17-Aviation navale (49)

E-Hydravions de surveillance et d’exploration

Gourdou-Lesseure GL.810 HY
La firme Gourdou-Lesseure ne tarda pas à se faire un nom dans le domaine des hydravions d’observation, faisant de cette entreprise l’un des principaux fournisseurs dans ce domaine de la marine nationale.

Le 23 septembre 1930, le prototype du Gourdou Lesseure GL.810 HY effectue son premier vol. Un total de 24 appareils sont commandés par la Royale qui va les utiliser à bord de ces navires équipés de catapultes puis quand le Loire 130 commença à entrer en service, cet hydravion monoplan biflotteur fût relégué dans les unités de surveillance côtière.

En septembre 1939, dix avions de ce type sont encore en service au sein de quatre escadrilles :

-L’Escadrille 1S2 de Cherbourg-Chantereyne mais redéployée à Lanvéoc-Poulmic dispose encore de deux GL.810 HY. En janvier 1940, l’escadrille 1S2 est dissoute et ces appareils retirés du service. Ils sont stockés puis feraillés quand la disponibilité d’appareils modernes rend leur stockage inintéressant.

-L’Escadrille 2S1 de Lanvéoc-Poulmic dispose encore d’un GL.810 HY qui est remplacé en janvier 1940 tous comme les autres appareils de son unité (deux GL.811 et deux GL.812) par des Loire 130.
-L’Escadrille 3S1 de Hyeres-Le Palyvestre dispose encore de deux GL.810 HY qui cohabitent avec 3 GL.811, 9 GL.812 et 2 GL.813 jusqu’en janvier 1940 quand ils sont tous remplacés par des Lioré et Olivier H-43 guère plus modernes et guère plus efficaces.

-L’Escadrille 3S3 de Berre dispose encore de cinq GL.810 HY qui sont remplacés comme les autres appareils de l’unité (6 GL.811, 5 GL.812 et 2 GL.813) par seize hydravions torpilleurs Latécoère Laté 298.

Aucun GL.810 HY n’est encore en service ni même stocké en septembre 1948.

Caractéristiques Techniques du Gourdou-Lesseure GL.810 HY

Type : hydravion monoplan triplace de reconnaissance et d’observation

Poids à vide 1670kg total 2290kg

Dimensions : Envergure 16.00m Longueur 10.49m Hauteur 3.56m

Motorisation : un moteur radial Gnôme & Rhône 9Ady de 420ch

Performances : vitesse maximale 195 km/h autonomie 560km plafond 5800m

Armement : 1 mitrailleuse de 7.7 mm synchronisée de capot et 2 Vickers de 7.7 mm mobiles arrières, 150 kg de bombes  

Gourdou-Lesseure GL.811 HY

Le Gourdou-Lesseure GL.811 HY est identique au GL.810 à une exception près : des ailes repliables. Effectuant son premier vol le 10 mars 1932, il sert d’abord d’hydravion embarqué puis est utilisé au sein des unités à terre.

Les dix-huit exemplaires (sur vingt construits) encore en service au 1er septembre 1939 sont répartis entre les escadrilles suivantes :

-L’escadrille 1S2 de Lanvéoc-Poulmic dispose de deux GL.811 qui sont retirés du service lors de la dissolution de l’unité en janvier 1940. stockés, ils sont finalement feraillés en septembre 1942 quand leur inutilité ne faisait guère de doute.

-L’Escadrille 2S1 de Lanvéoc-Poulmic dispose encore de deux GL.811 qui sont remplacés en janvier 1940 (tout comme les deux GL.810 et les deux GL.812) par des Loire 130 plus modernes.

-L’Escadrille 2S4 basé à Lanvéoc-Poulmic est une unité de mobilisation qui dispose en septembre 1939 de deux GL.811 mais dès le mois d’octobre, elle redevient une unité terrestre équipée de Levasseur PL.10 et PL.101

-L’Escadrille 3S1 basée à Hyères-Le Palyvestre dispose notamment de trois GL.811 qui sont remplacés tout comme les deux GL.810, les neuf GL.812 et les deux GL.813 en janvier 1940 par des Lioré et Olivier H43.

-L’Escadrille 3S3 de Berre dispose en septembre 1939 de 6 GL.811 qui sont remplacés en février 1940 par seize Latécoère Laté 298 qui remplacent également cinq GL.810, 5 GL.812 et 2 GL.813.

-L’Escadrille 3S6 d’Aspretto est une unité de mobilisation créée le 30 août 1939 avec notamment deux GL.811, un GL.812 ainsi que des Levasseur PL-15 mais dès le mois de décembre, ces appareils sont remplacés par douze Laté 298

-L’Escadrille 8S2 (ex-Section de Surveillance des Antilles) dispose en septembre 1939 de deux GL.812 qui cohabitent avec un GL.811 et un GL.813. Devenue l’escadrille 7R le 15 septembre 1940, elle remplace ses hydravions anciens par des Loire 130C en août 1942.

Caractéristiques Techniques du Gourdou-Lesseure GL.811 HY

Type : hydravion monoplan triplace de reconnaissance et d’observation

Poids à vide 1670kg total 2290kg

Dimensions : Envergure 16.00m Longueur 10.49m Hauteur 3.56m

Motorisation : un moteur radial Gnôme & Rhône 9Ady de 420ch

Performances : vitesse maximale 200 km/h autonomie 560km plafond 5800m

Armement : 1 mitrailleuse de 7.7 mm synchronisée de capot et 2 Vickers de 7.7 mm mobiles arrières, 150 kg de bombes

Gourdou-Lesseure GL.812 HY
Version dérivée du précédent, le GL.812 HY effectue son premier vol le 29 novembre 1933. Il est produit à 29 exemplaires dont 23 sont encore en service en septembre 1939 dans les escadrilles suivantes :

-L’escadrille 1S2 de Lanvéoc-Poulmic dispose de quatre GL.812 qui sont retirés du service lors de la dissolution de l’unité en janvier 1940. stockés, ils sont finalement feraillés en septembre 1942 quand leur inutilité ne faisait guère de doute.

-L’Escadrille 2S1 de Lanvéoc-Poulmic dispose encore de deux GL.812 qui sont remplacés en janvier 1940 (tout comme les deux GL.810 et les deux GL.812) par des Loire 130 plus modernes.

-L’Escadrille 3S1 basée à Hyères-Le Palyvestre dispose notamment de neuf GL.812 qui sont remplacés tout comme les deux GL.810, les trois GL.811 et les deux GL.813 en janvier 1940 par des Lioré et Olivier H43.

-L’Escadrille 3S3 de Berre dispose en septembre 1939 de 5 GL.812 qui sont remplacés en février 1940 par seize Latécoère Laté 298 qui remplacent également cinq GL.810, 6 GL.811 et 2 GL.813.

-L’Escadrille 3S6 d’Aspretto est une unité de mobilisation créée le 30 août 1939 avec notamment un GL.812 (et deux GL.812 plus des Levasseur PL-15) mais dès le mois de décembre, ces appareils sont remplacés par douze Laté 298

-L’Escadrille 8S2 (ex-Section de Surveillance des Antilles) dispose en septembre 1939 de deux GL.812 qui cohabitent avec un GL.811 et un GL.813. Devenue l’escadrille 7R le 15 septembre 1940, elle remplace ses hydravions anciens par des Loire 130C en août 1942.

Aucun GL.812 n’est donc encore en service en septembre 1948 ni même stockés. Ils ont depuis longtemps été feraillés.

Caractéristiques Techniques du Gourdou-Lesseure GL.812 HY

Type : hydravion monoplan triplace de reconnaissance et d’observation

Poids à vide 1670kg total 2290kg

Dimensions : Envergure 16.00m Longueur 10.49m Hauteur 3.86m

Motorisation : un moteur radial Gnôme & Rhône 9Ady de 420ch

Performances : vitesse maximale 200 km/h autonomie 560km plafond 6000m

Armement : 1 mitrailleuse de 7.7 mm synchronisée de capot et 2 Vickers de 7.7 mm mobiles arrières, 150 kg de bombes

Gourdou-Lesseure GL.813 HY

Le 22 octobre 1934, le Gourdou-Lesseure GL.813 HY effectue son premier vol. Il est produit à 13 exemplaires dont seulement six sont encore en service en septembre 1939 au sein de la 1S2 (un exemplaire), de la 3S1 (deux exemplaires), de la 3S3 (deux exemplaires) et de la 8S2 (un exemplaire).

