Grande Bretagne (82) Armée de terre (7)

Armement de l’armée britannique (3) artillerie lourde

Avant-Propos

Bien que l’infanterie soit la reine des batailles, sans l’artillerie, le fantassin était totalement impuissant surtout avec le trilogie mortelle tranchée/mitrailleuse/barbelée qui déboucha sur l’invention du char de combat qui permettait d’espérer une percée.

Après les tueries des premières années du conflit, l’armée française sous l’impulsion du général Petain changea de paradigme avec un “artillerie conquiert l’infanterie occupe” ce qui imposait une artillerie nombreuse et diversifiée.

L’artillerie britannique n’échappe pas à la règle, utilisant les mêmes expédients que l’artillerie française avec des pièces issues de la marine, d’anciennes pièces de siège et de canons sur voie ferrée.

Sur le plan tactique,l’artillerie de Sa Majesté utilisa différentes méthodes d’abord la longue préparation d’artillerie destinée à tout écraser (qui n’était pas toujours efficace comme à Verdun en 1916 où la terrible préparation d’artillerie allemande n’anéantit pas l’armée française) puis de plus en plus la technique du barrage roulant suivant la progression de l’infanterie.

Comme pour l’artillerie de campagne, l’artillerie lourde britannique évolue peu durant l’entre-deux-guerre.

D’ailleurs où commence l’artillerie lourde et où s’arrête l’artillerie de campagne ? J’ai pris une limite arbitraire mais justifiable.

Si l’artillerie britannique divisionnaire se limite à un calibre (25 livres soit environ 84mm), l’artillerie divisionnaire française et allemande dispose de canons de 75mm, de 77mm, de 105mm, de 150 et de 155mm.

J’ai donc décidé de fixer la limite haute de l’artillerie de campagne à 155mm, les pièces plus lourdes (170mm côté allemand, 194mm côté français) étant intégrée à la “Réserve Générale” au niveau du corps d’armée avec souvent des pièces de 150 et de 155mm.

BL 8 Inch Howitzer Mk VI VII VIII

BL 8 Inch Howitzer Mk VI

BL 8 Inch Howitzer Mk VI

Pour faire face aux puissants retranchements allemands, il fallait prévoir une artillerie puissante, l’artillerie de siège qui semblait devoir appartenir au passé revint en force, une fois le front stabilisé après l’échec de la Course à la mer.

Après avoit utilisé des pièces de 8 pouces issues de la marine avec des affûts improvisés (mark I à V), l’artillerie britannique mit en service en 1916 des canons de conception neuve.

Le Mark VI fût produit à 80 pièces, cet obusier de 14.7 calibres permettant d’envoyer un obus à 9825m. Mise en service au printemps 1916, il est complété par l’obusier Mark VII disposant d’un tube plus long (17.3 calibres) permettant d’augmenter la portée à 11250m. Le Mark VIII était une version très proche de la version Mark VII.

La mise au point fût assez longue pour cet obusier, un problème de stabilité dont la résolution nécessita l’envoi en France d’une commission spéciale.

Quand le premier conflit mondial s’arrêta, les obusiers de 203mm étaient fort présents sur le front occidental avec deux batteries canadiennes, une batterie australienne et trente-sept batteries britanniques soit un total de 240 pièces en service.

Si le front occidental absorba une grande partie des ressources, les autres théâtres d’opérations n’étaient pas oublié, une batterie étant présente en Grande-Bretagne pour l’instruction et les essais, les Balkans virent le déploiement d’une batterie réduite à 4 canons alors que la Palestine alors sous domination turque vit le déploiement de deux canons (issus de la batterie déployée en Macédoine ?).

Outre les pays déjà cités, ce puissant obusier à été exporté en Afrique du Sud et en Russie.

Cet obusier était encore en service en septembre 1939, certaines pièces gagnant le continent au sein du BEF même si l’arrêt rapide du conflit bloqua la majorité des obusiers sur les îles britanniques. Des obusiers ex-américains furent achetés par la Finlande dans le cadre de la guerre d’Hiver mais arrivèrent trop tard pour participer au conflit.

