Japon (61) Armée de Terre (1)

ARMEE DE TERRE

Une histoire de l’armée de terre japonaise

Les origines

En 1853, le commodore Perry force l’entrée de la baie d’Edo et oblige le Japon replié sur lui même à s’ouvrir à l’occident et notamment au commerce. Ce contact musclé impose au Japon de choisir entre deux voies : une décadence à la chinoise ou une résistance ferme à l’impérialisme occidental.

Lire la suite

Publicités

Japon (17) Cuirassés et Croiseurs de bataille (1)

CUIRASSES ET CROISEURS DE BATAILLE

Avant-propos

Les origines……

En 1866, treize ans après l’irruption en baie d’Edo (futur Tokyo) de l’escadre du commodore Perry, le Japon fait sa mue, en décidant de s’ouvrir au monde après deux siècles de fermeture aux influences extérieures.

Lire la suite

Japon (6) Géopolitique (1)

GEOPOLITIQUE DU JAPON

Avant-Propos

En septembre 1948, quand le second conflit mondial éclate en Europe, le Japon est la puissance majeure en Asie du Nord-Est et même en Asie en général.

Lire la suite

Japon (2) Histoire (1)

HISTOIRE DU JAPON

klett-perthes_bestnr-5X3071.jpg

 

Avant-Propos

Dans cette première partie, je vais aborder l’histoire du Japon. Bien évidement il ne s’agit pas de réaliser une thèse sur l’histoire de l’archipel mais de poser les bases de ma future uchronie.

Je ne vais donc que survoler l’histoire ancienne, médievale et moderne du Japon jusqu’au début de l’ère Meiji qui voit l’empire du soleil levant entrer dans le monde moderne, conciliant croyances et valeurs traditionnelles avec les technologies occidentales, permettant au Japon de ne pas subir le sort de la Chine qui forcée de s’ouvrir après des siècles de splendide isolement va se retrouver incapable de faire face aux pays occidentaux.

La partie uchronique (1939-1950) sera un peu différente mais finalement assez proche de l’histoire telle que nous la connaissons puisque les fondements et les forces sont identiques à savoir un pouvoir divin représenté par l’empereur Hiro-Hito et une élite militariste ultra-nationaliste qui rêve de se tailler un empire colonial permettant au pays de devenir autosuffisant.

Même pour l’histoire du conflit dont j’esquisserai les lignes pour aller jusqu’à la capitulation de septembre 1954, le schéma sera semblable avec des conquêtes (relativement) rapides qu’il s’agisse de l’Indochine, de la Birmanie, de la Malaisie, de Singapour, des Indes Néerlandaises et des Philippines.

Là où il y aura un changement ce n’est pas sur l’opération de décapitation contre Pearl Harbor mais sur les cibles. Après avoir été stoppé dans les Salomons où la bataille de Guadalcanal sera tout aussi féroce qu’OTL, les japonais lanceront une ultime offensive stratégique contre La Nouvelle Calédonie en octobre 1951.

Son échec marque un tournant car l’avance nippone est définitivement stoppée. Il faudra encore presque trois ans pour que les américains et les alliés ne parviennent à libérer leurs territoires des griffes japonaises.

Les opérations seront donc davantage concentrées sur l’Asie du Sud-Est et moins dans le Pacifique où les opérations seront bien plus limitées (Carolines, Mariannes, Wake et Guam). Il y aura également contrairement à l’histoire canonique des opérations contre Formose, la Chine et la Corée (la spectaculaire opération Phenix).

Dans la phase initiale de mes travaux, j’ai été tenté de réaliser l’opération Downfall contre le Japon mais à la réflexion je me suis dit que ce ne serait pas crédible. Disposant de la bombe atomique, craignant des pertes très élevées, les américains ne vont pas risquer la perte de milliers de soldats et l’anéantissement complet d’un pays. Comme OTL, deux bombes atomiques vont précipiter la capitulation japonaise.

Bien évidemment certains critiques pourront me reprocher l’irréalisme de mon conflit et de mes choix. Je l’accepte bien volontiers mais mon uchronie est «pseudo-réaliste» avec un réalisme limité et des envies personnelles.

