Mitteleuropa Balkans (64) Bulgarie (28)

Autos blindées

Leichter Panzerspähwagen Sdkfz 222

Les premières automitrailleuses allemandes étaient des véhicules lourds et encombrants dont la puissance n’était pas toujours efficiente. Il fallait donc imaginer des autos blindées plus légères, plus compactes.

Au début des années trente apparait la Leichter Panzerspähwagen Sdkfz 221, un véhicule 4×4 entièrement neuf et non développé à partir d’un châssis civil. Cette automitrailleuse n’est armée que d’une mitrailleuse de 7.92mm en tourelle biplace.

Rapidement une version améliorée baptisées Sdkfz 222 est mise au point, cette version se distinguant par un armement nettement plus puissant avec un canon de 20mm et une mitrailleuse de 7.92mm.

Ces véhicules de reconnaissance furent déclinés en une version de commandement (Sdkfz 233), une version radio (Sdkfz 260 et 261) et une version de transport de troupes (Sdkfz 247) avec une simple mitrailleuse sous bouclier, l’habitacle pouvant abriter cinq hommes.

La version Sdkfz 222 est exportée en Chine (douze exemplaires sont vendus à la fin des années trente. Certains exemplaires reçurent des armes plus puissantes comme un canon antichar de 47mm sous bouclier en remplacement de la tourelle) mais aussi en Bulgarie qui récupère des véhicules neufs mais aussi d’anciens véhicules allemands reconditionnés.

Au total l’armée de Sofia à reçu 120 véhicules, des véhicules fiables très appréciés de leurs équipages. Il n’en restait plus que vingt-quatre à la fin du conflit. En mauvais état elles sont toutes envoyées à la casse.

Caractéristiques Techniques du Leichter Panzerspähwagen Sdkfz 222

Type : automitrailleuse légère

Poids : 4.8 tonnes en ordre de combat

Dimensions : longueur hors tout 4.80m largeur : 1.95m hauteur (grille pare-grenades incluse) : 2m

Motorisation : in moteur essence Horch/Auto-Union de 81ch

Performances : vitesse maximale sur route 80 km/h vitesse maximale en tout-terrain 40 km/h Rayon d’action sur route 300km Rayon d’action tout-terrain : 180 km

Armement : un canon de 20mm et une mitrailleuse MG-34 de 7.92mm

Equipage : trois hommes

Schwere Panzerspähwagen Sdkfz 231 (6 rad)

Automitrailleuse Sdkfz 231 (6 rad)

Les autos blindées reprenaient souvent un châssis d’origine civile ce qui avait ses avantages mais aussi ses inconvénients.

C’est ainsi que l’auto blindée lourde (Schwere Panzerspähwagen) Sdkfz 231 qui combinait un châssis de camion (Daimler-Benz puis Bussing-NAG et Magirus) avec une caisse blindée surmontée d’une tourelle armée d’abord d’une unique mitrailleuse puis d’un canon de 20mm et d’une mitrailleuse de 7.92mm.

Les premiers véhicules de série furent livrés en 1932 et pas moins de 1000 véhicules furent produits jusqu’en 1935 quand les chaines de montage furent fermées, la production des Sdkfz 231 étant stoppée au profit de la construction de véhicules plus modernes.

A l’origine, ce véhicule devait être un 6×6 tout-terrain mais pour des raisons de coût, il fût finalement produit en configuration 6×4, une configuration adapté à la route mais fort peu aux terrains bouleversés.

Si les Sdkfz 231 armés d’une simple mitrailleuse furent rapidement reversées à l’instruction ou à la police, celles armées d’un canon de 20mm et d’une mitrailleuse de 7.92mm étaient toujours en service au sein des divisions d’infanterie et du groupe de reconnaissance divisionnaire.

La Bulgarie à récupéré durant le conflit seize Schwere Panzerspähwagen Sdkfz 231 armés d’un canon de 20mm pour améliorer les capacités d’éclairage de ses unités même si le caractère défensif des combats menés par les bulgares rendait le besoin de tels véhicule moins prégnant que dans les armées alliées qui pour s’éviter de longs et coûteux combats d’usure devaient connaître le dispositif ennemi pour en trouver les faiblesses et les exploiter le plus rapidement possible.

Aucune de ces autos blindées n’à survécu au second conflit mondial, la dernière étant détruite en janvier 1954 à Sofia lors du coup d’état qui provoqua le changement de camp de la Bulgarie.

Caractéristiques Techniques

Type : automitrailleuse de reconnaissance 6×4

Poids : en ordre de bataille 5.7 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 5.57m largeur 1.82m hauteur 2.25m

Motorisation : un moteur essence de 80ch

Performances : vitesse maximale sur route 65 km/h rayon d’action sur route 250km rayon d’action tout terrain 200km

Blindage : nc

Armement : un canon de 20mm KwK30 ou 38 assoxié à une mitrailleuse de 7.92mm de MG-34, une deuxième mitrailleuse de ce même modèle est disponible pour servir d’arme antiaérienne

Equipage : quatre hommes

Autres autos blindées

-L’armée bulgare à utilisé également une auto blindée de conception et de fabrication autrichienne, la PHÄNOMEN GRANIT 30, une auto blindée 4X4 produite à 62 exemplaires pour l’armée bulgare.