Le parc de cet obusier fût sensiblement réduit durant la période de Pax Armada en raison de l’usure des pièces et de la mise en service de pièces de 183mm (7.2 inch) à la portée acccrue.

Néanmoins sur les seize régiments de siège (192 pièces) des Royal Artillery Support Group (RASG), quatre étant encore équipés de ces obusiers quand éclate le second conflit mondial en septembre 1948 soit un total de 48 canons disponibles.

Ce calibre s’étant révélé efficace, l’artillerie britannique demande la reprise de la fabrication de canons de ce calibre. La mise au point d’un nouveau canon prennant trop de ressources et de temps, décision est prise de fabriquer sous licence le M-1 américain.

Caracteristiques Techniques du Ordnance BL 8 Inch Howitzer

Calibre : 8 pouces (203mm)

Poids total : 8.74 tonnes Poids du projectile : 91kg

Longueur du tube : 2.972m pour le Mk VI 3.505m pour les Mk VII et VIII

Elevation : -4° à +50° (Mk VI) 0° à +45° (Mk VII et VIII)

Champ de tir horizontal : 4° de part et d’autre de l’autre

Portée maximale : 9825m pour le Mk VI 11200m pour le Mk VII et VIII

Ordnance BL 9.2 Inch Howitzer

BL 9.2 Inch Howitzer

BL 9.2 Inch Howitzer

A l’origine de ce canon de siège figure l’achat en 1900 d’obusiers austro-hongrois de 9.45 Inch pour combattre en Afrique du Sud. Cette arme étant perfectible, les britanniques décidèrent de dévelloper un nouvel obusier qui entra en service en 1915. Ce canon était transporté en trois lots.

La portée du Mark I se révélant limitée, un modèle Mark II est mis en service en décembre 1916 avec une portée accrue à 12742m au prix d’une réduction de la durée de vie du tube de 6000 à 3500 coups.

Cet obusier n’à servit que sur le front occidental au sein de trente-six batteries britanniques, une australienne et deux canadiennes. Ces batteries disposaient de quatre puis de six canons.

Cet obusier était encore en service en septembre 1948, équipant deux des seize régiments d’artillerie de siège soit vingt-quatre canons qui restèrent en Grande-Bretagne à la différence d’autres régiments d’artillerie lourde.

Ces canons vont être rapidement déclassées et remplacées par des canons d’un calibre voisin en l’occurence 240mm avec la fabrication sous licence du M1 américain.

Cet obusier à été exporté également aux Etats-Unis, en Russie avec des obusiers utilisés durant la guerre d’Hiver contre la ligne Mannerheim.

Caracteristiques Techniques du Ordnance BL 9.2 Inch Howitzer

Calibre : 9.2 Inch (234mm)

Poids : 16460kg Poids du projectile : 130kg

Longueur du tube : 3m (Mk I) 4m (Mk II)

Elevation : de 15° à 55° pour le Mk I de 15° à +50° pour le Mk II

Champ de tir horizontal : 30° de part et d’autre de l’axe

Portée maximale : 9200m pour le Mk I 12742m pour le Mk II

Ordnance BL 7.2 Inch Howitzer

BL7.2 Inch Howtizer

BL7.2 Inch Howtizer

En septembre 1939, l’artillerie lourde britannique était essentiellement composée de canons de 203 et de 234mm, des pièces héritées du premier conflit mondial.

Ces canons bien adaptés à la première guerre mondiale, à un front fixe étaient peu mobiles et d’une portée insuffisante.

En attendant la mise au point d’une pièce moderne, on étudia la mise au point d’une pièce interimaire réutilisant des éléments existants. C’est l’acte de naissance du Ordnance BL 7.2 Inch Howitzer, un obusier qui est en réalité un canon-obusier de 183mm, la réduction du calibre et du poids de l’obus devant permettre une augmentation de la portée.

