75mm

Ouvrage du Hochwald avec des créneaux pour canons de 75mm

-L’ouvrage du Hochwald est l’un des plus puissants ouvrage de la Ligne puisqu’il s’agit d’un Ouvrage d’artillerie à onze blocs, neuf casemates et trois entrées. Il se compose d’un ouvrage ouest et d’un ouvrage est relié par un fossé antichar défendu par des casemates avec des installations annexes en arrière.

-L’ouvrage ouest dispose d’une casemate d’artillerie flanquant vers l’ouest avec deux canons de 75mm modèle 1929, une cloche GFM, une cloche obs./VDP; une casemate mixte flanquant vers l’ouest avec un créneau de 135, un créneau JM/AC 47, un créneau JM, deux cloches GFM et une cloche LG; le bloc 14 est armé d’une tourelle de 135, une cloche GFM et une cloche obs./VDP; le bloc 15 dispose d’une tourelle de mitrailleuses et d’une cloche GFM et enfin le bloc 16 ou coffre double de contrescarpe qui dispose de deux matériels de 75mm modèle 1932R, deux créneaux JM, deux créneaux de mortiers de 50mm et deux cloches GFM.

 

Canon antichar de 47mm en position. Le canon est mobile, pouvant être remplacé si nécessaire par un JM

Canon antichar de 47mm en position. Le canon est mobile, pouvant être remplacé si nécessaire par un JM

-Le Fossé antichar est defendu par neuf casemates avec deux casemates simples flanquant vers l’ouest (n°1 à 3) disposant d’un créneau JM/AC 47, d’un créneau JM et d’une cloche GFM (n°1), de deux créneaux JM, d’une cloche M et d’une cloche GFM (n°2), de quatre créneaux JM sur deux étages et une cloche GFM (n°3), cinq casemates simples flanquant vers l’est (5 à 9) disposant de deux créneaux JM, d’une cloche M et d’une cloche GFM (n°5 et 7), de quatre créneaux JM sur deux niveaux et une cloche GFM (n°6), ‘un créneau JM/AC 47, un créneau JM, une cloche M et une cloche GFM (n°9) et deux créneaux JM associés à deux cloches GFM (n°8). On trouve également une casemate double (n°4) armé de quatre créneaux JM, deux cloches M et une cloche GFM.

-L’ouvrage est dispose d’une casemate d’artillerie flanquant vers l’est ou bloc 1 disposant d’une tourelle de 135, un créneau de 135, une cloche GFM et une cloche obs./VDP, un bloc 2 disposant d’une tourelle de 81mm, d’une cloche M et d’une cloche GFM, un coffre double de contrescarpe ou bloc 3 disposant de deux matériels de 75 modèle 1932R, deux créneaux JM, deux créneaux mortiers de 50 et deux cloches GFM, un bloc 5 armé d’une tourelle de mitrailleuses, une casemate d’artillerie flanquant vers l’est ou bloc 6 disposant de trois matériels de 75 modèle 1929, une cloche M et une cloche GFM et un bloc 7bis disposant d’une tourelle de 75mm modèle 1933 ainsi qu’une cloche GFM.

-L’Entrée des Hommes Est ou Bloc 7 est une entrée en puits défendue par deux créneaux JM/AC 47 et deux cloches GFM, l’Entrée des Hommes Ouest ou Bloc 9 est une entrée en puits défendue par un créneau JM/AC 47, une cloche GFM et une cloche LG alors que l’Entrée des munitions ou bloc 8 est une entrée type A de plain pied est défendue par deux affûts JM/AC 47 et deux cloches GFM.

-On trouve également un observatoire ou bloc 20 disposant d’une cloche obs./VDP et d’une cloche GFM ainsi qu’un réduit inachevé.

