Grande-Bretagne (39) destroyers (2)

Destroyer HMS Amazone et Ambuscade

Les prototypes des Fleet Destroyer

Si la Royale ou la Regia Marina durent construire dès la fin du premier conflit mondial de nouveaux torpilleurs, de nouveaux contre-torpilleurs/destroyers en raison d’une flotte usée par le premier conflit mondial et de l’arrêt des constructions majeures durant la guerre, la Royal Navy comme l’USNavy n’avait pas ce besoin en raison d’une flotte pléthorique.
On connait le cas des Flush-decker américains dont certains furent mis en réserve dès l’achèvement, passant toute leur carrière en réserve. Si certains furent réarmés au profit des gardes-côtes ou cédés à des marines de la région, beaucoup ne connurent jamais le service actif et furent rapidement envoyés à la démolition.
Le cas de la Royal Navy n’était pas aussi compliqué mais la présence de nombreux destroyers type V&W rendait illusoire la construction de nouveaux destroyers.
Néanmoins les V&W avaient été conçus au cours du premier conflit mondial, les technologies évoluaient vite et il fallait éviter que les destroyers de la Royal Navy soient déclassés.
Aussi en novembre 1923, l’Amirauté lança un appel à projet auprès des principaux chantiers navals britanniques pour de nouveaux modèles de destroyers. Loin de choisir la rupture technologique, l’armement devait se composer de quatre canons de 120mm et de six tubes lance-torpilles comme les V&W, l’amélioration était attendue au niveau de la vitesse et de la distance franchissable.
Ce sont les chantiers historiques Yarrow et Thornycroft qui l’emportent, construisant chacun un navire, ces navires allant servir de prototypes aux futurs Fleet Destroyer, les neuf flottilles (A à I) construites jusqu’aux Tribal soit un total de soixante dix-sept navires. Si le premier construisit le HMS Ambuscade, le second lança et acheva le HMS Amazone.

Carrière opérationnelle

HMS Ambuscade

HMS Ambuscade

-Le HMS Ambuscade (D38) est mis sur cale aux chantiers navals Yarrow le 8 décembre 1924 lancé le 15 janvier 1926 et mis en service le 9 avril 1927.
Il effectue une partie de sa carrière dans l’Atlantic Fleet (ex et future Home Fleet) mais va être essentiellement déployé en Méditerranée jusqu’en mars 1931 quand il est mis en réserve jusqu’en juin 1932. De décembre 1932 à février 1937, il sert de navire d’essais et d’expérimentation.
Immobilisé par un grand carénage entre février 1937 et mai 1940 (avec notamment le remplacement des turbines en mauvais état et source de soucis quasi-permaents), l’Ambuscade est remis en service comme stationnaire à Halifax jusqu’en septembre 1943 quand il rejoint à Portsmouth son demi-frère Amazone pour des taches de formation et d’entrainement au sein du Training Squadron.
Quand le conflit éclate, l’Ambuscade est immobilisé pour un petit carénage. Après un temps d’hésitation, il est décidé de le transformer en escorteur à long rayon d’action.

Le Douro de la Marinha Portuguesa

Le Douro de la Marinha Portuguesa

A noter que le modèle de l’Ambuscade à été choisit par la marine portugaise (Marinha Portuguesa) qui commanda cinq navires, les deux premiers étant revendus à la Colombie avant achèvement et remplacés par deux nouveaux navires.

HMS Amazon

HMS Amazon

-Le HMS Amazon (D39) est mis sur cale aux chantiers navals Thornycroft le 29 janvier 1925 lancé le 27 janvier 1926 et mis en service le 5 mai 1927. De 1936 à 1939, il est en réserve avant d’être réarmé au profit de l’école des torpilleurs installée à bord du HMS Venom.
Durant la guerre de Pologne, il sert d’escorteur au sein de la 18th Destroyer Flottilla avant que la fin du conflit ne le renvoie à sa mission d’entrainement des torpilleurs et d’essais de nouveaux projectiles.
Navire-école à partir de juin 1942 au sein du Training Squadron, il est transformé en escorteur océanique en septembre 1948. Stationné à Devonport, il forme un groupe occasionnel avec les destroyers type N de la marine polonaise libre et des chalutiers armés, assurant la protection de convois côtiers voir des missions de chasse au submersible en appui d’un convoi.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 1370 tonnes (Amazon) standard 1192 tonnes pleine charge 1610 tonnes (Ambuscade)

Dimensions : (Amazon) longueur hors tout 95.02m largeur 9.60m tirant d’eau 2.90m (Ambuscade) longueur hors tout 98.15m longueur entre perpendiculaires 93.57m largeur 9.45m tirant d’eau 2.59m

Propulsion : (Amazon) deux groupes de turbines Brown-Curtiss alimentées en vapeur par trois chaudières développant 42000ch et entrainant deux hélices (Ambuscade) turbines à engrenages [modèle inconnu] alimentées en vapeur par trois chaudières Yarrow développant 35500ch et entrainant deux hélices

Performances : (Amazon) vitesse maximale 37 noeuds distance franchissable 3400 miles nautiques à 15 noeuds 5340 miles nautiques à 12.5 noeuds (Ambuscade) vitesse maximale 37 noeuds distance franchissable 3310 miles nautiques à 15 noeuds
Armement : quatre canons de 120mm (4.7 pouces) en quatre affûts simples sous masque, deux Pom-Pom antiaériens et six tubes lance-torpilles en deux plate-formes triples
Equipage : 138 officiers et marins

Destroyer classe A

Les premiers Fleet Destroyer

Comme nous venons de le voir, après une pause dans la construction de destroyer, l’Amirauté avait fait construire deux prototypes, deux démonstrateurs technologiques comme nous disons aujourd’hui pour savoir sur quel corpus technique s’appuyer.

Plutôt que de choisir un modèle plutôt qu’un autre, la Royal Navy mixa les deux modèles proposés _qui étaient de toute façon très proches_ mais par rapport aux HMS Amazone et Ambuscade, des améliorations vont être apportées :
-des canons à tir rapide (Quick Fire au lieu des Breech Loading des deux démonstrateurs)
-la pièce n°2 avec un angle élévé (+60°)
-Des plate-formes lance-torpilles quadruples au lieu des triples
-Des équipements anti-sous-marins (Asdic et grenades ASM) ainsi que la possibilité
de mener des missions de dragage de mines
-Une amélioration de la propulsion
-Des diesels alternateurs pour éviter d’utiliser les chaudières pour produire de la vapeur à des fins d’électricité.
Au final, l’affût à angle élévé n’est pas installé tout comme l’Asdic et les grenades ASM. Le projet pesait 200 tonnes de plus. Quand à la vitesse annoncée de 35 noeuds, elle ne fût jamais atteinte, les type A ne pouvant filer à pleine charge qu’à 31 noeuds. L’Acheron expérimenta les chaudières à haute pression mais les résultats étant décevants, il faudra attendre les destroyers du programme de guerre pour intégrer cette technologie.
Huit destroyers sont commandés suivis d’un neuvième baptisé Codrington, plus long avec un cinquième canon pour pouvoir servir de leader de flottille. Deux navires sont commandés par la Royal Canadian Navy (RCN), des navires quasi-identiques aux A de la Royal Navy avec néanmoins une coque renforcée pour naviguer dans les glaces.

Paradoxalement, ils étaient légèrement plus courts et d’un déplacement inférieur.

Carrière opérationnelle

Le HMS Codrington, flottilla-leader des type A

Le HMS Codrington, flottilla-leader des type A

-Le HMS Codrington (D65) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter & Wigham Richardson installés à Wallsend le 20 juin 1928 lancé le 7 août 1929 et mis en service le 4 juin 1930.

HMS Acasta

HMS Acasta

-Le HMS Acasta (H09) est mis sur cale aux chantiers navals John Brown & Company installés à Clydebank le 13 août 1928 lancé le 8 août 1929 et mis en service le 11 février 1930.

-Le HMS Active (H14) est mis sur cale aux chantiers navals Hawthorn Leslie & Company de Hebbum le 10 juillet 1928 lancé le 9 juillet 1929 et mis en service le 9 février 1930.

-Le HMS Antelope (H36) est mis sur cale aux chantiers navals Hawthorn Leslie & Company de Hebbum le 11 juillet 1928 lancé le 27 juillet 1929 et mis en service le 20 février 1930.

-Le HMS Anthony (H40) est mis sur cale aux chantiers navals Scotts Shipbuilding & Engineering Company de Greenock le 30 juillet 1928 lancé le 24 avril 1929 et mis en service le 14 février 1930.

HMS Ardent

HMS Ardent

-Le HMS Ardent (H41) est mis sur cale aux chantiers navals Scotts Shipbuilding & Engineering Company de Greenock le 30 juillet 1928 lancé le 26 juin 1929 et mis en service le 14 avril 1930.

-Le HMS Arrow (H42) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrongs de Barrow-in-Furness le 20 août 1928 lancé le 22 août 1929 et mis en service le 14 avril 1930.
-Le HMS Acheron (H48) est mis sur cale aux chantiers navals John I. Thornycroft & Company de Woolston le 20 août 1928 lancé le 22 août 1929 et mis en service le 14 avril 1930.

En septembre 1939, ils forment la 18th Destroyer Flottilla chargée de patrouilles dans les Western Approaches, dépendant de la Channel Force jusqu’en septembre 1944 quand ces navires sont réaffectés à la Home Fleet et redéployés à Rosyth.
Leur mission principale est l’escorte des grandes unités de la Home Fleet _cuirassés et porte-avions_ sans oublier la protection du trafic commercial et l’attaque des lignes de communication ennemies au canon et à la torpille.
Le Codrington victime d’une avarie est désarmé le 12 septembre 1945, l’Acasta et l’Active sont désarmés respectivement les 4 et 24 octobre 1945, l’Antelope est désarmé le 2 décembre, l’Anthony le 21 décembre, l’Ardent quitte le service actif le 4 janvier 1946 suivit de l’Arrow le 8 février et de l’Acheron le 21 mars 1946. Ils sont remplacés par huit destroyers type O.

Les neuf navires sont mis en réserve, mouillés dans le Loch Ewe. Ils sont entretenus par des équipes de gardiennage pour un éventuel réarmement, un réarmement plus aisé que pour des cuirassés ou des porte-avions.

Quand le conflit mondial éclate en septembre 1948, décision est prise de réarmer les type A et B comme escorteurs. Une inspection révèle le mauvais état du Codrington, de l’Active et de l’Anthony qui sont définitivement désarmés le 4 octobre 1948 et cannibalisés au profit des six autres qui sont transformés en escorteurs à long rayon d’action.

Ils perdent une partie de l’appareil évaporatoire pour augmenter leurs réserve en mazout, deux canons de 120mm (A et X) sont conservés, la DCA légère renforcée tout comme l’armement ASM, un Asdic étant également embarqué.

Caracteristiques Techniques (destroyers)

Déplacement : standard 1224 tonnes

Dimensions : longueur 98m largeur 9.8m tirant d’eau 3.7m

Propulsion : turbines à engrenages alimentées en vapeur par des turbines Amirauté (Thornycroft pour l’Acheron, Yarrow pour l’Anthony et l’Arden) dévellopant 34000ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 35 noeuds distance franchissable 4080 miles nautiques à 15 noeuds

Armement : quatre canons de 4.7 pouces (120mm) en quatre affûts simples sous masque (deux avant superposés A et B, deux arrière superposés X et Y), deux affûts antiaériens Pom-Pom et huit tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes quadruples

Equipage : 138 officiers et marins

Caracteristiques Techniques (HMS Codrington)

Déplacement : standard 1540 tons pleine charge 2012 tons

Dimensions : longueur 105m largeur 10,29m tirant d’eau 3.76m

Propulsion : turbines à engrenages alimentées en vapeur par des turbines Amirauté dévellopant 39000ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 37 noeuds distance franchissable 5000 miles nautiques à 15 noeuds

Armement : cinq canons de 4.7 pouces (120mm) en quatre affûts simples sous masque (deux avant superposés A et B, deux arrière superposés X et Y plus un entre les deux cheminées désigné Q), deux affûts antiaériens Pom-Pom et huit tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes quadruples

Equipage : 185 officiers et marins

Destroyers type B

Avant-propos

Suite à la construction des type A, les britanniques poursuivent sur la même voie en prévoyant au 1928 Naval Estimates la construction d’une nouvelle flottille de neuf destroyers. Logiquement, ils sont désignés comme des destroyers type B.

Entre les A et les B, les différences sont minimes à l’exception du leader flottilla. Comme on l’à vu le HMS Codrington était plus grand mais cela rendait son utilisation avec ses huit “subordonnés” délicates. Le HMS Keith avait la même taille que les huit autres type B mais cela l’empêchait d’accueillir tout l’état-major nécessitant l’utilisation d’un autre navire en l’occurence le Blanche.

Carrière opérationnelle

Le HMS Keith

Le HMS Keith

-Le HMS Keith est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Barrow-in-Furness le 1er octobre 1929 lancé le 10 juillet 1930 et mis en service le 20 mars 1931.

-Le HMS Basilisk est mis sur cale aux chantiers navals John Brown & Company implantés à Clydebank le 18 août 1929 lancé le 6 août 1930 et mis en service le 4 avril 1931.

-Le HMS Beagle est mis sur cale aux chantiers navals John Brown & Company implantés à Clydebank le 11 octobre 1929 lancé le 29 septembre 1930 et mis en service le 9 avril 1931.

HMS Blanche

HMS Blanche

-Le HMS Blanche est mis sur cale aux chantiers navals Hawthorn Leslie & Company le 29 juillet 1929 lancé le 29 mai 1930 et mis en service le 14 février 1931.

-Le HMS Boadicea est mis sur cale aux chantiers navals Hawthorn Leslie & Company le 11 juillet 1929 lancé le 23 septembre 1930 et mis en service le 7 avril 1931.

-Le HMS Boreas est mis sur cale aux chantiers navals Palmers Shipbuilding & Iron Company installés à Yarrow le 22 juillet 1929 lancé le 18 juillet 1930 et mis en service le 20 février 1931.
-Le HMS Brazen est mis sur cale aux chantiers navals Palmers Shipbuilding & Iron Company le 22 juillet 1929 lancé le 25 juillet 1930 et mis en service le 8 avril 1931.

-Le HMS Brilliant est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wigham le 8 juillet 1929 lancé le 9 octobre 1930 et mis en service le 21 février 1931.

-Le HMS Bulldog est mis sur cale aux chantiers navals Richardson de Wallsend le 10 août 1929 lancé le 6 décembre 1930 et mis en service le 6 avril 1931.

Quand éclate la guerre de Pologne en septembre 1939, les neuf destroyers de type B sont affectés à la 19th Destroyer Flottilla, flottille basée à Douvres et dont la mission principale est l’escorte des convois et la lutte contre les sous-marins allemands.

Le 13 novembre 1939 au matin, le HMS Blanche escortait le mouilleur de mines Adventurer quand les deux navires pénétrent dans un champ de mines posé dans la nuit par des destroyers allemands. Si l’Adventurer est endommagé mais s’en sort, le Blanche après avoir heurté une mine chavire avec la mort d’un marin tandis que douze sont blessés.

Les huit autres navires sont progressivement désarmés au cours de l’année 1946. le Bulldog est désarmé le 2 mars, le Brilliant l’est le 14 avril, le Brazen est retiré du service le 5 mai, le Boreas l’est le 14 juin, le Boadicea le 5 juillet, le Beagle le 17 août, le Basilisk le 14 septembre et enfin le Keith le 8 novembre 1946.

Comme les destroyers de type A, les huit type B survivants sont mis en réserve, mouillés dans l’estuaire de la Clyde, dans une partie de la base de Faslane.

A la différence des type A, il n’est pas décidé de les réarmer comme escorteurs même si il est probable que ces navires encore en bon état ne vont pas tarder à reprendre du service pour protéger la navigation commerciale des sous-marins allemands.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 1380 tonnes pleine charge 1820 tonnes 1442 et 1850 tonnes pour le Keith

Dimensions : longueur 98.5m largeur 9.8m tirant d’eau 3.7m

Propulsion : deux turbines à engrenages Parsons alimentées en vapeur par trois chaudières Amirauté dévellopant 34000ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 35 noeuds distance franchissable 4800 miles nautiques à 15 noeuds
Electronique : un ASDIC type 119

Armement : quatre canons de 4.7 pouces (120mm) en affûts simples sous masque, deux Pom-Pom simples de 2 pouces (40mm), deux plate-formes quadruples lance-torpilles de 533mm, vingt grenades ASM avec un rail de mouillage et deux projecteurs latéraux.

Equipage : (temps de guerre) 142 officiers et marins (Keith) 175 pfficiers et marins

Destroyers type C

Une brève carrière pour seulement cinq navires

Bien que les destroyers de type C ne soient plus en service en septembre 1939 mais déployés au sein de la marine canadienne, il est plus qu’utile pour la compréhension de l’histoire des destroyers britanniques d’en parler.

Les type C partent des plans du type B, sont élargis pour recevoir un canon antiaérien de 3 pouces (76mm) et si aujourd’hui le sonar/ASDIC est indispensable pour les navires médians de combat que sont les corvettes, frégates et destroyers, à l’époque ce n’était pas le cas, l’Amirauté alternant entre l’équipement ASM et de dragage de mines.

Les type A ayant reçu l’équipement de dragage de mines et les type B l’équipement ASDIC/grenades ASM, les type C reçurent le même équipement auxiliaire que les type A, embarquant seulement six grenades ASM.

Ils sont également plus lourds et plus longs avec une puissance propulsive supérieure pour maintenir une vitesse élevée, la vitesse étant considérée comme un moyen de protection en se dérobant aux coups de l’ennemi.

A l’origine il était prévu neuf navires pour constituter une flottille complète mais suite à la crise économique de 1929 et en signe de bonne volonté, le gouvernement d’union nationale de Ramsay MacDonald ne commanda jamais les quatre derniers navires.

Leur carrière dans la Royal Navy fût d’ailleurs brève, les cinq navires étant transférés à la marine canadienne en 1937/38 même si ils vont opérer avec d’autres destroyers de la marine britannique.

