Allemagne (22) sous-marins (7)

SOUS-MARINS RAVITAILLEURS TYPE XIV

Sous-marin ravitailleur type XIV

Sous-marin ravitailleur type XIV

-Plus encore que les navires de surface, les sous-marins nécessitent un soutien logistique très important qu’il s’agisse de l’entretien ou de ravitaillement.

-La guerre sous-marine menée par l’Allemagne se heurte à une géographie contraignante et une absence de bases pour permettre aux sous-marins de se ravitailler et d’être réparés.

Les croiseurs auxiliaires et des ravitailleurs prépositionnés pouvaient soutenir les sous-marins mais au prix d’une certaine vulnérabilité.

D’où l’idée de sous-marins ravitailleurs pouvant faire surface hors de portée de l’ennemi pour transférer carburant, vivres, torpilles et munitions. La possibilité de transporter des hommes est envisagé même si cela ne doit pas être la mission principale.

Quatre sous-marins ravitailleurs type XIV sont commandés. Sur le plan technique, la coque des type XB est reprise mais sans armement principal, le seul armement étant composé de pièces légères.

Comme pour les sous-marins croiseurs type XI, la construction des type XIV est assurée par les chantiers navals de Lübeck.

-Les U-185 et U-186 sont mis en service en juillet 1943, le U-187 en septembre, le U-188 l’étant en janvier 1945.

-Navires de 1850 tonnes en surface (2500 tonnes en plongée), mesurant 89.80m de long sur 9.20m de large avec un tirant d’eau de 4.71m

-Vitesse maximale de 16 noeuds en surface et de 7 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 220m

-L’armement se limite à deux affûts doubles de 37mm. Ils embarquent 500 tonnes de carburant, vingt torpilles et 250 tonnes de vivres.

SOUS-MARINS TYPE XII

-La technologie évolue vite surtout à l’époque ce qui oblige les bureaux d’études à avoir un, deux voir trois coups d’avance.

-Premières études lancées dès 1940 en partant des sous-marins existants, en exploitant ce qu’on appelle pas encore le retour d’expérience sans parler des informations recueillies à l’étranger, les type XII s’inspirant ainsi des Rolland Morillot de la marine française.

-Coque plus hydrodynamique, soudure pour les deux coques, kiosque profilé et une augmentation du nombre des batteries pour améliorer la vitesse en plongée.

-Douze navires (U-193 à U-204) sont commandés en septembre 1942 mais leur mise sur cale prévue au printemps 1943 est reportée en raison de la guerre civile.

-Les douze sous-marins ne sont mis sur cale qu’à l’automne 1946 et au printemps 1947, ce retard de près de quatre ans s’expliquant à la fois par la guerre civile mais également par une pénurie d’acier, une pénurie relative mais une pénurie quand même.

Quand le conflit éclate en septembre 1948, les premiers sous-marins sont sur le point d’être mis en service, la mise au point étant d’ailleurs accéléré, les type XII devant remplacés les premiers sous-marins perdus avec des équipages souvent novices.

-Quand éclate le second conflit mondiale, le U-193 entame ses essais à la mer tout le U-194 alors que le U-195 terminait ses essais à la mer.

-Les U-196 U-197 et U-198 sont sur le point d’entamer leurs essais constructeurs alors que les U-199 U-200 U-201 U-202 U-203 et U-204 sont en armement à flot

Douze autres sous-marins (U-217 à U-228) sont commandés le 20 septembre 1948 et mis sur cale quelques semaines plus tard mais ceci est une autre histoire.

-Navires de 2000 tW en surface et 2680 tW en plongée, mesurant 101m de long sur 8.24m de large avec un tirant d’eau de 5.20m

-Ils peuvent filer à 22 noeuds en surface et 9.5 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 80m. Leur armement se compose d’un canon de 105mm à l’avant avec 200 obus, d’une DCA légère composée de deux canons de 37mm et de dix tubes lance-torpilles (six AV quatre AR) avec 28 torpilles dont dix dans les tubes.

SOUS-MARINS TYPE XVII

-La construction des type XII entame le renouvellement de la composante océanique de l’U-Bootewafe, le modèle type XII devant à terme remplacer les type VII et les type IX.

-Le type XII était un sous-marin adapté aux océans, aux grands espaces maritimes mais beaucoup moins fait pour la mer du Nord, la Baltique et les autres mers resserées, un modèle de sous-marin plus petit était nécessaire.

-Néanmoins, ce nouveau modèle devait être plus gros que les type II et III qui n’étaient pas considérés comme des modèles réussis.

-Paradoxalement, le projet aboutit à un sous-marin d’un déplacement approchant de celui des type VII, des sous-marins considérés comme océaniques et non côtiers.

-Le projet final validé en septembre 1945 dessinait un sous-marin de 720 tonnes en surface (950 tonnes en plongée), un sous-marin disposant d’un armement solide en torpilles (six tubes avant et quatre à l’arrière) avec un canon de 88mm et un affût double de 37mm.

Douze sous-marins (U-205 à U-216) sont donc commandés en janvier 1946, la construction étant attribuée aux chantiers navals Howaldtswerke de Kiel qui les met sur cale au printemps 1946 pour les six premiers et quand éclate le second conflit mondial, ils sont sur le point pour ses six là (U-205 U-206 U-207 U-208 U-209 et U-210) d’entrer en service.

Les six autres (U-211 U-212 U-213 U-214 U-215 et U-216) mis sur cale à l’automne 1947 sont donc encore en construction quand éclate le second conflit mondial.

-Navires de 720 tonnes en surface et de 950 tonnes en plongée, mesurant 70m de longsur 6.10m de large et un tirant d’eau de 3.3m.

-Vitesse maximale de 18 nœuds en surface, de 10 nœuds en plongée avec une immersion maximale de 150m.

-Ils sont armés d’un canon de 88mm installé sur l’avant du pont avec 120 obus, un affût double de 37mm antiaérien, dix tubes lance-torpilles de 533mm (six avant et quatre arrière) avec dix torpilles dans les tubes et cinq de réserve.

20-Ordre de bataille et Programme de guerre (5)

Navires auxiliaires

Quand le second conflit mondial éclate, la marine nationale dispose du train d’escadre suivant :

-Pétroliers-caboteurs Aube (Méditerranée) Nièvre (Toulon) L’Ardèche (Beyrouth) Le Blavet (Dunkerque) La Lèze (Brest)

-Pétroliers Le Loing (Antilles) Mékong (Bizerte) Niger (Indochine) Elorn (Toulon) Le Var (Brest) Sèvre (Toulon)

-Ravitailleurs Rapides L’Adour (Toulon) Lot (Brest) Tarn (Mers-El-Kébir) La Charente (Brest), La Mayenne (Bizerte), La Baïse (Mers-El-Kébir)

-Pétroliers ravitailleurs d’escadre La Seine (Brest) La Saône (Toulon) La Medjerda (basée à Mers-El-Kébir mais en carénage à Bizerte) Le Liamone (Toulon) Le Rhône (Indochine) et La Garonne (Diego-Suarez)

-Ravitailleur de sous-marins Jules Verne (Brest) + L’Atlantide en construction à La Ciotat.

-Ravitailleurs d’hydravions Sans Souci (Brest) Sans Peur (Toulon) Sans Pareil (Bizerte) et Sans Reproche (basé à Mers-El-Kébir déployé à Porto Vecchio)

-Cargos rapides Mers-El-Kébir (Brest) L’Oran (basé à Bizerte mais est à Toulon) Sidi-Bel-Abbès (Toulon), Tlemcen (Toulon) Mostaganem (Brest), Chelif (en construction)

-Transport littoral Golo (Bizerte)

A cela s’ajoute d’autres auxiliaires comme le mouilleur de filets Gladiateurs et les indispensables remorqueurs et gabares.

Comme en septembre 1939, la MarMar, la marine marchande est mise à contribution pour renforcer les moyens de la marine nationale. Si une grande partie des navires sont utilisés comme en temps de paix pour leur mission originale de transport, certains navires vont recevoir des missions plus militaires.

C’est ainsi que les paquebots et autres paquebots-ferry sont transformés en transport de troupes, en navires-hôpitaux ou en croiseurs auxiliaires tout comme le sont certains cargos.

Cependant la marine estime que cela ne suffit pas et décide de commander deux navires-ateliers qui sont une déclinaison des cargos rapides de type Oranie et deux pétroliers rapides type La Seine destinés à compenser les pertes éventuelles. Si les deux premiers navires sont baptisés Vulcain et Héphaïstos, les deux nouveaux PRE sont baptisés La Dordogne et La Durance.

Bilan

Au final, le programme de guerre de janvier 1949 autorise la construction de deux cuirassés de 47000 tonnes de deux porte-avions légers de 16000 tonnes, de neuf croiseurs légers de 8500 tonnes, de huit escorteurs d’escadre de 3500 tonnes, de seize escorteurs rapides de 1300 tonnes, de douze patrouilleurs anti-sous-marins de 700 tonnes, de vingt-quatre sous-marins de 900 tonnes, de deux navires-ateliers de 8000 tonnes et de deux PRE de 9000 tonnes, ces soixante dix-sept navires représentant 315300 tonnes de constructions neuves.

Planning des constructions du programme de guerre

Cuirassés

-Le Languedoc est mis sur cale à l’Arsenal de Brest (forme n°11) le 14 mai 1948 lancé le 23 mars 1950 et mis en service au printemps 1951.

-Le Moselle est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Saint-Nazaire-Penhoët le 15 août 1948 lancé le 4 septembre 1950 et mis en service en octobre 1951

Porte-avions légers

-Le Guillaume le Conquérant est mis sur cale aux chantiers Harland & Wolff de Belfast le 12 avril 1949 lancé le 14 septembre 1950 et mis en service le 2 janvier 1951

-Le Henri Plantagênet est mis sur cale aux chantiers Harland & Wolff de Belfast le 5 mai 1949 lancé le 2 octobre 1950 et mis en service le 12 janvier 1951

Croiseurs légers

La commande de neuf croiseurs légers à pu paraître à certains comme surdimensionnée mais la marine craignait d’importantes pertes en croiseurs sous les coups des sous-marins et de l’aviation ennemie.

Dès le mois de mars 1949, la marine revoit ses priorités et décide de fractionner sa commande de neuf croiseurs en trois ségments de trois navires.