Abri-caverne de la Ligne Maginot

Abri-caverne de la Ligne Maginot

-Entre le Hochwald et le Schoenenburg, on trouve successivement deux abri-caverne pour deux sections défendu par deux cloches GFM, une casemate simple flanquant vers le nord relié par une galerie souterraine à une casemate simple flanquant vers le sud, les deux casemates disposant d’un créneau JM/AC 37, d’un créneau JM et d’une cloche GFM, d’une casemate double disposant de deux créneaux JM/AC 37, de 2 créneaux JM et d’une cloche GFM relié par une galerie soutteraine par une casemate simple flanquant vers le sud disposant d’un créneau JM/AC 37, d’un créneau JM et d’une cloche GFM.

Entrée des Munitions (EM) de l'ouvrage du Schoenenbourg

Entrée des Munitions (EM) de l’ouvrage du Schoenenbourg

-Le Schoenenbourg est un ouvrage d’artillerie à six blocs et deux entrées. Le Bloc 1 est une casemate d’infanterie flanquant vers l’ouest avec un créneau JM/AC 47, un créneau JM et une cloche GFM, le bloc 2 dispose d’une tourelle de mitrailleuses et une cloche GFM, le bloc 3 dispose d’une tourelle de 75mm modèle 1932R et une cloche GFM, le bloc 4 dispose d’une tourelle de 75mm modèle 1932R, d’une cloche GFM et une cloche obs./VDP, le bloc 5 dispose d’une tourelle de 81mm, d’une cloche GFM, d’une cloche LG, le bloc 6 est une casemate d’infanterie flanquant vers l’est disposant d’un créneau JM/AC 47, d’un créneau JM et d’une cloche GFM.

L’Entrée des Hommes ou Bloc 8 en puits dispose d’un créneau JM/AC 47, une cloche GFM et d’une cloche LG alors que l’Entrée des Munitions ou Bloc 7 de type B en puits dispose d’un créneau JM/AC 47 et de deux cloches GFM.

-On trouve également un abri caverne défendu par deux cloches GFM, un abri de surface pour une section défendu par deux cloches GFM, une casemate simple flanquant vers l’est avec un créneau JM/AC 37, d’un créneau JM et une cloche GFM et enfin une casemate simple flanquant vers l’ouest équipée du même armement.
Sous-secteur d’Hoffen

Ce sous-secteur est défendu par le 79ème RIF puis à partir de la démobilisation par le 22ème RIF qui prend sous son aile des équipes de gardiennage assurant l’entretien des ouvrages et pouvant les armer en cas d’urgence.

Ce secteur dispose d’ouest en est les ouvrages suivants :

-Une casemate double disposant de deux créneaux JM/AC 37, deux créneaux JM et deux cloches GFM

-Un observatoire disposant d’une cloche obs./VDP et d’une cloche GFM

-Deux casemates simples flanquant vers l’ouest disposant d’un créneau JM/AC 47, d’un créneau JM, d’une cloche M (pour le premier) et d’une cloche GFM et une casemate simple flanquant vers l’est avec un créneau JM/AC 47, un créneau JM et une cloche GFM.

Dans l'ouvrage du Sentzich, un créneau AC 37 et un créneau JM.

Dans l’ouvrage du Sentzich, un créneau AC 37 et un créneau JM.

-Deux abris, un abri de surface pour une section et un autre pour deux sections défendus par deux cloches GFM

-Un casemate simple flanquant vers l’ouest disposant d’un créneau JM/AC 47, d’un créneau JM, d’une cloche M, d’une cloche GFM et deux créneaux pour mortiers de 81mm.

-Deux casemates simples flanquant vers l’est disposant pour le premier d’un créneau JM/AC 47, un créneau JM, une cloche GFM, une cloche M et un cloche obs/VDP alors que le second dispose d’un créneau JM/AC 47, un créneau JM, une cloche M et une cloche GFM.

-Une casemate simple flanquant vers l’ouest avec un créneau JM/AC 47, un créneau JM, une cloche M, une cloche GFM et une cloche LG.

-Deux casemates doubles disposant tous de deux créneaux JM/AC 47, de deux créneaux JM, d’une cloche M, de deux cloches GFM et pour le premier d’une cloche obs/VDP.