Carrière opérationnelle

HMS Kempenfelt

HMS Kempenfelt

-Le HMS Kempenfelt (D18) est mis sur cale aux chantiers navals J. Samuel White de Cowes le 18 octobre 1930 lancé le 29 octobre 1931 et mis en service le 30 mai 1932. Il est transféré à la marine canadienne en 1939 où il devient le HMCS Assiniboine.

-Le HMS Comet (H00) est mis sur cale au Portsmouth Royal Dockyard le 12 septembre 1930 lancé le 30 septembre 1931 et mis en service le 2 juin 1932. Transféré à la marine canadienne en 1938, il devient le HCMS Restigouche.

-Le HMS Crusader (H60) est mis sur cale au Portsmouth Royal Dockyard le 12 septembre 1930 lancé le 30 septembre 1931 et mis en service le 2 mai 1932. Il est transféré à la marine canadienne en 1938 et devient le HMCS Ottawa.

-Le HMS Cygnet (H83) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Barrow-in-Furness le 1er décembre 1930 lancé 29 septembre 1931 et mis en service le 15 avril 1932. Cinq ans plus tard en 1937, il est transféré à la Royal Canadian Navy (RCN) où il devient le HMCS St. Laurent.

HMS Crescent

HMS Crescent

-Le HMS Crescent (H48) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Barrow-in-Furness le 1er décembre 1930 lancé le 29 septembre 1931 et mis en service le 1er avril 1934. Trois ans plus tard, il est transféré à la marine canadienne où il devient le HMCS Fraser.

Pour leur carrière canadienne, je renvoie au tome consacré au Canada. Sachez simplement chers lecteurs qu’ils participent à la guerre de Pologne dans les Indes occidentales (les Antilles) en compagnie de deux destroyers type A et qu’ils sont toujours en service en septembre 1948 après avoir subit une évolution de leurs senseurs (embarquement d’un Asdic et débarquement de l’équipement de guerre des mines, renforcement de la DCA, embarquement de radars au détriment d’une plate-forme lance-torpilles).

Caractèristiques Techniques

Déplacement : standard 1397 tonnes pleine charge 1920 tonnes

Dimensions : longueur 100.3m largeur 10.1m tirant d’eau 3.8m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenages Parsons alimentées en vapeur par trois chaudières Amirauté dévellopant 36000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 36 nœuds distance franchissable 5870 miles nautiques à 15 nœuds

Armement : quatre canons de 120mm (4.7 pouces) en affûts simples sous masque (deux avant «A» inférieur avant et «B» supérieure avant; et deux arrière, «X» supérieur arrière et «Y» inférieur arrière), un canon de 3 pouces (76mm) antiaérien entre les deux cheminées remplacé en 1937/38 par deux Pom-Pom simples, huit mitrailleuses de 12.7mm en deux affûts quadruples, deux plate-formes quadruples lance-torpilles de 533mm et six grenades ASM.

Equipage : 145 officiers et marins

Destroyers type D

Avant-propos

A la différence des type C, les type D sont toujours en service en septembre 1948 quand le second conflit mondial éclate (A quelques mois près, ils auraient été remplacés par les type Q) et contrairement au Comet et à ses sister-ships, le type D à été construit sur le schéma standard de huit navires plus un leader/conducteur de flottille.

Sur le plan technique, il y à peu de changements. Néanmoins, ils recoivent eux un Asdic et de nombreuses grenades ASM pour protéger à la fois des navires militaires mais également des navires marchands.

Carrière opérationnelle

HMS Duncan

HMS Duncan

-Le HMS Duncan (D99/I99) est mis sur cale au Portsmouth Royal Dockyard le 25 septembre 1931 lancé le 7 juillet 1932 et mis en service le 31 mars 1933.

-Le HMS Dainty (H53) est mis sur cale aux chantiers navals Fairfield de Govan le 20 avril 1931 lancé le 3 mai 1932 et mis en service le 22 décembre 1932.

-Le HMS Daring (H16) est mis sur cale aux chantiers navals Thornycroft de Woolston le 18 juin 1931 lancé le 7 avril 1932 et mis en service le 25 novembre 1932.
-Le HMS Decoy (H75) est mis sur cale aux chantiers navals Thornycroft de Woolston le 25 juin 1931 lancé le 7 juin 1932 et mis en service le 17 janvier 1933.

-Le HMS Defender (H07) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Barrow-in-Furness le 22 juin 1931 lancé le 7 avril 1932 et mis en service le 31 octobre 1932.

-Le HMS Delight (H38) est mis en service aux chantiers navals Fairfield de Govan le 22 avril 1931 lancé le 2 juin 1932 et mis en service le 31 janvier 1933.

-Le HMS Diamond (H22) est mis en service aux chantiers navalss Vickers-Armstrong de Barrow-in-Furness le 29 septembre 1931 lancé le 8 avril 1932 et mis en service le 3 novembre 1932.

-Le HMS Diana (H49) est mis sur cale aux chantiers navals Palmers de Yarrow le 12 juin 1931 lancé le 16 juin 1932 et mis en service le 21 décembre 1932.

-Le HMS Duchess (H64) est mis sur cale aux chantiers navals Palmers de Yarrow le 12 juin 1931 lancé le 19 juin 1932 et mis en service le 27 janvier 1933.

A leur mise en service, ces neuf destroyers forment la 1st Destroyer Flottilla déployée en Méditerranée, effectuant une incursion dans le Golfe Persique et en mer Rouge (autonme 1933).

Après un carénage en Grande-Bretagne, les neuf type D sont redéployés à Hong-Kong (China Station), devenant la 8th Destroyer Flottilla.

Quand la guerre de Pologne éclate, la flottille moins le Diamond en carénage est déployée en Méditerranée. Devenue la 21th Destroyer Flottilla, le type D perd le Duchess le 12 décembre 1939 suite à une collision avec le cuirassé Barham.

Le conflit terminé, la 21ème flottille de destroyer reste en Méditerranée. Basée à Alexandrie, elle assure des missions de patrouille, d’escorte du trafic commercial voir des navires de guerre sans oublier l’attaque des lignes de communication ennemies au canon et à la torpille. Seule exception, le Dainty qui assure avec le Grafton la protection du Rodney.

Le 5 septembre 1948, la flottille est dispersée entre le Diana en escale à Haïfa avec sa compagnie de débarquement effectuant une mission de police, le Diamond en escale de courtoisie à Limassol, les Delight et Defender en entretien (le premier en carénage, le second en entretien à flot), le Duncan en exercice en mer, les trois derniers (Decoy Daring Dainty) étant à quai.

Les trois navires opérationnels à quai sont mis en alerte pendant que les navires en escale reçoivent ordre de rallier leur base pour ravitaillement, les travaux sur les Delight et Defender étant accélérés.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 1397 tonnes pleine charge 1920 tonnes

Dimensions : longueur 100.3m largeur 10.1m tirant d’eau 3.8m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenages Parsons alimentées en vapeur par trois chaudières Amirauté dévellopant 36000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 36 nœuds distance franchissable 5870 miles nautiques à 15 nœuds

Armement : quatre canons de 120mm (4.7 pouces) en affûts simples sous masque (deux avant «A» inférieur avant et «B» supérieure avant; et deux arrière, «X» supérieur arrière et «Y» inférieur arrière), un canon de 3 pouces (76mm) antiaérien entre les deux cheminées remplacé en 1937/38 par deux Pom-Pom simples, huit mitrailleuses de 12.7mm en deux affûts quadruples, deux plate-formes quadruples lance-torpilles de 533mm et vingt grenades ASM.

Quand la seconde guerre mondiale éclate, les canons de 4.7 pouces sont toujours là mais les Pom-Pom et les mitrailleuses de 12.7mm ont été remplacés par huit canons de 20mm Oerlikon.

Equipage : 145 officiers et marins

Publicités

Grande Bretagne (33) Croiseurs légers (2)

Croiseurs légers type C

Avant-propos

Ces croiseurs légers construits à vingt-huit exemplaires succèdent aux Arethusa considérés comme les premiers vrais croiseurs légers même si les type C furent commandés à partir de 1913 comme des croiseurs cuirassés légers (Light armoured cruiser).
Construits en temps de guerre, ils peuvent être classés en sept sous-séries se différenciant essentiellement par l’armement, les contraintes de temps expliquant certains choix et peut être un retour d’expérience même si il parait peu probable qu’en quelques mois les leçons du premier conflit mondial aient pu être digérées.
Treize navires seulement sont encore en service en septembre 1939 et certains vont être transformés en croiseurs légers antiaériens, participant à la maturation du projet Dido qui combinait croiseur antiaérien et chef de flottille.
Carrière opérationnelle
Type Caroline

Les six croiseurs de classe Caroline furent financés au programme 1913. Ils étaient armés de deux canons de 152mm, 8 canons de 102mm, deux canons de 6 livres et trois canons antiaériens de 3 livres.

Le HMS Caroline

Le HMS Caroline

Le HMS Caroline est le seul croiseur de cette classe à avoir été préservé, en Irlande du Nord où il à longtemps servit de navire-école de réserve puis depuis 2010 à Chatham en compagnie du HMS Hood. Sa carrière d’active à duré dix ans, de décembre 1914 à avril 1924.

Le HMS Carysfort à servit dans la marine britannique de juin 1915 à août 1931, date de sa vente à la démolition tut comme son sister-ship Cleopatra alors que le Conus à été utilisé de janvier 1915 à juillet 1934. Si le Conquest à servit quinze ans de juin 1915 à août 1930, le Cordelia n’à existé qu’une décenie (janvier 1913 à juillet 1923)

Type Calliope

Les deux navires de cette sous-classe est également financée au titre du programme 1913 qui prevoyait huit croiseurs légers. Ils se distinguent des Caroline en étant les premiers croiseurs britanniques équipés de turbines.

Le HMS Champion

Le HMS Champion

Le HMS Calliope à servit dans la Royal Navy de juin 1915 à sa vente à la démolition en août 1931, son sister-ship Champion ayant une carrière plus longue (décembre 1915-juillet 1934)

Type Cambrian

Le HMS Canterbury

Le HMS Canterbury

Les quatre croiseurs de cette sous-classe ont été financés au titre du programme 1914-1915. Ils se distinguent des Caroline par la présence de deux cheminées comme sur les Calliope avec lesquels il partage l’armement soit quatre canons de 152mm en affûts simples et huit canons de 102mm.

Le Cambrian et le Canterbury ont eu la même durée de vie (mai 1916 à juillet 1934) alors que le Castor à servit de novembre 1915 à juillet 1936, le Constance servant de septembre 1915 à juin 1936.

Type Centaur

Le HMS Centaur

Le HMS Centaur

Ces deux navires commandés en décembre 1914 furent construits avec des matériaux accumulés pour la construction de deux croiseurs éclaireurs commandés par la Turquie. Propulsés par turbines, ces navires à deux cheminées étaient armés de cinq canons de 152mm et de huit canons de 102mm.

Le Centaur est en service d’août 1916 à février 1934, son sister-ship Concord servant de décembre 1916 à août 1935.

Type Caledon

Les quatre croiseurs type Caledon furent tous commandés en décembre 1915. Pourvus de deux cheminées, ils avaient un armement composé de cinq canons de 152mm et de six canons de 76mm dont quatre antiaériens.

Le HMS Caledon

Le HMS Caledon

-Le HMS Caledon est mis sur cale aux chantiers Cammell Laird le 17 mars 1916 lancé le 22 novembre 1916 et admis au service actif en mars 1917.

Quand éclate la guerre de Pologne, il servait au sein de la Home Fleet au sein du 7th Cruiser Squadron en compagnie de son sister-ship Calypso et de deux croiseurs type D, les Diomede et Dragon.

Il est désarmé le 14 mars 1943. Un projet de le transformer en ponton d’entrainement n’à pas le temps de voir le jour, l’ex-Caledon coulant au mouillage le 4 septembre 1944 à Rosyth. L’épave est relevée, sommairement réparée et utilisée comme cible de tir au large de la grande base navale britannique.

-Le HMS Calypso est mis sur cale aux chantiers Hawthorn Leslie le 7 février 1916 lancé le 24 janvier 1916 et admis au service actif en juin 1917.

Il participe à la guerre de Pologne en 1939 au sein du 7th Cruiser Squadron de la Home Fleet jusqu’en septembre 1942 quand il est désarmé. Mouillé comme brise-lame pour protéger la base navale.

-Le HMS Cassandra est mis sur cale aux chantiers Vickers de Barrow-In-Furness en mars 1916 lancé le 25 novembre 1916 et admis au service actif en juin 1917. Il est coulé par une mine en Baltique le 5 décembre 1918.

-Le HMS Caradoc est mis sur cale aux chantiers Scott(s Shipbuilding & Engineering Company de Greenock le 21 février 1916, lancé le 23 décembre 1916 et admis au service actif en juin 1917.

Servant au sein de la Channel Force depuis la base de Portland, le Caradoc est mis en réserve en septembre 1940. Débarassé de son armement, il devient auxiliaire portuaire (transporteur de rade) en mars 1943 avant d’être démoli trois ans plus tard.

Déplacement : standard 3790 tonnes pleine charge 4491 tonnes Dimensions : longueur 137.2m largeur 13.11m tirant d’eau 4.27m Propulsion : deux turbines à engrenages Parson alimentées en vapeur par six chaudières dévellopant 40000ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 29 noeuds distance franchissable 5900 miles nautiques à 10 noeuds

Armement : 5 canons de 152mm, 6 canons de 76mm dont 4 antiaériens et 8 tubes lance-torpilles de 533mm en quatre plate-formes doubles

Equipage : 334 officiers et marins.

Type Ceres

Les cinq croiseurs légers type Ceres sont commandés en mars et avril étaient semblables pour ne pas dire identiques aux précédents.

Le HMS Cardiff

Le HMS Cardiff

-Le HMS Cardiff est mis sur cale aux chantiers Fairfield Shipbuilding & Engineering Company de Govan le 22 juillet 1916 lancé le 12 avril 1917 et admis au service actif en juin 1917.

Sans le déclenchement de la guerre de Pologne, ce croiseur du 12th Cruiser Squadron (Home Fleet) aurait été transformé en croiseur léger antiaérien tout comme trois de ses quatre sister-ship (le Ceres est dans le même cas). Il est désarmé le 8 juin 1941 et vendu à la démolition en septembre 1942.

-Le HMS Ceres est mis sur cale aux chantiers John Brown le 11 juillet 1916 lancé le 24 mars 1917 et admis au service actif en juin 1917. Après avoir servit dans la Channel Force durant la guerre de Pologne, ce croiseur de type C est désarmé en janvier 1942. Condamné en juin, il est transformé en brise-lame pour protéger la base de Portland.

-Le HMS Coventry est mis sur cale aux chantiers Swan Hunter de Wallsend le 4 août 1916 lancé le 6 juillet 1917 et admis au service actif en février 1918. Transformé en croiseur antiaérien en 1937, il participe à la guerre de Pologne au sein 3rd Cruiser Squadron en Méditerranée, participation limitée car l’Italie reste neutre. Il est désarmé en mars 1946.

Le HMS Curacoa transformé en CLAA

Le HMS Curacoa transformé en CLAA

-Le HMS Curacoa est mis sur cale au Pembroke Dockyard en juillet 1916 lancé le 5 mai 1917 et admis au service actif en février 1918. Transformé en croiseur antiaérien en 1939, il coule le 17 juin 1942 après une collision avec un cargo suédois en mer du Nord (75 morts et 259 survivants).

-Le HMS Curlew est mis sur cale aux chantiers Vickers de Barrow-In-Furness le 21 aout 1916 lancé le 5 juillet 1917 et admis au service actif en décembre 1917. Transformé en croiseur antiaérien en 1938, il est désarmé le 4 juin 1944. Un projet de transfert à la marine polonaise libre échouant, il est vendu à la démolition en septembre et promptement démoli.

Déplacement : standard 3892 tonnes pleine charge 4786 tonnes Dimensions : longueur 137.2m largeur 13.11m tirant d’eau 4.27m Propulsion : deux turbines à engrenages Brown-Curtis alimentées en vapeur par six chaudières dévellopant 40000ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 29.5 noeuds distance franchissable 5900 miles nautiques

Armement : (origine) 5 canons de 152mm en affûts simples et 2 canons de 76.2mm, 8 tubes lance-torpilles de 533mm en quatre plate-formes doubles (Coventry Curlew croiseurs AA) 10 canons de 102mm en affûts simples, deux affûts octuples 2 pounders (Curacoa croiseur AA) 8 canons de 102mm en quatre tourelles doubles et un affût quadruples 2 pounders

Type Carlisle

Ces cinq navires ont été financés dans le cadre du War Emergency Programm de juin/juillet 1917.

Le HMS Cairo

Le HMS Cairo

-Le HMS Cairo est mis sur cale aux chantiers Cammell Laird de Birkenhead le 28 novembre 1917 lancé le 19 novembre 1918 et admis au service actif le 23 septembre 1919. Transformé en croiseur antiaérien en 1939, il sert dans la Channel Force jusqu’à son désarmement en juillet 1942. Il est vendu à la démolition et démantelé six mois plus tard.

-Le HMS Calcutta est mis sur cale aux chantiers Vickers de Barrow-In-Furness le 18 octobre 1917 lancé le 9 juillet 1918 et admis au service actif en août 1919. Transformé en croiseur antiaérien en 1939, il est désarmé en août 1942. Vendu à la démolition à un chantier d’Ostende, il coule en remorque le 14 février 1943.

-Le HMS Capetown est mis sur cale aux chantiers Cammell Laird de Birkenhead le 23 février 1918 lancé le 28 juin 1919 puis achevé au Pembroke Dockyard etant admis au service actif en avril 1922.

Après avoir servit à Gibraltar au sein du North Atlantic Command , il est désarmé en août 1943 avant d’être vendu à la démolition le 5 avril 1946.

-Le HMS Carlisle (ex-Cawnpore) est mis sur cale aux chantiers Fairfield Shipbuilding & Engineering Company de Govan le 2 octobre 1917 lancé le 9 juillet 1918 et admis au service actif en novembre 1918. Transformé en croiseur antiaérien en 1939, il devient bâtiment-base en 1944 à Faslane et y était toujours en septembre 1948.