-Le Lamotte-Picquet est mis sur cale à l’Arsenal de Lorient mis sur cale le 12 février 1949 lancé le 8 juin 1950 et mis en service le 3 octobre 1950

-Le Duquesne est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) à Saint Nazaire le 12 mai 1949 lancé le 6 novembre 1950 et mis en service en février 1951

-Le Phillipe Auguste est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers Maritimes du Sud-Ouest & de Bacalan Réunis à Bordeaux le 8 mars 1949 lancé le 12 septembre 1950 et mis en service en mars 1951

Les pertes en croiseurs s’étant révélés plus faibles que prévues, la construction des six autres non encore baptisés est suspendue en mars 1951.

Escorteurs d’escadre

Si les croiseurs légers ne sont pas prioritaires, cela est bien différent pour les escorteurs d’escadre qui sont jugés ultra-prioritaires.

-Le Surcouf est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de France (ACF) à Dunkerque le 12 février 1949 lancé le 8 septembre 1949 et mis en service le 7 janvier 1950.

-Le Kersaint  est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers du Havre (ACH) le 2 mars 1949 lancé le 12 octobre 1949 et mis en service le 4 février 1950

-Le Bouvet est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers du Havre (ACH) le 12 mars 1949 lancé le 2 novembre 1949 et mis en service le 4 avril 1950

-Le Dupetit-Thouars est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers du Havre (ACH) le 8 mai 1949 lancé le 7 janvier 1950 et mis en service le 9 juin 1950

-L’D’Estrées est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) au Havre le 8 avril 1949 lancé le 17 février 1950 et mis en service le 30 juin 1950

-Le Du Chayla est mis sur cale aux ACSM du Trait le 8 mars 1949 lancé le 2 février 1950 et mis en service le 7 septembre 1950

-Le Duperré est mis sur cale à l’Arsenal de Brest le 8 juin 1949 lancé le 12 mars 1950 et mis en service le 12 décembre 1950

-Le Forbin est mis sur cale à l’Arsenal de Lorient le 12 septembre 1949 lancé le 8 juin 1950 et mis en service le 12 février 1951

Escorteurs rapides

Les seize escorteurs rapides (ex NLC) doivent être capables à la fois de remplacer un torpilleur d’escadre mais également un escorteur, être capables de mener une attaque à la torpille et offrir une escorte musclée aux convois. Ces seize navires dont la construction est confiée aux chantiers privés reprennent les noms des torpilleurs d’escadre type Bourrasque et L’Adroit.

-Le Bourrasque est mis sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon de Nantes le 8 février 1949 lancé le 23 décembre 1949 et mis en service le 15 avril 1950

-L’Adroit  est mis sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon de Nantes le 12 mars 1949 lancé le 27 janvier 1950 et mis en service le 8 juillet 1950

-Le Fougueux  est mis sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon le 4 avril 1949 lancé le 12 janvier 1950 et mis en service le 8 juillet 1950

-Le Foudroyant est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) de Nantes le 12 mai 1949 lancé le 23 février 1950 et mis en service le 12 août 1950

-Le Frondeur  est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) de Nantes le 21 mai 1949 lancé le 7 mars 1950 et mis en service le 12 août 1950

-L’Ouragan  est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) de Nantes le 8 mars 1949 lancé le 3 janvier 1950 et mis en service le 15 mai 1950

-L’Orage est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) de Nantes le 8 mars 1949 lancé le 3 janvier 1950 et mis en service le 15 mai 1950

-Le Cyclone est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Gironde à Bordeaux le 8 juillet 1949 lancé le 17 juin 1950 et mis en service le 8 décembre 1950

-Le Siroco est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Gironde à Bordeaux le 15 juin 1948 lancé le 21 juillet 1949 et mis en service le 8 mars 1950

-Le Mistral est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Provence (ACP) à Port de Bouc le 8 avril 1949 lancé le 12 décembre 1949 et mis en service le 8 mars 1950

-La Palme est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Provence (ACP) de Port Bouc le 12 avril 1949 lancé le 14 décembre 1949 et mis en service le 15 mars 1950

-Le Mars est mis sur cale aux  Ateliers et Chantiers de Provence (ACP) de Port Bouc le 7 mai 1949 lancé le 5 janvier 1950 et mis en service le 3 mai 1950

-Le Tempête est mis sur cale aux  Ateliers et Chantiers de Provence (ACP) de Port Bouc le 21 avril 1949 lancé le 8 mai 1950 et mis en service le 2 décembre 1950

-La Tramontane  est mis sur cale Ateliers et Chantiers de Provence (ACP) de Port Bouc le 30 avril 1949 lancé le 21 mai 1950 et mis en service le 4 janvier 1951

-Le Typhon est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) de La Seyne sur Mer le 8 septembre 1949 lancé le 12 août 1950 et mis en service le 8 mars 1951

-La Tornade est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) de la Seyne sur Mer le 12 octobre 1949 lancé le 21 septembre 1950 et mis en service le 12 mai 1951

Seize navires vont donc être mis en service avril 1950 et mai 1951. Formant quatre DER (Division d’Escorteurs Rapides), ils vont assurer à la fois des missions d’escorte et des missions d’attaque, complétant/remplaçant les torpilleurs légers.

Patrouilleurs ASM

Douze patrouilleurs de 700 tonnes sont commandés en février 1949 pour renforcer les capacités de chasse aux submersibles de la marine nationale. Ils sont commandés aux Chantiers Auguste Normand du Havre (quatre navires) , aux Chantiers Navals Français (CNF) à Caen (quatre navires), à l’Arsenal de Lorient (deux) et aux Ateliers et Chantiers de Bretagne à Nantes (deux)

-Le Patrouilleur Guêpe est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand du Havre le 2 mars 1949 lancé le 12 novembre 1949 et mis en service le 8 février 1950
-Le Patrouilleur Mouche est mis sur cale aux Chantiers Navals Français (CNF) de Caen le 8 avril 1949 lancé le 2 novembre 1949 et mis en service le 11 février 1950

-Le Patrouilleur Araignée est mis sur cale aux Chantiers Navals Français (CNF) de Caen le 12 mai 1949 lancé le 7 décembre 1949 et mis en service le 2 mars 1950

-Le Patrouilleur Bourdon est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand du Havre le 7 juin 1949 lancé le 8 février 1950 et mis en service le 12 mai 1950

-Le Patrouilleur Libellule est mis sur cale aux Chantiers Navals Français (CNF) de Caen le 18 novembre 1949 lancé le 21 juin 1950 et mis en service le 2 septembre 1950

-Le Patrouilleur Frelon est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand du Havre le 8 décembre 1949 lancé le 17 juillet 1950 et mis en service le 8 septembre 1950

-Le Patrouilleur Scorpion est mis sur cale aux Chantiers Navals Français (CNF) de Caen le 6 janvier 1950 lancé le 14 juillet 1950 et mis en service le 3 octobre 1950

-Le Patrouilleur Moustique est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) à Nantes le 15 février 1950 lancé le 5 janvier 1951 et mis en service le 8 mai 1951

-Le Patrouilleur Abeille est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand du Havre le 17 mars 1950 lancé le 21 décembre 1950 et mis en service en février 1951

-Le Patrouilleur Coléoptère est mis sur cale à l’Arsenal de Lorient le 21 juin 1950 lancé le 12 février 1951 et mis en service le 6 juin 1951
-Le Patrouilleur Criquet est mis sur cale à l’Arsenal de Lorient le 21 mars 1951 lancé le 27 décembre 1951 et mis en service le 6 mai 1952

-Le Patrouilleur Sauterelle  est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) à Nantes le 3 avril 1951 lancé le 30 décembre 1951 et mis en service le 8 avril 1952

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 700 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 60m largeur 9m tirant d’eau 3.50m

Propulsion : quatre moteurs diesels de 5000ch entrainant une hélice

Performances : vitesse maximale 18 noeuds distance franchissable : nc

Armement : un canon de 100mm à l’avant, quatre canons de 37mm, quatre mitrailleuses de 7.5mm et trente-deux grenades ASM

Equipage : 30 officiers et marins

Sous-marins

Le programme de guerre prévoit la construction de 24 sous-marins type Phenix. Les premières leçons du conflit sont rapidement digérées et le projet Y4 est jugé perfectible, donnant naissance au modèle Y5 de 980 tonnes, un intermédiaire entre le sous-marin de moyenne et de grande patrouille, entre le Rolland Morillot et le Phenix.

Cependant comme pour les croiseurs légers, les pertes en sous-marins se révèlent plus faibles que prévues, les forces anti-sous-marines allemandes ne se montrant pas d’une efficacité aussi redoutable que les italiens qui prélèvent également leur part avec trois sous-marins français coulés lors de l’opération Merkur contre la Corse et Malte.

Un amendement au programme de guerre voit la commande de sous-marins type Y5 limitée à douze, les douze autres devenant une version améliorée des Rolland Morillot, des sous-marins capables d’opérer facilement dans le Pacifique, un officier de marine lucide les appelant «Vengeurs de l’Indochine».

Pour fluidifier la construction, les commandes vont être étalées avec une première commande de quatre Y5 et de deux Z4 (Rolland Morillot mod.) en février 1949, quatre Y5 et de deux Z4 en septembre 1949, quatre Y5 et deux Z4 en juin 1950 et enfin six Z4 en juin 1951.

La construction est répartie entre l’Arsenal de Cherbourg, les chantiers Auguste Normand du Havre, les Ateliers et Chantiers de Seine Maritime du Trait et les Anciens Chantiers du Dubigeon de Nantes.

Première commande de février 1949

Les quatre premiers Y5 baptisés vont être tous construits par l’Arsenal de Cherbourg qui dispose de quatre cales de libre.

-L’Antiope est mis sur cale le 17 mars 1949 lancé le 8 août 1950 et mis en service le 7 janvier 1951

-L’Amazone est mis sur cale le 8 avril 1949 lancé le 2 septembre 1950 et mis en service le 11 février 1951

-L’Orphée est mis sur cale le 5 mai 1949 lancé le 11 octobre 1950 et mis en service le 25 mars 1951

-La Sibylle est mis sur cale le 7 juin 1949 lancé le 30 octobre 1950 et mis en service le 4 mai 1951

Les deux Z4 sont commandés aux ACSM du Trait dans l’estuaire de la Seine

-Sous-marin Achille mis sur cale le 12 mai 1949 lancé le 8 janvier 1951 et mis en service le 2 septembre 1951

-Sous-marin Persée mis sur cale le 19 mai 1949 lancé le 15 janvier 1951 et mis en service le 15 septembre 1951

Deuxième commande de septembre 1949

Les quatre Y5 sont commandés à part égales aux chantiers Auguste Normand du Havre et aux Anciens Chantiers Dubigeon de Nantes.