-Deux casemates doubles disposant pour le premier de deux créneaux JM/AC 37, d’un créneau JM et d’une cloche GFM alors que le second disposait de deux créneaux JM/AC 37, deux créneaux JM et deux cloches GFM

-Un observatoire disposant d’une cloche obs./VDP et une cloche GFM

Sous-secteur de Soufflenheim

Ce sous-secteur est défendu par le 23ème RIF puis à partir de septembre 1940 de la mobilisation par le 68ème RIF qui prend sous son aile la compagnie de gardiennage chargée de l’entretien et capable d’armer en urgence quelques ouvrages notamment cas d’attaque allemande surprise. Ce sous-secteur dispose des ouvrages suivants :

-Un casemate simple flanquant vers le nord armée d’un créneau JM/AC 47, un créneau JM, une cloche GFM et une cloche M.

-Un casemate simple flanquant vers le sud armée d’un créneau JM/AC 47, un créneau JM, une cloche GFM et une cloche M

-Une casemate double armée de deux créneaux JM/AC 37, deux créneaux JM et deux cloches GFM

-Un abri de surface pour deux sections et PC de compagnie défendu par deux cloche GFM

-Successivement, une casemate simple flanquant vers le sud, une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud et une casemate simple flanquant vers le nord avec un créneau JM/AC 37, un créneau JM et une cloche GFM.

-Une casemate simple flanquant vers le nord avec deux créneaux JM et un AC 37 adaptable aux deux créneaux + 2 cloches GFM.

-Successivement une casemate simple flanquant vers le sud, une casemate simple flanquant vers le nord et une casemate simple flanquant vers le sud chacune armée d’un créneau JM/AC 37, d’un créneau JM et d’une cloche GFM.

-Trois abris : un abri de surface pour trois sections + PC, un abri de surface pour deux sections + PC et un abri pour une section + PC tous défendus par deux cloches GFM.

-Une casemate simple flanquant vers l’est armée d’un créneau JM/AC 47, d’un créneau JM, d’une cloche M et d’une cloche GFM

-Un abri de surface pour une compagnie + PC avec une cloche GFM

-Une casemate double disposant de deux créneaux JM/AC 37, de deux créneaux JM et deux cloches GFM

-Une casemate simple flanquant vers le nord armée d’un créneau JM/AC 37, d’un créneau JM, d’une cloche M et d’une cloche GFM.

-Un abri de surface pour deux sections + PC de compagnie défendu par deux cloches GFM.

Sous-secteur de Sessenheim (68ème RIF)

-Une casemate simple flanquant vers le sud relié à la casemate mentionnée plus haut par une galerie et disposant d’un créneau JM/AC 37, d’un créneau JM, d’une cloche M et d’une cloche GFM .

-On trouve également deux casemates simples flanquant vers le nord armées chacune d’un créneau JM/AC 37, d’un créneau JM, d’une cloche M et de deux cloches GFM.

Autres défenses du secteur fortifié d’Haguenau

-La Ligne du Rhin est défendue du nord au sud par une casemate double type M2F (deux créneaux JM/13.2, deux créneaux JM et une cloche GFM), deux abris, trois nouvelles casemate double type M2F, une casemate double équipée de deux créneaux JM/AC 47, deux créneaux JM, une cloche M et deux cloche GFM, deux casemate double type M2F et un abri type A Cl défendu par une cloche GFM.

-Une ligne d’avant-postes est réalisée de Climbach à Niederroeden

-Durant la guerre de Pologne est réalisée une deuxième position entre Losbann et Rittershoffen sous l’autorité de la CEZF avec un total de onze blockhaus type STG répartis entre cinq casemates flanquant à droite et six flanquant à gauche
-Sont également construites des maisons fortes au nombre de dix-sept.

Blockhaus type STG (Service Technique du Génie)

Blockhaus type STG (Service Technique du Génie)

23-Armée de terre Ligne Maginot (18)

Les ouvrages de campagne et organisation en profondeur du front alpin

A la différence du front Nord-Est, la fortification de campagne du front alpin représente une grande unicité, probablement en raison de l’unité du commandement. Les types d’ouvrages sont donc peu nombreux.