-Le HMS Colombo est mis sur cale aux chantiers Fairfield Shipbuilding & Engineering Company de Govan le 8 décembre 1917 lancé le 18 décembre 1918 et admis au service actif en juillet 1919. Transformé en croiseur antiaérien en 1943, il est désarmé en juin 1943 puis vendu à la démolition le 22 janvier 1948. Il devait être démantelé en Espagne mais il coule en remorque au cours de son transfert vers Valence.

Déplacement : standard 4200 tonnes pleine charge 5300 tonnes Dimensions : longueur 137.2m largeur 13.11m tirant d’eau 4.27m Propulsion : deux turbines à engrenages Brown-Curtis alimentées en vapeur par six chaudières dévellopant 40000ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 29.5 noeuds distance franchissable 5900 miles nautiques

Armement : (origine) 5 canons de 152mm en affûts simples et 2 canons de 76.2mm, 8 tubes lance-torpilles de 533mm en quatre plate-formes doubles (Cairo Carlisle Calcutta) 8 canons de 102mm en quatre tourelles doubles, un affût quadruple 2pounder

Croiseurs légers classe Danae (type D)

Britanniques puis néo-zélandais puis polonais

Cette classe succède immédiatement à la classe C avec une coque allongée pour permettre l’emport d’un sixième canon de 152mm et d’améliorer la tenue à la mer. Les plate-formes doubles de tubes lance-torpilles furent remplacées par des triples ce qui portait le nombre de tubes à douze. La coque et le système propulsif étaient identiques au type Ceres.
Trois navires furent commandés en septembre 1916 au titre du War Emergency Programm, trois autres en juillet 1917 et six en mars 1918 mais sur ce total de douze, la construction de quatre d’entre-eux fût abandonné en raison de la fin de la guerre.
Ces navires connurent ensuite une très longue carrière. Ils étaient présents en septembre 1939, cinq au sein de la marine britannique et trois au sein de la New Zealand Division of the Royal Navy (division néo-zélandaise de la Royal Navy) qui devint en 1944 la Royal New Zealand Navy, les navires de cette marine étant précédé du préfixe HMNZS (His Majesty New Zealand Ship).
La même année, deux croiseurs de classe Danae sont transférés à la marine polonaise libre, ne laissant que trois navires à la Royal Navy.
Si les croiseurs polonais sont déployés au sein de la Home Fleet, les autres sont déployés outre-mer pour chasser raiders et autres croiseurs auxiliaires allemands. Ils doivent aussi assurer des escortes de convois notamment les vulnérables TC (Troop Convoy), les convois amenant des troupes en Europe et au Moyen-Orient.
Carrière opérationnelle

Le HMS Danae

Le HMS Danae

-Le HMS Danae est mis sur cale aux chantiers navals Armstrong-Whitworth & Company de High Walker le 11 décembre 1916 lancé le 26 janvier 1918 et admis au service actif le 18 juillet 1918.

Quand éclate la guerre de Pologne, il est déployé au sein du South Atlantic Command au sein du 9th Cruiser Squadron.

Basée à Freetown, cette division était composée des croiseurs Despatch Dauntless et Durban en plus du Danae soit une division homogène.

Après avoir subit une refonte en 1942/43, le Danae est transféré à la marine polonaise libre en mai 1944 et redéployé dans la Home Fleet, le gouvernement polonais en exil à Nantes répugnant à déployer hors d’Europe ses navires bien que ceci ne soient plus de première jeunesse. A cette occasion, il est rebaptisé ORP Conrad.

En septembre 1948, le navire est amarré à Portsmouth. Il appareille dès le 5 au soir pour participer aux premières opérations du conflit.

Le HMS Dauntless

Le HMS Dauntless

-Le HMS Dauntless est mis sur cale aux chantiers navals de la Palmers Shipbuilding & Iron Company de Yarrow le 3 janvier 1917 lancé le 10 avril 1918 et admis au service actif le 2 décembre 1918.

Déployé au sein du 9th CS basé à Freetown, le deuxième croiseur type D est toujours en service en septembre 1948 au sein de la Royal Navy mais il à quitté avec le Durban et le Delhi pour Aden où il va traquer les croiseurs auxiliaires et autres raiders allemands

Le HMS Dragon

Le HMS Dragon

-Le HMS Dragon est mis sur cale aux chantiers navals de la Scotts Shipbuilding & Engineering Company de Greenock le 24 janvier 1917 lancé le 29 décembre 1917 et admis au service actif le 16 août 1918.
En septembre 1939, le Dragon est déployé au sein de la Home Fleet, plus précisément au sein du 7th Cruiser Squadron qu’il forme avec le Diomede (New Zealand Division of the Royal Navy), le Calypso et le Calderon, ces deux derniers étant des type C.

En septembre 1944, il est transféré à la marine polonaise libre et rebaptisé ORP Dragon. Il reste déployé au sein de la Home Fleet avec pour base Portsmouth qui devint l’une des villes les plus polonaises de la Grande-Bretagne.

Quatre plus tard quand le conflit éclate, le croiseur était en entretien au Chatham Royal Dockyard et donc dans l’impossibilité de prendre la mer immédiatement.

Le HMS Delhi

Le HMS Delhi

-Le HMS Delhi est mis sur cale aux chantiers navals Armstrong-Whitworth & Company de High Walker le 29 octobre 1917 lancé le 23 août 1918 et admis au service actif le 7 juin 1919.

En septembre 1939, il appartient au 12th Cruiser Squadron composé du croiseur lourd HMS Effingham (classe Hawkins), des HMS Emerald Enterprise (type E) du HMS Cardiff (type C) et de son sister-ship Dunedin qui appartient à la New Zealand Division of the Royal Navy.

Il est refondu en 1943/44 puis redéployé au sein du 9th Cruiser Squadron avec ses sister-ship Durban et Dauntless, ces trois Danae étant les seuls à encore porter la White Ensign.

Basés à Aden, ils doivent couvrir l’Océan Indien dans une mission offensive (rechercher et détruire les croiseurs auxiliaires allemands ainsi que les navires de soutien) et défensive à savoir l’escorte des convois notamment ceux transportant les troupes sud-africaines, australiennes et néo-zélandaises au Moyen-Orient et en Europe.

Le HMS Dunedin

Le HMS Dunedin

-Le HMS Dunedin est mis sur cale aux chantiers navals Armstrong-Whitworth & Company de High Walker le 5 novembre 1917 lancé le 19 novembre 1918 et admis au service actif en octobre 1919.

Il est transféré à la marine néo-zélandaise en 1925 ou plutôt la division néo-zélandaise de la Royal Navy et en septembre 1939, il appartient au 12th Cruiser Squadron déployé au sein de la Home Fleet.

En juin 1944 la Royal New Zealand Navy est créée, trente-trois ans après la Royal Australian Navy et en conséquence, les croiseurs et autres navires néo-zélandais rallient leur pays.

En septembre 1948, le Dunedin et le Despatch quittent leur base de Wellington pour rallier en escorte d’un convoi transport une division australienne et une brigade néo-zélandaise (destination : le Moyen-Orient). Relevés par des unités de la Royal Navy venus de Méditerranée par le canal de Suez, ils rallient Aden qui va devenir leur base opérationnelle.

D’abord hors-rang au sein de l’India Station, ils forment ultérieurement un New-Zealand Cruiser Squadron.

Le HMS Durban

Le HMS Durban

-Le HMS Durban est mis cale aux chantiers navals de la Scotts Shipbuilding & Engineering Company de Greenock le 22 juin 1918 lancé le 29 mai 1919 et admis au service actif le 1er septembre 1921.

En septembre 1939, il est déployé au sein du 9th Cruiser Squadron déployé dans l’Atlantique depuis sa base de Freetown. Après une modernisation en 1943, il reste intégré à cette unité en compagnie du Dauntless et du Delhi mais le 9th CS est redéployé à Aden pour couvrir l’Océan Indien.

Le HMS Despatch

Le HMS Despatch

-Le HMS Despatch est mis sur cale aux chantiers navals de la Fairfield Shipbuilding & Engineering Company de Govan le 8 juillet 1918 lancé le 24 septembre 1919 et admis au service actif le 2 juin 1922.

Il est transféré à la marine néo-zélandaise en 1925 et en septembre 1939,il appartient lui aussi au 9th Cruiser Squadron.

A la création de la marine néo-zélandaise, il rejoint le pays au long nuage blanc (Aoetera en langue maorie) et va y rester jusqu’en septembre 1948 quand profitant d’une escorte d’un convois transportant des troupes australiennes et néo-zélandaises au Moyen-Orient, il se redéploie en compagnie du Dunedin à Aden.

Le HMS Diomede et le HMS Dunedin à Wellington en 1924 lors de la croisière impériale

Le HMS Diomede et le HMS Dunedin à Wellington en 1924 lors de la croisière impériale

-Le HMS Diomede est mis sur cale aux chantiers navals Vickers Ltd de Barrow-In-Furness le 3 juillet 1918 lancé le 29 avril 1919 et admis au service actif le 24 février 1922.

Transféré à la marine néo-zélandaise en 1925, il appartient au 7th Cruiser Squadron (Home Fleet) de septembre 1939 à juin 1944 quand il rejoint la Nouvelle-Zélande. En septembre 1948, il reste déployé aux antipodes, assurant une mission de patrouille, de surveillance mais également de formation des nouveaux marins.

La construction des croiseurs Daedalus Daring Desperate et Dryad est abandonnée le 26 novembre 1918.

Caracteristiques Techniques de la classe Danae

Déplacement : standard 4850 tonnes pleine charge 5925 tonnes

Dimensions : longueur 142m largeur 14.32m tirant d’eau 4.42m

Propulsion : deux turbines à engrenages Parsons (Brown-Curtis pour les Dauntless et Diomede) alimentées en vapeur par six chaudières Yarrow dévellopant 40000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 29 noeuds distance franchissable 2300 miles nautiques à 27 noeuds

Protection : ceinture d’une épaisseur maximale de 76mm pont supérieur 20mm au dessus de l’appareil propulsif, pont principal de 20mm au dessus de l’appareil à gouverner bouclier 20mm

Armement : 6 canons de 152mm en affûts simples, 2 canons antiaériens de 76mm, 2 canons de 2 pounders antiaériens et quatre plate-formes triples de 533mm
Aviation : aucune

Les croiseurs type D disposaient en septembre 1948 de leurs six canons de six pouces et de quatre plate-formes triples lance-torpilles mais le reste de l’armement à cédé la place à deux affûts quadruples Pom-Pom et huit canons de 20mm Oerlikon en affûts simples

Equipage : 450 à 469 hommes

Croiseurs légers classe Emerald

Avant-propos
La construction d’un nouveau type de navire répondait à deux problématiques. Le premier était un besoin particulier à sa marine et le second était une réponse à l’apparition chez une marine rivale ou ennemie d’un nouveau type de navire ou d’une nouvelle classe qui ringardisait ou déclassait les navires existants.
Aussi quand la Royal Navy eut vent de la construction de croiseurs légers mouilleurs de mines rapides par la Kaiserliche Marine, elle décida de construire trois nouveaux croiseurs dérivés des type D mais où la vitesse fût le facteur primodial qui dominait tous les autres.
Sur ces trois navires, seuls les deux premiers baptisés Emerald et Enterprise furent construits, le troisième baptisé Euphrates ne dépassa les stades préliminaires de la construction.
Carrière opérationnelle

Le HMS Emerald

Le HMS Emerald

-Le HMS Emerald est mis sur cale aux chantiers navals de l’Armstrong Whitworth & Company à Elswick le 23 septembre 1918 lancé le 19 mai 1920 et admis au service actif en janvier 1926.

En septembre 1939, il appartient au 12th Cruiser Squadron en compagnie du Effingham (classe Hawkins), de son sister-ship Enterprise, du Cardiff (type C), du Delhi et du Dunedin (type D), cette division de croiseurs appartenant à la Home Fleet.

Avec la mise en service de nouveaux croiseurs, l’Emerald est peu à peu déclassé jusqu’à devenir au printemps 1944 croiseur-école, formant officiers, marins, marins de la Royal Naval Reserve.

Il forme le Training Squadron en compagnie du HMS Vindictive et du porte-avions léger HMS Commander Edward Dunning (ex-HMS Hermes)

Quand éclate le second conflit mondial, l’Emerald est engagé aux Antilles pour traquer les raiders allemands dans cette région stratégiques.

Le HMS Enterprise

Le HMS Enterprise

-Le HMS Enterprise est mis sur cale aux chantiers navals John Brown & Company de Clydebank le 28 juin 1918 lancé le 23 décembre 1919 et admis au service actif en avril 1926.

En septembre 1939, il appartient au 12th Cruiser Squadron en compagnie notamment de son sister-ship Emerald.

Devenu lui aussi navire-école, il effectue des croisières régulières dans l’Empire. Le 14 mars 1945, il appareille de Bathurst (actuelle Gambie). Victime d’une panne de propulsion, il s’échoue sur un banc de sable.

En essayant de se dégager seul (après remise en état sommaire de la propulsion), il endommage gravement sa coque avec une hélice tordue. Remorqué à Freetown puis à Gibraltar, mis au bassin, l’inspection révèle des dégâts très importants.

L’Enterprise est désarmé officiellement le 7 mai 1945. La coque est remorqué à Portsmouth et sert un temps de ponton avant d’être vendu à la démolition en janvier 1947.
Caracteristiques Techniques

Déplacement : standard 6876 tonnes pleine charge 8559 tonnes

Dimensions : longueur 173.7m largeur 16.6m tirant d’eau 5.03m

Propulsion : quatre turbines Brown-Curtis alimentées en vapeur par huit chaudières Yarrow dévellopant 80000ch et entrainant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 33 noeuds distance franchissable 1350 miles nautiques à 32 noeuds 8000 miles nautiques à 15 noeuds

Armement (origine) 7 canons de 152mm 3 canons de 102mm antiaériens, deux Pom-Pom, 9 mitrailleuses antiaériennes et quatre plate-formes quadruples lance-torpilles de 533mm

(Enterprise) une tourelle double de 152mm (essais pour les Leander) 5 canons de 152mm 3 canons de 102mm antiaériens, deux Pom-Pom, 9 mitrailleuses antiaériennes et quatre plate-formes quadruples lance-torpilles de 533mm

En septembre 1948, l’Emerald dispose de sept canons de 152mm, de trois canons de 102mm antiaériens, huit canons de 40mm et douze canons de 20mm, quatre plate-formes quadruples lance-torpilles de 533mm.

Equipage : 572 officiers et marins.

Grande Bretagne (32) croiseurs légers (1)

CROISEURS LEGERS

Avant-Propos

Comme nous l’avons vu à plusieurs reprises (et comme nous le verrons à nouveau), les matériels militaires qu’ils soient navals, terrestres aériennes sont issus d’une longue évolution, une évolution dictée par les progrès technologiques, les retours d’expérience et de nouveaux besoins tactiques.
A l’apogée de la marine de guerre à voile (18ème siècle qui marque le début de deux siècles de domination maritime britannique sur le monde), aux côtés de lourdes escadres de galions et autres navires de ligne se trouvaient des navires plus petits, plus économiques et plus manoeuvrants.
Ces navires (goélettes, bricks, avisos, frégates) étaient chargés de toutes les missions que ne pouvaient assurer les navires de ligne à savoir les liaisons, la présence outre-mer, la traque des pirates, la défense du commerce (et l’attaque du commerce ennemi).
L’apparition de la coque en fer et de la vapeur entraina la disparition en temps que navires de combat de ces voiliers au profit de navires à vapeur (même si dans les premières générations), ces navires étaient mixtes à voile et à vapeur en raison d’une fiabilité insuffisante des organes mécaniques.

De nouvelles désignation apparaissent notamment le croiseur. Ce terme générique (on parle de cruiser dans la langue de Shakespeare, de kreuzer dans la langue de Goethe) va se décliner en nombreuses sous-catégories : croiseur cuirassé, croiseur-éclaireur, croiseur de station, croiseur-torpilleur, croiseur protégé et croiseur léger.

Cette dernière catégorie apparait au début du vingtième siècle. L’apparition de la turbine permet d’envisager des navires de 2 à 4000 tonnes armés de canons médians et suffisamment rapides pour jouer le rôle d’éclaireur.

On verra que la marine française qui ne disposait que de croiseurs cuirassés sera particulièrement handicapé dans le domaine de l’éclairage tant l’armoured cruiser était impropre à cette mission.
Ce n’est pas le cas de la Royal Navy qui dispose au début du premier conflit mondial d’une flotte appréciable de light cruiser. La rencontre du Galatea et de trois torpilleurs allemands cherchant tous les deux à interroger un vieux cargo danois marquera le début du titanesque affrontement du Jutland.

La flotte de croiseurs légers continue de s’étoffer durant le conflit, aboutissant même à des croiseurs ultérieurement classés dans la catégorie des croiseurs lourds (c’est à dire après le désarmement des croiseurs cuirassés) à savoir les Hawkins qui serviront de base de calcul pour les croiseurs type Washington.

En effet à l’origine les britanniques voulaient interdire tous les croiseurs armés de canons d’un calibre supérieur à six pouces avant que les américains ne leur rappelle malicieusement qu’ils devront si c’était le cas ferailler des croiseurs pas encore en service.
Après une période de quelques années sans construction, la construction des croiseurs légers reprend au début des années trente, Londres cherchant sans vraiment le trouver le bon compromis entre la qualité et la quantité.
Les innombrables lignes commerciales d’un empire où le soleil comme sur celui de Charles Quint ne se couche jamais nécessitent de nombreux croiseurs mais ces navires doivent avoir un armement suffisamment puissant pour lutter contre les raiders et autres croiseurs auxiliaires qui peuvent être solidement armés.
La construction de nombreux croiseurs lourds et le besoin de préciser les limites des quotas plus ou moins respectés selon les pays entraine la signature d’un nouveau traité à Londres le 22 avril 1930.
Ce traité définit deux catégories de croiseurs. La catégorie A concerne les croiseurs dôtés d’une artillerie supérieure à 155mm et d’un tonnage maximal de 10000 tonnes (le calibre maximal de l’artillerie est toujours fixé à 203mm) alors que la catégorie B définit le croiseur comme un navire d’un déplacement supérieur à 2000 tonnes avec une artillerie d’un calibre compris entre 130 et 155mm.
Les britanniques vont reprendre la construction de croiseurs à canons de six pouces soit 152mm, des croiseurs destinés à répondre à un usage propre comme les Leander ou les Arethusa ou destinés à répondre à une réalisation étrangère, les Town à douze canons de 152mm en quatre tourelles triples étant une réponse aux Mogami japonais armés de cinq tourelles triples de 155mm en attendant de pouvoir disposer de cinq tourelles doubles de 203mm.

