Pologne et Pays Neutres (128) Turquie (18)

Sous-marins

Classe Birinci İnönü

Le Birinci Inönü

Les deux premiers sous-marins de la marine turque sont des sous-marins construits aux Pays-Bas mais devant beaucoup à des ingénieurs allemands qui ne pouvant travailler au pays vendaient leurs talents à l’étranger. C’était aussi un moyen de préserver un savoir-faire et en faire profiter le Vaterland le jour où l’Allemagne pourra réarmer.

Cette société c’est la Ingenieurskantoor voor Scheepsbouw («Bureau d’ingénieurs pour la construction navale» ou IvS) qui va mettre au point plusieurs sous-marins dont les deux unités de classe Birinci Inönu, deux sous-marins baptisés Birinci Inönü et Ikinci Inönü construits aux chantiers RDM de Rotterdam et mis en service en juin 1928.

Ces deux sous-marins sont issus du type UB-III de la Grande Guerre (96 unités construites, 37 perdues en opérations). Si les submersibles sont produits aux Pays-Bas, la formation se fait en Turquie par des sous-mariniers turcs ayant été formés en Allemagne entre 1914 et 1918.

Ces sous-marins sont modernisés en 1940 et 1941 pour leur permettre de tenir encore quelques années mais clairement en septembre 1948 ils sont pour ainsi dire dépassés pour ne pas dire obsolètes.

Le Birinci Inönü est perdu le 17 octobre 1951 en mer Noire pour des raisons inconnues (accident ? Mine ? Sous-marin ennemi ?) alors que son sister-ship à été retiré du service le 14 mars 1954 en raison d’un incendie qui rendait peu économique sa réparation. Il est démoli peu après.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : surface 518.7 tonnes plongée 673.6 tonnes

Dimensions : longueur 58.70m largeur 5.75m tirant d’eau : nc

Propulsion : un moteur MAN de 550cv, moteur électrique

Vitesse maximale 14.3 nœuds en surface (vitesse maximale en plongée inconnue) Immersion maximale 75m

Armement : quatre tubes lance-torpilles à l’avant et deux à l’arrière, un canon de pont de 75mm, une pièce antiaérienne de 20mm

Equipage : 44 officiers et marins

Sous-marin Dumlupinar

Ce sous-marin est inspiré du type Vitore Pisani et est mis en service le 6 novembre 1931. N’ayant jamais donné satisfaction, ce submersible est mis en réserve en mars 1940 transformé en ponton-électrique pour le rechargement des autres sous-marins. Il à été rayé en 1949 avant d’être démoli après guerre.

Caractéristiques Techniques (type Vitore Pisani)

Déplacement : en surface 880 tonnes en plongée 1058 tonnes

Dimensions : longueur 68.2m largeur 6.09m tirant d’eau 4.3m

Propulsion : deux moteurs diesels de 1500ch, deux moteurs électriques de 550ch

Performances : vitesse maximale 17.3 noeuds en surface 9.2 noeuds en plongée distance franchissable 4230 miles nautiques à 9.3 noeuds en surface, 7.3 miles à 4 noeuds en plongée

Immersion opérationnelle 100m

Armement : un canon de 120mm, deux mitrailleuses de 13.2mm, six tubes lance-torpilles de 533mm (quatre à la proue, deux à la poupe) avec neuf torpilles

Equipage : 49 officiers et marins

Sous-marin Sakarya

Commandé en même temps que le Dumlupinar le TCG Sakarya était une évolution du type Argonauta italien.

Mis en service le 6 novembre 1931 il est modernisé entre 1942 et 1944 et utilisé durant tout le conflit en mer Noire. Il est désarmé en septembre 1955 et démoli peu après.

Caractéristiques Techniques (type Argonauta)

Déplacement : en surface 667 tonnes en plongée 810 tonnes

Dimensions : longueur 61.50m largeur 5.65m tirant d’eau 4.64m

Propulsion : un moteur diesel de 1250ch, un moteur électrique de 800ch une hélice

Performances : vitesse maximale en plongée 14 noeuds distance franchissable 4900 miles nautiques à 9.5 noeuds en surface 110 miles nautiques à 3 noeuds

Armement : six tubes lance-torpilles de 533mm (quatre à la proue, deux à la poupe), six torpilles (de réserve ?) un canon de 102mm, deux mitrailleuses de 13.2mm en affûts simples

Equipage : 44 officiers et marins

Sous-marin Gür

Ce sous-marin à une histoire compliquée car il à été construit initialement en Espagne sur des plans allemands (type IA) sous le nom de E-1 mais entre-temps la royauté à cédé la place à la république qui ne veut plus de ce sous-marin. La Turquie l’achète en 1935 bien que la conception de ce submersible soit déjà ancienne.