Aucun GL.813 n’est donc encore en service en septembre 1948 ni même stockés. Ils ont depuis longtemps été feraillés.

Caractéristiques Techniques du Gourdou-Lesseure GL.813 HY

Type : hydravion monoplan triplace de reconnaissance et d’observation

Poids à vide 1670kg total 2290kg

Dimensions : Envergure 16.00m Longueur 10.49m Hauteur 3.86m

Motorisation : un moteur radial Gnôme & Rhône 9Ady de 420ch

Performances : vitesse maximale 200 km/h autonomie 560km plafond 6000m

Armement : 1 mitrailleuse de 7.7 mm synchronisée de capot et 2 Vickers de 7.7 mm mobiles arrières, 150 kg de bombes

Potez 452

Potez 452

Potez 452

En 1930, la marine lance un appel d’offres pour un hydravion biplace d’observation catapultable depuis un croiseur mais capable également d’opérer en milieu tropical. Cela imposait des contraintes de poids, des contraintes techniques (ailes repliables) et des contraintes de vitesse (vitesse maximale 140 km/h et vitesse au décollage de 83 km/h).

De nombreux constructeurs s’intéressèrent au programme y compris la compagnie Avions Potez qui n’avait pourtant pas d’expérience dans le domaine des hydravions, expérience acquise notamment par le rachat de la firme C.A.M.S (Chantiers Aéro Maritimes de la Seine) en 1932.

La firme de Levallois développa un hydravion à coque metallique, biplan à aile avec une hélice propulsive. Baptisé Potez 460, il effectue ses premiers essais sur la seine en mars 1932 puis fût confié aux soins de la marine qui finalement lui préféra le Gourdou-Lesseure GL.831 HY (produit en série sous le nom de GL.832 HY).
Courant 1933, le prototype retourne en usine pour subir un grand nombre de modifications qui sont suffisamment efficaces pour que la marine commande 17 exemplaires baptisés Potez 452, ces appareils étant produits dans l’usine CAMS de Sartouville.
Le premier Potez 452 de série effectue son premier vol le 20 décembre 1935 et le second servit à la formation des pilotes depuis le cuirassé Lorraine. Les premiers appareils connurent un certain nombre de problème de fabrication rapidement résolus cependants.
A noter que l’Espagne et le Japon s’intéressèrent à cet appareil.

L’Espagne acquis en 1936 une licence de production qui ne fût jamais utilisée en raison du déclenchement de la guerre d’Espagne alors que le Japon évalua l’appareil à l’aide d’un exemplaire acheté en France mais cette évaluation ne déboucha ni sur une commande ni même sur une production sous licence.

Une version de chasse baptisée Potez 453 fût également construite dans le cadre du programme de 1934 mais c’est le Loire 210 qui fût retenu pour le succès que l’on sait.
En septembre 1939, le petit hydravion à coque de Potez est embarqué sur les navires suivants :

-Croiseur léger Lamotte-Picquet avec un appareil

-Avisos coloniaux D’Entrecasteaux et Amiral Charner

A noter que pour ces deux derniers, l’hydravion est mis à l’eau à la grue, les avisos coloniaux ne disposant pas de catapulte. Si cette pratique est acceptable en temps de paix, il est bien trop risquée en temps de guerre, un navire quasi pour ne pas dire immobile faisant une cible rêvée pour un sous-marin et rapidement les hydravions des aviso-coloniaux vont être basés à terre.
Le Lamotte-Picquet redéployé en septembre 1940 en métropole débarque alors son Potez 452 et le remplace par un Gourdou-Lesseure GL.832 HY jugé plus efficace.
Le Potez 452 de l’Amiral Charner est réformé en septembre 1941 alors que celui du  D’Entrecasteaux est retiré du service en juin 1942 en raison d’une usure prononcée.

Caractéristiques Techniques du Potez 452

Type : hydravion monoplace d’observation embarqué

Poids à vide 1059kg en charge 1500kg

Dimensions : Envergure 13.00m Longueur 10.03m Hauteur 3.26m

Motorisation : un moteur radial Hispano-Suiza 9 Qd 9 cylindres en étoile de 350ch

Performances : vitesse maximale 217 km/h Autonomie 500km Plafond 6500m

Armement : une mitrailleuse Darne de 7.5mm

Publicités

17-Aviation Navale (44)

SNCAO CAO-600

Le SNCAO CAO-600, les "yeux" des porte-avions et parfois leurs griffes

Le SNCAO CAO-600, les « yeux » des porte-avions et parfois leurs griffes

L’Aviation navale française peut s’enorgueillir d’avoir été la première à utiliser des bimoteurs à bord des porte-avions.
Une première expérimentation avait eu lieu courant 1936 sur le Béarn avec le Potez 56E qui avait montré qu’un bimoteur pouvait apponter et décoller d’un porte-avions.

Quand est décidée la construction des porte-avions Joffre et Painlevé est lancé le programme A47 pour un appareil de surveillance, de bombardement et de torpillage.

Deux bimoteurs répondent à ce programme : le SNCAO CAO-600 et le Dewoitine D-750. C’est le premier nommé qui est sélectionné et commandé à 40 appareils répartis entre les appareils en ligne (18), les appareils en réserve (18) et les appareils utilisés pour des tests techniques et tactiques (4 plus les deux prototypes).

-L’Escadrille 12R à une ascendance particulièrement complexe puisqu’elle est issue de l’escadrille AB-2 du Béarn avec pour équipement dix plans Levasseur PL.101, sa base terrestre étant Lanvéoc-Poulmic prêt de Brest.

A l’origine, elle devait recevoir des bombardiers en piqué Loire-Nieuport LN-401 mais le débarquement de la flottille du Béarn entraine sa transformation en unité mixte opérationnelle/instruction.

Elle conserve ses vieux Levasseur pour d’éventuelles missions de guerre  et va recevoir des CAO-600 pour assurer la formation pratique des pilotes et des observateurs destinés notamment au groupe aérien du Joffre.
Le 15 septembre 1940, elle intègre la 3ème flottille d’aviation navale (3ème FAN) avant d’être rebaptisé 5B. En décembre 1941, il ne reste plus que sept Levasseur PL.101 mais on compte six CAO-600.

Les derniers PL.101 sont interdits de vol en mars 1942 à une époque où l’escadrille est entièrement transformée sur CAO-600 soit neufs appareils. Elle est alors rebaptisée 12R et intègre la 6ème flottille d’aviation (6ème FAN), ralliant sa nouvelle base de Hyères-Le Palyvestre.

Cette unité est chargée d’une mission d’éclairage au profit du porte-avions et des forces navales avec secondairement des missions de torpillage et d’attaque. Secondairement, on verra certains CAO-600 expérimenter le commandement de la chasse voir même la chasse lourde.

Du 2 septembre au 12 décembre 1946, le Joffre est immobilisé pour un petit carénage et l’escadrille 12R troque ses huit CAO-600 (trois appareils perdus et remplacés, un appareil perdu mais non remplacé) par neuf CAO-610 qui sont tous en service en septembre 1948.

-L’Escadrille 15R est officiellement mise sur pied le 1er juin 1943 sur la base aéronavale de Lanvéoc-Poulmic en même temps que la 7ème flottille d’aviation navale, le groupe aérien du porte-avions Painlevé.

Comme la 12R, l’escadrille 15R est équipée de neuf CAO-600 de reconnaissance, d’éclairage, de torpillage voir de bombardement. Secondairement, ces appareils pouvaient mener des missions de commandement de chasse voir de chasse lourde.

