Pologne et Pays Neutres (47) Irlande (8)

Organisation

Soldats irlandais avant le changement de tenues durant la Pax Armada

Division

Les deux divisions créées en septembre 1948 n’ont initialement qu’une fonction de coordination des brigades sous leur commandement. Sans être des coquilles vides elles n’auraient eu qu’un rôle limité en cas de combats réels.

Cela change au printemps 1952 quand les deux divisions deviennent de véritables organes de commandement et de combat avec des unités de combat, d’appui et de soutien, les trois brigades se concentrant sur le combat d’infanterie et de cavalerie avec les colúin shochorraithe (un bataillon par brigade).

C’est ainsi qu’à partir de mai (1ère division) et de septembre (2ème division) les divisions de l’armée irlandaise sont organisées de la façon suivante :

-Un état-major

-Un élément logistique

-Une compagnie de transmissions

-Une compagnie du génie

-Un groupe de reconnaissance motorisé

-Un régiment d’artillerie

-Une compagnie antiaérienne et antichar

-Trois brigades organisées en un état-major, deux bataillons d’infanterie, une colonne mobile et une compagnie de mortiers

Brigades

Coeur de la force de manœuvre de l’armée irlandaise, les huit brigades des forces de défense sont organisées initialement de la façon suivante :

-Un état-major

-Une compagnie d’état-major

-Un élément logistique

-Un régiment d’artillerie

-Trois bataillons d’infanterie

-Une compagnie de mortiers

Après le printemps 1952 les brigades sont allégées (certains diraient affaiblies) et organisées de la façon suivante :

-Un état-major

-Une compagnie d’état-major

-Une compagnie de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-Deux bataillons d’infanterie

-Une colonne mobile dit aussi bataillon mobile

-Une compagnie de mortiers

Bataillon d’infanterie

-Une compagnie de commandement et de soutien

-Trois ou quatre compagnies de fusiliers

-Une compagnie de mitrailleuses

Bataillon/Colonne mobile

Créé pour contrer un débarquement amphibie ou une opération aéroportée, ces bataillons mobiles sont au nombre de six soit par brigade endivisionnée, les brigades indépendantes n’étant pas ainsi modifiées visiblement par manque de temps et/ou de moyens. Chaque bataillon mobile est ainsi organisé de la façon suivante :

-Une compagnie de commandement et de soutien

-Une compagnie de chars légers

Auto blindée Landsverk L-180. Cette auto blindée suédoise à été exportée en Irlande et utilisée par les colonnes mobiles

-Une compagnie d’autos blindées

-Une batterie d’artillerie

-Deux compagnies d’infanterie portée

-Une compagnie du génie

Ces bataillons mobiles ont été vus par certains comme les prémices à la création d’une Rannàn armùrtha (division blindée) mais on ne verra jamais au sein de l’armée irlandaise l’équivalent d’une DLM, d’une DC, d’une Armoured Division ou encore d’une Panzerdivision.

Régiment d’artillerie

Influence britannique oblige, l’armée irlandaise avait comme pièce d’artillerie standard le QF 25 Pounder, le canon-obusier de 25 livres

Les régiments d’artillerie irlandais dépendaient initialement des brigades mais suite à la réorganisation des divisions comme entitées combattantes il y eu une totale réorganisation.

C’est ainsi qu’avant 1952 le régiment d’artillerie ne comportait que deux groupes à deux batteries de quatre pièces soit seize bouches à feu.

Désormais les régiments d’artillerie divisionnaire étaient organisées en un état-major, une batterie de commandement et de soutien, une batterie de conduite de tir et trois groupes à deux batteries de quatre pièces soit vingt-quatre pièces.

Les deux brigades indépendantes continuaient à disposer d’un régiment à seize pièces d’artillerie.

Il y eu le projet d’acquérir des canons lourds pour créer une réserve d’artillerie mais le temps et les moyens ont clairement manqué.

Compagnie de fusiliers

En plein hiver des soldats britanniques mettant en œuvre des mortiers de 2 pouces

-Un Peloton de commandement et de soutien avec un mortier de 2 pouces

-Trois Pelotons à deux groupes de fusiliers disposant d’un fusil mitrailleur et un groupe avec un fusil mitrailleur et un mortier de 2 pouces

-Un peloton de trois fusils mitrailleurs

Compagnie d’infanterie portée

-Un Peloton de commandement et de soutien avec un mortier de 2 pouces

-Trois Pelotons à deux groupes de fusiliers disposant d’un fusil mitrailleur et un groupe avec un fusil mitrailleur et un mortier de 2 pouces

-Un peloton de trois canons antichars légers

Compagnie de chars légers/autos blindées

-Un peloton de commandement et de soutien

-Trois pelotons de quatre chars légers ou de quatre autos blindées

-Un peloton de quatre autos blindées (compagnie de chars légers) ou un peloton d’infanterie portée sur camions (compagnie d’autos blindées)

Compagnie de mitrailleuses

En septembre 1948 la Vickers modèle 1912 était toujours la mitrailleuse standard de l’armée irlandaise

-Un peloton de commandement et de ravitaillement

-Trois pelotons de quatre mitrailleuses moyennes

Compagnie de mortiers

Mortier de 81mm modèle 1927/31

-Un peloton de commandement et de ravitaillement

-Trois pelotons de trois mortiers de 81mm Brandt modèle 1927/31

Compagnie antichar et antiaérienne

-Un peloton de commandement et de ravitaillement

-Deux pelotons de trois canons antichars

-Deux pelotons de quatre canons antiaériens

Compagnie antiaérienne lourde

Les villes de Dublin et de Cork étaient défendues par deux compagnies antiaériennes lourdes organisées de la façon suivante :

-Un peloton de commandement et de soutien

QF 3.7 Inch Gun

-Deux pelotons de quatre canons de 3.7 Inch (94mm)

Affût quadruple de 20mm Polsten

-Deux pelotons de six canons de 20mm Polsten

Groupe de reconnaissance motorisé

-Un peloton de commandement, de transmissions et de soutien

-Un peloton de quatre chars légers

-Deux pelotons de quatre autos blindées.

Compagnie du génie

-Un peloton de commandement et de soutien

-Un peloton de travailleurs (aménagement du terrain)

-Un peloton de minage/déminage

-Un peloton de pontonniers.

Mitteleuropa Balkans (134) Yougoslavie (22)

Organisation générale et organisation des grandes unités

NdA : ne seront abordées ici que les structures des grandes unités de l’armée royale yougoslave

Division d’Infanterie

Temps de paix

En temps de paix la division d’infanterie yougoslavie dispose de trois régiments d’infanterie et deux régiments d’artillerie qui forment une brigade. A cela s’ajoute des unités de cavalerie, d’appui et de soutien.

