23-Armée de terre Ligne Maginot (21)

Secteur Fortifié de Maubeuge

Dependant lui aussi de la 1ère Armée, ce Secteur Fortifié devenu de mars à juillet 1940, la 101ème Division d’Infanterie de Forteresse (101ème DIF) à été l’objet de nombreux travaux.

Une première position CORF est établie dans la forêt de Mormal au sud de Maubeuge mais rapidement, un autre projet est établit pour fortifier les môles de Maubeuge et de Bavai mais la fortification ce dernir môle est reportée en troisième urgence.

L’«abandon» du môle de Bavai permet une reprise du projet de fortification de Maubeuge avec une vision nettement plus ambitieuse.

On prévoit pas moins de quatre ouvrages d’artillerie, deux petits ouvrages et une ligne de trente-six casemates. Malheureusement, cet ambitieux projet ne vit pas le jour, seuls furent construits quatre ouvrages d’infanterie implantés sur de vieux forts de la ceinture de Maubeuge et sept casemates.

A partir de 1937 et suite notamment au retour de la neutralité belge, le reste de la position est garnie de blocs type 1ère Région Militaire et quelques casemates type STG. Cette position est renforcée l’année suivante par une ligne d’arrêt à 1500m en arrière de la LPR avec des blocs type 1ère RM, STG ou FCR.

Durant la guerre de Pologne, la 101ème DIF alignait deux régiments d’infanterie de forteresse mais seul le 84ème RIF est maintenu en ligne après la démobilisation, le 87ème RIF mis en sommeil en septembre 1940 étant réactivé le 21 août 1948. Ces deux régiments sont complétés par le 1er bataillon de mitrailleurs et le 18ème régiment de travailleurs.

La 101ème DIF dissoute en juillet 1940 est réactivée le 1er septembre 1948 avec les régiments cités plus haut. Il est également prévu qu’elle prenne sous son aile les régiments de campagne qui seraient détachés à la défense de Maubeuge notamment en cas d’entrée en Belgique.

Le SF Maubeuge/101ème DIF est divisée en deux sous-secteurs, attribués chacun à l’un des deux régiments d’infanterie de forteresse, le sous-secteur Hainaut au 87ème RIF et le 84ème RIF au sous-secteur Thierache.

Sous-secteur Hainaut

La position de résistance est ici de type mixte avec à la fois des ouvrages CORF et des ouvrages que nous pourrions qualifier de campagne. Les premiers sont armés par les compagnies d’équipages d’ouvrages (103ème, 104ème et 105ème CEO) et les seconds doivent l’être par les troupes de campagne.

Les ouvrages CORF sont au nombre de cinq. La 105ème CEO arme les ouvrages des Sarts et d’Heronfontaine .

Cloche pour Arme Mixte

Cloche pour Arme Mixte

Le premier nommé dispose de deux blocs, le bloc 1 est un casemate simple flanquant vers l’ouest avec un créneau jumelage de mitrailleuses/canon antichar de 47mm, un créneau pour un jumelage de mitrailleuses, une cloche pour armes mixtes et deux cloches, une cloche GFM type B et une cloche lance-grenades. Le bloc 2 dispose en 1939-40 d’une tourelle double pour deux armes mixtes, d’une cloche pour arme mixte et deux cloches GFM type B.

Les travaux complémentaires menés entre la Guerre de Pologne et la seconde guerre mondiale permette la réalisation des travaux prévus pour le deuxième cycle à savoir l’entrée mixte et deux tourelles de 75mm mais dans une version austère par rapport aux plans initiaux.

L’ouvrage d’Heronfontaine situé à l’ouest du premier nommé est un casemate simple flanquant vers l’est avec un créneau JM/AC 47, un créneau pour jumelage de mitrailleuses, deux cloches GFM type B, une cloche pour arme mixte et une tourelle combinant une arme mixte et un mortier de 50mm.

La 104ème CEO arme elle les ouvrages CORF de Crévecoeur et des Bersillies. Le premier est un casemate double disposant de deux créneaux JM/AC-47, deux créneaux pour JM, deux cloches GFM type B et une cloche AM.

Le second est un PO (Petit Ouvrage) d’infanterie à deux blocs. Le premier bloc est un casemate simple flanquant vers le nord avec un créneau JM/AC-47, un créneau pour un jumelage de mitrailleuses, une cloche pour armes mixtes, une cloche GFM type B et une cloche lance-grenades.

Le second bloc dispose d’une tourelle pour deux armes mixtes, deux cloches pour armes mixtes, deux cloches GFM type B.

La 103ème CEO n’arme qu’un ouvrage type CORF à savoir le PO de La Salmagne, un petit ouvrage d’infanterie à deux blocs, le premier bloc disposant d’une tourelle pour deux armes mixtes, de deux cloches pour armes mixtes, d’une cloche GFM type B et d’une cloche LG alors que le deuxième bloc, un casemate simple flanquant vers l’est dispose d’un créneau JM/AC 47, d’un créneau JM, de deux cloches GFM type B et d’une cloche LG.

Deux des trois compagnies d’ouvrage arment des ouvrages d’un autre type sur cette position de résistance en l’occurence deux ouvrages FCR pour la 105ème CEO et autant pour la 103ème.

La ligne d’arrêt doit être tenue elle par des troupes de campagne chargés de tenir les ouvrages construits entre La Warpe et l’est de Maubeuge. Ces trente-six ouvrages appartiennent aux types suivants :

-ouvrages type FCR : ils sont au nombre de six répartis entre deux blockhaus type A double et quatre blockhaus type B simples

-ouvrages type 1ère Région Militaire : ils sont au nombre de vingt-huit répartis entre les abris type N2g (3), type N2d (2 ) type N2a (2 ) des blockhaus type G1 avec cloche (7 ), des blockhaus type G1 sans cloche ( 7), des blockhaus type G2 avec cloche (1 ), des blockhaus type G2 sans cloche ( 4), des blockhaus type Gs flanquant à gauche (1) et des postes de tir type N ( 1)

-ouvrages type STG : ils ne sont que deux, le premier est un blockhaus type B flanquant à gauche et le second est un blockhaus type B simple flanquant à droite

La bretelle de la forêt de Mormal est composée uniquement d’ouvrages type CORF armés par les 6ème et 7ème compagnie du 87ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (87ème RIF). Il s’agit soit d’ouvrages simples flanquant vers l’est ou vers l’ouest ou de casemates doubles.

