Pologne et Pays Neutres (30) Portugal (10)

Une histoire militaire du Portugal (4) : guerres coloniales et guerre civile

De 1816 à 1820 les portugais et les espagnols s’affrontent pour le contrôle de la Banda Orientale, la région frontalière entre le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay.

C’est une victoire du Royaume-Uni du Portugal, de l’Algarve et du Brésil, la région étant annexée à cet état s’étendant sur les deux rives de l’Atlantique. Cela fait suite à une première tentative infructueuse en 1811/12.

Du 9 janvier 1822 au 13 mai 1825 à lieu la guerre d’indépendance du Brésil. Le 9 janvier 1822, le futur Pierre 1er du Brésil refuse de rentrer au Portugal alors que les Cortès lui demande. C’est le Dio da Fico (le jour du Je reste). Cela fait suite à la volonté des Cortès de refaire du Brésil une colonie portugaise.

Le 7 septembre 1822 Pierre proclame l’indépendance du Brésil et devient l’empereur Pierre 1er (le titre d’empereur à été choisit car son père Jean VI était roi du Brésil).

En novembre 1823 les dernières garnisons portugaises quittent le Brésil et pourtant les combats vont continuer. Des combats terrestres et maritimes voient l’engagement de forces régulières et de milices.

On trouve des sièges (Recife Belem, Caxias, Salvador et Montevideo) et des batailles rangées. Les forces brésiliennes regroupent 27000 soldats réguliers et miliciens plus 90 navires alors que les portugais disposent de 16000 soldats réguliers et 55 navires.

Le Siège de Salvador (2 mars 1822 au 2 juillet 1823) se termine par une victoire brésilienne. Les troupes de Pierre 1er ont engagé 1500 (début) à 14000 hommes (fin) associés à onze navires face à 3000 à 10500 portugais appuyés par quatorze navires. Les pertes sont lourdes des deux côtés avec 750 morts et 280 blessés côté brésilien contre 2500 morts 700 blessés et 3000 prisonniers dans le camp d’en face.

La Bataille de Piraja (8 novembre 1822) est une victoire brésilienne quand 1300 brésiliens défont 3200 portugais. Le bilan est de 286 tués pour les brésiliens contre 350 tués pour les portugais (chiffres incertaines).

La Bataille d’Itaparica (7 au 9 janvier 1823) est une autre victoire brésilienne. Les brésiliens mobilisent 3257 soldats et deux canonnières face à 12000 portugais qui disposaient également de deux bricks, un schooner, une barque et trente-cinq petits navires.

Le Siège de Montevideo (20 janvier 1823 au 8 mars 1824) se termine par une victoire brésilienne décisive. Ces derniers avaient engagé 3000 hommes appuyés par six navires pour faire face à 4000 portugais qui étaient soutenus par quatre navires.

La Bataille de Jenipao (13 mars 1823) est une victoire portugaise (16000 soldats 11 canons/116 tués et 600 blessés) sur les brésiliens qui disposaient de 2000 miliciens et de 2 canons (200 tués, 542 prisonniers).

La Bataille du 4 mai (1823) est un affrontement naval qui se termine par une victoire brésilienne.

Le Siège de Caxias (23 mai au 31 juillet 1823) se termine par une victoire brésilienne quand 8000 soldats auriverde l’emporte sur une garnison de 1600 portugais qui défendait la ville.

Soldat portugais 19ème siècle

Du 28 juin 1828 au 26 mai 1834 le Portugal est frappé par une guerre civile entre libéraux et absolutistes.

Cela débute par une crise de succession quand Pierre de Portugal alors héritier du trône proclame en 1822 l’indépendance du Brésil (7 septembre). En 1826 Jean VI meurt et l’année précédente en 1825 le Traité de Rio de Janeiro avait reconnu l’indépendance du Brésil après une tentative de refaire du Brésil une colonie portugaise après une période d’autonomie liée à la présence de la famille royale après l’invasion française de 1807.