Temps de guerre

Quand éclate l’opération MARITSA, la divison d’infanterie yougoslave type comprends 26 à 27000 hommes avec 11200 chevaux et animaux de trait. Elle est organisée de la façon suivante :

-Un quartier général

-Un quartier général divisionnaire d’infanterie chapeautant trois ou quatre régiments d’infanterie

-Un quartier général divisionnaire d’artillerie avec deux régiments d’artillerie

-Un bataillon de cavalerie avec deux escadrons montés, un escadron cycliste, un peloton d’autos blindées (pour certaines) et un peloton de mitrailleuses

-Un bataillon de pionniers à trois compagnies

Canon de 37mm modèle 1937

-Une compagnie antichar avec douze canons antichars de 37 ou de 47mm

-Une compagnie de mitrailleuses

-Une compagnie de mitrailleuses antiaériennes

-Une compagnie de transmissions

-Unités logistiques

1ère Armée Yougoslave

Quand les yougoslaves parviennent à reconstituer une armée, le cœur est composé de quatre divisions d’infanterie organisées de la façon suivante :

-Un état-major

-Des unités logistiques

Char léger M-24 Chaffee

-Un bataillon de reconnaissance disposant d’autos blindées M-8 Greyhound et de chars légers M-24 Chaffee

-Trois régiments d’infanterie portée

-Un régiment d’artillerie équipé de M-7 Priest

-Un bataillon du génie

-Une compagnie antichar

-Une compagnie antiaérienne

Division Légère d’Infanterie

Ces deux divisions d’infanterie sont créées dans la foulée de la reconquête de la Yougoslavie avec des partisans et des maquisards, des jeunes recrues trop jeunes en 1949 le tout encadré par des officiers, des sous-officiers détachés de divisions existantes.

Ces deux divisions sont tout juste opérationnelles quand se termine le conflit et après plusieurs tentatives de réforme elles sont finalement dissoutes en 1957. Elles sont organisées de la façon suivante :

-Un état-major

-Des unités logistiques

-Une compagnie de reconnaissance équipée d’autos blindées

-Deux régiments d’infanterie

-Un régiment d’artillerie

-Une compagnie du génie

-Une compagnie antichar

-Une compagnie antiaérienne

Division d’Infanterie de Montagne

-Un état-major

-Des unités logistiques

-Une compagnie d’éclaireurs skieurs

-Trois régiments d’infanterie de montagne

-Un régiment d’artillerie de montagne

-Un bataillon du génie

-Une compagnie antichar

-Une compagnie antiaérienne

Division de Cavalerie

Temps de paix

En temps de paix les deux divisions de cavalerie existantes disposent de deux état-majors de brigade de cavalerie et de quatre régiments montés.

Temps de guerre

En temps de guerre les trois divisions de cavalerie disposent de 6 à 7000 hommes. Elles sont organisées de la façon suivante :

-Un bataillon divisionnaire de cavalerie disposant de deux escadrons montés, un escadron de mitrailleuses, un escadron du génie et une compagnie cycliste

-Une brigade de cavalerie à deux ou trois régiments de cavalerie

-Un bataillon d’artillerie à quatre batteries dont une batterie antichar motorisée

-Deux bataillons d’infanterie cycliste à trois compagnies de fusiliers et une compagnie de mitrailleuse

-Une compagnie de transmissions

-Une compagnie de pontonniers

-Un peloton de défense chimique

Division de la Garde

-Deux régiments de cavalerie

-Un régiment d’infanterie

-Un régiment d’artillerie

Brigade mécanisée

-Un état-major

-Une compagnie de reconnaissance motorisée

char léger modèle 1935 M.39 dit Hotchkis H-39

-Deux bataillons de chars légers Hotchkiss H-39

-Deux régiments à trois bataillons d’infanterie portée (camions d’origine américaine)

-Un régiment d’artillerie motorisée

-Un bataillon du génie

-Une compagnie de transmissions

-Une compagnie antichar

-Une compagnie antiaérienne

Division Blindée

Si la création de nouvelles divisions d’infanterie ne posait pas trop de problèmes, la création d’une division blindée ne paraissait pas si évident que cela, les alliés doutant de la capacité du gouvernement yougoslave en exil à créer ce type d’unité.

Finalement le personnel issu de la brigade mécanisée, d’anciens fusiliers cyclistes, d’anciens cavaliers qui durent faire le deuil de «la plus belle conquête de l’homme» et de jeunes fantassins avides de nouveauté et de modernité permis la création de la 1ère Division Blindée Yougoslave, une division entièrement équipée par les américains suite à un partage entre alliés, les français s’occupant essentiellement des divisions d’infanterie et les britanniques de l’artillerie et du génie (même si in fine la séparation n’était pas aussi étanche pour de basses raisons pratiques notamment la disponibilité du matériel)

Cette division blindée qui va dépendre directement de l’état-major de la 1ère Armée yougoslave était organisée de la façon suivante :

-Un état-major divisionnaire

-Une compagnie d’état-major

-Un groupement de soutien logistique

-Un bataillon de reconnaissance équipé d’autos blindées M-8 Greyhound et de M-24 Chaffee

M-10 Tank Destroyer

-Un bataillon de chasseurs de chars M-10 Tank Destroyer

M-4 Sherman à canon de 76mm

-Deux régiments de chars équipés de M-4 Sherman à canon de 76mm

Des passionnés d’histoire reconstituant des combats à bord d’un semi-chenillé M-3

-Deux régiments d’infanterie portée disposant de half-track M-3 et de canons d’assaut Somua Sau-40

Canon d’assaut Somua Sau40

-Un régiment d’artillerie automotrice équipée de M-7 Priest

-Un compagnie antiaérienne

-Un bataillon du génie

-Une compagnie de transmissions

Autres unités (1) : niveau régimentaire

Régiment d’Infanterie

Chaque régiment d’infanterie yougoslave dispose en juillet 1949 de trois ou quatre bataillons d’infanterie et une compagnie de mitrailleuses régimentaire. Cette compagnie devient pour certains régiments une compagnie régimentaire d’engins avec mitrailleuses et mortiers mais cela concerne quelques régiments, le temps et les moyens manquant pour réorganiser tous les RI.

Les régiments d’infanterie «nouvelle formule» créé à partir de 1950 sont organisés de la façon suivante :

-Un état-major régimentaire

-Trois bataillons disposant d’une compagnie de commandement et de soutien, trois compagnies de combat et une compagnie d’appui (mitrailleuses et mortiers)

Régiment d’infanterie portée

Ce régiment est créé au sein de la brigade mécanisée, la seule unité motomécanique de l’armée yougoslave en juillet 1949. Deux régiments d’infanterie sont destinés à accompagner les chars Hotchkiss H-39 de la brigade, d’occuper le terrain, de neutraliser les positions fortifiées….. .

En temps de paix ces deux régiments dispose de deux bataillons plus un bataillon cadre destiné à la formation, bataillon qui en temps de guerre doit devenir un bataillon opérationnel.

Le régiment d’infanterie portée dispose d’un état-major régimentaire, d’une compagnie d’état-major, de trois bataillons d’infanterie portée et d’une compagnie antichar.