Toujours en service en septembre 1948 il sert durant le second conflit mondial avant d’être mis en réserve en septembre 1955. Il à été définitivement désarmé en mars 1960 puis envoyé à la ferraille.

Caracteristiques Techniques

Déplacement : surface 750 tonnes en plongée 960 tonnes

Dimensions : longueur 72.42m largeur 6.20m tirant d’eau 4.11m

Propulsion : deux moteurs diesels MAN de 1900ch, deux moteurs électriques de 500ch, deux hélices

Performances : vitesse maximale 20 noeuds en surface 9 noeuds en plongée

Armement : un canon de 100mm, un canon de 20mm, six tubes lance-torpilles de 533mm (quatre à la proue deux à la poupe

Equipage : 42 officiers et marins

Sous-marins classe Ay

Satisfaite de son Gür, la marine turque décide de passer commande à l’Allemagne de quatre sous-marins type IXA ou plutôt de trois sous-marins plus un à produire en Turquie.

Le TCG Saldiray est mis en service le 5 juin 1939 et va servir jusqu’en septembre 1958 date à laquelle il est désarmé puis coulé comme cible.

Le TCG Atilay mis en service en mars 1940 est accidentellement perdu le 17 juin 1952 après avoir heurté une mine de la première guerre mondiale.

Le TCG Batiray un temps réquisitionné par l’Allemagne est finalement livré à la Turquie en septembere 1940. Mis en réserve en juin 1956 il est démoli en 1960.

le TCG Yildiray construit en Turquie mis sur cale le 26 août 1939 ne sera mis en service qu’en août 1947 ! Désarmé le 14 octobre 1957 il est coulé comme cible en octobre 1959.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : surface 934 tonnes plongée 1210 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 80m largeur 6.40m tirant d’eau 4.26m

Propulsion : deux diesels Blohm & Voss de 1750ch, deux moteurs électriques de 500ch, deux hélices

Performances : vitesse maximale 20 noeuds en surface 9 noeuds en plongée

Armement : un canon de 100mm, un canon de 20mm, quatre tubes lance-torpilles de 533mm à la proue, 20 mines

Equipage : 44 officiers et marins

Sous-marins classe Oruc Reis

Peu avant la guerre de Pologne, la Turquie quatre sous-marins côtiers type S formant la Classe Oruc Reis. Ces sous-marins étaient donc en construction quand le conflit à éclaté. Ils sont achevés à l’été 1940 et sont livrés à leur client après un temps d’hésitation de Londres mais aussi d’Ankara.

Ces sous-marins sont pleinement opérationnels au printemps 1942. le TCG Oruc Reis et le TCG Murat Reis sont déployés en mer Noire alors que les deux autres baptisés TCG Burak Reis et Uluç Ali Reis vont opérer en Méditerranée, menant des patrouilles pour dissuader l’ennemi d’utiliser les eaux turques comme espace de manoeuvre. Ces quatre sous-marins vont être mis en réserve en 1960 puis démolis en 1962.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : surface 730 tonnes (768 tonnes pour le groupe II) plongée respectivement 927 et 960 tonnes

Dimensions : longueur 61.7m (63.6m pour le groupe II) largeur 7.3m tirant d’eau : nc

Propulsion : deux diesels de 1550ch deux moteurs électriques de 1300ch

Performances : vitesse maximale 13.5 nœuds en surface 10 nœuds en plongée distance franchissable 3700 miles nautiques à 10 nœuds (3800 miles pour le groupe II) en surface

Armement : un canon de 76.2mm à l’avant et un canon de 20mm Oerlikon (installé à partir de 1944) six tubes lance-torpilles avant avec six recharges ou douze mines

Equipage : 38 officiers et marins

Pologne et Pays Neutres (14) Espagne (14)

Armée de l’Air

Histoire

Dès 1896 l’armée espagnole décolle en utilisant des ballons à air chaud. En 1905 le premier dirigeable espagnol voit le jour et est mis en œuvre par le service d’aérostats militaires de l’armée créé dès 1896.

En 1909 deux officiers espagnols, le colonel Pedro Vives Vich et le capitaine Alfredo Kindelan effectuent une tournée européenne pour évaluer l’acquisition potentielle d’aérostats mais surtout d’aéroplanes en vue d’une utilisation militaire.

En 1910 un décret royal pris par Alphonse XIII créé l’Ecole Nationale d’Aviation (Escuela Nacional de Aviacion) à Getafe près de Madrid, une école civile placée sous le contrôle du ministre des travaux publics et des transports (Ministerio de Formento).

