21-Armée de terre (64)

Les régiments d’artillerie de montagne (RAM)

Comme leur nom l’indique, ces régiments sont destinés à combattre en montagne et sont donc armés de pièces légères plus maniables que les pièces de campagne classique même si les montagnes françaises sont en 1939, bien desservies par les routes.

En septembre 1939, il existe seulement deux régiments d’artillerie de montagne alors que l’armée française dispose de trois Divisions d’Infanterie Alpine (DIAlp).

Le 93ème régiment d’artillerie de montagne (93ème RAM) est le régiment d’artillerie de la 27ème Division d’Infanterie Alpine de Grenoble

Le 94ème régiment d’artillerie de montagne (94ème RAM) est le régiment d’artillerie de la 29ème Division d’Infanterie Alpine de Nice.

La 31ème Division d’Infanterie Alpine de……Montpelier dispose elle d’un régiment d’artillerie divisionnaire, le 56ème RAD.

Les deux régiments d’artillerie de montagne sont organisés en un état-major, une batterie hors-rang, deux groupes légers à deux batteries de 75mm (équipés de canons Schneider modèle 1928) et d’un groupe lourd à deux batteries de 155mm (Schneider modèle 1917).

Le 56ème régiment d’artillerie divisionnaire est organisé comme tous les RAD mais l’un de ces trois groupes de 75mm est identique à un groupe léger d’un RAM.

La mobilisation de septembre 1939 entraine la création de nouveaux régiments d’artillerie de montagne en l’occurence le 92ème Régiment d’Artillerie de Montagne stationné en Corse et regroupement d’unités d’artillerie existantes sur l’île de beauté et le 96ème RAM intégré à la 65ème DI déployé dans la région de Nice.

A noter qu’un RAD peut être assimilé temporairement à un régiment d’artillerie de montagne, le 58ème RAD mis sur pied pour intégrer la 27ème DIAlp en remplacement du 93ème RAM transféré à la 64ème DI.

Suite à la démobilisation, le 93ème RAM retourne à sa division d’origine et si le 92ème RAM est préservé, le 96ème RAM est dissous.

Les régiments d’artillerie de montagne (RAM) étaient donc en septembre 1939 organisés en trois groupes, deux groupes à deux batteries de 75mm et un groupe à deux batteries de 155mm. Réorganisés entre 1943 et 1945, les RAM sont organisés en trois groupes à deux batteries de 75mm et un groupe à trois batteries de 105mm, ces régiments ne devant pas se dédoubler en mobilisation.

A la mobilisation d’août/septembre 1948, deux divisions mobilisées durant la guerre de Pologne, les 28ème et 30ème DIAlp sont remises sur pied avec non pas des bataillons de chasseurs alpins mais des régiments d’infanterie alpine.

Qui dit division dit également régiment d’artillerie. Le 94ème RAM est réactivé pour assurer les feux de la 28ème DIAlp et le 95ème RAM pour la 30ème DIAlp.

Cela porte le nombre de régiments d’artillerie de montagne à cinq. Tous sont organisés de la même façon sauf le 92ème RAM nettement plus musclé puisqu’il dispose de quatre groupes, deux groupes de 75mm (1er à Bastia et 2ème à Bonifaccio) et deux équipés de canons de 155C (3ème à Ajaccio et 4ème à Porto-Vecchio).

Les régiments d’artillerie autoportée (RAAP)

Ces régiments sont une création de l’armée villeneuvienne bien qu’il exista en 1939 des pièces automotrices de 194mm mais à l’utilisation plus stratégique que tactique.

Dès la création des Divisions Cuirassés se pose la question de l’appui-feu des chars bien plus mobiles et bien plus rapides que l’infanterie marchant au pas dans un terrain bouleversé par les obus comme ce fût le cas durant le premier conflit mondial.

L’idée de pièces automotrices émerge donc quasi-immédiatement dans les discussions concernant les «divisions à base de chars». Reste à se mettre d’accord sur le type de pièce et le chassis à utiliser.

Dans un premier temps est envisagé l’utilisation du chassis Lorraine 39L ou le chassis du Somua S-35 avec l’obusier de 105C modèle 1935B, déjà utilisé par les RATTT des DLM et des DC en version tractée. Au final, c’est le chassis du Renault R-40 qui est choisit.

Un temps, il fût envisagé d’équiper les RATTT des DC et des DLM mais au final seuls les régiments d’artillerie des Divisions Cuirassées reçurent ce canon automoteur ce qui entraina un changement dans la désignation, des RATTT ces régiments devinrent des RAAP ou Régiments d’Artillerie AutoPortée (RAAP).

Le 305ème RATTT (1ère DC) devient RAAP en mars 1944, le 309ème RATTT (2ème DC) devient RAAP en septembre 1944, le 319ème RATTT (3ème DC) devient RAAP en mars 1945 et le 322ème RATTT (4ème DC) devient RAAP en septembre 1945.

Les 339ème (5ème DC) et 349ème (6ème DC) RAAP sont créés sous cette forme pour assurer l’appui-feu des deux dernières Divisions Cuirassées créées avant guerre.

Ces régiments d’un nouveau type sont organisés de la façon suivante :

Ce régiment est organisé en un état-major, une batterie hors-rang, trois groupes de quatre batteries de quatre pièces automotrices.
-Etat-major et une batterie hors-rang avec 140 hommes et 32 véhicules
-Trois groupes de tir avec un état-major, quatre batteries de tir et une colonne de ravitaillement.

