URSS (83) Armée de Terre (31)

Uniformes et Equipement

Avant-propos

Armée Rouge 23

Uniforme standard du frontovik avec un fusil mitrailleur Degtyarev

Dans cette partie je vais aborder tout ce qui concerne la question de l’uniforme, de l’équipement individuel et collectif. Cela concernera essentiellement le fantassin, le frontoviki mais il serait aussi question des autres armes de la RKKA comme les tankistes, les cavaliers et les artilleurs.

Lire la suite

Publicités

Grande Bretagne (89) Armée de terre (14)

Uniformes

Les régiments de la Garde

Encore aujourd’hui la relève de la garde à Buckingham Palace est une attraction appréciée par les nombreux touristes qui visitent la capitale britannique.

Vêtus de leur redingote rouge et d’un bonnet de poil adopté après les guerres napoléoniennes, ces hommes n’en étaient pas moins des soldats d’élite et le second conflit mondial vit les différents régiments de la garde participer aux combats de l’armée britannique.

Les régiments de cavalerie participèrent également au conflit non sur les fiers destriers avec lesquels ils assurent des missions de parade et de représentation mais à bord de blindés.

Faute de temps, la création d’un Household Cavalry Regiment ne peut avoir lieu durant la guerre de Pologne mais en septembre 1948, ce régiment est mis en place suivit d’un deuxième formés par des éléments des Life Guards et des Royal Horse Guards. Equipés de chars Comet, ils vont être déployés au printemps 1949 sur le continent pour participer à la future offensive contre l’Allemagne.

Life Guard

Life Guard

La Household Brigade à connu sa première organisation au moment de la Restauration en 1660 avec d’abord trois régiments, les Life Guards (régiment de cavalerie), les Grenadiers Guards et les Coldstream Guard, ces deux régiments étant des régiments d’infanterie.

Grenadier Guard, acteur de la fameuse relève de la garde

Grenadier Guard, acteur de la fameuse relève de la garde

En 1686, les Scots Guards rejoignirent la Garde et il fallut attendre ensuite le 19ème siècle pour que la composition de la Garde évolue avec l’intégration en 1820 des Horse Guards suivis en 1900 des Irish Guards et en 1915 des Welsh Guards.

Coldstream Guard lors de la cérémonie annuelle "Trooping the colors"

Coldstream Guard lors de la cérémonie annuelle « Trooping the colors »

Chaque régiment se distingue par un uniforme chatoyant et coloré. Ainsi les Life Guards portent une tunique rouge, une culotte blanche et un casque à crinière de cheval blanche. Les Horse Guards portent une tunique bleue foncée avec une aiguillette d’or sur l’épaule droite pour les officiers, une culotte blanche, une cuirasse, un casque à crinière de cheval rouge et des bottes noires.

Scots Guard

Scots Guard

Les régiments d’infanterie (cinq en septembre 1948) portent tous une tunique rouge, un pantalon noir et un bonnet en poil d’ours (ourse pour les officiers) emprunté à l’armée napoléonienne, l’armée britannique ayant pour tradition d’adopter une coiffure issue d’une armée énnemie vaincue (seule exception, elle adopta le béret après le premier conflit mondial).

Irish Guard

Irish Guard

Pour les différencier, il faut faire attention au plumet et aux boutons de la tunique. Les Grenadier Guards dispose d’un plumet blanc à gauche et de boutons à espaces réguliers (car 1er régiment), les Coldstream Guards disposent d’un plumet rouge à droite et de boutons groupés par deux (car 2ème régiment), les Scots Guards n’ont pas de plumet et les boutons sont groupés par trois (car 3ème régiment).

Welsh Guard

Welsh Guard

Les Irish Guard disposentd’un plumet bleu à droite et de boutons groupés par quatre (car 4ème régiment) alors que les Welsh Guard disposent d’un plumet vert et blanc à gauche et de boutons groupés par 5 (car 5ème régiment).