Très vite cette école se militarise pour fournir les pilotes nécessaires à l’Aeronautica Militar qui voit le jour le 28 février 1913. Dès le mois de décembre les avions espagnols font le coup de feu contre les tribus marocaines, deux ans à peine après les débuts de l’aviation militaire au dessus de la Libye lors de la guerre entre l’Italie et l’empire ottoman.

En 1915 une école d’hydraviaiton est implanté à Los Alcazares en Murcie suivit en 1916 d’une école catalane d’aviation. La même année l’aérodrome de Getafe devient une véritable base aérienne.

En 1916 un décret royal créé l’aéronavale (Aeronautica Naval) mais il faut attendre 1920 pour que cette décision d’Alphonse XIII se matérialise, le berceau de l’aéronavale espagnole étant le site d’El Prat en Catalogne, site qu’il accueille aujourd’hui l’aéroport de Barcelone.

L’aviation militaire espagnole participe à la guerre du Rif. L’aérodrome de Zeluan est pris par les rifains ce qui impose la construction d’une nouvelle base à Nador.

Pour promouvoir l’aviation les espagnols imitant d’autres pays décident de se lancer à l’assaut de plusieurs records et de réaliser plusieurs traversées à longue distance, tout sauf une sinécure à l’époque.

En janvier 1926 les aviateurs Ramon Franco (oui le frère de), Julio Ruiz de Alda, Juan Manuel Duran et Pablo Rada effectuent une traversée transatlantique entre l’Espagne et l’Amérique du Sud à bord de l’hydravion Plus Ultra.

La même année les pilotes Gonzalez Gallarza Joaquin Loriga Taboada et Rafael Martinez Esteve effectuent le premier vol entre l’Espagne et les Philippines en moins d’un mois à bord de deux Bréguet 19 de l’Esucadrilla Elcano.

En 1930 une base aéronavale est installée à San Javier (Murcie) et un coup d’état pro-républicain est écrasé sur l »aérodrome militaire Cutrao Vientos près de Madrid.

En 1931 suite à la proclamation de la républicaine, l’aviation militaire devient républicaine. La même année le capitaine Cipriano Rodriguez Diaz et le lieutenant Carlos de Haya Gonzalez effectuent un vol sans escale en direction de la Guinée Espagnole.

En 1933 le capitaine Wardela cartographie l’Espagne en utilisant la photographie aérienne et en 1934 l’ingénieur Juan de la Cervia décolle du ravitailleur d’hydravions Dedalo à bord d’autogyre de sa conception.

Le 2 octobre 1935 un decret gouvernemental place la Direccion General de l’Aeronautica (Direction Générale de l’Aéronautique) sous l’autorité de ministre de la Geurre et non plus de la présience du Conseil.

En 1936 suite à la rébellion de l’Armée d’Afrique et d’une partie de l’armée métropolitaine, l’aviation se divise entre une armée de l’air fidèle au gouvernement légal (Fuerzas Aéreas de la República Española (FARE) _Forces Aériennes de la République Espagnole_ regroupant les forces aériennes de l’armée et de la marine) et l’Aviacion Nacional.

Les FARE ne vont guère briller durant le conflit. En dépit d’une aide militaire soviétique (et secondairement d’autres pays) massive, une mauvaise organisation et de mauvaises décisions vont clairement impacter l’efficacité des unités et quand l’aviation nationaliste va disposer d’appareils plus efficaces que son homologue républicaine il devint évident que la bascule était faite et qu’il était impossible de revenir en arrière.

Bréguet 19

Dans les premières semaines les républicains vont récupérer la majeure partie des moyens disponibles, les appareils étant leur immense majorité obsolètes (Bréguet 19, Vickers Vildebest et Hispano-Nieuport Ni-52).

Sentant que le conflit allait durer le gouvernement républicain passe commande à la France d’appareils déjà déclassés pour ne pas dire plus à savoir quatorze Dewoitine D-371, dix Dewoitine D-373, 49 Potez 540 plus d’autres appareils. Trois DC-2 sont réquisitionnés et utilisés pour du transport militaire.

Dewoitine D-371

En septembre 1936 le Ministerio de Marina y Aire (Ministère de la Marine et de l’Air) et le Subsecretaria del Aire intègrent le ministère de la défense nationale (Ministerio de la Defensa Nacional).

