21-Armée de terre (14)

Régiment d’Infanterie Légère (R.I.L)  

L’Indochine (officiellement l’Union Indochinoise) était la seule colonie française dans la région, une colonie qui avait sa richesse. On espérait y trouver du pétrole mais en attendant on produisait du riz, du caoutchouc, du minerai de fer et du charbon, des matières premières qui intéressaient un puissant voisin au nord-est.

Face à cette menace voilée mais menace tout de même, la France se demanda si c’était bien rentable  de renforcer les défenses pour une colonie qui serait emportée par le Japon si le Japon le voulait.

Selon le leitmotiv que «L’Indochine c’est la France», le gouvernement français décida de renforcer les positions de l’armée dans cette région.

Les douze régiments d’infanterie indépendants appartenant aux tirailleurs, à l’infanterie coloniale et à la Légion Etrangère restent sur place, leur entrainement et leur armement est nettement amélioré.

Le changement majeur, c’est la transformation de la Division du Tonkin en trois DLI, chacune des brigades à deux régiments devenant une division légère d’infanterie ou DLI. La 1ère brigade donne naissance à la 6ème DLI, la 2ème brigade donne naissance à la 7ème DLI et la 3ème brigade à la 8ème DLI.

La 9ème D.L.I est issue de la Division Cochinchine-Cambodge est chargée de la défense du Cambodge, la 10ème DLI est issue de la même division mais est déployée en Cochinchine avec pour mission principale la défense de Saïgon.

La brigade d’Annam-Laos donne naissance aux 12ème et 13ème DLI chargées respectivement de la défense de l’Annam et du Laos.

Chaque division dispose de deux régiments d’infanterie légère, une spécificité à l’Indochine car les autres D.L.I ont intègré des unités existantes.

Il aurait été possible de regrouper les régiments existants mais le haut commandement en Indochine bénéficiant d’un réservoir de main d’oeuvre important avec des avantages symboliques (citoyenneté française dès l’engagement, citoyenneté transmissible à leurs enfants) et financiers (même solde pour les indigènes comme pour les européens dès 1944) non négligeables préféra créer de nouvelles unités en l’occurence pas moins de quatorze régiments d’infanterie légère ou R.I.L. .

Ces régiments sont organisés comme n’importe quel RI avec notamment trois bataillons de combat mais à la différence de la Métropole ou de l’Afrique, le troisième bataillon n’est ici activé qu’en temps de guerre avec de nouvelles recrues et des réservistes.

La 6ème D.L.I dispose du 1er et du 4ème R.I.L, la 7ème DL.I du 2ème et du 5ème R.I.L, la 8ème D.L.I du 3ème et du 6ème R.I.L, la 9ème D.L.I du 7ème et du 10ème R.I.L, la 10ème D.L.I du 8ème et du 11ème R.I.L, la 12ème D.L.I du 9ème et du 12ème R.I.L et enfin la 13ème D.L.I du 13ème et du 14ème R.I.L.

Les régiments d’infanterie légère (appelés de manière non officielle «voltigeurs») sont organisés de la manière suivante

-La Compagnie de Commandement dispose d’un PC, de moyens de transmissions, de renseignement, des éclaireurs motocyclistes et des sapeurs pionniers

-Trois bataillons d’infanterie dont un de mobilisation avec un état-major, une section de commandement, une compagnie d’accompagnement (section de commandement, trois sections de quatre mitrailleues et une section d’engins avec quatre canons de 25mm et deux mortiers de 81mm) et trois compagnies de fusiliers-voltigeurs (section de commandement avec un mortier de 60mm et quatre section de combat).

-La Compagnie Régimentaire d’Engins (CRE) dispose de deux mortiers de 81mm ainsi que de 6 canons de 25mm en trois sections de deux.

-La Compagnie Hors-Rang est chargé du ravitaillement, de l’approvisionement, du dépannage et du soutien sanitaire

21-Armée de terre (7)

Les Divisions Légères d’Infanterie (D.L.I)

En septembre 1939, il n’existe pas de Divisions Légères d’Infanterie (D.L.I), celles-ci vont être mises sur pied en musclant des unités existantes dans l’Empire, généralement des brigades promues au rang de division avec des bataillons devenant régiments même si les effectifs ne suivraient pas forcement avant la mobilisation.

Le 1er juin 1948, le général Villeneuve ordonne la mise sur pied de deux Divisions Légères d’Infanterie, les 1ère et 11ème DLI. Ces deux divisions doivent servir d’unités expéditionnaires en cas d’intervention en Scandinavie, dans les Balkans et en Europe Centrale.