Au cours du transit Atlantique lors de la traversée de longue durée du Painlevé (15-20 juillet 1944), un CAO-600 en exercice de torpillage est victime d’une panne de moteur. S’écrasant en mer, il ne laisse aucune chance à son équipage.

Du 22 juillet 1946 au 14 mars 1947, le porte-avions Painlevé subit son premier grand carénage ce qui permet à l’escadrille 15R de remplacer ses neuf CAO-600 (cinq appareils du lot d’origine et quatre appareils de remplacement ) par neuf CAO-610.

Après un exercice du 1er au 5 septembre 1948, l’escadrille 15R se prépare aussitôt à participer à des opérations de guerre en mer du Nord à bord du Painlevé en compagnie notamment des cuirassés Lorraine et Normandie.

Au 5 septembre 1948, la flotte de CAO-600 est de 23 appareils, stockés en région parisienne pour compenser la saturation de la BAN d’Orly. L’état technique de cette flotte est cependant incertain et il n’est pas impossible que certains appareils soient inaptes au combat.

Caractéristiques Techniques du SNCAO CAO-600

Type : bimoteur triplace embarqué d’observation, de bombardement et de torpillage

Poids : à vide : nc pleine charge 4660kg

Dimensions : Envergure 16.50m Longueur 12.40m Hauteur : 4.50m

Motorisation : deux moteurs radiaux Gnôme & Rhône 14M-3 de 670ch chacun actionnant des hélices tripales

Performances : vitesse maximale 380 km/h autonomie 1200km
Armement : une mitrailleuse Darne de 7.5mm dans le nez, une mitrailleuse Darne de 7.5mm en poste arrière supérieur et une mitrailleuse Darne de 7.5mm en poste arrière inférieure télécommandée par le pilote. Une torpille de 400mm ou 700kg de charge militaire.

Equipage : un pilote, un observateur et un mitrailleur en poste arrière

SNCAO CAO-610

Comme je l’ai fait remarqué à plusieurs reprises, nous sommes à une période où l’aviation évolue très vite. Il faut comme aux échecs jouer avec deux ou trois coups d’avance, prévoir le successeur d’un avion dès sa mise au point.

C’est le cas pour le CAO-600. Ce dernier donne toute satisfaction même si l’absence de catapulte sur les porte-avions Joffre et Painlevé impose certaines restrictions opérationnelles.

Le Commandant Teste devant être équipé de catapultes, les ingénieurs du bureau d’étude de la Société Nationale des Constructions Aéronautiques de l’Ouest peuvent voir plus gros même si cette prise de poids et de centimètres est limitée puisque le nouvel appareil doit opérer aussi sur les deux porte-avions susnommés.

Le projet CAO-610 est lancé officiellement au printemps 1944. Il s’agit d’améliorer la vitesse de l’appareil et son armement défensif. On anticipe déjà sur l’embarquement d’un radar ou plutôt un détecteur électromagnétique en dotant l’avion de deux nez interchangeables : un vitré et un plein.

Le premier prototype effectue son premier le 17 septembre 1944 mais des problèmes de moteurs l’oblige à interrompre ce premier vol pour des modifications validées par un nouveau «premier vol» le 30 septembre 1944. Le deuxième prototype modifié lui aussi effectue son premier vol le 18 novembre 1944.

La marine séduite commande en septembre 1945, 60 appareils répartis à parts égales entre les unités de première ligne et la réserve. Les appareils sont livrés entre décembre 1945 et septembre 1946 pour équiper deux nouvelles unités et rééquiper deux autres escadrilles.

-L’Escadrille 12R qui utilisait des CAO-600 est transformée sur CAO-610 à l’automne 1946, profitant du petit carénage du porte-avions Joffre à Toulon. Elle reçoit neuf appareils qui sont tous en service en septembre 1948.

-L’Escadrille 15R qui utilisait elle aussi des CAO-600 reçoit ses CAO-610 au moment où le Painlevé subit son premier grand carénage (22 juillet 1946 au 14 mars 1947) et comme la 12R, reçoit neuf appareils qui sont tous en service en septembre 1948.

-L’Escadrille 16R est activée le 13 octobre 1946 à Cherbourg-Querqueville en même temps que les autres unités de la 10ème flottille d’aviation navale, le groupe aérien du porte-avions lourd Commandant Teste.

Équipée de six CAO-610 tout comme sa consœur de la 18R, cette unité est chargée de missions de reconnaissance, d’éclairage, de torpillage voir de bombardement. Secondairement, ces appareils pouvaient mener des missions de commandement de chasse voir de chasse lourde. Cette escadrille rallie ensuite Arzew, sa base terrestre quand le porte-avions est à quai.

-L’Escadrille 18R est activée le 13 octobre 1946 à Cherbourg-Querqueville en même temps que les autres unités de la 10ème flottille d’aviation navale, le groupe aérien du porte-avions lourd Commandant Teste.

Équipée de six CAO-610 tout comme sa consœur de la 16R, cette unité est chargée de missions de reconnaissance, d’éclairage, de torpillage voir de bombardement. Secondairement, ces appareils pouvaient mener des missions de commandement de chasse voir de chasse lourde. Cette escadrille rallie ensuite Arzew, sa base terrestre quand le porte-avions est à quai.

Caractéristiques Techniques du SNCAO CAO-610

Type : bimoteur triplace embarqué d’observation, de bombardement et de torpillage

Poids : à vide : 4000kg pleine charge 4900kg

Dimensions : Envergure 17.30m Longueur 13.20m Hauteur : 4.50m

Motorisation : deux moteurs radiaux Gnôme & Rhône 14M-7 de 900ch chacun actionnant des hélices tripales

Performances : vitesse maximale 400 km/h autonomie 1450km

Armement : quatre mitrailleuses Darne de 7.5mm dans un nez plein avec 2800 cartouches, une mitrailleuse Darne de 7.5mm en poste arrière supérieur et une mitrailleuse de 7.5mm Darne automatique en poste arrière inférieure, les deux alimentées à 500 cartouches. Une torpille de 400mm ou 800kg de charge militaire.

Equipage : un pilote, un observateur et un mitrailleur en poste arrière

17-Aviation navale (31)

Escadrille 11T

Cette escadrille est créée le 1er juin 1943 en même temps que la 7ème flottille d’aviation navale, le groupe aérien du Painlevé sur lequel sont embarqués les six avions torpilleurs Latécoère Laté 299 de l’unité du moins quand le porte-avions n’est pas dans la Rade-Abri. Dans ce cas là, l’escadrille est à Lanvéoc-Poulmic.

L’escadrille effectue ses premiers mouvements aviation à bord du Painlevé du 1er juin au 8 juillet 1944 au cours de la deuxième campagne d’essais du porte-avions avant de participer à sa Traversée Longue Durée du 15 au 18 août, ces deux dates marquant l’appareillage et le retour à Brest.

L’unité s’entraine depuis la terre lors de l’immobilisation du porte-avions pour les démontages et les modifications après la TLD (20 août au 12 septembre) avant de reprendre les opérations embarquées dès la disponibilité de la plate-forme admise au service actif le 18 août 1944.

A chaque sortie du porte-avions, l’escadrille 11T menait les mêmes opérations que les autres escadrilles embarquées de la marine nationale : formation pratique de jeunes pilotes, validation de l’expérience et des acquis des pilotes confirmés, entrainement aux missions de guerre, exercices avec l’armée de l’air et d’autres unités de la Flotte de l’Atlantique.

Du 22 juillet 1946 au 14 mars 1947, le Painlevé subit son premier grand carénage. Cela laisse la 7ème flottille d’aviation navale sans plate-forme mais cela permet à l’escadrille 11T de changer de monture, les Latécoère Laté 299 cédant la place à de rutilants Latécoère Laté 299-5.

La navalisation de l’unité _privée de porte-avions depuis huit mois_ à lieu lors de la remise en condition du porte-avions au large de Dakar du 11 avril au 27 mai avec la participation de l’armée de l’air.

Du 2 au 21 novembre 1947, le Painlevé participe à un exercice avec les cuirassés Normandie et Lorraine, le porte-avions léger Alienor d’Aquitaine accompagnés par huit torpilleurs d’escadre et le PRE La Seine.