Quand la Yougoslavie peut mettre sur pied une division blindée en Egypte, les hommes des régiments portés qui n’ont pas démérité durant la Campagne de Yougoslavie vont participer à la renaissance de ce type d’unité avec des moyens supérieurs fournis notamment par les américains qui vont livrer des Halftrack M-3 qui va devenir le cheval de bataille de ces deux nouveaux régiments portés.

Tirant les leçons de leur propre expérience et de l’expérience des alliés, les yougoslaves ont fait évoluer l’organisation de l’unité :

-Un état-major régimentaire

-Trois bataillons disposant d’une compagnie de commandement et de soutien, de trois compagnies de combat et d’une compagnie d’appui

-Un bataillon de canons d’assaut Somua Sau-40 (des véhicules de seconde main, entièrement révisés et cédés à la Yougoslavie)

Régiment de Cavalerie

Chaque régiment de cavalerie dispose de quatre escadrons montés, d’un escadron de mitrailleuses et d’un escadron du génie.

Ce type d’unité n’est pas reconstitué dans la nouvelle armée yougoslave faute de moyens et en dépit du fait que le théâtre d’opérations des Balkans se prétait bien à l’utilisation d’unités montées.

Régiment de chars

Les deux régiments de chars de la 1ère division blindée sont organisées de la façon suivante :

-Un état-major régimentaire

M-8 Greyhound

-Un escadron d’éclairage et d’appui disposant d’un peloton de commandement et de soutien, de deux pelotons d’autos blindées M-8 Greyhound et d’un peloton de chasseurs de chars M-10.

-Trois escadrons disposant d’un peloton de commandement et de transmissions, de quatre pelotons de cinq chars Sherman et un peloton d’autos blindées M-8 Greyhound.

Régiment d’Artillerie

Le régiment d’artillerie divisionnaire type dispose de quatre bataillons d’artillerie, un bataillon d’obusiers légers de 100mm, un bataillon de canons de montagne (65 ou 75mm) et deux bataillons d’artillerie de campagne (canons de 75 ou de 80mm).

Le régiment d’artillerie de montagne ne dispose que de trois bataillons d’artillerie, un bataillon d’obusier léger de 100mm et deux bataillons d’artillerie de montagne équipés de canons de 65 ou de 75mm.

Les six régiments d’artillerie antiaérienne existant en juillet 1949 sont organisés en trois bataillons de douze pièces soit un total de 216 canons médians.

Les nouveaux régiments d’artillerie organisés après 1950 sont tous organisés sur le même modèle, seu l’équipement variant avec soit des pièces automotrices ou des pièces tractées. Le régiment comprend un état-major, une batterie de commandement et de soutien, deux groupes à trois batteries de quatre pièces soit 24 canons ou obusiers et une batterie de reconnaissance et de conduite de tir avec notamment un peloton de huit M-3 Scout Car.

M-3 Scout Car

Autres unités (2) : niveau bataillon

Bataillon d’infanterie cycliste

Au sein des deux divisions de cavalerie existantes en temps de paix on trouvait un total de six bataillons d’infanterie cyclistes. A la mobilisation ce nombre tombe à deux par divisions pour permettre la mise sur pied d’une troisième division de cavalerie.

Chaque bataillon de ce type se compose de trois compagnies de fusiliers cyclistes et une compagnie de mitrailleuses.

Ces unités ne sont pas reconstituées en 1949/50 mais nombre de fusiliers cyclistes vont se retrouver au sein de la division blindée au sein des régiments d’infanterie portée.

Bataillon parachutiste yougoslave

Ce bataillon est le bataillon des occasions manquées. Mis sur pied à l’automne 1951 il est à plusieurs reprises mis en alerte pour des sauts tactiques ou des raids commandos (au grand dam de la 7ème compagnie qui y voit une intolérable intrusion dans son domaine réservé) mais ne connaitra jamais de saut opérationnel.

A son grand dam il sera engagé comme unité d’infanterie légère, certes en avant du front pour des raids pour s’emparer d’une position stratégique mais jamais après un largage par avion.

Dissous après guerre, il sera reconstitué à l’époque communiste qui ira jusqu’à créer une véritable brigade aéroportée mais ceci est une autre histoire qui sort de ce cadre.

Le bataillon comprenait une compagnie de commandement et de soutien, trois compagnies de fusiliers parachutistes et une compagnie d’armes lourdes (mortiers, mitrailleuses et canons antichars d’infanterie utilisés comme canons d’appui et non pour leur rôle premier).

Bataillon de cavalerie

Pour éclairer, couvrir et flanquer, chaque division d’infanterie dispose d’un bataillon de cavalerie. Il est organisé de la façon suivante :

-Deux escadrons montés à quatre pelotons montés ou trois pelotons montés plus un peloton cycliste et un peloton de mitrailleuses

-Un escadron cycliste à trois pelotons cyclistes et un peloton de mitrailleuses

-Un peloton de mitrailleuses lourdes

-Un peloton d’autos blindées

Bataillon divisionnaire de cavalerie

Ce bataillon dépendait directement de l’état-major divisionnaire des divisions de cavalerie existants à l’époque de l’opération MARITSA. Ils étaient organisés de la façon suivante :

-Deux escadrons montés à trois pelotons plus un peloton de mitrailleuses

-Un escadron de mitrailleuses

-Un escadron du génie

-Une compagnie cycliste

Bataillon de chars légers

En juillet 1949 la brigade mécanisée disposait de deux bataillons de chars légers équipés d’Hotchkiss H-39.

La Yougoslavie en avait reçut 90 exemplaires de quoi équiper deux bataillons selon le modèle français mais à l’usage Belgrade va préférer réduire le nombre de chars en ligne pour faire durer son parc, l’idée de récupérer les R-35 ayant été écartée.

Le bataillon de char léger était organisé en un peloton de commandement et de soutien, trois pelotons de huit chars et un peloton de transmissions.

Cela donnait donc quarante-huit chars légers en ligne et le reste en volant de réserve, volant mobilisé au moment de l’opération MARITSA pour créer des compagnies de marche.

Renault R-35

L’armée yougoslave disposait également d’un bataillon de chars qui avait remplacé ses Renault FT antédéluviens par des Renault R-35, les Renault FT encore en état formant des compagnies indépendantes.

Bataillon de reconnaissance

Cette unité voit le jour au sein des divisions d’infanterie et de la division blindée reconstituées en Egypte par les alliés avec essentiellement un équipement américain. Il est organisé de la façon suivante :

-Une compagnie de commandement et de soutien

-Une compagnie de chars légers M-24 Chaffee

-Deux compagnies d’autos blindées M-8 Greyhound

Bataillon de pionniers

Ce bataillon est l’équivalent avant guerre des bataillons du génie des autres armées. Il comprend trois compagnies qu sont initialement identiques mais avec le temps on note une certaine spécialisation avec par exemple une compagnie de déminage, une compagnie de pionniers d’assaut et une compagnie d’aménagement.

