URSS (70) Armée de Terre (18)

Mortiers

mortiers Stokes

Mortier Stokes

Avant-propos

Au début du vingtième siècle les différentes armées imaginaient la guerre comme au siècle précédent, une série de batailles en terrain ouvert, des masses d’hommes qu’un général habile devrait faire manœuvrer pour vaincre l’ennemi.

Lire la suite

Publicités

URSS (64) Armée de Terre (12)

Artillerie

En guise d’avant-propos

Durant le premier conflit mondial l’artillerie à joué un rôle fondamental. Un seul exemple : 37 millions c’est le nombre d’obus tirés par les français et les allemands à Verdun, 37 millions de projectiles en dix-mois du 21 février au 16 décembre 1916 soit 3.7 millions d’obus par mois, six obus par soldat tué !

Lire la suite

Allemagne (50) Armée de terre (7)

Canons d’infanterie

Avant-propos

-Avec une armée réduite, l’Allemagne passe les premières années à préparer discrètement la revanche et le réarmement mais aussi tenter de tirer les leçons du conflit, faisant ce qu’on appelait pas encore du RETEX ou RETour d’EXpérience.

-Parmi les leçons tirées du conflit, il fallait que l’infanterie dispose rapidement de son appui-feu pour solidifier sa défense ou maintenir l’élan de l’assaut.

-L’artillerie pouvait faire son office mais il y avait toujours des rivalités entre armes et des problèmes de communication pour délivrer rapidement l’appui-feu.

-Comme le canon était jugé plus efficace que le mortier ou son demi-frère le mortier de tranchée, la Deutsche Heer eut l’idée de mettre au point des canons d’infanterie (Infantriegeschütz) permettant au bataillon d’infanterie d’être totalement autonome.

-Cette logique répond à une tactique et à une organisation. Cette tactique est appelée Auftragstaktik ou Tactique orientée mission.

-En clair, le chef fixe l’objectif à atteindre à son subordonné qui est libre de choisir les moyens nécessaires, moyens qui peuvent être regroupés dans un Kampfgruppe, un groupe de combat, une entité éphémère composée d’infanterie, de chars, de cavalerie, d’artillerie et de génie pour atteindre l’objectif.

-Dans ces conditions, il est logique qu’un bataillon d’infanterie dispose de ses propres canons si il doit être l’élément clé d’un groupe de combat.

-A l’usage, au cours du conflit et face aux besoins en effectifs, la présence de ces Infantriegeschütz se révéla plus problématique qu’autre chose, immobilisant des effectifs qui auraient été plus utile ailleurs, situation aggravée quand l’unité devait utiliser la traction hippomobile.

-Ce concept ne survivra pas au second conflit mondial. Chez les alliés il y eut quelques tentatives de copier les allemands mais très rapidement, le mortier lourd de 107 ou de 120mm paru une solution nettement plus économique que le canon d’infanterie.

Leichte Infantriegeschütz 18 (7,5cm leIG 18)

Le canon d'infanterie de 75mm

Le canon d’infanterie de 75mm

-Une fois le concept de canon d’infanterie arrêté, il fallait choisir un calibre. Si pour l’obusier il y eut débat, pour le canon, le calibre de 75mm fût immédiatement choisit.

-En dépit des limitations du traité de Versailles, les bureaux d’études de la Rheinmettall-Borsig AG se mirent au travail et aboutirent en 1927 sur un canon d’un poids limité (400kg), muni d’un bouclier avec un tube court. Le canon rentre en service en 1932.

Deux variantes furent également produites, une destinée à l’infanterie de montagne (Gebirgs Infantriegeschütz 18 ou leGebIG 18) démontable en dix fardeaux avec un bouclier optionnel ainsi qu’une version destinée aux Fallschirmjager, les parachutistes, un modèle baptisé 7.5cm leIG 18F qui ne fût produite en faible quantité, le canon sans recul se révélant être une arme nettement plus prometteuse.

-Le canon de 75mm d’infanterie est produit en grande série jusqu’au déclenchement du second conflit mondial. A partir de 1944, une version améliorée appelée 7.5cm Leichte Infantriegeschütz 44 (canon léger d’infanterie léger modèle 1944).