Face à la livraisons d’avions modernes par l’Italie et l’Allemagne, le gouvernement républicain se heurte à des difficultés d’approvisionnement. Si l’URSS livre de nombreux appareils modernes (chasseurs Polikarpov I-15 et I-16, bombardiers et avions de reconnaissance Polikarpov R-5 et R-Z, bombardiers Tupolev SB), les avions français sont obsolètes (vingt Potez 540, cinq Bloch MB-210, dix Bréguet 19, dix-sept Dewoitine D-371, deux D-500/510, cinq Amiot 143, cinq Potez 25 et six Loire 46).

Tupolev SB

La formation des pilotes républicains se fait dans différents écoles comme la Escuela de Vuelo de Alta Velocidad (Ecole de vol à a grande vitesse) implanté à Carthagène sur la base aérienne d’El Carmoli, l’Escuela de Bombardeo (Ecole de bombardement) implanté sur les bases aériennes de Santiago de la Ribera et de Los Alcazares, l’Escuela de Polimotores (école de sur multimoteurs) implantée sur les mêmes bases que la précédente, l’Escuela de Mecanicos (Ecole de mécaniciens) implantée à Godella (province de Valence) et l’Escuela de Armeros (Ecole des armuriers) implantée à Eibar (Pays Basque).

Sur le plan tactique, les FARE vont se heurter à de nombreuses difficultés notamment en raison des nouvelles tactiques expérimentées par la Legion Condor, l’une des entités aériennes appuyant les nationalistes, la seconde étant l’Aviazione Legionaria. Après la bataille de l’Ebre en 1938, les FARE ne sont plus en mesure de s’opposer à l’ennemi.

Le 7 octobre 1939 l’armée de l’air espagnole voit officiellement le jour. C’est donc en pleine guerre de Pologne que l’Ejercito del Aire voit le jour. Elle récupère dans un premier temps un fatras d’appareils hérité des défuntes FARE, de l’ancienne Aviacion Nacional, de la Legion Condor et de l’Aviazione Legionaria.

La nouvelle armée de l’air s’appuie sur une organisation territoriale avec une 1ère région pour couvrir le centre du pays, la 2ème région couvrant le détroit de Gibraltar et le sud du pays, la 3ème région couvre l’est, la 4ème couvre les Pyrenées, la 5ème région l’Atlantique. A cela s’ajoute une zone aérienne couvrant les Baléares, une autre le Maroc et une autre les Canaries.

Ces régions sont chargées de préparer au combat les escadres (Ala) qui regroupent deux ou trois escadrons (Escuadrones).

Les plans d’origine prévoyaient que chaque région militaire possède quatre Ala de chasse, trois de bombardement et deux de reconnaissance. Très vite il faut réduire la voilure tant l’économie espagnole ne peut «digérer» de tels besoins d’autant que les autres armées ne sont pas prêtes à laisser leur part au nouveau venu.

Dans le domaine de l’équipement la volonté de rationnaliser le parc ne sera que partiellement appliquée.

Quand le second conflit mondial éclate, la jeune armée de l’air espagnole (qui à perdu le contrôle de l’aviation navale en 1944) doit faire respecter la neutralité du pays. Des missions de reconnaissance et de patrouille maritime doivent faire respecter la «neutralité» des eaux espagnoles.

Des unités de chasse mènent des patrouilles et des bombardiers mènent parfois des raids agressifs à proximité de la frontière française ou de Gibraltar ce qui provoque quelques incidents qui ne dégénèrent uniquement parce que les parties concernées n’y ont aucun intérêt.

Quand le conflit se termine le parc aérien espagnol est usé et obsolète. Comme pour les autres armes il faudra attendre les années soixante pour que des avions modernes n’équipent l’Ejercito del Aire.

Organisation

-Un état-major général

-Un état-major tactique censé mener les unités au combat à la différence des régions aériennes qui n’ont que des fonctions administratives et logistiques

-Des écoles de formation

-Un bataillon parachutiste la Primera Bandera de la Primera Legión de Tropas de Aviación

1er région aérienne

-Deux Ala de chasse à trois Escuadrones chacun

-Un Ala de bombardement à deux Escuadrones

-Un Ala de reconnaissance à deux Escuadrones

2ème région aérienne

-Deux Ala de chasse à trois Escuadrones chacun

-Un Ala de bombardement à deux Escuadrones

-Un Ala de reconnaissance à deux Escuadrones

3ème région aérienne

-Deux Ala de chasse à trois Escuadrones chacun

-Un Ala de bombardement à deux Escuadrones

-Un Ala de reconnaissance à deux Escuadrones

4ème région aérienne

-Trois Ala de chasse à Trois Escuadrones chacun

-Deux Ala de bombardement à deux Escuadrones

-Un Ala de reconnaissance à deux Escuadrones

5ème région aérienne

-Un Ala de chasse à trois Escuadrones chacun

-Un Ala de bombardement à deux Escuadrones

-Un Ala de reconnaissance à deux Escuadrones

Baléares

-Un Ala de chasse à deux Escuadrones

-Un Ala de bombardement à deux Escuadrones

-Un Ala de reconnaissance à deux Escuadrones

Maroc espagnol

-Un Escuadron de chasse

-Un Escuadron de bombardement

-Un Escuadron de reconnaissance

Canaries

-Un Ala de chasse à deux escuadrons

-Un Ala de bombardement et de reconnaissance à trois Escuadrones (deux de reconnaissance et un bombardement)