-Le Circé est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand du Havre le 12 novembre 1949 lancé le 8 mars 1951 et mis en service le 30 juillet 1951

-La Calypso est mis sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon le 17 février 1950 lancé le 30 juillet 1951 et mis en service le 23 janvier 1952

-La Doris est mis sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon le 8 mai 1950 lancé le 5 novembre 1951 et mis en service le 12 juin 1952

-Le Thetis  est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand du Havre le 12 avril 1951 lancé le 15 octobre 1952 et mis en service le 7 mai 1953

Les deux Z4 de la deuxième commande sont commandés à l’Arsenal de Cherbourg. Ils sont baptisés  Pascal et Argo reprennant les noms de «1500 tonnes» désarmés.

-Le Pascal est mis sur cale le 12 août 1950 lancé le 8 janvier 1952 et mis en service le 17 juin 1952

-L’Argo est mis sur cale le 10 septembre 1950 lancé le 18 février 1952 et mis en service le 7 août 1952

Commande de juin 1950

Les quatre Y5 baptisés Sirène Naïade Galatée et Argonaute sont tous commandés aux ACSM du Trait.

-La Sirène est mise sur cale le 26 juin 1950 lancé le 2 janvier 1952 et mis en service le 7 juillet 1952

-La Naïade est mis sur cale le 12 juillet 1950 lancé le 15 janvier 1952 et mis en service le 12 août 1952

-Le Galatée est mis sur cale le 8 septembre 1950 lancé le 3 mars 1952 et mis en service le 8 octobre 1952

-L’Argonaute est mis sur cale le 12 novembre 1950 lancé le 15 juin 1952 et mis en service le 8 janvier 1953

Les deux Y4 sont commandés aux Anciens Chantiers Dubigeon. Ils sont baptisés Henri Poincaré et Pasteur.

-Le Henri Poincaré est mis sur cale le 6 septembre 1950 lancé le 12 janvier 1952 et mis en service le 8 juin 1952

-Le Pasteur est mis sur cale le 12 octobre 1950 lancé le 4 mars 1952 et mis en service le 17 août 1952

Commande de juin 1951

Six sous-marins type Z4 sont donc commandés en juin 1951. Leur construction est confiée à l’Arsenal de Cherbourg et aux Anciens Chantiers Dubigeon, les chantiers normands étant jugés trop proche de l’Allemagne. Comme leurs devanciers, ils reprennent les noms des sous-marins type Redoutable désarmés au cours de la décennie 1940.

-L’Ajax est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 8 juillet 1951 lancé le 30 décembre 1952 et mis en service le 7 mai 1953

-Le Poncelet est mis sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon le 4 septembre 1951 lancé le 5 janvier 1953 et mis en service en juillet 1953

-L’Archimède est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 17 septembre 1951 lancé le 12 février 1953 et mis en service le 15 septembre 1953

-Le Fresnel est mis sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon le 21 novembre 1951 lancé le 2 mars 1953 et mis en service en septembre 1953

-L’Acheron est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 12 janvier 1953 lancé le 23 décembre 1954 (soit après la fin de la guerre) et mis en service en octobre 1954

-L’Actéon est mis sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon le 8 février 1953. Quand s’achève la guerre en septembre 1954, le sous-marin est quasiment achevé. Lancé le 8 octobre 1954, il est achevé seulement en 1956 comme sous-marin expérimental.

Navires-ateliers

Si les navires à voile nécessitaient assez peu d’entretien, l’apparition de la propulsion vapeur eut pour conséquence un alourdissement conséquent de la charge de travail des équipages qui parfois étaient dépassés par l’ampleur de la tache.

D’où l’idée de spécialiser des navires dans l’entretien. C’est l’apparition du navire-atelier, le premier exemple en France étant le Foudre, un croiseur porte-torpilleur qui fût également utilisé comme porte-hydravions.

Elle est remplacée dans cette mission par un ancien paquebot allemand, le Phoenica datant de 1894  Saisi par les russes lors du conflit russo-japonais, il est utilisé sous le nom de Kronstadt comme navire-atelier.

Il se réfugie avec le reste de la flotte blanche en 1921 à Bizerte. Réquisitionné puis acheté, il est rebaptisé Vulcain, ce navire est utilisé jusqu’à sa mise en réserve en 1933. Il est condamné en 1937 puis vendu à la démolition en décembre 1938, laissant la marine nationale sans navire-atelier dédié quand éclate la guerre de Pologne.

Il y avait bien le bâtiment de soutien aux sous-marins Jules Verne qui de temps en temps rendaient des services aux bâtiments de surface mais il avait déjà fort à faire avec les sous-marins dont les nécessités d’entretien étaient encore plus grandes.

En dépit de l’expansion de la flotte tant de combat que de soutien, aucun navire-atelier n’est commandé ni même acheté et quand éclate le second conflit mondial en septembre 1948, aucun navire spécialisé n’équipe la marine nationale qui doit se contenter de la transformation hâtive de navires marchands.

Cette solution montre rapidement ses limites. La campagne de Norvège à provoqué des pertes sensibles mais aussi à endommagé de nombreux navires. L’utilité du navire-atelier saute aux yeux des marins français pour réparer les avaries de combat, stabiliser un navire comme on stabilise un patient avant de véritables réparations dans un Arsenal ou un chantier parfaitement outillé.

Le programme de guerre de janvier 1949 finance ainsi la construction de deux navires ateliers qui reprennent la coque et le système propulsif des cargos de type Commission, ces deux navires étant baptisés Vulcain et Héphaïstos et construits à Saint-Nazaire, le premier aux ACL et le second aux Ateliers et Chantiers de Saint Nazaire-Penhoët.

-Le Vulcain est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) à Saint Nazaire le 12 avril 1949 lancé le 8 juin 1950 et mis en service le 4 septembre 1950

-L’Hephaïstos  est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Saint Nazaire-Penhoët le 4 juin 1949 lancé le 2 octobre 1950 et mis en service le 8 février 1951

Pétroliers-ravitailleurs d’escadre

Quand éclate le second conflit mondial, la marine nationale dispose de 23 pétroliers dont 6 PRE _Pétroliers Ravitailleurs d’Escadre_ dont la mission exclusive est de ravitailler les escadres et les groupes occasionnels en mazout et au mouillage en munitions, pièces détachées, vivres et autres fournitures.

En dépit de cette flotte assez confortable, la marine nationale obtient la commande de deux autres PRE quasi-identiques aux six en service, des navires baptisés La Dordogne et La Durance.

-Le PRE La Dordogne est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers Maritimes du Sud-Ouest & de Bacalan Réunis sis à  Bordeaux le 8 juillet 1949 lancé le 12 septembre 1950 et mis en service le 8 janvier 1951.

-Le PRE La Durance est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Gironde de Bordeaux le 8 septembre 1949 lancé le 1er décembre 1950 et mis en service le 12 mars 1951

13-Sous-marins (30) sous-marins classe Rolland Morillot (7)

Le Wallis et Futuna

Carte de Wallis et Futuna

Carte de Wallis et Futuna

-Le Wallis & Futuna est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 4 juin 1946 lancé le 23 décembre 1947 et mis en service le 17 août 1948.

Il quitte Cherbourg le 18 août 1948 et rallie seul Brest où il est affecté à la 22ème DSM de la 5ème Escadre. Il appareille pour sa première patrouille le 25 août et était toujours à la mer onze jours plus tard alors que le second conflit mondial venait d’éclater.

Le St Pierre et Miquelon

Carte de Saint Pierre et Miquelon

Carte de Saint Pierre et Miquelon

-Le  Saint Pierre et Miquelon est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 3 novembre 1945 lancé le 18 octobre 1947 et mis en service le 12 juillet 1948

Le même jour à Cherbourg, le Mayotte est mis en service ce qui permet l’activation de la 22ème DSM. A l’origine cette division devait rallier l’Indochine et renforcer les FNEO mais devant les tensions régnant en Europe, il est décidé d’affecter cette division à la 5ème Escadre. Ils vont rallier Brest sans escorte le 13 juillet 1948.

Il s’entraîne en mer d’Iroise puis appareille le 31 août pour une patrouille en mer du Nord, relevant le  Mayotte pour une patrouille du temps de paix qui bascule dans la guerre dès le 5 septembre 1948.

Le Clipperton

Clipperton

Clipperton

-Le Clipperton est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 4 octobre 1945 lancé le 12 octobre 1947 et mis en service le 21 août 1948.

Il rallie Bizerte en solitaire, faisant escale à Casablanca le 26 août avant d’arriver à Bizerte le 3 septembre 1948, se préparant aussitôt à une première patrouille qui sera de guerre.

Caractéristiques Techniques de la classe Rolland Morillot

Déplacement : surface 1810 tW en plongée 2417 tW

Dimensions : longueur 102.50m largeur 8.32m Tirant d’eau 4.8m

Propulsion : deux moteurs diesels Sulzer de 6000ch et deux moteurs électriques deux hélices

Performances : vitesse maximale 22 noeuds en surface 9.5 noeuds en plongée Rayon d’action 4000 miles nautiques à 12 noeuds Immersion : 80m

Armement : un canon de 100mm modèle 1934 avec 200 obus, deux mitrailleuses de 13.2mm en affût double puis un affût double de 25mm, 10 tubes lance-torpilles de 550mm (4 tubes à l’étrave et deux plate-formes orientables triples), nombre qui passe à 13 tubes à partir de La Martinique avec une tourelle triple supplémentaire.

Equipage : 70 officiers et marins

13-Sous-marins (29) sous-marins classe Rolland Morillot (6)

Le Mayotte

Mayotte

Mayotte

-Le Mayotte est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Seine Maritime (ACSM) au Trait le 5 septembre 1946 lancé le 12 décembre 1947 et mis en service le 12 juillet 1948.

Le même jour à Cherbourg, le Saint Pierre et Miquelon est mis en service ce qui permet l’activation de la 22ème DSM.

