17-Aviation navale (59)

H-Hydravions de servitude et d’entrainement

Bréguet 730

Bréguet 730, prototype du Bréguet 731 un hydravion de transport pouvant devenir un hydravion de combat

Bréguet 730, prototype du Bréguet 731 un hydravion de transport pouvant devenir un hydravion de combat

Le Bréguet 730 répond au même programme que le Potez-CAMS 141 et le Latécoère Laté 611 à savoir un hydravion de grande patrouille mais à la différence de ses deux compères, le Bréguet 730 qui effectue son premier vol le 4 avril 1938 ne sera pas construit, restant à l’état d’un unique prototype.

Néanmoins, la marine décida de passer commande de 6 appareils mais en version transport notamment pour les liaisons à grande distance tout en demandant à Bréguet de poursuivre le dévellopement d’une version de combat pour une hypothétique production qui ne se concrétisa pas avant guerre.

Les six appareils produits baptisés Bréguet 731 vont donc servir d’appareils de transport moins pour du matériel que pour des personnalités civiles et militaires.

La commande est passée officiellement en janvier 1941 et les appareils sortent de l’usine Bréguet d’Anglet entre juin et décembre 1941 à raison d’un appareil par mois.

Ces six appareils vont être basés pour deux d’entre-eux à Lann-Bihoué, Deux appareils vont être basés à Dakar et deux autres à Fort de France, dépendant pour les deux premiers du préfet de la 2ème région maritime, pour les deux suivants de Marine Dakar et pour les deux derniers du Commandement Antilles-Guyane de l’Aviation Navale. Ces appareils sont toujours en service en septembre 1948.

Caractéristiques Techniques du Bréguet 731

Type : hydravion de transport

Poids à vide 16134kg en charge 28660kg

Dimensions : longueur 24.38m envergure 40.37m hauteur 8.60m

Motorisation : quatre Gnome-Rhone 14N-44/45 de 1120ch chacun

Performances : vitesse maximale 330 km/h vitesse de croisière 230 km/h distance franchissable 6923km Autonomie : 30 heures plafond opérationnel 6000m

Armement (prévu) un canon de 20mm, 5 mitrailleuses, 2 torpilles ou 4 bombes

Equipage : 6 hommes + 20 passagers

CAMS 37

CAMS 37-2 sur le croiseur-école Jeanne d'Arc

CAMS 37-2 sur le croiseur-école Jeanne d’Arc

Le CAMS 37 est un hydravion à coque biplan utilisé à l’origine pour l’observation mais qui va ensuite être utilisé comme hydravion d’entrainement et de servitude, le sort de nombre d’appareils en fin de carrière quand il devient hasardeux de les utiliser au combat.

En septembre 1939, les unités suivantes disposent de cet appareil :

-L’Escadrille 1S2 dispose de trois CAMS 37-11, un hydravion quadriplace de liaison et d’entrainement mais dès le mois d’octobre, ils sont remplacés par des CAMS-55 qui sont eux armés.

-L’Escadrille 2S2 créée à Rochefort le 1er septembre 1939 dispose de deux puis douze CAMS-37E qui sont déployés à Saint Trojan sur l’île d’Oleron et sur Saint-Nazaire. Cette escadrille est dissoute en janvier 1940 et les appareils sont retirés du service et stockés.

-L’Escadrille 2S4 créée le 31 août 1939 dispose de quatre CAMS 37-11 mais dès le mois d’octobre, l’unité redevient une unité terrestre et les appareils sont retirés du service et stockés.

-L’Escadrille 8S5 à Fare-Ute dispose d’un CAMS 37-11 qui est retiré du service à l’été 1941 et feraillé.

-La Section d’Entrainement de Cherbourg dispose de six CAMS-37 qui sont remplacés en juillet 1942 par des CAO-30.

-Le croiseur Jeanne d’Arc dispose de deux CAMS-37 utilisés pour la formation des officiers de marine et ce jusqu’en juin 1942 quand ils sont remplacés par des Loire 130.

Caractéristiques Techniques du CAMS-37

Poids : à vide 2150kg total 3080kg

Dimensions : Envergure 14.50m Longueur 11.37m Hauteur 4.72m

Motorisation : un moteur Lorraine 12Ed de 450ch

Performances : vitesse maximale 180 km/h plafond 3900m autonomie 800km  

Armement : (CAMS-37/2) deux mitrailleuses Lewis de 7.7mm mobiles avant et deux mobiles arrière 300kg de bombes

CAMS-55

Un hydravion CAMS-55 de la 4S1, escadrille stationnée à Karouba

Un hydravion CAMS-55 de la 4S1, escadrille stationnée à Karouba

C’est en 1928 que le CAMS-55 effectue son premier vol. Comme ses prédécesseurs produits par la firme de Sartrouville, c’est un hydravion à coque biplan qui à la différence du CAMS-37 disposait d’une hélice propulsive et d’une hélice tractive.