Après un entrainement du 1er au 5 septembre, en mer d’Iroise, l’escadrille 11T et les autres escadrilles embarquées sur le Painlevé se préparent à mener des missions de guerre suite à l’attaque allemande en Norvège et au Danemark.

A quai, le porte-avions est ravitaillé en carburant, vivres, pièces détachées et munitions de guerre (pour recompléter les stocks) pendant que les avions sont revisés à bord, certains jugés trop usés sont remplacés par des appareils neufs venus de Lanvéoc-Poulmic. L’escadrille 11T change ainsi deux de ses six avions torpilleurs, les deux appareils réformés étant cannibalisés pour récupérer des pièces.

Escadrille 12T

Cette escadrille est créée à Arzew près d’Oran à l’automne 1941 pour renforcer les capacités de surveillance et de combat dont le principal bénéficiaire était la 4ème escadre.

Officiellement activée le 30 septembre 1941 avec douze Bloch MB-481, l’escadrille 12T intègre la 10ème flottille d’hydravions qui se compose également de l’escadrille 14E (douze Potez-CAMS 141) et de l’escadrille 14R (douze Consolidated Catalina).

La mission de cette unité est d’être le bras armé des deux autres unités de la 10ème FH. En clair, une force navale ennemie repérée par un Catalina de la 14R ou un Potez-CAMS 141 de la 14E à de grandes chances de voir débouler les hydravions-torpilleurs de la 12T à moins que les Bloch MB-481 ne l’ait repéré tout seul puisque ces bimoteurs sont à la fois capable d’attaquer à la torpille, de surveiller une zone, de pister une escadre et de traquer les submersibles.

Deux appareils sont perdus au cours d’exercices et de mission de surveillance. Le premier le 14 mars 1947, écrasé au nord d’Alger (trois tués et deux blessés graves parmi l’équipage, trois morts au sol) et le second le 5 mai 1948, disparu au large de la Sicile. Son épave sera retrouvée près de Gela au cours d’une mission de reconnaissance menée en plein conflit, l’épave présentant des impacts de balle…… . Ces deux appareils sont promptement remplacés par des appareils de réserve.

A partir du 1er septembre 1948, les hydravions-torpilleurs de la 12T vont participer au dispositif de surveillance des côtes nord-africaines tout en se préparant si nécessaire à mener des raids à la torpille notamment contre le trafic de cabotage entre la Sicile et la péninsule italique.

Escadrille 13T

Le 12 mars 1942, sur la base aéronavale de Djibouti, arrivent douze hydravions bimoteurs Bloch MB-481 venus de métropole après un vol en plusieurs étapes.

Décollant de l’hydrobase des Mureaux _annexe de la BAN d’Orly_, ils ont fait étape sur l’Etang de Berre, à Karouba, à Alexandrie et à Suez avant d’arriver à Djibouti. Si six d’entre d’eux restent à Djibouti pour former la 9T, les six autres reprennent leur route pour rallier Diego-Suarez via les Seychelles, les six hydravions arrivant à destination le 17 mars 1942.

Leur arrivée marque la naissance de l’escadrille 13T qui renforce les capacités militaires françaises dans la région, ces bimoteurs pouvant servir à la surveillance maritime, au torpillage, au bombardement naval et terrestre ainsi qu’à la lutte anti-sous-marine.

Ces six appareils sont toujours en service le 1er septembre 1948 même si un appareil perdu en mer à du être remplacé. L’appareil de remplacement est arrivé de métropole démonté sur un cargo en compagnie de cinq autres appareils démontés qui servent de réserve d’attrition.

A partir du 2 septembre 1948, les hydravions de la 13T vont mener des patrouilles anti-sous-marines et des patrouilles anti-raiders dans l’Océan Indien pour contrer sous-marins et croiseurs auxiliaires ennemis qu’ils soient italiens ou allemands.

Escadrille 14T

Cette escadrille est activée le 25 septembre 1941 à Tripoli-du-Liban avec pour équipement huit Latécoère Laté 298. Cette escadrille doit donner un bras armé à l’escadrille de surveillance 10R équipée de Loire 130 pour traquer sous-marins et navires de surface.
Contrairement à d’autres unités d’hydravions-torpilleurs, l’escadrille 14T est encore équipée de Latécoère Laté 298, sa transformation sur Laté 299-7 étant reporté sine die en raison du déclenchement de la guerre alors qu’il était prévu à l’automne 1948.

Au 5 septembre 1948, l’escadrille (qui à utilisé au total onze Laté 298) participe aux patrouilles de surveillance au large des côtes syro-libanaises, se préparant à mener également des attaques à la bombe et à la torpille contre les navires italiens dans le Dodécanèse si l’Italie entrait en guerre.

Escadrille 15T

Au printemps 1945, la 1ère flottille d’aviation navale dispose sur la base de Calais-Marck de deux escadrilles de chasse et une escadrille de reconnaissance et d’attaque maritime soit trente-six appareils.

Pour compléter cette 1ère FAN et augmenter ses capacités, décision est prise de créer une escadrille de bombardiers-torpilleurs, l’escadrille 15T qui créée le 15 juin 1945 aligne douze Lioré et Olivier Léo456.

Cette escadrille déclarée opérationnelle le 4 août 1945 doit interdire La Manche et les côtes du Benelux à la marine allemande si cette dernière voulait appuyer une progression de la Heer en Belgique selon un plan inspiré du plan Schlieffen de 1914. Elle pourra aussi participer à l’appui du corps de bataille.

Au 5 septembre 1948, les douze appareils d’origine sont pleinement opérationnels, se préparant à participer à de futures opérations de guerre.

17-Aviation navale (18)

Escadrille 11R

En septembre 1939 est activée à Saïgon sur l’aérodrome de Than-Son-Nut l’escadrille 8S6 qui dispose de six Loire 130C et de deux CAMS-55 pour l’entrainement et les taches de servitude.

Cette unité assure des missions de surveillance côtière et doit en cas de conflit appuyer en haute mer les FNEO.

En octobre 1940, l’escadrille 8S6 du Commandement Indochine de l’Aviation Navale (CIAN) devient l’escadrille 11R.

Cette escadrille perd au cours de l’année 1941 ses CAMS-55 mais reçoit deux autres Loire 130 ce qui porte le nombre d’appareils en ligne à huit. Elle est redéployée à Cam-Ranh à partir de janvier 1945.

En juin 1947, les cinq Loire 130C survivants sont remplacés par douze Consolidated PBY-5 Catalina, la version amphibie du célèbre hydravion de patrouille ce qui accroit ses capacités de patrouille et d’action.

Du 1er au 12 septembre 1948, l’escadrille 11R participe à un dispositif de surveillance des côtes de la Cochinchine.

Escadrille 12R

L’ascendance de l’escadrille 12R est particulièrement complexe. En septembre 1939 existe une escadrille AB-2, l’escadrille de reconnaissance et de surveillance de la F1A, la flottille du Béarn qui est équipée de dix Levasseur PL.101, sa base terrestre étant Lanvéoc-Poulmic prêt de Brest.

A l’origine, elle devait recevoir des bombardiers en piqué Loire-Nieuport LN-401 mais le débarquement de la flottille du Béarn entraine sa transformation en unité mixte opérationnelle/instruction.

Elle conserve ses vieux Levasseur pour d’éventuelles missions de guerre (même si les PL.101 sont plus des antiquités volantes qu’autre chose) et va recevoir des CAO-600 pour assurer la formation pratique des pilotes et des observateurs destinés notamment au groupe aérien du Joffre.

Le 15 septembre 1940, elle intègre la 3ème flottille d’aviation navale (3ème FAN) avant d’être rebaptisé 5B. En décembre 1941, il ne reste plus que sept Levasseur PL.101 mais on compte six CAO-600.

Levasseur PL.101 appontant sur le Béarn

Levasseur PL.101 appontant sur le Béarn

Les derniers PL.101 sont interdits de vol en mars 1942 à une époque où l’escadrille est entièrement transformée sur CAO-600 soit neufs appareils. Elle est alors rebaptisée 12R et intègre la 6ème flottille d’aviation (6ème FAN), ralliant sa nouvelle base de Hyères-Le Palyvestre.