A l’origine cette division devait rallier l’Indochine et renforcer les FNEO mais devant les tensions régnant en Europe, il est décidé d’affecter cette division à la 5ème Escadre.

Ils vont rallier Brest sans escorte le 13 juillet 1948. Au 5 septembre 1948, le Mayotte venait de rentrer à Brest après sa patrouille après avoir été relevé en mer du Nord par le Saint Pierre et Miquelon. Il prépare aussitôt sa première patrouille de guerre.

Le Nouvelle Calédonie

Carte de la Nouvelle-Calédonie

Carte de la Nouvelle-Calédonie

-Le Nouvelle Calédonie  est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Seine Maritime (ACSM) du Trait le 22 mars 1946 lancé le 8 octobre 1947 et mis en service le 4 août 1948. Il est affecté à la 22ème DSM.

Le 15 août 1948, il appareille pour sa première patrouille qui doit l’occuper jusqu’au 5 septembre 1948, patrouille qui l’envoie en mer du Nord. A l’annonce du bombardement allemand sur Oslo, il reçoit l’ordre de rallier Dunkerque pour se ravitailler en carburant, vivres et munitions pour faire sa patrouille de guerre.

Le Tromelin

Tromelin

Tromelin

-Le Tromelin est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Seine-Maritime (ACSM) au Trait le 8 février 1945 lancé le 21 janvier 1947 et mis en service le 12 décembre 1947.

Il quitte Cherbourg le 13 décembre en compagnie du mouilleur de mines Pollux pour rallier Bizerte, faisant escale à Casablanca du 15 au 18 décembre avant d’arriver à Bizerte le 27 décembre 1947.

Affecté à la 10ème DSM, il participe avec le sous-marin Aber Wrach à un entrainement commun avec les croiseurs légers La Galissonnière Jean de Vienne et La Marseillaise de la 2ème DC et l’armée de l’air.

Le 5 septembre 1948, le Tromelin était à quai. A l’annonce des bombardements allemands en Scandinavie, il reçoit l’ordre de mise en alerte, prêt à appareiller en cas de besoin.

13-Sous-marins (28) sous-marins classe Rolland Morillot (5)

L’Aber Wrach

L'Aber Wrach est un fleuve côtier et non une île

L’Aber Wrach est un fleuve côtier et non une île

-L’Aber Wrach  est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand le 7 juillet 1944 lancé le 14 mars 1946 et mis en service le 5 septembre 1947.

Le sous-marin dont l’achèvement avait été réalisé comme tous les sous-marins par l’Arsenal de Cherbourg quitte la Basse Normandie le 6 septembre 1947 en compagnie du mouilleur de mines Pollux qui va l’escorter jusqu’à Bizerte. Les deux navires font escale à Casablanca du 11 au 14 septembre puis rallient la Tunisie et Bizerte où ils arrivent le 21 septembre 1947.

Placé hors rang au sein de la 3ème FSM, il forme une nouvelle 10ème DSM à partir du 7 octobre 1947, jour de l’admission au service actif de l’Ile de Batz qui était encore à Cherbourg à l’époque.

La 10ème DSM devient donc une réalité seulement le 24 octobre 1947 quand l’Ile de Batz arrive à Bizerte et atteindra son format définitif à la fin du mois de décembre avec l’arrivée en Tunisie du Tromelin.

Du 5 au 15 janvier 1948, les sous-marins Aber Wrach et Tromelin sortent pour un exercice commun avec les croiseurs légers de la 2ème DC et l’armée de l’air, les sous-marins pourchassant les croiseurs avec l’appui ou l’opposition de l’armée de l’air dont la mobilisation permet également d’entrainer les sous-marins et les croiseurs à la défense aérienne à la mer.

Le 5 septembre 1948, l’Aber Wrach venait de rentrer d’une patrouille de trois semaines en Adriatique. Il n’est pas en mesure d’appareiller avant dix jours le temps que le navire soit révisé, ses approvisionnements recomplétés et son équipage reposé.

L’Ile de Batz

Ile de Batz

Ile de Batz

-L’Ile de Batz  est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Seine-Maritime (ACSM) au Trait le 12 septembre 1944 lancé le 14 août 1946 et mis en service le 7 octobre 1947.

Le 8 octobre 1947, il quitte Cherbourg en compagnie de l’Engageante, une ancienne canonnière utilisée depuis comme ravitailleur d’hydravions. Les deux navires font escale à Casablanca du 15 au 17 octobre puis rallient Bizerte le 24 octobre 1947 dans la soirée, permettant à la 10ème DSM d’avoir une existence concrète.

Le 5 septembre 1948, le sous-marin Ile de Batz était déployé en Adriatique, ayant relevé l’Aber Wrach. Il reçoit l’ordre de surveiller le nord de l’Adriatique et notamment les ports de Venise et de Trieste.

L’Ile de Porquerolles

Carte de l'Ile de Porquerolles

Carte de l’Ile de Porquerolles

-L’Ile de Porquerolles est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand  le 15 octobre 1945 lancé le 20 septembre 1947 et mis en service le 17 mars 1948.

Sa mise en service permet l’activation de la 11ème DSM, l’une des divisions de la 3ème flottille de sous-marine placée sous l’autorité de la 6ème Escadre Légère, division qu’il forme avec L’Ile de Molène.

Le 18 mars 1948, il quitte Cherbourg en compagnie de l’Engageante, les deux navires faisant escale à Casablanca du 22 au 24 mars avant de rallier Bizerte le 31. La 11ème DSM n’atteindra son format définitif qu’à la fin du mois de juillet avec la mise en service du Clipperton.

Le 5 septembre 1948, l’Ile de Porquerolles était à la mer pour un entrainement. Cet entrainement est annulé et il rallie sa zone de patrouille en l’occurence le Golfe de Syrte pour avoir un œil sur le port de Benghazi en Libye italienne.

L’Ile d’If

Chateau de l'île d'If

Château de l’île d’If

-L’Ile d’If est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Seine-Maritime (ACSM) le 2 février 1944 lancé le 14 mars 1946 et mis en service le 15 septembre 1947.

Affecté à la 5ème DSM, l’Ile d’If permet à la division d’atteindre son format définitif à quatre sous-marins.

Le 5 septembre 1948, L’Ile d’If est à quai. Il appareille dans la nuit du 5 au 6 septembre pour prendre position au niveau du Cap Corse.

13-Sous-marins (27) sous-marins classe Rolland Morillot (4)

L’Ile de Brehat

Ile de Brehat

Ile de Brehat

-L’Ile de Brehat est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 5 octobre 1943 lancé le 7 octobre 1945 et mis en service le 12 janvier 1947

L’Ile de Brehat quitte Cherbourg le 12 janvier 1947 en compagnie du mouilleur de mines Castor et fait escale les 13 et 14 janvier à Brest où il retrouve son compère Ile d’Aix, mis en service le 12 janvier ce qui permet l’activation de la 5ème DSM.

Les deux sous-marins quittent Brest en compagnie du mouilleur de mines le 15 janvier 1947, font escale à Casablanca du 19 au 22 janvier avant de rallier Toulon le 26 janvier 1947.

Du 3 au 21 mai 1947, l’Ile de Brehat participe à l’exercice «Cordial Agreement» au large de Malte en compagnie de son compère Ile d’Aix mais également des «800 tonnes» Nivôse et Floréal de la 17ème DSM venus de Bizerte.

Le 5 septembre 1948, l’Ile de Brehat est à la mer en patrouille dans le Golfe de Gênes, recevant des consignes de vigilance.

L’Ile d’Aix

Ile d'Aix

Ile d’Aix

-L’Ile d’Aix est mis sur cale à l’Arsenal de Brest le 7 février 1944 lancé le 12 septembre 1945 et mis en service le 12 janvier 1947

Le 13 janvier 1947, arrivent à Brest le sous-marin Ile de Brehat et le mouilleur de mines Castor qui doivent rallier Toulon en compagnie de l’Ile d’Aix.

Les deux sous-marins quittent Brest en compagnie du mouilleur de mines le 15 janvier 1947, font escale à Casablanca du 19 au 22 janvier avant de rallier Toulon le 26 janvier 1947.

Du 5 au 15 mai 1947, l’Ile d’Aix participe à un exercice avec le croiseur lourd Henri IV. Il participe du 4 au 14 avril 1948 avec le Saint Marcouf à un exercice ASM avec les contre-torpilleurs Bruix, D’Assas et le La Tour d’Auvergne.

Le 5 septembre 1948, l’Ile d’Aix était à quai, revenu la veille d’une patrouille de vingt jours. Il  se prépare aussitôt à repartir pour une nouvelle patrouille de guerre cette fois.

Le Saint Marcouf

Saint Marcouf

Saint Marcouf

-Le Saint Marcouf est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand du Havre le 4 septembre 1943 lancé le 2 octobre 1945 et mis en service le 7 juin 1947 après des travaux à l’Arsenal de Cherbourg à partir du 7 février 1947.

Le Saint Marcouf quitte Cherbourg le 8 juin 1947 en compagnie de l’aviso-dragueur Elan qui lui sert d’escorte. Les deux navires font escale à Casablanca du 14 au 17 juin puis rallient Toulon le 21 juin 1947 à l’aube.

Affecté à la 5ème DSM, le Saint Marcouf participe du 4 au 14 avril 1948 à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Bruix D’Assas et La Tour d’Auvergne en compagnie de son compère Ile d’Aix.

Quand le second mondial éclate le 5 septembre 1948, le Saint Marcouf est à la mer, débutant sa patrouille au large des côtes italiennes. Il est informé des bombardements allemands et reçoit l’ordre de surveiller les mouvements de la flotte italienne en cas d’action concertée entre Rome et Berlin.

L’Ile de Molène

Molène

Molène

-L’Ile de Molène est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Seine-Maritime (ACSM) au Trait le 20 décembre 1944 lancé le 15 novembre 1946 et mis en service le 21 janvier 1948.

Le 22 janvier 1948, le mouilleur de mines Pollux arrive à Cherbourg (où l’Ile de Molène à terminé ses travaux et sa mise au point) pour escorter le sous-marin jusqu’à Bizerte. Les deux navires quittent la Basse-Normandie le 23 janvier, font escale à Casablanca du 28 janvier au 2 février puis rallient d’une traite Bizerte où ils arrive le 6 février à l’aube.

