Mitteleuropa Balkans (39) Bulgarie (3)

De la domination ottomane à l’indépendance

La Bulgarie ottomane

Carte de l’Empire ottoman en 1830.

La Bulgarie annexée à l’Empire ottoman, formant une province administrée directement par les sultans en raison de sa position stratégique. La question religieuse est gérée par le patriarcat de Constantinople. Le mot Bulgarie disparaît est remplacé par le terme Roumélie («pays des Romains»).

Un système féodal strict est mis en place tout comme un système de colonisation et d’islamisation.

Cela passe par le statut de dhimmi (inférieur) pour les non-musulmans, la mise en place du statut du millet (tous les chrétiens sous une seule autorité pour effacer toute solidarité nationale), une forte pression fiscale (double capitation [de capita tête ce qui signifie que les chrétiens payent deux fois un impôt individuel]) et enfin le système du devchirme, l’enlèvement de jeunes chrétiens pour les convertir à l’islam et les transformer en janissaires.

Cette domination connait une forte résistance des bulgares avec plusieurs révoltes notamment en 1565 (Prilep) en 1575 (Ohrid), en 1590 (Kysustendil), en 1595 (Razzgrad), en 1686, en 1688 (révolte catholique) et en 1689 (Macédoine). Cela passe également par l’action des Haïduk, des bandits de grand chemin entourés d’une aura romantique un peu à l’instar des bandits d’honneur corses.

En 1774 le traité de Kücük-Kaynarca qui met fin à une nouvelle guerre russo-ottomane autorise la Russie à interférer dans les affaires ottomanes en tant que protecteur des sujets chrétiens de la Sublime Porte.

Jusqu’aux années 1820 la résistance chrétienne est multinationale mais suite notamment à l’indépendance grecque on assiste à une séparation. C’est un processus long et lent qui voit une orientation moins religieuse et plus nationale.

Après la fin de la guerre de Crimée et jusqu’à l’autonomie de la Bulgarie (de jure mais de facto indépendance) les mouvements se séparent et s’affrontent mêmes entre-eux, le début du «baril de poudre balkanique» qui allait provoquer la première déflagration mondiale.

Révolte, guerre russo-ottomane et «indépendance»

En cette fin de 19ème siècle l’empire ottoman est clairement sur le déclin. Ce déclin à été amorcé dès le 18ème siècle voir même la fin du siècle précédent. C’est clairement «l’homme malade de l’Europe».

En 1875 la Bosnie-Herzégovine se révolte suivie un an plus tard en avril 1876 (calendrier julien) de la Bulgarie. Cette révolte va être écrasée en mai par l’armée ottomane et par des irréguliers ottomans les Bachi-Bazouk. Les atrocités sont telles qu’elles indignent l’opinion publique européenne, une opinion choquée et outrée par de telles exactions.

Cette révolte est la conséquence de la réemergence de la conscience nationale bulgare. En novembre 1875 le Comité Central Révolutionnaire Bulgare décide de lancer une révolte armée, estimant la situation mure pour cela.

Le territoire appelé à soulever est divisé en cinq districts : Vratsa, Veliko Tarnovo, Sliven, Plovdiv et Sofia.

Cette révolte éclate le 20 avril 1876 (2 mai au calendrier grégorien) mais son impact est minoré par un coup de filet lancé par la police ottomane prévenue par un délégué qui avait été retourné. La dite révolte est donc loin d’être homogène avec des zones qui échappent totalement au contrôle ottoman et des régions où la révolte fait long feu.

La question des musulmans fait débat. On décide de ne s’attaquer qu’à ceux armés et belliqueux et de protégés seront qui resteront pacifiques. Bien entendu ça c’est sur le papier mais dans la pratique on efface pas comme ça plusieurs siècles de haine et de resentiments.

Le 25 avril 1876 débute la répression ottomane. Elle est sévère et implacable, les combattants comme les civils sont massacrés. A la mi-mai (fin mai calendrier grégorien) la révolte est écrasée.

Le nombre de victimes est incertain variant entre 12 et 30000 morts. En Grande-Bretagne cette révolte entraine une passe d’arme en deux des grands leaders politiques britanniques de l’époque le libéral Gladstone et le conservateur Disraeli. Le premier dans l’opposition reproche la non intervention au second au pouvoir.

Il faut dire qu’à l’époque la Grande-Bretagne soutien clairement l’empire ottoman pour éviter que la Russie n’accède aux mers chaudes. Ne pas oublier que nous sommes à peine vingt ans après la fin de la guerre de Crimée où l’intervention franco-britannico-turc était destinée à empêcher la Russie de Nicolas 1er de prendre trop ses aises dans les Balkans et d’accéder à la Méditerranée.