Il va être massivement (pour l’époque) produit et utilisé par l’Aéronautique Navale pour des missions opérationnelles et de soutien. Cent-onze exemplaires vont être produits en plusieurs sous-versions : un prototype baptisé 55.001, deux appareils de pré-série baptisés 55J et 55H, 43 CAMS-55/1, 29 CAMS-55/2, 1 CAMS-55/3 (détruit lors du premier vol), 1 CAMS-55/6, 32 CAMS-55/10, 1 CAMS-55/11 et un 1 CAMS-55/14.

Les unités suivantes sont équipées de cet hydravion :

-L’Escadrille 1S1 basée à Cherbourg-Chantereyne dispose de six CAMS-55 qui cohabitent avec huit Loire 130 mais rapidement, les CAMS-55 sont utilisés pour l’entrainement et ce jusqu’au mois d’octobre quand ils sont retirés du service et remplacés par des Latécoère Laté 298 qui à terme doivent remplacer les Loire 130. Les CAMS-55 sont alors stockés.

-L’Escadrille 1S2 basée à Lanvéoc-Poulmic dispose notamment de trois CAMS-55 qui sont retirés du service au moment de la dissolution de l’escadrille en janvier 1940.

-L’Escadrille 2S1 basée à Lanvéoc-Poulmic dispose en septembre 1939 de trois CAMS-55 qui sont remplacés en janvier 1940 par des Loire 130.

-L’Escadrille 3S4 basée sur l’Etang de Berre dispose de plusieurs modèles d’hydravions dont trois CAMS-55. Ils sont retirés du service en janvier 1940 lors de la dissolution de l’escadrille.

-L’Escadrille 4S1 basée à Karouba dispose en septembre 1939 de neuf CAMS 55-2 et trois CAMS 55-10 qui sont remplacés en décembre 1940 par des Bréguet Br790.

-L’Escadrille 4S2 est une escadrille de mobilisation qui dispose notamment de trois CAMS-55 qui sont retirés du service lors de la dissolution de l’unité en janvier 1940.

-L’Escadrille 8S5 de Fare-Ute près de Papeete dispose de deux CAMS 55-1 qui sont retirés du service en mars 1942 quand arrivent quatre Latécoère Laté 298 nettement plus modernes.

-L’Escadrille 8S6 basée à Saïgon en Indochine dispose de deux CAMS-55 utilisés pour l’entrainement et ce jusqu’en 1941 quand deux Loire 130C supplémentaires les remplacent. Ils sont conservés sur place mais ne semble pas avoir été réutilisés après 1945.

le CAMS-55 est également utilisé par des unités d’entrainement et de servitude :

-La Section de Servitude de Calais créée en juillet 1943 sur la base de Calais-Marck dispose de deux CAMS-55 qui sont remplacés en septembre 1945 par deux CAO-30.

-La Section d’Entrainement de Brest dispose de quatre CAMS-55 qui sont retirés du service en 1945 après la fusion de la S.E Brest et de la S.E.S Béarn.

-L’Escadrille d’Entrainement de l’Atlantique (EEA) dispose de quatre CAMS-55 de mars 1942 à janvier 1946.

-L”Ecole de pilotage et du personnel volant dispose jusqu’en décembre 1941 de quatre CAMS-55 qui sont remplacés par un nombre identique de CAO-30.

-La Section de Servitude d’Hourtin dispose de deux CAMS-55 désarmés pour la liaison et le transport même si la S.S d’Hourtin à pour principale mission l’entretien des installations de cette base-école. Les deux CAMS-55 sont retirés du service en septembre 1945 car trop usés et remplacés par deux Loire 130 désarmés.

-La Section d’Entrainement de Berre dispose de quatre hydravions à coque CAMS-55 jusqu’en septembre 1942 quand ils sont remplacés par quatre CAO-30.

-La Section d’Entrainement et de servitude d’Hyères dispose de deux CAMS-55 qui sont remplacés en septembre 1945 par deux CAO-30 supplémentaires.