Des origines à la renaissance impériale, une histoire du Japon

Les origines lointaines, très lointaines

L’archipel japonais commence à être peuplé 30000 ans avant le début de notre ère, suivant un schéma comparable aux autres civilisations humaines.

Vers 400 a.C, apparaît la civilisation Yayoi, une civilisation très influencée par la Chine et la Corée qui importe au Japon la technique de la riziculture inondée.

A la différence d’autres régions, ce développement de la riziculture ne va pas de paire avec le développement de l’élevage. La cueillette, la chasse et la pêche sont toujours pratiqués. La développement de la culture favorise l’augmentation de la population dans le sud et l’ouest de l’archipel même si les principaux bassins de population sont situés dans le centre et le sud.

600000 habitants habitent au Japon au 1er siècle, un million vers l’an 200. La première forme d’état structurée est assez tardive puisqu’il faut attendre 250 p.C pour qu’une première forme d’état émerge, c’est l’ère Yamato qui s’étend jusqu’au début du VIIIème siècle (710).

Dès cette époque, la région du Kansai (région de Kyoto, d’Osaka) s’impose comme le centre politique, l’introduction du bouddhisme au VI ème siècle favorisant l’unification de l’archipel. Le bouddhisme cohabite avec le taoïsme et le confucianisme même si peu à peu la religion de Bouddha devient une quasi-religion d’Etat.

Dès 604 on cite l’existence d’une constitution en dix-sept articles. En 663, le «Japon» échoue dans une première tentative d’invasion de la péninsule coréenne, cette tentative n’empêche pas que de nombreux «immigrés» coréens s’installent sur l’archipel. C’est à cette époque que l’état japonais se forme progressivement

Du 8ème au 12ème siècle, une culture classique se développe, très influencée par la Chine et la Corée même si à partir du 10ème siècle, la culture japonaise s’émancipe peu à peu des modèles continentaux.

C’est à cette même époque que le pouvoir impérial fait face aux clans qui vont se partager le pouvoir, des famines touchent régulièrement le pays entrainant une insécurité endémique. En conséquence émerge une classe sociale de combattants les bushi.

Durant cette période de 400 ans appelée l’ère de Code (Ritsuryo). Cette période n’est pas uniforme puisqu’on peut la découper en trois périodes, la première de 750 à 850 voit la maison impériale encore dominante. Pour échapper à l’influence des moines bouddhistes de Nara, la capitale quitte cette ville pour Nagosha en 784 puis Kyoto dix ans plus tard.

De 850 à 1050, c’est la domination du clan Fujiwara. Le pouvoir impérial s’efface au profit d’un régent, régents qui se succèdent de manière héréditaire. D’autres clans contestent le pouvoir des Fujiwara jusqu’à aboutir à une guerre, la guerre de Genpei (1180-85).

Inévitablement ces conflits ont des conséquences sur la société et sur l’agriculture qui doit également faire face à une hausse des températures entre le milieu du 7ème siècle et le début du 12ème siècle.

On assiste à de nombreuses famines et à une contraction des surfaces agricoles. Pour éviter les conséquences terrifiantes de mauvaises cultures rizicoles, l’empire impose la mise en culture d’autres céréales.

Pour faire face aux famines, le pouvoir central livre du riz et des grains aux régions touchés, accorde des exceptions fiscales et organise des cérémonies religieuses. Ces famines entraînent une augmentation de la mortalité liées directement aux famines ou aux épidémies qui font des ravages sur des corps affaiblis. La fécondité baisse et la population stagne.

Sur le plan culturel, le Japon connait une véritable floraison culturel, fortement influencé par la Chine avec le bouddhisme qui évolue vers une forme de religion d’état. Au milieu du IXème siècle cependant, une culture originale émerge, culture qui associée à une langue nationale s’émancipe de la Chine.

Vers 900, une nouvelle classe de combattants émerge. Les bushi émergent pour faire face à l’augmentation de l’insécurité aussi bien dans les villes que dans les campagnes. A peu près à la même époque, on assiste à une proto-féodalisation du pays, de nombreux grands domaines exemptés d’impôts voient le jour ce qui entraine une chute des revenus impériaux.