Bataillon du génie

Ce bataillon est organisé de la façon suivante :

-Un état-major

-Une compagnie de pontonniers

-Une compagnie de pionniers d’assaut

-Une compagnie d’aménagement du terrain

Autres unités (3) : niveau compagnie

Compagnie d’infanterie type 1941

-Un état-major de compagnie, quatre pelotons d’infanterie et une compagnie de ravitaillement.

-L’état-major de compagnie comprend un capitaine, un sergent chef (armés de pistolets), deux estafettes disposant de fusils, deux clairons eux aussi armés de fusils, deux infirmiers de combat armés de pistolets, quatre aides médicales et un soldat s’occupant du chef du capitaine.

-Chaque peloton dirigé par un lieutenant (armé d’un pistolet) dispose d’une escouade de fusiliers dirigée par un caporal avec dix fusiliers et un grenadier. Ils sont tous armés d’un fusil, le dernier disposant d’un système permettant de lancer des grenades VB.

Aux côtés de l’escouade de fusiliers on trouve trois escouades de mitrailleuses légères dirigée chacune par un sergent armé d’un fusil, un caporal tireur disposant d’un fusil mitrailleur et d’un pistolet comme arme d’autodéfense, un pourvoyeur armé d’un pistolet, un transporteur de munitions armés d’un fusil, un caporal armé d’un fusil, cinq fusiliers et un grenadier.

-Le train de compagnie dirigée par un sergent armé d’un pistolet comprend un jeune sergent armé d’un pistolet, cinq soldats servant de Batmen, deux cuisiniers, un clerc, douze palfreniers et seize chevaux tractant une remorque

Au total la compagnie d’infanterie comprend cinq officiers, 214 sous-officiers et soldats, 34 pistolets, 160 fusils, 12 fusils mitrailleurs, douze lance-grenades et dix-sept chevaux.

Compagnie d’infanterie type 1950

Au sein de l’armée yougoslave reconstituée, la compagnie d’infanterie est organisée de la façon suivante :

-Un état-major de compagnie

-Quatre sections de combat avec un groupe d’état-major, quatre groupes de douze hommes organisé autour d’un ou deux fusils mitrailleurs et un groupe de mortiers avec deux mortiers de 60mm

-Une section d’appui avec un groupe de quatre mitrailleuses ou fusils mitrailleurs, un groupe de deux mortiers de 60mm et un groupe antichar avec des lance-roquettes

Compagnie de reconnaissance

Equipée d’autos blindées elle était organisée en un peloton de commandement et de soutien et trois pelotons de quatre autos blindées.

Compagnie de chars/Compagnie de marche

Renault FT

En septembre 1939 les chars en service dans l’armée yougoslave sont au nombre de 110, 54 Renault R-35 et 56 Renault FT, les premiers pouvant encore faire illusion contrairement aux seconds.

Si les Hotchkiss H-39 vont former le cœur de la brigade mécanisée, les Renault FT et les Renault R-35 vont être dispatchés entre différentes unités.

Au moment de l’opération MARITSA, on compte deux compagnies de quinze vénérables Renault FT soit 30 chars en service mais aussi trois compagnies de 15 Renault R-35 soit quarante-cinq chars en ligne, les cinq derniers étant en réserve. Si les compagnies de Renault FT sont indépendantes, celles équipées de R-35 forment un bataillon indépendant de char.

Les Hotchkiss H-39 en parc vont également former des compagnies indépendantes en l’occurence sept compagnies de six.

Ces différentes compagnies vont être engagés dans des opérations quasi-suicidaires de freinage des unités allemandes ou en appui de l’infanterie. Le personnel survivant ayant passé cette terrible ordalie va offrir un précieux vivier de personnel compétent pour créer la 1ère division blindée yougoslave.

Compagnie antichar

Avant l’opération MARITSA, les compagnies antichars yougoslaves sont organisées de la même façon avec douze canons antichars de 37 ou de 47mm, canons remorqués soit par des chevaux dans les unités hippomobiles ou par des camions pour les quelques unités motorisées.

Canon antichar QF 6 Pounder (57mm)

Dans les unités reconstituées, la compagnie antichar yougoslave est mieux structurée avec trois pelotons de quatre canons antichars (des canons de 57mm britanniques) et un peloton de casseurs de chars armés de Bazooka.

Compagnie antiaérienne/Compagnie de mitrailleuses antiaériennes

En juillet 1949 la compagnie antiaérienne yougoslave est organisée selon le même modèle que la compagnie antichar avec douze pièces soit des mitrailleuses lourdes de 13.2mm ou des canons antiaériens légers de 20mm.

Canon de 20mm Oerlikon en affût terrestre

Dans les unités reconstituées la compagnie antiaérienne yougoslave dispose de deux pelotons de six Bofors de 40mm et deux pelotons de huit Oerlikon de 20mm soit une puissance de feu nettement supérieure à celle de ces devancières.

Compagnie du génie

Elle était organisée en une section de commandement et de transmissions, une section de minage, une section de déminage et une section d’aménagement du terrain.

7ème compagnie de commandos

En dépit des difficultés dans la (re)mise sur pied de l’armée yougoslave les alliés acceptèrent très vite la proposition de mettre sur pied une compagnie commando.

Cette 7ème compagnie commando est ainsi créée le 7 janvier 1950 et va intégrer le 10ème commando interallié qui comme son nom l’indique était multinational.

Il comprenait en effet deux compagnies britanniques (1ère et 3ème), une compagnie française (la 2ème dite Compagnie de la Garde), une compagnie polonaise (4ème), une compagnie grecque (5ème) et une compagnie sud-africaine (6ème).

Cette compagnie yougoslave était composée de soldats ayant notamment servit avant guerre dans les troupes de montagne ou dans la Division de la Garde. Ils étaient donc considérés comme appartenant aux meilleures unités de l’armée yougoslave. Cette compagnie était organisée de la façon suivante :

-Un état-major

-Une section de commandement et de transmissions

-Deux sections d’action directe

-Une section de tireurs de précision

-Une section de mitrailleuses

Cette compagnie va opérer dans des raids contre l’arrière du front en Grèce et en Yougoslavie, vont mener des opérations homo contre certains chefs collabos ou d’anciens résistants retournés par les allemands et les italiens.

Ils vont être les premiers soldats yougoslaves à reprendre officiellement la lutte et pénétrer sur le territoire yougoslave.

Le conflit terminé, cette 7ème compagnie quitte le giron interallié pour intégrer pleinement l’armée yougoslave. En 1956 cette compagnie devient bataillon va devenir le dernier rempart d’une monarchie aux abois. Pas étonnant qu’en 1958 à leur arrivée au pouvoir les communistes vont dissoudre ce bataillon avant de créer rapidement leurs propres unités de forces spéciales.