Presque un an après la révolte éclate une nouvelle guerre russo-ottomane, un conflit qui va durer du 24 avril 1877 au 3 mars 1878 (calendrier grégorien). Ce conflit dépasse le simple cadre bulgare puisque des opérations vont avoir lieu dans les Balkans mais aussi dans le Caucase.

La Russie va s’allier à la Roumanie, la Serbie, le Monténégro et une légion bulgare face aux ottomans qui vont s’appuyer sur des irréguliers tchétchènes, daghestanais, abbkazes mais aussi une légion polonaise.

Les russes déploient 185000 soldats sur le Danube plus 75000 dans le Caucase soit 260000 hommes en quatre corps d’armée. En face on trouve 281000 soldats ottomans (211000 dans les Balkans et 70000 dans le Caucase).

Sur le plan de l’équipement, les ottomans sont mieux armés, mieux équipés mais ces qualités sont obérées par une stratégie défensive et la nécessité de disperser les effectifs entre troupes de forteresse et troupes de manœuvre.

Les pertes vont être élevées et plus de maladie qu’au combat, une constante de la guerre jusqu’au premier conflit mondial où le traitement sanitaire à fait d’immenses progrès.

Les russes ont perdu entre 15567 et 34742 tués au combat, 81166 morts de maladies, 56652 bléssés dont 1713 succomberont des suites de leurs blessures.

Les roumains ont eux 4302 tués et disparus, 3316 blessés et 19904 malades. Les bulgares ont eu 2456 tués et blessés, les serbes et les monténégrins ont eu 2400 morts et blessés alors que l’empire ottoman ont eu environement 30000 tués et 60 à 90000 morts des suites de leurs blessures et de maladie.

Auparavant (30 juin 1876) la Serbie et le Monténégro étaient entrés en guerre contre l’empire ottoman. Les serbes aidés par les volontaires russes sont cependant incapables de réaliser l’offensive prévue mais empêchent les troupes de la Sublime Porte d’envahir la Serbie.

A la même époque la Russie et l’Autriche-Hongrie négocie pour préserver leurs intérêts mutuels. La Russie soutiendra l’Autriche-Hongrie pour lui permettre d’acquérir la Bosnie-Herzégovine en échange du soutien de Vienne pour récupérer la Bessarabie du Sud (perdue durant la guerre de Crimée) et l’annexion de Batum. La Bulgarie deviendrait autonome selon les austro-hongrois mais indépendante selon les russes.

Le 31 octobre 1876 l’Empire ottoman accepte les conditions de la Russie pour stopper sa guerre contre la Serbie.

Le 11 décembre 1876 les consuls des grandes puissances (Grande-Bretagne, Russie, Allemagne, Autriche-Hongrie et Italie) se réunissent à Constantinople.

Ils exigent des réformes politiques ce que ne peut empêcher la Sublime Porte qui décide de couper l’herbe sous le pied des grandes puissances en mettant en place une constitution. Les puissances occidentales restent sur leurs positions.

Le 15 janvier 1877 un accord est signé entre Vienne et Saint-Pétersbourg. Tout est en place pour une guerre entre l’empire russe et l’empire ottoman.

Les russes déclarent la guerre aux turcs le 24 avril 1877. Ils entrent en Roumanie suite à un accord signé le 12 avril. Le 10 mai 1877 la Roumanie déclare la guerre à l’Empire ottoman. Les russes et les roumains coulent tous les navires ennemis dans le Danube et minent le fleuve.

Le 25 et le 26 mai 1877 un torpilleur roumain avec un équipage mixte roumano-russe coule un monitor ottoman. Dans la nuit du 27 au 28 mai un pont de bateau est construit sur le Danube à Svishtov.

Le 26 juin ils franchissent le fleuve près du delta à Galati et à Simnitza puis progresse vers Ruschuk. Ils réduisent la forteresse de Svitstov et progressent vers Nikopol.

Le 12 juillet 1877 ils remportent la bataille d’Elena puis celle de Nikopol quatre jours plus tard ce qui leur permet de faire mouvement en direction de la Bulgarie. Le 17 juillet les russes remportent une première bataille près de la passe de Shipka.