-La Section d’Entrainement et de servitude d’Aspretto dispose de deux CAMS-55 d’entrainement et de liaison qui sont remplacés par deux CAO-30 en mars 1945.

-La Section d’Entrainement de Saint Mandrier dispose de deux CAMS-55 d’entrainement et de liaison jusqu’en novembre 1942 quand ils sont remplacés par deux CAO-30.

-La Section d’Entrainement de Karouba dispose de deux CAMS-55 remplacés en octobre 1942 par deux CAO-30.

Caractéristiques Techniques du CAMS-55

Type : hydravion bimoteur multiplace

Poids : à vide 4590kg en charge 6900kg

Dimensions : Envergure 20.40m Longueur 15.03m Hauteur 5.41m

Motorisation : deux moteurs radiaux Gnôme-Rhône Jupiter de 373ch entrainant une hélice propulsive et une hélice tractive

Performances : vitesse maximale 195 km/h distance franchissable 1875km plafond opérationnel 3400m

Armement : quatre mitrailleuses Lewis de 7.7mm en affûts doubles avant et arrière deux bombes de 75kg

CAO-30

Hydravion d'entraînement S.N.C.A.O. CAO-30

Hydravion d’entraînement S.N.C.A.O. CAO-30

A la fin des années trente, la firme Loire-Nieuport développa le Loire-Nieuport LN-30 un hydravion biplace d’entrainement. Rebaptisé SNCAO CAO-30 quand la firme intégra une société nationale, il effectua son premier vol le 13 septembre 1938.

Il subit un certain nombre de modifications et vole à nouveau le 21 septembre, suivit par le second prototype le 19 mai 1939. L’appareil est loin d’être parfait et la mise au point est assez longue.

36 appareils vont être commandés pour équiper les unités suivantes :

-La Section d’Entrainement de Cherbourg (Cherbourg-Chantereyne) reçoit quatre CAO-30 en juillet 1942, appareils toujours en service en septembre 1948.

-La Section de servitude de Calais reçoit en septembre 1945 deux CAO-30 en remplacement de deux CAMS-55.

-La Section d’entrainement de Brest dispose à partir de décembre 1941 de quatre CAO-30 qui sont toujours en ligne lors de la fusion de la S.E Brest et de la S.E.S du Béarn donnant naissance à la S.E.S Brest.

-L’Escadrille d’Entrainement de l’Atlantique (EEA) reçoit en mars 1942 quatre CAO-30 qui sont toujours en service en septembre 1948.
-L’Ecole de pilotage et du personnel volant reçoit courant 1941 quatre CAO-30 qui sont toujours en service quand éclate le second conflit mondial.

-La Section d’Entrainement de Berre reçoit quatre CAO-30 en septembre 1942, appareils toujours en service le 1er septembre 1948.

-La Section d’Entrainement et de servitude d’Hyères reçoit en août 1942 quatre CAO-30, nombre passant à six quand deux appareils supplémentaires remplacent les CAMS-55 en septembre 1945.

-La Section d’Entrainement et de servitude d’Aspretto reçoit deux CAO-30 en mars 1945 pour remplacer deux CAMS-55.

-La Section d’Entrainement de Saint Mandrier remplace ses deux CAMS-55 par deux CAO-30 en novembre 1942.

-La Section d’Entrainement et de Soutien d’Arzew dispose dès sa création en juin 1944 de quatre CAO-30. Ces appareils sont encore en service en septembre 1948.

-La Section d’Entrainement de Karouba dispose de deux CAO-30 à partir d’octobre 1942. Ces appareils sont encore en service en septembre 1948.

Caractéristiques Techniques du CAO-30

Type : hydravion biplace d’entrainement

Poids à vide 1375kg en charge 1790kg

Dimensions : Envergure 13m Longueur 9.20m Hauteur 3.21m

Motorisation : un moteur radial Salmson 9ABa de 280ch entrainant une hélice propulsive

Performances : vitesse maximale 192 km/h Endurance 4h plafond opérationnel 3999m

Armement : aucun

17-Aviation Navale (34)

F-Groupements d’hydraviation

Les yeux de nos bâtiments de surface

Longtemps le combat naval s’est limité à l’horizon et les seuls capteurs étaient les yeux des vigies dans le nid de pie à plusieurs dizaines de mètres du soleil, le regard de la vigie étant aidé par des instruments optiques qui apportaient un petit plus mais guère davantage.

L’apparition du plus léger que l’air augmenta considérablement l’horizon de la bataille navale mais le plus léger que l’air était délicat à mettre en haute mer car sensible au vent et l’utilisation de dirigeables et de ballons captifs resta assez limité.