Ces régiments de la garde vont être engagés dans les combats du second conflit mondial d’abord sous la forme de détachements (une compagnie des Irish Guard participe à la bataille de Tromso et une compagnie des Grenadiers Guards est engagée à Bergen) puis sous la forme d’une Household Infantry Brigade à deux régiments (1st et 2nd Household Infantry Regiment) formés sur le même modèle que les régiments de cavalerie.

A noter qu’au cours du conflit, le titre honorifique de Guard fût attribué aux régiments s’étant distingué au combat sans que cela ne change quoi que ce soit dans leur appartenance à leur division d’origine.

Il va s’en dire que ces unités d’élite combattaient avec l’uniforme de l’armée régulière et non avec leur uniforme de parade.

Les uniformes de l’armée régulière

A la différence de la France entrée en guerre avec un uniforme inadapté à la guerre moderne _tunique bleu, pantalon garance_, l’armée britannique disposait depuis très longtemps d’un uniforme basse visibilité de couleur kaki.

En septembre 1939, la majorité des unités britanniques ont déjà reçu la tenue modèle 1937 avec son célèbre battle dress (“blouson de combat”) accompagné d’un pantalon droit, une tenue simple et fonctionnelle.

A l’origine, il n’était prévu aucune marque distinctive pour des raisons de sécurité mais peu à peu aux marques de grade s’ajoutèrent les insignes du régiment.

battle-dress

Le Battle Dress dispose de deux poches à soufflet et patte boutonnée placé sur la poitrine. Tous les boutons (cinq devant, deux de poche et deux en bas des manches) sauf ceux des pattes d’épaule sont dissimulés. Sous le battle-dress se trouve une chemise en flanelle ou en coton

pantalon droit ou kilt pour les unités écossaises ou short pour les unités combattant en milieu désertique. Si le short est toujours largement usité en septembre 1948, le kilt est largement relégué à l’arrière et à la parade.

Avec le short on porte des fausses chaussettes et des guêtrons ou des chaussettes classiques en coton parfois accompagnées de bandes mollétières assez courtes.

Brodequins ferrés à bout rapporté. Ils sont entièrement confectionnés dans un cuir grenelé noirci, ces chaussures sont très appréciées

En matière de coiffure, on trouve le bonnet de police à bord rabattables peu populaire, le béret de couleur noir pour les blindés, marron pour les troupes écossaises (le fameux Tam O’ Shanter). Il faudra attendre le second conflit mondial pour voir apparaitre un nouveau béret, l’amarante des parachutistes et le vert des Royal Marines.

Casque Mk II

Casque Mk II

Quand au casque, il s’agit du casque Mark II, un casque en acier étroitement dérivé du Mark I du premier conflit mondial. En forme de plat à barbe, il était adapté aux coups venant du dessus mais pas vraiment des coups venant des côtés. Des essais sans lendemain pour le remplacer furent menés durant la période 1940-1948.

Le changement interviendra sous l’influence des parachutistes dont le casque était nettement plus couvrant pour protéger la tête des secousses de l’aterrissage. Certaines unités récupéreront ce casque de manière non-officielle avant qu’un nouveau casque ne remplace le “plat à barbe”.

Durant la période de la Pax Armada, la tenue évolue peu, de nouveaux effets apparaissent, l’équipement modèle 1937 reçoit de nouveaux sous-ensembles mais globalement la tenue du fantassin britannique en septembre 1948 est la même qu’en septembre 1939.

Fortifications

Avant-propos

Avec sa situation insulaire, on pourrait s’attendre à ce que l’armée britannique ne dispose d’aucune fortification permanente.

C’est vrai pour le territoire métropolitain (des plans sont dressés pour construire des blockhaus de campagne en cas de menace avérée sur le territoire national,quelques ouvrages construits pour protéger certains sites sensibles) mais pas pour l’outre-mer.

En effet, la British Expeditionnary Force (BEF) s’appuie sur des ouvrages construits par la France et améliorés par la 1st Infantry Division qui reste déployée en France durant la Pax Armada pour montrer la détermination britannique face à l’Allemagne mais également pour accélérer la montée en puissance du dispositif quand une nouvelle guerre éclatera.