Le 19 juillet 1877 les ottomans s’installent à Plevna avec 15000 hommes pour bloquer l’avancée russe. Ces derniers envoient seulement 9000 hommes contre la ville. Deux assauts sont repoussés (respectivement les 20 et 31 juillet) mais les ottomans ne lancent aucune contre-offensive. Sans doute qu’une opération de ce type aurait mis les russes en grande difficulté et aurait peut être permis aux turcs de détruit le pont de bateau sur le Danube.

Le 9 août 1877 les bulgares remportent une victoire majeure à Skipka en empêchant l’arrivée de renforts ottomans à Plevna.

Après trois jours de combats, les volontaires de la légion bulgare sont relevés par des troupes russes, les ottomans étant obligés de se replier.

Au même moment les roumains franchissent le Danube et vont renforcer les troupes russes au siège de Plevna. Le 21 août une nouvelle attaque ottomane est repoussée mais le 11 septembre 1877 lors de la bataille de Lovcha, les ottomans repoussent une attaque russe.

Le 13 septembre à lieu la troisième bataille de la passe Shipka qui se termine par une victoire russe , les troupes ottomanes étant repoussées. Le 24 octobre à lieu la bataille de Gorni Dubnik au cours de laquelle les russes capturent la redoute défendant les voies de communication ravitaillant la ville assiégée.

Le siège va durer jusqu’en décembre 1877. Dans la nuit du 9 au 10 la garnison ottomane tente une sortie mais c’est un échec. Le lendemain la ville rend. Si le chef est bien traité, nombre de prisonniers meurent de froid lors de leur transit en direction des camps destinés à les abriter. Les blessés intransportables sont massacrés par les bulgares. Cette victoire de Plevna pousse la Serbie à rentrer en guerre pour prendre sa revanche sur le conflit de l’année dernière.

Le siège de Plevna n’est pas le seul événement de cette guerre. Le 25 août 1877 sur le front caucasien la bataille de Kizil Tepe se termine par une victoire ottomane qui empêche les russes de mettre le siège à Kars.

Du 2 au 4 octobre à lieu la bataille de Yahni où les russes sont battus par les ottomans même si la victoire turque est loin d’être conclusive. Du 12 au 15 octobre, l’armée ottomane dirigée par Hadji Resit Pasha se rend aux russes. Le 4 novembre 1877 les russes remportent la bataille de Deve Boyun mais les 8 et 9 novembre ils échouent à s’emparer de la ville d’Erzurum. Le 17 novembre 1877 les russes s’emparent de la forteresse de Kars dans le Caucase.

Les 4 et 14 décembre 1877 ont lieu deux nouvelles batailles à Elena, la première se termina par une victoire ottomane et la seconde par une victoire russe. Le 31 décembre 1877 à lieu la bataille de Tashkessen, les ottomans remportent une victoire tactique qui permet de couvrir la retraite générale.

Le 4 janvier 1878 la ville de Sofia est prise et le lendemain la quatrième bataille de la passe Shipka est une nouvelle victoire russe. La dernière bataille à lieu à Philippopolis le 17 janvier 1878, l’avancée russe menaçant Constantinople.

Le 31 janvier 1878 sous la pression des britanniques qui envoient une flotte pour montrer les dents, les russes acceptent la trève proposée par les ottomans. Pour être en meilleure position lors des futures négociations de paix, les mouvements se poursuivent un temps.

Le 3 mars 1878 le traité de San Stefano (dans la banlieue de Constantinople et non comme en Italie comme on pourrait le croire) met fin à ce conflit. Une grande principauté de Bulgarie autonome voit le jour. Cette principauté dont le prince doit être choisit par la Russie regroupe quasiment tous les bulgarophones de la région. La Bosnie-Herzégovine est autonome tandis que la Serbie, le Monténégro et la Roumanie reçoivent eux aussi des territoires, réduisant la Turquie d’Europe à fort peu de choses. La Russie devait s’agrandir dans le Caucase.

La Grande-Bretagne et l’Autriche-Hongrie s’opposent à ce traité qui favorise beaucoup trop les intérêts russes. Cette opposition s’explique pour les austro-hongrois par le fait qu’une poussée russe allait contre leurs intérêts et que pour les britanniques obsédés par l’équilibre des puissances en Europe ne voulait pas voir les russes capables de réaliser le projet de Catherine II de renaissance de l’empire byzantin.

Un congrès international se réunit à Berlin le 13 juillet 1878. la Bulgarie n’est plus une mais duale avec deux principautés qui ne seront réunies qu’en 1885, l’indépendance n’étant reconnue qu’en 1908 même si dans les faits l’autonomie était très large.