Cette unité est chargée d’une mission d’éclairage au profit du porte-avions et des forces navales avec secondairement des missions de torpillage et d’attaque. Secondairement, on verra certains CAO-600 expérimenter le commandement de la chasse voir même la chasse lourde.

Du 2 septembre au 12 décembre 1946, le Joffre est immobilisé pour un petit carénage et l’escadrille 12R troque ses huit CAO-600 (trois appareils perdus et remplacés, un appareil perdu mais non remplacé) par neuf CAO-610 qui sont tous en service en septembre 1948.

Escadrille 13R

Bloch MB-131

Bloch MB-131

Le 12 septembre 1941 est activée à Than-Son-Nut l’escadrille 13R destinée à renforcer les capacités de surveillance aéromaritime au profit des FNEO. Faute d’un matériel moderne, elle dispose de douze Bloch MB-131 cédés sans déplaisir par l’armée de l’air.

Le 21 juillet 1943, douze CAO-700M arrivent à Than-Son-Nut pour remplacer les Bloch MB-131 dont seulement huit étaient encore en service, quatre appareils ayant été réformés suite à une usure prononcé de la cellule et des moteurs.

Cette unité quitte Than-Son-Nut en novembre 1947 pour rallier la base aéronavale de Cam-Ranh et poursuivre ses missions de surveillance qui le conduisait aussi bien dans le Golfe du Tonkin et dans le Golfe du Siam.

Cette unité perd deux appareils suite à des accidents à l’atterrissage à Than-Son-Nut en 1945 et 1946, deux appareils réformés et cannibalisés, deux appareils venus de France en vol (!) rejoignant Cam-Ranh en décembre 1947.

Du 1er au 12 septembre 1948, l’escadrille 13R participe à des missions de surveillance au large des côtes indochinoises de crainte que le Japon ne profite de la guerre en Europe pour attaquer en Indochine.

Escadrille 14R

Cette escadrille est créée à Arzew près d’Oran à l’automne 1941 pour renforcer les capacités de surveillance au profit de la 4ème escadre.

Officiellement activée le 30 septembre 1941 avec douze Consolidated Catalina, l’escadrille 14R intègre la 10ème flottille d’hydravions qui se compose également de l’escadrille 14E (douze Potez-CAMS 141) et de l’escadrille 12T (douze Bloch MB-481).

Ces appareils assurent des patrouilles vers le détroit de Gibraltar en liaison avec les britanniques installés à Gibraltar mais également vers l’est jusqu’aux approches immédiates de la Sardaigne et de la Sicile. Outre la surveillance pure, la lutte anti-sous-marine devient une mission prégnante pour l’unité.

Deux appareils sont perdus en patrouille (équipages disparus présumés morts) et remplacés par deux PBY-2.

Comme les autres unités de surveillance, la 14R participent à des patrouilles permanentes au large des côtes nord-africaines avant de se préparer à couvrir les convois entre l’Afrique du Nord et la métropole.

Escadrille 15R

Le 1er juin 1943 est créée la 7ème flottille d’aviation navale à Lanvéoc-Poulmic, la 7ème FAN étant le groupe aérien du porte-avions Painlevé.

Comme la 12R, l’escadrille 15R est équipée de neuf CAO-600 de reconnaissance, d’éclairage, de torpillage voir de bombardement. Secondairement, ces appareils pouvaient mener des missions de commandement de chasse voir de chasse lourde.

Au cours du transit Atlantique lors de la traversée de longue durée du Painlevé (15-20 juillet 1944), un CAO-600 en exercice de torpillage est victime d’une panne de moteur. S’écrasant en mer, il ne laisse aucune chance à son équipage.

Entre décembre 1946 et janvier 1947, cette unité est transformée sur CAO-610, version améliorée du CAO-600.

Après un exercice du 1er au 5 septembre 1948, l’escadrille 15R se prépare aussitôt à participer à des opérations de guerre en mer du Nord à bord du Painlevé en compagnie notamment des cuirassés Lorraine et Normandie.

11-Torpilleurs d’escadre (37)

Le Téméraire

Un portrait du duc de Lorraine Charles Le Téméraire ornait le carré des officiers du Téméraire. Cadeau d'une délégation de la ville de Nancy

Un portrait du duc de Bourgogne Charles Le Téméraire ornait le carré des officiers du Téméraire. Cadeau d’une délégation de la ville de Beaune

-Le Téméraire est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) installés à la La Seyne sur Mer  le 28 août 1939 et lancé le 2 février 1941 avant de subir une période d’armement à flot.

Le 23 mai 1941, le Téméraire quitte son chantier constructeur pour rallier Lorient son port d’armement, faisant escale à Casablanca du 26 au 29 mai avant de rallier Lorient le 2 juin où il retrouve son sister-ship L’Intrépide.

Le torpilleur d’escadre Le Téméraire est officiellement admis au service actif le 28 septembre 1941.

Deux jours plus tard, le 30 septembre 1941, le Téméraire et l’Intrépide quittent Lorient, font escale à Casablanca du 4 au 7 octobre avant de rallier Toulon le 11 octobre 1941.

Du 15 au 23 octobre, les deux torpilleurs sortent pour exercices en compagnie du cuirassé Lorraine pour prendre leurs marques à la fois avec leur protégé et à la fois avec la région dans laquelle il va évoluer.

Le Téméraire et l’Intrépide sortent pour entrainement du 23 février au 11 mars, les deux torpilleurs d’escadre faisant escale à Port Vendres du 12 au 16 mars avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Après une école à feux commune du 24 mars au 2 avril, le Téméraire et l’Intrépide participent aux essais (5 au 8 avril) et à la remise en condition (10 au 17 avril) du cuirassé Lorraine.

Le Téméraire sort pour école à feux du 8 au 18 juin puis après ravitaillement à  Toulon le 19 juin effectue un entrainement au combat antisurface du 20 au 26 juin, rentrant à Toulon le lendemain.

Il est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 28 juin au 18 juillet, sortant pour essais (19 au 22 juillet) et remise en condition (24 juillet au 7 août) en compagnie du cuirassé Lorraine et de son compère l’Intrépide.

A noter que durant cette immobilisation, les deux torpilleurs ont reçut une DCA moderne avec six canons de 37mm Schneider modèle 1941 en trois affûts doubles et deux canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en affûts simples.

Du 25 février au 15 mars 1943, le torpilleur d’escadre Téméraire sort pour entrainement en compagnie du cuirassé Lorraine avant de participer aux essais (18 au 21 mars) et à la remise en condition (23 mars au 6 avril) de l’Intrépide, les trois navires mouillant aux salins d’Hyères du 7 au 15 avril avant de rentrer dans la journée à Toulon.

Le Téméraire sort pour entrainement au combat antisurface du 21 au 28 juillet puis pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 30 juillet au 6 août. Il est ensuite indisponible du 8 au 31 août, sortant pour essais (1er au 4 septembre) et à la remise en condition (6 au 20 septembre) en compagnie du cuirassé Lorraine et du torpilleur L’Intrépide.

Du 27 septembre  au 4 décembre 1943, les deux torpilleurs d’escadre Téméraire et Intrépide sont absents de Toulon, ayant accompagné le cuirassé Lorraine pour un entrainement au large de Dakar du 10 octobre au 15 novembre. Les trois navires terminent l’année par une période d’entretien à flot du 4 au 15 décembre, sortant pour essais du 16 au 19 décembre, rentrant à Toulon le lendemain 20 décembre et de rester au port jusqu’à la fin de l’année.
Le 15 mars 1944, l’Intrépide abandonne le cuirassé Lorraine pour prendre en charge la protection du porte-avions Painlevé, le cuirassé Lorraine ne conserve donc comme torpilleur d’escorte que le Téméraire.