Canon antichar de 47mm en position. Le canon est mobile, pouvant être remplacé si nécessaire par un JM

Canon antichar de 47mm en position. Le canon est mobile, pouvant être remplacé si nécessaire par un JM

-Casemates simples flanquant vers l’est : ils sont au nombre de quatre armés d’un créneau combinant jumelage de mitrailleuses et canon antichar de 47mm, un créneau pour un jumelage de mitrailleuses et une cloche GFM. L’un de ces quatre, celui installée à Porquerie Est dispose d’un créneau JM tirant vers l’arrière.

-Casemates simples flanquant vers l’ouest : ils sont au nombre de six avec un créneau combinant jumelage de mitrailleuses et canon antichar de 47mm, un créneau JM ou une cloche JM modifiée AM et une ou deux cloches GFM. L’ouvrage de Porquerie Ouest dispose en plus d’un créneau JM tirant vers l’arrière.

-Les casemates doubles ne sont que trois et disposent tous de deux créneaux combinant un jumelage de mitrailleuses et un canon antichar de 47mm, un casemate double dispose d’un seul créneau JM mais les deux autres en possèdent deux. Deux d’entre-eux possèdent une cloche GFM et le troisième deux cloches GFM.

A ce dispositif de blockhaus assez puissants, on doit ajouter neuf observatoires.

Sous-Secteur Thierarche

Ce sous-secteur situé à l’est du précedent est la zone de responsabilité du 84ème RIF qui dispose des 101ème et 102ème Compagnies d’Equipages d’ouvrage (CEO) qui disposent des ouvrages suivants pour assurer leur mission. Ce sous-secteur s’étend de l’est de Maubeuge à Liesses.

-Deux ouvrages ne sont armés ni par la 101ème ni par la 102ème CEO, il s’agit de deux ouvrages type FCR, les ouvrages Bois d’Elsmes Nord et Le Warinet.

-La 102ème CEO doit armer un total de cinq ouvrages, deux type CORF et trois du type 1ère Région Militaire.

-L’ouvrage CORF du Boussois est un petit ouvrage d’infanterie à trois blocs, le bloc 1 est un casemate simple flanquant vers l’ouest avec un créneau JM/AC 47, un créneau pour JM, une cloche pour armes mixtes et une cloche GFM type B.

Le bloc 2 lui dispose d’une tourelle pour deux armes mixtes et d’une cloche GFM type B alors que le bloc 3 est un casemate simple flanquant vers l’est disposant d’un créneau JM/AC 47, d’un créneau JM, une tourelle pour une arme mixte et un mortier de 50mm et deux cloches GFM type B. La construction des ouvrages d’artillerie réportés en 1934 et dont la construction fût envisagée sérieusement en 1941 ne fût finalement pas réalisée.

-L’ouvrage CORF de l’Epinette est une casemate disposant de deux créneaux JM/AC 47, de deux créneaux JM, d’une cloche pour arme mixte et d’une cloche GFM type B.

-Les trois ouvrages type 1ère RM sont de type différent avec un blockhaus type O, un blockhaus type G3 avec cloche et un blockhaus type E2.

-La 101ème CEO à nettement plus fort à faire avec quatre ouvrages type CORF, trois type FCR et quarante-six ouvrages type 1ère région militaire qui se répartissent de la manière suivante :

-Deux ouvrages conçus et réalisés par la CORF sont du type casemate simple flanquant vers le nord avec un créneau JM/AC 47, un créneau JM, une cloche AM, une cloche GFM type B et une tourelle pour arme mixte et mortier de 50mm

La 101ème CEO dispose également d’une casemate cuirassée avec deux cloches AM, deux cloches GFM type B et une tourelle pour une arme mixte et un mortier de 50mm. Enfin, on trouve une casemate simple flanquant vers l’est avec un créneau JM/AC 47, un créneau JM, deux cloches AM et une cloche GFM type B.

-Les trois ouvrages appartenant au type «Fortification de Campagne Renforcée» sont pour deux d’entre-eux des blockhaus type B flanquant à droite dont un à créneau visuel frontal et un blockhaus type B flanquant à gauche.

-Les quarante-six ouvrages appartenant au type «1ère Région Militaire» se subdivisent en différentes catégories avec deux blockhaus type A, un blockhaus type A avec cloche, cinq blockhaus type B, un blockhaus type B avec blockhaus, cinq blockhaus type C, un blockhaus type C avec cloche, un blockhaus type D6, deux blockhaus type Da, un blockhaus type Da avec cloche, un blockhaus type Dc avec cloche, cinq blockhaus type E2, un blockhaus type G1 avec cloche, un blockhaus type H, six blockhaus type O, un blockhaus type M, quatre blockhaus type M1, trois blockhaus type S3, un blockhaus type S4 et un abri de tir type N2.

Tourelle démontable pour mitrailleuse Hotchkiss

Tourelle démontable pour mitrailleuse Hotchkiss

-A ces installations, s’ajoutent trente-trois tourelles démontables. A l’origine, on ne trouvait que des tourelles armées de mitrailleuses mais en 1948, une fois les préparatifs de mobilisation réalisés, on trouve dix-neufs tourelles armées de mitrailleuses et quatorze armées de canons de 25mm antichars. On trouve également onze observatoires.

En deuxième position, on trouve deux blockhaus type STG (un blockhaus type B simple flanquant à gauche et flanquant à droite) et deux blockhaus type FCR (un blockhaus type B simple flanquant à gauche avec créneau visuel frontal et un blockhaus type simple flanquant à droite avec créneau visuel frontal).

Secteur Fortifié des Ardennes (SFA)

Durant la guerre de Pologne et jusqu’à la démobilisation de septembre 1940, on trouvait dans l’emprise de la 9ème armée le 41ème CAF (couvrant la position du défunt Détachement d’Armées des Ardennes) et la 102ème DIF (ex-Secteur Défensif des Ardennes).

Au lieu d’un retour à la situation antérieure à la guerre de Pologne, on préfère fusionnier le 41ème CAF et le SD-Ardennes sous le nom de Secteur Fortifié des Ardennes (SFA).

