URSS (32) Destroyers (3)

Destroyers classe Soobrazitelnyy (type 7U)

Soobrazitelniy.jpg

Le Soobrazitelnyy

Avant-propos

Suite aux déboires des Gnevny, les soviétiques décident de mettre au point un modèle amélioré en tirant les leçons d’une construction complexe et compliquée. La coque est renforcée et la propulsion unitaire devient fractionnée sur ces nouveaux navires qui seront produits à dix-neuf exemplaires.

Lire la suite

URSS (30) Destroyers (1)

DESTROYERS

Avant-propos

A la fin du XIXème siècle apparu la torpille automobile, une invention d’un capitaine austro-hongrois prénommé Giovanni Lupis perfectionnée par un anglais prénommé Robert Whitehead.

Lire la suite

Japon (41) Navires légers (2)

Escorteurs classe Mikura

Mikura 2.jpg

L’escorteur Mikura

Les huit escorteurs de classe Mikura sont les derniers escorteurs construits par la marine japonaise avant le conflit. Huit unités sont mises en service en 1943/44 complétant les Etorofu et les Shimushu. Cette troisième classe de Kaibokan avait des caractéristiques techniques semblables aux précédents.

Lire la suite

Japon (40) navires légers (1)

NAVIRES LEGERS

Avant-propos

Tout le monde connait la fable de La Fontaine «Le Lion et le Rat» et sa maxime finale «On à toujours besoin d’un plus petits que soit». La marine de guerre n’échappe pas à cette maxime et de tout temps, aux côtés des navires majeurs, des capital ship on trouvait de petits navires destinés à les soutenir et à assurer des missions qu’ils ne pouvaient assurer efficacement.

Lire la suite

Japon (16) Marine Impériale (9)

Mines,Torpilles et Armes ASM

Torpilles

Dans la stratégie navale japonaise, la torpille occupe une place centrale. Pas étonnant que la marine impériale japonaise dispose de nombreux modèles d’anguilles adaptées à l’usage depuis des sous-marins, des navires de surface et des avions.

Lire la suite

Allemagne (28) Navires légers (6)

Dragueurs de mines côtiers type R-Boote

R-Boote

R-Boote

Dragueur ou escorteur, patrouilleur ou navire de servitude ?