Les divisions britanniques déployés au sein du GA2 s’appuient également sur les ouvrages de la ligne Maginot.

En réalité les seuls exemples de fortifications permanentes sont à chercher en Extrême-Orient avec une ligne fortifiée à la frontière entre la Malaisie et la Thaïlande ainsi que des ouvrages isolés pour protéger Hong-Kong et des secteurs clés de la frontière indo-birmane.

Ces ouvrages ne sont cependant pas du niveau de la ligne Maginot, ils sont plus proches de la ligne Doumer, de gros ouvrages de campagne disposant de leurs propres armes (mitrailleuses, canons antichars, mortiers….) et mis en oeuvre par des unités de campagne ce qui nécessite un certain préavis pour occuper les ouvrages.

Si en temps de paix les ouvrages ne sont armés qu’au cours d’exercices ou par des unités manoeuvrant dans la région, dès que la tension montera d’un cran, il est prévu que les ouvrages soient armés, chaque régiment d’infanterie devant disposer d’hommes capables d’occuper rapidement ses ouvrages, des hommes capable d’utiliser les armes, les optiques mais également de savoir réparer un groupe électrogène…. .

Ouvrages fortifiés en Europe

Au printemps 1948, des travaux de fortifications sont menés en Grande-Bretagne pour protéger des sites sensibles.

Les bases aériennes, les bases aéronavales notamment sont protégés par des blockhaus par le Royal Engineer Corps, des ouvrages standardisés avec un ouvrage léger le Mark I équipé de deux mitrailleuses de 7.7mm, un ouvrage medium Mark II avec un canon antichar de 25mm français et une mitrailleuse de 7.7mm et un ouvrage lourd équipé de deux ou trois affûts combinant un canon de 2 livres et une mitrailleuse de 7.7mm, un mortier de 81mm et des fusils-mitrailleurs.

Sur le continent, les divisions d’infanterie britanniques déployées vont s’appuyer sur les fortifications françaises qu’elles soient permanentes ou de campagne.

Le BEF déployé entre la 7ème et la 1ère armée française occupe le Secteur Fortifié de Lille (SFL), un secteur fortifié récent avec des petits ouvrages et non des ouvrages puissants comme en Alsace et en Lorraine.

Le SFL dispose des abris et des blockhaus suivants :

-onze blocs de type Da pour une mitrailleuse, un canon antichar et deux fusils-mitrailleurs

-huit type Db pour une mitrailleuse, un canon antichar et deux fusils-mitrailleurs

-quatre type Dc pour une mitrailleuse, un canon antichar et deux fusils-mitrailleurs

-six type Dd pour une mitrailleuse, un canon antichar et deux fusils-mitrailleurs

-six type Dsd pour une mitrailleuse, un canon antichar et trois fusils mitrailleurs

-cinq type Dsg pour une mitrailleuse, un canon antichar et trois fusils mitrailleurs

-Quatre type Gsd pour une mitrailleuse ou un canon antichar

-Six type Gsg pour une mitrailleuse ou un canon antichar

-Huit type G1 pour une mitrailleuse, un antichar et quatre fusils mitrailleurs

-Cinq type G2 pour une mitrailleuse, un antichar et quatre fusils mitrailleurs

-Deux type G3

On trouve également vingt-trois abris de tir, eux aussi de différents types :

-Trois type N1d pour une mitrailleuse ou un canon antichar (orienté à droite)

-Quatorze type N1f pour une mitrailleuse ou un canon antichar tirant en action frontale

-Quatre type N1g pour une mitrailleuse ou un canon antichar (orienté à gauche)

-Deux type N2g pour une mitrailleuse ou un canon antichar (orienté à gauche)

Enfin on trouve également neuf tourelles démontables (quatre équipés de canons antichars de 25mm et cinq équipés de mitrailleuses de 7.5mm).

Ce sont les seules armes du secteur à calibre français, les armes des abris et des blockhaus étant fournis par la 1st Infantry Division à savoir des canons antichars de 2 livres (puis de 6 livres _environ57mm_), des mitrailleuse Vickers et des fusils-mitrailleurs Bren.

