Mitteleuropa Balkans (197) Grèce (41)

Canons automoteurs et Autres véhicules

M-7 Priest

Connu officiellement sous le nom de 105mm Howitzer Motor Carriage M-7 Priest, c’est le canon automoteur standard de l’armée américaine. Il combine un châssis de char moyen M-3 avec une superstructure abritant un obusier de 105mm. La présence d’un tourelleau avec une mitrailleuse de 12.7mm lui donna son surnom puisque cela ressemblait à une chaire d’Eglise d’où le surnom de Priest (prêtre).

Six prototypes sont commandés en mars 1945, prototypes intensivement testés avant qu’il ne soit officiellement adopté en janvier 1946.

Au sein de l’US Army il va être utilisé par l’artillerie des Armoured Division (Divisions Blindées) et au sein de groupes de réserve. Si l’artillerie des AD assure l’appui direct des chars par des tirs de barrage, de contrebatterie ou par une préparation préliminaire, les Priest de l’artillerie de réserve ont un rôle plus stratégique.

Les trois divisions de cavalerie et les seize divisions blindées regroupent au total soixante-seize groupes équipés de M7 Priest soit un total de 912 pièces auxquelles il faut ajouter 432 M7 de la «Réserve Générale» soit un total de 1344 automoteurs.

Prévoyant des pertes élevées, les américains vont commander pas moins de 5700 M7 Priest produits en trois variantes, la M7A1 produite à 2100 exemplaires, la M7A2 produite à 1800 exemplaires et la M7A3 produite à 1800 exemplaires également.

Outre les Etats-Unis, cet automoteur à été utilisé par la Grande-Bretagne (qui allait le remplacer rapidement par le Sexton), la Belgique, les Pays-Bas, la Pologne et la Tchécoslovaquie, la Norvège et le Danemark _ces quatre pays occupés par les allemands disposaient néanmoins d’unités en exil combattant sous commandement français pour les deux premiers, sous commandement britanniques pour les deux suivants_, la Yougoslavie, la Grèce, le Brésil, l’Argentine, le Mexique, la Chine, l’Inde, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Une fois le conflit terminé, le M7 Priest à été rapidement remplacé par de nouvelles pièces automotrices de 105 et de 155mm. Les unités de Réserve et de la Garde Nationale l’ont utilisé jusqu’au milieu des années soixante.

Comme dans beaucoup d’autres moments, des pays ont profité des surplus américains pour s’équiper en canons automoteurs à un prix défiant toute concurrence soit pour renouveler leur parc ou pour reconstituer leurs forces.

C’est ainsi que des M7 Priest ont été cédés au Portugal, à l’Espagne, à l’Italie, aux armées des Nouveaux Pays Allemands, à la Turquie, à l’Iran, à la Thaïlande, à la Birmanie et au Japon.

Il n’y à pas eu de variantes dédiées du M7. Certains Priest ont perdu leur canon pour servir de ravitailleur d’artillerie, de dépanneur, de véhicule de dépannage ou de transport de troupes mais il s’agissait d’improvisations sur le terrain et non de variantes mises au point à l’arrière et bénéficiant donc d’une appellation officielle.

L’armée grecque va acquérir ce véhicule pour équiper l’unique régiment d’artillerie de la 1ère division blindée grecque.

Ce régiment était organisé en un état-major, une batterie de conduite de tir, une batterie de soutien logistique et trois groupes de tir à trois batteries de quatre canons automoteurs soit un total de vingt-quatre pièces.

Aux 24 pièces en première ligne vont s’ajouter 16 pièces de réserve qui ont parfois remplacé les pièces de première ligne. Ces canons automoteurs vont couvrir les chars de la DB en menant de véritables préparations d’artillerie ou en réalisant des tirs de barrage pour bloquer une contre-attaque ennemie.

Ces canons automoteurs vont servir dans l’armée grecque jusqu’à leur remplacement au cours des années soixante par un canon automoteur de 155mm plus puissant et plus moderne.

Le M-7 Priest était un canon automoteur de conception et de fabrication américaine pesant 21.1 tonnes en ordre de combat, mesurant 5.7m de long sur 2.7m de large pour une hauteur sans mitrailleuse de 2.5m.