Si les Schnellboote sont célèbres, les R-Boote (Raumboote) n’ont pas la même célébrité auprès du grand public. La faute probablement à une guerre moins spectaculaire. Moins spectaculaires étaient également leurs performances, leur vitesse étant presque moitié moindre que celle des vedettes lance-torpilles.
En allemand, le mot Raum signifie déblayer ou enlever ce qui implique une mission de dragage de mines notamment au large des côtes, un bouchon de mines bien placé pouvant paralyser une flotte ennemi en nécessitant l’aménagement de nouveaux accès et à une prudence supplémentaire.
Néanmoins avec la construction des M-Boote, le besoin de dragueurs de mines côtiers ne parut plus aussi utile et l’usage des R-Boote évolua du dragage de mines à l’appui des S-Boote, une sorte de navire d’appui et de commandement pour coordonner l’action de plusieurs flottilles ou de groupes occasionnels.
Les R-Boote vont également servir de patrouilleur de surveillance, d’escorteur côtier pour protéger des caboteurs ou des grandes unités lors d’un transfert entre deux ports.
Certains Raum-Boote vont également servir de navires de servitude, remorquant par exemple des cibles pour les écoles à feux qu’il s’agisse des navires de surface ou des batteries côtières.
L’expansion de la flotte de R-Boote à lieu parallèlement à celle des S-Boote. C’est ainsi que les Raum-Boote sont financés au budget 1931-32 (quatre navires R.5 à R.8), au budget 1932-33 (huit navires R.9 à R.16), au budget 1933-34 (huit navires R.17 à R.24), au budget 1936-37 (huit navires R.25 à R.32), au budget 1937-38 (huit navires R.33 à R.40) et au budget 1938-39 (huit navires R.41 à R.48).
Cela porte le total de navires financés/construits avant guerre à quarante-quatre R-Boote en service quand éclate la guerre de Pologne.
En septembre 1939, les R-Boote sont répartis de la façon suivante :
-1. Raum-Boote Flottille avec douze navires R.11 R.12 R.13 R.14 R.17 R.18 R.19 R.20 R.21 R.22 R.23 R.24
-2. Raum-Boote Flottille avec huit navires R.25 R.26 R.27 R.28 R.29 R.30 R.31 R.32 accompagnés par le dragueur Brommy (ex-M.550) qui sert de navire-dépôt
-3. Raum-Boote Flottille avec des navires encore en construction, les R-Boote R.1 R.2 R.3 R.4 R.5 R.6 R.7 R.8 R.9 R.10 R.15 et R.16.
20 navires sont donc en service et douze navires à différents stades de construction.
Durant la guerre de Pologne, les R-Boote R.18 R.19 R.20 R.21 R.22 R.23 et R.24 de la 1. Raum-Boote Flottille sont engagés au large de Dantzig et de Hela pour assurer la neutralisation des champs de mines. Ils vont aussi assurer des missions de transport de troupes.
L’évolution de la flotte
Le plan Z prévoit quarante-huit R-Boote répartis en huit flottilles de six navires même si au combat, ils ne sont pas destinés à opérer en flottilles.
En septembre 1940, les 32 R-Boote en service sont réorganisés en cinq flottilles de six navires, les deux derniers R-Boote étant placés hors rang en attendant la construction des seize derniers R-Boote prévus par le plan d’expansion naval.
-1. Raum-Boote Flottille (Kiel) R.1 R.3 R.5 R.7 R.9 et R.11
-2. Raum-Boote Flottille (Heligoland) R.2 R.4 R.6 R.8 R.10 et R.12
-3. Raum-Boote Flottille (Swinenmünde) R.13 R.15 R.17 R.19 R.21 et R.23
-4. Raum-Boote Flottille (Wilhelmshaven) R.14 R.16 R.18 R.20 R.22 et R.24
-5. Raum-Boote Flottille (Kiel) R.25 R.26 R.27 R.28 R.29 et R.30
Hors rang, les R.31 et R.32 stationnées à Wesermünde
La mise en service de seize R-Boote (R.33 à R.48) permet de mettre sur pied de trois nouvelles flottilles de R-Boote.
-6. Raum-Boote Flottille (Wesermünde) R.32 R.34 R.36 R.38 R.40 et R.42
-7. Raum-Boote Flottille (Rügen) R.31 R.33 R.35 R.37 R.39 et R.41
-8. Raum-Boote Flottille (Heligoland) R.43 R.44 R.45 R.46 R.47 et R.48.
Si plusieurs navires sont endommagés durant la guerre civile, aucun n’est coulé et les quarante-huit navires construits depuis le milieu des années trente sont en service en septembre 1948.
La relève est cependant prévue avec un nouveau type R-Boote, type spécifiquement conçu comme navire d’appui des S-Boote. Douze navires (R.49 à R.60) sont commandés en septembre 1948 pour un achèvement prévu d’ici un an.
Quand aux R-Boote en service, ils vont assurer le commandement et l’appui des S-Boote en cas de combat contre leurs homologues ennemies ou contre des navires plus importants.
Caractéristiques Techniques des R-Boote
Déplacement : standard 140 tonnes
Dimensions : longueur 40m largeur 5.60m tirant d’eau 1.45m
Motorisation : deux moteurs Diesel dévellopant 2550ch entrainant deux hélices
Performances : vitesse maximale 20.5 nœuds autonomie 1101 miles nautiques à 15 nœuds
Armement : un canon de 37mm et six canons de 20mm puis deux canons de 37mm et quatre canons de 20mm. On trouve également des mitrailleuses, des charges de profondeur, des mines ou des moyens de dragage de mines.
Equipage : 38 officiers et marins

Allemagne (24) Navires légers (2)

Dragueurs de mines type M-Boote

Dragueur de mines (M-Boote) type 1935

Dragueur de mines (M-Boote) type 1935

Avant-Propos

-La mine et la torpille partage une ascendance commune mais une même efficacité surtout la mine qui avec un coût modique pouvait provoquer des dégâts considérables.

-Pour la lutte contre les mines, on utilisa rapidement des navires spécialisés ou on dotait des navires de guerre dont ce n’était pas la mission première d’équipements pour neutraliser les mines à orin, les mines à influence magnétique et acoustiques n’existant pas encore.

-Pour la lutte contre les mines, l’Allemagne s’équipa de navires bons à tout faire comme les Geleitboote et les R-Boote mais surtout de dragueurs de mines lourdement armés, les M-Boote, leur armement leur permettant de mener des missions de patrouille et d’escorte.

-Vingt-sept navires sont en service en septembre 1939, douze d’entre-eux étant un héritage du traité de Versailles. Neuf ans plus tard, soixante navires sont en service (vingt-quatre type 1935, vingt type 1940, douze type 1943) auxquels s’ajoutent huit autres navires en construction. Les navires plus anciens ont été démolis.