-Cette arme donna un punch certain à l’infanterie allemande au point d’inspirer la Grande Bretagne et la France pour la mise au point d’armes similaires mais au final ces tentatives ne dépassèrent pas le stade de l’étude, le mortier lourd se révélant nettement plus prometteur et nettement plus souple d’utilisation.
Caractéristiques Techniques du 7.5cm Leichte Infantriegeschütz

Calibre : 75mm Longueur totale : 0.90m Longueur du canon 0.88m Poids en ordre de combat : 400kg Poids des projectiles : explosif 5.450kg ou 6kg charge creuse 3kg Pointage en site : -10° à +73° Pointage en azimut : 12° Portée maximale 3550m Equipe de pièces : cinq hommes

15cm Schwere Infantriegeschütz 33 (15cm SIG-33)

15cm Schwere Infantriegeschütz 33 (15cm SIG-33)

15cm Schwere Infantriegeschütz 33 (15cm SIG-33)

-Quand l’armée de terre allemande identifia le besoin de canons dédiés au soutien de son infanterie, elle estima avoir besoin d’un canon de 75mm léger et d’un obusier sans que dans un premier temps le calibre ne soit spécifié. Il y eut en effet débat avec trois calibres étudiés : 105, 150 et 210mm avant que le second soit sélectionné, l’obusier étant adopté en série sous le nom de 15cm Schwere Infantriegeschütz 33, équipant l’artillerie des unités d’infanterie.

-Cette arme lourde et encombrante se montra certes efficace mais quand le conflit éclata et surtout quand il perdura, ce canon (qui en réalité était un obusier) se révéla trop encombrant, trop lourd et nécessitait des effectifs trop important.

La production qui avait été ralentie dès 1946 fût stoppée au printemps 1949, des projets d’allégement n’aboutissant pas. Il allait d’ailleurs au cours du conflit être remplacé par un mortier lourd de 120mm ce qui constitue une ironie assez savoureuse.

Des projets de versions automotrices (canon monté sur un chassis déclassé de Panzer I) ne dépassa pas le stade du prototype, l’infanterie préférant développer le canon d’assaut.

Caractéristiques Techniques du 15cm Schwere Infantriegeschütz 33

Calibre : 150mm Longueur du canon 1.65m Poids en ordre de combat 1750kg Poids du projectile 38kg Pointage en site : 0° à +73° Pointage en azimut 11.5° Portée maximale 4700m  Cadence de tir : 4 coups/minute Equipe de pièce : six hommes

Allemagne (49) Armée de terre (6)

Mortiers

Avant-propos

-La guerre fraiche et joyeuse qui commence en août 1914 devient rapidement une boucherie et la guerre de mouvement laisse la place à la guerre de position, une réminiscence de la guerre de siège des siècles précédents. Si pour le premier cas les armes à tir tendu font merveille, pour le second cas elles sont beaucoup moins efficaces.

-Il fallait une arme à tir courbe si possible peu encombrante ce qui excluait l’obusier. C’est l’acte de naissance du mortier avec les mortiers de tranchée (Minenwerfer, crapouillot) et les mortiers, une arme qui est devenu la principale arme d’appui de l’infanterie.

Mortier Stokes

Mortier Stokes

-Le premier mortier moderne est le Stokes de 81mm, un calibre quasi-universel, tous les mortiers médiants utilisant ce calibre, seule l’Allemagne (80mm), la Russie (82mm) et la Grande-Bretagne (3 pouces soit 76.2mm) utilisant des calibres différents.

-Quand l’Allemagne déclenche la guerre de Pologne, deux modèles de mortiers sont en service, un de 50mm et un de 80mm. Le premier est rapidement abandonné car trop complexe à fabriquer au profit du second plus simple à produire et à utiliser.

-Bien que connaissant la présence du mortier de 120mm dans les rangs français, la Deutsche Heer ne juge pas utile de développer une arme similaire, préférant utiliser ses canons d’infanterie de 75 et de 150mm, des armes sans équivalent côté allié.

-Elle dispose néanmoins de mortiers lourds de 10cm destinés à l’origine pour établir des écrans de fumée mais qui furent rapidement transformés pour lancer des projectiles explosifs.
5-cm leichte Granatwerfer 36

5cm leichte Granatwerfer 36

5cm leichte Granatwerfer 36

-Dans le cadre du réarmement, l’armée de terre allemande dévellope toute une série d’armes d’appui de l’infanterie et notamment les mortiers.

-Comme dans tous les pays, il faut un mortier léger pour le niveau section et un mortier médian pour la compagnie (voir lourd pour les pays s’équipant de mortiers de 120mm).

-Plutôt que de suivre les canons imposés par le mortier Stokes _tube, plaque de base et bipied_, les allemands décidèrent de mettre au point une arme nettement plus complexe mais qui fût jugée suffisamment efficace pour être adoptée sous le nom de 5 cm Leichte Granatwerfer 36 ce qui donne en français Lance-grenades léger de 5cm (50mm) modèle 1936.