Motorisé par un moteur en étoile Wright R975C1 de 400ch, il pouvait atteindre une vitesse maximale de 40km/h avec un rayon d’action de 230km.

Protégé par un blindage d’une épaisseur maximale de 51mm à l’avant, il était armé d’un obusier de 105mm approvisionné à 57 coups (42 coups supplémentaires dans une remorque M-8) et d’une mitrailleuse de 12.7mm Browning M2HB avec 300 coups assure la défense rapprochée. L’équipage se compose de sept hommes.

M-2 Half-Track

Le M-2 Halftrackest une production de la White Motor Company destiné à l’origine à être un tracteur d’artillerie mais il fût également utilisé comme véhicule de reconnaissance notamment au sein des unités de cavalerie.

A l’origine du choix du semi-chenillé par l’US Army figure l’évaluation de véhicules Citroen-Kégresse. Il s’agissait de trouver une solution aux pauvres performances en tout terrain des autos blindées alors utilisées par l’US Army.

La White Motor Company après l’échec de son T7 Half-track Car réussit à convaincre l’US Army de commander son semi-chenillé T14 devenu en 1940 la M2 Half-track car.

Après avoir été utilisé comme tracteur d’artillerie et comme véhicule de reconnaissance, le M2 fût un temps utilisé comme véhicule de transport de personnel (Armoured Personnal Carrier) avant d’être supplanté par son grand frère, le M3 plus gros et donc mieux adapté à cette mission. Les premiers M2 sont livrés au printemps 1941.

La production du M2 se poursuivit jusqu’en septembre 1954, permettant la sortie de 14500 véhicules. Ils ont été utilisés aux Philippines, dans le Pacifique, en Italie et en Europe (occidentale et du nord).

Outre la version de base, le M2 fût développement en variante porte-mortier de 81mm (le tir pouvait se faire depuis le véhicule ou depuis la terre), antichar (canon antichar de 57mm remorqué ou utilisé sur le véhicule), antiaérien (avec un affût quadruple de 12.7mm) et Génie.

Outre les Etats-Unis, les M2 équipèrent la Grande-Bretagne, l’URSS, la Tchécoslovaquie, le Chili, la France, la Grèce, le Portugal, le Brésil, la République Dominicaine, le Paraguay, les Philippines, la Pologne, le Mexique, la Belgique, les Pays-Bas, le Cambodge, le Vietnam, le Laos, le Liban, l’Argentine et la Finlande.

Au sein de l’US Army, le M2 à été retiré du service dès 1957, laissant le M3 seul half-track en service jusqu’à l’arrivée en 1962 du mythique M-113.

La Grèce va recevoir quelques M-2 pour reconstituer une armée en Egypte. Elle préféra cependant rapidement le M-3. Si les M-3 vont être surtout utilisés au combat pour l’infanterie, le M-2 vont être plus utilisées pour le transport, le ravitaillement et la maintenance. Ils ont été retirés du service en 1961.

Le M-2 Half-Track était un semi-chenillé de conception et de fabrication américaine pesant 9 tonnes, mesurant 5.96m de long pour 2.2m de large et 2.26m de long.

Motorisé par un moteur White 160AX de 148ch, il pouvait atteindre la vitesse maximale de 72km/h avec une distaince franchissable de 350km.

Protégé par un blindage de 6 à 12mm d’épaisseur, il était armé d’une mitrailleuse de 12.7mm Browning M-2 et pouvait emporter deux hommes d’équipage et sept passagers.

M-3 Halftrack

A la fin du premier conflit mondial les différentes armées se heurtent à un problème. Les véhicules à roues sont rapides sur route mais lents et patauds en terrain bouleversé alors que les véhicules chenillés qui se déplacent avec aisance en terrain difficile _tout est relatif_ sont à la peine sur les routes.

Une solution idéale semble être de combiner roues et chenilles. C’est l’acte de naissance des semi-chenillés ou half-track dans la langue de Shakespeare. Toutes les armées ou presque vont s’équiper de ses véhicules pour le transport de troupes, le transport logistique, le soutien et parfois pour le combat.