L’évolution de la menace conduit les britanniques à poursuivre l’évolution des Town plutôt que des Leander avec la construction des Crown Colony, une version réduite des Town ce qui fait comprendre aux ingénieurs navals britanniques qu’ils sont arrivés aux limites, la coque des croiseurs de classe “Colonie Royale” étant la plus petite pouvant recevoir douze canons de 152mm (ils perdront d’ailleurs durant le conflit la tourelle triple X pour pouvoir recevoir une DCA renforcée).
Ainsi les derniers croiseurs légers construits avant le second conflit mondial, la classe Minotaur combine une coque plus longue et plus large avec seulement neuf canons de 152mm en trois tourelles triples, l’accent étant mis sur les radars et une DCA plus importante.
Quatre navires sont en construction en plus des quatre navires en service. Ce modèle va évoluer dans une nouvelle classe de croiseurs provisoirement désigné comme le type F et qui doit disposer d’une artillerie de 152mm polyvalente, ce modèle devant à terme remplacer les croiseurs légers les plus anciens et succéder aux Dido, la construction de croiseurs légers antiaériens spécifiques n’étant pas poursuivit.

L’évolution concerne également les structures, les Cruiser Squadron composites (croiseurs lourds et légers) que l’on trouvait au moment du déclenchement de la guerre de Pologne ont disparu même si bien évidément pour des raisons opérationnelles et techniques (avarie, entretien), des groupes occasionnels verront heavy et light cruiser cohabiter ensemble au sein de groupes de chasse aux raiders.
Situation de la flotte des croiseurs légers britanniques en septembre 1939 et son évolution ultérieure

Septembre 1939
Quand Londres entre en guerre le 3 septembre 1939 pour défendre la Pologne attaquée par les allemands, la Royal Navy dispose de la flotte de croiseurs légers suivants :

Le HMS Caledon, un croiseur type C

Le HMS Caledon, un croiseur type C

-Treize croiseurs légers type C construits durant le premier conflit mondial dont certains ont été transformés en croiseurs légers antiaériens préfigurant les Dido

Le HMS Danae, un croiseur type D

Le HMS Danae, un croiseur type D

-Huit croiseurs type D, dérivés des précédents dont trois transférés à la NewZealand Division ofthe Royal Navy

Le HMS Emerald

Le HMS Emerald

-Deux croiseurs type E (trois prévus initialement)

Le HMNZS Leander fût transféré à la marine néo-zélandaise après une courte carrière dans la marine britannique

Le HMNZS Leander fût transféré à la marine néo-zélandaise après une courte carrière dans la marine britannique

-Cinq Leander avec huit canons de 152mm en quatre tourelles doubles, les trois derniers ayant été transférés à la Royal Australian Navy (RAN) (marine australienne).

Le HMS Arethusa

Le HMS Arethusa

-Quatre Arethusa équipés de six canons de 152mm en trois tourelles doubles

Le HMS Gloucester

Le HMS Gloucester

-Dix Town armés de douze canons de 152mm en quatre tourelles triples

Le HMS Curlew en version antiaérienne

Le HMS Curlew en version antiaérienne

-Les croiseurs légers antiaériens de classe Dido sont en construction tout comme les Crown Colony sans oublier des croiseurs légers de type C en refonte antiaérienne à savoir les Curlew Curacoa et Carlisle.
Sur le plan des structures, cela nous donn le panorama suivant :

-Au sein de la Home Fleet, on trouve trois Cruiser Squadron avec le 18th Cruiser Squadron qui dispose des puissants et modernes croiseurs de classe Town, les Newcastle Sheffield Edinburgh et Belfast.

Il cohabite avec deux Cruiser Squadron composés de croiseurs anciens, le 12th CS qui dispose de croiseur lourd Effingham, des croiseurs légers type E Emerald et Enterprise, le croiseur type C Cardiff et deux croiseurs type D, les Delhi et Dunedin. Quand au 7th Cruiser Squadron, il dispose des croiseurs type D Diomede et Dragon ainsi que des croiseurs type C Calypso et Caledon.
Des croiseurs légers sont hors rang comme le croiseur léger antiaérien Calcutta tandis que le croiseur léger Aurora sert de navire de commandement au profit des destroyers.
La Humber Force qui appartient à la Home Fleet dispose du 2nd Cruiser Squadron constitué par les croiseurs légers type Town Southampton et Glasgow.
-La Channel Force dispose des croiseurs légers type C Ceres Caradoc et Cairo, ce dernier ayant été converti en CLAA.
-La Mediterranean Fleet dispose du 3rd Cruiser Squadron constitué par les croiseurs légers Arethusa Penelope et Coventry
-La China Station ne dispose pas de Cruiser Squadron équipé majoritairement de croiseurs légers, seul le HMS Birmingham est déployé au sein du 5th Cruiser Squadron.
Les autres croiseurs légers sont déployés dans des commandements secondaires avec pour mission principale de traquer les raiders allemands.
-Le South Atlantic Command dispose du 6th Cruiser Squadron composé de l’unique croiseur léger Neptune et du 9th Cruiser Squadron qui dispose de quatre croiseurs type D, les Despatch Dauntless Danae et Durban.
-Le North AtlanticCommand aligne les croiseurs légers type C Colombo et Capetown
-L’American & West Indies Station dispose au sein du 8th Cruiser Squadron du croiseur léger HMS Orion ainsi que du HMAS Perth (ex-HMS Amphion), le premier appartenant à la classe Arethusa et le second à la classe Leander.
-En Inde, on trouve le 4th Cruiser Squadron composé des croiseurs légers type Town Gloucester Liverpool et Manchester.
-Les Curlew Curacoa et Carlisle en refonte durant la guerre de Pologne doivent être affecté à la Channel Force une fois les travaux terminés sans qu’un nouveau CS ne soit mis sur pied.

Septembre 1948
Les choses ont bien évolué avec le désarmement de navires anciens, la mise en service d’unités neuves ainsi qu’un bouleversement des structures, des divisions homogènes ayant été mises sur pied pour faciliter l’entretien et l’efficacité au combat.
Sur le plan des navires, tous les type C y compris ceux refondus antiaériens ont été désarmés et remplacés par des Dido.

-Sur les huit type D ou classe Danae, trois sont encore en service au sein de la Royal Navy 5 septembre 1948, trois avaient été transférés en 1925 à la division néo-zélandaise de la Royal Navy (Dunedin Despatch Diomede) et deux sont transférés en 1944 à la marine polonaise libre (Danae Dragon), ne laissant en service au sein de la Royal Navy que les Durban Dauntless et Delhi.
Pour le cas des croiseurs néo-zélandais, à la différence de septembre 1939 où ils étaient placés sous l’autorité opérationnelle de la Royal Navy, cette fois ils sont sous l’autorité de la marine néo-zélandaise mais comme le Pacifique reste calme, la division va être déployé dans l’Océan Indien pour couvrir le passage capital entre l’Océan Atlantique et l’Océan Indien, une voie de passage des convois entre l’Europe et l’Extrême-Orient.
Quand aux croiseurs polonais, ils restent déployés au sein de la Home Fleet, la marine polonaise libre ayant un statut semi-autonome, dépendant de la Royal Navy pour son ravitaillement.
-Les croiseurs légers de classe Leander sont déployés en Extrême-Orient en compagnie de deux croiseurs légers identiques mais précocément transférés à la marine néo-zélandaise.
-Les quatre croiseurs légers de classe Arethusa sont regroupés en Méditerranée. Basés à Malte, ils ont pour mission principale d’attaquer les lignes de communication reliant l’Italie à la Libye en compagnie de la 6ème Escadre Légère française qui dispose de quatre croiseurs légers.
-Les dix croiseurs légers classe Town sont tous déployés au sein de la Home Fleet

Le HMS Bermuda

Le HMS Bermuda

-Sur les onze croiseurs légers classe Crown Colony, deux sont déployés dans l’Océan Indien, deux en Extrême-Orient (China Station puis British Eastern Fleet), deux en Méditerranée et cinq au sein de la Home Fleet.

Le HMS Minotaur

Le HMS Minotaur

-Les quatre croiseurs légers classe Minotaur déployés en Europe tout comme devraient l’être les quatre en construction quand la guerre éclate à nouveau en Europe.

Le croiseur léger antiaérien HMS Dido

Le croiseur léger antiaérien HMS Dido

-Pour ce qui est des Dido, décision est prise de les faire accompagner les porte-avions d’escadre,aussi leur stationnement est lié en partie à ceux des porte-avions.
La Home Fleet disposant de six porte-avions d’escadre, six classe Dido sont déployés en escorte des porte-avions dont c’est la mission quasi-exclusive. Outre la défense antiaérienne avec leurs canons de 133mm, ils assurant le commandement et la coordination de la défense avec les chasseurs du porte-avions ainsi que les destroyers d’escorte.
Sont concernés les Dido Naïad Euryalus Charybdis Scylla et Argonaut. En Méditeranée, les Bonaventure Hermione et Phoebe protègent les trois porte-avions déployés dans la Mare Nostrum alors que les Sirius et Cleopatra sont déployés en Extrême-Orient.
Les cinq navires restants sont déployés au sein de la Home Fleet (Bellona Black Prince Diadem) et au sein de la Mediterranean Fleet (Royalist Spartan).
Et au niveau des structures ? L’évolution est nette puisque les divisions sont désormais homogènes à la fois selon le type (croiseur léger/lourd) mais également selon la classe.
Ainsi quand le second conflit mondial éclate, les croiseurs légers sont répartis de la manière suivante :
Home Fleet Light Squadron (HF-LS) : 28 croiseurs légers

-2nd Cruiser Squadron : Southampton Glasgow Belfast, trois puissants croiseurs de classe Town. La division est stationné à Rosyth

-4th Cruiser Squadron croiseurs légers Gloucester Liverpool Manchester, trois croiseurs de classe Town, la division étant stationnée à Portland

-7th Cruiser Squadron : Bermuda Gambia Kenya, trois croiseurs légers de classe Crown Colony, la division étant également stationné à Rosyth.

-12th Cruiser Squadron : Nigeria et Trinidad, deux croiseurs légers de classe Crown Colony, la division est stationné à Chatham

-16th Cruiser Squadron : croiseurs légers Minotaur Swiftsure Superb et Vigilant (classe Minotaur)

-17th Cruiser Squadron : croiseurs légers Bellona Black Prince Diadem (classe Dido)

-18th Cruiser Squadron : Newcastle Sheffield Edinburgh,trois croiseurs légers de classe Town, stationnés à Devonport

-Croiseur léger Birmingham, hors-rang stationné à Rosyth qui sert ultérieurement de navire pour le Destroyer Commander

-Six croiseurs de classe Dido sont déployés hors rang avec un rattachement théorique au HF-LS puisqu’ils sont chargés de la protection des porte-avions.

A Rosyth sont stationnés les HMS Dido Naïad et Euryalus respectivement chargés de la protection des porte-avions Illustrious Formidable et Victorious alors qu’à Faslane sont déployés les HMS Charybdis Scylla et Argonaut qui assurent la protection des porte-avions lourds HMS Malta Gibraltar Hermes.

Mediterranean Fleet : onze croiseurs légers

-3rd Cruiser Squadron : croiseurs légers Arethusa Galatea Aurora et Penelope (classe Arethusa) stationné à Malte

-13th Cruiser Squadron : croiseurs légers Newfoundland et Uganda (classe Crown Colony) stationnés à Alexandrie

-Le HMS Royalist sert de navire de commandement pour les destroyers stationnés à Malte

-Le HMS Spartan sert de navire-amiral pour le Destroyer Commander Egypt

-Le HMS Bonaventure assure la protection de l’Ark Royal et est donc stationné à Malte alors que les HMS Hermione et Phoebe sont déployés à Alexandrie, protégeant respectivement l’Indomitable et le Furious.

British Eastern Fleet : douze croiseurs légers

China Squadron (Hong-Kong) :

-6th Cruiser Squadron avec les croiseurs légers Neptune Ajax et Orion

-15th Cruiser Squadron avec les croiseurs légers Mauritius et Ceylon

India Station (Aden)

-9th Cruiser Squadron avec les croiseurs légers Durban Dauntless Delhi (classe Danae)

-14th Cruiser Squadron avec les croiseurs légers Fiji et Jamaica

British Eastern Fleet-Battle Squadron (BEF-BS)

-Les seuls croiseurs stationnés en temps normal à Singapour sont les croiseurs légers antiaériens de classe Dido, les HMS Sirius et Cleopatra qui protégent respectivement les HMS Implacable et Indefatigable.
Ce sont au total 51 croiseurs légers qui sont en service en septembre 1948 plus quatre de classe Minotaur alors en achèvement à flot.

Grande Bretagne (27) Porte-Avions (2)

Porte-avions HMS Eagle

Course aux armements en Amérique Latine

Colonisée par l’Espagne et le Portugal (les apports néerlandais, britanniques et français sont mineurs, négligeables), le sous-continent sud-américain se libère au début du dix-neuvième siècle sous l’impulsion d’hommes comme Simon Bolivar.

Ce dernier espère maintenir l’unité de la majorité des anciennes colonies espagnoles mais les différences sont déjà trop fortes et des Etats-Nations émergent rapidement des vice-royautés espagnoles.

Ces Etats-Nations sont rapidement rivaux et des guerres éclatent. Qui dit guerres dit armement essentiellement terrestre mais également naval.

Le cuirassé Minas Gerais de la marine brésilienne

Le cuirassé Minas Gerais de la marine brésilienne

En 1905, le Brésil commande trois cuirassés de classe Minas Geraes, des cuirassés de type dreadnought armés de dix canons de 305mm en cinq tourelles doubles.

BB Classe Rivadivia Argentine

Cette commande entraine celle de l’Argentine avec deux cuirassés de classe Rivadivia (navires commandés aux Etats-Unis, seuls cuirassés exportés par Washington avec un cuirassé exporté en Turquie) puis celle en 1910 de deux cuirassés par le Chili, les Valparaiso (rebaptisé ensuite Almirante Lattore) et Almirante Cochrane, deux navires de type superdreadnought armés de dix canons de 343mm en cinq tourelles doubles.

 

Quand le premier conflit mondial éclate en août 1914, seul le premier est achevé. Réquisitionné par la Royal Navy, il va y servir sous le nom de HMS Canada jusqu’en 1920.

Quand au second, il va être transformé en porte-avions sous le nom de HMS Eagle.

Le cuirassé chilien Almirante Lattore

Le cuirassé chilien Almirante Lattore

Carrière opérationnelle

Le HMS Eagle

Le HMS Eagle

-Le HMS Eagle (94) est mis sur cale sous le nom d’Almirante Cochrane aux chantiers Armstrong Whitworth de Newcastle-upon-Tyne le 20 février 1913 lancé le 8 juin 1918. La construction à été suspendue en octobre 1919 à un moment où le Chili était prêt à le racheter quitte à ce que le navire soit achevé en cuirassé.

Les travaux reprennent dès le mois de novembre 1919, les essais commencent en février 1920 mais la mise en service n’est prononcée que le 26 février 1924 en raison d’une mise au point délicate.

Affecté en Méditerranée jusqu’en mai 1926, il effectue une brève incursion à Hong Kong avant de revenir en Méditerranée jusqu’en 1930. Il subit une refonte en Grande-Bretagne de 1931 à 1933 avant de retourner en Asie où il reste jusqu’en 1935. Il est à nouveau en Extrême-Orient à partir de juin 1937, affecté à la China Station.

Il participe à la guerre de Pologne dans l’Océan Indien, assurant des missions de présence contre les raiders allemands.

Le conflit terminé, le porte-avions retourne en Grande-Bretagne pour un grand carénage qui l’immobilise à Portsmouth de février 1940 à avril 1941. Il est de retour en Extrême-Orient en juin et va rester déployé jusqu’à son désarmement survenu le 4 mars 1946.

Il rentre en Métropole en juin 1946. Placé en réserve, il est condamné en janvier 1947 et démoli à Rosyth entre mars et juin 1947.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 21630 tonnes pleine charge 26000 tonnes

Dimensions : longueur 203.5m largeur 29m tirant d’eau 7.5m

Propulsion : 4 turbines à engrenages : deux Brown-Curtis à haute pression et deux Parsons basse-pression alimentées par 32 chaudières Yarrow développant 50000ch et actionnant 4 hélices

Performances : Vitesse maximale : 25 noeuds Distance Franchissable : 4000 miles nautiques à 18 noeuds

Protection : ceinture de 51 à 76mm pont des hangars 25mm bouclier 25mm

Armement : 9 canons de 152mm (6inch) Mark XVII en neuf affûts simple, 4 canons de 102mm (4inch) Mark XVI en quatre affûts simples, 16 canons de 40mm Bofors et 13 mitrailleuses . Au cours de la refonte de 1940/41, le porte-avions remplace ses canons de 152mm et de 102mm par huit canons de 120mm, la DCA légère est désormais composée de seize canons de 40mm Bofors.

Installations d’aviation Pont d’envol de 198.75m de long sur 29.25m relié aux hangars par deux ascenseurs axiaux, le hangar supérieur mesurant 121.92m de long sur 10m de large et 6.10m de haut (dimensions du hangar inférieur inconnues)

-Ascenseur avant en T (14m de long sur 13.70m de large) et ascenseur arrière rectangulaire (14m de long sur 10m de large)

-Une bosse permet l’arrêt des avions mais ce système inefficace est rapidement abandonné au profit des brins d’arrêt.

-Pas de catapulte

Groupe aérien : L’Eagle embarquait environ 24 appareils avant guerre : des avions de reconnaissance Fairey IIIF, des chasseurs Hawker Nimrod et Hawker Osprey.