Le Ordnance BL 7.2 Inch Mk I apparait sous forme de pièces prototypes en septembre 1940 et après une mise au point compliquée est adoptée en mars 1942, le Mk I reprennant l’affût de la pièce de 8 inch avec un tube repris de ce dernier canon, un véritable bricolage qui donna des résultats médiocres.

Le Mk II et le Mk III sont des pièces de conception neuves aux différences minimes, pièces mises en service en 1943 et 1945 pour équiper dix régiments à trois batteries de quatre pièces soit 120 canons avec 24 Mk I, 56 Mk II et 40 Mk III.

Ces canons sont également exportés au Canada et en Australie.

Caracteristiques Techniques du Ordnance BL 7.2 Inch Mk III

Calibre : 7.2 Inch (183mm)

Poids : 17500kg Poids de l’obus 92kg

Longueur totale : 7.42m Longueur du tube : 4.34m Largeur 2.7m Hauteur 1.30m

Elevation : 0° à 45°

Champ de tir horizontal : 4° à gauche et à droite de l’axe

Cadence de tir : un à trois coups/minute

Portée maximale : 15500m

Equipe de pièce : dix à douze hommes

Matériel de l’Armée Britannique (4) : Artillerie sur voie ferrée

Avant-Propos

Avec l’augmentation du calibre des pièces d’artillerie, la traction à cheval puis la traction mécanique à atteint les limites du supportable. Le démontage en deux ou trois fardeaux rendait la tache plus facile mais qui dit démontage dit remontage ce qui provoquait une perte de temps et de souplesse.

L’apparition du chemin de fer et de la propulsion vapeur permet d’envisager de déplacer sur de longues distances des pièces lourdes sans avoir à la démonter. C’est l’acte de naissance de l’artillerie sur voie ferrée appelée Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (ALVF) en France, Railway Artillery pour la Grande-Bretagne ou encore Eisenbahn Artillerie pour l’Allemagne.

Cette artillerie utilisée aussi bien pour la défense côtière ou pour la frappe à la longue distance était en voie de déclassement en septembre 1948 en raison de la présence massive de l’aviation qui rend ses mastodontes particulièrement vulnérables à une frappe aérienne.

Peu de pièces lourdes sont dévellopées durant la Pax Armada, les différents pays se contentant de moderniser les affûts sans chercher à dévelloper de nouveaux affûts plus modernes.

Ordnance BL 9.2 Inch Railway Gun

BL 9.2 Inch Railway Gun

BL 9.2 Inch Railway Gun

En 1900, durant la guerre des Boers, les britanniques démontent une pièce de 9.2 pouces des défenses côtières de CapeTown, l’installe sur un affût ferroviaire pour participer aux sièges de la ville boer de Belfast au nord-est de Johannesburg. Le siège s’achève avant que le canon soit utilisé et les boers préférant la guérilla aux batailles rangées, cette innovation militaire n’aura pas l’occasion d’être utilisée.

Quinze ans plus tard au moment où le premier conflit mondial passe du statut de guerre fraîche et joyeuse à celui d’une immonde boucherie, l’artillerie ferroviaire fait sa réapparition sur le front occidental.

Des canons de 234mm en surplus issus aussi bien de navires que de batteries côtières sont adaptées sur des affûts pour être utilisés en France et en Belgique.

En juin 1916, un modèle plus perfectionné est mis au point avec également des canons plus modernes. A la fin du premier conflit mondial, seize canons sont encore en service, tous étant des Mk III, les autres étant déclarés obsolètes et ferraillés dans les années vingt.

Ces canons sont encore en service en septembre 1939 et même en septembre 1948, équipant un régiment d’artillerie super-lourde, le régiment du 1st Royal Artillery Support Group (RASG), trois batteries de quatre pièces, les quatre derniers canons étant conservés en réserve.