Le Moyen-Age japonais (12ème-16ème siècle)

Le Moyen Age japonais commence à la fin du douzième siècle suite à la fin de la guerre de Genpei (1180-85). Cette guerre civile à opposé le clan Miramoto (Gen) et le clan Taira (Pei) pour le contrôle du trône impérial.

Le clan Miramoto l’emporte ce qui marque la fin de l’ère Heian et le début de la période Kamakura. Le cœur du pouvoir quitte la plaine du Kansai pour celle du Kanto, la région de Tokyo, ces deux régions luttant pour la suprématie sur l’ensemble de l’archipel.

Le shogunat détient la réalité du pouvoir, le trône impérial n’à qu’une fonction symbolique. En 1219, le trône impériale tente de renverser le shogunat mais échoue ce qui renforce la puissance du shogunat au détriment du trône.

De nombreuses institutions sont mises en place pour consolider l’emprise du shogunat sur le trône impérial.

Le shogunat des Hojo (clan Kamakura) bénéficie en 1272 de la division en deux branches de la dynastie impériale. Les tentatives d’invasion mongoles en 1274 et 1281 (avec l’épisode du kamikaze «vent divin») renforcent encore le pouvoir du shogunat.

Néanmoins, le manque de terres et de revenus rend le paiement des mercenaires difficile pour ne pas dire délicat. En 1318, un nouvel empereur (Go-Daigo) accède au trone, bien décidé à reprendre la réalité du pouvoir. Après deux tentatives infructueuses (1324 et 1331), le shogunat Hojo prend fin en 1333 après la guerre du Genko (1331-33). C’est la Restauration Kemmu.

Cette restauration du pouvoir impérial se double d’un brassage social et d’un essor économique, le shintoïsme et le bouddhisme connaissant un profond renouvellement. Le pouvoir féodal reste cependant instable avec de nouveaux conflits de pouvoir, le délitement de l’Etat central s’annonce déjà.

En 1335 éclate une nouvelle rébellion, la rébellion Nakasendai. Elle est réprimée par Askhikaga Takaugi qui se révolte l’année suivante contre l’empereur Go-Daigo qui doit s’exiler en 1336.

Remplacé par un nouvel empereur plus malléable, il ne renonce pas et ce sont deux cours impériales que se font face. Dès 1338, Ashikaga Takaugi prend le titre de shogun même si il faut attendre en 1392 pour que commence le deuxième shogunat. En 1397, l’empereur de Chine le reconnaît comme le «Roi du Japon». Il s’appuie à la fois sur la noblesse de cour et sur l’aristocratie guerrière.

Ce deuxième shogunat perd l’intégralité de sa substance en 1441 avec l’assassinat du dernier Ashigara. Il existe toujours un shogun à Kyoto mais la réalité du pouvoir repose sur des seigneurs et des potentats locaux qui se disputent entre eux quand ils ne doivent pas réprimer des révoltes locales notamment celles menées par des communautés paysannes qui n’hésitent pas à contester l’ordre social.

Sur le plan culturel, on assiste au brouillage des limites entre culture céleste et culture populaire, la période étant aussi marquée par l’émergence du théâtre No. Les échanges avec la Chine restent toujours aussi dynamiques. La population double quasiment en quatre siècles passant de 7 à 13 millions d’habitants.

Après 1550,un nouveau régime émerge avec trois hommes forts. Oda Nobunaga au pouvoir de 1560 à 1582, le général Toyotami Hideyoshi de 1560 à 1598 (qui lance une répression contre les chrétiens et subit deux échecs en Corée en 1592 et 1596) qui laisse un pays unifié (pays qui ne comporte pas encore Hokkaïdo) et enfin Le général Tokugawa Ieyasu lui succède et devient shogun en 1603. C’est le début de l’ère Edo.

De la période d’Edo au réveil de l’ère Meiji (1603-1868)

En 1603, c’est le début de la période Edo, période de plus de deux siècles puisqu’elle s’étend jusqu’en 1868, date à laquelle commence l’ère Meiji (éclairée).