A la déclaration de guerre, il n’embarquait plus que 18 avions torpilleurs Fairey Swordfish, appareils qui sont renforcés en juin 1940 par trois chasseurs Gloster Sea Gladiator puis en décembre 1940 par 2 bombardiers en piqué Blackburn Skua.

A la fin de sa carrière, le groupe aérien se compose de huit Grumman Martlet (un chasseur américain plus connu sous le nom de Wildcat), six Fairey Swordfish de torpillage, de reconnaissance et d’observation et quatre Douglas Dauntless de bombardement en piqué.

Equipage : 834 hommes : 660 pour la conduite du navire et 174 pour le groupe aérien.
Porte-avions HMS Hermes

Le HMS Hermes en 1920

Le HMS Hermes en 1920

Le premier porte-avions conçu comme tel

Après un porte-avions disposant de deux pont d’envol séparés par le bloc-passerelle (Furious) et un porte-avions à pont d’envol continu (Argus), les britanniques acquièrent une confortable expérience.

Parmi le retour d’expérience figure la gestion des opérations de vol. Le besoin de superstructures se révèle crucial. Un ilot à tribord est nécessaire également pour l’évacuation des fumées, les cheminées horizontales ne se révélant pas aussi efficaces qu’espéré.

Après les tests sur l’Argus avec un ilot en toile, les nouveaux porte-avions britanniques (Eagle et Hermes) reçoivent un ilot asez imposant notamment pour le premier.

Si le premier est une conversion comme le Furious et l’Argus, le second est le premier porte-avions mis sur cale comme tel, titre de gloire qu’il dispute avec le japonais Hosho.

Carrière opérationnelle

-Le HMS Hermès (95) est mis sur cale aux chantiers Armstrong Whitworth de Newcastle-upon-Tyne le 15 janvier 1918 lancé le 11 septembre 1919 mais les travaux sont suspendus jusqu’en janvier 1920 date à laquelle il est remorqué à l’Arsenal de Devonport pour être achevé et mis en service en janvier 1923.

Il est déployé en Méditerranée en alternance avec l’Eagle jusqu’en 1926 quand il rallie Hong Kong pour une campagne anti-piraterie. De novembre 1927 à mars 1928, il subit un grand carénage en métropole. Il va alterner carénages et déploiements en Extrême Orient jusqu’en juin 1937 quand il rentre en Métropole pour être mis en réserve.

Réarmé en septembre 1939, il participe à la protection du trafic commercial dans l’Atlantique puis dans l’Océan Indien jusqu’à la fin du conflit.

Après un carénage en métropole de juin 1940 à mars 1941, le porte-avions léger est déployé à Aden pour servir de navire de présence. Ses missions sont multiples : présence, police coloniale contre les remuantes tribus arabes, protection du trafic commercial…. .

Désarmé le 4 septembre 1946, le HMS Hermes rentre en métropole en décembre où il est mis en réserve. Rebaptisé Commander Edward Dunning, il sert de porte-avions d’entrainement au profit des jeunes pilotes de la FAA, les navires d’entrainement notamment le porte-avions ainsi que les croiseurs HMS Emerald et Vindictive formant un Training Squadron stationné à Portsmouth.

Quand le second conflit mondial éclate le 5 septembre 1948, le vieux porte-avions va servir de transport d’avions notamment ceux de la RAF destinés à être déployés en Norvège.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 10850 tonnes pleine charge 13000 tonnes

Dimensions : longueur 182.3m largeur 21.4m tirant d’eau 5.7m

Propulsion : turbines à engrenages Parson alimentées par six chaudières Yarrow dévellopant une puissance totale de 40000ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 25 noeuds distance franchissable 6000 miles nautiques à 18 noeuds

Protection : ceinture 51-76mm pont des hangars 25mm bouclier 25mm

Armement : 3 canons de 120mm (4.7 inch) MkVIII en affût simples associés à 6 canons de 140mm (5.5inch) BL mark 1 eux aussi en affût simples. Deux affûts quadruples de 12.7mm et 6 canons de 20mm embarqués en 1934.

Après sa refonte de 1940/41, le porte-avions dispose de huit canons de 102mm en affûts doubles, de huit canons de 40mm Bofors en affûts doubles et de six canons de 20mm Oerlikon en affûts simples.

Installations aéronautiques/Groupe aérien

-Deux ascenseurs axiaux en T reliant le hangar au pont d’envol

-Brins d’arrêts longitudinaux puis transversaux.

-L’Hermes reçut également une bosse à l’arrière du pont d’envol pour freiner les appareils avant leur appontage mais ce système se révéla inefficace et fût démonté

Le groupe aérien pouvait se composer de 20 appareils mais au fil du temps il fût réduit à 15 voir même 12 appareils.

Juste avant son désarmement, il embarquait quatre Grumman Martel, six Fairey Swordfish et deux Douglas Dauntless.

Equipage : 660 officiers et marins pour la conduite du navire et 40 hommes pour le groupe aérien
Porte-avions classe Courageous

Des croiseurs de bataille transformés

Le bouillant amiral Fisher était un leader charismatique, débordant d’idées pour sortir la Royal Navy d’une certaine léthargie. La domination de la marine britannique était tellement écrasante que la marine de Sa Gracieuse Majesté ressemblait parfois à la Belle au Bois Dormant.

Après avoir rayé des registres des navires impropres au combat (“too old to fight too slow to run away”), le nouveau premier lord de l’Amirauté impose la turbine et fait triompher deux concepts de navire de combat, l’un en maturation (le cuirassé à artillerie monocalibre) et l’autre issu de son imagination (le croiseur de bataille).

Sur le plan géostratégique, l’amiral anglais eut l’idée de frapper l’Allemagne au cœur en débarquant sur les côtes de la mer Baltique une armée russe associée à des contingents anglais pour atteindre le plus rapidement possible Berlin situé à seulement 80km de cette Mare Nostrum germanique.

Pour cela il fallait des navires de transport, d’appui et de combat, des navires de ligne adaptés à une mer aux eaux peu profondes. D’où la commande de trois croiseurs de bataille légers baptisés Courageous Glorious et Furious, les deux premiers furent armés de quatre canons de 381mm en tourelles doubles, le second de deux canons de 457mm (18 pouces) en tourelles simples.

Ces navires n’étaient pas achevés quand le projet fût définitivement abandonné en 1916 suite à la fois au départ de Fisher de l’Amirauté ainsi que de l’échec de l’opération des Dardannelles, une opération stratégiquement censée mais menée de façon déplorable.

Sans réelle affectation, ces trois navires auraient du avoir une carrière brève si il n’avait pas été décidé de les transformer en porte-avions. Si le Furious le fût sans contrainte extérieure, ses deux demi-frères Courageous et Glorious le furent pour éviter une démolition inévitable avec les limitations du traité de Washington de 1922.

Carrière opérationnelle

Le HMS Courageous

Le HMS Courageous

-Le HMS Courageous est mis sur cale aux chantiers Armstrong Whitworth de Newcastle-upon-Tyne le 18 mars 1915 lancé le 5 février 1916 et mis en service le 4 novembre 1916.

Il participe à quelques opérations du premier conflit mondial dont la seconde bataille d’Heligoland avant d’escorter la Hochseeflot de ses ports allemands à Rosyth puis à Scapa Flow (21 novembre 1918).

Pour se conformer au traité de Washington, décision est prise de le transformer en porte-avions comme son sister-ship Glorious. Le Courageous fût ainsi transformé à Devonport à partir de 1924, sa remise en service ayant eu lieu en mai 1928.

Il est ensuite affecté en Méditerranée jusqu’en 1930 quand il retrouve la flotte de l’Atlantique (redevenue Home Fleet en 1932) en remplacement de l’Argus.

Quand la guerre de Pologne éclate, le Courageous est affecté à la Channel Force, une force chargée de protéger les côtes anglais mais surtout de traquer les raiders et sous-marins allemands.
Le 17 septembre 1939 alors qu’il croisait avec quatre destroyers dans le sud-ouest de l’Irlande, il est torpillé par le U-29 qui lance trois torpilles. Deux font mouches et le navire coule en quinze minutes, emportant 519 marins dont le commandant.

Cette attaque plus celle manquée du U39 sur l’Ark Royal le 14 septembre, conduit la Royal Navy à retirer ses porte-avions des missions de lutte ASM.
Le nom de Courageous sera repris par l’un des deux porte-avions de classe Malta modifié commandé dans le cadre du programme de guerre.

Le HMS Glorious en 1938

Le HMS Glorious en 1938

-Le HMS Glorious est mis sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 1er mai 1915 lancé le 20 avril 1916 et mis en service en janvier 1917.

Tout comme son sister-ship Courageous, il participe avec le Repulse à la seconde bataille de la baie d’Heligoland, un engagement mineur du premier conflit mondial.

Anticipation sur l’avenir, il reçoit des plate-formes sur ses tourelles de 15 pouces pour pouvoir mettre en oeuvre des chasseurs mais cette solution qui ne plait guère aux canonniers n’à aucun avenir.

Après avoir escorté la flotte de haute mer allemande à Rosyth puis à Scapa Flow, le Glorious devient navire-école de canonnage à la Gunnery School de Devonport avant de devenir navire-amiral de la Reserve Fleet.

Pour échapper aux chalumeaux des démolisseurs, le Glorious est transformé en porte-avions entre 1924 et 1929, le HMS Glorious étant remis en service dans sa nouvelle configuration le 10 mars 1930. D’abord équipés de deux ponts d’envols, il ne dispose plus que d’un après la refonte de 1934/35.

Affecté en Méditerranée, il est impliqué dans une collision avec le paquebot français Florida (SGTM) à soixante miles de Gibraltar le 1er avril 1931. Les deux navires s’en sortent mais il y à trente morts dont 29 pour le paquebot.

Après la refonte ayant supprimé le deuxième pont d’envol, le porte-avions retourne en Méditerranée. Durant la guerre entre l’Italie et l’Ethiopie, Londres et Rome sont à deux doigts d’entrer en guerre, le capitaine de vaisseau Lister, commandant du porte-avions propose un raid contre Tarente pour frapper la flotte italienne mais cette solution audacieuse et risquée n’est pas retenue par le gouvernement britannique.

Durant la guerre de Pologne, il opère en Méditerranée et dans l’Océan Indien pour traquer le Graf Spee (qui avait coulé un pétrolier britannique au large du Mozambique alors colonie portugaise) mais sans succès.

Le conflit terminé, il retourne en Méditerranée, subissant un grand carénage à Gibraltar de septembre 1940 à juin 1941, une remise en état complète, une modernisation de sa DCA et l’installation d’un radar de veille aérienne.

Il va rester déployer en Méditerranée jusqu’à son désarmement prononcé le 14 septembre 1945 à Malte. Il rallie sans son groupe aérien la Métropole, arrivant à Portsmouth (après des escales à Gibraltar du 18 au 21 septembre, à Lisbonne du 22 au 25 septembre, à La Corogne du 27 au 30 septembre) le 4 octobre 1945.
Mis en réserve, il est condamné le 8 septembre 1947 puis vendu à la démolition à un chantier néerlandais.

Privé de propulsion, il est remorqué jusqu’à sa destination à savoir Rotterdam. Quittant Portsmouth le 12 octobre 1947, il est pris trois jours plus tard dans une violente tempête à la hauteur de Douvres.

La remorque casse et avant que les remorqueurs ne parviennent à reprendre l’ancien porte-avions en remorque, une voie d’eau provoque son naufrage. L’épave retrouvée en 1975 repose à 135m de profondeur en un seul tenant.

Le nom de Glorious est repris par un porte-avions de type Malta modifié commandé dans le cadre du programme de guerre.

Caracteristiques Techniques
Déplacement : standard 22500 tonnes pleine charge 26500 tonnes
Dimensions : longueur hors tout 239.6m longueur entre perpendiculaires : 224m largeur 27.6m
tirant d’eau : 8.5m
Proulsion : Quatre turbines à engrenages Parson alimentées par 18 chaudières Yarrow à petit tube dévellopant une puissance totale de 91195ch (67 MW)et actionnant quatre hélices.
Performances : Vitesse maximale : 30.5 noeuds Distance franchissable : 5860 miles à 16 noeuds
Protection : ceinture de 25 à 76mm pont du hangar 25 à 76mm
Armement : 16 canons de 120mm (4.7 inch) MkVIII en 16 affût simples et 3 affûts octuples Pom-Pom (2 Pdr).

L’armement évolue jusqu’à son désarmement, le nombre de canons de 120mm est réduit à 12 et le nombre d’affûts

Pom-Pom augmente, deux affûts quadruples s’ajoutant aux trois affûts octuples.
Installations aéronautiques :
Les Courageous disposent de deux hangars superposés long de 167.6m reliés au pont d’envol par deux ascenseurs axiaux. Deux catapultes sont également installées à l’avant.
Groupe aérien
Les Glorious embarquent 48 appareils. Parmi les appareils embarqués figurent le Fairey Swordfish, le Gloster Sea Gladiator, le Farey Flycatcher, le Blackburn Ripon, le Blackburn Sea Skua et le Fairey IIIF.
Peu avant son désarmement, le groupe aérien se composait de douze chasseurs Grumman Martlet, de seize Fairey Swordfish de torpillage, de reconnaissance et d’observation (TSR : Torpedo Scouting Reconnaissance), quatre Fairey Fulmar de chasse à long rayon d’action et de huit Douglas Dauntless de bombardement en piqué.
Equipage : 1216 officiers et marins

Grande-Bretagne (26) Porte-avions (1)

PORTE-AVIONS
Du Furious aux Colossus, une brève histoire des porte-avions britanniques

Les prémices

Longtemps, très longtemps, l’horizon à été la limite indépassable du combat naval. Seules les vigies dans le nid de pie pouvaient repérer l’ennemi. Le plus rapidement possible pour gagner un temps précieux.
L’apparition à la fin du 18ème siècle du plus léger que l’air (ballon à air chaud) pu laisser imaginer une vision élargie du champ de bataille naval.
Hélas les belles potentialités s’évanouirent. La mise en oeuvre des ballons et des dirigeables déjà difficile à terre devenait impossible en mer. L’avion pouvait-il être la solution ? Là encore il y avait de nombreuses difficultés, le décollage et l’atterrissage sans parler de la résistance aux éléments.
Concurrencé par l’hydravion qui put résoudre rapidement la question du décollage avec la catapulte (mais sans jamais trouver la solution pour la récupération), l’avion finit par se faire sa place.
Les premiers essais furent menés avec des techniques qui nous paraissent bien étranges aujourd’hui : portiques, plate-formes sur les tourelles des cuirassés, barges remorquées mais qui furent utiles pour défricher un terrain qui s’avérait prometteur.
Très rapidement, la seule façon efficace de mettre en l’avion s’était une plate-forme la plus longue possible installé sur une coque.

Le HMS Furious première configuration avec une plate-forme remplaçant la tourelle avant de 18 pouces

Le HMS Furious première configuration avec une plate-forme remplaçant la tourelle avant de 18 pouces

Les britanniques transformèrent le croiseur de bataille léger Furious (qui devait être armé de deux canons de 457mm) en remplaçant la tourelle avant par une plate-forme puis la tourelle arrière par une deuxième.
Les premiers essais ouvrirent un champ prometteur même si le premier conflit mondial se termina avant un engagement massif des ponts plats.
L’expérimentation continue. Comme il n’y à pas eu d’engagement des porte-avions, les capacités des ponts plats étaient mal inconnues ou inconnues. Au risque de devoir gaspiller des fonds limités, on préfère les conversions aux constructions neuves à l’exception de l’Argus _paquebot italien Conte Rosso transformé sur cale_ et de l’Hermes, le premier porte-avions conçu comme tel et qui inspira le Hosho japonais.
De l’Argus aux Malta, quels porte-avions pour la Grande-Bretagne ?

Aujourd’hui le porte-avions est un vecteur essentiel de la puissance maritime, toutes les marines majeures disposent de porte-avions, la marine britannique alignant deux porte-avions conventionnels pour montrer partout dans le monde la White Ensign.
A l’époque, c’était tout simplement irréaliste de bâtir une marine sur un nouveau vecteur de puissance aux performances inconnues.

Le porte-avions doit intervenir en soutien des cuirassés pour les éclairer mais également ralentir la ligne de bataille ennemie à coup de bombes et de torpilles, la lenteur des cuirassés de l’époque (21 noeuds maximum, les croiseurs de bataille sont rares et les Queen Elizabeth_premiers cuirassés rapides de l’histoire_ sont uniques) rendant difficile le choix par un adversaire d’une zone de bataille.

Le HMS Argus en 1918

Le HMS Argus en 1918

Après le Furious _reconstruit à plusieurs reprises_ , l’Argus _surnommé le fer à repassé flottant_ et l’Hermes figure un cuirassé chilien converti sur cale, l’Eagle.

Le HMS Hermes en 1920

Le HMS Hermes en 1920

Le HMS Eagle

Le HMS Eagle

Suite au traité de Washington (1922), la Grande-Bretagne transforme en porte-avions ses deux croiseurs de bataille légers, les Courageous et Glorious qui perdent leurs canons de 381mm (quatre en deux tourelles doubles).

Le HMS Courageous

Le HMS Courageous

Ces porte-avions sont des plate-formes médiocres. Souvent de taille réduite, dans des configurations peu pratiques, mettant en œuvre des avions dépassés en partie en raison du contrôle de l’aéronavale par la Royal Air Force (Fleet Air Arm of the Royal Air Force), ils ne permettent guère à l’Aéronavale britannique de devenir un outil crédible.

Le HMS Ark Royal survolé par des Fairey Swordfish

Le HMS Ark Royal survolé par des Fairey Swordfish

Pourtant au milieu des années trente, une éclaircie apparait enfin avec la construction du HMS Ark Royal, le prototype des porte-avions blindés, des Fleet Carrier. Ce porte-avions dessiné en 1934 marque l’introduction d’une architecture particulière dite à l’anglaise.
Devant protéger les lignes de communication, devant opérer dans des mers fermées (mer du Nord, Méditerranée), les porte-avions britanniques devaient tenir compte de nombreuse menaces : mines, aviation basée à terre, batteries côtières, vedettes lance-torpilles…. .
A défaut d’esquiver les menaces, il faut pouvoir encaisser. D’où une protection sérieuse qui se paya au prix d’une construction compliquée _le hangar faisait partie intégrante de l’architecture du navire_ et d’un groupe aérien de taille réduite.