Déployés sur les côtes pour contrer une très hypothétique invasion allemande, ces canons vont davantage servir d’outil de propagande plutôt que d’armement opérationnel. Ils vont d’ailleurs être rapidement déclassés, permettant de récupérer du personnel pour équiper d’autres unités d’artillerie.

Caracteristiques Techniques du Ordnance BL 9.2 Inch Railway Gun

Calibre : 234mm

Longueur du tube : 8.509m

Poids du projectile : 88400kg Poids du projectile : 172.37kg

Elevation : + 28° puis +40°

Champ de tir horizontal : 10° de part et d’autre de l’axe pour les premiers modèles, 360° pour les derniers modèles

Portée effective : 20760m pour le Mk XIII seul modèle encore en service en septembre 1948

Ordnance BL 12 Inch Railway Howitzer

BL 12 Inch Railway Howitzer

BL 12 Inch Railway Howitzer

Suite au succès des pièces de 9.2 Pouces, les britanniques décidèrent de développer un modèle plus puissant d’un calibre de 12 pouces (305mm), calibre longtemps standard pour les cuirassés britanniques avant qu’il ne soit supplanté par le 343mm,ce changement marquant le passage du dreadnought au superdreadnought.

Le premier modèle introduit en mars 1916 et logiquement baptisé Mark I ne permettait pas une utilisation optimale et il fût rapidement remplacé par un Mark III au tube plus long et un affût permettant théoriquement perpendiculairement à l’axe de la voie même si en pratique on limitait l’angle à 20°.

La dernière version est le Mark V mise en service en juillet 1917 avec un affût mieux organisé pour permettre un tir efficace jusqu’à 120° par rapport à l’axe de la voie.

En septembre 1939 seuls les Mk 3 et les Mk 5 étaient encore en service. Vingt-quatre pièces équipaient en septembre 1948 les régiments d’artillerie super-lourde des 2nd et 3rd Royal Artillery Support Group (RASG).

Déployés pour la défense des côtes, ces pièces furent peu à peu déclassées durant le conflit, les seules pièces d’artillerie lourde sur voie ferrée britanniques allant sur le continent étant les pièces les plus lourdes dans l’idée de frapper la ligne Siegfried.

Caracteristiques Techniques des Ordnance BL 12 Inch Howitzer

Calibre : 305mm

Longueur du tube : 3.7m pour le Mark I 5.26m pour les Mk III et V

Poids de l’affût : 61976 kg pour le Mk 3 72220kg pour le Mk 5

Poids de l’obus : 340kg

Elevation : 40 à 65° pour le Mk I et le Mk III 20° à 65° pour le Mk V

Champ de tir horizontal : 20° à gauche et à droite de l’axe (Mk I et III) 120° pour le Mk V

Portée maximale : 10179m pour le Mk I 14000m pour le Mk III et 13120m pour le Mark V

Ordnance BL 13.5 Inch Railway Gun

Quand les cuirassés sont entrés dans leur phase moderne (ultérieurement connue sous le nom de cuirassés pré-dreadnought), le calibre standard quasi-universel était le 305mm plus connu dans les pays anglo-saxon comme le canon de 12 pouces.

Des canons de ce calibre équipèrent le HMS Dreadnought premier cuirassé à artillerie monocalibre (All Big Gun Battleship) et tous les cuirassés jusqu’à la décision prise par les britanniques de choisir un calibre plus puissant en l’occurence le 13.5 Inch ou 343mm, les navires disposant de ce canon devenant des superdreadnought.

En 1916, l’artillerie sur voie ferrée britannique était en voie d’être déclassée par l’ALVF française qui disposait de canons d’une portée supérieure.

Pour faire face à cet affront intolérable à l’orgueil anglo-saxon, décision est prise d’utiliser le canon de 343mm comme nouvelle pièce d’artillerie lourde sur voie ferrée. Trois ensembles (affût+canons) furent ainsi produits, l’un des trois recevant ultérieurement un canon de 356mm commandé par le Japon, les deux affûts n’opérant en France que pour les derniers mois du conflit.