Cela pose un problème car la loi de succession de 1641 interdit à un roi de Portugal de posséder une couronne étrangère or Pierre est devenu l’empereur Pierre 1er du Brésil.

Michel 2ème fils de Jean VI tente de s’imposer avec l’aide de sa mère Charlotte-Joachim au détriment de sa nièce, Marie fille de Pierre 1er.

Michel s’est exilé à Vienne après plusieurs tentatives subversives. Pierre est reconnu nouveau souverain portugais. Pierre 1er de Brésil devient Pierre IV de Portugal, sa sœur cadette l’infante Isabelle-Marie de Portugal assure la régence.

Pierre IV pour des raisons pratiques tout autant légales renonce à ses droits sur la couronne portugaise au profit de sa fille Marie qui devient Marie II le 2 mai 1826. Pierre IV accorde une charte et associé son frère Michel en la fiançant à Marie et en le nommant régent.

Le 9 janvier 1827 un premier affrontement militaire à lieu. C’est la Bataille de Coruche, une bataille qui à lieu au moment du soulèvement absolutiste (1826/27) contre l’application de la charte constitutionnelle de 1826. Véritable Prodome à la guerre civile portugaise (1828-1834).

Les libéraux (5500 hommes, 10 canons et 3 obusiers) l’emporte avec 10 tués, 51 blessés, 11 prisonniers et 18 disparus face aux absolutistes qui alignaient 8 à 11000 hommes selon les sources (pertes inconnues).

En 1828 Michel réunit de nouvelles Cortes à Lisbonne. Il est acclamé au roi au détriment de sa nièce le 23 juin 1828. Si quelques pays le reconnaisse comme le roi légitime, la plupart préfèrent rester neutres et ne pas s’engager dans un conflit entre lusitaniens.

Pierre 1er renonce au trône du Brésil en 1831 au profit de son fils Pierre qui devient Pierre II du Brésil (second et dernier empereur du Brésil) et rentre en Europe pour restaurer sa fille sur le trône.

En 1832 il débarque aux Açores seul territoire portugais à être resté fidèle à Marie. Deux ans plus tard les miguelistes (partisans de Michel 1er) sont battus, Marie II restaurée dans ses droits.

Cet affrontement est un affrontement politique mais surtout militaire avec plusieurs batailles qu’elles soient navales et terrestres.

Le 11 août 1829 à lieu la Bataille de Vila da Praia, une bataille navale qui se termine par une victoire des libéraux.

Le 8 juillet 1832 l’ancien empereur du Brésil débarque au Portugal avec 7500 hommes embarqués sur 40 navires sur la plage de Mindelo. Il entre à Porto le lendemain mais les libéraux sont très vites assiégés à Porto (juillet 1832-août 1833).

Le 23 juillet 1832 à lieu la Bataille de Ponte Ferreira, une bataillon opposant 8000 libéraux (infanterie, cavalerie, artillerie, un bataillon de mercenaires français et un bataillon «d’affreux» britanniques) qui cherchent à franchir un pont en granit sur la rivière de Ferreira.

L’action débute le 17 juillet 1832 avec de brèves escarmouches. Le 22, l’armée libérale reçoit l’ordre d’attaquer l’armée de Michel 1er sur les monts installés devant les habitations de Granja sur la rive opposée.

Le 23, l’armée libérale franchit la rivière. Les combats durent douze heures mais ils sont indécis. Les absolutistes (miguelistes) remportent une victoire tactique car ils ont empêché les libéraux d’atteindre leurs objectifs.

Le 7 août 1832 à lieu la Bataille de Souto Redondo près d’Aveiro. Les libéraux assiégés à Porto tentent une sortie pour desserrer l’étau absolutiste. C’est un échec cuisant mais cette victoire n’est pas exploitée par les miguelistes alors que les libéraux refluent en désordre vers Porto (70 tués, 105 blessés et 234 prisonniers).