La fortification de cette région vallonée, du plateau des Ardennes illustre à elle seule les atermoiements de la recherche française de fortification.

En 1926 à la naissance de la CORF, il était prévu simplement des parcs mobiles de fortification (sous-entendu des obstacles) et des destructions.

Il faudra attendre 1935 pour que cette région soit couverte d’une organisation défensive légère connue sous le nom d’organisation Barbeyrac du nom du commandant de la 2ème région militaire, ces organisation étant d’abord construite par la Main d’Oeuvre Militaire (MOM) renforcée à partir de 1937 par des entreprises civiles (construction des casemates à canon et des maisons fortes notamment).

En Thierarche (trouées de Telon et d’Anor, forêt de Saint Michel, rive gauche du Gland, clairière de Rocroi, vallée de la Misère), on trouve des organes d’infanterie en action frontale pour battre les voies d’accès.

Le barrage de la Meuse s’appuie sur le corps du fleuve avec des ouvrages installés sur les pentes de la rive gauche du fleuve de Givet à Pont à Bar, la position d’infanterie est alors renforcée par des casemates d’artillerie STG alors que sur la rive droite de la Meuse, on trouve les fameuses «maisons fortes» chargées de missions de surveillance et de mise en jeu des destructions.

A partir de 1938, la région des Ardennes a été renforcée par des blockhaus STG dans le cadre du programme Prételat. Pendant la guerre de Pologne, des blockhaus de type GA1 sont installés dans la forêt de Saint-Michel et l’avancée de Rocroi.

De Rocroi à la Meuse donc, la position est jalonnée de quelques blocs Barbeyrac et de tourelles démontables dès 1937 mais si l’ennemi avait attaqué dans ce secteur, il n’aurait été guère ralenti.

L’ancien secteur défensif des Ardennes qui disposait déjà d’une ligne de blocs le long de la Meuse et deux casemates d’artillerie à Nouzonville et Flize se voit renforcée en 1939 avec une tête de pont comportant huit casemates en rive droite pour couvrir Charleville-Mézières.

La CEZF va également apporter sa pierre à l’édifice avec de Charleville-Mézières à Rethel, dix-huit kilomètres d’obstacles antichars (fossés + rails) et vingt casemates type STG pour obtenir une défense en profondeur.

Région Trélon-Rocroi

On trouve dans cette région uniquement des fortifications de campagne appartenant soit au type FCR (Fortification de Campagne Renforcée) au nombre de quatre ou au type 1ère Région Militaire au nombre de vingt-six.

-Les organisations type FCR sont pour trois d’entre-eux des blockhaus type A double et pour le dernier, un blockhaus type GA1 flanquant à droite.

-Les organisations type 1ère RM sont comme ailleurs de différents type qu’il s’agisse de cinq blockhaus type M1, trois blockhaus type G1 avec cloche, deux blockhaus type G1 sans cloche, deux blockhaus type G2 avec cloche, deux blockhaus type G2 sans cloche, un blockhaus type GS avec cloche, deux blockhaus type GS sans cloche, un blockhaus type Gsd, trois abris de tir type N2f, deux abris de tir type N2g, un abri type N2, un abri type N1f et un abri type N1g.

A cela s’ajoute vingt-tourelles démontables (huit armées de canons de 25mm et douze armées de mitrailleuses) et quatre observatoires

Forêt de Saint Michel (partie nord)

La forêt de Saint Michel située au nord d’Hirson est défendue dans sa partie septentrionale par vingt-neuf casemates d’un type simplifié avec une ou deux chambres de tir pour une arme antichar et une mitrailleuse, répartis sur deux lignes parallèles.

Forêt de Saint Michel et Avancée de Rocroi

A l’est de la position précédente, on trouve un total de trente-six constructions de type STG (Service Technique du Génie) ou FCR (Fortifications de Campagne Renforcée) allant de la partie orientale de la forêt de Saint Michel à l’extremité occidentale de la forêt des Ardennes.

-On trouve un total de quinze ouvrages type FCR répartis entre des blockhaus type B simple droite au nombre de quatre, des blockhaus type B simple gauche au nombre de sept et des blockhaus type B doubles au nombre de quatre.

-Les vingt et une constructions type STG se répartissent entre des blockhaus type A1 double au nombre de deux, des blockhaus type B simple gauche au nombre de huit, des blockhaus type simple droite au nombre de sept et des blockhaus type A double au nombre de quatre.

A cela, il faut comme dans les autres secteurs, il faut ajouter 85 abris de tir type Barbeyrac, forestier, fortification de campagne et quatre postes d’observation.

Le cours de la Meuse situé à l’est de la position que nous venons de décrire est protégé par soixante-cinq abris de tir Barbeyrac ou fortifications de campagne et un poste d’observation.

Sous-secteur de Sécheval

Ce sous-secteur ayant jadis appartenu au Secteur Défensif des Ardennes couvre la région comprise entre le sud de Revin et le nord de Nouzonville. Il dispose d’une ligne de maisons fortes au delà de la Meuse à proximité de la frontière belge et d’une Ligne Principale de Résistance (LPR) composée de vingt-sept abris de tir type Barbeyrac, de type régional ou de type fortification de campagne.

Les maisons fortes sont équipés d’un créneau AC/M (AntiChar/Mitrailleuse) et de deux, trois ou quatre fusils mitrailleurs.

Sous-secteur d’Etion

Ce sous-secteur est situé à l’est du précédent et englobe les villes de Nouzonville à Charleville-Mézières avec tout d’abord une ligne de quatre maisons fortes sur la rive droite de la Meuse à proximité de la frontière belge avec pour armement un créneau AC/M et quatre fusils mitrailleurs.

La tête de pont de Charleville-Mézières est défendue par huit blockhaus type STG et un abri de tir type Barbeyrac. Sur les huit blockhaus, on trouve trois blockhaus type A1 double, un blockhaus type B simple droite, trois blockhaus type B simple gauche et un blockhaus type B1 allégé gauche.

La Ligne principale de résistance est symbolisée par un unique casemate, un casemate d’artillerie type STG pour un canon de 75mm modèle 1897 modifié 1933 flanquant à gauche qui bénéficie néanmoins de la présence de quarante abris de tir de différents types et de deux postes d’observation.