Mitteleuropa Balkans (53) Bulgarie (17)

Organisation

Avant-propos

L’armée bugare du second conflit mondial va aligner un grand nombre de divisions jusqu’à seize divisions d’infanterie sans compter les unités motomécaniques et autres unités particulières comme les brigades de chasseurs tristement célèbres pour leur férocité au combat notamment contre les partisans et les maquisards.

Ces divisions ne sont pas regroupées en corps d’armée comme dans la plupart des armées mais directement sous l’autorité d’une armée.

C’était la même situation durant le premier conflit mondial mais à l’époque les effectifs d’une divsion bulgare étaient proches de celles d’un corps d’armée.

Ce n’est plus le cas en 1948. La raison pour laquelle les bulgares n’ont pas mis sur pied de corps d’armée est incertaine mais il semble que le manque d’officiers d’état-major soit la raison principal et entre une armée et un corps d’armée, politiquement et sur le plan de la propagande c’est nettement plus gratifiant d’avoir cinq armée qu’un certain nombre de corps d’armée.

Sur le plan de l’organisation les divisions d’infanterie bulgares comme nous le verrons ont adopté la structure triennale avec trois régiments d’infanterie et un régiment d’artillerie pour ne parler que des principaux éléments. Les autres unités sont organisées de manière différentes mais il n’y à pas vraiment d’énormes différences avec les pays voisins.

Division d’infanterie

-Un état-major

-Trois régiments d’infanterie

-Un régiment d’artillerie

-Un escadron monté de cavalerie ou un escadron mixte d’autos blindées et de motocyclistes

-Un bataillon antiaérien et antichar ou une compagnie renforcée antiaérienne et antichar

-Une compagnie du génie

-Une compagnie de transmissions

-Un régiment de service

Division de cavalerie

-Un état-major

-Deux régiments montés

Auto blindée Sdkfz-2222

-Un régiment motorisé (blindés légers et autos blindées)

-Un régiment d’artillerie hippomobile

-Une compagnie antiaérienne

-Une compagnie antichar

-Une compagnie du génie

-Une compagnie de transmissions

-Un régiment de service

Sturmgeschütz IV

A noter qu’à partir de septembre 1953 la 1ère division de cavalerie à reçu deux compagnie de seize Sturmgeschütz IV.

Brigade blindée

-Un état-major

-Un bataillon d’autos blindées

Sturmgeschütz III

-Un bataillon de canons d’assaut Sturmgeschütz III

-Une compagnie antiaérienne

-Un régiment de chars moyens

-Un régiment de chars légers

-Un régiment d’infanterie portée

-Un régiment d’artillerie motorisée

-Un régiment du génie

-Une compagnie de transmissions

-Un régiment de soutien logistique

Brigade de chasseurs

-Un état-major

-Deux régiments d’infanterie légère

-Un régiment d’artillerie légère

-Une compagnie d’autos blindées

-Une compagnie antichar

-Une compagnie antiaérienne

-Une compagnie du génie

-Une compagnie de transmissions

-Un bataillon de soutien logistique

Unités élémentaires

Régiment d’infanterie

-Un état-major

-Une compagnie de commandement et de soutien

5cm Granatwerfer M.36

-Trois compagnies de combat organisées en un état-major de compagnie (un capitaine commandant de l’unité, son adjoint ayant le grade de lieutenant, un sergent major et deux ordonnances), trois pelotons avec un état-major (un lieutenant commandant le peloton, un sergent comme adjoint au commandant, un soldat comme ordonnance et une équipe de trois hommes servant un mortier de 50mm M.36) et trois sections d’infanterie comprenant chacune un caporal chef de section, un mitrailleur, un Lance Corporal et sept soldats.

Panzerfaust

-Une compagnie d’appui disposant d’un peloton de mortiers de 81mm, un peloton de mitrailleuses et un peloton antichar avec fusils antichars puis pour certains des Panzerschreck ou des Panzerfaust.

Régiment de cavalerie

-Un état-major

-Un escadron de commandement et de soutien

-Trois escadrons montés composés chacun d’un état-major d’escadron, de trois pelotons (un état-major et trois sections montées) et un peloton de mitrailleuses

Mortier de 81mm modèle 1927/31 mis en oeuvre par des soldats français

-Un escadron d’appui avec mortiers de 81mm, mitrailleuses et canons antichars légers

Régiment de chars

-Un état-major

-Un escadron de commandement et de soutien

Panzer IV Ausf G

-Trois escadrons de chars composés d’un état-major, de trois pelotons de chars (un état-major et trois sections de chars) et un peloton d’autos blindées

-Un escadron de reconnaissance et d’appui disposant d’un état-major, un peloton d’autos blindées et deux pelotons de canons d’assaut

Régiment d’artillerie

-Un état-major

-Une batterie de commandement et de soutien

Canon de 120mm Schneider-Canet

-Deux bataillons d’artillerie comprenant chacun trois batteries de quatre pièces soit un total de vingt-quatre pièces par régiment. Certains régiments possédait un troisième bataillon portant le nombre de pièces à 36 et sans que ce soit une règle établie on trouvait généralement 24 canons de 75mm et 12 pièces de 105 ou de 120mm.

-Une batterie d’appui-protection (infanterie et quelques autos blindées)

-Outre les RAD (Régiments d’Artillerie Divisonnaire), l’armée bulgare possédait des régiments d’artillerie lourde d’abord indépendants puis regroupés au sein de trois brigades.

Chaque brigade disposait de trois régiments à trois bataillons de douze pièces (trois batteries de quatre) soit un total de 81 batteries lourdes équipées de canons ou d’obusiers de 105mm, de 120mm et de 150mm.

Régiment du génie

-Un état-major

-Une compagnie de commandement et de soutien

-Une compagnie de déminage

-Une compagnie de pionniers

-Une compagnie de pontonniers

Scandinavie (53) Danemark (24)

Organisation

Organisation générale en 1939/40

-Un quartier général

-Un bataillon de transport

-La garnison de l’île de Bornholm à sept compagnies d’infanterie

-une force d’aviation

-Un régiment du génie

Lire la suite

URSS (65) Armée de Terre (13)

Génie

Avant-propos

Avec l’artillerie, le génie est l’autre arme savante, l’arme des techniciens qui savent aussi manier la pelle que l’explosif, qui savent détruire mais aussi aménager.

Lire la suite

Etats Unis (121) Armée de terre (11)

M2 Medium Tank

M-2 Medium Tank.JPG
Le char moyen M2 à été produit par le Rock Island Arsenal juste avant le déclenchement de la guerre de Pologne. Cent douze exemplaires (18 M2 et 94 M2A1) sont sortis des chaines de montage.

Lire la suite

Grande Bretagne (86) Armée de terre (11)

Tank Cruiser Mk I

cruiser-tank-mk-i-6

Quand le premier conflit mondial éclate, les unités de cavalerie sont présentes en grand nombre dans les différentes armées. N’imaginant pas le conflit qui va suivre, les différents belligérants conservent des régiments, des divisions de cavalerie pour des missions de reconnaissance, de flanquement et de poursuite.