Les différentes classes

-Durant le premier conflit mondial, pas moins de 145 dragueurs de mines sont construits mais seulement 113 sont armés avant l’Armistice, ces navires se répartissant entre vingt-six unités type 1914 de 425 tonnes lancées en 1915, trente type 1915 de 480 tonnes lancés en 1916 et le reliquat appartenant au type 1916 soit quatre-vingt neuf navires.

-Douze navires encore en service en septembre 1939 mais ils sont désarmés entre septembre 1941 et juin 1942 et promptement démolis en raison d’un état matériel déplorable.

-Ces navires déplacent 500 tonnes, mesurent 59.3m de long, peuvent filer à 16 noeuds avec un armement composé de deux canons de 105mm en affûts simples.

-Ce n’est que dans les années trente, que la flotte de dragueurs de mines de la marine allemande est renouvellée avec les M-Boote type 1935.

-Vingt navires immatriculés M.1 à M.24 sont construits, la moitié seulement étant en service quand la guerre de Pologne éclate ( M.1 M.2 M.3 M.4 M.5 M.6 M.7 M.8 M.9 M.10 M.11 et M.12)
-Les douze dernières unités sont mises en service à la fin de la guerre de Pologne (M.13, M.14 et M.20), en 1940 (M.15, M.16, M.17,M.18,M.19, M.21,M.22 et M.23) et en 1941 pour le M.24, cette date d’admission tardive s’expliquant par des problèmes de propulsion.

-Navires de 693 tonnes (888 à pleine charge), mesurant 68.4m de long sur 8.5m de large avec un tirant d’eau de 2.65m
-Vitesse maximale de 18 nœuds

-Armement composé de deux canons de 105mm, d’une DCA légère composée de pièces de 20 et de 37mm. Il peut embarquer 30 mines et dispose de deux grenadeurs avec douze charges de profondeur.

-Aux M.35 succèdent les M-Boote type 1940 ou M.40. Ils sont quasiment identiques à leurs prédecesseurs. Vingt-quatre navires immatriculés M.25 à M.48 sont commandés.
Ces navires sont mis en service en 1940 (M.25, M.26,M.27,M.28 et M.29), en 1941 (M.30, M.31,M.32,M.33 et M.34), en 1942 (M.35, M.36,M.37,M.38 et M.39), en 1943 (M.40, M.41,M.42,M.43 et M.44) et en 1944 pour les derniers (M.45, M.46, M.47 et M.48).
-Plusieurs navires sont perdus : le M.25 suite à un incendie accidentel le 4 mars 1943,le M.28 coupé en deux par un cargo américain en mer du Nord le 4 septembre 1945, le M.47 dans des circonstances troubles le 3 janvier 1945 et le M.38 qui sauta au large de Rügen sur une mine héritée du premier conflit mondial.
-Navires de 700 tonnes (897 tonnes à pleine charge), mesurant 68.4m de long sur 8.5m de large pour un tirant d’eau de 2.65m.
-Vitesse maximale 17 nœuds

-Ils sont armés de deux canons de 105mm en affûts simples (un avant et un arrière), des canons de 20 et de 37mm, jusqu’à 30 mines et pour l’escorte, deux grenadeurs de sillage avec douze charges de profondeur.
-Si les M.35 et M.40 ont permis le renouvellement de la flotte de guerre des mines ainsi que de l’augmenter, la Kriegsmarine ne s’arrête pas là en décidant de construire de nouveaux dragueurs de mines.
-Alors que la guerre s’annonce, il faut envisager le pire scénario pour l’Allemagne à savoir une guerre longue qui nécessite de simplifier les constructions pour privilégier la quantité sur la qualité même si il y aura toujours outre-Rhin la tentation de considérer qu’un modèle parfait pouvait triompher aisément de plusieurs exemplaires d’un modèle moins perfectionné.
-Coque en bois, superstructures minimales, un armement réduit avec un seul et unique canon de 105mm, de la DCA légère et aucune arme anti-sous-marine.
-Vingt navires commandés mais seulement douze sont en service depuis 1946 ou 1947, les huit autres étant encore en construction.
-Navires de 700 tonnes (850 tonnes à pleine charge), mesurant 67m de long sur 8.3m de large et un tirant d’eau de 2.50m.
-Vitesse maximale de 18.5 nœuds
-Armement composé d’un canon de 105mm en affût simple sous masque à l’avant et une DCA légère composée de quatre canons de 37mm et de neuf canons de 20mm.