L’avion bien que fragile à sa naissance prit vite du poids, du muscle et de l’assurance, devenant un concurrent mortel pour le plus léger que l’air qui mit un genoux à terre face au plus lourd que l’air qui avait lui deux problèmes majeurs : le lancement et la récupération à bord de navires dépourvus de pont d’envol (cuirassés et croiseurs).

Si la problématique de la récupération ne fût jamais résolue (le tapis d’amerissage se révéla être une fausse bonne idée), celle du lancement fût résolue par l’invention de la catapulte d’abord à poudre puis rapidement pneumatique.

Toutes les marines équipèrent leurs unités de surface de premier rang (cuirassés, croiseurs légers et lourds) de catapultes qu’il sagisse d’unités neuves ou d’unités refondues.

La France ne fit pas exception dans ce domaine. Les premières unités à être équipées d’une catapulte furent les trois croiseurs légers de 8000 tonnes Primauguet Lamotte-Picquet et Duguay Trouin rapidement suivies par les croiseurs lourds Duquesne Tourville Suffren Colbert Foch Dupleix et Algérie, le croiseur léger mouilleur de mines Emile Bertin et les six croiseurs légers de 7600 tonnes La Galissonnière Jean de Vienne La Marseillaise Gloire Montcalm et Georges Leygues.

Parmi les unités anciennes, seul le cuirassé Lorraine reçut au milieu des années trente une catapulte en remplacement de la tourelle centrale de 340mm.

Tous les navires de ligne construits à partir du début des années trente reçurent des installations d’hydraviation dévellopées avec une ou deux catapultes, un hangar et toute l’infastructure pour ravitailler et entretenir un appareil. Même chose pour les croiseurs légers de classe De Grasse et lourds de classe Saint Louis.
Un temps ces installations furent menacées à la fois par la nécessité de renforcer la défense contre-avions et le dévellopement du radar. Finalement, la marine préféra prendre quelques risques au niveau de stabilité et conserver à la fois les installations d’hydraviation, une DCA renforcée et des radars.

En mer, les équipages des hydravions et les mécaniciens faisaient partie intégrante de l’équipage du navire, le chef du service aviation avait un grade égal à celui des chefs des service artillerie, navigation, propulsion…….. .

Quand le navire était à quai ou au mouillage pour une certaine durée, les hydravions étaient basés à terre au sein de groupement d’hydraviation basés à Lanvéoc-Poulmic, Saint Mandrier, Karouba et Arzew pour ne citer que les principaux.

Quand aux modèles d’hydravions, il s’agissait d’hydravions dédiés à la reconnaissance, à l’observation et au réglage de tir (avec secondairement une mission de patrouille anti-sous-marine), la perspective d’embarquer des hydravions de chasse faisant long feu.

Groupement d’Hydraviation de l’Atlantique (GH-ATL)

Le Groupement d’Hydraviation de l’Atlantique (GH-ATL) dispose au moment du déclenchement de la guerre de Pologne de seize hydravions mais seulement dix appareils sont basés régulièrement à Lanvéoc-Poulmic.

Ces dix appareils sont dix Loire 130, un hydravion à coque aile haute et hélice propulsive qui sont répartis entre les croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg ainsi que les croiseurs légers Gloire Montcalm et Georges Leygues à raison de deux appareils chacun même si souvent en mer, seul un appareil est embarqué, le second restant à terre.

A ces appareils s’ajoute théoriquement deux CAMS-37 embarqués sur le croiseur-école Jeanne d’Arc (détaché à cette époque aux Antilles) et quatre Gourdou-Lesseure GL.832HY embarqués sur les croiseurs légers Primauguet et Duguay Trouin détachés à Dakar.

Suite à la réorganisation du 15 septembre 1940, le GH-ATL voit le nombre d’hydravions se réduire à douze appareils. Il y à toujours dix Loire 130 mais ceux-ci sont désormais embarqués sur les croiseurs lourds Foch et Colbert de la 3ème DC ainsi que les croiseurs légers Gloire Montcalm et Georges Leygues de la 4ème DC, les deux autres appareils étant les deux CAMS-37 du croiseur-école Jeanne d’Arc.

Il faut ensuite attendre l’année 1942 pour voir la situation évoluer. La mise en service du cuirassé Jean Bart le 14 janvier 1942 augmente le groupement de deux Loire 130 _portant leur nombre à douze_ alors que les deux CAMS-37 du Jeanne d’Arc sont remplacés par deux CAMS 55-10.