Sous-secteur de Bouzicourt

Si les deux secteurs précédents sont tenus par la 42ème Demi-Brigade de Mitrailleurs Coloniaux (42ème DBMC), ce sous-secteur est tenu par le 148ème RIF, un régiment mobilisé en septembre 1939 et pérénisé après que sa dissolution eut été un temps envisagée.

Ce sous-secteur ne dispose pas de maisons fortes mais la Ligne Principale de Résistance est composée de trois casemate type STG (un type B1 allégé droite, une casemate d’artillerie pour un 75mm modèle 1897 modifiée 1933 flanquant à gauche et un blockhaus type spécial), ces trois points forts étant complétés par quarante abris de tirs de types divers.

L’apport de la CEZF

Le Secteur Fortifié des Ardennes (SFA) va bénéficier des attentions de la CEZF qui va réaliser trois «fronts» pour donner un peu de consistance à un SF qui en manquait singulièrement.

-Le Front Nord dit «Est du Chesne» dispose d’Omont à Stonne de quinze kilomètres d’obstacles antichars (rails doublé d’un fossé) et de dix-sept casemates

-Le Front Centre dit «Dun-sur-Meuse» dispose de la forêt de Belval à Brandeville de seize
kilomètres d’obstacles antichars et de dix-huit casemates.

-Le Front Est dit «Etain-Spincourt» qui s’étend de la côte de Romagne à celle de Boismont dispose de vingt kilomètres d’obstacles antichars battus par les feux de vingt-deux casemates.

Publicités

23-Armée de terre Ligne Maginot (20)

E-Ordre de bataille de la Ligne Maginot en septembre 1948

En guise d’avant-propos

De septembre 1940 à l’été 1948, la ligne Maginot ressemble à un géant assoupi, prêt à mordre et à griffer. Régulièrement et comme avant la guerre de Pologne, des exercices sont régulièrement menés pour améliorer le délai de réaction pour armer les ouvrages qui doivent couvrir la mobilisation générale d’une attaque surprise allemande.

Voilà pourquoi dès la mi-août 1948, le géant commence à s’étirer à s’éveiller. Les ouvrages retrouvent l’animation qu’était la leur durant la guerre de Pologne.

Nous sommes loin de la mobilisation générale mais dès le 22 août, le haut commandement estime possible de repousser une attaque surprise allemande entre les Ardennes et la frontière suisse sans parler d’une attaque italienne sur le front alpin.

Les tensions ne faisant que s’accroitre, de nouvelles classes de réservistes sont rappelés à partir du 27 août, des régiments d’infanterie et d’artillerie de forteresse sont réactivés pour pouvoir occuper les ouvrages.

Comme durant la guerre de pologne, les gardes frontaliers et les gardes mobiles frontaliers vont se livrer à des escarmouches en compagnie des corps francs des RIF, des escarmouches maintenues à un niveau suffisamment bas pour que les morts provoqués par des combats ne dégénèrent pas, pas maintenant en tout cas en un conflit ouvert.

Dès le 3 septembre 1948, les ouvrages de la ligne Maginot sont en ordre de bataille, près à repousser une attaque allemande et à couvrir les prémices de la mobilisation générale officiellement décrétée le 5 septembre 1948.

Comme de septembre 1939 à septembre 1940, des Secteurs Défensifs et les Secteurs Fortifiés deviennent des Division d’Infanterie de Forteresse (DIF) chargés d’une véritable mission de défense en soutien des Grandes Unités de combat.

Pour ce qui est des ouvrages de campagne, sans troupes attitrées, ils sont entretenus et gardés par des régiments de travailleurs qui par rapport à septembre 1939 sont devenus de quasi-régiments d’infanterie, aptes à mener des combats défensifs bien que la tenue de ses ouvrages est confiée aux troupes de campagne du secteur.

Panorama de la ligne Maginot en septembre 1948 : les ouvrages secteurs par secteurs

Secteur Fortifié des Flandres (SFF) (De la Mer du Nord à Armentières exclu)

L’ancien secteur défensif de Flandre dépend comme en 1939 de la 7ème armée qui avec la 1ère armée, le Corps Expéditionnaire Britannique et le 1er Corps de Cavalerie (1ère et 5ème DLM) forme l’aile marchante du dispositif allié, ces unités devant pénétrer en Belgique en cas d’attaque allemande.

Le rôle du SFF n’est donc pas d’assurer une défense ferme de la frontière mais d’offrir aux unités de la 7ème armée une base de repli solide sur laquelle elle pourra organiser une défense ferme. La présence d’un deuxième Corps de Cavalerie, le 2ème CC (3ème et 7ème DLM) permettant si nécessaire de gagner le temps nécessaire pour permettre le repli sur les différents ouvrages.

Dans les plans initiaux, le SFF devait disposer de dix casemates dans la région du Mont-Cassel mais la construction à été repoussée en deuxième urgence et au final abandonnée. En remplacement, sur cette même position ont été construits durant la guerre de Pologne et jusqu’à la démobilisation des casemates STG. Par ailleurs, la CEZF va faire construire sur la bretelle de Cassel, huit blockhaus type STG.

Au final, le Secteur Fortifié des Flandres affiche le visage suivant en septembre 1948 :

Blockhaus type STG (Service Technique du Génie)

Blockhaus type STG (Service Technique du Génie)

La position de résistance dispose de six organisations de type Fortification de Campagne Renforcée (FCR) ou blocs Billote, tous du type double A4 et de huit organisations type STG (Service Technique du Génie) répartis entre trois blockhaus flanquant à gauche, trois blockhaus flanquant à droite et deux blockhaus type A1, tous recevant une cloche GFM (Guet et Fusil Mitrailleur) type B.

Il faut ajouter à cet inventaire un blockhaus type Da, cinq abris de tir (quatre type N1f et un abri double de type spécial) et 29 tourelles démontables (dix-sept armés d’une mitrailleuse de 7.5mm et douze armés d’un canon de 25mm).

La Bretelle de Cassel est elle couverte par huit blockhaus STG, tous du type A double à l’exception d’un répondant au type B1 simple, tous disposant néanmoins d’une cloche GFM.