A l’usage on découvrira qu’il s’agit d’une fausse bonne idée et l’après seconde guerre mondiale vera la disparition des semi-chenillés au profit de véhicules chenillés et de véhicules à roues, les deux catégories ayant connu de spectaculaires progrès.

L’un si ce n’est le plus célèbre des semi-chenillés est le M-3 Halftrack, un semi-chenillé de conception et de fabrication américaine.

Ce n’était pas le premier à équiper l’US Army puisque le M-2 conçu initialement comme tracteur d’artillerie et comme véhicule de reconnaissance de cavalerie l’avait précédé. Le M-3 à été conçu dès l’origine comme transport de troupes.

Il disposait d’une seule porte d’accès et des sièges pour douze hommes. Cinq sont installés dans le compartiment arrière sur les parois et trois dans la cabine. Généralement, les fantassins sont à l’arrière, la cabine accueillant le conducteur, un mitrailleur et le chef de groupe.

Standardisé début 1942 après la résolution de nombreuses maladies de jeunesse, le M-3 est produit pour équiper les divisions blindées et les divisions d’infanterie mais aussi les Marines.

Toujours en production en septembre 1948, le M-3 est remplacé sur les chaines de montage par le M-3A1 en mars 1949 puis par le M-3A2 en juin 1952 et enfin le M-3A3 en septembre 1953.

Les différences entre les variantes concernant le moteur (plus puissant), un blindage renforcé et une maintenance rendue plus aisée, le RETEX permettant au fabriquant d’améliorer quasiment en continu le véhicule.

La production cesse en mars 1955, le véhicule restant en service jusqu’en mars 1962 quand il est définitivement remplacé par un nouveau battlefield taxi, un taxi du champ de bataille, le M-113. Au total 44000 véhicules ont été produits.

Outre la variante de base utilisée pour le transport de troupes et le soutien logistique, le M3 à été décliné en de nombreuses variantes spécialisées comme commandement et contrôle, porte-mortier, antichar, antiaérien, génie, dépannage, évacuation sanitaire….. .

Outre les forces armées américaines, le M-3 à été utilisé par la Belgique, le Brésil, le Canada, le Chili, la Chine, la Tchécoslovaquie, le Danemark, la République Dominicaine, la France, les nouveaux pays allemands (après guerre), la Grèce, l’Italie (après guerre mais également avec l’armée co-belligérante), l’Inde, le Japon (après guerre), le Liban, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, le Pakistan, les Philippines, le Portugal, la Pologne, l’URSS, la Turquie, la Grande-Bretagne et la Yougoslavie.

L’AGL sélectionne le semi-chenillé M-3 pour équiper son infanterie portée et lui permettre de coller aux chars au sein de la Division Blindée. En revanche l’infanterie des DI/DLI était transportée dans des camions. Les M-3 ont été remplacés par des M-113 américains.

Le M-3 Half-track était un semi-chenillé de conception et de fabrication américaine pesant 9.047 tonnes, mesurant 6.17m de long pour 1.95m de large et 2.26m de haut.

Motorisé par un moteur White 160Ax de 147ch, il pouvait atteindre la vitesse maximale de 72km/h sur route et franchir 320km. Il était généralement armé d’une mitrailleuse Browning M2 de 12.7mm et une mitrailleuse de 7.62mm Browning M1919A4 et son équipage se composait d’un conducteur et de douze passagers (généralement un mitrailleur et onze fantassins dont le chef de groupe).

Somua MCG-5

En 1938 l’armée de terre grecque à commandé 48 tracteurs d’artillerie semi-chenillés Somua MCG-5 utilisés pour les pièces d’artillerie des corps d’armée, l’artillerie des divisions d’infanterie étant hippomobile puisque composée d’artillerie de montagne.

A la fin de la Campagne de Grèce il restait une vingtaine de véhicules en relatif bon état. Ils sont remplacés par d’autres véhicules de ce type livrés par la France, ces canons remorquant aussi bien les pièces d’artillerie divisionnaire que les pièces d’artillerie de corps d’armée. Ces véhicules sont restés en service jusqu’à la fin des années cinquante.