Placé hors rang au sein de la 3ème flottille de sous-marins composante de la 6ème Escadre Légère, l’Ile de Molène forme la 11ème DSM à partir du 17 mars 1948 quand l’Ile de Porquerolles est mis en service bien que le dit sous-marin ne rallie la Tunisie qu’à la fin du mois.

Le 5 septembre 1948, l’Ile de Molène venait d’arriver à Malte pour une escale après une patrouille de quinze jours. Il reçoit l’ordre de rallier Bizerte pour ravitailler en vivres, carburant et munitions puis d’appareiller pour l’Adriatique avec mission de surveiller le port de Bari.

13-Sous-marins (26) sous-marins classe Rolland Morillot (3)

Le Kerguelen

Carte de l'île de Kerguelen

Carte de l’île de Kerguelen

-Le Kerguelen est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 14 janvier 1941 lancé le 12 juillet  1943 et mis en service le 12 janvier 1945.

Le 12 janvier 1945, il est rejoint en grande rade l’aviso-dragueur La Batailleuse. Les deux navires quittent Cherbourg le lendemain  et arrivent à Brest le 14 janvier à l’aube. Il est aussitôt affecté à la 25ème DSM où il retrouve ses sister-ships Ile de Ré et Ile d’Yeu.

Du 20 au 27 avril 1945, le Kerguelen participe avec l’Ile de Re à l’entrainement ASM de la 3ème Division de Contre-Torpilleurs. La 25ème DSM devient 6ème DSM le 27 octobre 1945 à une époque où le sous-marin La Guadeloupe à permis à la division d’atteindre son format définitif.

Du 10 au 15 avril 1946, le sous-marin Kerguelen participe à l’exercice «Entente Cordiale 46» en compagnie de ses compères Rolland Morillot Ile de France et La Guadeloupe.

Du 28 octobre au 7 novembre 1947, les contre-torpilleurs Dupetit-Thouars et Du Chayla effectuent un entrainement anti-sous-marin avec comme plastron les sous-marins Kerguelen et La Guadeloupe

Du 10 mars au 20 mai 1948, le sous-marin Kerguelen est échoué dans le bassin n°2 de l’Arsenal de Cherbourg pour son premier grand carénage.  Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 4 juin 1948. Ses essais réglementaires ont lieu du 5 au 7  et sa remise en condition du 9 au 23 juin 1948. Sa première patrouille post-carénage à lieu du 30 juin au 8 juillet 1948.

Quand les allemands lancent l’opération Weserübung le 5 septembre 1948, le Kerguelen venait d’appareiller pour un exercice dans le golfe de Gascogne. L’exercice est interrompu et le sous-marin rentre à Brest pour se ravitailler en carburant et en vivres pour effectuer sa première mission de guerre.

Le Crozet

Carte de l'île de Crozet

Carte de l’île de Crozet

-Le Crozet est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 20 octobre 1941 lancé le 12 janvier 1944 et mis en service le 4 juin 1945

Le Crozet et La Réunion admis au service actif le même jour permettent la réactivation de la 3ème DSM. Le 5 juin 1945, division appelée à être basée à Toulon, intégrant la 3ème escadrille et donc par voie de conséquence la 1ère flottille de sous-marins (1ère FSM).

Le 6 juin 1945, le mouilleur de filets Gladiateur arrive à Cherbourg pour escorter les deux sous-marins jusqu’à Toulon. La petite escadre quitte le port bas-normand le 7 juin, fait escale à Casablanca du 12 au 15 juin puis arrive à Toulon le 20 juin 1945 à l’aube.

Du 1er au 13 juillet 1945, le sous-marin Crozet participe à l’exercice «Némo» en compagnie des sous-marins La Réunion Le Glorieux Le Tonnant L’Antigone et L’Aurore.

Du 25 août au 7 septembre 1945, le Crozet participe à un entrainement commun au croiseur lourd Algérie et aux sous-marins Le Héros et L’Espoir.

Le 4 mars 1946, l’Ile d’Oleron arrive à Toulon, renforçant la 3ème DSM qui atteint donc quasiment son format définitif. Le Crozet et La Réunion participent ensuite à un entrainement ASM des contre-torpilleurs Desaix et Kléber du 14 au 22 mars 1946.

Le 13 février 1947, le sous-marin Belle-Ile arrive à Toulon ce qui permet à la 3ème DSM d’atteindre son format définitif.

Du 7 au 17 mai 1947, les sous-marins Crozet et La Réunion participent à l’entrainement anti-sous-marin des contre-torpilleurs Bayard Du Guesclin et Turenne.

Après un exercice commun de la 3ème DSM avec les trois contre-torpilleurs de la 5ème DCT, Le Crozet et La Réunion vont subir un grand carénage. Les deux sous-marins sont hissés sur le slipway du Mourillon le 11 juin 1948.

Les travaux étaient censés durer jusqu’au 20 septembre mais devant l’imminence du conflit, ce grand carénage est accélérer.

Ce qui est sur c’est que Le Crozet est armé pour essais dès le 24 août, sortant pou essais le 25 août et effectuant une remise à condition à minima du 26 août au 3 septembre, étant déclaré disponible le……….5 septembre 1948 tout comme son sister-ship La Réunion.

Le Belle-Ile

Carte de Belle-Île

Carte de Belle-Île

-Le Belle-Ile est  mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 15 juillet 1943 lancé le 12 septembre 1945 et mis en service le 30 janvier 1947.

Le 1er février 1947, le sous-marin Belle-Ile quitte Cherbourg en compagnie du Gladiateur pour rallier Toulon, faisant escale à Casablanca du 7 au 10 février, ralliant Toulon le 13 février 1947, intégrant la 3ème DSM en compagnie de ses sister-ships La Réunion Crozet et Ile d’Oleron.

Du 7 au 17 avril 1947, les sous-marins Belle-Ile et Ile d’Oleron participent à l’entrainement anti-sous-marin des torpilleurs d’escadre Le Hardi et L’Epée, ces derniers qui assurent la protection du croiseur de bataille Dunkerque étaient privés de leur protégé alors en grand carénage.

Quand le second conflit mondial éclate en Scandinavie, le sous-marin Belle-Ile avait appareillé pour une patrouille en Méditerranée. Informé des bombardements allemands, il reçoit l’ordre de surveiller attentivement les mouvements des navires italiens stationnés à La Spezia.

L’Ile d’Oleron

Image satellitaire de l'Ile d'Oleron

Image satellitaire de l’Ile d’Oleron

-L’Ile d’Oleron est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 4 mars 1943 lancé le 4 février 1945 et mis en service le 25 février 1946

L’Ile d’Oleron quitte Cherbourg le 25 février 1946 en compagnie de l’aviso-dragueur Commandant Dominé pour rallier Toulon, se ravitaillant le 1er mars à Casablanca avant de rallier Toulon le 4 mars et de rejoindre ses sister-ships La Réunion et Crozet au sein de la 3ème DSM.

Du 20 mars au 21mai 1946, l’Ile d’Oleron accompagne La Réunion dans une croisière en URSS en compagnie du cuirassé Alsace, du croiseur lourd Saint Louis, des torpilleurs d’escadre Mameluk et Casque et le pétrolier ravitailleur Liamone.

Du 7 au 17 avril, il participe en compagnie du Belle-Ile à l’entrainement anti-sous-marin des torpilleurs d’escadre Le Hardi et L’Epée.

Le 5 septembre 1948, l’Ile d’Oleron était à la mer en Mer Tyrrhénienne. Averti des bombardements allemands, elle reçoit des consignes de vigilance, notamment de suivre les mouvements de la flotte italienne.

13-Sous-marins (25) sous-marins classe Rolland Morillot (2)

La Réunion

Carte de l'île de la Réunion

Carte de l’île de la Réunion

-La Réunion est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 16 novembre 1940 lancé le 24 septembre 1943 et mis en service le 4 juin 1945 en même temps que son sister-ship Crozet.

La mise en service de ces deux navires permet la réactivation de la 3ème DSM, division appelée à être basée à Toulon, intégrant la 3ème escadrille et donc par voie de conséquence la 1ère flottille de sous-marins (1ère FSM).

Le 6 juin 1945, le mouilleur de filets Gladiateur arrive à Cherbourg pour escorter les deux sous-marins jusqu’à Toulon. La petite escadre quitte le port bas-normand le 7 juin, fait escale à Casablanca du 12 au 15 juin puis arrive à Toulon le 20 juin 1945 à l’aube.

Du 1er au 13 juillet 1945, La Réunion participe à l’exercice «Némo» en compagnie des sous-marins Le Glorieux Le Tonnant Crozet Antigone et Aurore.

Le 25 février 1946, L’Ile d’Oleron est mis en service même si il ne retrouvera ses compères de la 3ème DSM que le 4 mars, date de son arrivée à Toulon.

Du 20 mars au 21 mai 1946, La Réunion accompagné de l’Ile Oleron participe à la croisière en URSS, accompagnant le cuirassé Alsace, le croiseur lourd Saint Louis, le pétrolier-ravitailleur Liamone et les torpilleurs d’escadre Mameluk et Casque.

Le 30 janvier 1947, le Belle-Ile est mis en service et quand il arrive à Toulon le 13 février suivant, il  permet à la 3ème DSM d’atteindre son format définitif à quatre sous-marins.

Du 7 au 17 mai 1947, les sous-marins La Réunion et Crozet participent à un entrainement ASM en servant de plastron pour les contre-torpilleurs Bayard Du Guesclin et Turenne de la 2ème DCT.

Du 16 au 24 mars 1948, La Réunion sert de plastron aux torpilleurs d’escadre Mousquet et Bombardier pour entrainer ces deux navires de classe Intrépide à la lutte ASM alors que leur protégé, le cuirassé Alsace subissait un petit carénage à Bizerte.

Les trois navires mouillent aux salins d’Hyères du 25 mars au 2 avril avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Après un exercice commun de la 3ème DSM avec les trois contre-torpilleurs de la 5ème DCT, La Réunion et Le Crozet vont subir un grand carénage. Les deux sous-marins sont hissés sur le slipway du Mourillon le 11 juin 1948.

Les travaux étaient censés durer jusqu’au 20 septembre mais devant l’imminence du conflit, ce grand carénage est accéléré.