Si à l’origine, le pays d’ouvre à l’étranger aux investissements comme à l’influence culturelle et religieuse, rapidement l’archipel se ferme aux européens ce qui ne l’empêche pas de connaître une phase d’essor démographique et économique de la fin du 16ème siècle au début du 18ème.

Parallèlement sur le plan culturel et idéologique, le Japon est profondément marqué par un néo-confucianisme qui rigidifie les structures sociales tout en permettant l’apparition de formes d’art parvenues jusqu’à nos jours comme le kabuki (théâtre japonais épique, très codifié) ou le haku, de petits poèmes courts pour ne pas dire minimalistes.

En 1605, le fils de Tokugawa Ieyasu devient shogun mais n’à aucun pouvoir effectif jusqu’à la mort de son père en 1616. Les grands féodaux sont mis au pas et reçoivent l’interdiction de rencontrer l’empereur.

Soixante-trois ans plus tôt en 1542 avait eu lieu les premiers contacts entre l’occident et le Japon, des contacts culturels, commerciaux et religieux puisqu’en 1549 les premiers missionnaires débarquent au pays pour évangéliser le Japon, le pays comptant 700000 chrétiens en 1605.

Le christianisme est d’abord vu favorablement car il permet de concurrencer le bouddhisme mais en 1613, il est interdit et vingt-cinq ans plus tard, il à disparu signe que les conversions étaient plutôt tièdes.

Ce revirement s’explique tout simplement par la crainte partagée en Asie comme en Europe que la division religieuse n’entraîne la division politique.

Un temps on encouragea le commerce avec l’étranger mais les conséquences économiques et politiques font que des mesures protectionnistes sont prises.

En 1635, les japonais ont interdiction de se rendre à l’étranger et quatre ans plus tard, en 1639 les portugais sont interdits, seuls les néerlandais sont autorisés à vivre et commercer au Japon. Le pays se ferme quasi-complètement à l’étranger.

Le pays s’etend avec la colonisation à partir de 1640 du sud de l’île d’Hokkaïdo. Entre 1651 et 1709, c’est l’apogée du régime Tokugawa.

Peu à peu le shogunat va s’enfoncer dans une crise politique et économique. La population stagne (entre 28 et 33 millions), des mauvaises récoltes entraînent des famines dévastatrices (1732, 1783 à 1787 et 1833 à 1839). On assiste néanmoins à un début d’industrialisation alors que fin 18ème, toute l’île d’Hokkaïdo est sous contrôle japonais pour empêcher une alliance entre la Russie et les Aïnous.

Les tensions avec l’Occident se multiplient et le Japon peut craindre de subir le même sort que la Chine. Heureusement pour le pays du soleil levant, quand le régime shogunal entrera en agonie (après 1850), les pays européens auront d’autres préoccupations.

Commodore Perry

Le Commodore Perry

En 1853, le commodore Perry arrive en baie d’Edo. Sa puissance de feu oblige le shogun à accepter l’ouverture du pays au commerce notamment américain. Des traités inégaux sont signés avec les pays occidentaux en 1858 sur le modèle chinois. Son auteur est assassiné en 1860.

C’est la fin du shogunat. Totalement discrédité par son incapacité à résoudre la crise politique et la crise économique, le shogun voit l’empereur privé depuis des siècles de tout pouvoir véritable devient le point de ralliement des mécontents.

Le dernier shogun Tokugawa abdique fin 1867 et le 3 janvier 1868 à lieu la restauration impériale mais il faudra attendre mai 1869 pour que les derniers partisans du shogunat acceptent de se rendre.

Meiji

L’empereur Mutsuhito connu ultérieurement sous le nom de Meiji (éclairé)

En 1868 avec l’arrivée de l’empereur Meiji au pouvoir, le Japon effectue une véritable mutation en s’ouvrant à nouveau à l’étranger mais à la différence de la Chine qui devient le jouet des puissances occidentales, le Japon va concilier (ou du moins tenter de le faire) les technologies modernes avec un substrat culturel et idéologique propre, lui permettant de ne pas subir les humiliations répétées de l’Empire du milieu.