Outre le BEF, l’armée britannique déploie sous commandement français deux corps d’armée, les 4th et 5th British Corps qui dépendent respectivement de la 3ème et de la 4ème armée.

Le 4th British Corps composée de deux divisions de mobilisation (51th Highland Division et 48th Northumberland Division) occupe le Secteur Fortifié de Faulquemont entre le Secteur Fortifié du Boulay à l’ouest et le Secteur Fortifié de la Sarre.

A la différence du Secteur Fortifié de Lille, le Secteur Fortifié de Faulquemont dispose de régiments d’infanterie de forteresse, les 146ème et 156ème RIF qui peuvent passer donc sous commandement britannique en temps de guerre.

Pour éviter des chevauchements préjudiciables en temps de guerre, il est prévu que le SF gère ses positions en cas d’attaque directe sur ses ouvrages, prennant sous son aile les Grandes Unités participant à la défense.

En revanche en cas d’offensive, le SF s’efface devenant une simple entité chargée de l’administration et du soutien logistique, le 4ème Corps d’Armée Britannique prenant alors le contrôle de toutes les unités de combat du secteur.

Le Secteur Fortifié de Faulquemont est subdivisé en deux sous-secteurs, le sous-secteur de Steinbesch et celui du Bois-des-Chênes.

Le premier secteur dispose d’un ouvrage d’infanterie à quatre blocs, de deux petits casemates d’artillerie type CEZF, d’un ouvrage d’infanterie à trois blocs, deux casemates d’artillerie pour deux canons de 75mm type RFM (Région Fortifiée de Metz), quatre casemates cuirassées, une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud, un ouvrage d’infanterie monobloc et un ouvrage mixte à quatre blocs.

Le second nommé dispose de deux casemates cuirassées, d’un ouvrage d’infanterie à trois blocs, et d’une casemate d’artillerie pour deux canons de 75mm type RFM.

On trouve sur l’ensemble du SF des organisations de campagne à savoir trente-trois blockhaus pour pour mitrailleuses et canons antichars (16 modèle 1935 et 17 modèle 1936, quatre casemates Pamart, sept cuves pour canons de 65mm, trente-quatre tourelles démontables (vingt-deux pour mitrailleuses et douze pour canons de 25mm), huit boucliers pour canon de 25mm, environ quarante PC et huit observatoires.

Le 5th British Corps qui dispose d’une division d’active (5th Infantry Division) et d’une division de mobilisation (42nd East Lancashire Division) couvre le Secteur Fortifié des Vosges.

Ce secteur aux ailes puissantes et au centre plus faible est encadré à l’est par le Secteur Fortifié d’Haguenau et à l’ouest par le Secteur Fortifié de la Sarre.

Comme le SF de Faulquemont, il est divisé en deux sous-secteurs avec chacun un régiment d’infanterie de forteresse mais si le 154ème RIF régiment de mobilisation est maintenu après l’automne 1940, ce n’est pas le cas du 165ème RIF qui est mis en sommeil, les ouvrages sous sa responsabilité étant entretenus et gardés par la 5ème compagnie du 400ème régiment de pionniers.

Le sous-secteur de Phillipsbourg dispose d’un ouvrage d’artillerie à cinq blocs et deux entrées (le Grand-Hohékirkel), deux abris-cavernes à deux coffres, deux casemates simples flanquant vers l’ouest, trois casemates simples flanquant vers l’est, une casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm modèle 1897, cinq blockhaus doubles, une casemate simple, deux blockhaus simples, et trois casemates doubles.

Le sous-secteur de Langensoultzbach dispose d’une casemate simple flanquant vers l’est, d’une casemate simple flanquant vers l’ouest, de deux casemates doubles, d’une casemate cuirassée, d’une casemate d’artillerie pour deux matériels de 75 modèle 1897, sept blockhaus doubles, cinq blockhaus simples flanquant vers l’est, quatre blockhaus simples flanquant vers l’ouest, d’un PO (Petit Ouvrage) à trois blocs (Lembach) et d’un ouvrage d’artillerie à six blocs et deux entrées (ouvrage du Four-à-Chaux).