Ce qui est sur c’est que La Réunion est armé pour essais dès le 24 août, sortant pou essais le 25 août et effectuant une remise à condition à minima du 26 août au 3 septembre, étant déclaré disponible le……….5 septembre 1948 tout comme son sister-ship Crozet.

L’Ile de France

Carte de l'Ile de France

Carte de l’Ile de France

-L’Ile de France  est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) à Nantes en même temps que l’Ile de Ré le 25 septembre 1941 et lancés le 12 janvier 1943

Les deux sous-marins quittent Nantes le 14 mars 1944 accompagnés par l’aviso-hydrographe Beautemps-Beaupré pour rallier Cherbourg le lendemain 15 mars 1944. Ils sont mis au bassin du 16 mars au 4 avril 1944 pour parfaire leur mise au point.

L’Ile de France et l’Ile de Ré sont mis en service le 12 août 1944. Le lendemain 13 août, ils quittent Cherbourg en compagnie du Beautemps-Beaupré, les trois navires ralliant Brest dans la soirée.

Les deux jumeaux se séparent alors. Si le sous-marin Ile de France est affecté à la 24ème DSM, l’Ile de Ré lui rejoint la 25ème DSM. Le 9 août 1945, la 24ème DSM devient 4ème DSM.

Du 10 au 15 avril 1946, il participe au large des côtes françaises à l’exercice «Entente Cordiale 46» en compagnie des sous-marins Rolland Morillot Kerguelen et La Guadeloupe.

Du 12 janvier au 21 mars 1948, le sous-marin Ile de France est échoué au bassin n°1 de l’Arsenal de Cherbourg pour grand carénage. Armé pour essais le 3 avril, il effectue ses essais réglementaires les 4 et 5 avril puis sa remise en condition du 7 au 21 avril 1948.

Quand le second conflit mondial éclate le 5 septembre 1948, L’Ile de France était en plein exercice en Manche. Il rallie aussitôt Dunkerque où il se ravitaille en carburant, vivres et torpilles pour pouvoir faire face à toutes les éventualités.

L’Ile de Ré

vue aérienne de l'Ile de Ré

vue aérienne de l’Ile de Ré

-L’Ile de Ré  est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) à Nantes en même temps que l’Ile de France le 25 septembre 1941 et lancés le 12 janvier 1943

Les deux sous-marins quittent Nantes le 14 mars 1944 accompagnés par l’aviso-hydrographe Beautemps-Beaupré pour rallier Cherbourg le lendemain. Ils sont mis au bassin du 16 mars au 4 avril 1944 pour parfaire leur mise au point.

L’Ile de Ré et L’Ile de France sont mis en service le 12 août 1944. Le lendemain 13 août, ils quittent Cherbourg en compagnie du Beautemps-Beaupré, les trois navires ralliant Brest dans la soirée.

Les deux jumeaux se séparent alors. Si le sous-marin Ile de France est affecté à la 24ème DSM, l’Ile de Ré lui rejoint la 25ème DSM.

Du 29 septembre au 7 octobre 1945  l’Ile de Ré participe avec son compère Ile d’Yeu à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Guépard et Lion. Le 27 octobre 1945, la 25ème DSM est renumérotée 6ème DSM.

Du  2 octobre au 12 décembre 1947, le sous-marin Ile de Ré est échoué dans le bassin n°2 de l’Arsenal de Cherbourg pour son premier grand carénage. Après des travaux complémentaires à flot, il est armé pour essais le 26 décembre 1947, exécutant ses essais réglementaires du 27 au 29  puis sa remise en condition du 2 au 16 janvier 1948.

Du 5 au 10 mai 1948, L’Ile de Ré participe avec l’Ile d’Yeux à l’exercice franco-britannique «Entente Cordiale 48».

Quand les allemands bombardent la Norvège et le Danemark le 5 septembre 1948, l’Ile de Ré avait appareillé le 1er septembre pour un patrouille dans l’Atlantique Sud à la recherche des raiders allemands qu’il devait pister et détruire uniquement en cas de guerre.

Il reçoit alors de rallier Fort de France pour charger carburant, munitions (il avait réalisé des tirs d’entrainement durant le transit) et vivres et de se tenir prêt.

L’Ile d’Yeux

Vue aérienne de l'Ile d'Yeux

Vue aérienne de l’Ile d’Yeux

-L’Ile d’Yeu est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) à Nantes le 20 octobre 1941 lancé le 2 février 1943 et mis en service le 12 septembre 1944.

Le 13 septembre 1944, l’aviso-dragueur La Capricieuse arrive de Brest pour escorter le nouveau sous-marin à Brest. Ils quittent Cherbourg le 14 septembre à l’aube et arrivent en début de soirée.

L’arrivée de l’Ile d’Yeux permet l’activation de la 25ème DSM composée de l’Ile de Ré et de l’Ile d’Yeux, attendant la mise en service des sous-marins Kerguelen et La Guadeloupe.

Du 20 au 27 avril 1945, l’Ile de Ré accompagné du Kerguelen participent à l’entrainement des contre-torpilleurs Panthère Lynx et Tigre de la 3ème DCT. Il participe ensuite avec l’Ile de Ré à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Guépard et Lion.

Le 27 octobre 1945, la 25ème DSM qui à atteint son format définitif à quatre sous-marins est renumérotée 6ème DSM. Elle reste rattachée à la 5ème Escadre.

Du 13 décembre 1947 au 20 février 1948, le sous-marin Ile d’Yeux est échoué au bassin n°2 de l’Arsenal de Cherbourg pour son premier grand carénage limité à une remise en état complète et quelques travaux de mise à niveau des transmissions et de l’électronique.

Après une période de travaux complémentaires à quai, l’Ile d’Yeux est armé pour essais le 4 mars 1948, effectuant ses essais réglementaires du 5 au 7  puis sa remise en condition du 9 au 23 mars 1948.

Du 5 au 10 mai 1948, les sous-marins Ile de Ré et Ile d’Yeux participent à l’exercice «Entente Cordiale 48» au large des îles britanniques.

Le 5 septembre 1948, quand les allemands bombardent la Norvège et le Danemark, l’Ile d’Yeux à appareillé deux jours plutôt pour une patrouille au large des ports allemands. Il reçoit l’ordre de pister la flotte allemande et de couler tout navire portant pavillon allemand, qu’il soit civil ou militaire.

13-Sous-marins (24) sous-marins classe Rolland Morillot (1)

J-Sous-marins de 1ère classe type Rolland Morillot (Z2)

De nouveaux sous-marins pour la marine nationale

Schéma simplifié des Rolland Morillot

Schéma simplifié des Rolland Morillot

Durant le premier conflit mondial, les constructions navales dans notre pays ont été pour ainsi dire stoppées. Les besoins de l’armée de terre primant sur ceux de la marine, les Arsenaux avaient du produire des munitions et des fournitures pour les poilus plus que des navires.

Certes, il y eut bien des avisos, des patrouilleurs et des canonnières de construit mais des navires ne réquerant pas autant de technicité qu’un sous-marin ce qui explique que la reprise de la construction des submersibles après le premier conflit mondial à été laborieuses, un délai de quatre à six ans séparant la mise sur cale de l’admission au service actif.

Constatant ce délai, l’amirauté anticipa dès le début des années trente le remplacement des 1500 tonnes alors que tous _loin s’en faut_ n’étaient pas encore en service. Un projet «R» avait même été étudié dès 1927 nous donnant un sous-marin de 1400 tonnes mais aucune des quatre variantes ne fût au final construite.

Au final ce n’est que le 29 avril 1936 que les plans d’un nouveau sous-marin de grande patrouille sont arrêtés, le projet retenu baptisé «Z2» est l’œuvre de l’ingénieur général Paoli qui à succédé à l’ingénieur général Roquebert qui avait dessiné les sous-marins type Requin et Redoutable/Pascal.

Ces nouveaux sous-marins déplacent 1800 tonnes, cette prise de poids s’expliquant par un grand nombre d’améliorations : diesels plus puissants et donc en partie plus lourds, armement plus puissant (canon de 100mm d’un nouveau modèle avec possibilité d’y embarquer un canon de 130mm, calibre des torpilles unique soit 550mm avec une augmentation du nombre des torpilles de réserve), une autonomie plus importante, un appareillage d’écoute et des optiques plus performantes……… . Plus important, les Z2 adoptaient la soudure pour la coque épaisse ce qui renforçait leur résistance au grenadage.

Un premier sous-marin baptisé Rolland Morillot est financé à la tranche 1934. Il suivit d’un deuxième au contingent 1937 (La Praya), un troisième à la tranche 1938 (La Martinique) et un quatrième à la tranche 1938bis (La Guadeloupe La Réunion), ces cinq sous-marins devant être construits par l’Arsenal de Cherbourg.

A noter que sur le plan purement technique, à partir du Rolland Morillot n°3 (La Martinique), ces submersibles disposaient de treize tubes lance-torpilles au lieu de dix.

Le renouvellement s’accélère avec le décret-loi du 1er avril 1940 qui finance la construction de six nouveaux submersibles baptisés Ile de France Ile de Ré Ile d’Yeu Kerguelen Crozet Belle-Ile dont la construction est confiée pour les trois premiers aux ACL de Nantes et à l’Arsenal de Cherbourg pour les trois suivants.

L’impulsion est encore accéléré par le programme naval de 1941 qui finance un total de quinze submersibles de type Rolland Morillot en trois tranches inégales.

La tranche 1943 autorise et finance trois sous-marins baptisés  ( Ile d’Oleron Ile de Brehat Ile d’Aix) dont la construction est répartie entre l’Arsenal de Cherbourg (les deux premiers) et l’Arsenal de Brest pour le troisième.

La  tranche 1944 finance six autres submersibles (Saint Marcouf; Ile de Molène; Aber Wrach; Ile de Batz; Ile de Porquerolles et Ile d’If), une tranche normande puise la construction est repartie entre les chantiers A. Normand du Havre (Saint Marcouf Aber Wrach Ile de Porquerolles) et les chantiers Worms (ACSM) (Molène Ile de Batz Ile d’If).