Le 5 juillet 1833 les libéraux remportent une nouvelle bataille navale au large du Cap St Vincent. Le 24 juillet 1833 la ville de Lisbonne est prise.

Le 2 novembre 1833 libéraux et miguelistes s’affrontent à la Bataille d’Alcacer do Sail. Les miguelistes l’emporte. 26 officiers libéraux considérés comme des déserteurs de l’armée portugaise sont sommairement exécutés (trois autres sont libérés).

Le 30 janvier 1834 à lieu la Bataille de Pernes ou plutôt la deuxième puisqu’il y avait eu une première bataille le 11 novembre entre les libéraux du maréchal Saldanha et les troupes miguelistes pour le contrôle de moulins vitaux pour le ravitaillement des troupes. Les moulins sont détruits et les royalistes sont mis en fuite. La bataille de janvier 1834 est une nouvelle et lourde défaite des miguelistes.

Le 18 février 1934 à lieu la Bataille d’Almoster. 4500 libéraux commandés par le maréchal Saldanha défont près de Santarem les absolutistes (4500 à 5000 hommes), les libéraux ayant 374 tués, blessés et disparus contre environ 1000 pertes de l’autre côté.

Le 24 avril 1834 c’est la Bataille de Sant’Ana, une bataille qui eu lieu à Ermida au nord de Sao Bartolomeu de Messines (Algarve). C’est une victoire migueliste.

Le 16 mai 1834 la Bataille d’Asseiceira voit les libéraux du duc de Terceira (5500 hommes et onze canons) l’emporter sur les absolutistes du colonel Guedes (6000 hommes et 12 canons). Cette bataille qui à lieu près de la ville de Tomar voit les libéraux perdre 400 hommes contre 2900 pertes et 1400 prisonniers côté migueliste.

La guerre civile portugaise que nous venons de voir n’est pas le dernier engagement politique de l’armée portugaise. C’est plutôt le début, le 19ème siècle portugais tout aussi agité que le 19ème siècle espagnol étant marqué par un grand nombre de coups de force, de rébellions.

En 1835 il y à un coup d’état militaire et la même année débute la guerilla du Remexido, une guerilla pro-migueliste qui va durer jusqu’en 1838.

En 1836 on note une révolution libérale la Belezenda suivie l’année suivante par la Conspiration des Marmotas, la Révolte des Maréchaux. En 1838 c’est le Massacre du Rossio suivit des Emeutes de l’Arsenal.

Il faut ensuite attendre 1840 pour que l’armée s’agite à nouveau ou doive s’employer pour faire face à une agitation politique avec des émeutes à Lisbonne. En 1842 il y à un nouveau coup d’Etat et la mutinerie du 20ème bataillon de chasseurs.

Deux ans pus tard en 1844 c’est la révolte militaire de Torres Rivas, l’Emboxada, la Patulera (qui dure jusqu’en 1847) et la Revolte des Pinotes. Le 29 avril 1847 c’est la Montaria suivie en août 1848 de la Conspiration des Hidras. Cela se calme ensuite avec le coup d’état de la Régénération en 1851 et un coup de force républicain à Porto en 1881.

Pologne et Pays Neutres (26) Portugal (6)

Sébastien 1er

Dom Sebastião (Lisbonne 20 janvier 1554 Ksar-El-Kébir 4 août 1578) est roi de Portugal de 1557 à 1578, l’avant dernier monarque de la dynastie d’Aviz.

Fils du prince héritier Jean-Manuel et de l’infante Jeanne d’Espagne, il naît dix-huit jours après le décès de son père. Il à trois ans à la mort de son grand-père Jean III, sa grand-mère Catherine de Castille assurant la régence de 1557 à 1562 suivit par son grand-oncle le cardinal Henri d’Evora de 1562 à 1568.