Le HMS Illustrious (R-87)

Le HMS Illustrious (R-87)

Aussi après avoir construit six porte-avions sur ce modèle (Illustrious Formidable Victorious Indomitable Implacable Indefatigable), les britanniques se rallient à une voie médiane entre le porte-avions blindé et le porte-avions construit à l’américaine (dans cette configuration, la coque du navire supporte le pont d’envol, l’espace compris entre le pont supérieur du navire et le pont d’envol servant de hangar). On peut parler de porte-avions blindé allégé ou de porte-avions d’escadre (Fleet Carrier) à protection renforcée. C’est l’acte de naissance de la classe Malta.

Le HMS Colossus

Le HMS Colossus

Un autre modèle de porte-avions apparait également, le porte-avions économique, la classe Colossus dont la construction répond d’abord davantage à une demande de la France (et dans une moindre mesure des dominions) qu’un besoin de la Royal Navy qui ne tarde pas à trouver de l’utilité à ces porte-avions sans protection.

Panorama de la flotte de porte-avions britanniques

Situation en septembre 1939

Quand la Royal Navy entre en guerre suite à l’invasion de la Pologne par l’Allemagne, sa force de porte-avions se compose des navires suivants :
-Porte-avions HMS Furious. Stationné à Rosyth, il n’est plus un porte-avions opérationnel, servant à l’entrainement des jeunes pilotes.
-Porte-avions HMS Argus : en réserve
-Porte-avions HMS Eagle : déployé en Extrême-Orient au sein de la China Station
-Porte-avions HMS Hermès : déployé au sein de la Channel Force
Porte-avions HMS Courageous et Glorious, le premier déployé au sein de la Channel Force en compagnie de l’Hermes, le second au sein de la Méditerranean Fleet.
-Porte-avions HMS Ark Royal. Considéré comme le premier porte-avions moderne de la marine britannique, il est stationné à Scapa Flow en compagnie de la Home Fleet.
Evolution 1939-1948

Le HMS Implacable (R-86)

Le HMS Implacable (R-86)

Quand la guerre de Pologne se déclenche, la flotte de porte-avions britannique est en plein renouvellement avec la construction de six porte-avions blindés, quatre de classe Illustrious et deux derivés formant la classe Implacable (Implacable Indefatigable).
L’Illustrious est mis en service en septembre 1940, le Formidable en juin 1941, le Victorious en octobre 1941, l’Indomitable en janvier 1942. Il faut ensuite attendre plus de deux ans pour voir deux nouveaux porte-avions mis en service à savoir l’Implacable mis en service en juin 1944 suivit trois mois plus tard de son sister-ship Indefatigable.
La mise en service de ces unités modernes permet le désarmement des porte-avions les plus anciens, le Furious en mars 1944, l’Argus en juin de la même année, le Glorious en septembre 1945, l’Eagle en mars et l’Hermes en septembre 1946.
Ils sont tous démolis à l’exception de l’Hermes qui sert de porte-avions école à Rosyth sous le nom de Commander Edward Dunning du nom d’un pionnier de l’aéronavale britannique.
Les porte-avions blindés se révélant limités en terme de groupes aériens, la Royal Navy décide de construire des porte-avions lourds moins protégés. C’est l’acte de naissance de la classe Malta, quatre navires lourds capable d’embarquer entre soixante et quatre-vingt appareils.

Schéma de la classe Malta

Schéma de la classe Malta

Quatre navires (Malta Gibraltar, Furious _ex-New Zealand_ et l’Hermes _ex-Africa_) sont mis en service en septembre 1946, mai 1947, décembre 1947 et mars 1948.

Cela porte la flotte de porte-avions d’escadre à onze navires avec deux porte-avions en Extrême Orient (Implacable Indefatigable), trois stationnés en Méditerranée (Ark Royal Furious _classe Malta_ et Indomitable)et six déployés au sein de la Home Fleet (Illustrious Formidable Victorious Malta Gibraltar Hermes).

La construction de porte-avions d’escadre prenant du temps, on eut l’idée de construire des porte-avions économiques.
La conversion de navires marchands fût étudiée mais les amiraux britanniques jugeaient le concept perfectible on préféra le projet de Vickers de porte-avions conçus et construits selon les normes de la marine marchande.

C’est l’acte de naissance des Colossus, des porte-avions légers rapides (25 noeuds) avec un armement composé d’une DCA légère.

Paradoxalement, c’est la marine française qui est la première à passer commande pour deux navires, un déployé en Indochine (Alienor d’Aquitaine) et un autre déployé en Bretagne (Henriette d’Angleterre).

Deux sont commandés par la Royal Navy et mis en service en 1947, le premier le HMS Colossus mis en service en mars 1947 est déployé à Freetown alors que le second baptisé HMS Glory mis en service en septembre 1947 est lui déployé à Aden pour couvrir l’Océan Indien. Un est commandé et fabriqué sous licence par les Pays-Bas, recevant le nom symbolique de Guillaume d’Orange.

Huit autres ( Ocean Perseus Pioneer Theseus Triumph Venerable Vengeance et Warrior) sont commandés quand le conflit éclate, certains pouvant être à terme mis en œuvre par les dominions même si le Canada et l’Australie ont passé commande de porte-avions de ce type peu après la première commande franco-britannique, deux pour la RCN et un pour la marine australienne.
Quand le conflit éclate en septembre 1948, le HMCS Bonaventure est en service, assurant comme principale mission la couverture des convois, son sister-ship HMCS Magnificent étant encore en construction tout comme le HMAS Gallipoli, le porte-avions léger destiné à la marine australienne (plus d’informations dans les Tomes consacrés à ces dominions).
Quand le second conflit mondial éclate, la flotte de porte-avions britannique s’élève donc à treize navires chargés principalement de couvrir le corps de bataille et de protéger les lignes de communication alliées.
Dans le cadre du programme de guerre, le porte-avions obtient une place centrale avec la commande de deux Malta modifiés baptisés Glorious et Courageous, huit porte-avions légers type Majestic (version modifiée des Colossus) et quatre porte-avions médians de classe Audacious destinés à remplacer les porte-avions blindés de façon plus économique que les Malta.
Porte-avions HMS Furious

Le HMS Furious en 1939

Le HMS Furious en 1939

Le bouillant amiral Fisher, premier lord de l’Amirauté était un chef charismatique et énergique débordant d’idées, imposant le cuirassé à artillerie monocalibre, le croiseur de bataille, la turbine participant grandement à la modernisation d’une marine qui tendait à s’endormir sur ses lauriers.
Peu après le début du premier conflit mondial, le First Sea Lord eut l’idée d’un débarquement amphibie sur les côtes de la mer Baltique, le débarquement de soldats britanniques et russes à 80km de Berlin pouvant faire basculer le conflit.
Pour cela il fallait une flotte adaptée à la fois des navires de transport mais également de combat pour couvrir l’opération contre une intervention de la marine allemande. D’où la construction de croiseurs de bataille légers, les Glorious Courageous et Furious.
Si les deux premiers étaient armés de deux tourelles doubles de 15 pouces, le dernier devait recevoir deux canons de 18 pouces (457mm) en tourelles simples, une à l’avant et une à l’arrière.
-Le HMS Furious est mis sur cale aux chantiers navals Armstrong Whitworth Shipyards de Wallsend le 8 juin 1915 lancé le 15 août 1916 et admis au service actif le 26 juin 1917.

Le projet de débarquement amphibie en Baltique ayant été abandonné suite au départ de Fisher de l’Amirauté (sans oublier l’échec des Dardanelles), le Furious est rapidement transformé, la tourelle avant cédant la place à un pont d’envol de 65m de long.

Suite à l’accident mortel du capitaine de corvette Dunning le 7 août 1917 (cinq jours après le premier appontage), la tourelle arrière est débarquée et remplacée par un pont d’envol de 91m couvrant un hangar, séparé du pont avant par le bloc-passerelle et la cheminée.

Il est remis en service le 15 mars 1918 et le 19 juillet lance le premier raid aéronaval sur les hangars à zeppelin installés à Tondern. Les dégâts sont cependant limités.

Mis un temps en réserve, il est remis en service en septembre 1925 avec un pont continu suite aux leçons tirées par l’utilisation du HMS Argus. Il est essentiellement utilisé comme porte-avions d’expérimentation et comme porte-avions d’entrainement.

Durant la guerre de Pologne, il participe à des opérations anti-sous-marines depuis Rosyth mais après la destruction du Courageous et une attaque manquant l’Ark Royal les porte-avions sont retirés de la lutte anti-sous-marine. Le vieux porte-avions assure ensuite des transports d’or au Canada.

Le conflit terminé, le HMS Furious reprend ses missions d’entrainement au profit des jeunes pilotes qui effectuent leurs premiers appontages y compris de nuit.

Le 5 mars 1944, il est victime d’une grave avarie de machine. Son age et son usure rendent peu profitable sa remise en état et le 17 mars 1944, il est désarmé.

Condamné le 4 juin 1944, il est vendu à la démolition le 17 septembre 1944 et démantelé. En son honneur, le troisième porte-avions de classe Malta initialement appelé New Zealand est rebaptisé Furious.

Caractéristiques Techniques du HMS Furious

Déplacement : standard 22500 tonnes pleine charge 28500 tonnes

Dimensions : longueur (flottaison) 230m (hors tout) 240m largeur 27m tirant d’eau 7.6m

Propulsion : Quatre turbines à engrenages Brown-Curtis alimentées par 18 chaudières Yarrow à petits tubes (235 psi) dévellopant une puissance totale de 91195ch et actionnant quatre hélices.

Vitesse maximale : 31.5 noeuds Distance franchissable : 6000 miles nautiques à 20 noeuds

Protection : ceinture 50 à 75mm pont blindé à 50mm

Armement : 12 canons de 102mm en six tourelles doubles, six affûts octuples Pom-Pom et 12 canons de 20mm Oerlikon en affûts simples. A partir de 1941, l’armement est réduit à quatre canons de 102mm, deux affûts octuples Pom-Pom et huit canons de 20mm.

Installations d’aviation (configuration définitive) pont d’envol de 161m de long sur 27.8m de large reliés au hangar par deux ascenseurs

Groupe aérien : Avec deux pont d’envol séparés, le groupe aérien se composait de 5 avions et 3 hydravions mais avec un pont d’envol continu, il pouvait embarquer 22 à 40 appareils. En configuration instruction, il embarquait une douzaine d’appareils.

Equipage : 1218 officiers et marins

Porte-avions HMS Argus

Le HMS Argus en 1943

Le HMS Argus en 1943

“Le fer à repasser flottant”

Comme tout vecteur militaire, le porte-avions est passé par une intense phase d’expérimentation pour obtenir un système mur et mature. Deux problèmes étaient à résoudre : le décollage et l’atterrissage.

Le concurrent de l’avion, l’hydravion résolu rapidement la problématique du décollage avec la catapulte (à poudre puis hydraulique) mais ne résolu jamais le problème de la récupération, les tapis d’amerrissage se révélant être une fausse bonne idée et la récupération à la grue rendait le navire vulnérable à un sous-marin ou à un avion en maraude.

Le premier “porte-avions” anglais, le Furious disposait d’une unique plate-forme à l’avant puis après la mort du commander Dunning d’une deuxième plate-forme à l’arrière, plate-formes séparées par les superstructures du croiseur de bataille léger.

Ces superstructures gênaient les opérations aviation et provoquaient d’importantes turbulences, rendant les appontages délicats.

Rapidement la solution d’un pont continu sans obstacle s’impose. Pour tester cette configuration, il faut une plate-forme de grande taille. Le porte-avions n’ayant pas encore fait ses preuves, il faut encore passer par la conversion.

En 1914, les chantiers William Beardmore de Damuir avaient entamé la construction de deux paquebots pour un armateur italien, les Conte Rosso et Gulio Cesare. La construction est suspendue au moment du déclenchement du premier conflit mondial.

La coque du Conte Rosso est racheté par la Royal Navy le 20 septembre 1916 et va devenir le premier porte-avions à pont continu sous le nom d’Argus.

Carrière opérationnelle

-Le HMS Argus (I49) est mis sur cale aux chantiers William Beardmore de Dalmuir sous le nom de Conte Rosso en juin 1914. Acquis en septembre 1916, il est transformé sur cale en porte-avions, lancé le 2 décembre 1917 et admis au service actif le 16 septembre 1918.

Considéré comme un auxiliaire, il n’entre pas en compte dans le contingent (135000 tonnes) de porte-avions accordé à la marine britannique.

Il va servir de navire d’expérimentation, permettant la mise au point des moyens d’appontage (les fameux brins d’arrêt) mais également va permettre de trouver la meilleure configuration pour les superstructures, le fameux ilôt et les cheminées.

Mis en réserve en 1930, il est réarmé en juillet 1938 pour entrainement et essais. Considéré comme un navire de réserve, il sert uniquement de porte-avions d’entrainement jusqu’à son désarmement le 7 juin 1944.

Remorqué à Scapa Flow, il sert de bâtiment-dépôt pour les navires au mouillage. Condamné le 14 mars 1947, il est remorqué à Inverness et démantelé entre mai et juillet 1947.

HMS Argus 1918 2

Caracteristiques Techniques

Déplacement : standard 14680 tonnes pleine charge 16028 tonnes

Dimensions : longueur 172.2m largeur 20.7m tirant d’eau 7.1m

Propulsion : quatre turbines à engrenages Parson alimentées en vapeur par douze chaudières Scotch dévellopant 20000ch et entrainant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 20 noeuds distance franchissable 3600 miles nautiques à 10 noeuds

Armement : six canons de 102mm (quatre antiaériens et deux non-antiaériens). Entre 1940 et 1944, il ne dispose plus que de deux canons de 102mm antiaériens et deux Pom-Pom quadruples de 40mm.

Installations d’aviation :

-Pont d’envol de 1167.3m de long

-Hangar de 100.6m sur 14.6 à 20.7m de large et 4.9m de haut

-Deux ascenseurs, un ascenseur avant de 9.1 sur 11m et un ascenseur arrière de 18.3m de 5.5m

-Brins d’arrêt mais pas de catapultes

-Deux grues

-36000l de carburant

Groupe aérien : 15 à 18 appareils

Equipage : 495 officiers et marins

Grande-Bretagne (24) Cuirassés et Croiseurs de bataille (2)

Cuirassés classe Revenge

Le HMS Revenge probablement au début de sa carrière

Le HMS Revenge probablement au début de sa carrière

Des Queen Elizabeth austere
Après avoir construit plusieurs classes des dreadnought, les britanniques étaient passés au superdreadnought en remplaçant les canons de 12 pouces (305mm) pas des canons de 13.5 pouces (343mm).
Après douze cuirassés armés de canons de ce calibre, les britanniques passèrent à nouveau à la vitesse supérieure, passant du cuirassé lent armé de canons de 343mm à des cuirassés rapides armés de canons de 381mm, ce sont les Queen Elizabeth.
Quatre sont prévus puis six mais au final cinq seulement sont construits, le cinquième baptisé Malaya ayant été financé par souscription et le sixième baptisé Agincourt fût abandonné au déclenchement du premier conflit mondial, probablement parce qu’il ne pourrait pas être prêt avant la fin d’un conflit qu’on espérait court.
Les Queen Elizabeth étaient de magnifiques navires mais ils étaient coûteux et avaient l’inconvénient de fonctionner au mazout. Or à l’époque, le pétrole provient exclusivement de l’étranger à la différence du charbon fort abondant dans les Iles britanniques.
Pour les cuirassés devant succéder aux “QE”, les britanniques choisirent de revenir au cuirassé lent avec des chaudières capables d’utiliser du mazout et du charbon.
Huit cuirassés furent initialement prévus (Tout le monde connait la célèbre boutade attribuée à Winston Churchill “l’amirauté voulait six cuirassés, le ministre des finances quatre. Finalement tout le monde s’est accordé sur le chiffre de huit) mais au final seulement cinq furent construits.
Un navire fût annulé au déclenchement de la guerre (il aurait été baptisé Resistance) et deux autres baptisés Renown et Repulse furent achevés comme croiseurs de bataille pour faire face aux Mackensen dont la construction était iminente dans les chantiers allemands.
Carrière opérationnelle

Schéma du HMS Revenge muni de plate-formes pour des tests aviation (immédiatement après WWI)

Schéma du HMS Revenge muni de plate-formes pour des tests aviation (immédiatement après WWI)

-Le HMS Revenge (06) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers de Barrow-in-Furness le 22 décembre 1913 lancé le 29 mai 1915 et admis au service actif le 1er février 1916.
Il subit deux refontes (1928-1929 et 1936) et est toujours en service en septembre 1939, le vénérable cuirassé étant stationné non pas à Scapa Flow au sein du 2nd Battle Squadron mais à Portland sur la côte sud de l’Angleterre.
Avec son sister-ship Resolution, il assure au sein de la Channel Force la défense des South Western Approaches et la traque des raiders allemands.

Le HMS Revenge est désarmé le 14 septembre 1942. Une inspection révélant son bon état, il est classé en réserve A à savoir qu’il pourrait être réarmé si besoin est, un noyau d’équipage se chargeant de l’entretenir.
Ce réarmement n’aura jamais lieu et dès le 1er octobre 1948, le navire est définitivement désarmé et déclassé, la démolition n’aura cependant lieu qu’après guerre en 1955, achevant ce que des bombardiers allemands avaient commencé puisqu’il est endommagé par deux bombes lors d’un bombardement allemand de Portsmouth le 17 mars 1949 alors qu’il servait de ponton antiaérien.