Voilà pourquoi la 1ère DLI est stationnée près de Rennes et la 11ème DLI près de Carpentras, à proximité de deux ports d’embarquement : Brest pour la 1ère DLI et Toulon pour la 11ème.

Naturellement quand la guerre éclate en septembre 1948, elles sont loin d’être opérationnelles.

La 11ème DLI qui regroupe les 14ème et 15ème régiments de zouaves va être immédiatement  envoyée par train en direction de Brest pour former une Division Légère de Marche en compagnie d’élements du 16ème régiment de zouaves, l’un des deux régiments de la 1ère DLI (l’autre devant être le 7ème REI mais ce dernier n’avait pas encore été officiellement activé à cette époque)
La 1ère Division Légère d’Infanterie dispose du 8ème régiment d’artillerie légère alors que la 11ème Division Légère d’Infanterie dispose du 9ème régiment d’artillerie coloniale.

Pour ce qui est des autres unités de ce type, en septembre 1948, le panorama est le suivant :

-La 2ème DLI est la numérotation de la Division Légère d’Infanterie du Levant (DLIL)

-3ème Division Légère d’Infanterie : basée en Algérie, c’est l’ancienne 1ère Demi-Brigade d’Infanterie Légère d’Afrique (1ère DBILA). Transformée en division en septembre 1943, ses quatre bataillons sont amalgamés pour former deux régiments.

En l’occurence, les 15ème et 19ème Bataillons d’Infanterie Légère d’Afrique deviennent le 1er régiment d’infanterie légère d’Afrique alors que les 16 et 18ème Bataillons d’Infanterie Légère d’Afrique forment le 2ème RILA.

Elle reçoit également un régiment d’artillerie, le 1er régiment léger d’artillerie d’Afrique (RLAA) à trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm modèle 1897 remorqués par tracteurs légers.

-Au Maroc, nous trouvons la 4ème Division Légère d’Infanterie qui est le regroupement du 3ème RILA (ex-21ème BILA), du 1er et du 6ème régiments étrangers d’infanterie + le 2ème régiment léger d’artillerie d’Afrique (RLAA)  à trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm modèle 1897 remorqués par tracteurs légers.

-En Tunisie, on trouve la 5ème Division Légère d’Infanterie. Il s’agit de l’ancienne 1ère demi-brigade d’infanterie légère qui disposait de trois bataillons, les 11ème 12ème et 25ème BILA.

Lors de sa transformation en DLI, le 25ème BILA à été dissous, les 11ème et 12ème BILA devenant les 4ème et 5ème RILA avec l’apport des effectifs du 25ème BILA. Cette division reçoit également un régiment d’artillerie, le 3ème régiment léger d’artillerie d’Afrique (RLAA)  à trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm modèle 1897 remorqués par tracteurs légers.

-En Indochine, on trouve pas moins de six divisions légères d’infanterie, les 6ème, 7ème et 8ème  DLI toutes issues de la Division du Tonkin, les trois DLI étant respectivement issues de la 1ère, de la 2ème et de la 3ème brigade. Ces divisions étant formés de Régiments d’Infanterie Légère ou R.I.L, les régiments de tirailleurs, de l’infanterie coloniale ainsi que le 5ème REI restant autonomes.

La 9ème D.L.I est issue de la Division Cochinchine-Cambodge est chargée de la défense du Cambodge, la 10ème DLI est issue de la même division mais est déployée en Cochinchine avec pour mission principale la défense de Saïgon.

La brigade d’Annam-Laos donne naissance aux 12ème et 13ème DLI chargées respectivement de la défense de l’Annam et du Laos.
Les D.L.I quelque soit leur localisation sont organisées de la façon suivante :

-Éléments de QG

-Deux régiments d’infanterie à trois bataillons (deux bataillons en Indochine, le troisième étant activé à la mobilisation)

-Un Régiment d’Artillerie Légère à trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm.
-Une compagnie antichar tractée

-Une compagnie antiaérienne

-Une compagnie de pionniers

-Une Compagnie de sapeurs mineurs

-Une compagnie mixte de transmissions

Ces trois dernières compagnies forment en 1947 un bataillon du génie comme dans toutes les DI.

-Un Groupe d’exploitation divisionnaire (intendance)

-Un Groupe sanitaire divisionnaire

-Une Compagnie automobile de transport

-Une compagnie automobile de quartier général