Ces véhicules vont d’abord opérer comme véhicule de reconnaissance puis après la livraison des autos blindées allemandes reléguées à l’instruction. Elles vont reprendre du service pour certaines d’entre-elles durant le conflit pour la lutte anti-partisans. Elles disparaissent toutes durant la guerre.

-Comme toutes les armées ayant du mal à obtenir l’équipement nécessaire les bulgares vont réutiliser des véhicules de prise. En raison du manque de preuves il n’est pas aisé d’avoir une vision exhaustive du sujet. Il semble que quelques Daimler Dingo et quelques AM modèle 1940P ont été un temps réutilisées par les bulgares moins contre leurs anciens propriétaires que contre les partisans et autres maquisards yougoslaves pour éviter de funestes tirs fratricides.

Camions et autres véhicules

Fiat 626

Fiat 626 réutilisés par des allemands. La date sur le cliché est erronée

-Bien entendu l’armée bulgare n’était pas une armée 100% motorisée mais une armée très dépendante de la «plus noble conquête de l’homme».

Cela ne l’empêchait pas de disposer d’une petite capacité de transport motorisée pour notamment remorquer les pièces d’artillerie lourdes.

Parmi les véhicules utilisés figure le Fiat 626. C’est le camion médian standard de l’armée italienne. Mis au point en 1938, il à été produit pendant quinze ans à un nombre particulièrement important puisque ce sont 12500 véhicules qui ont été produits faisant du modelo 626 le camion italien le plus produit.

Ce camion à été utilisé pour le transport logistique, la maintenance, le transport de troupes, le remorquage de pièces d’artillerie. Il va opérer sur tous les fronts sur lesquels sera engagé l’armée italienne (Afrique, Balkans, péninsule italique, front russe).

Premier camion FIAT à cabine avancée, il à remplacé les Fiat 621 et 633 de conception et de fabrication plus ancienne. Les 12500 Fiat 626 peuvent être répartis entre plusieurs variantes, le Fiat 626N (N = Nafta/Diesel) plus destiné au marché civil, le Fiat 626NL (NL = Nafta Long/Diesel Long) et enfin le Fiat 626NLM (NLM = Nafta Lungo Militare/Diesel long militaire).

Outre l’Italie ce camion va être utilisé par la France, l’Allemagne, la Bulgarie et la Hongrie. La production stoppée en février 1954 après la sortie de 12500 exemplaires va reprendre uniquement pour le marché civil en mars 1956, 1600 exemplaires sortant de l’usine FIAT jusqu’à la fin définitive de la production en mars 1960.

La Bulgarie va utiliser 150 Fiat 626N, 50 Fiat 626NL, 50 Fiat 626NLM mais aussi 100 Fiat 626NM, un camion blindée utilisée surtout pour le transport de troupes notamment pour ce qui concerne la Bulgarie pour les troupes menant les sinistres opérations de nettoyage dans les Balkans.

A la fin du conflit il restait un certain nombre de véhicules qui furent réutilisés par les soviétiques puis par la nouvelle armée bulgare avant que des camions soviétiques voir des camions isssus du Prêt-Bail ne les remplacent.

Caracteristiques Techniques

Poids : 3 tonnes environ

Dimensions : longueur 6.21m largeur 2.18m hauteur 2.675m

Suspension : 4×2 puis 4×4

Motorisation : diesel Fiat de 65ch à 2200 tours/minute

Performances : vitesse maximale 65 km/h autonomie 340km

Equipage : cabine pour un conducteur et un ou deux passagers, le compartiment arrière peut embarquer 21 passagers au maximum

Ursus A

Parmi les autres camions utilisés par l’armée bulgare figure des camions d’origine polonaise, les Ursus A. Encore que polonais c’est un bien grand mot puisqu’il s’agit de véhicules italiens, des SPA 25C Polonia construits sous licence.

Tout comme en 1924 quand le gouvernement polonais ordonne d’importantes commandes de camions de deux modèles, le Berliet CBA de 3 tonnes et le SPA 25C Polonia de 1.5 tonnes.

La firme Ursus était chargée de la production des 1050 camions en trois lots composés chacun de 200 Berliets et de 150 SPA. Le premier lot devait être importé de France et de l’Italie, le second de camions assemblés en Pologne avec des éléments venus des constructeurs alors que le troisième lot devait être entièrement produit en Pologne.

Je n’ai je crois même pas besoin de préciser que ce plan ambitieux ne va pas être réalisé. Une usine est bien installée à Czechowice près de Varsovie mais les retards s’accumulent.

Devant ces retards l’armée bulgare décide de commander 400 camions Berliet en France pour laisser Ursus se concentrer sur la production des camions italiens. Le 11 juillet 1928 un premier lot de cinquante-deux Ursus A sort d’usine. Pour faire simple il s’agit de SPA 25C Polonia adaptés aux routes et aux conditions météo polonaises. Ultérieurement d’autres modifications plus importantes eurent lieu.