Etats-Unis (5) US Navy (1)

UNE HISTOIRE DE LA MARINE AMERICAINE
Les prémices
La marine américaine est paradoxalement plus vieille que l’état dont elle assure la défense. Si les Etats-Unis d’Amérique naissent avec la déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776, la marine américaine connue sous le nom de Continental Navy voit le jour dès le 12 octobre 1775.
Cette marine est destinée à empêcher l’envoi par la Grande-Bretagne de renforts pour mater la rébellion. Il s’agit également de s’en prendre au commerce. En somme de frapper Londres où cela fait très mal.
Cette force est faite de navires britanniques capturés, de navires marchands armés. Point de guerre d’escadre mais une guerre de course.
Quand le conflit se termine, les seuls véritables navires de guerre sont deux frégates, deux bricks, deux sloops et deux goélettes, les autres navires étant des navires corsaires.
Suite au traité de Paris en novembre 1783, les relations entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne se normalisent rapidement et le Congrès continental qui à besoin de tous les fonds disponibles estime qu’une marine de guerre est superflue.
Les différents navires sont vendus à des armateurs privés et la Continental Navy disparaît le 1er août 1785 après seulement dix ans d’existence.
Seulement voilà un état possède des pouvoirs régaliens qu’il faut faire respecter. Parmi ces pouvoirs figurent les douanes. Or les américains habitués aux années de contrebande n’étaient guère pressés de respecter les droits de douane.

Pour mettre fin à cette anarchie qui fait désordre, décision est prise (4 août 1790) de créer un service naval qui allait devenir le United States Revenue Marine Service, l’ancêtre en ligne directe du United States Coast Guard. Ce service met en œuvre des cottres ou cutter et ce terme est toujours en usage de nos jours pour désigner les navires de haute-mer du corps des garde-côtes.

Dans ce dix-huitième siècle finissant, l’Afrique du Nord théoriquement sous souveraineté ottomane mais de faite indépendante est le siège de nombreux pirates. Si la France est surtout confrontée aux pirates algérois, les américains doivent ferrailler avec le bey de Tripoli.
Le besoin d’une marine de guerre permanente se fait sentir et le 27 mars 1794, le Congrès autorise l’achat ou la construction de six frégates dont l’USS Constitution toujours en service et pieusement conservée à Boston, trois étant armées de 36 canons et trois autres de 44 pièces.

La frégate USS Constitution en 2010

C’est l’acte de naissance de l’US Navy qui va peu à peu se structurer. En 1800, six arsenaux (Navy Yard) sont établis à Portsmouth, Boston, New-York, Philadelphie, Norfolk et Washington.
Sur ces six arsenaux historiques, seuls ceux de Portsmouth et de Norfolk sont encore actifs, les autres ayant été peu à peu fermés soit pour des raisons de surcapacité soit parce que les infrastructures n’étaient plus adaptées à l’entretien d’une marine moderne. A noter que le Washington Navy Yard à été reconverti comme centre administratif pour l’US Navy mais également pour des agences fédérales.
Si l’établissement d’un arsenal en Floride à Pensacola, le Pensacola Navy Yard en 1826 est important, plus important encore est la création de l’Académie Navale à Annapolis en 1845 où elle siège toujours aujourd’hui.
La jeune US Navy ne tarde pas à connaître l’odeur de la poudre avec la Quasi-Guerre entre les Etats-Unis et la France (1799-1800), les opérations de police contre le bey de Tripoli (1801-1805) et bien évidement la «deuxième guerre d’indépendance» entre 1812 et 1815.
La marine américaine se développe avec la construction de quatre vaisseaux de 74 canons et même d’un vaisseau de 136 canons construit entre 1821 et 1838.
En l’absence de conflits majeurs avec des nations majeures, l’US Navy mène une série d’opérations appartenant à la catégorie de la petite guerre pour reprendre la classification clausewitzienne à savoir la lutte contre la piraterie en Méditerranée et dans les Caraïbes, la lutte contre le trafic d’esclaves (assimilé à de la piraterie) mais également le soutien aux guerres indiennes sur les grands fleuves d’un pays absolument gigantesque aux infrastructures encore limitées, faisant du fluvial un moyen idéal pour le transport longue distance.
La guerre mexicano-américaine de 1846-1848 (13 mai 1846-2 février 1848) augmente significativement le territoire américain avec l’annexion de territoires qui allaient devenir les états de Californie, d’Arizona, du Nouveau-Mexique et du Nevada, le Texas les ayant précédés peu avant le début de ce conflit. Dès 1854, un arsenal est implanté sur la côte ouest, le Mare Island Navy Yard installé à San Pedro en Californie.