Le Somua MCG-5 était un tracteur d’artillerie semi-chenillé de 6.8 tonnes, mesurant 4.45m de long pour 1.97m de large et 2.89m de haut. Motorisé par un moteur essence Somua de 55 à 60ch, il pouvait atteindre la vitesse maximale de 36km/h et pouvait franchir 400km avec un plein. L’équipage était composé de deux hommes, huit artilleurs pouvant être transportés, la charge utile étant de 1500kg.

P4/100 & P4/110

En septembre 1948 l’armée grecque possédait 224 tracteurs d’artillerie Pavesi P4/100 et P4/110, un véhicule 4×4 de conception et de fabrication italienne. Ces véhicules acquis en 1935 étaient utilisés pour le remorquage des pièces d’artillerie les plus lourdes.

Ces véhicules vont subir de lourdes pertes durant la Campagne de Grèce, certains véhicules étant capturés par les italiens, les allemands et les bulgares et aussitôt réutilisés.

Les grecs de leur côté ne les ont pas réutilisés faute de pièces détachées en nombre suffisant, les véhicules italiens étant remplacés par des camions français, britanniques et américains.

Pesant 4600kg, il transportait le conducteur et l’équipe de pièce. Mesurant 4.10m de long pour une largeur de 2.05m et une hauteur de 1.45m, il était propulsé par un moteur essence Fiat lui permettant d’atteindre la vitesse sur route de 22km/h et de franchir toujours sur route 190km.

Universal Carrier

Universal Carrier Mk II

A l’origine du “transporteur universel” figure les chenillettes Carden-Loyd qui elles même venaient de la création du colonel Martel, un officier britannique qui avait créé des chars monoplaces alors que le tank connaissait au sein de l’armée britannique une véritable traversée du désert qui explique en partie l’état calamiteux du RTC en septembre 1939 avec des chars globalement inférieurs à leurs homologues continentaux.

En 1934 Vickers produit un véhicule chenillé léger, le Vickers-Armstrong D50 qui disposait d’un moteur à l’avant, d’un emplacement blindé pour un conducteur et un mitrailleur et d’un espace arrière non protégé pour le chargement.

Un petit nombre de ces véhicules furent acquis (soixante-neuf) pour être expérimentés avant de trouver un remplaçant aux tracteurs d’artillerie Dragon. Les véhicules sont livrés en 1936.

A l’origine il existait des modèles différentes adaptés à leur mission spécifique comme le Medium Machine Gun Carrier pour le transport d’une mitrailleuse Vickers et de leurs servants, le Bren Gun Carrier pour le transport d’un trio servant un fusil-mitrailleur Bren, le Scout Carrier pour le transport d’éclaireurs d’infanterie et enfin le Cavalry Carrier mais dès l’automne 1940 dans le but de rationnaliser production et utilisation un modèle unique est adopté baptisé Universal Carrier.

Le modèle définitif était organisé avec deux membres d’équipage à l’avant, le moteur au centre et l’espace de chargement à l’arrière, un espace peu protégé ce qui rendait inconfortable son utilisation comme un véritable transport de troupes.

Les premiers véhicules sont livrés en 1937 et la production continue jusqu’en 1948 en Grande-Bretagne, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud et au Canada pour équiper les unités d’infanterie, de char, du génie, de la logistique.

En septembre 1945, Ford Motors acquis la licence du Universal Carrier pour produire un véhicule de transport à destination de l’US Army ainsi qu’un char ultraléger. Si le second projet ne dépassa pas le stade du prototype (blindage et armement trop faible _deux mitrailleuses calibre .50_), le premier remporta un franc succès auprès des G.I qui l’utilisèrent pour le transport des armes lourdes et le remorquage des canons antichars.

Si l’infanterie l’utilisait pour le transport de ses armes d’appui (mitrailleuses Vickers, fusil-mitrailleur Bren, mortiers), le remorquage des canons antichars de 2 et 6 livres, le transport de troupes (en dépit d’une protection faible de l’espace arrière), la cavalerie et les chars l’utilisait pour le transport de Scouts d’éclaireurs chargés de répérer les guets, les ponts, les éclaireurs étant intégrés aux unités de reconnaissance, utilisant parfois des motos side-car à la place des chenillettes.