Le HMS Royal Sovereign à Devonport en 1936

Le HMS Royal Sovereign à Devonport en 1936

-Le HMS Royal Sovereign (05) fût mis sur cale au Portsmouth Royal Dockyard le 15 janvier 1914 lancé le 29 avril 1915 et admis au service actif le 18 avril 1916.
Après avoir participé au premier conflit mondial, le deuxième cuirassé de classe Revenge reste en service jusqu’à la guerre de Pologne.
Quand cette dernière éclate, il appartient au 2nd Battle Squadron, l’une des deux composantes de ligne de la Home Fleet, force composée du Nelson du Rodney et de trois cuirassés de type R à savoir le Royal Sovereign le Ramillies et le Royal Oak coulé le 14 octobre 1939 par le U-47 lors de l’une des plus audacieuses opérations de l’histoire militaire.
Le HMS Royal Sovereign est désarmé en juin 1943 et comme le Revenge, il est maintenu en réserve avec un noyau d’équipage. En meilleur état que son sister-ship, il est toujours considéré comme réarmable quand la seconde guerre mondiale éclate même si son réarmement devient bien improbable.

Le HMS Ramillies à Malte en 1939

Le HMS Ramillies à Malte en 1939

-Le HMS Ramillies (07) est mis sur cale aux chantiers navals de la société William Beardmore & Company sis à Dalmuir (estuaire de la Clyde près de Glasgow) le 12 novembre 1913, lancé le 12 juin 1916 et admis au service actif le 1er septembre 1917.
Il subit une refonte de juin 1932 à août 1934 puis des travaux en 1935 et 1937. Quand éclate la guerre de Pologne, il était affecté au 2nd Battle Squadron en compagnie de ses sister-ship Royal Sovereign et Royal Oak.
Il est désarmé le 8 décembre 1943. En mauvais état matériel et avec des canons usés, il est jugé hors d’état d’être réarmé si besoin est. Privé de tout l’équipement récupérable, devenu un ponton, l’ancien cuirassé est remorqué jusqu’à Alexandrie où il va servir de ponton pour la nouvelle base, abritant bureaux et ateliers, recevant des pièces de DCA quand le conflit éclate.

Le HMS Royal Oak

Le HMS Royal Oak

-Le HMS Royal Oak (08) est mis sur cale à l’Arsenal de Devonport le 15 janvier 1914, lancé le 17 novembre 1914 et admis au service actif le 1er mai 1916.
Il participe à la bataille du Jutland puis après guerre subit une refonte de septembre 1922 à juin 1924 puis une deuxième en 1934/36.
En septembre 1939, il est déployé à Scapa Flow au sein du 2nd Battle Squadron en compagnie des puissants Nelson et Rodney mais également de ses sister-ship Royal Sovereign et Ramillies.

Gunther Prien

Gunther Prien, commandant du U-47

Sa guerre de Pologne s’achève brutalement dans la nuit du 13 au 14 octobre 1939 quand il est torpillé à Scapa Flow par le U-47. Coulant rapidement, il emporte plus de 800 marins dans ses flancs.

Le HMS Resolution

Le HMS Resolution

-Le HMS Resolution (09) est mis sur cale aux chantiers Palmers de Newcastle-upon-Tyne le 29 novembre 1913 lancé le 14 janvier 1915 et admis au service actif en décembre 1916.
Alternant entre Méditerranée et eaux métropolitaines, le cuirassé subit deux refontes, la première en 1924 et la seconde en 1930/31.
Quand la guerre de Pologne éclate en septembre 1939, il est basé à Portland dans le sud-est de l’Angleterre au sein de la Channel Force en compagnie du Revenge.
Désarmé en mars 1943, il est transformé en ponton et remplacé à Scapa Flow, l’ancien Iron Duke qui avait été endommagé par un bombardement allemande et coulé par petit fond. Il accueille des bureaux et des ateliers. Quand le second conflit mondial éclate, l’ancien cuirassé type R reçoit des pièces de DCA pour participer à la défense du mouillage.

Classe Revenge 2
Caractéristiques Techniques
Déplacement : standard 25500 tonnes à l’origine 28000 tonnes après l’abandon de la chauffe mixte pétrole/charbon 31000 tonnes à pleine charge.
Dimensions : longueur (hors tout) 190.3m (entre perpendiculaires) 176.8m largeur : (origine) 27m (avec bulges) 31m tirant d’eau : 8.7m
Propulsion : 4 turbines Parson alimentées par 18 chaudières Babcock & Wilcox ou Yarrow développant une puissance totale de 40000ch entrainant 4 hélices.
Performances : Vitesse maximale 23 noeuds distance franchissable 4200 miles nautiques à 10 noeuds
Protection : ceinture blindé 25 à 331mm, bulkheads 102 à 152mm barbettes 102 à 254mm tourelles 331mm (face avant) casemates 152mm tour de commandement 279mm pont blindé 25 à 51mm
Armement : (origine) 8 canons de 381mm en quatre tourelles doubles (deux avant et deux arrières), 14 canons de 152mm (6 pouces) modèle 1914 (BL Mark XII) en casemates, 2 canons de 76mm (3 pouces) antiaériens, 4 canons de 47mm de salut et 4 tubes lance-torpilles sous marins de 21 pouces (533mm).
Après guerre, les canons de 76mm furent remplacés par 4 canons de 102mm Mk V en affûts simples puis par huit canons de même calibre en affûts doubles complétés par deux Pom-Pom puis huit canons de 20mm en affûts simples.

Les affûts lance-torpilles sont débarqués en 1940 sauf le Royal Oak qui au moment de son naufrage disposait de quatre tubes de surface en remplacement des tubes sous-marins.

Aviation : Deux plate-formes pour chasseur légers installées sur les tourelles B et X remplacées après guerre par une catapulte installée d’abord à la poupe puis remplacée par un modèle plus performant installé sur la tourelle X sauf pour le Revenge et le Royal Sovereign qui conservèrent la catapulte arrière. Deux hydravions

Equipage : 1146 officiers et marins

Croiseurs de bataille classe Repulse

Le croiseur de bataille, une fausse bonne idée ou une bonne idée mal utilisée ?
Nommé à la tête de l’Amirauté en 1904 pour réduire le budget de la Royal Navy, l’amiral Fisher réussit le tour de force d’obtenir l’inverse. Il bouscule une institution ronronnante, modernise les structures et impose de nouveaux choix techniques comme la turbine, le cuirassé à artillerie monocalibre et le croiseur de bataille.
Frappé par la bataille de Tsushima qui avait les forces de l’amiral Tojo écraser la malheureuse flotte de la Baltique éreintée par un tour du monde depuis Kronstadt, il imagina un cuirassé rapide, bien armé mais à la protection plus faible que les cuirassés conventionnels, résumant sa pensée par l’aphorisme “Speed is armour”.
Dans son esprit, le battlecruiser devait frapper et s’enfuir, devait attaquer les éclaireurs ennemis mais certainement pas opérer dans la ligne où son manque de protection le rendait vulnérable, vulnérabilité accrue par des règles de sécurité loin d’être draconiennes (portes étanches ouvertes, gargousses en toile, surcharge en explosifs et en gargousses).
Résultat, la bataille du Jutland vit la destruction de trois croiseurs de bataille et l’opprobre jetée sur un type de navire qui n’avait pourtant pas que des défauts.
Cela n’empêcha pas les britanniques de construire de nouveaux battlecruiser. Informés de la construction des Mackensen (croiseurs de bataille armés de canons de 350mm), les britanniques qui allaient entamer la construction de quatre navires de type Hood (un seul comme on le sait sera finalement mis en service) précipitèrent la construction de deux cuirassés Revenge qui devinrent des croiseurs de bataille avec seulement six canons de 381mm.
Le Jutland porta un coup de grace définitif au concept du croiseur de bataille. Il y eut bien les Alaska américains et les Dunkerque français mais ce concept eut une place météorique de l’histoire militaire et l’histoire navale.
L’apparition des 35000 tonnes rendait ce concept de toute façon caduque, les nouveaux cuirassés construits dans la foulé des Littorio combinant l’armement, la protection et la vitesse dans un compromis relativement acceptable.
Carrière opérationnelle

Le HMS Renown à la mer

Le HMS Renown à la mer

-Le HMS Renown fût mis sur cale aux chantiers Fairfield de Govan le 25 janvier 1915 lancé le 4 mars 1916 et admis au service actif le 20 septembre 1916.
Régulièrement en travaux, il fût surnommé HMS Refit. Il subit une grande refonte de septembre 1936 à juin 1939, n’étant pas encore opérationnel en septembre 1939. Il rejoint en décembre le Battlecruiser Squadron de la Home Fleet en compagnie de son sister-ship Repulse et du Hood, le seul navire de classe Admiral à avoir connu le service actif.
Il sert dans la Home Fleet jusqu’en janvier 1946 quand il est désarmé et mis en réserve à Rosyth avec un noyau d’équipage en attendant un éventuel réarmement au cours du conflit.

Le HMS Repulse

Le HMS Repulse

-Le HMS Repulse est mis sur cale aux chantiers navals John Brown de Clydebank (Ecosse) le 25 janvier 1915 lancé le 8 janvier 1916 et admis au service actif le 18 août 1916.

Si le HMS Renown est surnomé HMS Refit, son sister-ship est surnommé HMS Repair pour une mise au point longue et de multiples retour au chantier. Il subit une refonte analogue mais moins poussée que son sister-ship de 1933 à 1936.
En septembre 1939, il appartient au Battlecruiser Squadron en compagnie du Hood, retrouvant au mois de décembre son sister-ship.
Il est désarmé le 24 mars 1946 et mis en réserve avec un noyau d’équipage chargé de l’entretien en attendant un réarmement de plus en plus hypothétique.

Classe Renown 2

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 27650 tonnes pleine charge 30835 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 242m (entre perpendiculaires) 228.6m largeur : 27.4m tirant d’eau : 7.8m

Propulsion : 4 turbines à engrenages Brown-Curtiss alimentées par 42 chaudières Babcox & Wilcox devellopant une puissance totale de 112000ch et entrainant 4 hélices

Performances : vitesse maximale : 31.5 noeuds distance franchissable : 3650 miles nautiques à 10 noeuds

Protection : ceinture blindée 38 à 152mm, bulkheads 76 à 102mm barbettes 102 à 178mm tourelles 279mm tour de commandement 254mm ponts blindés 13 à 76mm

Armement : six canons de 381mm en trois tourelles doubles (deux avant et une arrière), dix-sept canons de 102mm (cinq affûts triples et deux affûts simples), deux canons de 76mm antiaériens Mk I en affûts simples et Huit tubes lance-torpilles de 533mm sous marins.

Après refonte, le Renown disposait en plus de ses canons de 381mm de vingt-canons de 114mm en dix tourelles doubles, 3 affûts octuples Pom-Pom de 40mm et quatre affûts quadruples de 12.7mm, ces derniers étant remplacés ultérieurement par des canons de20mm Oerlikon. Les tubes lance-torpilles ont été débarqués.

Le Repulse lui disposait de six canons de 381mm, de vingt canons de 102mm en quatre affûts triples et quatre affûts doubles, trois affûts octuples Pom Pom de 40mm et huit canons de 20mm Oerlikon ajoutés en 1941 quand les tubes lance-torpilles furent supprimés.

Aviation : Plate-forme en bois sur la tourelle B remplacée au cours de la refonte des années trente par une catapulte dans l’axe du navire avec un hangar pour deux à quatre hydravions type Blackburn Shark puis Fairey Swordfish

Equipage : 1181 officiers et marins

Croiseur de bataille HMS Hood (classe Admiral)

Le HMS Hood sur la côte d'Azur en avril 1938

Le HMS Hood sur la côte d’Azur en avril 1938

L’orgueuil de la Royal Navy
L’apparition du croiseur de bataille avait entrainé une riposte allemande en dépit de la répugnance de l’amiral Tirpitz qui ne croyait pas dans l’adage “Speed is armour” au point que la protection des croiseurs de bataille de la Kaiserliche Marine leur offrait un degré de survivabilité nettement plus important.
Cette riposte lança une nouvelle course, la course au croiseur de bataille. L’apparition des Lion à canons de 343mm obligea les allemands à envisager des croiseurs de bataille armés de canons de 350mm, les futurs Mackensen.
Face à cette menace, les britanniques après avoir envisagé de construire de nouveaux cuirassés (peut être proches des Queen Elizabeth et des Revenge ?) préféra lancer l’étude pour un nouveau type de croiseur de bataille, le type Admiral.
Quatre navires furent prévus baptisés Hood Anson Howe et Rodney mais seul le premier fût achevé, en tentant de tirer les leçons de la bataille du Jutland.
Si la construction du Hood fût menée à bien, celle de ses sister-ship fût suspendue le 9 mars 1917 pour favoriser la sortie des navires marchands et des escorteurs puis annulée le 27 février 1919 en raison d’un design insatisfaisant.
De toute façon il est peu probable que la construction aurait repris et même si cela avait le cas, le traité de Washington aurait entrainé leur abandon comme les Lexington américains.
Carrière opérationnelle et préservation

Le HMS Hood, une puissante élégance

Le HMS Hood, une puissante élégance

-Le HMS Hood est mis sur cale aux chantiers John Brown de Glasgow sur la Clyde le 1er septembre 1916 lancé le 22 août 1918 et mis en service le 15 mai 1920.
Avec sa ligne élégante et racée, il fait l’orgueuil de la Royal Navy et de l’opinion britannique, recevant le surnom de Mighty Hood (le puissant Hood).
Pas étonnant qu’il fût choisit pour réaliser une croisière impériale en compagnie du Repulse et de cinq croiseurs légers (Danae Dragon Delhi Dunedin Dauntless). Cette croisière réalisée du 27 novembre 1923 au 29 septembre 1924 le mena en Afrique, en Asie du Sud-Est, dans les dominions de l’Océanie, à Hawai, au Canada, en Californie.
Il subit d’importants travaux du 3 juin 1929 au 26 mai 1931, ses seuls travaux d’envergure, les autres carénages étant limités à l’entretien général et une modernisation à minima. Il exista bien des projets mais aucun ne fût mené à bien.
Il est engagé dans la Grande Mutinerie d’Invernogordon les 15 et 16 septembre 1931 quand les marins britanniques protestent contre les mesures d’économies décidées par le gouvernement d’union nationale dirigé par le travailliste Ramsey MacDonald.
Quand la guerre de Pologne éclate, le Hood est déployé à Scapa Flow au sein du Battlecruiser Squadron en compagnie du HMS Repulse. Il prend à plusieurs reprises la mer pour intercepter les navires de la Kriegsmarine mais sans succès.
Le HMS Hood est désarmé le 14 septembre 1945, les projets de refonte étant jugés trop coûteux pour le service attendu. Il est néanmoins maintenu en réserve jusqu’à son désarmement définitif le 14 mai 1950 en plein conflit. Il aurait du être vendu à la démolition mais suite à une souscription publique (à laquelle participa notamment la famille royale), il est préservé à Chatham et constitue une attraction mondialement connue.

Le HMS Hood en 1931

Le HMS Hood en 1931

Caractéristiques Techniques
Déplacement : A la construction 41125 tonnes Aux essais 42670 tonnes En service à pleine charge 46380 tonnes. En 1940, le déplacement à pleine charge atteidra 48360 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 262.30m (entre perpendiculaires) 259.20m largeur (hors tout) 31.70m (entre perpendiculaires) 28.90m Tirant d’eau (1941 pleine charge) 10.10m
Propulsion : 4 turbines à engrenages Brown-Curtiss alimentées par 24 chaudières Yarrow à petits tubes développant une puissance totale de 144000ch entrainant 4 hélices tripales, chaque hélice pesant 20 tonnes et ayant un diamètre de 4.5m.
Performances : Vitesse maximale : 31 noeuds (le 18 mars 1920, le Hood dévellopa une puissance totale de 151280ch lui permettant d’atteindre une vitesse de 32.1 noeuds) Distance franchissable : 8500 miles nautiques à 14 noeuds, 4500 miles nautiques à 20 noeuds.

Protection : La protection principale est assurée par une ceinture blindée inclinée à 12° mesurant 171.30m de long sur 4.35m de haut pour une épaisseur variant de 130mm à l’avant à 305mm à l’arrière en passant par 150mm à l’arrière.

Le pont blindé principal est d’une épaisseur de 100mm réduite à 50mm pour le pont supérieur. Le blockaus principal est solidement protégé avec 280mm pour les parois, 230mm pour le toit et 60mm pour le plancher.
Les tourelles de 381mm sont munis d’un blindage de 380mm pour la face avant de 300 à 280mm sur les côtés, de 280mm pour l’arrière et de 130mm pour le toit. Les barbettes sont protégées à 300mm.
Armement (origine) huit canons de 381mm en quatre tourelles doubles (deux avant et deux arrière), douze canons de 140mm en affûts simples sous masques, quatre canons de 102mm en affûts simples et un affût octuple Pom-Pom et six tubes lance-torpilles de 533mm (deux sous-marins et quatre de surface).
(A son désarmement) huit canons de 381mm en quatre tourelles doubles, seize canons de 102mm en affûts doubles, trois affûts octuples Pom-Pom et douze canons de 20mm en affûts doubles qui ont remplacés les trois affûts quadruples de 12.7mm
Aviation : A la construction comme tous les cuirassés de l’époque, le Hood fût équipé de plate-formes en bois sur les tourelles «B» et «X» pour deux chasseurs Fairey Flycactcher mais ce système se révéla totalement inefficace provoquant même des dommages structuraux aux tourelles. Lors de la réfonte de 1929/31, le Hood reçut à la poupe une catapulte Mk IV avec une grue pour deux hydravions Fairey IIIF mais sans hangar. Installation débarquée en 1932.
Equipage : 1419 officiers et marins

Grande-Bretagne (23) Cuirassés et croiseurs de bataille (1)

CUIRASSES ET CROISEURS DE BATAILLE

Avant-propos
Après avoir durement ferraillé avec la marine espagnole et la marine néerlandaise aux 16ème et 17ème siècle, la Royal Navy devient au 18ème siècle la marine dominante, écrasant de tout son poids les océans, le Britannia rules the waves rendait illusoire toute remise en cause de la suprématie britannique. Cette suprématie se poursuit au 19ème siècle en dépit des efforts de la France pour se doter d’une puissante marine.