Le premier conflit mondial terminé, les affûts et les pièces furent séparées et stockées chacune de leur côté, restant dans la naftaline pendant plus de vingt ans.

Ressortis de leur sommeil en septembre 1939, ils reçurent trois nouveaux canons de 343mm ayant appartenus aux Iron Duke et servirent de pièces de défense côtière au sein du régiment d’artillerie super-lourde du 4th Royal Artillery Support Group (RASG) en compagnie de pièces plus importantes de 356mm et de 381mm.

Ces canons étaient toujours en service en septembre 1948 (quoique d’utilisation restreinte) et à la différence des canons de 234 et de 305mm, les canons de 343mm vont rallier le continent pour participer avec les canons français aux frappes préliminaires contre la ligne Siegfried. Ce transport est entouré d’une grande publicité à des fins de propagande.

Caracteristiques Techniques du Ordnance BL 13.5 Inch Railway Gun

Calibre : 13.5 Inch (343mm)

Longueur du tube : 15.90m

Poids total de l’affût : 244590kg

Poids de l’obus : 567kg

Elevation : 0 à +40°

Portée maximale : 37120m

Ordnance BL 14 Inch Railway Gun

BL 14 Inch Railway Gun

BL 14 Inch Railway Gun

Dans l’artillerie comme dans bien des domaines, c’est le toujours plus qui règne. Il faut des canons toujours plus puissants ayant une portée toujours plus grande.

Aussi après le canon de 343mm (13.5 Inch), l’artillerie britannique mis en service deux canons de 356mm (14 inch) un calibre non standard pour l’armée britannique, les canons étant issus d’une commande japonaise.

Ces deux affûts opérèrent à la fin du premier conflit mondial à un moment où la guerre de position avait cédé la place à une guerre mouvement voyant les alliés prendrent irrémédiablement le dessus sur une Allemagne épuisée par une guerre sur deux fronts et qui avait échoué dans son coup de poker du printemps 1918 (gagner avant l’arrivée massive des troupes américaines).

Durant le conflit, la marine britannique avait décidé la construction de trois croiseurs de bataille légers pour un débarquement en mer Baltique. Ces navires devaient être armés de canons de 381mm et pour le Furious d’un monstrueux canon de 18 pouces (457mm).

Le Furious fût finalement transformé en porte-avions et les cinq canons furent stockés car sans emploi durant l’entre-deux-guerre.

Quand en septembre 1939 on décida de les sortir de leur sommeil, ces canons se révélèrent si usés qu’on préféra les férailler. Même chose pour les canons de 356mm qui avaient été feraillés dès 1926.

Il restait cependant deux affûts-truck qui reçurent deux canons de 356mm Mk VII identiques à ceux des King George V.

Ces deux affûts furent intégrés au régiment d’artillerie super-lourde du 4th Royal Artillery Support Group (RASG) au sein du group II, le group I disposant des pièces de 343mm et le group III de pièces de 381mm comme nous l’avons le voir maintenant.

Caracteristiques Techniques du Ordnance BL 14 Inch Railway Gun

Calibre : 14 Inch (356mm)

Longueur du tube : 15.90m

Poids total de l’affût : 242290kg

Poids de l’obus : 721kg

Elevation : 0 à +40°

Portée maximale : 39000m

Ordnance BL 15 Inch Railway Gun

Durant la période dite de la Pax Armada, de nombreux cuirassés sont désarmés (Le Hood, les Revenge) libérant un grand nombre de canons de 381mm pardon de 15 pouces.

Ces canons vont certe pouvoir servir de réserve pour les “QE” encore en service mais le nombre permet d’envisager la mise au point de nouvelles pièces d’artillerie sur voie ferrée.

Non sans polémiques sur cet investissement, la Royal Artillery décide d’activer au sein du régiment d’artillerie super-lourde du 4th Royal Artillery Support Group (RASG) un Group III avec quatre canons de 15 pouces sur un affût-truck inspiré de ceux des 13.5 et des 14 pouces avec néanmoins des modifications liées aux améliorations techniques et technologiques.