Pour ce qui est de l’entretien, seul le 221ème Régiment de Travailleurs (ex-221ème régiment régional de travailleurs) à survécu à la démobilisation. Avec ses cinq compagnies, il est chargé de l’entretien des ouvrages qui sont régulièrement l’occasion d’exercices d’alerte au cours desquels les unités de campagne doivent s’installer dans les ouvrages pour repousser l’ennemi.

Avec la mobilisation, le 15ème RRT (Régiment Régional de Travailleurs) est réactivé avec l’aide de réservistes âgés et de travailleurs étrangers (espagnols principalement).

Ces deux régiments, le 221ème RT et 15ème RRT vont maintenir les ouvrages en état et en assurer la garde, le temps que certaines unités de campagne de la 7ème armée ne s’y installent en attendant une éventuelle entrée en Belgique.

Secteur Fortifié de Lille (D’Armentières inclus au fort de Maulde exclu)

Ce secteur fortifié est un secteur particulier car c’est un secteur que l’on pourrait qualifier d’«extraterritorial» puisque la défense de ce secteur est attribuée à la 1st Infantry Division qui bénéficie du soutien du 16ème régiment de travailleurs chargé de l’entretien et de la garde des ouvrages en absence des troupes de campagne.

Contrairement au SFF, le SFL ne disposait pas de gros ouvrages mais de petits casemates typiques de la fortification de campagne, la 1ère région militaire (avant la réorganisation liant le tracé des provinces aux régions militaires, la 1ère RM devenant la 2ème RM) responsable du SFL dévellopant une gamme complète d’abris de tir et de blocs destinés à faire face à toutes les configurations.

Le Secteur Fortifié de Lille dispose au total de soixante-cinq blockhaus de différent type :

-onze blocs de type Da pour une mitrailleuse, un canon antichar et deux fusils-mitrailleurs

-huit type Db pour une mitrailleuse, un canon antichar et deux fusils-mitrailleurs

-quatre type Dc pour une mitrailleuse, un canon antichar et deux fusils-mitrailleurs

-six type Dd pour une mitrailleuse, un canon antichar et deux fusils-mitrailleurs

-six type Dsd pour une mitrailleuse, un canon antichar et trois fusils mitrailleurs

-cinq type Dsg pour une mitrailleuse, un canon antichar et trois fusils mitrailleurs

-Quatre type Gsd pour une mitrailleuse ou un canon antichar

-Six type Gsg pour une mitrailleuse ou un canon antichar

-Huit type G1 pour une mitrailleuse, un antichar et quatre fusils mitrailleurs

-Cinq type G2 pour une mitrailleuse, un antichar et quatre fusils mitrailleurs

-Deux type G3

On trouve également vingt-trois abris de tir, eux aussi de différents types :

-Trois type N1d pour une mitrailleuse ou un canon antichar (orienté à droite)

-Quatorze type N1f pour une mitrailleuse ou un canon antichar tirant en action frontale

-Quatre type N1g pour une mitrailleuse ou un canon antichar (orienté à gauche)

-Deux type N2g pour une mitrailleuse ou un canon antichar (orienté à gauche)

Enfin on trouve également neuf tourelles démontables (quatre équipés de canons antichars de 25mm et cinq équipés de mitrailleuses de 7.5mm).

Ce sont les seules armes du secteur à calibre français, les armes des abris et des blockhaus étant fournis par la 1st Infantry Division à savoir des canons antichars de 2 livres (puis de 6 livres _environ57mm_), des mitrailleuse Vickers et des fusils-mitrailleurs Bren.

Secteur Fortifié de l’Escaut (SFE) (de Maulde à Wargnies-le-Petit)

A la différence des deux secteurs précédents, le Secteur Fortifié de l’Escaut dépend jusqu’à la démobilisation de septembre 1940 de la 1ère armée, elle aussi amenée à entrer en Belgique, le Secteur Fortifié de l’Escaut est donc une position arrière pour couvrir un déploiement en Belgique et un éventuel repli.

Comme ailleurs le long de la frontière belge, la genèse de la ligne fortifiée du SFE à été particulièrement difficile et douloureuse avec des changements de priorités et de tracés.

Initialement (1930), le tracé doit s’appuyer sur une série de casemates CORF en forêt de Raismes mais à partir de 1934, tout est à refaire et les casemates de la forêt de Raismes sont abandonnés comme position durable au profit d’un tracé situé plus au nord.

Ce tracé couvre l’est du secteur avec un ouvrage d’artillerie à Eth, un petit ouvrage à Estreux et neuf casemates situés à Wargnies Est et Ouest, Jeanlain, Folie-Notre-Dame, Talandier, Calvaire-Saint-Druon, Rouge-Haie, Grand-Val et Quarouble). Seul un petit ouvrage à Eth et les casemates de Jeanlain et de Talandier seront construits.

A partir de 1936, la position est finalement réalisée sous la forme d’une ligne de blockhaus STG entre le PO d’Eth et le vieux fort de Maulde, remanié pour devenir un ouvrage d’artillerie à bon marché qui devait à l’origine comporter cinq casemates d’artillerie mais qui au final n’en posséda que trois, deux de 75mm et un de 155mm GPF.

La CEZF va également y ajouter sa touche personnelle avec la position de Cassel (forêt de Clairemarais à Tederghem) avec 18 kilomètres d’obstacles antichars (un fossé profond, des pieux et des barbelés) et vingt casemates type STG ainsi que la position de Cambrai qui représente 24 kilomètres d’obstacles antichars et vingt casemates type STG.

A la différence des autres secteurs de Flandre et de Lilles, le secteur fortifié de l’Escaut va disposer d’un régiment spécialisé, le 54ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (54ème RIF), un régiment de mobilisation en septembre 1939 mais qui avait été pérennisé tout comme l’avait été le 17ème régiment régional de travailleurs devenu le 17ème régiment de travailleurs avec pour mission d’entretenir et de garder les ouvrages de campagne.

En septembre 1948, le Secteur Fortifié de l’Escaut aligne ouvrages, casemates et blockhaus suivants :

-La position de résistance est armée par la 107ème Compagnie d’Equipages d’Ouvrages (CEO) du 54ème RIF qui dispose de vingt organisations type Fortifications de Campagne Renforcée (FCR), tous de type double, seize organisations issus des réflexions du Service Technique du Génie (STG) (sept blockhaus type B, cinq blockhaus type A, trois casemates d’artillerie de 75mm et un observatoire) et cinq ouvrages type 1ère région militaire (trois abris de tir type N2 _un type a et deux type f_ , un blockhaus type B et un blockhaus type M).