Le HMS Dreadnought

Le HMS Dreadnought

Quand la Grande-Bretagne rentre dans le 20ème siècle, la Royal Navy à fière allure, construisant de nombreux cuirassés dont le HMS Dreadnought, le premier all big gun battleship, le premier cuirassé à artillerie principale monocalibre en bon français.
La France à depuis longtemps renoncé à contester la puissance britannique dans le domaine des cuirassés, les Etats-Unis n’étant pas une menace, seule l’Allemagne rivalise en multipliant sous l’impulsion de Guillaume II et de l’amiral Tirpitz _le premier dans le rôle du compositeur, le second dans celui du chef d’orchestre_ la construction de cuirassés et de croiseurs de bataille.

Amiral Fisher

L’Amiral Fisher, digne héritier de Nelson

Cela inquiète tellement les britanniques que le bouillant amiral Fisher proposa de “Copenhaguiser” la flotte allemande, référence aux raids surprises menés contre la flotte danoise en 1801 et 1807, le Danemark étant à cette époque allié de la France impériale.

La supériorité britannique est d’autant plus écrasante que les alliances avec la France (1904) et le Japon (1902) permettent à la marine britannique de concentrer ses moyens en mer du Nord, rendant illusoire toute remise en cause de son leadership.
Ainsi quand le premier conflit mondial éclate, la Royal Navy dispose de 74 navires de ligne avec 64 cuirassés (dont 40 pré-dreadnought à la valeur militaire douteuse) et 10 croiseurs de bataille, la Kaiserliche Machine ne disposant que de 46 navires de ligne avec 39 cuirassés (dont 22 pré-dreadnought) et 7 croiseurs de bataille.

La Grande-Bretagne sort gagnante du conflit mais la Royal Navy à perdu de son éclat. Elle à perdu quatorze cuirassés, six par des sous-marins, trois accidentellement, trois par mines et deux aux Dardanelles auxquels s’ajoute les trois croiseurs de bataille coulés à la bataille du Jutland.
Ces pertes sont à relativiser sur le plan matériel par le fait qu’il s’agit de pré-dreadnought (sauf les Vanguard et Audacious) et que onze cuirassés et cinq croiseurs de bataille ont rejoint les rangs de la marine britannique.
Le renouvellement de la flotte se heurte à de nombreuses difficultés. Outre la crise économique, les dégâts du premier conflit mondial et le profond pacifisme, la Grande-Bretagne se heurte à l’appétit du Japon et des Etats-Unis qui se sont lancés dans une course aux armements comparable à celle opposant Londres et Berlin avant le premier conflit mondial.

Projet N3

Projet N3

Face aux seize cuirassés et croiseurs de bataille américains, face aux seize navires de ligne japonais, la Grande-Bretagne tente de construire quatre cuirassés type N3 et quatre croiseurs de bataille type G3 mais face à la dépense, la Grande-Bretagne met pouce en l’air et propose une conférence pour limiter les armements navals, aboutissant au traité de Washington.
Certes la Grande-Bretagne obtient la parité avec les Etats Unis mais il s’agit plus d’une fleur pour services rendus qu’un statut s’appuyant sur des bases solides. Pire encore, le Japon rétrogradé à la troisième place voit la Grande-Bretagne abandonner son alliance de 1902, mettant en germe les graines d’un futur conflit.
Deux cuirassés seulement vont être construits par la Royal Navy durant l’entre-deux-guerre, les puissants Nelson et Rodney, ces puissants cuirassés armés de canons de 406mm étant le derniers navires de lignes britanniques mis en service avant le début de la guerre de Pologne.
Situation du corps de bataille britannique en septembre 1939
Le 1er septembre 1939, la Royal Navy dispose de douze cuirassés en service plus trois navires en refonte soit quinze unités sans compter les cuirassés à différents stades de construction notamment les cinq unités de classe King George V et les deux premiers Lion.

Le HMS Nelson en 1940

Le HMS Nelson en 1940

-Neuf cuirassés sont en service en Metropole, sept au sein de la Home Fleet (Nelson Rodney Royal Oak Royal Sovereign Ramillies Hood Repulse) et deux au sein de la Channel Force (Resolution Revenge).

croiseur de bataille HMS Hood

croiseur de bataille HMS Hood

Les cinq premiers sont intégrés au sein 2nd Battle Squadron, la 2ème escadre de bataille, les deux derniers formant le Battlecruiser Squadron. Quand aux vénérables Resolution et Revenge, ils sont chargés de défense les côtes de la Manche.

cuirassé HMS Warspite

cuirassé HMS Warspite

-En Méditerranée, on trouve trois cuirassés de classe Queen Elizabeth, regroupés au sein du 1st Battle Squadron à savoir les Warspite Barham et Malaya.
-Deux cuirassés sont en refonte, les Queen Elizabeth et Valiant ainsi qu’un croiseur de bataille, le Renown, sister-ship du Repulse.

Vue aérienne du cuirassé King George V

Vue aérienne du cuirassé King George V

-Sept cuirassés sont en construction, les cinq unités de classe King George V (King George V Prince of Wales Anson Howe Duke of York) ainsi que les deux premiers cuirassés de classe Lion (Lion et Temeraire).
Evolution du corps de bataille britannique entre septembre 1939 et septembre 1948
-Double évolution : réorganisation des structures et renouvellement de la flotte avec le désarmement des unités les plus anciennes et la mise en service de navires modernes.
-Sur le plan de l’organisation, le 2nd Battle Squadron reste le corps de bataille de la Home Fleet avec une organisation interne composée de divisions. Le 1st Battle Squadron regroupe les cuirassés de la Mediterranean Fleet. Le 3rd Battle Squadron regroupe les cuirassés de la British Eastern Fleet.

HMS Revenge

HMS Revenge

-Au niveau des navires, les cuirassés de classe Revenge sont désarmés respectivement en septembre 1942 (Revenge), en mars 1943 (Resolution), en juin 1943 (Royal Sovereign) et en décembre 1943 (Ramillies) après la mise en service des cinq cuirassés de classe King George V.
-Le King George V est mis en service en septembre 1940, le Prince of Wales en juin 1941, le Duke of York en septembre 1941, le Anson en janvier 1942 et le Howe en mai de la même année.
-Ces premiers “35000 tonnes” sont suivis par quatre cuirassés de classe Lion. Si les King George V sont les plus légèrement armés des cuirassés rapides avec leurs dix canons de 356mm, leurs successeurs sont parmi les mieux armés avec neuf canons de 406mm en trois tourelles triples.

Les Lion combinent une coque de KGV avec trois tourelles triples de 406mm

Les Lion combinent une coque de KGV avec trois tourelles triples de 406mm

-Le HMS Lion mis sur cale en compagnie du Temeraire à l’été 1939 sont lancés respectivement en mars et septembre 1942, leur mise en service ayant lieu en avril et décembre 1944.
-Le HMS Thunderer mis sur cale en novembre 1939 est lancé en janvier 1943 et mis en service en mai 1945. Le HMS Conqueror est mis sur cale en octobre 1939 lancé en février 1943 et mis en service en janvier 1946.
-La mise en service des Lion permet le désarmement des croiseurs de bataille encore en service, le Hood cessant d’être un navire opérationnel en septembre 1945 (il est préservé à Chatham), le Renown et le Repulse sont désarmés en janvier et mars 1946, ces deux navires ayant été démolis après la guerre.
-Pour remplacer les Queen Elisabeth, pas moins de huit cuirassés sont commandés. Les cuirassés de classe Vanguard sont mis sur cale à partir de 1942 après le lancement des Lion.
-Le HMS Vanguard est mis sur cale en avril 1942 lancé en juillet 1944 et mis en service en mai 1946, le HMS Royal Oak est mis sur cale en mai 1942 lancé en août 1944 et mis en service en septembre 1946.
Le HMS Iron Duke est mis sur cale en mars 1943 lancé en juin 1945 et mis en service en septembre 1947 alors que le HMS Centurion est mis sur cale en septembre 1943 lancé en octobre 1945 et mis en service en mars 1948.
-Les quatre dernières unités qui portent les noms des saints patrons des nations du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord (Saint Andrew pour l’Ecosse, Saint David pour le Pays de Galles, Saint George pour l’Angleterre et Saint Patrick pour l’Irlande) étaient encore en construction, les deux premiers en achèvement à flot, les deux derniers encore sur cale.
Si l’achèvement des deux premiers cités est quasi-certain (la construction était trop avancée pour rendre économique son abandon), l’achèvement des Saint George et Saint Patrick était nettement plus incertain.
-En septembre 1948, la Royal Navy dispose des deux cuirassés de classe Nelson, de cinq cuirassés de classe Queen Elisabeth, de cinq cuirassés de classe King George V, de quatre cuirassés de classe Lion et de quatre cuirassés de classe Vanguard soit vingt cuirassés en service.
Situation en septembre 1948
-La Home Fleet dispose d’une escadre de bataille, le 2nd Battle Squadron avec la 1ère Division (1st Battleship Division) composée des Lion et Conqueror, la 2ème division (2nd Battleship Division) composée des Temeraire et Thunderer, la 3ème division (3rd Battleship Division) regroupe trois cuirassés de classe King George V (King George V Anson Howe), la 4ème division (4th Battleship Division) dispose des cuirassés Vanguard et Iron Duke alors que la 5ème division (5th Battleship Division) dispose elle des cuirassés Royal Oak et Centurion soit onze cuirassés.
-La Mediterranean Fleet dispose au sein du 1st Battle Squadron de trois divisions de cuirassés, la 6th Battleship Division dispose des vénérables cuirassés Nelson et Rodney, la 7th Battleship Division met en oeuvre les modernes Prince of Wales et Duke of York alors que la 8th Battleship Division est elle aussi une division de vétérans avec les Barham et Valiant.
-Enfin contrairement à septembre 1939, trois cuirassés sont déployés en Extrême-Orient, au sein de la nouvelle British Eastern Fleet et de son 3rd Battle Squadron composé des cuirassés Queen Elizabeth Warspite et Malaya (9th Battleship Division). Théoriquement, les quatre derniers Vanguard doivent renforcer la BEF et peser sur le Japon.
Cuirassés rapides classe Queen Elizabeth
Avant-Propos

Le HMS Queen Elizabeth amarré à Alexandrie

Le HMS Queen Elizabeth amarré à Alexandrie

Ces cinq navires (Queen Elizabeth Valiant Warspite Barham Malaya, un sixième baptisé Agincourt ne fût jamais construit) sont les premiers cuirassés rapides du monde.
Avec leurs 24 noeuds, ils faisaient pale figure vis à vis des 35000 tonnes capables de filer à plus de 30 noeuds mais à l’époque, ils marquaient une vrai innovation, le cuirassé rapide à mi-chemin entre le cuirassé conventionnel lent (20 noeuds en théorie mais souvent 17 ou 18 noeuds dans la pratique avec une coque sale), bien protégé et bien armé et le croiseur de bataille rapide, bien armé mais à la protection nettement plus faible.
En raison des limitations imposées par les traités navals de l’entre-deux-guerre, ces navires étaient encore en service en septembre 1939.
Ils vont être refondus à la fin des années trente et au début des années quarante même si leur remplacement était prévu avec la construction des Vanguard.
Carrière opérationelle

Le HMS Queen Elizabeth à Mudros en 1915 lors de l'expédition des Dardanelles

Le HMS Queen Elizabeth à Mudros en 1915 lors de l’expédition des Dardanelles

-Le HMS Queen Elizabeth (00) est mis sur cale au Porsmouth Royal Naval Shipyard le 21 octobre 1912 lancé le 16 octobre 1913 et admis au service actif en janvier 1915.
Quand éclate la guerre de Pologne en septembre 1939, il est en cours de refonte au Porsmouth Royal Naval Shipyard depuis le 11 août 1937 et jusqu’au 10 décembre 1940.
A sa remise en service, il s’entraine intensivement au sein de la Home Fleet dans laquelle il va servir jusqu’à la mise en service des King George V.
Avec ses sister-ship Warspite et Malaya, il va former le 3rd Battleship Squadron, l’escadre de ligne de la British Pacific Fleet, Singapour remplaçant Portsmouth et Rosyth. Il arrive sur l’île aux Lions en janvier 1944.
En septembre 1948, il était toujours en service même si une avarie de machine l’avait immobilisé au port. Réparé, il va multiplier les patrouilles dans le Golfe de Thaïlande, seul ou avec ses sister-ship.

Le HMS Warspite entrant dans le port de La Valette (Malte)

Le HMS Warspite entrant dans le port de La Valette (Malte)

-Le HMS Warspite (03) fût mis sur cale au Devonport Royal Dockyard le 31 octobre 1912 lancé le 26 novembre 1913 et admis au service actif le 8 mars 1915.
Il est profondément modernisé de 1934 à 1937, subissant les mêmes travaux que son sister-ship Queen Elizabeth.
Quand éclate la guerre de Pologne, le Warspite est déployé en Méditerranée au sein du 1st Battle Squadron en compagnie de ses sister-ship Barham et Malaya.
Il le reste jusqu’en janvier 1944 quand il rallie l’Extrême-Orient et le 3rd Battle Squadron, la composante “navires de ligne” de la British Eastern Fleet .
Quand les allemands envahissent la Norvège, le Warspite est en patrouille dans le Golfe du Bengale. Il se ravitaille à Trincomalee (Ceylan) avant de cingler vers Singapour où après une nouvelle escale, il reprend ses patrouilles en compagnie de ses sister-ship Queen Elizabeth et Malaya.

Le HMS Barham à Scapa Flow en 1917

Le HMS Barham à Scapa Flow en 1917

-Le HMS Barham (04) est mis sur cale aux chantiers John Brown de Clydebank le 24 février 1913 lancé le 31 octobre 1914 et admis au service actif le 19 octobre 1915.
Quand éclate la guerre de Pologne, il est déployé en Méditerranée en compagnie de ses sister-ship Warspite et Malaya. Il aurait du être profondément réfondu après le Queen Elizabeth au final sa refonte fût menée à minima entre janvier 1941 et mars 1942.
Il reste déployé en Méditerranée où il forme la 8th Battleship Division en compagnie du Valiant.
Quand le second conflit mondial éclate, il était en entretien à Alexandrie. Les travaux sont accélérés pour lui permettre de retrouver les autres cuirassés de la flotte de la Méditerranée (Nelson Rodney Prince of Wales Duke of York Valiant).

Le HMS Valiant camouflé

Le HMS Valiant camouflé

-Le HMS Valiant est mis sur cale aux chantiers de la Fairfield Shipbuilding and Engineering Company à Govan sur la Clyde le 31 janvier 1913 lancé le 4 novembre 1914 et admis au service actif le 19 février 1916.
Quand la guerre de Pologne éclate, le Valiant achève une refonte à l’Arsenal de Devonport, refonte entamée en mars 1937 et achevée en novembre 1939.
Remis en service en janvier 1940, il est déployé au sein de la Home Fleet avant d’être transféré en juin 1942 en Méditerranée où il forme avec le Barham une nouvelle division, la 8th Battleship Division.Il était toujours en service en septembre 1948 et le 5 de ce mois, il était à quai à Alexandrie.

Le HMS Malaya lieu et date inconnue

Le HMS Malaya lieu et date inconnue

-Le HMS Malaya est mis sur cale aux chantiers Armstrong Whitworth de Newcastle upon Tyne le 20 octobre 1913 lancé le 18 mars 1915 et admis au service actif le 1er février 1916.
Quand la guerre de Pologne éclate, le Malaya est déployé en Méditerranée en compagnie du Barham et du Warspite.
Il subit une refonte à Devonport de décembre 1942 à octobre 1943 avant de reprendre du service pour quelques mois au sein de la Home Fleet avant de rallier l’Extrême-Orient en compagnie de ses sister-ship Queen Elizabeth et Warspite.
Quand la guerre éclate le 5 septembre 1948, le Malaya effectuait des exercices de tir au large de Singapour.
A l’annonce de la guerre et craignant que le Japon n’attaque en même temps que l’Allemagne, l’Amirauté donne l’ordre au Malaya de rentrer à Singapour pour se ravitailler et se préparer à toute éventualité.

Classe Queen Elisabeth
Caractéristiques Techniques
Déplacement : standard 27500 tonnes pleine charge 33000 tonnes

Dimensions : longueur 196.8m largeur 27.6m tirant d’eau 9.2m

Propulsion : 4 turbines à engrenages Parson alimentées par 24 chaudières dévellopant une puissance totale de 75000ch entrainant 4 hélices.

Performances : vitesse maximale 24 noeuds distance franchissable 5000 miles nautiques à 12 noeuds

Protection : Ceinture blindée de 13 pouces (343mm) avec des endroits plus légèrement couverts (6 pouces soit 152mm et 4 pouces soit 102mm); Bulkheads : 6 pouces et 4 pouces selon les endroits; Tourelles : 11 pouces (279mm) sur les côtés 13 pouces (343mm) sur la face avant et 4.5 pouces (108mm) pour le toit; Barbettes 4 à 10 pouces selon les endroits (6 pouces pour celles de 152mm); Tour de commandement : 11 pouces sur les faces latérales et 3 pouces pour le toit.

Armement : 8 canons de 381mm (15 pouces) modèle 1915 en quatre tourelles doubles (deux avant et deux arrières), 16 canons de 152mm (6 pouces) modèle 1914 (BL Mark XII) en casemates (16 pour le Queen Elizabeth et 14 pour ses sister-ships), 2 canons de 76mm (3 pouces) antiaériens et 4 canons de 47mm de salut et 4 tubes lance-torpilles sous marins de 21 pouces (533mm).

L’armement secondaire évolua, les canons de 152mm et de 102mm du Queen Elizabeth et du Valiant furent remplacés par des canons de 114mm, la DCA légère régulièrement accrue au point d’être composée de quatre affûts Pom-Pom quadruples et de dix-huit canons de 20mm en affûts simples. Les tubes lance-torpilles sont débarqués ne 1944.

Les Barham Warspite et Malaya perdirent leurs canons de 152mm et de 102mm au profit de canons de 102mm en tourelles doubles. Leur DCA légère était semblable à celle des deux navires cités plus haut.
Aviation : Après avoir un temps reçu des plate-formes sur les tourelles de 15 pouces, les Queen Elizabeth reçurent des catapultes : le Valiant et le Queen Elizabeth à la poupe, le Malaya et le Warspite derrière la cheminée devenue unique et le Barham sur la tourelle X (n°3) de 15 pouces. 3 hydravions étaient embarqués.

Equipage : 925 à 1220 hommes