Dans le courant de 1943, les Loire 130 sont remplacés à bord du cuirassé Jean Bart, des croiseurs lourds Foch et Colbert et des croiseurs légers Gloire Montcalm et Georges Leygues par douze Dewoitine HD-731 plus modernes. Quand aux CAMS 55-10, ils sont remplacés par deux Loire 130.

Au 31 décembre 1944, le nombre de Dewoitine HD-731 est passé de douze à quatorze avec la mise en service du cuirassé Gascogne. Il faut ensuite attendre 1946 pour que la situation évolue avec la remise en service du cuirassé Lorraine ce qui porte le nombre de Dewoitine HD-731 à seize exemplaires, les deux Loire 130 utilisés par le croiseur école Jeanne d’Arc restant en service.

Au 31 décembre 1946, le GH-ATL dispose de seize HD-731 et deux Loire 130. Un an plus tard, le 31 décembre 1947, le groupement dispose de dix-huit HD-731.

Si les deux HD-731 du Jean Bart ont suivit le sister-ship du Richelieu et du Clemenceau à Mers-El-Kébir,deux autres appareils appartenant au cuirassé Normandie sont venus les rejoindre tout comme deux appareils utilisés par le croiseur-école Jeanne d’Arc en remplacement des Loire 130 usés jusqu’à la corde.

La situation est identique au 31 août 1948, aucun nouveau navire «porte-hydravions» n’ayant rejoint  la 1ère Escadre ou la 3ème Escadre Légère.

Groupement d’Hydraviation de la Méditerranée (GH-MED)

Le Groupement d’Hydraviation de la Méditerranée (GH-MED) dispose le 3 septembre 1939 de douze hydravions Loire 130 embarqués sur les croiseurs lourds Algérie, Foch, Dupleix, Duquesne, Colbert et Tourville à raison donc de deux appareils par navire. Quand les dits navires sont à quai, les hydravions sont basés à Saint Mandrier.

La situation évolue au cours de l’année 1940, la réorganisation de septembre 1940 et le redéploiement de certains navires portant le nombre d’hydravions à vingt-deux répartis entre seize Loire 130 (cuirassé Lorraine, croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg, croiseurs lourds Algérie, Tourville, Duquesne, Suffren et Dupleix) et six Gourdou-Lesseure GL.832HY embarqués sur les croiseurs légers Duguay-Trouin, Lamotte-Picquet et Primauguet (dans la pratique quatre, un croiseur étant détaché en permanence à la DNL jusqu’en décembre 1942).

Au 31 décembre 1941, le groupement dispose de vingt-quatre hydravions avec dix-huit Loire 130 embarqués deux par deux à bord des cuirassés Richelieu et Lorraine et à bord des croiseurds lourds Algérie Tourville Duquesne Suffren et Dupleix alors que les croiseurs légers Duguay-Trouin Lamotte-Picquet et Primauguet embarque toujours deux des six Gourdou-Lesseurre GL.832HY.

Si la situation n’évolue pas durant l’année 1942, l’année 1943 est marquée par l’augmentation du nombre d’hydravions qui passe à 28 hydravions (26 Dewoitine HD-731 et 2 Gourdou-Lesseure GL.832HY pour le Primauguet).

Un an plus tard, le 31 décembre 1944, le GH-MED n’aligne plus «que» 24 Dewoitine HD-731 répartis par paires entre les cuirassés Dunkerque Strasbourg Richelieu et Clemenceau, les croiseurs lourds Algérie Suffren Dupleix Saint Louis et Henri IV ainsi que les croiseurs légers De Grasse Chateaurenault et Guichen.

La mise en service en 1945 du cuirassé Alsace et celle du Provence (après reconstruction) permet au GH-MED d’ajouter à sa flotte quatre Dewoitine HD-731 portant le nombre de ces hydravions d’observation à vingt-huit.

Le fait qu’un seul modèle d’hydravion équipe le GH-MED favorise le soutien logistique et la mutualisation des moyens notamment d’entretien.

Le 31 décembre 1946, le Groupement d’Hydraviation de la Méditerranée (GH-MED) dispose de vingt-six hydravions d’observation Dewoitine HD-731 répartis repartis entre les cuirassés Richelieu Clemenceau Alsace et Provence, les croiseurs lourds Suffren Dupleix Algérie Saint Louis Henri IV Charlemagne ainsi que les croiseurs légers De Grasse Chateaurenault Guichen.