Les ouvrages de campagne et organisation en profondeur du front alpin (1) : les avant postes

Dès juin 1930 alors que la construction des ouvrages puissants est loin d’avoir été terminée, l’armée des Alpes décide de construire en avant de ces ouvrages (dont la puissance n’à rien à envier à ceux du Nord-Est) une série d’avant-postes, certains se situant sur la frontière même.

Avant Poste (AP) du Col des Fourches dans le Secteur Fortifié des Alpes Maritimes (SFAM)

Avant Poste (AP) du Col des Fourches dans le Secteur Fortifié du Dauphiné (SF Dauphiné)

Si dans le Nord-Est, une partie du territoire n’est pas couvert par les ouvrages et donc théoriquement abandonnée à l’ennemi, on ne peut se le permettre dans les Alpes où reprendre le terrain perdu est extrêmement délicat.

Ces avant-postes sont de véritables ouvrages en modèle réduit avec deux entrées, un observatoire et des blocs de combat équipés de mitrailleuses et de fusils-mitrailleurs. Ces avant-postes sont généralement entourés d’organisations annexes comme des gaines de communication semi-enterrées, des abris en tôle métro et des emplacements pour tromblon VB et mortiers.

Ces avant-postes disposent d’équipement spécifiques qu’il s’agisse de portes blindées, de créneaux et de tremies spécialement adaptées à ces avant postes qui bénéficie aussi de cloches démontables type Saint Jacques.

A noter que de vieux ouvrages datant d’avant 1914 ont été réutilisés comme avant-postes qu’ils aient été modernisés ou non (la Redoute Ruinée, la Turra, les Acles, Viraysse).

Les ouvrages de campagne et organisation en profondeur du front alpin (2) : les abris alpins

Comme sur le front Nord-Est, la CORF à prévu la construction d’abris passifs et actifs, abris dont la réalisation à souvent été confiée à la Main d’Oeuvre Militaire (MOM). En plus de ces abris, d’autres ont été réalisés par les troupes alpines, des abris en tole métro recouverts de pierres sèches ou de béton, avec des entrées en béton ou en brique.

Les ouvrages de campagne et organisation en profondeur du front alpin (3) : les casemates complémentaires

Sous ce terme, je regroupe plusieurs types d’ouvrages construits après la mobilisation générale de septembre 1939.

-Sur la Ligne Principale de Résistance (LPR), on réalise de petits blocs appelés blocs Briançon qui se compose d’une entrée et d’un créneau pour fusil mitrailleur ou mitrailleuse dans le sous-secteur de Briançon et dans le SF Alpes Maritimes où ils sont appelés «blocs briançonnais»

-Dans le SF Savoie est organisée une une seconde position à l’aide de petits blockays construits dans les Vallées alors que dans le SFAM sont construits des casemates type STG allégés.

-Dans le SF Rhône sont construits des petits blockhaus le long de la frontière suisse pour verrouiller les différents axes de pénétration.

Ces petits blockhaus sont sont de deux type : blockhaus type Briançon pour mitrailleuse ou
FM et le blockhaus modèle 1936 à un créneau équipé soit d’un canon antichar de 25mm ou d’une mitrailleuse.

L’armement de ces différents casemates est fourni par les troupes de campagne qu’il s’agisse des canons de 25mm, des mitrailleuses ou des fusils mitrailleuses.

L’armement antichar est quasiment absent probablement en raison d’un terrain défavorable à l’engagement des chars. On note la présence de deux canons de 47mm au casemate du Tunnel près de Fort-l’écluse et de six casemates de la seconde position dans le SFAM.

 L’organisation en profondeur du front alpin

Le front alpin est organisé en trois lignes de défense successives :

-Les avant-postes sont constitués de vieux ouvrages ou d’organisation bétonnées réalisées à partir de 1930 par la Main d’Oeuvre Militaire (MOM)

-La Ligne Principale de Résistance (LPR) est matérialisée par la ligne d’ouvrages conçue
par la CORF, les travaux étant réalisés par des entreprises civiles et par la MOM.

-La Seconde position reposant sur des ouvrages anciens et/ou des casemates allégées, le plus souvent réalisées à partir de septembre 1939.