Ouvrages fortifiés en Extrême-Orient

Malaysian Line

La frontière entre la Thaïlande et la Malaisie mesure 506km de long sur un terrain assez difficile d’accès qui assure longtemps une quasi-protection naturelle.

Seulement à partir des années trente, les relations entre Londres et Bangkok se dégradent, le royaume de Thaïlande tout en proclamant sa neutralité se rapproche peu à peu de Tokyo espérant récupérer des territoires appartenant au protectorat français du Cambodge.

Si une attaque thaïlandaise contre la Malaisie est peu probable, l’utilisation du territoire thaïlandais par l’armée japonaise pour envahir la péninsule malaise est nettement plus probable.

En cas de guerre contre le Japon, la Malaisie est en première ligne et la période 1940-1948 voit le renforcement des moyens de défense déployés dans les territoires de la Fédération.

Les troupes sont mieux entrainées et mieux équipées, des unités de chars y sont déployés. La RAF déploie des avions plus modernes (Hurricane et Stirling notamment)la Royal Navy comme nous l’avons vu aménage une base à Alor Setar.

Pour protéger la frontière malaiso-thaïlandaise, décision est prise en juin 1941 de construire une ligne fortifiée, la Malaysian Line, une ligne discontinue de casemates, de blockhaus et d’abris armés de mitrailleuses, de fusils-mitrailleurs, de canons antichars et de mortiers.

Il n’est pas prévu d’ouvrages d’artillerie mais des emplacements pour des canons de campagne de 25 livres sont aménagés à l’arrière pour couvrir la ligne fortifiée.

Sur les 506km de frontière, on trouve près de 700 ouvrages de différents modèles, plus ou moins puissants.

Les Mark I sont les ouvrages de base avec deux créneaux de mitrailleuses, des Vickers de 7.7mm associé à une cloche d’observation inspirée des modèles installés par la France sur la ligne Maginot.

Les Mark II sont des ouvrages médians avec un créneau combinant un canon de 2 ou de 6 livres et une mitrailleuse de 7.7mm et un créneau équipé de deux mitrailleuses ou de deux fusils-mitrailleurs.

Les Mark III sont les ouvrages les plus puissants avec deux créneaux combinant un canon de 6 livres et une mitrailleuse, une cloche d’observation, une cloche à mitrailleuse et deux mortiers de 3 pouces (76.2mm) installés dans des cuvettes.

Ces ouvrages s’appuient sur le terrain accidenté, les ouvrages se couvrant mutuellement pour éviter les angles morts.

Au printemps 1948, la frontière est bouclée avec des champs de mines et des barbelés, les routes étant munis de barrières mobiles couvertes par des bockhaus.

Bangkok proteste auprès de Londres. Le Foreign Office demande à la Thaïlande de cesser d’encourager les séditions en Indochine et de montrer sa neutralité stricte et entière.

La Thaïlande n’ayant pas répondu à cette demande, les travaux sont poursuivis et mêmes augmentés.

Les mouvements de troupes laissent craindre un conflit armé mais au final les diplomates des deux pays parviennent à éviter un conflit ouvert.

Hong-Kong

D’autres fortifications sont construites sur la frontière entre Hong-Kong et la Chine. Sur 30km, des blockhaus armés de mitrailleuses et de canons antichars sont chargés de défendre la colonie contre une attaque japonaise.

22-Armée de terre : armement et matériel (61)

Blousons

-Les Sections d’Éclaireurs Skieurs (SES) des bataillons de chasseurs alpins et des bataillons alpins de forteresse disposent de blousons de skieur à une ou deux poches fabriquées en toile kaki clair puis en toile vert clair. Ce blouson forme un ensemble avec un pantalon de toile.

-Ces deux blousons vont inspirer le blouson de skieur modèle 1940 destiné aux troupes alpines. Il est fabriqué en croisé de coton ou en treillis coton avec trois boutons pour fermer une fente à mi poitrine. On trouve également une capuche amovible.