Sous son règne, l’empire colonial s’étend et sur le plan législatif l’Eglise se réorganise (nouveaux évêchés, inquisition aux Indes) dans le cadre de la réforme catholique.

Une fois seul au pouvoir, Sébastien se montre tout à la fois religieux et violent, austère et emporté, belliqueux, rêvant à nouveau de Reconquista en entendant le Portugal en Afrique du Nord. Il lance une première expédition au Maroc en 1574 puis une nouvelle expédition en 1578, expédition qui lui sera fatale.

Il mobilise des soldats portugais, des mercenaires flamands, italiens et castillans soit 15500 fantassins, 1500 cavaliers et quelques centaines de surnuméraires. Ils embarquent à Lisbonne le 17 ou le 24 juin et arrivent à Tanger le 6 juillet sous le commandement direct du roi qui n’est ni marié et n’à aucun héritier.

Sébastien se montre arrogant et emporté, se considérant à l’aube d’un immense succès. L’affrontement final à lieu à Ksar-El-Kébir le 4 août 1579. Aux 15000 fantassins qui avaient débarqué à Tanger se sont ajoutés 2000 cavaliers arabes et 36 canons. En face l’armée ennemie se compose de 14000 fantassins et plus de 40000 cavaliers sans compter les troupes irrégulières et une quarantaine de canons. Si l’ennemi connait parfaitement l’armée portugaise, les lusitaniens ne connaissent guère l’ennemi ignorant totalement la présence de canons.

La bataille tourne très vite au désastre en raison notamment de l’impulsivité de Sébastien 1er. L’artillerie portugaise est ainsi prise ou réduite au silence. Cela tourne à la mêlée où le roi portugais succombe. 7000 «portugais» sont tués, les autres sont faits prisonniers sauf une centaine de portugais qui peuvent rentrer au pays. Les deux autres rois engagés sont également tués.

C’est un désastre comparable à celui qu’à connu la France à Crecy, Poitiers et Azincourt. Le corps est d’abord enseveli le 7 août à Ksar-El-Kébir. En décembre 1578, les restes royaux sont déterres et transportés à Ceuta. Ils sont à nouveau exhumés en novembre 1582 pour être transferés au monastère des Hieronymites de Bélem.

Longtemps les portugais ne voudront croire à la mort de Sébastien 1er. Un mouvement messianique nait le sebastianisme disant qu’un jour le «roi dormant» reviendrait pour libérer le pays de l’oppression notamment espagnole. Plusieurs faux Sébastien se présenteront mais seront vite démasqués.

Le Portugal est désormais à la merci de l’Espagne. Le grand-oncle de Sébastien devient roi mais le cardinal Henri n’à pas d’héritier. Philippe II d’Espagne petit-fils de Manuel 1er va s’emparer de la couronne lusitanienne marquant le début de soixante ans d’Union Iberique (1580-1640).

Jean IV

Dom Joao IV o Restaurador (Jean IV le Restaurateur) (Vila Viçosa 18 mars 1604 Lisbonne 6 novembre 1656) fût roi de Portugal de 1640 à 1656. Duc de Bragance (Jean II) de 1630 à 1940 il secoue le joug espagnol et met fin à soixante ans d’Union Iberique (1580-1640).

Fils de Theodose II de Bragance (1568-1630), septième duc de Bragance (1583-1630) et d’Anne de Velasco, il se marie à Louise-Françoise de Guzman (1613-1666), une cousine au troisième degré.

De ce mariage sont nés Théodose de Portugal (1634-1652), Catherine de Portugal (1638-1705) future épouse de Charles II, Alphonse (futur Alphonse VI) (1643-1683), Pierre (le futur Pierre II) (1648-1706)

Le 1er décembre 1640 il accepte la couronne portugaise, déposant Philippe III (Philippe IV en Espagne), sson choix étant ratifié par le parlement portugaise en janvier 1641. Il engagea le Portugal dans la guerre de Trente Ans pour récupérer les possessions attaquées par la Hollande, l’Angleterre et la France.