Il faut ajouter également le vieux fort de la Maulde reconstruit pour s’intégrer à cette nouvelle position ainsi qu’un ouvrage type CORF, l’ouvrage de Talandier armé lui par la 106ème Compagnie d’Equipages d’Ouvrages (CEO) et qui est un casemate double avec deux créneaux équipé d’une mitrailleuse et d’un canon de 47mm, deux jumelages de mitrailleuses, deux cloches GFM type B et une tourelle pour arme mixte et mortier de 50mm.

Canon antichar de 47mm en position. Le canon est mobile, pouvant être remplacé si nécessaire par un JM

Canon antichar de 47mm en position. Le canon est mobile, pouvant être remplacé si nécessaire par un JM

La 106ème CEO assure également la défense de la position de résistance en armant tout d’abord une organisation type CORF, l’ouvrage d’Eth qui est un petit ouvrage d’infanterie à deux blocs.

Le premier bloc dispose d’un créneau jumelage de mitrailleuses/canon antichar de 47mm, un créneau équipé d’un jumelage de mitrailleuses, une cloche pour arme mixte et deux cloches GFM type B. Le second bloc est équipé d’un créneau jumelage de mitrailleuses/canons de 47mm, un créneau pour un jumelage de mitrailleuses, une cloche GFM et une cloche lance-grenades.

Entre 1942 et 1945, les travaux du 2ème cycle sont enfin réalisés (c’est l’un des rares ouvrages type CORF dans ce cas) à savoir la construction d’une EH, d’une EM et d’une tourelle de 75mm, le tout dans un format plus économique que celui envisagé à l’époque.

Les autres organisations armés par la 106ème CEO sont d’abord du type 1ère Région Militaire avec vingt constructions de ce type répartis entre des blockhaus type G (huit exemplaires dont un unique type G2), un blockhaus type C, quatre blockhaus type A, cinq blockhaus type B, un unique blockhaus type E2 et un blockhaus type O. A cela s’ajoute un abri de tir type N2a.

La 106ème CEO dispose également d’un construction type STG en l’occurrence un blockhaus type A double, de deux constructions type FCR (un blockhaus type B simple et un blockhaus type A double), sept tourelles démontables (toutes équipées de mitrailleuses) et huit observatoires.

-La ville de Valenciennes est protégée par une série de quatorze ouvrages, douze étant du type FCR (dix type A double, un type B flanquant à droite et un type double) et deux du type STG (un blockhaus type A double et un blockhaus type B flanquant à droite).

-Les travaux menés par la CEZF voit la réalisation dans le SFE d’un total de quarante casemates type STG, répartis à égalité entre la bretelle de Cassel et la couverture de la ville de Cambrai et comme la position située plus haut, aucune troupe n’est déployée en permanence dans ces ouvrages appelés à être occupés par des troupes de campagne.

-A la différence de l’avancée de Valenciennes et de la ligne CEZF-Secteur Escaut, la position de la forêt de Raismes est occupée par la 108ème Compagnie d’Equipages d’Ouvrages (108ème CEO), elle aussi rattachée au 54ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (54ème RIF).

Cette position est matérialisée par douze constructions type CORF avec trois casemates doubles équipés chacun de deux créneaux JM/AC 47, d’un créneau de jumelage de mitrailleuse, d’un cloche pour armes mixtes et une cloche GFM et neuf casemates simples flanquant vers l’est ou vers l’ouest, chaque casemate disposant d’un créneau JM/AC 47, d’un créneau pour jumelage de mitrailleuses et une cloche GFM type A (certaines étant modifiées en B).

23-Armée de terre Ligne Maginot (14)

Les armes du béton : mitrailleuses, canons, fusils-mitrailleurs, mortiers et lance-bombes

Le béton c’est bien, avec du cuirassement c’est mieux mais sans armement, cela ne sert à rien, un obstacle non battu par les feux ne va ralentir l’ennemi que quelques minutes, quelques heures tout au plus.

La Ligne Maginot va donc recevoir un armement puissant même si la non réalisation des canons de 145mm (portée : 30km) va réduire la puissance de la Muraille de France.

Cette puissance ne devant surtout pas être amoindrie, il est décidé de l’équiper d’un armement spécifique pour éviter ce qui c’était passé en 1915 à savoir le désarmement des forts notamment de Verdun qui avait mis en difficulté l’armée française en 1916 lors de l’offensive de février.

L’armement peut être divisé en deux catégories : l’artillerie chargée de missions d’interdiction lointaine et l’infanterie chargée de missions de défense rapprochée, au contact direct avec l’ennemi.

 Les matériels d’artillerie (1) : les matériels de 75mm

En ce qui concerne ce calibre historique de l’artillerie française avec le fameux «75» de 1897, on trouve un total de huit modèles pour casemates et tourelles dont deux réservés aux fortifications du Nord Est.

-Le premier modèle est un canon-obusier modèle 1929 qui dont le tube est dérivé du canon de 75mm modèle 1897 avec un berceau auquel il est relié par un frein de tir et un récupérateur.

Au Nord-Est, ce matériel équipe cinq casemates de flanquement (quatre à trois pièces et une à deux pièces) alors que le Sud-Est dispose de douze pièces et que la Corse dispose de quatre pièces.

La portée maximale à +40° est de 12900m (11000m à +30°) avec une cadence de tir de douze coups à la minute en tir normal, de 24 en tir accéléré, des tests ayant permis une cadence de 36 coups à la minute en séries d’une dizaine de coups.

Portée maximale : 12100m Cadence de tir : douze coups à la minute Longueur du tube : 2.721m Pointage : en direction 45° de chaque côté et en site de -8° à +40° (limité à 30° pour certains casemates)

-Le second modèle est un obusier de 75mm modèle 1932. C’est un matériel à tir rapide et court recul destiné à armer certaines casemates de flanquement. Par rapport au précédent, le tube est raccourci de 30cm ce qui réduit la volée à 0.45m contre 1.50m. Vingt-trois matériels sont livrés entre mars 1933 et mai 1934. Les performances sont semblables à celle du matériel précédent.