Le Téméraire et le cuirassé Lorraine quittent Toulon le 20 mars pour un entrainement commun jusqu’au 25 avril avant des escales à Tunis du 26 au 30 avril, à Alger du 2 au 7 mai, à Tanger du 9 au 12 mai, à Ajaccio du 14 au 17 mai avant de rentrer à Toulon le 18.
Le torpilleur d’escadre et le cuirassé sortent à nouveau pour entrainement du 25 mai au 1er juin 1944, date à laquelle les deux navires rentrent à Toulon.

Le Téméraire est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 2 au 23 juillet,  sortant pour essais du 24 au 27 juillet puis pour remise en condition du 29 juillet au 11 août en compagnie du cuirassé Lorraine , les deux navires faisant escale à Ajaccio du 12 au 16 août, à Alger du 17 au 21 août, à Tunis du 23 au 27 août, à La Valette du 28 août au 1er septembre, à Porto-Vecchio du 3 au 7 septembre, à Nice du 9 au 13 septembre avant de rentrer à Toulon le lendemain.
Après un dernier entrainement du 20 septembre au 3 octobre, le torpilleur d’escadre Téméraire quitte Toulon le 10 octobre en compagnie du cuirassé Lorraine pour rallier Brest où le cuirassé  de classe Bretagne allait être reconstruit sur le même modèle qu ses sister-ship.  Les deux navires font escale à Casablanca pour se ravitailler le 14 octobre avant de rallier Brest trois jours plus tard.
Du 24 octobre au 8 novembre 1944, le Téméraire sort en compagnie de l’Intrépide et du porte-avions Painlevé qui dispose désormais de deux torpilleurs d’escorte.

Du 5 au 17 février, le porte-avions Painlevé est indisponible suite à une avarie de ligne d’arbre ce qui permet au Téméraire et à l’Intrépide de sortir seuls pour entrainement du 7 au 15 février, rentrant à Brest le 16 février pour participer ensuite aux essais du porte-avions (19 au 21 février).
Le Téméraire et l’Intrépide vont assurer la protection du porte-avions Painlevé jusqu’au 18 mars 1945 quand leurs sister-ship Arquebuse et Cimeterre mis en service deux jours plus tôt prennent le relais, permettant à leurs deux ainés de subir leur premier grand carénage.

Le Téméraire sort pour une école à feux du 24 au 30 mars, faisant escale à Lorient du 31 mars au 4 avril avant un entrainement à la défense aérienne à la mer du 5 au 12 avril, une escale à La Pallice du 13 au 18 avril et un entrainement au combat antisurface du 19 au 26 avril, le Téméraire rentrant à Brest le lendemain.

Le Téméraire débarque ses munitions et vidange ses soutes le 5 mai avant d’être échoué au bassin Tourville du 6 mai au 30 juin 1945.
Il y subit une remise en état complète et une modernisation de ses capacités militaires qu’il s’agisse de l’électronique ou de l’armement.

Armé pour essais le 12 juillet 1945, le Téméraire sort pour ses essais officiels du 13 au 16 juillet puis pour remise en condition du 18 juillet au 4 août en compagnie de l’Intrépide, les deux torpilleurs rentrant à Brest le lendemain 5 août 1945.

Les torpilleurs d’escadre le Téméraire et l’Intrépide sortent pour entrainement commun du 14 août au 2 septembre, , le Téméraire et l’Intrépide faisant ensuite escale à Rouen du 3 au 6 septembre, au Havre du 7 au 11 septembre avant d’arriver à Dunkerque le 13 septembre à l’aube.

Les deux torpilleurs d’escadre enchainent par un entrainement commun avec les quatre torpilleurs légers de la 5ème DT du 14 au 21 septembre 1945, les six navires faisant escale à Anvers du 22 au 25 septembre, à Douvres du 26 au 30 septembre avant de se séparer, les torpilleurs d’escadre ralliant Brest le 1er octobre 1945.

Les deux torpilleurs d’escadre effectuent encore deux entrainements du 10 octobre au 28 novembre puis du 5 au 27 décembre

Après une période d’entretien à flot du 2 au 17 janvier 1946, l’Intrépide et le Téméraire sortent pour essais du 18 au 20 janvier puis pour remise en condition du 22 janvier au 2 février, les deux torpilleurs d’escadre faisant escale à Nantes du 3 au 8 février, à La Pallice du 9 au 12 février, à Bordeaux du 14 au 18 février et à Biaritz du 19 au 23 février avant de rentrer à Brest le 24 février 1946.

Après un entrainement commun du 3 mars au 2 avril 1946, les torpilleurs d’escadre Intrépide et Téméraire participe à l’exercice «Entente Cordiale 1946» du 10 avril au 31 mai, les deux forces navales qui avaient terminé l’exercice au large de Dakar quittant l’AOF le 2 juin pour se séparer au large de Brest, les navires français retrouvant la Rade-Abri le 7 juin 1946.

Après un exercice avec l’Intrépide du 14 juin au 3 juillet 1946, le Téméraire sort pour une école à feux du 10 au 17 juillet puis pour un entrainement au combat antisurface du 19 au 25 juillet, date du retour du torpilleur d’escadre à Brest.

Le Téméraire est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 26 juillet au 16 août, sortant pour essais (17 au 19 août) et pour remise en condition (21 août au 3 septembre) en compagnie de l’Intrépide.

Le Téméraire et l’Intrépide sortent pour entrainement du 10 au 17 septembre avant de participer aux essais et à la remise en condition du cuirassé Lorraine du 21 septembre au 5 novembre. Le cuirassé et ses deux torpilleurs d’escorte effectuent ensuite une école à feux au polygone de Rufisque du 12 au 27 novembre, rentrant à Brest le 3 décembre 1946, deux jours avant la remise en service officielle du cuirassé.

Les torpilleurs Le Téméraire et l’Intrépide sont indisponibles en compagnie du Lorraine du 10 juin au 2 juillet, les trois navires sortant pour essais du 4 au 7 juillet puis pour remise en condition du 9 au 24 juillet, faisant escale à Cherbourg du 25 au 30 juillet et au Havre du 31 juillet au 5 août, rentrant le lendemain 6 août 1947 à Brest.

Le Téméraire sort pour une école à feux du 20 au 28 mai 1948, rentrant à Brest le 29 mai alors que l’Intrépide est en grand carénage et que le cuirassé Lorraine subit une période d’entretien à flot à Brest en compagnie du porte-avions Painlevé.

Il accompagne ensuite le cuirassé Lorraine et le porte-avions Painlevé sortant pour essais du 3 au 7 juin puis pour entrainement ans le golfe de Gascogne du 10 au 17 juin avant de rentrer à Brest pour subir à son tour un grand carénage.

Le Téméraire est ainsi échoué au bassin Tourville du 22 juin au 20 juillet 1948 pour subir les mêmes travaux que son compère l’Intrépide.

Après avoir effectué ses essais à la mer du 23 au 27 juillet, il quitte Brest en compagnie de l’Intrépide, du cuirassé Lorraine, du porte-avions Painlevé et de ses torpilleurs d’escorte Arquebuse et Cimeterre ainsi que du PRE La Seine pour un entrainement au large de Dakar du 9 au 23 août, les sept navires rentrant à  Brest le 30 août 1948.

Après une sortie d’entrainement avec le cuirassé Lorraine du 1er au 4 septembre 1948, les torpilleurs Le Téméraire et L’Intrépide qui devaient sortir à nouveau avec le cuirassé et le Painlevé se préparent aux opérations de guerre dès l’annonce des bombardements allemands sur la Norvège et le Danemark.

11-Torpilleurs d’escadre (36)

D-Torpilleurs d’escadre classe Intrépide

Avant-propos

La construction des huit torpilleurs de classe Le Hardi avait marqué une nette rupture qualitative par rapport aux Bourrasque et aux L’Adroit qui s’étaient révélés rapidement limités notamment en raison d’un rayon d’action médiocre et d’une artillerie principale dont l’efficacité avait été corsetée par de trop nombreuses sécurités.