En 1646 il fait de la Vierge Marie la reine et la patronne du Portugal. Après ce geste plus aucun souverain portugais ne portera la couronne sur sa tête. Il modernise l’armée et l’administration portugaise.

Joseph 1er de Portugal

José I o Reformador (Joseph 1er le Reformateur) (Lisbonne 6 juin 1714 Sintra 24 février 1777) est roi de Portugal de 1750 à 1777, son titre complet étant Roi de Portugal et des Algarves, de chaque côté de la mer en Afrique, duc de Guinée et de la conquête, de la navigation et du commerce d’Éthiopie, d’Arabie, de Perse et d’Inde par la grâce de dieu.

Fils de Jean V de Portugal et de Marie-Anne d’Autriche, il modernise le pays en s’appuyant sur un ministre remarquable, Sebastien José de Carvalho et Melo plus connu sous le titre de Marquis de Pombal.

Le 19 janvier 1729 il épouse la princesse espagnole Marie-Anne-Victoire d’Espagne, fille de Philippe V d’Espagne et d’Elisabeth Farnèse (un temps promise à Louis XV).

De cette union sont nées quatre filles : Marie (1734-1816), Marie-Anne-Françoise (1717-1786), Marie-Dorothée (1739-1771) et Benedicte (1746-1829)

Il hérite à son avènement d’une situation économique délicate avec une banqueroute liée à la baisse des arrivées d’or du Brésil. Des réformes s’imposent.

Cinq ans après son avénement, Lisbonne est ravagée par un terrible tremblement de terre qui traumatise la famille royale bien que celle-ci ait été épargnée.

Le marquis de Pombal prend rapidement les reines et fait montre de la fermeté, de l’énergie et de l’autorité nécessaire pour éviter que la catastrophe naturelle se transforme en catastrophe économique et surtout politique.

Le 3 septembre 1758 il échappe à une tentative d’assassinat qui aurait été organisée par la famille Tavora.

Onze personnes sont exécutées le 13 janvier 1759 ce qui provoque un scandale en Europe (la famille sera réhabilitée par Marie 1ère le 23 mai 1781) mais pour un temps la turbulente noblesse lusitanienne se tient tranquille. C’est également sous son règne que les jésuites sont expulsés du royaume.

Le 6 juillet 1760 sa fille unique et héritière Maria épouse son oncle paternel ce qui provoque un beau scandale. Le nonce apostolique est expulsé de la cour pour avoir refusé d’assister à ce mariage.

Parmi les autres réformes figure une volonté autarcique et la a fin de l’Inquisition. A sa mort le marquis de Pombal est disgracié.

Marquis de Pombal

Sebastião José de Carvalho e Melo, comte d’Oeiras et marquis de Pombal (Lisbonne 13 mai 1699 – Lisbonne 8 mai 1782) est un homme politique portugais.

C’est un homme d’Etat de première envergure et peu dans l’histoire lusitanienne peuvent lui dire «Je suis plus important que toi».

En profitant de la faiblesse de Joseph 1er durablement traumatisé par le tremblement de terre de Lisbonne du 1er novembre 1755 il agit en véritable despote éclairé. Ces succès sont aussi nombreux que ces ennemis.

Quand Joseph 1er meurt, la première décision de sa fille Marie 1ère est d’écarter le vieux marquis qui est vu comme le responsable de tous les maux du pays.

Issu de la petite noblesse portugaise, il suit des études de droit à l’université de Coimbra, sert un temps dans l’armée. Il se marie à 23 ans avec Teresa de Noronha e Bourbon Mendonça e Almada (1687-1789), une veuve de dix ans son ainée.