Ces trois pièces sont mises en service en septembre 1947, déployés dans le nord de l’Angleterre pour anticiper sur un possible raid de cuirassés allemands contre la côte est de l’Angleterre. Une fois cette menace estompée, on étudie l’envoi de ces canons sur le Continent pour la grande offensive franco-britannique contre le Westwall.

Caracteristiques Techniques du Ordnance BL 15 Inch Railway Gun

Calibre : 15 Inch (381mm)

Longueur du tube : 15.90m

Poids total de l’affût : 245320kg

Poids de l’obus : 870kg

Elevation : 0 à +40°

Portée maximale : 40500m

Publicités

Allemagne (55) Armée de terre (12)

Armement (4) : artillerie lourde sur voie ferrée

15cm et 17cm K (E) (Eisenbahn)

15cm Kanone (Eisenbahn)

15cm Kanone (Eisenbahn)

Ces pièces sur voie ferrées sont issues du Sofort-Programm lancé en 1936 et destiné à fournir à la Deutsche Heer une artillerie sur voie ferrée le plus rapidement possible.

Pour se faire, la firme Krupp installa sur de nouveaux affûts d’anciennes pièces de marine récupérées dans les stocks constitués après la démolition des cuirassés et des croiseurs de bataille.

Quatre 15cm K (E) et six 17cm K (E) vont être construits et mis en oeuvre par deux régiments d’artillerie sur voie ferrée. Ce faible nombre s’explique par un prix trop élevé au regard des services attendus et rendus.
Ils furent retirés du service en juin 1944 à une époque où des modèles plus lourds les ont remplacés.

Les pièces usées sont feraillées mais les affûts-trucks sont réutilisés pour former des trains de DCA équipés de canons de 88 et de 128mm chargés de protéger les grandes villes allemandes.

Caractéristiques Techniques du 15cm K (E)

Calibre : 150mm Longueur du tube : 5.571m Poids total : 74000kg Poids des obus : 43 ou 52kg Portée maximale : 22500m

17cm Kanone (E)

17cm Kanone (E)

Caractéristiques Techniques du 17cm K (E)

Calibre : 170mm Longueur du tube : 6.90m Poids total : 80000kg Poids de l’obus : 62.800kg Portée maximale 26100m

21cm Kanone 21 (E)

21cm Kanone (E)

21cm Kanone (E)

Durant le premier conflit mondial, l’artillerie lourde allemande s’illustra avec le Paris Kanone , un super canon qui frappa la capitale française, provoquant la psychose de la population en dépit de pertes faibles.

Ce canon improprement appelé “Gross Bertha” laissa une trace mythique chez les artilleurs allemands qui considéraient comme utile d’avoir une pièce d’artillerie à très longue portée.

Longtemps les études furent théoriques et il fallut attendre plusieurs années avant que le “super-canon” ne voit le jour, un canon de 210mm, un calibre standard pour l’artillerie allemande mais la comparaison avec les Mörser 16 et 18 s’arrêtait là.

Un affût-spécial recevait un canon long de 33m (158 calibres), si long qu’il fallait un système de tendeurs et d’entretoises pour éviter qu’il ne s’effondre sous son propre poids.

Véritable arme d’ingénieur, ce canon produit à deux exemplaires eut un rapport coût/efficacité très faible. Les artilleurs allemands ne sachant qu’en faire, ces canons sont mis en réserve, planqués durant la guerre civile dans les Alpes Bavaroises.

Ressorties régulièrement pour la propagande, les deux pièces furent remises réellement en service en septembre 1948 pour tirer à longue portée en direction de l’ouest.