Le Commodore Perry

L’année précédente, le 8 juillet 1853, le commodore Perry avait forcé les portes du Japon pour ouvrir aux marchands américains de nouveaux débouchés. Les japonais hésitent entre la résistance et la soumission. L’exemple chinois les poussent à la résistance et une fois les forces réactionnaires écrasées, le nouvel empereur Mutsuhito lance la modernisation du pays à marche forcée, c’est le début de l’ère Meiji.
Parallèlement à ces grosses opérations, l’US Navy est engagée dans une multitude d’opérations pour protéger ses ressortissants des différentes menaces, une petite escadre, quelques Marines permettant généralement de ramener le calme.

La marine américaine et la guerre de Sécession (12 avril 1861-9 avril 1865)
Depuis le début de la décennie 1850, les tensions à propos de l’esclavage sont de plus en plus fortes, les compromis passés antérieurement sont peu à peu remis en question par les extrémistes des deux camps qu’ils soient esclavagistes ou abolitionnistes.
Chaque admission d’un nouvel état est l’objet d’une concurrence féroce pour l’imposer comme état libre ou esclavagiste. L’équilibre devient intenable et débouche sur le plus sanglant conflit de l’histoire des Etats-Unis, un conflit dont les stigmates sont encore présents aujourd’hui plus de 150 ans après la fin de la guerre.
Il n’est pas ici question de parler en détail de l’American Civil War appelée Guerre de Sécession en France mais de se concentrer sur le volet naval qui voit s’opposer l’US Navy et la Confederate State Navy, ces navires portant la marque CSS comme le plus célèbre d’entre-eux, le forceur de blocus CSS Alabama.
Quand le conflit éclate le 12 avril 1861 (bombardement de fort Sumter par la milice de Caroline du Sud), l’US Navy dispose de 44 navires, cinq vaisseaux à voile en réserve, huit frégates à voile, six frégates à hélice, trois corvettes à voile, quatre corvettes à roues (à aube), six corvettes à hélice, douze canonnières, trente unités de petite taille auxquelles il faut ajouter des stationnaires dispersés en Chine ou en Afrique pour protéger les ressortissants et le commerce.
Face à cette puissance, la marine confédérée fait feu de tous bois, mettant en œuvre treize navires aux performances variées ainsi que des forceurs de blocus dont le plus célèbre est bien évidement le CSS Alabama construit en Angleterre et qui sera coulé au large de Cherbourg par l’USS Kearsarge le 9 mars 1964.

