Pologne et Pays Neutres (13) Espagne (13)

Chars

Schneider CA-1

Quand éclate la guerre d’Espagne on ne peut pas dire que le pays de Cervantès soit le paradis du char de combat puisque l’Ejercito de Tierra ne possède qu’une flotte obsolète.

On trouve ainsi quatre Schneider CA-1, dix Renault FT, (l’Espagne à acquis après la première guerre mondiale douze Renault FT et six Schneider CA-1) un Fiat 3000 (acquis en 1924), trois Trubia A4 et deux Landesa.

-Le Trubia A-4 était un char léger triplace de 5.5 tonnes, mesurant 3.55m de long pour 1.70m de large et 1.80m de haut, protégé par un blindage de 16mm maximum avec pour armement deux mitrailleuses Vickers, sa vitesse maximale étant de 30km/h sur route.

-Le Landesa était un tracteur blindé plus qu’un char, un véhicule biplace de 5.5 tonnes, une longueur de 3.6m, une largeur de 1.8m pour une hauteur de 1.7m, une vitesse maximale de 30km/h sur route, un blindage maximale de 15mm et un armement composé d’une unique mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914 de 8mm.

Ces chars étaient utilisés au sein de deux régiments, le Regimiento Ligero de Carros de Combate (LCC) n°1 (Régiment léger de chars de combat n°1) stationné à Madrid et le Regimentio Ligero de Carros de Combate (LCC) n°2 stationné près de Saragosse.

Durant le conflit les deux camps vont produire plusieurs modèles de chars. Côté nationaliste on trouve un Mercier, un Carro de Combatte de Infanteria et le Verdeja alors que côté républicain on trouve six Sarduni de Naja, quatre Babastra, un Trubia A-4 et douze à vingt Tubia-Naval (quasiment identiques aux Trubia A-4).

T-26

De nombreux chars ont été également livrés aux deux camps. C’est ainsi que les républicains ont reçu cinquante BT-5 et 281 T-26 venus d’URSS, 64 Renault FT livrés par la France et la Pologne et un Vickers 6-Ton livré par le Paraguay. Durant la guerre d’Espagne les nationalistes ont reçu 122 Panzer I, 155 L-3/33 et L-3/35

Ils vont ensuite réutiliser des T-26 capturés (les regulares s’infiltraient dans les lignes ennemies, tuaient l’équipage à l’arme blanche et ramenaient le char soviétique dans les lignes nationalistes, touchant une prime pour chaque char ramené) ainsi que des BT-5, des BA-20 et quelques camions Zis-5.

Quatre Panzer I sont réarmés avec un canon de 20mm Breda mais en dépit de qualités prometteuses, le nombre de chars soviétiques capturés rend ce programme superflu.

En juin 1937 la prise du pays basque permet aux nationalistes de mettre la main sur la puissante industrie euskadi. Ils imposent l’abandon du programme de char «Tubia-Naval» au profit d’un nouveau projet mais le projet en question n’aboutit pas à la différence de celui du capitaine d’artillerie Felix Verdeja Bardales.

Chef du Taller de Reparaciones de la Agrupacion de Carros del Ejercito Nacional (atelier de réparations du groupement de chars de l’armée nationale)il imagine un char reprenant le meilleur des chars disponibles au sein du camp nationaliste. Il privilégie la protection avec à la fois un blindage respectable pour l’époque (15 à 30mm), une silhouette basse et un armement respectable avec un canon de 45mm.

Carro de Combate Ligero Verdeja n°1

Le Carro de Combate Ligero Verdeja n°1 dispose également de chenilles limitant les risques de déchenillage. Le prototype présenté en janvier 1939 arrive trop tard pour participer à la guerre d’Espagne et ne sera produit qu’en petite série en raison de l’état de l’industrie espagnole.

Pesant 6.5 tonnes, il mesurait 4.498m de long pour 2.152m de large et 1.572m de haut. Disposant d’un moteur de 85ch, protégé par un blindage de 7 à 25mm, il pouvait atteindre la vitesse maximale de 44km/h avec une distance franchissable de 220km. Son armement était composé d’un canon de 45mm et de deux mitrailleuses MG-13 de 7.92mm.