Il est ambassadeur à Londres en 1738 puis à Vienne en 1745. Devenu veuf il se remarie avec Maria Eleonore Ernestine Eva Volfanga Josepha von und zu Daun auf Sassenheim und Callaborn, comtesse de Daun (NdA pas simple pour les cartes de visite) qui va lui donner cinq enfants : Henrique, Teresa, Maria Francisca, José Isabel et Maria Amalia.

Son expérience anglaise est formatrice. Il va clairement s’inspirer du modèle anglais pour moderniser le Portugal sans pour autant devenir anglophile, le futur marquis de Pombal n’était pas le premier portugais à trouvé les anglais arrogants et méprisants vis à vis de leur allié ibérique. Ce n’est cependant pas pour cela qu’il n’apprend pas l’anglais mais simplement parce qu’à l’époque la langue de la diplomatie était le français.

Il se rend à Vienne pour tenter de reconcilier le pape Benoit XIV et Marie-Thérèse d’Autriche. Il n’apprécie guère cette mission car il à le sentiment que la mission est impossible et qu’en plus on veut écarter son projet de compagnie des Indes, projet qui sera d’ailleurs abandonné officiellement pour des raisons financières. Il parviendra néanmoins à un accord mais non sans de multiples difficultés.

Rappelé à Lisbonne par Jean V qui ne l’apprecie guère, il profite de l’avénement de Jean 1er qui au contraire l’apprécie. Il le nomme ministre des Affaires Etrangères et le fait comte d’Oreias en 1759.

Le tremblement de terre du 1er novembre 1755 qui ravage Lisbonne est le moment clé pour le futur marquis de Pombal qui révèle au monde ses qualités d’homme d’Etat. Il gère la crise immédiate et profite du chaos pour avancer ses réformes ce qui génère son lot d’ennemi. Il mène une politique de despotisme éclairée, une politique mercantiliste pour favoriser l’enrichissement du pays tout en évitant la sortie du métal précieux.

Il interdit l’esclavage en 1761 soumet l’Inquisition à l’autorité royale, réprime des révoltes nobiliaires, réforme l’enseignement (développement de l’université de Coimbra), dote le pays d’une police moderne.

En récompense de son action, le roi le fait marquis de Pombal le 16 septembre 1769. La mort de José 1er est l’occasion attendue par tous ses opposants pour obtenir sa tête. Marie 1ère, dévote à la santé mentale chancelante écarte le vieux marquis qui meurt peu après retiré sur ses terres.

Charles 1er de Portugal

Carlos I (Palais d’Ajuda, Lisbonne 28 septembre 1863 Lisbonne 1er février 1908) est l’avant-dernier roi du Portugal. Son titre complet est Roi de Portugal et des Algarves, de chaque côté de la mer en Afrique, duc de Guinée et de la conquête, de la navigation et du commerce d’Éthiopie, d’Arabie, de Perse et d’Inde par la grâce de Dieu.

Fils de Louis 1er et de Maria Pia de Savoie, il devient roi le 19 octobre 1889. Le contexte socio-politique est particulièrement difficile, la monarchie très contestée, la classe politique éclaboussée par de multiples scandales ce qui fait monter le mouvement républicain.

Le 22 mai 1886 il épouse la princesse Amélie d’Orléans, fille du comte de Paris. Les célébrations à Paris choquent les républicains qui ripostent par le vote d’une loi d’exil pour les membres des familles ayant régné sur la France (elle sera abrogée en 1948 peu avant le début du conflit, certains membres des familles s’engageant dans l’armée pour défendre le pays).

De cette union sont nés trois enfants, si la petite Marie-Anne de Bragance est morte bébé, les deux fils Louis-Philippe et Manuel nés respectivement en 1887 et 1889 ont survécu. Grand amateur de femme, il à eu plusieurs enfants naturels, enfants jamais reconnus.

Le 30 janvier 1896, le roi est victime d’un attentat à la personne commis par un ouvrier anarchiste tandis qu’il rentrait en voiture au palais royal .