Quand le conflit se fige dans un atroce et immonde réseau de tranchées, la cavalerie se retrouve bien en peine pour opérer dans un monde de boue.

De nombreuses unités sont dissoutes, des hommes du rang et des officiers sont transférés dans l’infanterie. On conserve cependant quelques unités dans l’espoir d’exploiter la percée tant attendue et tant recherchée.

Cette percée n’aura jamais lieu mais la cavalerie est conservée sous la forme d’unités montées mais également d’unités motorisées avec des autos blindées mais également des chars légers.

Dès la mise en service des chars Mark lourds et pesants, on eut l’idée d’un char plus léger et plus véloce destiné à exploiter la percée obtenue par les chars Male et Female.

Le Whippet

Le Whippet

C’est l’acte de naissance du Whippet, un char léger pouvant filer à 13.4 km/h (le double des Mark) armé de mitrailleuses. Ce char ne fût pas une franche réussite, l’absence de canon pouvait le rendre vulnérable et des problèmes de transmissions et d’embrayage le rendait sensible aux pannes.

Néanmoins ce concept allait être conservé d’abord avec des chars expérimentaux (Medium B Medium C) puis avec le concept du char-croiseur ou Tank Cruiser dans le langue de Shakespeare, un véhicule véloce mais mal armé et mal protégé ce qui le rendait vulnérable à un affrontement contre des chars ennemis.

Comme tous les autres chars britanniques de “nouvelle génération”, le char-croiseur n°1 (Tank Cruiser Mk I) est issu du rapport de 1934 qui recommandait deux types de char, un char rapide pour la poursuite, le raid et un char lent pour l’appui-rapproché de l’infanterie.

A l’origine du Tank Cruiser Mk I figure une initiative privée de Vickers-Armstrong et de son ingénieur en chef John Carden qui décida de mettre au point un char peu coûteux pour remplacer les chars medium en service à l’époque.

Cette décision donne naissance au A9E-1 qui dispose d’un blindage de 14mm, pouvant filer à 50 km/h avec un armement principal composé d’un canon de 2 livres, l’armement standard pour les chars britanniques de l’époque.

Après une batterie de tests officiels et en dépit de certaines faiblesses, le char est accepté en 1937 comme une solution d’attente, le temps que soit mis au point un char-croiseur utilisant la remarquable suspension Christie. 125 exemplaires sont commandés et livrés entre janvier 1939 et septembre 1940 avec incluse une version Close Support où un obusier de 94mm (3.7 pouces) remplaçait le canon de 2 pouces.

La carrière de ce char est courte puisqu’il est retiré du service courant 1942, remplacé par le Tank Cruiser Mark III à suspension Christie qui remplaça également le Tank Cruiser Mark II.

Caracteristiques Techniques du Tank Cruiser Mark I

Poids : 12 tonnes

Dimensions : longueur 5.8m largeur 2.5m hauteur 2.65m

Motorisation : moteur essence AEC de 150ch

Performances : vitesse maximale 40 km/h autonomie 241 km

Blindage : 14mm

Armement : un canon de 2 livres et trois mitrailleuses Vickers .303

Equipage : 6 hommes (chef de char, tireur, pourvoyeur, conducteur, deux mitrailleurs)

Tank Cruiser Mark II

cruiser-tank-mk-ii-2

A l’origine du char-croiseur n°2 figure le Vickers A-9E1 qui devait être développé en deux versions, une version Infantry Tank (A-10) et une version Cruiser baptisée Tank Cruiser Mark I. Si le second fût accepté par le Royal Tank Corps, le premier perdit son duel face au Matilda II et fût donc reclassé comme char-croiseur devenant le Cruiser Mark II.

Vickers mit au point l’A-9E1 qui allait déboucher le Cruiser Mk I ainsi que l’A-10 qui devait répondre à la catégorie char d’appui d’infanterie mais le Matilda II lui fût préféré et il fût reclassé comme char-croiseur devenant le Cruiser Mark II.

Par rapport au A-9E1, le A-10 dispose d’un blindage plus épais (25mm au lieu de 14mm), une seule tourelle au lieu des trois (les deux tourelles auxiliaires sont débarquées), son poids est supérieur de deux tonnes au A-9 ce qui entraine une réduction de sa vitesse de 40 à 26 km/h.

Le prototype baptisé Tank Experimental A-10E1 est prêt en 1936 mais suite à la mort de John Carden dans un accident d’avion, le dévellopement est plus lent qu’espéré.

En 1937, l’A-10 perd son duel face au Matilda II mais dès 1938 il est choisit pour être un char-croiseur lourd. Une fois adopté officiellement, il est connu sous le nom de Tank Cruiser Heavy Mk I puis Tank Cruiser A10 Mk I et enfin Tank Cruiser Mk II.

La production commence en juillet 1938 avec 175 véhicules (dont 30 en version d’appui-rapproché) suivit d’une deuxième commande de 75 véhicules passée en décembre 1939 peu avant la fin de la guerre de Pologne soit une production globale de 250 véhicules.

La carrière du Tank Cruiser Mark II est assez courte puisque comme son prédecesseur le Mk I, il est retiré du service fin 1942-début 1943 remplacé notamment par le Tank Cruiser Mark VI Crusader, le troisième char-croiseur à suspension Christie qui annonce le futur Cromwell, premier char britannique à combiner efficacement la vitesse, l’armement et la protection. Une fois retirés du service, ils ont été essentiellement utilisés pour l’instruction.

Caracteristiques Techniques du Tank Cruiser Mark II

Poids : 14.3 tonnes

Dimensions : longueur 5.59m largeur : 2.54m hauteur : 2.64m

Motorisation : un moteur essence AEC type A179 de 150ch

Performances : vitesse maximale 26 km/h sur route 13 km/h en tout terrain autonomie 160km

Blindage : 6 à 30mm

Armement : un canon de 2 pouces avec 100 coups et deux mitrailleuses une Vickers coaxiale calibre .303 et une BESA de 7.92mm de caisse avec 4050 coups

Equipage : 5 hommes (chef de char, tireur, pourvoyeur, chauffeur, mitrailleur de caisse)

Tank Cruiser Mark III

cruiser-tank-mk-iii-2

Les Tank Cruiser Mark I et II n’étaient que des chars intérimaires, des chars destinés à exprimer rapidement et à peu de frais le concept du char-croiseur en attendant un char plus performant, plus rapide et mieux protégé.

Pour gagner en rapidité, on peut jouer sur le blindage, sur un moteur plus puissant ou sur la suspension. Les premiers char-croiseurs britanniques utilisaient une suspension avec des bougies triples, un système largement perfectible.

Le système inventé par J. Walter Christie était nettement plus perfectionné permettant de gagner en vitesse sur route et en tout terrain, le système permettant théoriquement de rouler sur roues et sur chenilles même si en pratique, on restait sur les chenilles.