Le génie va l’utiliser pour le transport des sapeurs, le transport du matériel de destruction, de franchissement, de minage et de déminage. L’artillerie va l’utiliser comme véhicule d’observation avancé. L’arme savante par excellence va également mettre en œuvre une version lance-flamme baptisé Wasp.

A la différence des chenillettes Renault UE, les Universal Carrier sont toutes armées en l’occurence un fusil mitrailleur Bren.

Un temps un véhicule par section du Carrier Platoon disposait d’un fusil antichar Boys mais à partir de 1943 cette particularité va disparaitre et le véhicule en question embarquait une Vickers ou un Bren.

Les Universal Carrier produites au Canada et en Australie notamment étaient identiques aux modèles britanniques. Ottawa à cependant produit une version baptisée Windsor plus longue de 76cm et qui allait servir de base au premier véritable APC du Commonwealth, le Kangaroo.

Outre les pays producteurs, la chenillette Universal Carrier à été exportée en Grèce, en Chine, en Argentine, au Brésil, aux Pays-Bas et en Suisse.

La Grèce va récupérer des chenilettes entre septembre 1948 et juillet 1949 pour remorquer les pièces d’artillerie lourde, les gros colis, des remorques…… .

L’AGL va recevoir d’autres véhicules de ce type pour des missions de transport logistique et de ravitaillement de l’avant c’est-à-dire un rôle plus proche des Renault UE que des Universal Carrier britanniques. Ces chenillettes sont restées en service dans l’armée grecque jusqu’au début des années soixante.

L’Universal Carrier Mk I était une chenillette de conception et de fabrication britannique pesant 3.19 tonnes à vide (mais 3.75 tonnes en charge), mesurant 3.65m de long pour 2.06m de large avec une hauteur de 1.57m.

Motorisée par un moteur Ford 8 cylindres essence de 85ch, il pouvait atteindre la vitesse maximale de 48km/h avec une distance franchissable maximale de 250km.

Protégée par un blindage de 7 à 10mm elle à été généralement armée d’un fusil mitrailleur Bren.

Autres véhicules

-L’Armée Grecque de Libération (AGL) à reçu un grand nombre de véhicules motorisés, son format réduit permettant une motorisation totale, rêve totalement inaccessible pour les militaires héllènes avant 1948.

-Les militaires grecs ont utilisé la Jeep, un véhicule tout-terrain 4×4 utilisé pour la reconnaissance, la liaison, l’évacuation sanitaire et un grand nombre de missions auxquelles ses concepteurs n’avaient probablement pas pensé.

-Les camions militaires devenus indispensables étaient d’origine américaine (GMC Chevrolet), britannique (Bedford) et française (Renault).

A la fin du conflit pour mettre fin au cauchemar logistique d’un parc sur lequel s’était greffé des camions italiens et allemands de prise, l’armée grecque décida de ne conserver que les camions GMC qui vont rester en service jusqu’en 1969 quand ils sont remplacés par des véhicules plus modernes de conception et de fabrication allemande ce qui suscita une belle polémique en Grèce.

Scandinavie (53) Danemark (24)

Organisation

Organisation générale en 1939/40

-Un quartier général

-Un bataillon de transport

-La garnison de l’île de Bornholm à sept compagnies d’infanterie

-une force d’aviation

-Un régiment du génie

Lire la suite

URSS (74) Armée de Terre (22)

Les armes de l’Armée Rouge (5) : artillerie antichar

Avant-propos

Au printemps 1916 cela faisait plus d’un an et demi que les alliés comme les allemands cherchaient à percer un front de 700km courant de la mer du Nord à la frontière suisse. Après l’échec des sanglantes offensives, l’inefficacité de l’artillerie à neutraliser barbelés et autres positions de mitrailleuses, la solution la plus évidente était d’accompagner l’infanterie avec une mitrailleuse sous blindage : le char était né.

Lire la suite