-A la mobilisation, les mobilisés des unités alpines qu’il s’agisse de cadres ou de membres des SES reçoivent une windjack en remplacement du blouson de skieur pas disponible en quantités suffisantes. C’est une veste trois-quart croisées fabriquée en coton imperméabilisé en blanc, en gris ou en kaki.

-Pour le combat en temps hivernaux, on trouve plusieurs vêtements comme la cagoule caoutchoutée pour éclaireurs skieurs modèle 1940, des sous-vêtement en peau fourrée modèle 1938, des surtout blanc, un paletot croisé canadien appelé également «canadienne», des blousons de cuir du commerce et des chape en peau fourrée.

-Les équipages des chars de combat et des escadrons d’automitrailleuses, de l’artillerie mobile et des compagnies automobiles du train portent un veston de cuir modèle 1920 remplacé peu à peu au sein des équipages de chars de combat par un veston de cuir modèle 1935.

Effets divers d’habillement

Si l’armée fournit les effets d’uniforme, elle ne donne pas tous aux soldats mobilisés qui doivent arriver dans leur corps d’affectation avec les effets suivants qui sont remboursés à leur arrivée au corps :

-une ou deux couvertures de laine

-une ou deux paires de brodequins lourds et une paire de brodequins plus légers dits de repos

-un jersey, tricot ou chandail

-deux chemises en flanelle-coton

-deux caleçons

-deux paires de chaussettes en laine ou laine et coton

-une paire de gants de laine

-deux mouchoirs

-deux serviettes de toilette

-une ceinture de laine ou de flanelle

-une paire de bretelles

-une cuillère et une fourchette

A cela s’ajoute un pantalon et une veste de toile (type vêtement de travail de teinte et modèle se rapprochant des effets réglementaires) et d’une ou deux musettes.

Dans cette catégorie nous trouvons néanmoins des équipements fournis par l’armée comme des chemise en flanelle de coton, une cravate en coton, une cravate modèle 1935, une chemise modèle 1935 en kaki ou en bleu, des ceintures de laine, de flanelle, des jersey modèle 1936 et 1940,des caleçons en toile de coton, un passe-montagne modèle 1935, des chaussettes de coton, des tour de cou en laine, des gants, des moufles, une chèche…. .

Pantalons et culottes

Modèles généraux

Composant indispensable de la tenue de campagne, le pantalon-culotte ou la culotte de drap sont portés en toutes circonstances , complétés par des bandes molletières puis par des jambières modèle 1940 voir par des jambières d’homme monté.

Cette dichotomie simpliste (pantalon-culotte pour les troupes à pied et culotte pour les troupes montées) sur le papier est plus complexe dans la réalité avec de multiples variantes notamment en ce qui concerne les troupes coloniales et les troupes d’Afrique.

Cet ensemble complexe verra une standardisation partielle avec le pantalon pour troupes à pied toutes armes modèle 1938 dit «golf» introduit durant l’hiver 1939-40 en attendant le pantalon pour troupes à pied modèle 1943.

Le pantalon standard des troupes à pied en septembre 1939 c’est le pantalon-culotte des troupes à pied modèle 1922, un pantalon-culotte fabriqué en drap cardé bleu clair puis kaki ou gris de fer foncé pour les chasseurs qui apposaient en corps de troupe un passepoil jonquille supprimé pourtant en 1921.

Lui succède le pantalon pour troupes à pied toutes armes modèle 1938 dont la distribution commence à la fin de la guerre de Pologne. Comme son devancier, il existe en couleur kaki ou gris de fer foncé pour les chasseurs, le drap peigné succédant au drap cardé qui reste utilisé mais en quantités limitées. Ce pantalon est dit de golf car bouffante aux genoux.

On trouve également d’autres modèles de pantalon-culotte en l’occurence le modèle 1915/27 pour les Troupes d’Afrique en drap cardé kaki, le pantalon-culotte en drap cardé (drap peigné à partir de 1939) kaki pour les troupes coloniales (avec des différences entre celui du personnel européen et celui destiné au personnel indigène) ou encore le pantalon-fuseau de ski en kaki ou en bleu.