Les ouvrages sont couverts par des réseaux de barbelés mais ces réseaux sont plus étroits que dans le Nord-Est et ils se contentent de couvrir les ouvrages sans former un réseau continu.

En ce qui concerne les réseaux de rails antichars, ils sont peu nombreux en raison d’un terrain généralement peu propice à l’emploi de blindés. Il est néamoins prévu la réalisation de 25 barrages de route soit une longueur totale de 9km, barrages de route qui nécessite l’implantation sur les côtés de rails quand naturellement le terrain le permet.

Un seul fossé antichar à également été réalisé, au niveau de Bourg-Saint Maurice pour barrer la vallée de l’Isère à hauteur des PO de Châtelard et de la Cave-à-Canon.

En ce qui concerne le barrage des routes, on assiste à la mise en place d’un barrage rapide de type mobile couvert par un blockhaus de défense équipé d’un canon antichar et d’un ou plusieurs jumelages de mitrailleuses avec trois exemples de barrages réalisés et de véritables barrières antichars dont vingt-cinq exemplaires ont été réalisés.

Il faut également s’assurer que l’ennemi (sous-entendu italien) n’utilisera pas les tunnels ferroviaires des Alpes pour déboucher en France. En 1939, trois tunnels existent : le tunnel du Fréjus en Maurienne, la ligne Nice-Conni passant par le col de Tende dans la Roya et la ligne Nice-Vintimille sur le littoral.

Si la défense du tunnel du Fréjus est assuré par le fort du Replanton, la défense de la ligne Nice-Coni est prévue dès la construction avec l’aménagement de chambres de destruction dans les ouvrages d’art et de casemates de protection aux débouchés des tunnels construits à proximité de la frontière, soit dans le parement même du tunnel, soit sous une casemate de protection isolée voire les deux.

Durant la guerre de Pologne, la défense des lignes Nice-Coni et Nice-Ventimille est renforcée par la mise en place dans les tunnels de Berghe et de Cap-Martin d’un casemate de défense qui couvre une grille et une porte blindée percée de créneaux pour fusil.

Pour être totalement exaustif et complet, signalons également la présence d’un fossé sur l’ouvrage de la Roche-Lacroix, l’ouvrage Maginot reprennant le site d’une ancienne batterie et celui d’un mur d’escarpe à l’ouvrage du Rimplas, le premier ouvrage de la ligne Maginot dont les travaux ont commencé (et ce en 1928). Certains ouvrages vulnérables à des attaques depuis la route par «véhicules explosifs» sont entourés de grilles.

Quelques tourelles démontables sont également présentes sur le front alpin soit en remplacement d’ouvrages non réalisés soit pour battre des axes secondaires qui ne justifient pas la construction de casemates en béton.

Comme sur le Nord-Est, les arrières de la position doivent répondre à une double fonction : donner de la profondeur à l’ensemble et desservir les organisation existantes.

Pour deesservir les ouvrages, les ouvrages alpins disposent d’une série de routes stratégiques desservant notamment les grands cols. Le CORF va construire lui aussi de nombreuses routes pour desservir les ouvrages et ce dès la construction des ouvrages.

C’est ainsi que dans le SFAM, des routes récentes ont dû être doublées par des routes militaires car leur tracé les mettait aux vues adverses.

Parmi les réalisations spécifiques les plus importantes, citons la route stratégique du Monte-Grosso longue de 14km qui a dû être réalisée de toutes pièces, et celle du Restefond prolongée jusqu’au col de la Bonette. Toutes ces routes sont au gabarit militaire avec renforcement des lacets par des murs en pierre maçonnées, garages de croisement et parapets.

Chiuses, des casemates construites dans la roche

Chiuses, des casemates construites dans la roche

On trouve également une particularité, les chiuses, des batteries-cavernes creusées à même la roche pour barrer les vallées de la Tinée et de la Vésubie, les chiuses de Bauma-Négra et de Saint-Jean-de-la-Rivière. La modernisation de ces ouvrages n’est pas menée à son terme et restent en position secondaire pour couvrir les arrières.