Les huit navires de classe Le Hardi avaient amélioré les deux premiers points mais ils étaient encore largement perfectibles notamment au niveau des capacités ASM et antiaériennes, l’artillerie principale n’était en effet pas à double action et l’artillerie légère antiaérienne était médiocre. Quand à l’armement ASM, il patissait du faible nombre de grenades ASM et de l’absence d’Asdic.

Tous ces handicaps n’allaient pas être résolus du jour au lendemain mais progressivement, les différents navires de classe Intrepide allaient peu à peu éliminer ces tares, chaque tranche apportant des modifications et des améliorations par rapport à la précédente.

En effet, ce sont pas moins de vingt-trois torpilleurs de classe Intrepide vont ainsi être construits, leur financement étant répartis entre la tranche 1938 (trois navires), la tranche 1938bis (un) au décret-loi du 1er avril 1940 (trois), à la tranche 1941 (quatre), à la tranche 1942 (trois), à la tranche 1943 (trois) et à la tranche 1944 (six).

L’Intrépide

L'Intrépide en construction

L’Intrépide en construction

-L’Intrépide est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) de la Seyne sur Mer le 16 août 1939 et lancé le 12 février 1941.

La période d’achèvement à flot est fort courte puisque dès le 24 mai, le torpilleur d’escadre quitte son chantier constructeur pour rallier Lorient où il arrive le 1er juin après un rapide escale de ravitaillement à Casablanca.

Le lendemain 2 juin, il est rejoint dans le port morbihanais par son compère Le Téméraire avec qui il va escorter le vénérable cuirassé Lorraine (25 ans de service).

Le torpilleur d’escadre L’Intrépide est officiellement admis au service actif le 27 septembre 1941

Trois jours plus tard, le 30 septembre 1941, l’Intrépide et le Téméraire quittent Lorient, font escale à Casablanca du 4 au 7 octobre avant de rallier Toulon le 11 octobre 1941.

Du 15 au 23 octobre, les deux torpilleurs sortent pour exercices en compagnie du cuirassé Lorraine pour prendre leurs marques à la fois avec leur protégé et à la fois avec la région dans laquelle il va évoluer. Les deux torpilleurs d’escadre vont donc accompagner le cuirassé Lorraine dans tous ses déplacements, lui offrant une protection antiaérienne, anti-sous-marine et antisurface.

L’Intrépide et le Téméraire sortent pour une école à feu du 23 au 27 février 1942, faisant escale à Sète du 28 février au 3 mars avant un entrainement au combat antisurface du 4 au 11 mars, les deux torpilleurs d’escadre faisant escale à Port-Vendres du 12 au 16 mars avant de rentrer à Toulon le lendemain. Après une école à feux commune du 24 mars au 2 avril, l’Intrépide et le Téméraire participent aux essais (5 au 8 avril) et à la remise en condition (10 au 17 avril) du cuirassé Lorraine.

L’Intrépide est indisponible en compagnie du cuirassé Lorraine du 6 au 27 juin, sortant pour essais du 28 juin au 1er juillet puis pour remise en condition du 3 au 17 juillet, l’Intrépide participant ensuite avec le Lorraine aux essais (19 au 22 juillet) et à la remise en condition (24 juillet au 7 août) du Téméraire.

A noter que durant cette immobilisation, les deux torpilleurs ont reçut une DCA moderne avec six canons de 37mm Schneider modèle 1941 en trois affûts doubles et deux canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en affûts simples.

Du 25 février au 17 mars, l’Intrépide est indisponible suite à une avarie mécanique. Réparé, il sort pour essais du 18 au 21 mars puis pour remise en condition du 23 mars au 6 avril, à chaque fois en compagnie du cuirassé Lorraine et de son compère le Téméraire.

Le Lorraine étant indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 17 juillet au 31 août 1943, les deux torpilleurs vont se partager les six semaines d’indisponibilité du  cuirassé, l’Intrépide étant ainsi indisponible du 17 juillet au 7 août, sortant pour essais du 8 au 11 août puis pour remise en condition du 13 au 28 août. Il participe ensuite aux essais communs du cuirassé Lorraine et du torpilleur le Téméraire (1er au 4 septembre) et à leur remise en condition (6 au 20 septembre).

Du 27 septembre 1943 au 4 décembre, les deux torpilleurs d’escadre Intrépide et Téméraire sont absents de Toulon, ayant accompagné le cuirassé Lorraine pour un entrainement au large de Dakar du 10 octobre au 15 novembre. Les trois navires terminent l’année par une période d’entretien à flot du 4 au 15 décembre, sortant pour essais du 16 au 19 décembre, rentrant à Toulon le lendemain 20 décembre et de rester au port jusqu’à la fin de l’année.
Le 15 mars 1944, l’Intrépide abandonne le cuirassé Lorraine pour prendre en charge la protection du porte-avions Painlevé, le cuirassé Lorraine ne conserve donc comme torpilleur d’escorte que le Téméraire.
L’Intrépide fait escale à Casablanca pour se ravitailler le 19 mars avant de rallier Saint-Nazaire le 22 mars alors que le porte-avions Painlevé s’apprête à sortir pour ses essais et sa mise en condition. Le torpilleur d’escadre sort ainsi pour les essais constructeurs du 24 mars au 3 avril.
Alors que le Painlevé est au sec dans la forme Joubert pour des travaux complémentaires, l’Intrépide sort au large de Saint-Nazaire pour une école à feux du 11 au 19 avril, rentrant à Saint-Nazaire le lendemain 20 avril.

Le 26 avril 1944, l’Intrépide quitte Saint-Nazaire en compagnie du Painlevé avec lequel il rallie Brest le lendemain 27 avril pour effectuer les essais officiels qui ont lieu du 30 avril au 14 mai et du 1er juin au 8 juillet.

Durant le passage au bassin du porte-avions Painlevé du 15 au 31 mai, l’Intrépide sort pour entrainement au combat antisurface du 17 au 25 mai, rentrant à Brest le lendemain 26 mai.

L’Intrépide quitte Brest en compagnie du porte-avions Painlevé pour la traversée de longue durée du sister-ship du Joffre le 15 juillet 1944, les deux navires faisant escale à Fort de France le 20 juillet, est à Kingston du 22 au 24 juillet, Panama du 25 au 27 juillet, Corpus Christi du 30 juillet au 2 août,  La Nouvelle Orléans du 4 au 8 août, à Miami du 10 au 13 août avant de mettre cap sur Brest où il arrive le 18 août.

L’Intrépide est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 20 août au 4 septembre, sortant pour essais du 5 au 7 septembre avant de participer aux essais à la mer du porte-avions (qui venait de subir une période de démontages et de modifications) du 13 au 17 septembre 1944 avant de l’escorter durant l’exercice «Prométhée» du 20 septembre au 15 octobre 1944.

Du 24 octobre au 8 novembre 1944, l’Intrépide sort en compagnie du Téméraire et du porte-avions Painlevé qui dispose désormais de deux torpilleurs d’escorte.

Du 5 au 17 février 1945, le porte-avions Painlevé est indisponible suite à une avarie de ligne d’arbre ce qui permet à l’Intrépide et au Téméraire de sortir seuls pour entrainement du 7 au 15 février, rentrant à Brest le lendemain pour participer ensuite aux essais du porte-avions (19 au 21 février).

L’Intrépide et le Téméraire vont assurer la protection du porte-avions Painlevé jusqu’au 18 mars 1945 quand leurs sister-ship Arquebuse et Cimeterre mis en service deux jours plus tôt prennent le relais, permettant à leurs deux ainés de subir leur premier grand carénage.

L’Intrépide débarque ses munitions et vidange ses soutes avant d’être échoué dans le bassin Tourville du 21 mars au 5 mai 1945.

Il y subit une remise en état complète (coque et superstructures, appareil propulsif et évaporatoire, changement des hélices) et une modernisation de ses capacités militaires avec l’embarquement d’un Asdic plus moderne que celui installé d’origine ainsi que d’une série de radars : un radar de veille combinée, un radar de navigation et un radar de conduite de tir.