Portée maximale : 11900m Cadence de tir : douze coups à la minute Longueur du tube : 2.421m Pointage : en direction 45° de chaque côté et en site de -9° à +40° (limité à 30° pour certains casemates)

-Le troisième modèle est un obusier de 75mm modèle 1932R. Il s’agit d’un matériel à tir rapide et court recul destiné à équiper initialement les coffres flanquants des ouvrages de la fortification permanente puis certains blocs de flanquement.

Il se compose d’un tube de 75mm modèle 1905 raccourci avec une culasse Nordenfeld. Comme les coffres de flanquement ont été abandonnés, seuls neufs matériels vont être livrés pour équiper les ouvrages de Billig, du Hackenberg et du Hochwald.

Il aurait du remplacer le mortier de 75mm modèle 1931 de portée insuffisante. Dans les autres ouvrages (Soetrich, Mont-des-Welches et Schoenenbourg), les casemates prévus ont été remplacés par des tourelles.

Portée maximale : 9200m Cadence de tir : douze coups à la minute Longueur du tube : 1.555m Pointage : en direction 45° de chaque côté et en site de -3° à +35°

-Le quatrième matériel est l’un des deux réservés aux fortifications Maginot implantés dans les Alpes. Il s’agit du canon-obusier modèle 1933 destiné à équiper certains casemates en terrain rocheux.

Considéré comme une excellente arme, il est destiné à équiper les casemates d’action frontale et ne présente aucune volée vulnérable à un coup ennemi. Pour ce qui est de ses caractéristiques techniques, elles sont identiques au modèle 1932 exception faite de sa portée qui est de 12000m.

-Le deuxième matériel spécifique aux ouvrages du Sud-Est est le mortier de 75mm modèle 1931. Construit par l’Atelier de Puteaux, il dispose d’un tube très court tourillonnant à la bouche et monté sur un affût poutre. Trente exemplaires de ce matériel destiné à battre les défilements aux abords des ouvrages. Un projet de mortier sous tourelle à été abandonné et remplacé _uniquement en Alsace-Lorraine_ par les tourelles de 75mm modèle 1932R.

Portée maximale : 5900m Cadence de tir : douze coups à la minute Longueur du tube : 1.371m Pointage : en direction 45° de chaque côté et en site de -5° à +35°

-Le canon-obusier de 75mm modèle 1933 sous tourelle est en fait un canon-obusier modèle 1929 raccourci de 30cm et utilisé en jumelage de deux tubes avec des caractéristiques techniques identiques. Au total vingt et un tourelles ont été installées, seize dans le Nord-Est et cinq dans le Sud-Est.

Portée : 11900m Cadence de tir : 26 coups par minute par tourelle Longueur du tube : 2,421m Pointage en direction : 360° en site -2° à +40°

-Le canon-obusier de 75mm modèle 1932R en tourelle est identique à son homologue en casemate. Vingt-quatre canons en douze tourelles ont été installés dans le Nord-Est

-Le canon-obusier de 75mm modèle 1905R est une version modifiée/modernisée de ces tourelles installées sur les forts de la génération précédente. Une seule tourelle à été installée, tourelle dont l’angle de tir est passé de +12°45′ à +30°.

Portée : 8200m Cadence de tir : 20 coups par minute par tourelle Longueur du tube : 1.555m Pointage en direction : 360° en site 0° à +30°

Pour ce qui est de munitions, on trouve des obus explosifs, des obus de rupture, des obus à balles ou encore des boites à mitraille. Généralement, la proportion est de 25% d’obus à balles, 70% d’obus explosifs, 3% d’obus de rupture et 2% de boites à mitrailles.

Les matériels d’artillerie (2) : matériels de 135 et de 81mm

Tourelle de 135mm à éclipse

Tourelle de 135mm à éclipse

-Le lance-bombes de 135mm modèle 1932 est une arme spécifiquement étudié pour la fortification pour être utilisé indifférement sous casemate ou sous tourelle. Il se compose d’un tube très court de 1.145m avec une culasse à coin, à déplacement horizontal, l’ouverture étant automatique et l’affût est à sélette.

Ce système ayant été long à mettre au point, il à été installé sur la Ligne Maginot à seulement quarante-trois exemplaires, neuf en casemates (7 dans le Nord-Est et 2 dans le Sud-Est) et trente-quatre en tourelles (32 dans le Nord-Est et 2 dans le Sud-Est).

Portée : 5600m Cadence ce tir : 6 coups/min (casemate) et 2 coups/min (tourelle) Longueur
du tube : 1.145m Pointage : en direction 360° en tourelle 45° en casemate 0 à +40° en site
pour les lance-bombes en casemate et +9° à +45° pour les lance-bombes en tourelle

-Comme les différentes pièces de 75mm, le mortier de 81mm modèle 1932 est dérivé d’une  arme existante en l’occurence le mortier Stokes-Brandt modèle 1927-31. Son tube est cependant lisse avec une portée limitée à 3600m.

Cette arme va être utilisée sous casemate à 86 exemplaires, seulement dix-huit pièces pour le Nord-Est et soixante-huit pour le Sud-Est et sous tourelle à 42 exemplaires en vingt et une tourelles confiées uniquement aux ouvrages du Nord-Est.

mortier de 81mm modèle 1932  jadis installé dans la Ligne Maginot

mortier de 81mm modèle 1932 jadis installé dans la Ligne Maginot

Portée : 3600m Cadence ce tir : 13 coups/minute (casemate) et 26 coups/minute (tourelle, treize par tube) Longueur du tube : 1.575m Pointage : en direction 360° en tourelle 45° en casemate en site 45° (site fixe)

Si les ouvrages du Nord-Est sont équipés de matériels neufs, les ouvrages du Sud-Est, dans les Alpes ont bénéficié de l’appui de matériels anciens issus des forts du 19ème siècle comme le canon de 95mm modèle 1888 sous casemate (portée : 7000m 45° en direction 40° en site) et le canon de 155mm modèle 1877 monté sous tourelle Mougin ou sous casemates.

Les matériels d’infanterie

Le flanquement par feux d’infanterie et la défense rapprochée des ouvrages dévolus aux armements d’infanterie vont, en raison de l’évolution des menaces, se scinder en deux : antipersonnel et antichar.