La tranche 1945 finance six nouveaux «1800 tonnes» (Mayotte Nouvelle Calédonie Tromelin Wallis et Futuna Clipperton et St Pierre et Miquelon), une autre tranche normande sauf que cette fois la construction est répartie entre les chantiers Worms du Trait (Mayotte Nouvelle Calédonie Tromelin) et l’Arsenal de Cherbourg (Wallis & Futuna Clipperton St Pierre & Miquelon)

27 submersibles de type Rolland Morillot sont donc commandés auxquels s’ajoutent un total de quatre sous-marins d’un type approchant mais dont les différences sont suffisament grandes pour justifier l’existence d’une classe autonome (canon de 130mm, diesels et batteries plus puissants).

Le Rolland Morillot

Rolland Morillot mort à bord du sous-marin Monge en 1915

Rolland Morillot mort à bord du sous-marin Monge en 1915

-Le Rolland Morillot est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 1er décembre 1937 lancé le 15 septembre 1940 et mis en service le 17 février 1942.

Le 18 février 1942, l’aviso-dragueur La Capricieuse arrive à Cherbourg. Il va assurer l’escorte en surface du nouveau sous-marin en direction de Brest son port d’attache. Les deux navires quittent Cherbourg le 19 février au matin et arrivent à Brest dans la soirée.

Le Rolland Morillot est placé hors rang au sein de la 5ème Escadre et ce jusqu’au 14 mai 1943 quand l’admission au service actif de son sister-ship La Praya permet l’activation de la 24ème Division de Sous-Marins.

Cette division est renforcée par l’admission au service actif de La Martinique le 5 octobre 1943 et atteint son format définitif le 12 août 1944 quand l’Ile de France est à son tour admis au service actif.

Du 12 février au 15 mai 1945, le Rolland Morillot est échoué dans le bassin n°1 de l’Arsenal de Cherbourg pour son premier grand carénage.

Après des travaux complémentaires à flot, il est armé pour essais le 25 mai, réalisant ses essais réglementaires du 26 au 29, le mauvais temps ayant perturbé le programme prévu pour se dérouler sur deux jours.

Il réalise sa remise en condition en Manche du 1er au 15 juin avant de rallier Brest, le premier «1800 tonnes» effectuant sa première patrouille post-carénage du 22 juin au 10 juillet.

Du 7 au 15 août 1945, le Rolland Morillot participe avec ses compères La Praya et La Martinique à  un exercice ASM au large de Dakar en compagnie du porte-avions Painlevé.

Du 16 au 23 novembre 1945, il sert de plastron pour l’entrainement ASM des torpilleurs d’escadre L’Intrepide et Le Téméraire, les trois navires faisant escale à Lorient du 24 au 27 novembre avant de rallier Brest le lendemain.

Le 9 août 1945, la 24ème DSM est renumérotée 4ème DSM.

L’année suivante du 10 au 15 avril 1946, il participe à l’exercice «Entente Cordiale 46» en compagnie de son compère Ile de France mais également des sous-marins Kerguelen et La Guadeloupe de la 6ème DSM, récidivant l’année suivante pour «Entente Cordiale 47» en compagnie cette fois de son sister-ship La Guadeloupe et du Casabianca.

Du  22 mars au 1er juillet 1948, le Rolland Morillot est échoué au bassin n°1 de l’Arsenal de Cherbourg pour un nouveau grand carénage. Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 12 juillet 1948, réalisant ses essais réglementaires du 13 au 15  puis sa remise en condition du 17 au 31 juillet.

Quand le second conflit mondial éclate le 5 septembre 1948, le Rolland Morillot achèvait une patrouille en mer du Nord. Il rallie alors Rosyth en Grande Bretagne où il va recompléter ses soutes en carburant, vivres et munitions auprès d’un cargo français qui supplé le Jules Verne alors à Dakar.

La Praya

-La Praya  est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 2 novembre 1938 lancé le 5 octobre 1941 et mis en service le 14 mai 1943.

Le 15 mai 1943, l’aviso-dragueur La Boudeuse venu de Brest arrive à Cherbourg pour escorter le sous-marin La Praya jusqu’à Brest où les deux navires arrivent le lendemain à l’aube, le mauvais temps ayant retardé la traversée.

Son admission au service actif permet l’activation de la 24ème Division de Sous-Marins (24ème DSM), division rattachée à la 5ème Escadre (Flotte de l’Atlantique). Cette division est renforcée par l’admission au service actif de La Martinique le 5 octobre 1943 et atteint son format définitif le 12 août 1944 quand l’Ile de France est à son tour admis au service actif.

Du 16 au 28 avril 1945, le sous-marin La Praya participe à l’entrainement anti-sous-marin du contre-torpilleur Bison. Il participe ensuite du 7 au 15 août à un entrainement ASM au large de Dakar en compagnie du porte-avions Painlevé et de ses compères Rolland Morillot et La Martinique.

Du 7 juin au 18 septembre 1946, La Praya est échoué au bassin n°1 de l’Arsenal de Cherbourg pour son premier grand carénage.

Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 1er octobre, sortant pour essais du 2 au 4  puis pour remise en condition du 6 au 20 octobre 1946. Rentré à Brest le 21, il sort pour sa première patrouille post-carénage du 28 octobre au 13 novembre 1946.

Du 16 au 23 février 1947, il sert de plastron pour l’entrainement anti-sous-marin des torpilleurs d’escadre Cimeterre et Arquebuse. Ces derniers qui assurent l’escorte du porte-avions Painlevé étaient orphelins de protégé, le sister-ship du Joffre étant immobilisé pour grand carénage.

Quand le second conflit mondial éclate, le sous-marin La Praya était à quai à Brest pour préparer un déploiement aux Antilles. Ce déploiement est suspendu à l’annonce des bombardements allemands sur la Norvège et le Danemark.

La Martinique

Carte de la Martinique

Carte de la Martinique

-La Martinique est mise sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 15 juin 1939 lancé le 12 janvier 1942 et mis en service le 5 octobre 1943.

A son admission au service actif, il est affecté à la 24ème DSM basée à Brest. Il quitte Cherbourg le 6 octobre 1943 en compagnie de l’aviso-hydrographe Beautemps Beaupré avec lequel il rallie Brest le lendemain.

Du 7 au 15 août 1945, La Martinique participe à un exercice ASM au large de Dakar en compagnie du porte-avions Painlevé et de ses sister-ships et compères Rolland Morillot et La Praya. Alors que La Martinique est en manoeuvre à Dakar, la 24ème DSM est renumérotée 4ème DSM.

Du 19 septembre au 27 décembre 1946, le sous-marin La Martinique est échoué dans le bassin n°1 pour son premier grand carénage. Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 15 janvier 1947, sortant ensuite pour essais du 16 au 18 puis pour remise en condition du 20 janvier au 3 février 1947. Rentré à Brest le 4 février, il effectue sa première patrouille post-carénage du 11 février au 1er mars 1947.

Quand le second conflit mondial éclate le 5 septembre 1948, La Martinique était en Manche pour relever en mer du Nord son compère Rolland Morillot. Il reçoit l’ordre de rallier Dunkerque pour embarquer un complément de carburant et de vivres avant de rallier Rosyth.

La Guadeloupe

Carte de la Guadeloupe

Carte de la Guadeloupe

-La Guadeloupe est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 7 novembre 1940 lancé le 12 septembre 1943 et mis en service le 1er mai 1945.

Le 2 mai 1945, l’aviso-dragueur L’Impétueuse arrive à Cherbourg pour escorter à Brest le sous-marin récemment mis en service. Les deux navires arrivent à Brest en fin de soirée.

Le sous-marin La Guadeloupe est affecté à la 25ème DSM, division activée en septembre 1944 quand l’Ile de Ré est rejointe par Ile d’Yeu, les deux sous-marins «nantais» étant rejoints en janvier 1945 par le sous-marin Kerguelen qui lui avait été construit à Cherbourg. Cette division est renumérotée 6ème DSM le 27 octobre 1945.

Du 10 au 15 avril 1946, La Guadeloupe participe à «Entente Cordiale 46» en compagnie de ses sister-ships Rolland Morillot Ile de France et Kerguelen, récidivant l’année suivante pour l’édition 47 à laquelle participent également les sous-marins Rolland Morillot et Casabianca (1er au 21 juin)

Entre-temps, le sous-marin La Guadeloupe à participé à l’entrainement ASM du torpilleur d’escadre Voltigeur du 10 au 17 février 1947 avant de faire de même avec les contre-torpilleurs Dupetit-Thouars et Du Chayla de la 3ème DCT avec cette fois le concours de son compère Kerguelen et ce du 28 octobre au 7 novembre 1947.

Du 21 mai au 31 août 1948, La Guadeloupe subit son premier grand carénage, étant échoué au bassin n°2 de  l’Arsenal de Cherbourg, subissant une remise en état complète.

Le déclenchement du second conflit mondial le surprend à quai en travaux complémentaires. Les travaux sont accélérés mais ce n’est qu’à la fin du mois que le sous-marin pourra entamer ses missions en mer du Nord.

13-Sous-marins (1)

13°) SOUS-MARINS

En guise d’introduction……..

Avec un ingénieur de la trempe de Maxime Laubeuf, la France peut être légitimement considérée comme une nation pionnière dans le domaine du sous-marin ou plutôt du torpilleur submersible.

Notre pays à en effet été le premier à croire dans ce drôle d’engin qui faisait ce qu’un navire ne doit jamais faire à savoir couler………. .

Néanmoins et jusqu’au second conflit mondial, le véritable sous-marin n’existe pas, la présence d’un ou de plusieurs canons de moyen calibre sur le pont indiquant clairement que le navire combat aussi bien en surface qu’en plongée sans oublier que la fiabilité des torpilles à été longtemps un problème épineux pour nos sous-marins comme ceux des pays étrangers.

La Jeune Ecole si elle eut quelques lubies fumeuses crut dès le début dans le torpilleur submersible/sous-marin et en dévellopa clairement l’usage au sein de la Royale.

Sous-marins Germinal et Ventôse à quai

Sous-marins Germinal et Ventôse à quai

Quand le premier conflit mondial éclate, notre marine dispose de 45 sous-marins, 28 en construction et 9 en voie d’achèvement soit une flotte de 82 sous-marins mais si certains étaient modernes, d’autres fonctionnaient encore à la vapeur (18). Le début du premier conflit mondial stoppe net le programme de 1912 qui prévoyait la construction de 25 sous-marins de haute mer et 69 sous-marins défensifs.

Au final, notre marine à engagé 66 sous-marins bien loin de la marine allemande (373) et de la marine britannique (200) mais avec un taux de perte de 20% bien inférieur à celui des anglais (33%) et des allemands (54%).