En 1936, le général Martel qui avait dessiné des “tankettes” monoplaces qui annoncèrent les chenillettes assista à une démonstration de chars soviétiques BT qui utilisaient le système Christie, demandant depuis son poste de directeur adjoint à la mécanisation au War Office (Assistant Director of Mechanization-War Office) l’adoption de ce système pour les futurs chars de combat avec un moteur d’avion plus léger pour gagner en poids et donc en vitesse.

Il obtint gain de cause et l’acquisition de cette technologie fût à l’origine du A-13 connu également sous le nom de Tank Cruiser Mark III.

Pour dévelloper son nouveau char-croiseur, le General Staff demandait un char protégé par 30 mm de blindage, un canon de 2 pouces et une vitesse maximale de 48 km/h.

Le premier prototype (baptisé A13E-1) est livré en 1937 suivit peu après d’un deuxième prototypes. Les tests effectués, le projet est adopté et la production en série est ordonnée.

La production va rester cependant limitée avec 150 exemplaires produits, l’armée britannique préférant passer au Mark IV qui se révéla décevant comme nous allons le voir.

Le Tank Cruiser Mark III va rester en service dans l’armée britannique jusqu’en 1946 quand les derniers exemplaires sont retirés du service. Les plus usés sont feraillés, certains sont transformés en tracteurs d’artillerie, d’autres utilisés pour l’instruction.

Aucun pays ne s’est porté acquéreur du Tank Cruiser Mark III.

Caracteristiques Techniques du Tank Cruiser Mk III

Poids : 14.2 tonnes

Dimensions : longueur 6m largeur 2.54m hauteur 2.59m

Motorisation : un moteur Nuffield Liberty essence de 340ch

Performances : vitesse maximale 48 km/h distance franchissable 140km

Blindage : 8-14mm

Armement : tourelle biplace avec un canon de 2 livres (87 coups) associé à une mitrailleuse Vickers .303 disposant de 3750 coups

Equipage : 4 hommes (pilote, chef de char, tireur et pourvoyeur)

Tank Cruiser Mk IV

cruiser-tank-mk-iv-8

En 1934, le rapport maintes fois cités dans cet écrit avait décidé que le Royal Tank Corps devait disposer de deux types de chars, l’Infantry Tank _lent et bien protégé_ et le Tank Cruiser _rapide et à la protection plus faible_.

Pour gagner en vitesse, on pouvait jouer sur l’armement, sur la protection, sur la puissance du moteur ou en cherchant une nouvelle suspension pour aller plus vite en terrain bouleversé.

Après avoir observé les manoeuvres de l’Armée Rouge en 1936, l’armée britannique s’intéressa aux chars rapides symbolisés par les BT qui utilisaient une suspension révolutionnaire inventée par l’américain Christie.

Une mission technique de la forme Morris Motors pu acquérir un char Christie aux Etats-Unis et la possibilité de produire d’autres A-13E1, la désignation officielle de ce char mais le modèle se révélant décévant, un deuxième prototype allait être produit.

Le A-13E2 fût produit en série sous le nom deTank Cruiser Mk II alors que le A-13E3 allait donner naissance au Tank Cruiser Mk III qui allait être produit à 150 exemplaires seulement, le RTC préférant passer au Mk IV étroitement dérivé du Mk III.

Par rapport au Mk III, le Mk IV disposant d’un blindage plus épais et d’un moteur plus puissant censé lui donner plus de vitesse et plus de punch mais au final le Tank Cruiser Mk IV allait se révéler un échec en raison de problèmes chroniques de moteurs qui expliquèrent une production faible _250 exemplaires sur les 900 envisagés_ et une carrière très courte puisque le char ne fût en service que de mars 1940 à septembre 1941.

Quelques véhicules vont être utilisés pour des tests et l’instruction jusqu’au début du second conflit mondial en septembre 1948.

Caractéristiques Techniques du Tank Cruiser Mk IV

Poids : 14.75 tonnes

Dimensions : longueur 6.02m largeur 2.54m hauteur 2.59m

Motorisation : un moteur 12 cylindres essence Nuffield Liberty de 340ch

Performances : vitesse maximale 48 km/h sur route 23 km/h en tout terrain Autonomie 140km

Blindage : 6 à 30mm

Armement : tourelle triplace avec un canon de 2 livres (40mm) approvisionné à 87 coups associé à une mitrailleuse Vickers .303 puis à une Besa de 7.92mm, les deux armes disposant de 3750 coups.

Equipage : 4 hommes (chef de char, canonnier, chargeur, conducteur)

Tank Cruiser Mk V Covenanter

covenanter-tank-2

Suite aux déboires du Mk IV, le RTC confiante dans ce modèle de char-croiseur demanda à London Midland & Scotish Railway de dévelloper un nouveau modèle de char-croiseur à suspension Christie.

La société repris la suspension Christie, agrandie la caisse, remplaça le moteur Nuffield Liberty par un moteur diesel AEC, augmenta le blindage et remplaça le canon de 2 pouces par un canon de 6 pouces. Tous ces éléments annoncèrent le futur Crusader.

La firme LMS qui avait répondu à une demande de 1938 pour un char-croiseur plus blindé (mais le projet n’avait pas été mené au bout) produisit 580 exemplaires de ce char qui se révéla plus réussit que le Mk IV mais aux performances inférieures au Tank Cruiser Mk VI Crusader.

Les premiers chars sont livrés en septembre 1941, les derniers véhicules arrivent dans les unités en mars 1943 à une époque où le char était en voie de déclassement.

Les derniers véhicules sont retirés du service en 1947. Beaucoup sont stockés et réutilisés dans les mois à venir pour l’instruction

Outre la version à canon de 6 livres, on trouvait une version Close-Support armée d’un obusier de 3 pouces, une version d’observation d’artillerie, une version poseur de ponts, une version dépannage et une version déminage à rouleaux.

Caractéristiques Techniques du Tank Cruiser Mk V Covenanter

Poids : 18 tonnes

Dimensions : longueur 5.79m largeur 2.62m hauteur 2.24m

Motorisation : un moteur diesel AEC de 350ch

Performances : vitesse maximale 49 km/h autonomie 160km

Blindage : 7 à 40mm

Armement : tourelle triplace avec un canon de 6 livres (57mm) disposant de 72 coups associé à une mitrailleuse Besa de 7.92mm disposant de 3200 coups

Equipage : 4 hommes (commandant, tireur, pourvoyeur, conducteur)

Tank Cruiser Mk VI Crusader

crusader-tank-66

Après cinq modèles largement perfectibles, le Royal Tank Corps (RTC) à réussit à disposer d’un bon char-croiseur qui ne fût déclassé que par l’apparition dans le camp d’en face par des chars mieux blindés, mieux armés et plus rapide.

En 1938, la firme Nuffield Mechanizations & Aero Ltd proposa un concept de char-croiseur lourd baptisé A-16. A la recherche d’un modèle moins cher à produire, le General Staff demanda des modèles alternatifs au projet A-16.