-En ce qui concerne l’armement antipersonnel, on trouve d’abord le fusil-mitrailleur de 7.5mm modèle 1924/29. Fabriqué par la Manufacture d’Armes de Chatelleraut (MAC), ce fusil-mitrailleur qui à succédé au calamiteux Chauchat va armer les cloches GFM, les caponnières de défense rapprochée, les portes blindées et les blockaus de défense intérieure monté sur créneaux (type A) ou sur rotules (type B) dans les cloches ou les créneaux sous bétons ou encore sur un collier pour les créneaux de porte.

Calibre : 7.5mm Longueur du canon : 50cm Portée pratique : 600m Cadence de tir : 500
coups par minute (200 dans la pratique) Alimentation : chargeurs droits de vingt coups

-La mitrailleuse MAC 31 de 7.5mm est montée en jumelages, des jumelages dit Reibel du nom du général ayant fait adopter cet équipement (16 octobre 1930). Il équipe les cloches de mitrailleuses, les tourelles et les créneaux sous béton, les ouvrages puissants du Nord-Est disposant de 61 tourelles.

Calibre : 7.5mm Longueur du canon : 60cm Portée pratique : 1200m (600m en tir rasant) Cadence de tir : 500 coups par minute Alimentation : chargeurs camenbert de 150 coups

L’action de ces armes à tir tendu est complétée par diverses armes spécialement étudiées pour couvrir les défilements ou les angles morts : les goulottes et les mortiers.

goulotte lance-grenades pour la défense des fossés diamants

goulotte lance-grenades pour la défense des fossés diamants

-La goulotte lance-grenades est destinée à assurer la défense des fossés diamants qui couvrent l’arrière des ouvrages. Les premiers ouvrages sont équipés d’un créneau de pied pour fusil-mitrailleur mais rapidement, une solution moins couteuse est adoptée à savoir un tube d’un mètres de long incliné à 45° qui permet d’envoyer dans le fossé une grenade F1 à bouchon allumeur modèle 1916B

-Il était prévu également un mortier de 60mm modèle 1931 installé dans une cloche lance grenades mais en 1940, ce système est loin d’être au point et seuls les ouvrages CEZF seront équipés de cette arme destinée à battre les angles morts aux abords du bloc.

 Calibre : 60mm Portée : 200 à 1700m Cadence de tir : 15 coups/minute Alimentation : une noria permet de livrer au mortier 25 coups à la minute Angle de tir : +55° à +90° Poids du projectile : 1.1kg

-A la différence du précédent, le mortier de 50mm modèle 1935 à lui équiper les «vieux ouvrages» de la ligne Maginot. Il à ainsi été produit à 1600 exemplaires dont seulement quatorze installés hors cloche, neuf pour la défense des fossés (Nord-Est) et cinq en flanquement de position (Sud-Est).

Calibre : 50mm Longueur du tube : 45cm Poids du matériel : 11kg Portée maximale : 695m
(+20° site fixe) Cadence de tir : 10 à 15 coups par minute

A l’origine, il n’était pas prévu d’armement antichar mais dès 1931, l’évolution des menaces implique l’installation d’obstacles et d’armes spécifiquement conçues pour contrer les blindés.

Cette mise en place ne se fit pas sans mal car la seul façon d’équiper les blocs d’infanterie d’armes antichar était de se priver d’un jumelage de mitrailleuses ce qui réduisait sensiblement la puissance de feu des blocs.

On à donc adopté une position pragmatique avec une alternance selon les besoins entre un canon et des mitrailleuses. Monté sur rails fixés au toit , le canon pouvait tirer depuis l’un des deux créneaux après effacement du jumelage de mitrailleuses.

Deux canons vont être utilisés dans cette position. Le premier est le canon antichar de 47mm modèle 1934. Ce canon de 50 calibres tirait des obus de 1.67kg ou de 2kg (boulets de marine modèle 1902…..) à une distance maximale utile de 1000m où il peut perforer 56mm de blindage (les premiers Panzer III avaient 15mm de blindage) à raison de vingt coups par minute. Il peut pointer en hauteur de -15° à +10° et en direction sur 45° à droite et à gauche.

Le second est le canon antichar de 37mm modèle 1934. Ce canon de 47 calibres tirait des obus de 0.9kg (boulets modèle 1936) à une distance maximale utile de 1000m où il peut perforer 30 à 40mm de blindage à raison de 20 coups par minute. Il peut pointer en hauteur de -15° à +10° et en direction sur 45° à droite et à gauche.

Les canons antichars de 47 et de 37mm sont destinés à équiper des chambres de tir pour le tir en flanquement mais ne répond pas à la problématique de défense antichar depuis les organes dépourvus de chambre de tir et pour le tir frontal.

On décide d’équiper la Ligne Maginot de canons antichars de 25mm Hotchkiss modèle 1934 en modifiants certains cuirassements pour qu’ils puissent recevoir une version adaptée à la forteresse de ce canon de 25mm déjà adopté par les unités de campagne.

En ce qui concerne les cloches, outre la modification des cloches JM (Jumelage de Mitrailleuses), on trouve des cloches spécifiques appelés cloches AM (Arme Mixte).

En ce qui concerne les tourelles, certaines tourelles d’avant 1914 seron modifiées tout comme d’autres tourelles de mitrailleuses. D’autres seront conçus spéciacelement combinant canon de 25mm et mortiers de 50mm.

Le canon de 25mm modèle 1934 était un canon ayant un tube allant de 1.00m (tourelles et cloches avec mitrailleuses) à 1.50m (tourelle AM) en passant par 1.18m pour les cloches AM. Il tire des projectiles de 0.320kg à une distance maximale allant de 500 (cloche) à 800m (tourelle AM).

Au total, les ouvrages de la ligne Maginot (non comptés ceux de la CEZF) vont disposer de douze tourelles à armes mixtes (toutes dans le Nord-Est) et sept tourelles à une arme mixte + mortier de 50mm, elles aussi toutes présentes dans le Nord-Est.

Enfin signalons la présence de mitrailleuses de 13.2mm Hotchkiss modèle 1930 dans les ouvrages des Basse-Vosges ou du Rhin dont on peut douter de l’efficacité antichar sauf contre des véhicules légers.

 

mitrailleuse de 13.2mm Hotchkiss modèle 1930

mitrailleuse de 13.2mm Hotchkiss modèle 1930