Pologne et Pays Neutres (12) Espagne (12)

Artillerie de campagne

-Canon de 75mm modèle 1897

-Canon de montagne de 105mm Schneider modèle 1919/24 (produit sous licence)

-Obusier 10.5cm Leichte Feldhaubitze 18

Canon de 155C Schneider modèle 1917

-Canon de 155C modèle 1917S

Artillerie lourde

Durant la Pax Armada, l’Espagne cherche à s’équiper de pièces d’artillerie lourde pour appuyer ses corps d’armée. La Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis cèdent à vil prix quelques pièces antédiluviennes assez anciennes mais qui permettent aux espagnols de travailler sur une pièce lourde de conception nationale en dépit des limites de l’industrie nationale.

Canon de 155mm Grande Puissance Filloux (GPF)

Si la Grande-Bretagne vend des canons de 152mm, les Etats-Unis et la France vont vendre quelques GPF (Grande Puissance Filloux), le tout accompagné de stocks d’obus suffisants pour que les espagnols n’aient pas le sentiment d’un marché de dupe mais pas suffisamment pour que cela représente une menace.

Finalement c’est en 1945 que le Cañón pesado de 155 mm modelo 1945 (Canon lourd de 155mm modèle 1945), une pièce plutôt réussie surtout eu égard au manque d’expérience des ingénieurs espagnols dans la mise au point de canons lourds.

La production est lancée en 1946 mais ne parviendra pas à équiper tous les corps d’armée de l’armée espagnole. La production de ce canon va cesser en 1955 et son retrait du service va commencer en octobre 1959, les derniers canons quittant les régiments d’artillerie de l’armée de terre pour rejoindre la marine qui va les récupérer pour la défense côtière (ils ont cessé de jouer ce rôle seulement en 1995).

Le Cañón pesado de 155 mm modelo 1945 était une pièce d’artillerie pesant 10850kg, disposant d’un tube de 40 calibres (longueur du tube 6.2m) tirant un obus de 42kg à une distance maximale de 15800m à raison de deux coups par minute. L’affût permet à l’équipe de pièce de pointer en site de 0° à +35° et en azimut sur 60°.

Artillerie antichar

Canon de 25mm Hotchkiss

-Canon antichar de 25mm Hotchkiss modèle 1934

-3.7cm Pak 36/37

Canon antichar QF 2 Pounder (40mm)

-QF 2 Pounder

-Durant la Pax Armada l’Espagne chercha à mettre au point un canon antichar plus moderne pour remplacer les canons antichars en service et qui sont peu à peu déclassés. Quelques canons de 47mm modèle 1937 sont fournis discrètement par la France.

Finalement en 1947 l’armée espagnole peut mettre en service le Cañón antitanque de 47 mm modelo 1947 (canon antichar de 47mm modèle 1947), un canon antichar fortement inspiré pour ne pas dire copié sur le canon antichar français. La production va se poursuivre à cadence réduite jusqu’en 1953, un total de 284 canons ont été produits, canons en service jusqu’au milieu des années soixante quand ils sont remplacés par les premiers missiles filoguidés.

Artillerie antiaérienne

-Les principaux canons antiaériens de l’armée espagnole sont allemands et souvent issus de la guerre d’Espagne, Berlin laissant dans la péninsule ibérique le matériel apporté avec la Legion Condor probablement parce que rapatrier tout ce matériel coûterait bien trop cher et que le bénéfice politique est bien plus élevé.

L’artillerie antiaérienne espagnole comprend des pièces légères (2cm Flak 38 3.7cm Flak 18) et des pièces lourdes (8.8cm Flak 18).

Canon de 88mm Flak 18

A ces pièces allemandes vont s’ajouter d’autres pièces d’origine française comme le canon de 37mm Schneider modèle 1941 et le canon de 75mm modèle 1932, ces canons ayant été fourni à la République espagnole ou discrètement durant la Pax Armada.

Canon de 75mm modèle 1932