Les casernements

Il existe trois types de casernements pour les hommes servant les ouvrages de la Ligne Maginot Alpine :

-Les casernements urbains : Les villes, les localités n’étant pas si éloignées que cela des
ouvrages, les hommes peuvent être abrités dans des casernes existantes comme à Bourg- Saint-Maurice; Modane; Briançon; Barcelonette et Sospel. Un casernement particulier à Jaussiers-La Condamine dessert les ouvrages de l’Ubaye.

-Les casernements alpins d’altitude : On trouve essentiellement des casernements le plus souvent en pierres sèches réalisés à la fin du 19ème siècle et réutilisés dans le cadre de la CORF. Des casernements spécifiques ont également été réalisés aux endroits où il y en avait pas : Charmaix près du Lavoir, Monte-Grosso et Col-de-Brouis.

-Les casernements légers : Comme dans le Nord-Est, il existe également des «camps légers» comprenant des chalets en bois construits à proximité des entrées. Parfois sont utilisés des bâtiments existants, des tentes ou même les baraquements des ouvriers.

23-Armée de terre Ligne Maginot (17)

La ligne CEZF

Carte de la Ligne CEZF

Carte de la Ligne CEZF

Généralités

Comme nous venons de le voir, la réalisation des ouvrages de campagne s’est faite souvent sans coordination ce qui sera un frein considérablement à leur efficacité.

Fort heureusement, dès le début de la guerre de Pologne, les autorités militaires conscientes du problème vont reprendre les choses en main. Le 6 septembre 1939 est mise sur pied la Commission d’Etudes des Zones Fortifiées (CEZF).

Dirigée par le général Belhague qui avait en son temps dirigé la CORF, elle doit améliorer l’organisation en profondeur des fronts fortifiés en insistant notamment sur le Nord, mal couvert faute à un allié belge qui rendait semble-t-il illusoire la construction d’ouvrages CORF entre les Ardennes et la Mer du Nord.

Le programme complet de la ligne CEZF prévoit une fortification de 600km composée d’une ligne principale de résistance et d’un ligne d’arrêt avec un blockhaus tous les kilomètres ce qui nécessite la construction de 1200 ouvrages fortifiés qui sont complétés par un fossé antichar et par un réseau de barbelés large de six mètres.

Dix régions militaires sont concernées. Le planning initial prévoyait une première tranche en 1939-40, deux tranches en 1940 et une tranche 1941 mais la fin prématurée de la guerre de Pologne et des hivers 1939-40 et 1940-41 très rigoureux vont considérablement ralentir la construction de cette ligne dont l’utilité est remise en cause par les partisans de la mécanisation. Résultat, la ligne CEZF ne sera vraiment considérée comme achevée qu’en 1945.

A cette époque, elle s’étend globalement de Cassel à Pontarlier, couvrant les secteurs occupés durant la guerre de Pologne par la 1ère armée, la 9ème armée, la 2ème armée, la 4ème armée et la zone de responsabilité de la 7ème région (régions de Morteau et de Pontarlier).

Le 27 septembre 1939, les commandes de cuirassement sont passés avec 900 cloches type C (une cloche type B simplifiée), 1300 créneaux pour fusils-mitrailleurs, 2800 trémies pour créneau de mitrailleuse, 2800 trémies pour canon de 25mm, 1200 portes et 1200 grilles soit de quoi équiper 1000 casemates doubles, 200 simples dont 300 démunis de cloches.

En mars 1942 alors que la ligne CEZF est achevée à environ 40%, des commandes complémentaires de matériel sont passés notamment 300 cloches pour équiper tous les casemates STG de la ligne de cloche mais également 300 mortiers de 60mm installés dans des encuvements en béton, les servants protégés par un bouclier ce qui permet d’équiper un blockhaus sur quatre.

A noter que contrairement aux ouvrages puissants de la Ligne Maginot, aucune unité n’est spécifiquement créée pour armer cette ligne entretenue en temps de paix par des unités de génie de la Région Militaire ou par des unités de travailleurs. En cas de conflit, il est prévu qu’y soient déployés des unités de campagne.