Caractéristiques Techniques du 21cm Kanone 12 (E)

Calibre : 211mm Longueur du tube : 33.34m Poids total : 309 tonnes Poids de l’obus : 107.500kg Portée maximale estimée : 115km

28cm Kanone 5 (E)

28cm Kanone 5 (E) en action

28cm Kanone 5 (E) en action

Comme nous l’avons vu, les premiers canons sur voie ferrée allemands sont des canons “d’occasion” avec des affûts neufs sur lesquels étaient installés des canons de marine récupérés dans les stocks.
Cette mesure d’urgence qui se révéla décevante (coût trop élevé pour le résultat) devait céder la place à la production de canons sur voie ferrée neufs.

Si le 305mm était le calibre standard pour les cuirassés type prédreadnought, les allemands préféraient le 280mm. Comme souvent les pièces d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée étaient d’anciens pièces de marine, il était logique de retrouver ce calibre dans l’ALVF allemande.

Le projet qui allait aboutir aux 28cm Kanone 5 (E) est lancé en 1934 par la firme Krupp, les premières pièces entrant en service en 1936.

Ce fût une vrai réussite. Le tube à été soigneusement conçu et l’affût à été dessiné pour supporter le canon, encaisser le recul et éviter de perdre les réglages.

Un régiment regroupe vingt-quatre canons de 280mm K5 bien que dans la pratique, seulement seize canons soient opérationnels, les autres étant utilisés pour l’instruction, les essais ou en entretien après une campagne de tir en Baltique.

La production se poursuivit jusqu’en septembre 1948 à cadence réduite même si la production d’une telle pièce n’était pas aussi facile et rapide qu’un obusier de campagne.

Quand le conflit éclate, des canons de 280mm retrouvent des pièces lourdes sur le front occidental et sur le front oriental, se préparant à appuyer une offensive ou à attaquer les arrières d’un ennemi mordant.

Caractéristiques Techniques du 28cm Kanone 5 (E)

Calibre : 280mm Longueur du tube : 21.538m Poids total : 21800kg Poids de l’obus : 255kg Portée maximale : 62400m

28cm Kurze et Lange Bruno

28cm Kurze Bruno

28cm Kurze Bruno

Ces canons étaient issus du Sofort-Programm destiné à fournir une artillerie lourde sur voie ferrée le plus rapidement possible. Comme pour les canons de 150 et de 170mm, ils combinaient un ancien canon de marine modifié avec un nouvel affût.

Au total ce sont huit kurze Bruno et trois lange bruno qui furent produits en 1937/38, une étape avant la mise au point des 28cm Kanone 5 (E) avec lesquels ils cohabitèrent un temps avant d’être relégués à l’instruction ou à l’expérimentation.

En septembre 1948, il ne restait plus que quatre kurze bruno et deux lange bruno en service, ces canons ralliant les côtes allemandes pour renforcer la défense côtière et repousser une potentielle tentative de blocus d’une escadre franco-britannique.

Caractéristiques Techniques du 28 cm Kurze Bruno K (E)

Calibre : 280mm Longueur du fût : 11.20m Poids total : 130000kg Poids de l’obus 240kg Portée maximale : 29500m

Caractéristiques Techniques du 28cm Lange Bruno K (E)

Calibre : 280mm Longueur du fût : 12.735m Poids total : 123000kg Poids de l’obus : 302kg Portée maximale 28500m

40cm Kanone 6 (E)

Le calibre dominant de l’artillerie sur voie ferrée allemande était le 280mm. Des calibres plus importants étant mis en œuvre par les pays ennemis _France et Grande-Bretagne_ , l’Allemagne voulut suivre.

Après avoir étudié des canons de 380mm, de 520mm et même de 800mm (!), l’artillerie sur voie ferrée allemande décida d’adapter à un usage terrestre, le canon de 406mm qui armait les cuirassés type H.

La priorité donné à la marine et la guerre civile provoqua un important retard et sur les seize pièces initialement prévues, seulement huit étaient opérationnelles en septembre 1948 et quatre en construction chez Hanomag à Hanovre, pièces dont l’achèvement est d’ailleurs suspendu, les canons prévus pour les affûts étant remis à la marine pour permettre le remplacement éventuel de canons usés.