En 1939, la firme productrice du A-16 fût invitée à produire le Covenanter mais Nuffield préféra travailler sur son propre modèle de char-croiseur à canon de 6 pouces. C’est l’acte de naissance du Crusader. Paradoxalement, bien que son dévellopement eut été lancé après, le prototype fût prêt avant celui du Covenanter.

Les deux premiers prototypes reçurent des canons de 2 pouces mais très rapidement, le canon de 6 pouces fût privilégié, le déclassement du canon de 2 livres étant acté. Deux nouveaux prototypes sont produits et prêts à l’automne 1940.

En dehors des inévitables défauts de jeunesse, les deux prototypes du A-16 étaient sans défauts majeurs ce qui accéléra son dévellopement pour équiper les quatre divisions blindées et les six brigades blindées indépendantes.

Avant l’arrivée du Cromwell, les vingt-huit régiments de chars moyens étaient équipés pour un tiers de Covenanter et pour les deux tiers restants de Crusader.

Pas moins de 1500 Crusader ont été produits entre mars 1941 et septembre 1945, les 1000 chars de combat étant accomagnés de variantes spécialisés certaines n’ayant pas dépassé le statut prototype ou de petite série (canon antiaérien automoteur, poseur de ponts, char lance-flamme) ou produit en plus grand nombre comme la version appui-rapproché avec un obusier de 3 pouces, une variante “Command & Control” avec des radios supplémentaires au détriment de la capacité en munitions, observation d’artillerie, tracteur d’artillerie et dépannage.

A l’export, le véhicule fût utilisé par l’Argentine, le Brésil, le Canada et l’Afrique du Sud.

Quand le second conflit mondial éclate, le Crusader équipe encore la 7th Armoured Division stationnée en Egypte (son rééquipement avec le Cromwell avait commencé mais avait été suspendu avant de reprendre en octobre) et deux brigades blindées indépendantes, la 6th stationnée en Malaisie et la 9th stationnée en Inde, ces deux dernières unités disposant encore de ce char lors de l’attaque japonaise.

Caractéristiques Techniques du Tank Cruiser Mk VI Crusader

Poids : 20 tonnes

Dimensions : longueur 5.97m largeur 2.77m hauteur 2.24m

Motorisation : un moteur Nuffield Liberty 12 cylindres essence dévellopant 350ch

Performances : vitesse maximale 42 km/h sur route 24 km/h en tout terrain Distance franchissable 322km sur route 235km en tout terrain

Blindage : 45mm

Armement : tourelle triplace avec un canon de 6 pouces (57mm) alimenté à 70 coups associé à une mitrailleuse Besa de 7.92mm. Avec la mitrailleuse de caisse, elle se partage 4950 coups

Equipage : 5 hommes (conducteur, chef de char, tireur, pourvoyeur, mitrailleur de caisse)

Tank Cruiser Mk VII Cromwell

Char médian A-27M Cromwell

Char médian A-27M Cromwell

Après les six premiers char-croiseurs, les britanniques firent leur révolution technique en abandonnant au milieu des années quarante les concepts d’Infantry Tank et de Tank Cruiser au profit d’un char officiellement désigné Tank Cruiser (Heavy) mais qui était un véritable char moyen qui annonçait lointainement le char de combat principal (Main Battle Tank MBT).

Les premières ébauches furent lancées dès la fin de 1940 mais le lancement officiel du programme qui allait aboutir au Cromwell n’intervint qu’en juillet 1941 lors d’un appel à projet.

Aucune limite technique n’était vraiment fixée pour ne se fermer aucune porte. L’appel à projets (Request for Proposal) demandait simplement un char rapide en tout-terrain, bien protégé, un canon antichar à tir rapide pouvant faire face aux chars que l’Allemagne pourrait dévelloper dans les années à venir, une maintenance facile…… .

Vauxhall proposa une version réduite de son Churchill alors en dévellopement alors que Nuffield proposa une version plus puissante du Crusader. Les propositions de Leyland et de la Birmingham Railway Carriage & Vagon étaient similaires à celle de Nuffield.

Pas emballé par les différents projets, le RTC demanda aux différents constructeurs de revoir leur copie pendant qu’il dévellopait avec ses dépôts un démonstrateur de technologie. Baptisé officieusement Cavalier, il est présenté aux constructeurs du premier appel d’offres en juin 1942, inspirant le futur vainqueur de l’appel d’offres Nuffield qui avait installé un canon de 75mm à tir rapide dans une tourelle carée.

Les deux prototypes Nuffield (ainsi que ceux de leurs concurrents) sont livrés en janvier 1943, testés intensivement jusqu’en septembre 1943 quand la décision est prise de produire le projet Nuffield sous le nom de Tank Cruiser Mk VII.

Après avoir envisagé de le baptiser Centaur, le Royal Tank Corps décida de le baptisé Cromwell du nom du leader parlementaire de la guerre civile anglaise.

Les premiers chars sont sortis des chaines de montage en janvier 1944, les premiers squadrons étant équipés en avril de la même année.

En dépit d’une volonté d’équiper toutes les unités de chars, en septembre 1948, trois divisions et quatre brigades blindées indépendantes disposait du Cromwell soit vingt-régiments et 1020 chars de combat en service sans oublier les variantes de commandement et de dépannage.

En septembre 1948 des prototypes de canons antiaériens automoteurs (canon de 20 et de 40mm), d’appui-rapproché à obusier de 3.7 pouces (95mm), lance-flammes, automoteur d’artillerie (avec canon de 25 livres) n’attendent que le feu vert pour la mise en production.

Utilisant un canon au calibre étonnant pour l’armée britannique (le 75mm), le Cromwell faisait un peu bande à part.

D’où le lancement en mars 1948 d’une version armée d’un canon de 17 livres provisoirement baptisée Challenger.

Devant les déficiences du projet, un nouveau char utilisant un canon de 77mm à tir rapide et baptisé Tank Cruiser (Heavy) Mk VIII Comet est mise à l’étude, sa production devant être lancée au printemps 1949 quand les derniers Cromwell seront sortis des chaines mais ceci est une autre histoire.

Caractéristiques du Tank Cruiser (Heavy) Mk VII Cromwell

Poids : 28 tonnes

Dimensions : longueur 6.35m largeur 2.908m hauteur 2.49m

Motorisation : un moteur essence Rolls-Royce Meteor dévellopsant 600ch

Performances : vitesse maximale 64 km/h sur route distance franchissable 270km sur route 160km en tout-terrain

Blindage : 76mm

Armement : un canon Ordnance QF 75mm approvisionné à 64 coups associé à une mitrailleuse Besa de 7.92mm, une deuxième mitrailleuse de caisse identique partageant avec elle 4950 coups

Equipage : 5 hommes (chef de char, tireur, pourvoyeur/opérateur radio, conducteur, mitrailleur de caisse)