Cette réduction s’explique par le départ à Mers-El-Kébir des croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg (soit quatre hydravions de moins) et la mise en service du croiseur lourd Charlemagne soit l’arrivée de deux hydravions type HD.731.

L’année 1947 voit l’arrivée au sein du GH-MED de deux nouveaux Dewoitine HD-731, ceux du cuirassé Flandre admis au service actif le 7 décembre 1947 et formant la 5ème division de ligne avec son sister-ship Alsace.

Ce GH-MED est subdivisé à partir du 1er juin 1948 en trois groupes : HS-1 pour les cuirassés (10 appareils), HS-2 pour les croiseurs lourds (12 appareils) et HS-3 pour les croiseurs légers (6 appareils), ces groupements étant purement informels pour favoriser entretien et administration puisqu’en mer les détachements avia font partie de l’équipage du navire et dépendent du commandant du bâtiment.

Au 31 août 1948, le GH-MED dispose toujours de 28 Dewoitine HD-731. En comptant le taux d’attrition, ce sont 34 appareils qui ont été utilisés.

Groupement d’Hydraviation d’Afrique du Nord (GH-AFN)

Ce groupement regroupe les hydravions basés comme son nom l’indique en Afrique du Nord. En septembre 1939, il dispose de huit hydravions d’observation Loire 130 et deux Gourdou-Lesseure GL.832HY, deux étant basés à Arzew quand ils ne sont pas embarqués par le cuirassé Lorraine et huit à Karouba quand ils ne sont pas embarqués sur les croiseurs légers Emile Bertin (2 GL.832HY) La Galissonnière Jean de Vienne et La Marseillaise (six Loire 130).

En septembre 1940, la réorganisation réduit le nombre d’hydravions à huit, le cuirassé Lorraine et ses deux Loire 130 ralliant Toulon et la 2ème Escadre ce qui ne laisse que six Loire 130 et deux Gourdou-Lesseure GL.832HY regroupés à Karouba quand les navires sont à quai à Bizerte.

Le 10 mars 1943, le cuirassé Bretagne est remis en service au sein de la 4ème Escadre. Il dispose de deux Dewoitine HD-731 qui sont basés à Arzew quand le cuirassé reconstruit est à quai. Cela porte le nombre d’hydravions du GH-AFN à dix appareils.

Il faut attendre l’automne 1945 pour assister à un changement avec le remplacement des Loire 130 et des GL.832HY des croiseurs de la 6ème EL par huit Dewoitine HD-731 tandis qu’à Arzew, les deux HD.731 du Bretagne sont rejoints par deux appareils du même type qui embarquent à bord du croiseur léger Latouche-Tréville.

L’année 1946 marque un tournant pour le GH-AFN. En effet, le nombre d’hydravions devient plus important à Arzew qu’à Karouba. L’hydrobase tunisienne abrite ainsi huit hydravions Dewoitine HD.731 destinés aux quatre croiseurs légers de la 6ème Escadre Légère alors que l’hydrobase algérienne dispose désormais de dix Dewoitine HD.731.

Aux quatre déjà présents (cuirassé Bretagne et croiseur léger Latouche-Treville) s’ajoute ceux du croiseur léger Gambetta mis en service en juillet 1946 et ceux des croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg qui quittent Toulon pour Mers-El-Kébir, la 2ème Escadre pour la 4ème.

Cela entraine la création d’une escadrille des hydravions de Tunisie (EHT) et d’une escadrille des hydravions d’Algérie (EHA).

Ce déséquilibre s’accentue au cours de l’année 1947. L’EHT reste bloquée à huit Dewoitine HD-731 pour les croiseurs légers Emile Bertin  La Galissonnière Jean de Vienne et La Marseillaise alors que l’EHA passe à quatorze hydravions du même modèle pour les cuirassés Bretagne et Jean Bart, les croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg ainsi que les croiseurs légers Latouche Treville, Gambetta et Condé. Conséquence logique : le 1er septembre 1947, le QG du GH-AFN est transféré de Karouba à Arzew.

Au 31 août 1948, le Groupement d’Hydraviation d’Afrique du Nord (GH-AFN) dispose de 24 Dewoitine HD-731, l’EHA ayant reçut deux autres appareils, ceux du cuirassé Bourgogne (classe Alsace).

Au total, en comptant les appareils réformés pour usure et ceux perdus par accident, le GH-AFN à utilisé 30 Dewoitine HD-731.