-Etat-major avec 95 hommes et 31 véhicules de différents types

-Quatre batteries de quatre pièces automotrices

Chaque batterie dispose donc de quatre automoteurs de 105mm, combinant le chassis du Renault R-40 avec une superstructure supportant un obusier de 105C modèle 1935B, ses munitions et les servants, automoteur connu sous le nom de R 40 Au 105 B.
Cet automoteur à triomphé de deux projets concurrents utilisant le même obusier, un projet Lorraine et un projet Somua, le premier montant l’obusier sur le chassis Lorraine modèle 1939 et le second sur le chassis du Somua S-35.

Les automoteurs sont accompagnés par tout un environnement avec un Lorraine 39L pour le commandant de la batterie, deux Lorraine 39L d’observation d’artillerie, deux Lorraine 37L ravitailleur d’artillerie, un tracteur de dépannage.

-Une colonne de ravitaillement avec 139 hommes et 50 véhicules de type divers dont une vingtaine de camions.

-En temps de guerre, il est prévu qu’un détachement de DCA soit affecté au régiment pour assurer sa protection notamment lors des déplacements sur route et sur terrain libre, détachement armé de six à huit pièces de 25mm.

Publicités

21-Armée de terre (58)

Évolution 1940-48

Entre la démobilisation de l’été/automne 1940 et la mobilisation d’août 1948, l’artillerie française va connaître une profonde mutation moins de ses structures que de son matériel.

canon de 75mm modèle 1897 équipé de pneumatiques

canon de 75mm modèle 1897 équipé de pneumatiques

Le régiment d’artillerie divisionnaire «type 1939» disposait de trois groupes de 75mm et de deux groupes de 155mm (ou un groupe de 105 et de 155mm). Un nouveau modèle de régiment d’artillerie est mis en place en 1944, le «type 1944» avec trois groupes de 75mm, deux groupes de 105mm et un groupe de 155mm.

En temps de guerre, ce RAD doit se dédoubler, le RAD de guerre doit conserver les trois groupes de 75mm alors que les RALD doivent mettre en œuvre les deux groupes de 105mm et le groupe de 155mm équipé de Schneider modèle 1917 ou de modèle 1946, version nettement améliorée du premier nommé.

Canon de 155C Schneider modèle 1917, le principal canon de 155mm en service dans l'artillerie de campagne

Canon de 155C Schneider modèle 1917, le principal canon de 155mm en service dans l’artillerie de campagne

Les régiments d’artillerie de montagne (RAM) en septembre 1939 est organisé en trois groupes, deux groupes à deux batteries de 75mm et un groupe à deux batteries de 155mm. Réorganisés entre 1943 et 1945, les RAM sont organisés en trois groupes à deux batteries de 75mm et un groupe à trois batteries de 105mm, ces régiments ne devant pas se dédoubler en mobilisation.

Le régiment d’artillerie coloniale type 1943 est organisé comme en septembre 1939 en un type métropolitain identique aux RAD et un type empire qui ne dispose que de deux groupes de 75mm et d’un groupe de 105 ou de 155mm qui contrairement au type métropolitain ne se dédoublent pas.

Le régiment d’artillerie nord-africain est organisé de la même façon que les régiments d’artillerie coloniaux métropolitains avec trois groupes de 75mm (formant en temps de guerre un RANA), deux groupes de 105mm et un groupe de 155mm formant en temps de guerre un RALNA.

Le régiment d’artillerie d’Afrique (RAA) déployé dans l’Empire se compose de cinq groupes, trois ou quatre groupes de 75mm et un ou deux groupes de 105 ou de 155mm, formant en temps de guerre un RAA et un RAAL (Régiment d’Artillerie d’Afrique Lourd).

Les régiments d’artillerie tractée tout-terrain (RATTT) des Divisions Cuirassées sont transformées en Régiment d’Artillerie AutoPortée (RAAP) avec des canons automoteurs à la différence des RATTT des DLM.

Les Régiments d’Artillerie Légère (RAL) sont équipés de trois groupes à trois batteries de 4 canons de 75mm, régiments intégrés à la réserve générale mais également aux Divisions Légères d’Infanterie. Ils deviennent ultérieurement des Régiments Légers d’Artillerie (RLA).

Les RALH (Régiments d’Artillerie Lourde Hippomobiles), RALT (Régiments d’Artillerie Lourde à Tracteurs), RALP (Régiments d’Artillerie Lourde Portée) et RALA (Régiments d’Artillerie Lourde d’Armée) sont organisés en deux, trois ou quatre groupes à trois batteries de quatre pièces.

La structure des RAP et des RAMF ne change pas tout comme l’équipement, beaucoup de régiments conservant des pièces anciennes voir obsolètes.

De nouvelles unités apparaissent également, des groupes de canons d’assaut et des escadrons antichars et antiaériens portés pour les Divisions Légères Mécaniques et les Divisions Cuirassées.
Au niveau de l’équipement, la modernisation est sensible. Outre l’apparition de pièces automotrices et de canons d’assaut, de nouvelles pièces tractées plus modernes apparaissent comme le canon de 75mm TAZ modèle 1939 ou le canon de 155mm Schneider modèle 1946.