Le 1er février 1908 il est assassiné par Alfredo Luís da Costa et Manuel Buíça à Praça do Comércio (« place du Commerce ») à Lisbonne, avec son fils aîné dom Louis-Philippe par des révolutionnaires de la Carbonaria, une organisation républicaine portugaise à caractère ésotérique.

Son fils cadet le futur Manuel II, blessé au bras, est sauvé par sa mère.

Louis-Philippe de Bragance

Luis Felipe de Braganza (Santa Maria de Belèm, Lisbonne 21 mars 1887 Praça do Comercio, Lisbonne 1er février 1908) est le fils ainé de Charles 1er et d’Amélie d’Orléans.

Né en 1887 alors que son père était encore prince royal, il reçoit les titres de prince de Beira (4ème) et duc de Barcelos (14ème). A la mort de son grand-père, le roi Louis 1er devient prince royal de Portugal avec les titres de 21ème duc de Bragance, de 20ème marquis de Vila Viçosa, 28e comte de Barcelos, 25e comte d’Ourém, 23e comte de Arraiolos et 22e comte de Neiva.

En 1907 le prince royal âgé de vingt ans est régent du royaume alors que son père est à l’extérieur et la même année il est le premier membre de la famille royale à se rendre dans les colonies lusitaniennes d’Afrique.

Au moment de son assassinat, des négociations de mariage étaient en cours avec la princesse Patricia de Connaught, petite-fille de la reine Victoria.

Louis-Philippe à le triste privilège de devenir célèbre en étant victime du seul regicide de l’histoire lusitanienne. Le 1er février 1908, Louis-Philippe et sa famille venant du palais de Vila Viçosa (Alentejo), lieu d’origine de la maison de Bragance, sont de retour à Lisbonne.

Deux membres de la charbonnerie portugaise, Alfredo Costa et Manuel Buiça tirent sur la calèche de la famille royale. Le roi est mortellement touché, le prince agonisant vingt minutes. Si le prince Manuel survit ce qu’il à été protégé par sa mère qui lui à évité de recevoir autre chose qu’une balle ddans le bras. Au lieu d’un Louis-Philippe 1er sur le trone de Portugal ce sera Manuel II qui sera le dernier roi de l’histoire lusitanienne.

Manuel II

Manuel II (Lisbonne 15 novembre 1889 Twickenham 2 juillet 1932) est entré dans l’histoire comme étant le dernier roi de Portugal. Fils cadet de Charles 1er et d’Amélie d’Orléans, il succède à son père après l’assassinat de celui-ci et de son frère ainé.

Il va régner un peu plus de deux ans de février 1908 à octobre 1910 sans avoir été préparé pour son rôle. La situation politique est particulièrement difficile, la monarchie est pour ainsi dire condamnée par le double regicide de 1908. Un roi plus mur et mieux formé aurait-il fait mieux ? Difficile à dire.

Le 5 octobre 1910 une révolute républicaine l’oblige à fuir vers Gibraltar. Il termine sa vie en Grande-Bretagne où il épouse en 1913 Augusta Victoria de Hohenzollern, ce mariage restant sans descendance.

Avant de mourir, il se reconcilia avec son cousin Duarte, duc de Bragance, descendant du roi Michel 1er l’Usurpateur. Il ne le désigna jamais comme son successeur mais il fût reconnu comme le prétendant du mouvement monarchiste. Il meurt à Twickenham mais il est enterré au Panthéon royal des Bragance à Lisbonne.

Antonio de Oliveira Salazar

Antonio de Oliveira Salazar (Vimieiro 28 avril 1889 Lisbonne 27 juillet 1970) est l’homme politique majeur de la période qui nous intéresse. Professeur d’économie de l’université de Coimbra, il s’impose en devenant indispensable à la junte militaire qui fait preuve d’une totale incurie sur le plan financier.