La production se poursuivit jusqu’en 1931 quand le Polski Fiat 621 le remplaça sur les chaines de montage. 884 véhicules furent produits dont 509 pour le marché civil. Nous sommes donc loin des 450 véhicules uniquement destinés à l’armée polonaise.

L’armée bulgare à acquis ces véhicules par l’intermédiaire des allemands après l’occupation de la Pologne par Berlin. Tout le matériel récupérable fût ainsi soigneusement regroupé et inventorié et parmi ces camions figuraient quelques Ursus A que les allemands cédèrent bien volontiers à leur allié bulgare qui les utilisa jusqu’à la fin du conflit. Le nombre exact de véhicules est inconnu.

Krupp-Protze L2H42

Ce camion 6×4 de conception et de fabrication allemande à été produit à 120 exemplaires pour l’armée bulgare à partir de 1935. Fiable et robuste, ce véhicule pesait 2600kg en ordre de combat, mesurait 5.10m de long pour une largeur de 1.93m et une hauteur de 1.96m.

Motorisé par un moteur Krupp M304 à essence, il pouvait atteindre la vitesse maximale de 70km/h sur route et franchir entre 360 et 450km. Son équipage était composé de deux hommes.

Opel Blitz 3.6-36

L’Opel Blitz 3.6-36 était un autre camion de conception et de fabrication allemande utilisé par l’armée bulgare. Pesant 5800kg en ordre de combat c’était un véhicule 4×2 (deux roues motrices) mesurant 6.10m de long sur 2.26m de large pour une haute de 2.56m. Propulsé par un moteur essence Opel il pouvait atteindre la vitesse maximale de 85km/h sur route et de 35km/h en tout terrain. Il pouvait parcourir 234km en terrain difficile et 328km sur route. Son équipage était composé de deux hommes.

P4-100 PC30 & PC30A

L’armée bulgare à également utilisé le 25M P4-100, un tracteur d’artillerie de conception et de fabrication italienne. Ce véhicule œuvre de la firme Pavesi était un 4×4 capable de remorquer les canons et les obusiers lourds.

Il à été mis en service dans l’armée bulgare dans les années trente en compagnie de dérivés plus modernes, les PC-30 et PC-30A reçus respectivement à 100 et 50 exemplaires par Sofia, véhicules reçus en 1935 pour le premier modèle et en 1938 pour le second. Ils étaient fort peu différents du P4-100.

Pesant 4600kg, ils transportaient le conducteur et l’équipe de pièce. Mesurant 4.10m de long pour une largeur de 2.05m et une hauteur de 1.45m, il était propulsé par un moteur essence Fiat lui permettant d’atteindre la vitesse sur route de 22km/h et de franchir toujours sur route 190km.

SPA TL.37

L’armée bulgare à utilisé un autre camion léger italien (ou plutôt un tracteur d’artillerie) le SPA (Sociéta Piemontese Automobili) TL.37, une filiale de la firme FIAT.

A l’origine de ce véhicule figure un concours lancé par le Regio Esercito Italiano (armée royale italienne) pour un tracteur léger d’artillerie. Cette compétition opposa SPA à Breda Meccanica Bresciana.

Ce véhicule fût une vraie réussite étant utilisée par l’Italie, l’Allemagne, la Hongrie et donc la Bulgarie. Au total 200 exemplaires ont été produits mais j’ignore le nombre de véhicules livrés à l’armée bulgare. Ces véhicules ont été brièvement utilisés après guerre avant de faire le bonheur des ferrailleurs.

Le TL-37 servit de base à un projet de canon automouvant le Cannone da 75/27 et surtout de base à un camion à usage général, le Fiat-SPA AS.37 ainsi qu’à deux autos blindées, les Fiat-SPA S37 et Fiat-SPA AS43.

Le SPA TL.37 était un véhicule 4×4 de 3560kg mesurant 4.13m de long pour 1.83m de large et 2.18m de haut. Disposant d’un équipage de quatre hommes, il disposait d’un moteur de 52ch lui permettant d’atteindre la vitesse maximale de 38km/h pendant que sa distance franchissable était de 170km.

Mitteleuropa Balkans (27) Hongrie (27)

Autos blindées

Avant-propos

Tout comme dans le domaine des chars et des canons d’assaut, l’armée hongroise à utilisé des autos blindées de conception nationale mais aussi des modèles étrangers qu’ils aient été acquis légalement ou capturés sur le champ de bataille.

Lire la suite

Italie (76) Regio Esercito (16)

Les Armes du Regio Esercito Italiano (8) : autos blindées et camion, les autres véhicules de l’armée italienne

Avant-propos

De tout temps le renseignement à été la clé de la guerre. Un adversaire supérieurement informé l’emportera toujours sur un adversaire moins bien informé à condition bien sur de bien exploiter les renseignements recueillis.

Lire la suite