Les Hommes Montés se distinguent des Hommes Non Montés par le port de la culotte. Le modèle le plus répandu en septembre 1939 est la culotte pour hommes montés modèle 1922 destinée à tous les hommes montés sauf les spahis. Il est fabriqué en drap cardé bleu clair puis en kaki.

Ce modèle est suivit par un modèle 1933 en drap cardé kaki qui est destiné à tous les hommes montés qu’ils soient déployés en Métropole et en Afrique. Les modèle 1922 et 1933 sont modifiés en 1936 avec cinq passants de ceinturon.
La culotte pour hommes montés des troupes coloniales (sans distinction entre européens et indigènes) est une adaptation des modèles 1922 et 1933 avec une ceinture plus étroite (60 au lieu de 90mm) et un bouton au lieu de deux.

Les spahis portent eux une culotte modèle 1915, une culotte bouffante en drap cardé kaki puis à partir de 1939 en drap peigné.

Les officiers et les adjudants portent des effets différents des hommes de troupes. La culotte modèle 1929 inspirée d’une mode venue d’Outre-Manche et remplaçant une culotte kaki avec un passepoil kaki foncé.

Apparue en juillet 1929, elle devient obligatoire le 1er janvier 1933. Elle est fabriquée en drap peigné kaki clair dit «mastic» ou toile kaki clair pour la culotte portée avec la vareuse assortie en tenue d’été.

Les officiers et les adjudants portent également un pantalon modèle 1921 en drap gabardine identique à celui de la vareuse, ce pantalon étant porté avec la tenue n°3 et n°4 ainsi qu’au repos et en cantonnement avec la tenue n°5.

Les officiers généraux ont un passepoil en kaki foncé entre deux bandes de drap de même teinte, les officiers une bande de drap kaki foncé de 5cm de large, les adjudants et adjudants-chefs ont un passepoil kaki foncé et enfin les officiers et adjudants de chasseurs ont sur leur pantalon en drap bleu un passepoil jonquille.

Pantalons et culottes de toile

Les pantalons de drap se révélant salissants et fragiles, des effets spécifiques existent pour protéger ou remplacer les pantalons de drap dans le cadre du combat ou de travaux d’entretien par exemple au sein des unités motomécaniques.

On trouve tout d’abord un pantalon de treillis en lin écru destiné aux troupes métropolitaines. Ce vêtement apparu avant 1900 à été à l’origine de couleur lin écru puis en bleu clair puis à partir de 1930, de nouveau en lin écru.

-Le Pantalon-salopette en toile modèle 1938 est fabriqué en croisé coton kaki ou écru. Ce vêtement va d’abord équiper les formations du territoire avec une veste assortie que nous avons traité.

Une fois les unités équipées, ce pantalon-salopette va remplacer peu à peu le bourgeron-pantalon en toile écru. Ce pantalon-salopette en toile modèle 1938 qui va remplacer le pantalon de treillis en lin écru est inspiré de la tenue modèle 1935 pour troupes motorisées.

-La salopette de toile modèle 1935 fabriquée en toile de lin ou de chanvre teinte en cachou puis en kaki foncé à partir du 23 juillet 1938.

Ce vêtement est distribué aux personnels des véhicules blindés et conducteurs de véhicules automobiles. Les officiers et sous-officiers des troupes de forteresse en sont équipés depuis le 27 juillet 1937.

-Le pantalon cuissard modèle 1940 à été mis au point à l’automne 1939 pour protéger les culottes de draps fragiles face aux barbelés et aux ronces. Ce vêtement n’est pas distribué en grande quantité, seules de rares unités en sont équipées, essentiellement à des unités d’active, la démobilisation approchant, il est jugé peu utile d’équiper des unités qui vont disparaître.
-La salopette imperméabilisée modèle 1938 est un vêtement spécifiquement destiné aux motocyclistes et dont la coupe s’inspire de la salopette modèle 1935 avec néanmoins l’utilisation de toile impérméabilisé de coton kaki foncé.