Le territoire bulgare était réduite à un territoire entre le Danube et le Gran Balkan. Elle reste vassale du Sultan tandis que la Roumélie orientale reste ottomane. La Sublime Porte conserve la Macédoine, l’Albanie, la Thessalie et la Thrace.

La Bosnie-Herzégovine et le Sandjak de Novi-Pazar restent nominalement aux mains des ottomans mais l’administration est assurée par l’Autriche-Hongrie.

Le rêve des frontières du traité de San Stefano vont devenir le moteur de la diplomatie bulgare ce qui expliquera son engagement dans les deux conflits mondiaux.

Scandinavie (74) Finlande (12)

ARMEE DE TERRE

Une histoire militaire de la Finlande

Les origines

Comme nous l’avons à propos de l’histoire générale, la langue finnoise n’à été mise à l’écrit qu’à partir du 16ème siècle. L’histoire antérieure est donc lacunaire et l’histoire militaire n’échappe pas à la règle.

Lire la suite

Scandinavie (70) Finlande (8)

MARINE FINLANDAISE (SUOMEN MERIVOIMAT)

Suomen Merivoimat

Histoire

Des origines à la deuxième guerre mondiale

La marine finlandaise est née en 1918 mais ses origines, ses traditions sont plus anciennes. En effet durant la période suédoise de l’histoire finlandaise il existait aux côtés de la marine suédoise une deuxième marine très dépendante de l’armée de terre en l’occurrence l’Armens Flotta ou flotte de l’Armée.

Lire la suite

Dominions (20) Canada (20)

ROYAL CANADIAN ARMY (RCA) ARMEE ROYALE CANADIENNE

Une histoire militaire du Canada

Quelques considérations préliminaires

Coloniser un territoire c’est une action qui n’est pas à la portée du premier venu. Il faut une dose de courage voir d’inconscience pour se lancer dans une telle épreuve. Même quand la décision est prise, il faut un temps d’adaptation.

Lire la suite

URSS (57) Armée de Terre (5)

Les guerres russes du XIXème siècle

Depuis le début des années 1820, les grecs se sont révoltés contre leurs maîtres ottomans. La cause hellénique est à la mode, la bonne société européenne en plein romantisme se prenant de passion pour les rebelles grecs.

Lire la suite

URSS (53) Armée de Terre (1)

ARMEE DE TERRE (ARMEE ROUGE)

Avant-propos

Si l’Armée Rouge à acquis un statut mythique lié en partie à une propagande habile, l’histoire militaire russe n’à pas commencé en 1917.

800px-Alexander-Nevski-cathedral-icon.JPG

Icone représentant Aleksandr Nevski 

Elle est bien plus ancienne et bien plus riche qu’il s’agisse des exploits d’Alexandre Nevski contre les chevaliers teutoniques, des conquêtes d’Ivan le Terrible, des guerres de Pierre le Grand contre Charles XII, des conquêtes de la Grande Catherine, du rôle crucial de la Russie dans la défaite de Napoléon 1er («le général Hiver»), de la guerre de Crimée, des guerres balkaniques en attendant bien entendu les deux guerres mondiales.

Lire la suite

URSS (48) Bases Navales (3)

Flotte du Pacifique

Base sous-marine de Rybachi

Implantée dans la ville de Villoutchinsk, à 25km au sud-ouest de Petropavlosk-Kamtchatski, elle à été inaugurée en 1937. Elle regroupe tous les sous-marins de la flotte du Pacifique pour faciliter l’entretien, la logistique mais aussi le secret, obsession du régime stalinien.

Lire la suite

URSS (47) Bases Navales (2)

Flotte de la Mer Noire

Odessa

Située dans l’ouest de l’Ukraine, Odessa doit sa richesse à son ouverture sur la mer Noire et ce depuis sa création par Catherine II en 1794. C’est même un port franc de 1819 à 1859.

Lire la suite

URSS (46) Bases Navales (1)

BASES NAVALES

Avant-propos

Alfred T. Mahan

le théoricien américain Alfred T. Mahan

En 1890, un officier et professeur américain Alfred T. Mahan publia son œuvre majeure «The influence of Sea Power upon History 1660-1783», œuvre qui allait influencer jusqu’à nos jours la politique navale américaine.

Lire la suite

URSS (15) Marine (1)

HISTOIRE DE LA MARINE RUSSE

Avant-propos

Chers lecteurs vous commencez à me connaître et comme le grand historien Fernand Braudel il me semble toujours utile de privilégier le temps long, d’éviter de rester au niveau de l’écume des choses et comme pour le tome précédent concernant l’Italie je vais essayer d’écrire une histoire maritime de la Russie.

Lire la suite