Le sloop USS Kearsarge qui coula le CSS Alabama au large de Cherbourg

Dès le début du conflit, l’US Navy, la marine de l’Union assure un blocus des ports confédérés dans le cadre du plan Anaconda destiné à asphyxier la Confédération qui faute d’industrie dépend des exportations pour se procurer des devises (via le coton) et des importations pour les armes.
Les forceurs de blocus font ce qu’ils peuvent mais les mailles sont de plus en plus serrées et le temps va clairement jouer contre les sudistes qui comme jadis les spartiates vont avoir la hantise d’une révolte servile majeure.
Si la majorité des navires sont des voiliers, la vapeur est déjà présente. Ainsi le 8 mars 1862 à lieu au large d’Hampton Roads le premier combat entre cuirassés, le CSS Virginia opposé au USS Monitor, un combat qui restera indécis. Les premiers sous-marins sont également employés mais avec des résultats forts limités.
Les mines et les torpilles sont également employées même si à l’époque, elles se confondent. Ce n’est qu’avec l’apparition de la torpille automobile (Lupis/Whitehead) en 1868 que les deux armes vont prendre des trajectoires différentes.
Le volet naval de la guerre de Sécession c’est aussi la guerre fluviale notamment sur le Mississippi voie de communication royale pour l’Union qui en s’emparant de La Nouvelle-Orléans (avril 1862) puis de Mobile (mars 1864) asphyxie encore un peu plus la Confédération.
Quand le conflit se termine, l’US Navy à perdu 2260 hommes dont 148 marines mais aligne 671 navires dont une quarantaine de monitors, une quinzaine de frégates ou d’avisos à hélice et une bonne soixantaine de canonnières.
La New Navy
Bien évidement le conflit terminé, les effectifs et les moyens de l’US Navy chutent de manière importante. En dépit d’une volonté d’expansion commerciale, l’US Navy sombre dans une période de sous-investissement appelée par contraste avec la New Navy la Old Navy.
Chose impensable aujourd’hui mais en 1881, l’US Navy n’est que la douzième marine mondiale derrière la Chine, le Chili et le Danemark ! Si le premier cité dispose d’une marine plus que respectable, les deux derniers sont redevenus sur le plan naval en particulier et militaire en général des nains.
Un premier signal d’alerte avait été lancé en 1873 quand un incident avec l’Espagne avait montré l’inadaptation de l’US Navy à un conflit moderne. En dépit de cet incident qui faillit entraîner une guerre avec Madrid, la marine américaine ne sortit pas encore de sa léthargie.
Il faut attendre 1881 pour qu’un comité ne constate officiellement la décrépitude de la flotte. Deux ans plus tard, le 3 mars 1883 un Naval Act fait rentrer la marine américaine dans l’ère de la New Navy avec la commande de trois croiseurs, d’un aviso ainsi que l’abandon de l’entretien de quarante-six navires en bois.
La modernisation d’une flotte passant également par les infrastructures, un neuvième arsenal est implanté en 1891 à Bremerton (Etat de Washington) sous le nom de Puget Sound Navy Yard. Sept ans plus tôt, une base navale est implantée à Pearl Harbor aux îles Hawai, îles indépendantes mais pour encore peu de temps.
Les Etats-Unis commençant à rivaliser sur le plan économique avec l’Europe, l’US Navy commence à batir une flotte capable sinon de battre les puissances navales européennes du moins de faire peser une menace sur cette suprématie bien qu’on peut se demander si jusqu’en 1898, cette menace est vraiment prise au sérieux.
Il n’y à qu’à se rappeler les propos méprisants de Von Moltke sur la guerre de Sécession vue comme une bagarre d’amateurs alors qu’il annonçait les terribles guerres industrielles du 20ème siècle (cuirassés, sous-marins, rail, télégraphe….).

Epave du USS Maine. Son explosion (visiblement accidentelle) sert de prétexte à une guerre contre l’Espagne

Les cuirassés étant les maîtres étalons de la puissance navale, l’US Navy construit patiemment sa flotte, disposant en 1901 de onze cuirassés, un douzième, le Maine ayant sauté dans le port de La Havanne le 15 février 1898, le prétexte pour une guerre contre l’Espagne accusée d’avoir fait sauter le cuirassé alors qu’il semble que l’explosion soit interne et d’origine accidentelle.
La guerre hispano-américaine de 1898 est une véritable promenade de santé militaire pour les américains face à une Espagne qui s’enfonce dans le déclin et la décadence depuis la fin du 17ème siècle.
Les intellectuels de la «Génération 98» peuvent bien émettre un méprisant «Que inventen Ellos» (qu’ils inventent eux), force est de constater que l’Espagne est devenue une puissance secondaire, une puissance mineure dans le monde, Madrid perdant son empire colonial, ne conservant que des miettes en Afrique.

Théodore Roosevelt, Big Stick et Big Ships

Suite à l’assassinat de William McKinley en 1901,son vice-président Théodore Roosevelt accède à la présidence des Etats-Unis. Convaincu qu’une puissante marine est nécessaire pour accroître la puissance et le rayonnement des Etats-Unis, il va investir massivement dans les navires et les infrastructures, établissant deux nouveaux arsenaux à Charleston en Caroline du Sud et à Pearl Harbor.
C’est ainsi qu’entre 1902 et 1908, cinq classes de cuirassés sont construites : la classe Maine (Maine Missouri et Ohio) entrée en service entre 1902 et 1904, la classe Virginia (Virginia Nebraska Georgia New Jersey) entrée en service en 1906/07, la classe Connecticut (Connecticut, Lousiana Vermont Kansas Minnesota et New Hampshire) entrée en service entre 1906 et 1908 et la classe Mississippi (Mississippi et Idaho) entrée en service en 1908.
Ces cuirassés sont accompagnés de croiseurs (cuirassés et protégés) ainsi que de canonnières. Il est à noté la rareté des torpilleurs et des destroyers, leur taille réduite les rendant peu adaptés aux océans dans lesquels opèrent l’US Navy qui estime avoir besoin de navires plus gros.