-Le pantalon de lin imperméabilisé modèle 1940 à été conçu pour les corps francs, ces unités «commandos» mis en œuvre dans les escarmouches opposants troupes françaises et allemandes durant la guerre de Pologne.

Peu de pièces de ce type dont le design s’inspire de la culotte d’homme monté modèle 1922 ont été distribuées mais la production à continué pour pouvoir constituer des stocks conséquents en vue d’une guerre prochaine.

-En Afrique et dans les colonies, plusieurs modèles de pantalons en toile ont été produits comme le modèle 1915/27 pour les troupes d’Afrique et la Légion Etrangère ou encore le pantalon-culotte modèle 1921/35 en toile pour les indigènes des troupes coloniales.

-On trouve également des effets en toile pour les officiers et les adjudants comme une culotte de coupe similaire au modèle 1929, un pantalon dont la coupe rappelle le modèle 1921 ou encore un pantalon assorti à la vareuse de toile modèle 1921/35 ou à la vareuse modèle 1935.

-Enfin citons le pantalon de toile pour éclaireurs skieurs qui est assorti au blouson d’éclaireur skieur.

Effets de Chaussures

Contrairement à beaucoup d’autres effets, la standardisation des chaussures est la règle dans l’armée française. Il existe fort peu d’exceptions liées soit au rang (les officiers peuvent choisir des chaussures moins frustres que les brodequins) ou à la nécessite de s’adapter au milieu, les troupes alpines disposant de chaussures adaptées. En septembre 1939, la chaussure standard est le brodequin modèle 1917.

Ce dernier va être progressivement remplacé dans les unités d’active au moins par des chaussures montantes modèle 1942, des chaussures à mi-chemin entre les brodequins et les bottes, l’ancêtre de nos chaussures de randonnée, ces chaussures montantes parvenant à réaliser une prouesse : être solides, légères mais également confortables.

En septembre 1948, cependant, ces chaussures montantes sont l’apanage des troupes d’active, les mobilisés devant souvent se contenter de brodequins modèle 1917 ou de chaussures du commerce inspirées de la chaussure montante modèle 1942 mais de qualité souvent moindre.

Si ces brodequins ou chaussures montantes équipées toutes les armes (sauf les troupes montées qui restent très attachées aux bottes), les fantassins bénéficient d’une deuxième paire.

Les troupes de montagne et plus généralement tous les hommes combattant en milieu montagne utilisent des brodequins différents qu’il s’agisse du modèle 1930 (un modèle 1917 muni de clous pour une meilleur adhérence), du modèle 1940 qui allait inspirer les chaussures montantes modèle 1942 ou des brodequins de ski modèle 1935 peu populaires et à la diffusion restreinte.

On trouve également des chaussons à neige ainsi que des bottes et des surbottes de tranchées, les équipages des véhicules blindés utilisant parfois des espadrilles, mieux adaptées à leur milieu de travail par rapport aux brodequins modèle 1917.
Les officiers et les sous-officiers disposent des brodequins modèle 1919, les premiers de couleur fauve et les seconds de couleur noir.

Depuis 1920, les officiers montés peuvent remplacer à cheval l’ensemble brodequins et jambières et on trouve pour cela trois types de bottes : la botte Chantilly, classique pour l’équitation, la botte «coloniale» lassée uniquement sur le couvre pied et la botte-jambière, les bottes entièrement lacées étant plutôt portées par les officiers non-montés.

Les chaussures sont complétées par des molletières _standard ou du commerce_, des bandes-chevillères pour réaliser l’étanchéité entre le pantalon et la chaussure (elles sont donc essentiellement utilisées par les éclaireurs-skieurs), des bas sans pied sont parfois utilisés pour remplacer les molletières fragiles et délicates à mettre.

Les troupes montées disposent de jambières modèle 1916 et modèle 1921 qui vont inspirer un modèle toutes armes, le modèle 1940 qui va remplacer les bandes molletières. On trouve également des jambières en cuir modèle 1920 pour les officiers et des guêtres en toile pour la pratique du ski.