Au niveau de l’armement, la DCA légère est modernisée et augmentée avec à la sortie du carénage dix canons de 37mm Schneider modèle 1941 en cinq affûts doubles modèle 1943 tandis au niveau ASM, des grenades plus légères (et donc plus nombreuses) sont embarquées.

Armé pour essais le 12 mai 1945, l’Intrépide sort pour essais du 13 au 16 mai puis pour remise en condition du 18 mai au 2 juin, rentrant à Brest le lendemain 3 juin 1945.

L’Intrépide sort à nouveau pour entrainement à partir du 10 juin quand il franchit le goulet séparant la rade de Brest de la haute mer pour entamer une école à feux qui s’achève le 17 juin quand le torpilleur fait escale à Saint-Malo. Il reprend la mer le 25 juin pour un exercice de défense aérienne à la mer qui l’occupe jusqu’au 4 juillet, rentrant à Brest le lendemain.

L’Intrépide participe ensuite aux essais (13 au 16 juillet) et à la remise en condition (18 juillet au 4 août) du Téméraire, les deux torpilleurs rentrant à Brest le lendemain 5 août 1945.

Le 14 août, l’Intrépide et le Téméraire quittent Brest pour un entrainement en commun. Après une école à feux du 14 au 21 août, les deux torpilleurs effectuant une escale à Saint-Malo du 22 au 25 août avant un entrainement à la défense aérienne à la mer du 26 août au 2 septembre, l’Intrépide et le Téméraire faisant ensuite escale à Rouen du 3 au 6 septembre, au Havre du 7 au 11 septembre avant d’arriver à Dunkerque le 13 septembre à l’aube.

Du 14 au 21 septembre 1945, les deux torpilleurs d’escadre effectuent un exercice commun avec les torpilleurs légers de la 5ème DT, les six navires faisant escale à Anvers du 22 au 25 septembre, à Douvres du 26 au 30 septembre avant de se séparer, les torpilleurs d’escadre ralliant Brest le 1er octobre 1945.

L’Intrépide et le Téméraire sortent à nouveau pour entrainement le 10 octobre, effectuant une école à feux du 10 au 17 octobre, école à feux qui est suivie par une escale à Saint-Nazaire du 18 au 21 octobre et par un entrainement au combat antisurface du 22 au 28 octobre.

Après une escale à Royan du 29 octobre au 2 novembre, l’Intrépide et le Téméraire subissent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 3 au 10 novembre, faisant escale à Hendaye du 11 au 15 novembre puis effectuant un entrainement anti-sous-marin avec comme plastron le sous-marin Rolland Morillot (16 au 23 novembre), les trois navires faisant escale à Lorient du 24 au 27 novembre avant de rallier Brest le lendemain.

Les deux torpilleurs d’escadre sortent à nouveau pour entrainement du 5 au 15 décembre pour un entrainement au combat antisurface, l’Intrépide et le Téméraire s’affrontant dans une série de duels singuliers. Après une escale à Lorient du 16 au 18 décembre, les deux navires effectuent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 19 au 26 décembre, rentrant à Brest le lendemain.

Après une période d’entretien à flot du 2 au 17 janvier 1946, l’Intrépide et le Téméraire sortent pour essais du 18 au 20 janvier puis pour remise en condition du 22 janvier au 2 février, les deux torpilleurs d’escadre faisant escale à Nantes du 3 au 8 février, à La Pallice du 9 au 12 février, à Bordeaux du 14 au 18 février et à Biaritz du 19 au 23 février avant de rentrer à Brest le 24 février 1946.

Le 3 mars 1946, l’Intrépide quitte Brest en compagnie du Téméraire pour une nouvelle sortie d’entrainement qui commence par une école à feux du 3 au 11 mars, se poursuit par une escale à Lorient du 12 au 17 mars, un entrainement au combat antisurface du 18 au 27 mars, une escale à Quimper du 28 mars au 1er avril et se termine par un retour à Brest le 2 avril 1946.

Le 8 avril 1946 arrive à Brest une escadre britannique destinée à l’exercice «Entente Cordiale 1946», escadre composée du cuirassé Howe, du croiseur lourd Kent, des croiseurs légers antiaériens Dido et Bellona, de six destroyers et de trois sous-marins.

La Flotte de l’Atlantique engage elle le porte-avions Painlevé le cuirassé Gascogne, le croiseur lourd Foch, les contre-torpilleurs de la 3ème DCT (Bugeaud du Chayla Dupetit-Thouars classe Bayard), six torpilleurs d’escadre (Arquebuse Cimeterre Durandal Dague Intrépide et Téméraire), et quatre sous-marins.

Après un exercice ASM le 10 avril, les navires français et britanniques se livrent à un entrainement aéronaval les 12 et 13 avril suivit d’un exercice de défense aérienne à la mer les 14 et 15 avril. Le 17 avril, les deux forces navales appareillent pour Rufisque afin d’effectuer une école à feu commune. Les deux escadres sont rassemblées dans la rade de Brest avant d’appareiller sans les sous-marins qui restent à Brest.

Ces deux forces vont manoeuvrer ensemble durant le transit jusqu’à Dakar où elles arrivent le 22 avril. Le groupe Gascogne est le premier à utiliser les installations du polygone de Rufisque du 23 avril au 14 mai avant de laisser la place au groupe Howe du 15 au 31 mai, le groupe Gascogne durant ce laps de temps manœuvrant entre Dakar et Port-Etienne.

Les deux forces navales appareillent le 2 juin, font route ensemble jusqu’aux atterrages immédiats de Brest où les navires anglais quittent leurs homologues français et rentrent dans leurs ports respectifs, les navires français retrouvant la Rade-Abri le 7 juin 1946.

L’Intrépide et le Téméraire sortent à nouveau pour entrainement à partir du 14 juin, effectuant une école à feux du 14 au 20 juin puis un entrainement au combat antisurface du 22 juin au 2 juillet, les deux torpilleurs d’escadre rentrant à Brest le lendemain 3 juillet 1946.

L’Intrépide est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 4 au 25 juillet, sortant pour essais du 26 au 28 juillet puis pour remise en condition du 30 juillet au 14 août, rentrant à Brest le lendemain. Il participe ensuite aux essais (17 au 19 août) et à la remise en condition (21 août au 3 septembre) de son compère le Téméraire.

L’Intrépide et le Téméraire sortent pour entrainement du 10 au 17 septembre avant de participer aux essais et à la remise en condition du cuirassé Lorraine du 21 septembre au 5 novembre.

Le cuirassé et ses deux torpilleurs d’escorte effectuent ensuite une école à feux au polygone de Rufisque du 12 au 27 novembre, rentrant à Brest le 3 décembre 1946, deux jours avant la remise en service officielle du cuirassé.

Les torpilleurs L’Intrépide et le Téméraire sont indisponibles en compagnie du Lorraine du 10 juin au 2 juillet, les trois navires sortant pour essais du 4 au 7 juillet puis pour remise en condition du 9 au 24 juillet, faisant escale à Cherbourg du 25 au 30 juillet et au Havre du 31 juillet au 5 août, rentrant le lendemain 6 août 1947 à Brest.

Après avoir participé à l’exercice «Entente Cordiale 1948» du 5 au 10 mai 1948, l’Intrépide va subir un grand carénage, étant échoué pour remise en état dans le bassin Tourville du 17 mai au 21 juin 1948, sortant ensuite pour essais du 22 au 25 juin puis pour remise en condition du 27 juin au 11 juillet 1948.

Après un exercice commun avec le cuirassé Lorraine et le porte-avions Painlevé du 15 au 27 juillet, l’Intrépide et le Téméraire quittent Brest le 3 août pour un entrainement au polygone de Rufisque et dans les environs de Dakar du 9 au 23 août en compagnie du Lorraine, du Painlevé et du PRE La Seine, les sept navires rentrant à Brest le 30 août 1948.

Après une sortie d’entrainement avec le cuirassé Lorraine du 1er au 4 septembre, les torpilleurs L’Intrépide et le Téméraire qui devaient sortir à nouveau avec le Lorraine et le Painlevé se préparent aux opérations de guerre dès l’annonce des bombardements allemands sur la Norvège et le Danemark.