Les pièces opérationnelles vont comme leurs homologues de 280mm vont se déployer le long de la frontière occidentale de l’Allemagne.

Caractéristiques Techniques du 40cm Kanone 6 (E)

Calibre : 406mm Longueur du tube : 21.5m Poids total : 145 000kg Poids de l’obus : 255kg Portée maximale : 44550m  

Obusiers automoteurs Karl

Mörser Gerät 040

Mörser Gerät 040

Pour protéger la frontière nord-est d’une invasion allemande, la France avait construit l’une des plus formidables ligne fortifiée de l’histoire, la Ligne Maginot, un ensemble homogène de casemates, d’ouvrages et de blockhaus, formant une barrière quasi-impénétrable jusqu’aux Ardennes même si ça et là, les dépassements de budget obligèrent les français à sacrifier certains ouvrages.

Bien que les premiers plans d’attaque à l’ouest prévoyaient un passage par la Belgique, il fallait envisager le pire des scénarios à savoir une attaque frontale contre la Ligne Maginot ce qui nécessitait le développement d’une « super-artillerie » pour neutraliser les ouvrages dessinés par la CORF.

D’où la mise au point d’obusiers automoteurs, les Mörser Gerät 040  plus connus sous le nom de Karl. Ces obusiers automoteurs de 600mm étaient en réalité peu mobiles, les manœuvres étaient strictement locales, le transport sur de longues distances se faisant par train ou en démontant l’obusier en deux pour les transporter sur des remorques spéciales.

Sept obusiers furent construits mais en septembre 1948, il n’en restait plus que cinq, deux avant été réformés suite à une usure prononcée rendant dangereux le tir .
Caractéristiques Techniques

Calibre : 600mm Poids : 137 tonnes Poids de l’obus : 2170kg Longueur : 11.15m Longueur du tube 4.2m Largeur 3.16m Hauteur : 4.38m Champ de tir horizontal : 8° Champ de vertical : 55° à 70° Cadence de tir : un coup toutes les dix minutes Moteur diesel de 580h Vitesse : 6 à 10 km/h Distance franchissable : 42 à 60km

Trains blindés

Déplacer rapidement des troupes sur de longues distances paru longtemps une gageure. En l’absence de moyens de transports performants, le seul moyen de transport s’était les jambes des soldats ce qui impose de sévères limites en terme de distances parcourues.

L’apparition du chemin de fer permis d’envisager de transporter vite et loin des troupes qui arrivaient sur le champ de bataille fraiches et dispos. Ce moyen de communication reposait sur des infrastructures imposantes et vulnérables qui fallait protéger.

D’où l’apparition rapide de trains blindés pour protéger les voies de communication des coups de l’ennemi.

L’Allemagne n’échappe pas à la règle et dispose de quarante-huit trains blindés en septembre 1939, des trains composés d’une locomotive _souvent précédée d’un tender pour faire exploser les obstacles ou les mines_, de wagons blindés armés de canons et de mitrailleuses, de wagons de marchandise pour le transport de troupes…… . On trouve également des wagons plats pouvant porter un char qui pouvait descendre du train pour opérer à proximité.

On trouve également des trains de commandement à destination des grands chefs de l’armée, leur permettant de commander au plus près du front. Ils sont protégés comme les trains blindés mais les locaux-vie et les locaux de travail sont nettement plus luxueux.

Enfin ajoutons les Panzerdraisine, de petits véhicules ferroviaires chargées de patrouiller sur les voies pour les protéger des sabotages et des coups de main.

Différents modèles existent, certains armés d’une simple mitrailleuse (notamment pour ces véhicules récupérés en Pologne et en Tchécoslovaquie) mais d’autres plus lourdement armées, les plus puissantes disposant d’une tourelle de Panzer IV avec un canon de 75mm long et une mitrailleuse de 7.92mm.