Un Carro de Combate Ligero Verdeja n°2 est ensuite produit. C’est une version plus lourde pesant 11 tonnes, mesurant 5m de long pour 2.35m de large et 1.8m de haut. Disposant d’un moteur de 100ch, protégé par un blindage de 10 à 50mm, il pouvait atteindre la vitesse maximale de 51km/h avec une distance franchissable de 220km. L’armement se composait d’un canon de 47mm et de deux mitrailleuses de 7.92mm.

Panzer IV

Durant La Pax Armada des Panzer IV à canon long et court seront livrés. A cela s’ajoute un total de soixante-six Renault R-35 qui sont réarmés avec un canon de 47mm Skoda, les canons de 37mm d’origine étant réutilisés sur des autos blindées de conception nationale.

-Ce parc pléthorique et obsolète sera remplacé au début des années soixante par des chars plus modernes de conception américaine.

Autres véhicules

Lancia 1Z

-L’armée espagnole dispose de plusieurs modèles d’autos blindées héritées de la Guerre d’Espagne à savoir l’auto blindée italienne Lanzia 1ZM (16 exemplaires), l’auto blindée soviétique BA-20 et l’auto blindée AAC-1937.

AAC-1937

Cette Autoametralladoracañón Chevrolet modelo 1937 à été produite en Catalogne dans le contexte de la guerre d’Espagne. Les concepteurs sont partis de l’auto blindée soviétique BA-6 avant de mettre au point leur propre design.

Soixante à quatre-vingt dix exemplaires ont été produits, des véhicules qui furent ensuite utilisés par les nationalistes mais aussi par la France qui récupéra quelques exemplaires lors de la Gran Retirada (Grande Retraite) des républicains sur notre territoire.

Cette auto blindée disposait d’un équipage de quatre hommes : conducteur, chef de véhicule, tireur et aide-conducteur (qui est aussi mitrailleur). L’armement varie avec une simple mitrailleuse ou un canon de 37mm et une mitrailleuse coaxiale.

Les AAC-1937 récupérés par les franquistes furent toutes réarmées avec un canon de 37mm hérité des Renault R-35 qui eux furent réarmés avec des canons de 47mm Skoda fournis par les allemands.

L’ Autoametralladoracañón Chevrolet modelo 1937 était une auto blindée de conception et de fabrication espagnole pesant 4.354 tonnes, mesurant 4.4m de long sur 2.25m de large pour 2.4m de haut.

Propulsée par un moteur essence de 78ch, protégée par un blindage de 8mm, elle pouvait atteindre la vitesse maximale de 62km/h et franchir 250km sur route. L’armement comme nous l’avons vu pouvait se composer d’une mitrailleuse (légère ou lourde) ou d’un canon et d’une mitrailleuse.

UNL-35

-On trouve également une auto blindée semblable à la BA-20, un véhicule baptisé UNL-35. Produite à environ 160 exemplaires, elle pesait 2.3 tonnes en ordre de combat, mesurait 3.87m de long pour 1.90m de large et 2.39m de haut, un moteur de 73ch permettant une vitesse maximale de 55km/h sur route et une distance franchissable de 230km. Protégé par 8mm de blindage, elle était armée de deux mitrailleuses de 7.62mm (DT ou Maxim-Tokarev). Son équipage était composé de trois hommes.

-D’autres modèles d’autos blindées ont été utilisés en petit nombre par les républicains comme la Bilbao modelo 1932, la Constructora Field, la Ferrol Armored Car ou encore l’Hispano-Suiza MC-36.

-Les républicains et plus tard les nationalistes ont utilisé des camions soviétiques Zis-5. L’armée espagnole à utilisé durant la Pax Armada des camions acquis aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en France mais aussi en Italie et en Allemagne, une diversification préjudiciable à la logistique.

Scandinavie (90) Finlande (28)

Autos blindées

BA-3 et BA-6

BA-3

BA-3

Les Broneavtomobil 3 et 6 sont les principales autos blindées en service dans l’Armée Rouge à la fin des années trente.

Lire la suite

URSS (82) Armée de Terre (30)

Les véhicules de l’armée rouge (3) : autos blindées et véhicules légers

Avant-propos

L’apparition de l’automobile intéressa rapidement les militaires séduits par la possibilité de se déplacer très rapidement sur de grandes distances. Les premières «automobiles militaires» sont de simples voitures de tourisme plus ou moins adaptées avec une simple mitrailleuse.

Lire la suite