-Si les ingénieurs de la Rheinmettall-Borsig AG étaient pleinement satisfaits de leur création, sur le terrain, la troupe n’était pas vraiment emballée par cette arme complexe aux performances moyennes avec un projectile de 900 grammes et une portée limitée à 520m.

Arme complexe à fabriquer, couteuse en matière première, elle bénéficia d’un sursis avec la fin prématurée de la guerre de Pologne mais elle n’était plus en odeur de sainteté surtout avec la nomination à l’automne 1942 d’Albert Speer comme ReichKommissar à la production militaire.

Ce dernier chargé de rationaliser la production militaire décide de stopper la production du 5 cm Leichte Granatwerfer 36 au profit d’une version raccourcie du mortier de 8cm plus efficace et moins couteux à produire.

Il y eut des projets de mortier de 5cm plus simples mais aucun ne dépassa pas le stade du prototype avant le début du second conflit mondial.

Caractéristiques Techniques du LeGrW 36

Calibre : 50mm Longueur du tube 0.46m Poids en action 14kg Poids du projectile : 0.900kg Pointage en site : +42° à +90° Pointage en azimut : 34° Portée maximale : 520m Equipe de pièce : 2 hommes

8 cm Schwere Granatwerfer 34 (8cm sGrW 34)

8 cm Schwere Granatwerfer 34 (8cm sGrW 34)

8 cm Schwere Granatwerfer 34 (8cm sGrW 34)

-Le mortier Stokes est le pionnier des mortiers d’infanterie, un pionnier qui perfectionné par la firme Brandt devint le mortier de 81mm modèle 1927 puis modèle 1927 modifié 1931. Le lance-grenades lourd de 8cm modèle 1934 est une copie du mortier modèle 1927/31 et donc sans caractéristiques remarquables.

-Son efficacité comme son cousin français reposait sur un entrainement rigoureux de ses servants pour permettre un pointage rapide et un tir foudroyant destiné à faciliter la percée, la prise de la cible ou pour briser une attaque ennemie foudroyée par les éclats des projectiles.

Deux versions dérivées ont été mises au point, une version destinée à être montée sur véhicule semi-chenillés pour appuyer les Panzergrenadier et une version raccourcie appelée Kurzer Granatwerfer 42 mais également Stummelwerfer.

Cette version était initialement destinée aux Fallschirmjager (qui rappelons-le appartenaient à la Luftwafe et non à l’armée de terre) finit par remplacer le 5cm Leichte Granatwerfer.

Caractéristiques Techniques du 8cm Schwere Granatwerfer

Calibre : 8cm (81.4mm) Longueur du tube 1.14m Poids en batterie : 56.7kg Poids du projectile 3500m Pointage en site : +40° à +90° Pointage en azimut 9 à 15° selon l’élévation Equipe de pièces : 3 hommes (plus en comptant les pourvoyeurs)

10cm Neberlwerfer 35 et 40

Schéma du 10cm Nebelwerfer 35 issu d'un manuel de reconnaissance britannique

Schéma du 10cm Nebelwerfer 35 issu d’un manuel de reconnaissance britannique

Le mortier de 105mm Nebelwerfer (faiseur de fumée) modèle 35 est un mortier conçu à l’origine pour établir des écrans de fumée pour couvrir le passage d’une coupure ou de couvrir un assaut en terrain découvert.

Ces armes sont mis en œuvre par des bataillons (Abteilung) du corps chimique chargé donc de mettre en oeuvre des écrans de fumée voir des armes nettement plus létales.

Rapidement, des obus explosifs s’ajoutent aux obus fumigènes, permettant de créer un solide appui de feu pour sonner l’ennemi et faciliter la percée et l’exploitation.

Dès 1943, les Nebelwerfer 35 sont remplacés par des Nebelwerfer 40, une version améliorée et plus mobile avec un affût sur roue.

Caractéristiquestechniques du 10cm Nebelwerfer 35

Calibre : 105mm Poids : 105kg Poids de l’obus 7.38kg  Longueur du tube : 1.344m Elévation : +45° à +90° Champ de tir azimut : 28° Cadence de tir : 10 à 15 coups/minute Portée effective : 3025m Equipe de pièce : sept hommes

Caractéristiques techniques du 10cm Nebelwerfer 40

Calibre : 105mm Poids : 800kg Longueur du tube : 1.72m Elevation : +45° à +84° Champ de tir azimut 14° Cadence de tir : 8 à 10 coups/minute Portée effective : 6350m