Le premier conflit mondial avait clairement montré l’efficacité du sous-marin et son utilisation dans une grande variété de mission. Le fait que plusieurs unités de premier rang aient été coulé par des sous-marins (cuirassés Gaulois Suffren Danton sans oublier le croiseur cuirassé Léon Gambetta) fût un argument massue pour convaincre l’état-major de laisser une place de choix aux sous-marins dans la marine de l’après guerre.

Les premières études furent esquissées dès 1916 mais le début officiel des études est fixé au 21 février 1917 quand l’état-major de la marine demanda à la Direction Militaire des Services de Travaux l’étude et la mise en chantier de quatre catégories de sous-marins : un sous-marin garde-côte de 300 tonnes, un sous-marin d’escadre de 2000 tonnes et de 25 noeuds (la vitesse maximale des cuirassés à cette époque était de 20-21 noeuds), un sous-marin de haute-mer de 1000 tonnes et un sous-marin mouilleur de mines de 1200 tonnes.

Le 28 juillet, une Commission d’études Pratiques du sous-marin (CEPSM) est créée pour centraliser les expériences de la guerre et les demandes des commandants.

Sur le plan numérique, le Statut Naval de 1912 prévoyait un total de 94 sous-marins mais il n’y avait 75 en service et 11 à remplacer ce qui nous laissait un déficit de trente submersibles, chiffre qui passait à 50 en tenant compte du délai entre la décision de construction et la mise en service.

Le 22 septembre 1917, l’amiral de Bon, chef d’état-major de la marine demandait la construction de 50 sous-marins en dix ans répartis en trois catégories : deux sous-marins «conventionnels» à canons et torpilles et une troisième catégorie, une classe de sous-marins mouilleur de mines.

Le CEPSM va donc orienter ses recherches autour d’un sous-marin de grande patrouilles (1000 tonnes 15 noeuds 10 tubes lance-torpilles et un canon de 120mm), un sous-marin de petite patrouille (500 tonnes, 13 noeuds, 6 tubes et 1 canon de 100mm), un sous-marin mouilleur de mines (500 tonnes 11 noeuds 4 tubes 1 canon de 100mm et 18 mines) et enfin un sous-marin d’escadre (2500 tonnes, 25 noeuds, 15 tubes et 2 canons de 138mm).

Dans le cas d’un programme de 94 sous-marins, le CEPSM recommandait 12 sous-marins mouilleur de mines, 25 de grande patrouille, 55 de petite patrouille.

Le Jean Autric ex-U 105

Le Jean Autric ex-U 105

Les projets se multiplièrent et pour faire la jonction entre sous-marins anciens et sous-marins encore dans les limbes des mesures transitoires furent prises comme la modernisation des sous-marins existants et la remise en service de sous-marins saisis en Allemagne et en Autriche-Hongrie.

C’est ainsi qu’en 1922, notre marine nationale disposait de 48 sous-marins : quatorze anciens non refondus (cinq type Verrier cinq type Atalante, deux de type Clorinde et deux mouilleurs de mines, les Maurice Callot et Pierre Chailley), dix-sept sous-marins refondus ou en cours de refonte (deux de type Neréide, deux de type Fulton quatre de type Lagrange, deux type Sané, trois type Atalante et trois type Gorgone et Daphné), six sous-marins en construction pour l’étranger réquisitionnés au début de la guerre et enfin onze sous-marins ex-allemands.

Les différents projets arrivèrent à maturité au printemps 1920 et le 1er avril 1920, le Conseil supérieur de la Marine décida de faire procéder immédiatement à la construction de 12 sous-marins, la construction de ses submersibles étant intégré au projet 171.

Le Requin

Le Requin

Sur ces douze unités, six étaient des sous-marins de grande patrouille de type Requin (projet C4) et six des sous-marins de moyenne patrouille de type Ondine, les premiers étant construits par les Arsenaux et les seconds par l’Industrie.

Cette première commande fût suivie de beaucoup d’autres. Ne pouvant construire de nombreux cuirassés en raison des traités, notre pays vit dans le sous-marin un moyen se doter d’une puissante marine, suffisamment dissuasive vis à vis de l’Italie, notre principal adversaire qui avait obtenu la parité à Washington en 1922.

Dans la catégorie des sous-marins de grande patrouille, la classe Requin composée de neuf sous-marins financés à la tranche 1922 et au contingent de 1923 furent complétés par l’imposante série des «1500 tonnes» soit trente et une unités que l’on peut répartir entre la classe Redoutable (M5) composée de deux unités financée à la tranche 1925 et la classe Pascal (M6) composée de vingt-neuf unités dont le financement s’est étalé sur  les tranches 1925 (sept) 1926 (cinq) 1927 (cinq) 1929 (six) et 1930 (six) mais deux ont été perdus avant le 1er septembre 1939 : le Promethée en 1932 au large de Cherbourg et le Phenix en 1939 au large de l’Indochine.

Le Casabianca, un sous-marin de 1500 tonnes type Pascal

Le Casabianca, un sous-marin de 1500 tonnes type Pascal

Aux trente-huit sous-marins de grande patrouille s’ajoutèrent des sous-marins de deuxième classe répartis en trois classes différentes :

-La classe Ondine/Sirène composée de douze sous-marins financés à la tranche 1922 (six) et     au contingent 1923 (six)

-La classe Argonaute composée de seize sous-marins financés au titre de la défense des côtes     aux contingents 1926, 1927, 1928 et 1929.

Le sous-marin Ceres de classe Minerve

Le sous-marin Ceres de classe Minerve

-La classe Amirauté (ou Minerve) composée de six sous-marins financés au contingent 1930     (quatre) et au contingent 1936 (deux).
Enfin, nous trouvons deux classes de sous-marins mouilleur de mines, la classe Saphir (six navires) financés à la tranche 1925 (deux), à la tranche 1926  1927 1929 et 1930 (un chacun) et classe Émeraude financé pour le premier d’entre-eux à la tranche 1937 et pour les trois autres à la tranche 1938 bis.

Le croiseur sous-marin Surcouf resta unique en son genre et sa mise au point interminable fût probablement à l’origine de l’abandon d’un nouveau type de sous-marin croiseur aux capacités plus réalistes (projet W) au profit de sous-marins plus «conventionnels».

Quand éclate la guerre de Pologne, notre marine nationale dispose de 77 sous-marins en service alors que de nombreux autres sont en construction pour remplacer les unités les plus anciennes comme les Requin et les Sirène.

Pour remplacer les Requin, les Redoutable et les premiers Pascal, avait été développé le projet Z2, un sous-marin à coque épaisse soudée de 1810 tonnes en surface soit trois cents tonnes de plus que les M5/6 et 700 de plus que les C4.

Ces nouveaux sous-marins de grande patrouille sont financés à la tranche 1934 (Rolland Morillot), au contingent 1937 (La Praya), à la tranche 1938 (La Martinique) et à la tranche 1938 bis (La Guadeloupe La Réunion).

Le renouvellement s’accélère avec le décret-loi du 1er avril 1940 qui finance la construction de six nouveaux submersibles (Ile de France Ile de Ré Ile d’Yeu Kerguelen Crozet Belle-Ile).

L’impulsion est encore accélérée avec le programme naval de 1941 qui finance à  la tranche 1943 trois submersibles ( Ile d’Oleron Ile de Brehat Ile d’Aix), la tranche 1944 finance six autres submersibles (Saint Marcouf; Ile de Molène; Aber Wrach; Ile de Batz; Ile de Porquerolles et Ile d’If) et la tranche 1945 six nouveaux «1800 tonnes» (Mayotte Nouvelle Calédonie Tromelin Wallis et Futuna Clipperton et St Pierre et Miquelon)

26 submersibles de type Rolland Morillot sont donc commandés auxquels s’ajoutent un total de quatre sous-marins d’un type approchant mais dont les différences sont suffisamment grandes pour justifier l’existence d’une classe autonome.

En effet, la tranche 1947 des constructions navales finance la construction de quatre sous-marins de grande patrouille de type Rolland Morillot mod. Ils reprennent les noms des anciens submersibles allemands récupérés en 1920 et portant le nom de marins morts durant le premier conflit mondial (Jean Autric Jean Corre René Audry Trinité Schillemans).

A ces trente sous-marins de grande patrouille s’ajoutent deux sous-marins expérimentaux reprenant la coque des Rolland Morillot et destinés à des essais et des expérimentations mais pouvant si nécessaires mener des missions de guerre.

Financés à la tranche 1945, les Laubeuf  et Roquebert vont être les fleurons du Groupe d’Action Sous-Marine (GASM) créé en 1943 et destiné à mener à grande échelle des expérimentations techniques et tactiques.

En temps de guerre, le GASM doit récupérer le retour d’expérience des commandants pour proposer des solutions tactiques ou résoudre des problèmes techniques relevés durant les patrouilles de guerre.

Le sous-marin Aurore type Y3

Le sous-marin Aurore type Y3

Le remplacement des 600 tonnes est prévu par de nouveaux sous-marins. Comme pour les 1500 tonnes, les remplaçant des Ondine, Argonaute et Minerve étaient plus gros avec un déplacement standard de 800 tonnes.

Un premier sous-marin baptisé Aurore est financé à la tranche 1934. Il est suivi par quatre autres submersibles financés à la tranche 1937 (La Créole La Bayadère La Favorite L’Africaine), quatre autres submersibles sont financés à la tranche 1938 (L’Astrée L’Andromède L’Antigone L’Andromaque).

Deux submersibles sont financés par la tranche 1938bis (L’Artemis L’Armirde) et ces deux sous-marins sont suivis par quatre autres sous-marins financés à la tranche 1938ter (Hermione Gorgone Clorinde Cornelie)

Le 24 juin 1939, un décret autorise la construction d’un sous-marins pour remplacer le Phenix perdu en Indochine. Le modèle choisit est le Y4, une version tropicalisée du Y3. Il reprend le nom du sous-marin perdu au large de Cam-Ranh Le 29 décembre 1939, un nouveau décret finance la construction de douze submersibles qui seront du type Y4.

C’est ainsi que quand la seconde guerre mondiale éclate, notre marine dispose de 84 sous-marins soit une augmentation quantitative mais également qualitative de notre sous-marinade.