Officiellement président du conseil, il est réalité l’homme fort d’un régime qu’il contribue à battir, l’Estado Novo (Etat nouveau), un régime autoritaire, conservateur et nationaliste.

Durant sa longue période au pouvoir (de la fin des années vingt à la fin des années soixante), il cumule de nombreuses fonctions. Jugez plutôt :

-Président du conseil des ministres du Portugal du 5 juillet 1932 au 25 septembre 1968.

-Président de la République portugaise par interim du 18 avril au 9 août 1951

-Ministre de la Défense du 5 juillet 1932 au 5 septembre 1948 et du 3 septembre 1954 au 4 août 1960

-Ministre de la Marine du 25 janvier au 5 février 1936 et du 30 janvier au 2 février 1939

-Ministre des Affaires Etrangères du 6 novembre 1936 au 4 février 1944

-Ministre de la Guerre du 11 mai 1936 au 6 septembre 1944

-Ministre des Colonies du 21 janvier au 20 juillet 1930

-Ministre des Finances du 3 au 19 juin 1926 et du 28 avril 1928 au 28 août 1940

Salazar est le quatrième enfant d’une famille modeste originaire de la Beira Alta. Il à trois sœurs aînées. Ses parents auraient souhaité pour lui une carrière dans le commerce, le curé de la paroisse leur conseille le séminaire religieux de Viseu où le jeune Antonio entre en 1900 à onze ans.

Il est diplômé en 1908 et reçoit même les ordres mineurs. A l’automne 1910 il entre à l’université de Coimbra. Accéder à cette université c’est la garantie d’occuper très vite de hautes fonctions ou du moins de se faire d’utiles relations pour plus tard.

Il s’inscrit d’abord en lettres avant de bifurquer vers le droit. Parallèlement il commence à s’engager en politique dans un courant chrétien conservateur qui va lutter contre la première république portugaise, une république athée et anticléricale.

Il obtient sa licence de droit en 1914 puis devient enseignant tout en préparant un doctorat en sciences économiques. En 1919 il est accusé de participer à un complot royaliste puis en 1921 est élu député mais renoncer à siéger après la première session. Sa pensée politique évolue, très influencée par le maurrassissme.

En 1926 l’armée prend le pouvoir mais ne parvient pas à résoudre la crise financière. Les militaires font appel à Salazar qui devient très vite un homme incontournable du régime. Le 25 juin 1932 il devient président du conseil.

Il met en place en 1933 l’Estado Novo. C’est un régime autoritaire (avec une police secrète la Polícia de Vigilância e Defesa do Estado et des camps de sinistre mémoire comme Caxias ou Tarrafal) , conservateur, corporatiste, catholique et nationaliste.

En 1936 éclate la guerre d’Espagne. Sans surprise le Portugal de Salazar va soutenir le camp nationaliste : ouverture des ports, envoi de volontaires (Viriates), levée de fonds, mise à disposition des médias. En revanche la relation entre Franco et Salazar ne sera jamais chaleureuse, la faute probablement à la crainte atavique des portugais d’être avalés par les espagnols.

Si certains dictateurs sont connus pour leurs excès et leur flamboyance, Salazar en revanche est selon ses amis «un animal d’habitude». Il mène une vie modeste, ascetique. On ne lui connait par exemple aucune liaison féminine.

Durant la guerre de Pologne puis durant la deuxième guerre mondiale il maintient le Portugal dans la neutralité, une neutralité flexible avec une ouverture de certains ports aux sous-marins allemands puis les Açores qui accueillent une base aérienne pour des avions ASM traquant les sous-marins allemands présents dans l’Atlantique.

Il se maintient au pouvoir après le second conflit mondial, refusant toute ouverture, toute libéralisation ce qui provoque la naissance de complots militaires et civils, de l’agitation dans les colonies. Victime d’un AVC en 1968, il doit renoncer au pouvoir. Il meurt deux ans plus tard le 27 juillet 1970.