«Néanmoins, il n’est pas impossible qu’en cas de conflit, un ou plusieurs régiments d’infanterie de forteresse de mobilisation puissent être déployés dans certains ouvrages de la ligne CEZF» (note du général Villeneuve du 14 septembre 1946).

Les travaux en détail

Les différents tronçons de la ligne CEZF (souvent appelée ligne Belhague même si cette dénomination ne fût jamais officielle) s’établissent ainsi du nord à l’est :

-Secteur de la 1ère armée : la position de Cassel (forêt de Clairemarais à Tederghem) aligne 18 kilomètres d’obstacles antichars et 20 casemates type STG alors que la position de Cambrai aligne 24 kilomètres d’obstacles antichars et 27 casemates type STG.

-Secteur du Détachement d’Armée des Ardennes (future 9ème armée) : la position Réthel- Mézières aligne 18 kilomètres d’obstales antichars et 20 casemates type STG.

-Secteur de la 2ème armée : le Front Nord dit «Est du Chesne» dispose d’Omont à Stonne  pour barrer la trouée du canal des Ardennes de 15 kilomètres d’obstacles antichars et de 17 casemates; le Front Centre dit «Dun-sur-Meuse» aligne de la forêt de Belval à Brandeville un total de 16 kilomètres d’obstacles antichars et de 18 casemates et enfin le Front Est «Etain-Spincourt» déploie de la côte de Romagne à Boismont un total de vingt kilomètres d’obstacles antichars couverts par vingt-deux casemates.

-Secteur de la 4ème armée : le front «Nord de Morhange» de la corne nord de la forêt de Remilly au bois de Guessling 13 kilomètres d’obstacles et 14 casemates pour renforcer une zone d’étangs partiellement aménagée en 1936-37 alors que le front «Ouest de la Sarre- Union» dispose de treize kilomètres d’obstacles antichars et quatorze casemates.

Au final dans la zone de responsabilité de la 4ème armée, la position CEZF disposera au final d’une ligne principale de résistance équipée de 80 casemates STG alors que 1500m en arrière, la ligne d’arrêt dispose de 84 casemates STG.

-Secteur de la 7ème région : le front de Morteau dispose de treize kilomètres d’obstacles antichars et de quatorze casemates alors que le front de Pontarlier dispose de seulement six kilomètres d’obstacles antichars et six casemates.

Blocs Billote et PAL (Position Avancée de Longwy)

Comme nous l’avons vu plus haut, suite à la dissolution de la CORF, les régions militaires ont réalisé des ouvrages de campagne.

Outre ces ouvrages construits en temps de paix, d’autres ouvrages vont être construits, le plus souvent directement sur la frontière pour couvrir la manoeuvre des troupes de campagne et leur offrir une base de repli en cas de besoin.

Un cas particulier concerne la Position Avancée de Longwy, une fortification de campagne destinée à protéger cette ville industrielle et permettre à l’industrie de produire le plus longtemps possible. Néanmoins pour chaque cas, les travaux sont menés par les troupes déployées dans la région.

Les travaux du Groupe d’Armées n°1 : les blocs Billotte

Le groupe d’armées n°1 déploie ses unités de la mer du Nord à Longuyon. C’est l’aile marchante du dispositif allié, censé pénétrer en Belgique et aux Pays Bas pour tendre la main aux belges et aux néerlandais dès que ceux-ci le demanderait.

Ce cas de figure ne s’est pas produit ce qui n’empêcha pas le général Billote _commandant du GA1_ de planifier et de réaliser sur la frontière une ligne d’ouvrages fortifiés passés à la postérité sous le nom de Blocs Billotte ou blocs GA1 ou encore blocs FCR (Fortification de Campagne Renforcée).

Les blocs Billotte sont de gros casemates simples (une chambre de tir) ou doubles (deux chambres de tir) avec dans chaque chambre de tir un créneau pour arme antchar et un créneau pour mitrailleuse en échelon refusé mais sans cloche ce qui se révéléra ultérieurement problématique.