Il faut néanmoins prouver au monde que la marine américaine est une marine puissante et efficace et pour cela, le président Roosevelt va impulser le premier tour du monde de l’US Navy connu sous le nom de «Grande Flotte Blanche» ou The Great White Fleet.
The Great White Fleet (1907-1909)
Cette opération d’une ampleur inédite à l’époque à un double rôle. Montrer la puissance nouvelle de l’US Navy mais également entrainer les équipages.
Du 16 décembre 1907 au 22 février 1909, la marine américaine impressionne les esprits en effectuant un tour du monde, exploit connu dans l’histoire sous le nom de «Great White Fleet» (la grande flotte blanche) en référence à la peinture employée à l’époque par l’US Navy : coque blanche et superstructure chamois .

Ce sont pas moins de 16 navires qui appareillent d’Hampton Roads le 16 décembre 1907 sous le commandement du contre-amiral Robert Evans repartis entre une première escadre (1ère division : Connecticut, Kansas, Vermont et Lousiana 2ème division : Georgia New Jersey, Rhode Island et Virginia) et une seconde escadre (3ème division : Minnesota, Maine, Missouri et Ohio 4ème division : Alabama, Illinois, Kearsarge et Kentucky) et accompagnés de six destroyers avec un ravitailleur et cinq autres auxiliaires. A part les Wisconsin et le Nebraska ce sont tous les cuirassés récents qui sont engagés dans cette opération.

Peu importe qu’à l’époque l’apparition du HMS Dreadnought ait rendu obsolètes ces navires, l’impact politique est fort. Le message est reçut fort et clair : L’US Navy n’est plus une marine secondaire que l’on peut regarder avec mépris et condescendance.

La flotte Blanche effectue une escale à Trinidad, à Rio de Janeiro, Punta Arenas (Chili), Callao (Pérou), Magdalena Bay (Mexique), la flotte arrivant à San Francisco le 6 mai 1908 où le Wisconsin va remplacer l’Alabama (problèmes de machines) et le Nebraska le Maine qui consomme beaucoup trop de charbon (la consommation atteint 1500 tonnes par jour !). Le contre-amiral Evans malade est remplacé par le contre-amiral Sperry qui commandait la 4ème division.

Les deux cuirassés remplacés vont rallier la côte est par leurs propres moyens passant par Honolulu, Manille,Singapour,Colombo,Suez,Naples et Gibraltar.

Quand au reste de la flotte après avoir multiplié sur les escales sur la côte ouest, elle appareille de San Francisco le 7 juillet sans les torpilleurs. Elle fait escale à Auckland, Sydney, Melbourne, Albany. Après une escale à Manille et à Yokohama, la 2ème escadre mouille à Amoy en Chine, le reste de la flotte retournant à Manille.

Quittant les Phillipines le 1er décembre 1908, la flotte fait escale à Colombo du 13 au 20 avant de mettre cap à l’est, franchissant le canal de Suez du 4 au 6 janvier 1909 avant de se disperser dans les différents ports de la Méditerranée (Athènes, Salonique, Smyrne, Naples, Messine, Tripoli, Alger), quelques navires participant aux secours suite au tremblement de terre de Messine survenu le 28 décembre 1908, les autres ralliant Marseille et Villefranche.

La flotte se rassemble à Gibraltar le 31 janvier 1909 pour se ravitailler, quittant le Rocher le 6 février pour rallier Hampton Roads le 22 février 1909, accueillis par le Maine, le New Hampshire, le Mississipi et l’Idaho peints en gris, couleur qui va remplacer le blanc et le chamois.