Ces blocs ont été essentiellement construits le long de la frontière belge (SD Lille, SF Escaut et SF Maubeuge), le long de la Meuse et de la Chiers avec dix-septs blocs GA1, dans le SF de Montmédy comme deuxième ligne de défense pour couvrir la tête de pont et dans le SD Marville pour renforcer la défense des bords de la Chiers.

Le choix du général Billotte entre en contradiction avec la politique de petits blocs préconisés par le général Hutzinger commandant de la 2ème armée. Finalement, il est décidé de couvrir Sedan par de petits blocs et de construire des Blocs Billote en arrière de la ville, les premiers devant freiner l’ennemi et couvrir la Meuse alors que les seconds devant arrêter l’ennemi ayant franchit la Meuse.

Les travaux du Groupe d’Armées n°2 (1) : la Position Avancée de Longwy (PAL)

Bien que fortifiée au 17ème siècle par Vauban, Longwy ne fût pas intégrée au tracé de la ligne Maginot imaginée par la CORF, les études réalisées ayant montré qu’une meilleure position pouvait être trouvée derrière la ville.

Dès le début de la guerre de Pologne, la ville est évacuée de ses habitants, seuls restant sur place les ouvriers des usines et des troupes chargées de pénétrer au Luxembourg et en Belgique pour jalonner l’avancée allemande mais ces unités de cavalerie n’ont donc pas pour mission de défendre la ville.

A la mobilisation de septembre 1939, la ville de Longwy intégrée au Secteur Fortifié de Crusnes dépend de la 2ème armée mais peu avant la fin de la guerre de Pologne, le SF de Crusnes est rattaché à la 3ème armée (GA2) du général Condé, partisan d’une devance avancée à Longwy.

Ce n’est cependant qu’en mars 1940 que les travaux vont sérieusement commencer. La PAL se composera au final d’un fossé antichar continu battu par une vingtaine de casemates armés de mitrailleuses et de canons antichars de 25mm, casemates destinés à être occupés par des troupes de campagne ainsi que des casemates d’artillerie pour canons de 75mm modèle 1897.

 Les travaux du Groupe d’Armées n°2 (2) : la trouée de la Sarre

Quand éclate la guerre de Pologne en septembre 1939, la défense de la Sarre repose essentiellement sur des inondations battues par le feu mais il n’y à pas de véritable ligne de résistance. Pour renforcer une position assez faible, décision est prise de construire 31 casemates STG qui vont s’ajouter à quatre casemates pour canons de 75mm construits entre 1936 et 37. Non prioritaires, ces travaux ne seront achevés qu’en 1945.

Les travaux du Groupe d’Armées n°2 (3) : la Région Fortifiée de la Lauter

Les travaux réalisés dans cette région concernent essentiellement le renforcement du saillant que forme la ligne de casemates entre Schoenenbourg et le Rhin car une percée ennemie dans ce secteur menacerait d’encerclement tout la position de Bitche au Schoenenbourg. Ce renforcement se matérialise par une série de blockhaus STG.

Les travaux du Groupe d’Armées n°2 (4) : Les rives du Rhin on ne passe pas !

En dépit de la présence de solides défenses, l’hypothèse d’un franchissement allemand du Rhin pour envahir la France n’est pas à exclure totalement ce qui explique que dès le début de la guerre de Pologne, des travaux sont menés pour étoffer et étayer les défenses. Ces travaux sont les suivants :

Blockhaus Garchery

Blockhaus Garchery

-Achèvement des blocs Garchery

-Les villages présents dans les intervalles de la position sont organisés en point d’appui

-Des blockhaus sont construits sur la deuxième ligne pour tenir les débouchés de la forêt du Rhin

-Etablissement d’une bretelle sur la ligne Diebolsheim-Hilsenheim afin d’empêcher qu’un ennemi ayant percé dans le secteur de la 5ème armée n’enroule la position.

Il est également projeté une ligne de blockhaus STG sur la ligne des villages à deux ou trois kilomètres du canal mais aucun début d’éxecution n’est mené avant la démobilisation. L’idée n’est cependant pas abandonnée et entre juin 1947 et septembre 1948, ces blockhaus seront finalement construits.